Toute l'activité

Affichage de[s] tout le contenu posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement   

  1. Dernière heure
  2. Merci ! Il n'y aura qu'un oral blanc à Médiadix, la "vraie" préparation à l'oral ayant été annulée par manque d'inscrits... Je me demande s'il faut être très précis dans la fiche de renseignement (notamment dans les activités/expérience pro et la scolarité générale) Je veux bien le compte rendu :-) Je ne sais pas trop comment préparer l'analyse de l'article.
  3. Aujourd’hui
  4. Ah oui, effectivement... Ce qui va obliger à "fermer" cet endroit pour que seuls les votants puissent y accéder. (comme tu l'as dit plus haut) Est-ce que des grilles (portant une exposition, ou des rideaux) seront suffisantes pour rendre l'endroit plus isolé ? Ou alors il faudra passer à des paravents insonorisants, comme on en trouve dans certaines cantines d'écoles. Exemples : Paravents insonorisants https://www.its-acoustique.fr/fr/isolation-insonorisation/paravent-insonorisant.html Cloisons insonorisantes http://www.hellopro.fr/cloisons-insonorisantes-2008337-fr-1-feuille.html Ce qui me tue dans cette histoire, c'est que la préfecture a donné son accord sans rien avoir vérifié sur le terrain, ni donné de consignes précises. En même temps, c'est vrai qu'il s'agit d'une fonction dévolue au maire. "Il appartient à la municipalité de constituer le ou les bureaux de vote nécessaires à la tenue du scrutin. Il s’agit d’une « fonction dévolue par la loi » au sens de l’article L. 2121-5 du code général des collectivités territoriales." www.maires49.asso.fr/amf49/biblio/ouvrages/guidePBV2015.pdf‎ Donc, il va falloir faire des demandes au maire pour savoir comment il compte organiser l'espace, et comment il compte l'isoler pour éviter que des enfants trop curieux ne s'y introduisent pour jouer. Si cet espace reste ouvert sur les collections, le risque existe. Le/la bibliothécaire n'a pas toutes les réponses. Ni les possibilités en mobilier du service technique. En plus, il va falloir penser que ça va être à répétition. Déployer un rideau sur une crémaillière résoudrait une partie des problèmes, on n'a pas toujours des grilles d'exposition libres sur ces périodes. Bernard
  5. Hier
  6. Sans doute ici http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2017/03/11/bibliotheques-a-ciel-ouvert Bernard
  7. Bonjour Breizhine, le questionnaire s'adresse également aux BDP, et en ce qui concerne les "outils de travail", on peut reprendre les exemples cités dans le message de B. Majour. En somme, il s'agit des équipements, du mobilier et des outils physiques ou informatiques nécessaires aux bibliothécaires afin d'accomplir son travail quotidiennement. C'est effectivement une notion vaste allant du matériel bureautique élémentaire aux compactus présents dans les magasins. J'espère vous avoir répondu, n'hésitez pas à poser d'autres questions. (Et bien sûr, cette prise en otage du post ne me dérange absolument pas, c'est un plaisir de lire vos commentaires !)
  8. Bonjour DocV Vous avez essayé de passer la douchette en "clavier" anglais/US pour passer les codes du guide anglais ? Soit, la remettre aux valeurs par défaut (US par défaut), passer les codes qui vous intéressent, et ensuite, lorsque tout est prêt, de revenir en mode clavier français... si ça n'annule pas le reste. Tout dépend aussi des besoins spécifiques que vous avez. Un exemple serait plus parlant. Surtout s'il s'agit des caractères spéciaux. Tenez-nous au courant. Bernard
  9. La dernière semaine
  10. Bonjour, Archimag a publié hier cet article : http://www.archimag.com/vie-numerique/2017/03/27/presidentielle-2017-programme-candidats-bibliotheques-patrimoine-numerique Chloé
  11. Vous ne pouvez pas faire prendre en charge votre inscription par votre collectivité, vous êtes catégorie C ou B, et bien sûr vous êtes à jour de votre cotisation à l'ABF, voici le moyen de participer au congrès. Voir l'article complet
  12. La phrase d'Alice Garrigoud que j'ai récemment mise en signature me parait une des choses les plus intelligentes et les plus fondamentales, surtout en regard de la situation présente, que j'ai pu lire depuis longtemps sur le sujet.

  13. En janvier 2016, l’ABF lançait déjà un appel à la responsabilité alors que des projets de fermeture de bibliothèques s’annoncaient. Nous rappelons aujourd’hui cette position. Voir l'article complet
  14. Merci beaucoup !! Voilà qui va bien nous aider
  15. Avant
  16. Merci beaucoup pour vos réponses!! Et sinon oui Bernard il y avait une sélection de 6 logos (dont Twitter, Instagram, flux RSS, langue des signes) et il fallait donner leur signification. Encore merci
  17. Bonjour Emmanuelle Pas sûr que tu obtiennes des réponses d'Orphée... ils ne sont pas vraiment réactifs au niveau information produit. Sinon tu as Tosca Consultants qui publie une enquête annuelle sur le sujet qui pourra déjà répondre à certaines de tes questions. Les questions sur les recherches, il suffit d'aller sur un site de bibliothèque utilisant Orphée. Tosca : https://toscaconsultants.fr/categorie/logiciels-pour-bibliotheques Utilisant Orphée : http://www.c3rb.org/zoom-sur Si vous êtes plusieurs sur ce projet, utilisez les synthèses de Tosca Consultants. (exemple : Orphée n'a pas de numéro de version) Sinon, pour le FRBR Tu as la réponse ici http://www.c3rb.org/les-poles/orphee (chercher FRBR) Encore que https://frbr.jimdo.com/comment-faire/etat-de-l-offre-des-sigb/les-sigb-frbrisés/ Bon courage pour la suite des questions. Bernard
  18. Le groupe de travail Réforme territoriale de l'ABF vous propose cette nouvelle rubrique pour échanger sur les questions relatives à la mise en réseau des bibliothèques et de la coopération intercommunale en la matière. Vous avez des expériences à partager des questions à poser ? Utilisez cette rubrique. Vous pouvez aussi écrire au groupe de travail à cette adresse : reformeterritoriale [at] abf.asso.fr. Les formules de coopération intercommunale possible sont très diverses. Les fusions d'intercommunalités intervenues au 1er janvier 20016 ou 2016 peuvent bouleverser le paysage. La mise en réseau intercommunale peut apporter un plus pour la population mais modifie le cadre de travail, ce qui ne va pas de soi. C'est pourquoi les échanges sont utiles. Composition et missions du groupe de travail ABF : https://www.abf.asso.fr/4/161/626/ABF/groupe-de-travail-reforme-territoriale Blog géré par le groupe de travail, avec un ensemble de fiches juridiques, techniques et pratiques en cours de publication : http://www.reformeterritoriale.abf.asso.fr/ Pour le groupe de travail, Dominique Lahary
  19. Bonjour, Dans le cadre de ma formation « M1 Histoire et document - Métiers des archives » à l’Université d’Angers, je réalise actuellement un mémoire de recherche s’intéressant aux réalités du phénomène de rapprochement entre le métier d’archiviste et celui de bibliothécaire aujourd'hui en France. L’actualité du sujet permet d’interroger directement les professionnels. L’objectif de cette démarche est de recueillir l’opinion des archivistes et des bibliothécaires afin de constater plus précisément l’ampleur du rapprochement entre les deux professions, et ainsi de relativiser les propos portés par mon mémoire de recherche. Je compte fortement sur votre participation à ce questionnaire entièrement anonyme, dont la durée est estimée à 20 minutes. Merci pour votre contribution, Tomy Lemoine étudiant en archivistique à l'université d'Angers
  20. Sollicitée par ActuaLitté, réponse de la SCELF: https://www.actualitte.com/article/amp/monde-edition/taxer-les-lectures-a-voix-haute-en-france-des-precisions-a-apporter/70261 Honnêtement, je suis un poil méfiante et attends de voir. Étonnant qu'autant de bibliothécaires aient mal compris le courrier, si tel est le cas, il faut urgemment que nous suivions tous des cours de compréhension de textes ! Et, il y a ce passage: "Les lectures par les bibliothèques : contrairement à que vous suggérez encore, aucune démarche n'a été effectuée par la SCELF depuis sa rencontre avec l'Association des Bibliothèques de France, le 7 novembre dernier, rencontre qui s'est déroulée dans une atmosphère très cordiale. Cette question fait actuellement l'objet d'une réflexion approfondie au sein de la SCELF, l'objectif étant de parvenir à définir les termes d'une solution qui respecte l'ensemble des intérêts en présence" Préciser "l'atmosphère cordiale" ça me fait sourire, si les bibliothécaires utilisaient des modes de revendications violents, bruyants, musclés... ça se saurait ! Rappelons aussi que cette rencontre s'est tenue après que l'ABF, prévenue par nombre de bibliothécaires (à juste titre!) inquiets, ait sollicité la SCELF. La SCELF ne dit pas que les bibliothèques ne paieront jamais mais qu'une réflexion est en cours. Je pense qu'ils ont du mal à faire une croix sur cette possibilité (pas si avantageuse) de faire rentrer de l'argent dans les caisses. Restons vigilants... Encore que, vu l'époque, peut-être que nos priorités seront de maintenir des bibliothèques...
  21. Bonjour à tous, Petit retour de ma question sur le site de l'Enssib, Il semblerait que ma question ne soit pas si simple, ils me renvoient vers la DRAC et vers la bibliothèque départementale ! Mais le rdv avec l'architecte est programmé et j'espère avoir une réponse plus claire de sa part, il est tout de même fort probable qu'elle abonde dans votre sens et m'explique que tout est lié aux issues de secours et aux dangers encourus par le public s'il était plus important. Mais au moins je saurais. Notre 1er étage va quand même donner sur une grande terrasse qui peut rejoindre le sol par un escalier extérieur (il sera fermé la majeure partie du temps), en cas d'incident ça pourra servir de sas d'évacuation... m'enfin. Il ne reste plus qu'à attendre les explications officielles et deviner les officieuses. Bonne journée à tous, et merci encore pour vos contributions =p
  22. Suite au communiqué publié par l'ABF le 22 février dénonçant la situation préoccupante du réseau des bibliothèques de Sevran, nos collègues nous font part d'avancées encourageantes. Voir l'article complet
  23. Le mieux c'est peut-être d'appeler les bibs qui ont mis ça en place. Moi c'est ce que je ferais.... A Uzès ,contact au 04 66 03 02 03 (quoique quand tu vois la photo, tu sens bien que l'esthetique n'est pas la base du projet ...http://www.midilibre.fr/2016/10/17/uzes-nouveau-une-grainotheque-a-la-mediatheque-d-uzes,1410289.php ) A Persan, Tél. : 01 39 37 46 80 (Plus joli déja :http://www.ville-persan.fr/article/la-grainotheque ) A Thenezay tél.05 49 63 19 56 ; mail : bibliotheque.thenezay@gmail.com. A Nilvange http://moselia.cg57.fr/Bibliotheques/Evenements/66/Detail.aspx?ID=202 et http://www.mediatheque-mauguio-carnon.com/book/grainotheque-mediatheque#.WM1mi9I18nQ A Plouzané https://mediathequedeplouzane.wordpress.com/tag/grainotheque/ et un très bon article-présentation de Calimaq sur https://scinfolex.com/2013/12/18/proposer-des-grainotheques-en-bibliotheque-pour-favoriser-le-partage-des-semences-libres/ (la encore la photo de démo est pitoyable, mais ce n'est pas le but) Quelques photos : https://www.google.fr/search?q=grainotheque+materiel&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjQh-XixODSAhVhEJoKHYGTCLkQ_AUIBigB&biw=1024&bih=691 Sinon je pense qu'un présentoir à livres jeunesse, récupéré chez ton libraire pourrait faire l'affaire, ce genre de box en carton qu'ils balancent assez vite https://www.google.fr/search?q=présentoir+livre+jeunesse+carton&tbm=isch&imgil=BVV89faAv0wxbM%3A%3BkQLjDvX5l6ARVM%3Bhttp%253A%252F%252Fwww.publidecor.fr%252Fplv-sur-mesure%252Fbox-de-sol-stockeur-livres-%252525C3%252525A9tag%252525C3%252525A8res-escalier&source=iu&pf=m&fir=BVV89faAv0wxbM%3A%2CkQLjDvX5l6ARVM%2C_&usg=__HZrtln0oQiqgNTw7z2iXoKUhB9c%3D&biw=1024&bih=691&ved=0ahUKEwiLk6e2x-DSAhXEK5oKHdiFAJIQyjcIJw&ei=lGvNWIv5GsTX6ATYi4KQCQ#imgrc=lDzZc7hAd0ODTM: Sinon, tu as deux présentoirs bois en echelle pour epicerie chez Rétif (on a acheté ça pour autre chose) qui sont super, mais là faut investir un peu https://www.retif.eu/search/result/?q=presentoir+livres Voilà, c'était ma bonne action du jour : répondre à Beryl, qui n'a pas d'ordinateur ni de navigateur, moteurs de recherche et toutes ces choses compliquées....
  24. En tous cas merci Lilju pour ce retour hyper-précis, je crois que c'est la première fois qu'on a un retour si détaillé. Un peu trop de question sur tes stages et ta position actuelle d'étudiante, mais c'est normal qu'ils rebondissent sur ton vécu. Des questions classiques pour le reste mais un trop appuyées sur le "pourquoi chez nous" etc le permis, la distance, la disponibilité, le fait que tu ne postules pas sur ton lieu de stage (- où ils savent qu'il y a des postes-)...Je sens, mais c'est personnel, un questionnaire bourré de méfiance, même si l'ensemble reste assez classique. Ils veulent se rassurer. Enfin si tu as senti de la bienveillance et que tu sens que ça s'est bien passé, tant mieux. Je préfère l'entretien n°2. Déja, du fait des questions moins nombreuses, tu as sans doute eu davantage le temps d'approfondir. La question 6 du premier entretien est déterminante.
  25. Bonjour, Dans ma BU, nous proposons plusieurs types de formation : - Pour les étudiants étrangers nouvellement arrivés : une formation en présentiel d'1H30 avec une mission à faire par binôme en 10 étapes où nos lecteurs apprennent à se retrouver dans la bibliothèque, à consulter notre catalogue et découvrent les ebooks et une ou deux bases de données. Nous avons également une version beaucoup plus simple pour les étudiants ne maitrisant pas le français. - Pour les étudiants arrivant en tronc commun : une formation en présentiel d'1H30 qui intervient dans le cadre d'un cours en début d'année. Les étudiants ont un projet à rendre par groupe et ont donc un passage obligatoire à la bibliothèque où nous leur présentons nos ressources, puis ils doivent faire leur recherche par rapport à leur sujet de départ et faire valider plusieurs étapes auprès du formateur. Ils gèrent leur temps (ils peuvent partir dès qu'ils ont fini) et leur méthode de travail (tout le monde chercher la même chose où ils se répartissent les missions). - Pour les étudiants en branche : des "ateliers documentaires" de 30 min. Ils doivent en suivre 3 pendant toute la période où ils sont en branche. Les ateliers portent sur une méthode de travail (ne pas faire de copier/coller, bien chercher sur un moteur de recherche, échapper à Google...) où sur une ressource (trouver un stage grâce à Kompass, utiliser ScienceDirect...). Nous proposons également des formations aux étudiants en master qui sont intégrées dans leurs cours (mais comme je ne participe pas à ses formations, je ne peux pas les détailler autant). Si vous souhaitez plus d'infos, n'hésitez pas à me contacter.
  26. Pas grave petit Caramel Bambi. Ferris aimer autres répéter paroles Grand Ferris. Ferris bientôt 4000 posts. Faire grosse teuf sur Agora. Moi j'aime pas Orphée, c'est très lourd comme système et très peu interfacé. Et dans les résas, si tu oublies ou rates une manip (un retour/navette par exemple, différent du simple retour/lecteur) ça génère des incompréhensions, puisqu'on ne sait plus si l'ouvrage est toujours dans la bib de resa ou est bien retourné dans la bib d'origine. Alors on cherche dans les deux...sachant que tant que bib actuelle et bib d'origine ne sont pas redevenus identiques, c'est qu'il y a un problème. A noter deux posts intéressants sur la démarche globale (qui commence avec un portail commun) de Sadolphe et Bibliotic sur http://www.agorabib.fr/topic/2309-portail-commun-de-bibliothèques-ayant-des-sigb-différents/ A noter que, à condition d'entrer dans une notion non patrimoniale des fonds (tous les ouvrages sont à tout le monde, dont plus de bib d'orginie ni de bib de sauvegarde, plus de retours/navette), nous pourrions nous contenter de deux critères : bibliothèque actuelle (ou est le document) et bibliothèque de destination (qui le demande). Dans cette conception (appelée des "fonds flottants") un livre réservé par la bibliothèque B ne retourne pas à la bibliothèque A. Il reste chez B jusqu'à ce qu'il soit demandé par une autre bib. L'intérêt informatique c'est que le SIGB n'a plus a gérer de localisations permanentes mais uniquement des localisations temporaires + un systeme de réservation disponible sur l'opac, via le portail et un accès abonnés. Ce système a été défendu notamment par D. Lahary, mais peu de retours d'expérimentations sont disponibles. Nous n'avons pas franchi ce pas. Il est vrai que pour le franchir il faudrait d'abord s'affranchir de la notion de bibliothèque propriétaire. Les évolutions des réseaux sous administration intercommunale peuvent peu à peu amener à cela. (Voir pas mal de réflexions la-dessus sur https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/resultat-de-la-recherche.html
  27. Le groupe Advocacy/ Agenda 2030 de l'ABF lance un formulaire pour collecter les actions menées par les bibliothèques françaises et qui participent à la réalisation des 17 objectifs de l'Agenda 2030. Voir l'article complet
  28. Ceci dit SODA est une série de Bd des années 80 http://www.bedetheque.com/serie-53-BD-Soda.html, mais pas assez connue pour renvoyer à un imaginaire commun, comme tu le dis très bien.
  29. Ben Louve, on se lâche ? Ceci dit, les noms influencent la personnalité. Particulièrement chez les cathos. Pour te le prouver j'ai fait un petit tour chez les dingues : https://www.topchretien.com/topmessages/texte/limpact-du-nom-dans-la-vie-dune-personne/ Donc peut-être qu'un maire nommé Anus ou Labite n'aurait pas eu de réaction homophobe, sait-on jamais.. Ceci dit Anus, Labite et legrosnichon (ou est passé l'autre ?) existent vraiment. Pour Meurdesoif, j'ai pas trouvé (il doit être mort de soif...) http://www.geopatronyme.com/cdip/insolite/malsonnants.html Et puis ça fait du bien de se lâcher un peu après ces débats épuisants...
  30. Les critères de désherbage (dont la méthode Ioupi donnée par Epsy et sur fiche pratique ENSSIB donnée par Bernard) sont les seuls critères connus et utilisés en bibliothèque publique, bien que les critères physiques soient nettement moins importants que les critères de contenu (obsolescence etc...). Pourquoi, simplement parce qu'une bibliothèque publique n'est pas une bibliothèque de conservation ou à vocation patrimoniale. En bibliothèque de conservation, les critères sont différents et plus stricts (température, hygrometrie etc...), les matériaux différents et surtout l'objectif n'a rien à voir. Les critères physiques IOUPI sont assez subjectifs et n'ont rien de scientifique. Ils offrent un repère,une indication, pas un motif d'élimination. Et on pourrait parler des heures des moyens de renforcer et réparer un ouvrage, ou de le faire relier à neuf, qui permettent de renforcer très significativement sa durée de vie, et dons sa possibilité d'être prêté. Car c'est l'objectif: le prêt.
  1. Charger plus d’activité