Aller au contenu

Toute l'activité

Affichage de[s] tout le contenu posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. En fait on est un peu à la croisée des chemins. D'un côté on a une demande locale d'informatique public qui augmente, notamment dans le social (Maisons de services etc...), des tranches d'âge de plus en plus nombreuses prises en otage par les administrations, banques et autres, des services comme les nôtres qui augmentent et diversifient leur offre de services liés à l'informatique (portails, jeux vidéos, tablettes, formation des usagers...) et vont se voir, Orsenna oblige, chargés de tâches nouvelles qui passeront en partie aussi par l'informatique, et de l'autre un parc qui n'est pas à la hauteur des besoins, gérés par des personnels non formés, et parfois carrément inexistants, comme le souligne Stef, et la fin des "bidouilleurs géniaux" que nous avons pu avoir dans nos services à certains moments et qui, à l'époque, pouvaient suffire à nos besoins. Aujourd'hui, surtout en réseaux, nos besoins en professionnalisme augmentent. La demande sécuritaire aussi. Par contre les budgets diminuent et donc les possibilités d'externalisation aussi. Et nous on continue à embaucher dans la filière culturelle...et à bidouiller comme il y a 20 ans, avec des matériels qui ont le même âge (j'exagère à peine). Je répondais ce jour à un collègue sur un autre topic, qui souhaitait se doter d'un intranet pour communiquer entre collègues et bénévoles en réseau. Solution mise à part, j'ai oublié de lui dire qu'il ferait mieux d'avoir l'avis de son DSI sur le sujet, surtout qu'il veut un truc gratuit. Il est fort possible que la Bête s'oppose à son projet. En plus on ne peut pas discuter. Chez moi, dès que je pousse le loup hors du bois, au lieu de venir me parler, comprendre mes besoins réels, il me répond que le mieux serait qu'il prenne le contrôle de mon poste par TeamViewer. Du coup d'une part je suis officiellement largué et d'autre part il y a des choses qu'il ne verra pas, comme l'énorme bordel de la baie de brassage dans laquelle chaque service (Une baie pour 3 services) a rajouté son petit matos au fil des ans. Il sait très bien qu'en dehors d'une intervention ponctuelle sur un poste, il faudra s'attaquer un jour au gros morceau, mais il recule l'échéance. Quand je veux cauchemarder je vais jeter un coup d’œil à cette armoire de malheur, même pas fermée à clé, où ça clignote de partout. L'Enfer de Dante, à côté c'est une bluette pour enfants. Si un môme pouvait venir arracher tout ça.....
  3. Hier
  4. Vous allez être contents, tout est résolu ! Pourquoi élargir les horaires d’ouverture des bibliothèques n’est plus un problème Le 23/04/2018 (Mis à jour le 24/04/2018) http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2018/04/23/ouverture-bibliotheca-open-sigb-horaires Une paille à pas cher, soyons clair Capital (pour 9 bibliothèques. Au 24/04/18 : une livre anglaise vaut 1,14 euros) Open+ cost £170,000 as one off capital, broken down as: £123,000 for Open+ system £45,000 for cabling and doors £2,000 for enabling works, including internal locks Revenue Open+ requires ongoing support costs of £1,500 per library which is £13,500 per year. The cost of borrowing is £24,600 over 8.5 years. Gain potentiel : 3 % Accomplishments Since the initial implementation, over 15,000 library members have opted in, with a peak usage of 250 open+ users in one day. Overall library usage rose by 3% in the first year and there was more use of libraries by community groups and council workers. Customers have found it really easy to use, they are grateful that libraries have been kept open and for longer, and people are using them. https://www.gov.uk/government/case-studies/bibliotheca-open-in-peterborough Bon, la conclusion qui s'impose quand même, c'est que le gain espéré de fréquentation est de 3 % avec des horaires élargis Open+. Calculé sur 15 000 bibliothèques dans le monde, ça devrait être significatif. Merci Archimag pour cette info essentielle.
  5. Faciliter les échanges entre les bibliothécaires d'un réseau

    Bonjour Cavillon Forum, réseau social, newsletters… quelle est la différence ? En général, c'est assez facile à déterminer. 1) Soit : qui va s'en occuper ? 2) est-ce facile d'accès/d'usage pour tout le monde, bénévoles compris ? Forum = un modérateur + une personne capable d'assurer la maintenance informatique du forum. Le modérateur est utile pour éviter les débordements, les déclarations contraires à la loi, et surtout virer les spams et les spammeurs. Forums de discussion gratuits http://www.coinduwebmaster.com/forums-discussion-gratuits-open-source/303/ Il faut aussi trouver un serveur pour héberger le forum. Et souvent, c'est payant pour des services corrects. Newsletters = un concepteur Obligation d'avoir une personne qui regroupe les informations et conçoit la Newsletters. La newsletter est donc périodique, ce qui a les inconvénients suivants : - Peu ou pas réactive. - Peu utile pour les discussions de groupe (la newsletter est une synthèse) - Peu devenir lourde si on ajoute des images (photos de smartphone non réduites en taille, par exemple). - Peu passer en spam (à cause des liens et être bloquée) - Arrive avec les autres mails, ce qui la rend peu visible Mailing list On a quasi les mêmes problèmes avec une mailing list. Par contre c'est facile à créer : création d'un groupe dans son mailer préféré) et on gagne en réactivité, on peut intervenir directement. Défauts des mailings list : mailers hétérogènes = parfois incompatibilité sur les accents, avec des mails tout pourris. Peu aussi servir à propager des virus si une des boîtes mail du groupe est "compromise". Si on passe par une mailing list Yahoo (par exemple), on peut créer des archives, mais ce genre d'archives reste toujours difficile à exploiter Avantage la mailing liste reste privée. Grâce aux mails, on peut ne cibler qu'une seule personne dans la réponse. Revers : souvent on fait répondre à tous et tout le monde profite d'un "bien compris", ou "bien reçu". Nécessite une règle du bon usage des mails. Sous peine de crouler sous les messages inutiles. Réseau social Liste des réseaux sociaux https://www.drujokweb.fr/blog/reseaux-sociaux/ Facebook : récentes affaires, espionnage des échanges, mise en liaison des intervenants par des graphes souterrains Twitter limité en nombre de caractères On lui préférera peut-être Mastodon https://mamot.fr/about Blog (privé) Dans le même esprit qu'un forum ou qu'une newsletter, on peut ouvrir un blog, avec droit d'écriture pour tous les participants, ou alors pour quelques-uns. Les autres peuvent intervenir dans les commentaires. Plus facile pour la gestion des spams, représente une sorte de mini forum, sans les inconvénients. On peut bloquer l'accès par un mot de passe Exemple sur Wordpress https://dubuzz.com/tutoriel-wordpress-mettre-un-mot-de-passe-sur-son-blog/ Penser à bloquer les robots, et vérifier que le reste du blog est bien inaccessible. Maintenant, reste à savoir ce que vous voulez échanger entre vous. Le format des échanges va entraîner certains choix plutôt que d'autres. Exemple : twitter ne permet pas des échanges de pièces jointes, il faut utiliser des liens vers des sites d'échanges de fichiers. (dropbox, wetransfer… pour de gros échanges) Conseils : 3) faire la liste de tout ce que l'on veut échanger ou partager, et avec qui. 4) voir si on veut archiver des réponses (exemple une sitothèque collaborative impliquera un blog ou un wiki cf. bibliopédia) A noter : il est possible d'utiliser plusieurs types de réseaux sociaux. Commencer par une mailing liste avec juste les mails des participants (pour quelques temps) permettrait de voir la teneur des échanges, de savoir qui participe, la longueur des messages échangés et les grandes thématiques pour une gestion un peu organisée. Bonne suite. Bernard
  6. La dernière semaine
  7. EN 2018 POURSUIVONS CE TRAVAIL ENSEMBLE ! Voir l'article complet
  8. « Quel droit pour les bibliothèques ? » Colloque École normale supérieure Paris Saclay 22-23 mai 2018 Ce colloque de synthèse sur le droit des bibliothèques est l'aboutissement d'un travail de recherche engagé par des chercheurs en droit de l’Institut des sciences sociales du politique (CNRS / ENS Paris-Saclay / Université Paris Nanterre) dans le cadre d'un projet intitulé « Biblidroit ». Après la tenue d’ateliers organisés en 2016 et la rédaction d’un rapport de recherche remis en 2017 au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture, l'objectif du colloque est de restituer les résultats du rapport Biblidroit avant sa prochaine publication. Dans cette optique, différentes tables rondes réuniront juristes et professionnels des bibliothèques. *** Programme Formulaire d’inscription : https://goo.gl/forms/qqIuO0XNZnaqX4m13 Informations pratiques 22 et 23 mai 2018 Amphithéâtre Marie Curie (bâtiment d’Alembert) - ENS Paris-Saclay 61 av. du président Wilson - 94235 Cachan Accès par le RER B, station Bagneux *** L’objectif du projet Biblidroit est de proposer une approche globale du droit des bibliothèques. En effet, la complexité croissante des interrogations juridiques auxquelles les bibliothèques se trouvent confrontées rend particulièrement nécessaire la réalisation d’une étude d’ampleur, à la fois technique et historique, par-delà l’identification de solutions juridiques ponctuelles aux difficultés quotidiennement rencontrées par les bibliothécaires. Carnet de recherche du projet : biblidroit.hypotheses.org colloque_biblidroit.pdf
  9. Bibliostratus : mettre en correspondance ses notices avec celles de la BnF

    Hello à tous, je réagis à retardement : 1/ oui, l'encodage des fichiers d'export est clairement est gros point noir. Ce n'est pas Bibliostratus qui est en cause, mais cependant @Lully travaille à rendre les messages d'erreur plus explicites pour que les utilisateurs puissent identifier le problème. Par ex., nous à la MD du Puy-de-Dôme avec Orphée Media.Net, notre fichier n'est clairement pas en UTF-8 et n'est pas "sans BOM" non plus ! Il nous a donc fallu suivre la procédure de conversion avec MarcEdit et Notepad++ : https://github.com/Transition-bibliographique/bibliostratus/wiki/1-[Bleu]-Préparer-ses-données-pour-l'alignement-à-partir-d'un-export-catalogue#un-problème-dencodage--passez-en-xml-avec-marcedit On a prévu de faire un tutoriel plus détaillé car cela va vraisemblablement être un problème récurrent... Il faut qu'on y travaille sans trop tarder vu vos retours (surtout que tous les utilisateurs ne seront pas aussi habiles que @B. Majour). Je pense que ce sera aussi une bonne occasion pour les clients de demander à leurs fournisseurs de respecter l'UTF-8 comme c'est normalement exigé dans les CCTP (mais finalement pas respecté, ce dont on prend conscience à cette occasion). 2/ concernant les ARK et la nuance dans le fonctionnement entre ceux de Gallica et ceux du Catalogue général. Merci @B. Majour d'avoir si bien décrit leur intérêt. Je rejoins les compléments d'Etienne à @Ferris : il faut apporter une distinction claire sur le statut de la référence dans chacun des deux cas (ceci explique cela). Dans un cas, l'URI donne accès à la donnée, soit la ressource elle-même (la numérisation dans Gallica). Dans l'autre, l'URI donne accès aux données sur la donnée, soit les métadonnées descriptives d'une ressource (nos fameuses "notices bibliographiques ou d'autorité"). J'aime bien renvoyer vers cette présentation de Fabien Gandon pour saisir les URI (indépendamment du système ARK, celui retenu par la BnF et par une très large communauté), diapos 12 à 16 en l'occurrence :
  10. faire gagner des petits cadeaux

    Bonjour, Nous on demande aussi à nos libraires, ils ont parfois des livres cadeaux ou des petites choses fournies par les éditeurs et qu'ils n'ont pas écoulé ...
  11. WIFI et RGPD

    Renseignement sur le WIFI et RGDP Nous allons proposer le WIFI, c'est à dire que tout usager pourra se connecter librement sur notre WIFI aux heures d'ouvertures de la bibiothèque. Concrètement je me demande soit on est dans les clous par rapport au RGPD. merci de vos lumières par avance
  12. nettoyage disques (CD, DVD)

    Oui, et je ne te raconte même pas le succès que tu auras si tu cumules Alcool et chalumeau devant le public... comme cracheur de feu. Si tu le fais, n'oublie pas de filmer la prestation, quart d'heure de succès garanti sur Youtube ! A noter que toutes les idées présentées peuvent faire l'objet d'une animation "tests" auprès du public, afin de les sensibiliser à la fragilité des supports CD/DVD et aux différentes conneries que l'on peut trouver sur le Net. C'est le deuxième effet kiss-cool de Ferris, lorsqu'il me dit de réfléchir.
  13. fournisseur cartes adhérents avec puces

    Bonjour, Nous avons contacté beaucoup de fournisseurs et pour information, il y en a vraiment beaucoup (comme le niveau de qualité de l'accueil d'ailleurs !) Un peu perdus dans tout ceci, nous avions enfin compris qu'il y a des distributeurs/revendeurs, d'autres qui installent tout le système & les lecteurs et des fournisseurs chinois... Enfin bref, beaucoup de choix. Finalement, nous avons contacté GSTAG et que je recommande personnellement. Nous avons appelé l'entreprise qui nous semblait assez sérieuse et accessible. Leur service est performant et rapide (nous avons été livrés en 1 semaine pour info). Ils nous ont même retravaillé le visuel (qui était fort aimable). Nous avons vue bien sur d’autres fournisseurs, si le sujet est toujours d'actualité... N’hésitez pas à me demander, nous avons toujours la liste des différents fournisseurs. Nous gardons le notre car il envoie directement en publipostage les cartes d’adhérents
  14. Avant
  15. Réalisation d'une politique documentaire

    Tu peux t'appuyer sur sur les travaux de Jérôme Pouchol, qui, outre son fameux blog dédié en partie à la poldoc, a dirigé le seul ouvrage professionnel (à ma connaissance) sur la poldoc en réseau. Il intervient en tant que formateur (dommage c'est passé) et dans des rencontres professionnelles.
  16. Bien sûr, cette situation ne m'étonne guère... Ce qui m'agace vraiment ce sont les injonctions ministérielles (dont certaines sont vraiment déconnectées de la réalité) ainsi que le fait de nie l'effort fait par les bibliothèques. Quand je vois que les librairies Actes Sud se déclarent comme 'indépendantes" (alors même que les libraires y travaillant sont payés par Arles, que les factures sont éditées par Arles), que ces mêmes librairies invitent des auteurs sans les rémunérer (soyons honnêtes, bien souvent ce sont des auteurs édités chez actes sud des maisons appartenant à Actes Sud) e suis très agacée.
  17. Bonjour Ferris! ça me fait plaisir d'être de retour aussi! J'étais toujours dans le coin mais bien plus discrètement! Entre 2013 et aujourd'hui j'ai été titularisée sur un poste de magasinier 2ème classe en BU et pour la première fois je suis enfin admissible au Bibas, classe normale! Je retrouve les joies du stress des oraux
  18. Alors n'hésite surtout pas Heidi, le forum a besoin de ces renseignements. Sur la façon dont tu as cherché. Cherché et convaincu. Merci à toi pour ce retour Et bravo pour ton nouveau poste. Bernard
  19. Mettre les podcasts en valeur

    Pas de démarche similaire de notre côté, mais bravo c'est une très belle idée!
  20. Effectivement, il faut lire l'article. L'ABF se radicalise Et c'est une bonne chose. Mais il faudra aller plus loin. Il va falloir, pour les générations montantes, se rendre à l'évidence : les bibliothèques que nous défendons aujourd'hui n'existent déja plus. Et ce n'est pas le numérique ou la technologie qui leur donneront un un air d'antan. Pas de biotox possible, cette fois. On a déja fait cette petite révolution, ça n'a pas marché. Cette fois il faudra accepter (et défendre) une nouvelle conception de l'utilité d'un lieu public, probablement d'ailleurs en phase avec la fin du statut.. Aucun de ceux qui nous représentent ne veut même l'imaginer. Moi non plus. Nous sommes devenus des dinosaures. A quand l'extinction ? C'est là que ma citation d'Alice Garrigoux, de 1972, prend tout son sens : la première phrase prend sens, la deuxième, qui commence par "une politique de lecture publique....a fait son temps. Et la troisième est prédictive : Il serait vain de soutenir une cause qui n’aurait pas de justification sociale dès maintenant et pour l’avenir. » Precisément. ll serait vain....
  21. Concours Conservateur des bibliothèques 2018

    Voici les sujets des autres épreuves. https://cf2idconcours.wordpress.com/2018/04/07/sujets-du-concours-de-conservateur-des-bibliotheques-externe/ Sujet interne : 1) Note de synthèse : La réussite étudiante dans le premier cycle universitaire et le rôle des bibliothèques, 11 documents, 30 pages 2) Composition : « La conservation des monuments du passé n’est pas une simple question de convenance ou de sentiment. Nous n’avons pas le droit d’y toucher. Ils ne nous appartiennent pas. Ils appartiennent en partie à ceux qui les ont construits, en partie à toutes les générations d’hommes qui viendront après nous ». Les sept lampes de l’architecture, John Ruskin, traduction française 2017 (The Seven Lamps of Architecture, 1849).
  22. HLM avec des mineurs : quelles autorisations ?

    Une malheureuse réalité Ferris, une bien malheureuse réalité. Et en plus, il faut encore arriver à se parler entre informaticiens. C'était déjà galère entre les tenants des gros systèmes et des méprisables informaticiens sur PC. Mais quand on a rajouté les réseaux, et l'arrivée du grand public donc le dépannage informatique + la conception d'ordi sur mesure,sans oublier le Web... la galaxie des planètes étrangères a explosé. (autant que les langages informatiques) (Oui, je suis de la génération qui a connu le DOS sur disquette 360 ko, et même des tout premiers micro-ordinateur) Autrement dit, beaucoup de métiers regroupés sous le vocable "informaticien". Pour le côté réserve ou magasin, je précise : on ne peut pas avoir ce genre de problème en petite bibliothèque. Avoir un magasin, c'est un luxe, un OPAC presque tout autant. Et je complèterais bien l'aphorisme de Dominique Lahary " En ce sens, être mal accueilli, ce peut être aussi, du même coup, et quelles que soient les intentions, exclure des gens." Permettre à la petite fille de visiter le magasin, de découvrir toute la richesse cachée derrière, ça lui aurait permis de trouver plus vite sa voie en bibliothèque. Et de servir d'ambassadrice auprès de ses camarades, pendant plusieurs années. Là, je vois parfaitement en quoi la sortie HLM de PaulineB est pertinente à ce niveau. @PaulineB Demande au centre de Loisirs de ta commune. Ils pratiquent ça toutes les semaines. Et si tu peux, fais un tir groupé : obtiens un accompagnateur du centre. Ils savent canaliser les enfants, en particulier pendant les temps morts, ou les attentes. En plus, ils ont l'habitude de les compter. Et de les surveiller du coin de l'oeil, sans en avoir l'air. Ils ont une sacrée expérience dans le domaine, autant en profiter. Autre avantage, ils peuvent piloter un minibus et en ont souvent à disposition, ce qui peut faciliter un déplacement. A minima, ils peuvent t'indiquer tout ce à quoi tu ne penses pas. En particulier, tout ce qui concerne la réglementation, les trousses de secours à avoir, etc. Amuse-toi bien, et surtout fais quelques photos. Toujours utile dans un rapport aux élus, et surtout pour les afficher. (Les Centres pour jeunes s'en servent très souvent et les affichent... pour attirer d'autres jeunes.)
  23. Concours BIBAS 2018

    Bonjour Justine Tu as trois post Agorabib sur le concours BIBAS Le plus fourni est celui-ci http://www.agorabib.fr/topic/2516-concours-bibas-2016/ Tu as toute la démarche pour l'après concours. Et tu peux surtout passer des MP (messages personnels) aux candidats l'ayant passés. Ou même en postant ta demande directement dessus pour savoir ce qu'il faut mettre dans Observations (moi, j'y mettrais bien : surprise ! ) Bravo à vous pour ce premier pas dans le concours. Bernard
  24. Tablettes en consultation

    Bonjour Chez nous, nous avons mis 2 tablettes Androïd dans l'espace Presse avec comme offre principale de la presse en ligne : le journal local, le Parisien (on est à 1h de Paris), l'Equipe (parce qu'on le reçoit systématiquement avec 1 jour de retard en papier !) + d'autres titres de magazines. Ce sont des tablettes en accès libre, avec câble antivol. L'appli de presse, c'est Epresse. On l'a choisie car c'est la seule proposant notre journal local. Je me dois de signaler que régulièrement, il y a des bugs. Par exemple, cette semaine, on est resté pendant 3 jours sans le journal local du jour - ça vient juste de se débloquer ce matin. On a aussi ajouté des applis locales (il n'y en a pas des masses), les horaires de cinéma (très utilisé !), un peu de culture (musées etc.), Wiki et Gallica, et des applis d'orientation (étonnamment, souvent ouvertes quand on jette un oeil dessus) Ca fait maintenant 1 an que c'est en place, et c'est un succès. Il a fallu accompagner la mise en place des tablettes, les proposer au public, expliquer, faire de la com' évidemment. Mais tous les jours on a des utilisateurs, et on a maintenant nos habitués. Habitués pour la presse - les autres applis, c'est plutôt du "zapping". C'est pour lire les journaux qu'ils restent parfois 2h ! J'ajoute qu'on a installé aussi une appli pour restreindre les accès. On ne veut pas que les tablettes soient utilisées pour autre chose que les applis qu'on a choisi, notamment aller sur Internet - notre DSI n'aime pas l'idée d'un accès anonyme. Sans oublier les ados qui aiment bien se prendre en photo Ce n'est pas méchant, mais il faut nettoyer la tablette après. On a pas mal galéré dessus, en particulier parce que sur Androïd, il existe une session toujours disponible par défaut, la session Invité, qui permet de faire sauter toute restriction existante, y compris les applis de contrôle parental ! Je n'ai jamais compris la logique du fourbi, qui existe aussi sur les smartphone et permet à n'importe qui de téléphoner - y compris un voleur... L'appli qui fonctionne bien, pour info, c'est "Kid's place", qui bloque ce compte Invité et est simple d'utilisation et gratuite. Pour 2 tablettes, c'est amplement suffisant et gérable. Un autre point : on vient de mettre en place le prêt numérique. On a donc installé près des romans deux tablettes supplémentaires qu'on n'utilisait pas (iPad + Androïd) pour proposer les extraits de nos livres numériques, pour accompagner la com' sur ce nouveau service. On les a viré au bout d'un mois : les seuls utilisateurs étaient les ados, soit pour utiliser les prises pour recharger leurs portables, et les chauffeuses qu'on avait installé avec, soit pour jouer avec. Les extraits, personne ne s'y intéressait... Un point important, d'ailleurs, qui ne concerne pas que les tablettes : la présence de sièges confortables influe grandement sur l'utilisation des nos tablettes - ou un usage type "glandage" J'ajouterai que ça nécessite de la maintenance, de la surveillance aussi (on nous a piqué les câbles de recharge !). Nous avons aussi une offre en Jeunesse dont je ne parlerai pas car je n'ai pas vraiment suivi l'affaire, mais qui est, comme partout, plus approfondie, avec des animations - ce que nous ne faisons pas en Adultes.
  25. La CNIL et les bibliothèques

    Bonjour Franck Pour la CNIL, il est question du traitement des données et de la finalité de ce traitement. Pas des logiciels que tu utilises. => pour traiter les données, tu n'es pas limité à ton seul SIGB. Lien cité par Ferris (https://www.cnil.fr/fr/declaration/ns-009-bibliotheques-mediatheques) - Fournir des informations individuelles pour la gestion financière des prêts et la récupération des ouvrages ou supports prêtés ou consultés ; - éditer des états statistiques dépersonnalisés pour les besoins de gestion et d'amélioration des services rendus (nature des ouvrages et des documents d'archives les plus souvent consultés, nom des oeuvres et des auteurs ou références des documents d'archives, etc.) Tu remarqueras que la version simplifiée ne fait pas état de mails d'information ou de newsletters. C'est donc à toi de le signaler à tes lecteurs lorsque tu leur fais une carte d'abonnement, qu'ils puissent s'y opposer s'ils le souhaitent. Dans ton cas, s'il s'agit juste d'un changement de logiciel, et donc un transfert des données de l'ancien logiciel vers le nouveau, ça ne change pas la finalité du traitement des données. Pour le portail, tout dépend si tu changes de prestataire/hébergeur ou pas. Si c'est le cas, pour bien faire, il faudrait demander à l'ancien prestataire de supprimer les données personnelles de tes usagers... s'il en collectait. Et peut-être vérifier que le nouveau prestataire va procéder à une déclaration CNIL Rien que pour s'assurer de la sécurité des données personnelles de tes usagers Toujours, s'il y a une collecte de données personnelles.
  26. Bibliothèque publique en gestion collégiale

    Intéressant retour Isalabib. Est-ce que c'est vraiment compté dans les statistiques d'ouverture des structures et dans les moyennes nationales ? Vu que tu travailles en BDP (ok, là aussi on ne dit plus BDP), tu as peut-être plus d'info. Ah, enfin quelqu'un qui a aimé. Si, si, c'est lui, c'est bien le Ferris qui me fait réfléchir. Et c'est bien pensé de sa part. Le problème, c'est qu'à regarder les horaires d'ouverture sur le net, ce n'est pas du tout une donnée que je vois. Partout autour de chez moi, ils ne le font pas. Je ne l'ai pas fait non plus, en me demandant un peu pourquoi on ne le signalait pas. Trop de surcharge sur les horaires ? Il va falloir que je revois ça. Même si j'ai des lecteurs qui passent quand même pendant les heures scolaires. Tout en sachant fort bien que ce sont des heures réservées. 100 % d'accord. Pas faux non plus. Et cette mise en garde s'adressait peut-être avant tout à moi. Je vais en prendre acte. Merci à toi Isalabib pour ce BigFish. Bernard
  27. Le Diplôme d’Université « Techniques documentaires et médiation culturelle » est une formation de base au métier de bibliothécaire, documentaliste. Cette formation est accessible à partir du baccalauréat. Le DU s'adresse aux vacataires, contractuels, bénévoles en poste dans les bibliothèques (universitaires ou territoriales) ou dans un centre de documentation et qui n’ont pas de formation spécifique, aux salariés, demandeurs d’emploi en réorientation professionnelle qui veulent se former au métier de bibliothécaire-documentaliste. Le DU comprend 400 heures de cours et 140 de stage - Les cours se déroulent les lundis et jeudis de septembre à mai. 28 personnes suivent le cursus chaque année. La formation existe depuis 1995. Le recrutement est sélectif. Vous pouvez vous renseigner par mail : Isabelle.antonutti@parisnanterre.fr Vous trouverez tous les renseignements sur le site de Médiadix
  1. Charger plus d’activité
×