Toute l'activité

Affichage de[s] tout le contenu posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement   

  1. Hier
  2. Bonsoir, oui, se faire embaucher en collectivité territoriale aujourd'hui c'est difficile, mais pas uniquement pour la filière culturelle! Des reçu-collés, il yen an aussi dans la filière administrative! Concernant ton parcours, tes envies, ce qui se passera ensuite: si tu es admise aux concours état tu passeras nécessairement par la case enssib: 6 mois pour bib, 18 mois pour con's admise en territo: 18 mois à l'INET pour con's des cours, de stages, l'occasion de te créer ton réseau. Dans ma promo de con's terr, il y avait 4 enseignants, dont 1 prof de collège-stagiaires: toutes et tous ont trouvé un poste et sans omission ni modification sur leur CV, donc c'est possible! Pour bib terr, là effectivement ça se corse: peu de postes aux concours, peu de postes proposés, donc c'est rude mais faisable. Atypique, je le suis un peu parce que pour tout dire, le jour où l'on m'a proposé un poste de chef de projet chez un éditeur de progiciel, bin j'ai démissionné pour y aller! Fallait voir la tête de la RH quand je suis venue donner en main propre ma démission! En entretien, sur mon CV, j'ai toujours été claire sur mon parcours, ça ne m'a pas porté préjudice, au contraire. Je n'ai qu'une chose à dire: si vraiment les bib t'intéressent, fonce, passe les concours. Si ça se trouve tu sera reçue en état, et si c'est en territo, bin tu chercheras rt tu trouvera parce que les gens motivés sont préférés -et de loin!- à ceux qui rentrent par hasard parce qu'il y avait de la lumière. Ferris a raison on en a un paquet de titulaire suite à une série de contrats aidés (TUC, CES/CEC, CEJ, CUI, CAE...) alors la fraîcheur et la motivation, ça fait du bien! Bon courage!
  3. Là où j'ai fait mon premier stage, j'ai réalisé une bibliographie : il s'agissait de dire au public d'un théâtre ce qu'il y avait dans les fonds au sujet de l'auteur de la pièce, pour faire venir les spectateurs à la bibliothèque. Elle a été imprimée et distribuée aux spectateurs.
  4. La dernière semaine
  5. Bonjour à tous ! Je relance ce topic un peu ancien mais terriblement d'actualité ! Je me présente, Léa, je suis étudiante en DUT AS Métiers du livre, option bibliothèques à l’IUT Bordeaux-Montaigne. J’écris actuellement un mémoire sur les « médiathèques à l’heure du développement durable ». J'ai mis en place un petit questionnaire pour découvrir les médiathèques qui organisent des actions en faveur du développement durable (les projets et les limites qu'elles rencontrent). Même si vous ne vous sentez pas concerné par la problématique, votre avis m'intéresse ! Il est un peu long (8 min.) mais si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas écrire sur le forum (ou à me contacter par email sur chappat.lea@gmail.com). Je donne mon avis ! Débuter le questionnaire. Merci à tous pour vos réponses !
  6. Il n'y a pas de "discours usé sur l'ABF" sinon celui qu'elle tient sur elle-même. 1) Il y a une réalité de perception qui change, comme le vécu des personnels, et les récentes interpellations faites à l'Association sur son action et sa représentativité par "la base" le prouvent, qu'elles soient justifiées ou non. Le "discours usé" serait éventuellement celui des réponses apportées à cette "base" par l'association elle-même. Depuis 2015, Lyon, Toulouse, Marseille, Paris, Grenoble, Clermont-ferrand, Rouen, Rennes, Dijon, Le Grans Auch etc...y compris des BU, ont connu des mouvements de grève. Un témoignage : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1632168-bibliothecaire-je-suis-en-greve-je-refuse-de-travailler-dans-une-usine-culturelle.html Et 2 articles d'Archimag la-dessus : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/06/19/grèves-bibliothèques-généralisent-france http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/06/15/bibliothèques-seront-elles-fusibles-crise-économique 2) Il y a aussi une réalité chiffrée dont on parle bien peu. Idem pour le "renouvellement des adhérents". En 1987 on pouvait lire ceci dans une étude ABF (dont la methodologie est interessante par ailleurs http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/41563-travail-sur-le-fichier-des-adherents-de-l-abf.pdf ) :" Chaque année l'A.B.F. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés par le départ d'autres membres." En 2015 on peut lire ceci dans Actualitté https://www.actualitte.com/article/monde-edition/une-campagne-d-adhesion-de-l-abf-pour-casser-les-idees-recues/53783: Pour l'année 2014, l'association fait part d'un chiffre de 2610 adhérents, dont 721 nouveaux inscrits dans l'année. Le nombre est en hausse depuis plusieurs années, mais encore loin des niveaux du début des années 2000, plus proche des 3500 adhérents. Pour y remédier, l'association espère rassembler plus de personnel des bibliothèques spécialisées ou universitaires, et « casser » une image très liée aux bibliothèques de lecture publique. Je ne sais ce qu'a donné cette tentative d'enrayer la chute par un trèèès large ratissage et cette volonté affichée de se voir moins perçue comme "liée aux bibliothèques publiques" (!) tout en tenant un discours qui semble avoir fait long feu : Mais nous voulons aussi nous adresser, par exemple, aux agents de catégorie C, qui ont l'impression que l'ABF n'est pas faite pour eux. Ceci dit cette campagne de 2014 (illustrée par les super dessins de Bibliopathe) a du porter ses fruits puisque l'association affiche sur son site 3000 adhérents fin 2016. Mais, la précision importante est donnée clairement : 3000 adhérents : professionnels des bibliothèques ou concernés par le livre et l’univers numérique ainsi que les différents supports de culture et d’information (libraires, éditeurs, prestataires de services…), établissements ou collectivités (bibliothèques, centres de documentation, municipalités…) Effectivement la largeur du râteau est impressionnante. Les chiffres moins. On aurait du rajouter "les lecteurs", vu qu'ils sont très concernés. Mais qu'en pensent les agents des "bibliothèques municipales". Ils sont en train de s'exprimer justement, face à des réalités de terrain de plus en plus brutales, particulièrement dans les intercos et métropoles. Donc on verra bien... D'ailleurs, comme dit la Présidente en conclusion "Ce qu'en fera la nouvelle génération... c'est la suite du parcours !" Ben tiens, tiens Simone, passe-moi la savonnette, faut que je me lave les mains....
  7. Tu as des tapis en laine ou en coton mais c'est plus cher que le polypro ou le sisal, et surtout plus difficile à nettoyer. Vois d'abord avec la femme de ménage car il faudra le faire chaque jour ou après chaque animation sinon c'est un nid à bactéries pas possible. Et le shampoing à sec, c'est cher aussi. Prends pas de l'uni, on voit tout de suite les taches. http://www.benuta.fr/?&mkwid=srE5vozp0_dc&pcrid=162191663915&pkw=%2Btapis&pmt=b&gclid=COuG89bZjtQCFQ46GwodZqMPrw Nous on a un peu ça, en laine, mais on le roule après chaque animation http://www.benuta.fr/tapis-en-laine-dip-dye-bleu-3.html . En 2m sur 3, avec des coussins autour, ça te fait un espace bébés lecteurs ou heure du conte assez sympa.
  8. Bonjour, Pour équiper les espaces jeunesse de nos médiathèques, je suis à la recherche d'une alternative à l'achat de tapis en polypropylène pour des raisons écologiques, hygiéniques et d'entretien, tout en souhaitant conserver le côté convivial et chaleureux des tapis. J'ai testé plusieurs autres produits, mais aucun n'est satisfaisant: tapis en cisal peu confortables, tapis en mousse peu esthétiques... Pourriez-vous me faire part de vos expériences à ce sujet, si vous en avez ? En vous remerciant Cordialement Saskia77
  9. Merci beaucoup ! J'ai mes résultats et je suis première sur liste complémentaire ! J'espère que ça passera et qu'il y aura un poste pour moi. Je vais quand même prendre contact avec les SCD dès que les postes seront publiés (sait-on jamais...). Peut-on connaître les désistements s'il y en a ? Comment ?
  10. Y a pas de bibli-miracle. Surtout dans les petites, qu'ont pas de sous ni de personnels, mais le miracle c'est toi qui doit le réussir. C'est un vrai challenge. Et c'est finalement beaucoup plus valorisant, quand ça marche, que d'être bloqué dans les tâches routinières d'une grosse structure. Lis ce que je répondais à une collègue en 2013 la-dessus http://www.agorabib.fr/topic/192-question-de-management/#comment-1978 Suffirait donc de montrer qu'on en veut et qu'on s'en donnera les moyens ? Ben oui, finalement c'est un bon résumé des entretiens réussis. T'as un produit à vendre, toi, ta disponibilité, quelques projets, pas trop. Les élus sont peu compatibles avec le jargon bibliothéconomique. Parfois les enthousiastes qui vident leur sacoche de projets, de rêves, d'envies et de diplômes sur la table, ça les indispose. Ce qu'ils veulent, c'est te connaître toi, d'abord. Pourquoi tu as choisi leur commune, est-ce que tu comptes rester, est-ce que tu as une idée bien claire des moyens que tu auras pour bosser, est-ce que toi, parisienne de culture estudiantine, tu as une idée claire de ce qu'est un tout-public rural ? Ils ont des doutes et les aisselles qui suintent. Donc tu les rassures, tu les charmes, t'étales pas ta science de documentaliste dont ils se foutent éperdument, et surtout, tu te renseignes à fond sur le terrain, LEUR terrain, ses associations, ses partenariats possibles etc...A la fin de l'entretien tu es compatible. Ou non. Bon, pour le corsage, faut éviter le dégrafage évidemment. Ou éviter le corsage, carrément. Ceci dit, en été, si l’ambiance est cordiale, il n'est pas interdit de défaire un bouton de plus, ou deux, à un joli chemisier. Et de te pencher légèrement vers Monsieur le Maire à certains moments pour appuyer une partie de ton discours, souriante et rougissante comme tu le fais déja. Et s'il rougit et sourit aussi, c'est gagné. Evidemment tout doit rester dans le stylé, la légèreté, l'aisance, l'élégance parisienne. On appelle ça une démarche positive vers la convivialité. Et tu l'auras ton CDD de 6 mois
  11. Je vous remercie pour vos réponses ! J'ai effectivement l'impression que chacun construit son poste selon les besoins et que le flou artistique est tout à fait toléré. Le métier de coordinateur varie à chaque territoire ! Je pense que je proposerai de modifier simplement la compétence partielle pour l'élargir à la politique documentaire, cela ne constituera pas une obligation de participer aux acquisitions.
  12. Après Montpellier-Lyon, Bâle-Strasbourg, et Toulouse-Bordeaux, la 4e édition de Cyclo-biblio vous emmènera pour un tour du lac Léman à la découverte d’une quinzaine de bibliothèques suisses et françaises du dimanche 18 au samedi 24 juin 2017. Voir l'article complet
  13. L'Association des Bibliothécaires de France (ABF) félicite Édouard Philippe pour sa nomination en tant que première ministre du gouvernement d'Emmanuel Macron. Nous nous réjouissons qu'un homme politique attaché au développement du livre et des bibliothèques soit nommé à ce poste. Voir l'article complet
  14. Avant
  15. Bonjour Polynne Ah ok, tu veux télécharger tes ebooks directement sans passer par la case ordi. Donc via Wi-Fi. As-tu fait ceci (site de la FAQ Booken) : https://service.bookeen.com/fr/Knowledgebase/Article/View/307/153/le-telechargement-via-un-cybook-clients-bookeenstore Et est-ce que la validation (4eme colonne) avec le login Adobe-id a bien fonctionné ? Le problème pourrait venir de là. Autre point : as-tu essayé avec un autre libraire ? https://service.bookeen.com/fr/Knowledgebase/Article/View/308/153/le-telechargement-via-un-cybook-clients-e-librairie Toutes ces DRM, c'est d'un compliqué ! Bon courage. Bernard
  16. Merci de ton témoignage. Chaque collectivité fait ce qu'elle veut en CT. Nous, on n'a pas de "journées du Maire" (on appelait ça comme ça avant), pas de jours d'ancienneté ni jours exceptionnels. Ta situation n'est pas unique. Mais tout ça s'apparente en fait a un régime indemnitaire "en nature". Ce n'est pas statutaire mais, c'est le fait du Prince. Les petits cadeaux locaux. Rien d'illégal en fait, audit ou non. Maintenant c'est aussi à partir d'exemples comme ça, soigneusement sélectionnés, effectivement le plus souvent sur de grosses communes, que de "braves personnes" conspuent les fonctionnaires qui feignassent "et ne "font même pas les 35h" (propos largement entendus pendant la campagne récente). On est tous mis dans le même sac. Et ça c'est dommageable. Pas besoin d'audit, le mal est fait depuis longtemps. Et avec le concours des syndicats, en plus. Mais cette fois, c'est annoncé, l'heure de l'addition est arrivée....
  17. Je viens d'avoir un retour perso sur un entretien (de recrutement mais qu'on peut sans doute étendre aux oraux de concours) qu'un candidate à jugé raté (elle a été refusée, à son avis pour cette raison) parce que son portable (qui n'était pas en mode vibreur) a sonné pendant l'entretien , et qu'elle a augmenté le problème en répondant (après s'être excusée). C'est peut-être con de souligner cet aspect, mais on ne sait jamais. ETEIGNEZ VOS PORTABLES ! Et en cas d'oubli, laissez sonner et ne répondez pas, vous diminuerez ainsi la portée du problème.
  18. OK. N'oublie pas tes trois mois de préavis pour faire ta demande de prolongation. Pour ce qui est de la Territoriale, lis bien ce qui concerne la fin ou fin anticipée de détachement sur https://www.cdg47.fr/grh_mobilite_detachement.php , il y des trucs un peu tordus qu'il ne faut surtout pas oublier...
  19. Excellent article dans l'ensemble . Les points forts : Pour nous, la fermeture d'un équipement ne peut pas être un tabou nous avons rappelé dans un communiqué l'importance des bibliothèques de proximité Les deux propositions ne sont pas contradictoires. Les points sensibles : l'ABF a bien le souci de représenter l'ensemble des personnels des bibliothèques l'ABF n'est pas un syndicat mais une organisation professionnelle militante engagée en faveur du développement des bibliothèques. la touche populiste (il en faut) : nous avons pourtant un adjoint du patrimoine et plusieurs assistants du patrimoine comme présidents de groupes régionaux. Le chipotage à la Ferris : un second article apportant un point de vue divergeant sur le même sujet Divergeant ou divergent ? Divergeant est un participe présent. Donc invariable. Si on avait utilisé l'expression "idée" au lieu de "point de vue", l'accord n'aurait pu se faire. Divergent est un adjectif. En l'occurrence c'est ce qu'il fallait utiliser.
  20. Voui. Moi aussi je peux faire une revue de presse, mais sur le vrai sujet : la fonction publique, pas la culture. Je ne cesse de le répéter depuis des années, nous ne sommes que des acteurs culturels de service de dernier niveau, et toute notre action est liée à nos conditions d'exercice, statut ou pas. L'ouverture du dimanche n'en est qu'un tout petit point, mais il peut donner le "la" . Tant que l'ABF restera, dans ses positionnements, le cul entre deux chaises, entre culture et service public, se servant de l'éthique comme passerelle, elle n'aura aucun poids réel sur les choses et restera dans le déclamatoire et des proclamations qui auront toujours une guerre de retard sur ce que vit "la base". Pas plus d'importance finalement que la parité hommes/femmes dans les nominations. Bon, lisons la presse sous le casque à frisettes : La “Fonction publique” perd son ministère et se voit rapatriée à Bercy (Acteurs Publics): on ne devient plus qu'une question de fric. Plusieurs syndicats de fonctionnaires se sont inquiétés mercredi de l'absence d'un ministère de plein exercice pour les 5,4 millions d'agents des trois fonctions publiques (Etat, territoriaux et hospitaliers), et surtout du lien entre action et comptes publics dans le portefeuille de Gérald Darmanin. (France Soir) Un mauvais signal donné aux agents" alors qu’ils représentent "un emploi sur cinq". "La réunion de l’action publique et des comptes publics dans un même ministère renvoie à un passé où la RGPP (dont la mesure phare était le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux dans la Fonction publique d'Etat, ndlr) avait réduit la politique fonction publique à une gestion mécanique par les seuls coûts". (Unsa) Macron veut juger les ministres aux résultats et les fonctionnaires au mérite. (...) Autre écueil auquel il sera rapidement confronté, celui du statut des fonctions publiques d’État, territoriale et hospitalière dont les principes communs sont toujours régis par la loi Thorez de 1946. Et s’il veut réellement installer la méritocratie chez les 5,5 millions de fonctionnaires français, il va devoir passer par la décorrélation de leurs trois statuts afin de pouvoir toucher à certaines catégories sans être contraint par d’autres (Le Dauphiné libéré) Donc c'est clair, le ton est donné. Et on voit bien que nous ne serons jamais le souci d'une grosse pédégète de l'édition défendant "les auteurs et l'amour du livre". Je sens qu'on va la regretter la mère Lebranchu... EDIT: A lire : Quatre grands chantiers de Françoise Nyssen à la Culture sur http://next.liberation.fr/culture-next/2017/05/18/quatre-grands-chantiers-de-francoise-nyssen-au-ministere-de-la-culture_1570410 Pas un mot sur la lecture publique. Par contre on pourrait peut-être miser un euro sur le premier ministre. Article de Livres-hebdo : (...) son réel engagement pour la lecture publique ont régulièrement fait mouche lors de ses interventions auprès des professionnels des bibliothèques. "J'ai lancé une politique de la lecture audacieuse il y a 6 ans parce qu’au Havre, tous les indicateurs sociaux sont moins bons que la moyenne nationale, expliquait-il notamment le 28 janvier devant les représentants régionaux et nationaux de l’Association des bibliothécaires de France réunis dans la cité normande. La philosophie de notre politique, c’est de promouvoir la lecture sous toutes ses dimensions, réussite scolaire, apprentissage, cohésion sociale mais surtout plaisir. On s'adresse à tous y compris ceux qui ne savent pas encore qu'ils aiment lire. Il s’agit d’un défi économique, social, intellectuel à relever", poursuivait-il. L'un des établissements du réseau, la bibliothèque Oscar Niemeyer, venait d'ailleurs d'être distingué par le prix de l'Espace intérieur du dernier Grand prix Livres Hebdo des bibliothèques. La bibliothèque municipale du Havre, avait également reçu le Grand prix Livres Hebdo des bibliothèques en 2012, récompensée pour son action multiforme "Lire au Havre", emblème d'un engagement sur le long terme.
  21. Tu vas sur Agorastore de temps en temps : http://www.agorastore.fr/vente-occasion/vehicule/poids-lourd/camion-bibliobus-101370.aspx. ou http://www.agorastore.fr/vente-occasion/vehicule/poids-lourd/bibliobus-27747.aspx. ou http://www.agorastore.fr/vente-occasion/vehicule/poids-lourd/bibliobus-53946.aspx et d'autres sites comme https://www.webencheres.com/materiels-occasions-89479/vehicules/poids-lourds/cars-bus/bibliobus-renault Le problème c'est que ce sont essentiellement des poids lourds. Ou alors il faut se lancer sur un véhicule de type fourgon et le faire aménager. Et là c'est pas le choix qui manque....
  22. Conférence par Jérôme Pouchol de 10 heures à 16h30, le lundi 3 juillet 2017. Dans un contexte de tension (éditoriale et budgétaire) et de mutation (territoriale et culturelle), les bibliothécaires sont nécessairement amenés à (re)penser et à expliciter leur politique documentaire, tout en considérant les conditions méthodologiques et organisationnelles de son efficacité. Cette politique gagnera désormais à s’opérer dans un cadre transversal et mutualiste, au plus grand bénéfice des usagers comme au service de l’intelligence collective. Quels sont les enjeux d’une politique documentaire formalisée en réseau ? Quels sont les ressorts (humains, techniques, organisationnels) de sa mise en œuvre ? Journée gratuite sur inscription Organisée par Médiadix, - 11 avenue Pozzo di Borgo - 92210 Saint Cloud - Renseignements Isabelle Antonutti (isabelle.antonutti@u-paris10.fr)
  23. Bonjour, Pour une projet de formation et de sensibilisation à la recherche d’information en ligne nous nous recherchons à acheter un bibliobus d'occasion. De préférence en VL (pas de poids lourd). Je suis preneur de toutes pistes ou propositions raisonnables ! Merci
  24. Attends, redescend du tabouret et enlève la corde, doucement. Il y a quand même un truc qui se profile. Bon, c'est du long terme mais c'est quand même une ouverture. Il va tenter le coup de faire élire députés des gens qui ne sont pas élus locaux. Or, qui fait les lois en France ? Les députés. Or, jusqu'ici il étaient tous maires, en gros. Donc, inutile d'attendre de ces gens là qu'ils votent un jour une loi sur les bibliothèques, ils se tireraient une balle dans le pied en s'imposant à eux-mêmes des charges nouvelles. Mais avec des gens qui ne sont pas élus locaux, la vision des choses peut changer. Tu vois le truc ? Bon, si le lobby ABF fait ce qu'il faut, il n'est pas dit que... Sinon, à court terme, je ne suis pas sur que ton raisonnement : plus d'horaires donc plus de bibliothécaires (si j'ai bien compris), tienne la route. On vit déja très largement, surtout dans les réseaux, à coup de mutualisation et de mobilité, le fait de faire plus avec moins. Et comme tu le dis très bien, faudra faire plus avec dix milliards de moins. Donc ce n'est pas que le ramassage des ordures qui va morfler. Nous aussi.
  25. Bonjour, Je cherche des témoignages de personnes ayant passe le concours d'assistant spécialisé de la ville de paris plusieurs fois, et qui l'ont réussi. Je viens de le passer pour le seconde fois, je n'ai pas été admissible, je suis très découragée et je me dis que j'y arriverai jamais.
  26. Merci Isa, et tu as raison, je me demande si effectivement il n'y a pas un lien avec la PPCR, bien que pour les A cela ne devait commencer qu'en 2018, d'après ce que j'avais lu. Apparemment ils commencent plus tôt. La refonte des grilles indiciaires avec la revalorisation des indices bruts (IB) et des indices majorés (IM) qui interviendra entre le 01/01/2016 et le 01/01/2020 en fonction de la catégorie (A, B ou C) et en fonction du cadre d'emplois. En contrepartie de ces points d'indices majorés, il sera appliqué aux fonctionnaires un abattement sur tout ou partie des indemnités
  27. Bonjour à tous, J'ai également vu plusieurs bibliothèques proposer un service consigne / vestiaire. Nous envisageons d'ailleurs de rajouter un petit espace dédié chez nous. En-dehors du plan Vigipirate, je me pose aussi la question des autres réglementations dédiées aux vestiaires dans les ERP (Établissements recevant du Public). Si je ne me trompe pas, une bibliothèque est un ERP de type S : http://www.abf.asso.fr/fichiers/file/Pays-de-Loire/Sécurité - E_ Fabart.pdf Il y a par conséquent plusieurs règles spécifiques à respecter : https://www.armoireplus.fr/vestiaire-erp-reglementation/ pour éviter notamment de placer des vestiaires à un endroit inapproprié gênant la circulation, s'assurer qu'ils soient bien fixés, notamment en cas d'incendie. Cela vaut pour un vestiaire, mais aussi pour le "gros mobilier" de façon générale. N'oubliez donc pas de prendre aussi en comptes les consignes applicables aux ERP !
  28. Journée d'étude organisée par les élèves conservateurs promues, DCB26 promotion "Nina Simone" : Marie-Dominique Biron, Monique Calinon, Marie-Josée Krill, Catherine Marc, Sandrine Mousin, Natalie Niang, Catherine Pichot. L'offre musicale en bibliothèque s’est beaucoup transformée en raison notamment de l'évolution des supports et des modes d’écoute. Les bibliothèques sont ainsi passées pour ce qui concerne la musique enregistrée d'une logique d'emprunts à une logique de consultation. Nous vous proposons un panorama des usages dans les bibliothèques musicales spécialisées, municipales et d’État. Toutes accordent de plus en plus d'espace à l'écoute et à la pratique musicale en leur sein grâce à des espaces dédiés. L'emprunt ou la consultation à distance ne sont pas délaissés pour autant : mise à disposition d'abonnements à des plateformes en ligne, prêt d'instruments, de partitions et autres documents musicaux. Dans ce contexte en évolution, quelles propositions les bibliothèques ont-elles mises en place afin d'offrir aux publics un accès musical le plus large possible tout en respectant la propriété littéraire et artistique et en tenant compte de contraintes budgétaires de plus en plus marquées ? Tout public. Entrée libre sur inscription : formulaire en ligne Programme 10h - 11h : Visites de bibliothèques sur inscription 1-Bibliothèque du conservatoire de Lyon, 4 montée Cardinal Decourtray, 69005 Lyon 2-Bibliothèque du conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD), 3 quai Chauveau, 69009 Lyon 3-Bibliothèque municipale de Lyon la Part-Dieu - département musique, 30 boulevard Vivier-Merle 69003 Lyon 4- École Nationale de Musique, Danse et Art Dramatique de Villeurbanne (ENM) 46, cours de la République, 69100 Villeurbanne Déjeuner libre 13h30 : Ouverture de la journée par Yves Alix, directeur de l’Enssib 13h35 - 13h45 : Introduction par Monique Calinon et Marie-Josée Krill, promues DCB26 13h45 - 14h15 : Tour d’horizon de l’offre musicale en bibliothèque aujourd’hui : les collections, la médiation autour de la musique, l’aménagement des espaces, le matériel d’écoute par Amandine Minnard, responsable du Pôle Musique, médiathèque José Cabanis Toulouse. 14h15 - 14h45 : Les aspects juridiques par Yves Alix, directeur de l’Enssib. 14h45-16h45 : Quelle offre musicale et quelle offre de services dans les bibliothèques spécialisées et les bibliothèques d’État : retour d’expériences. Tables rondes animées par Amandine Minnard - 14h45 : Table ronde 1 - les bibliothèques spécialisées . Conservatoire national supérieur de musique et de danse, Valérie de Wispelaere, directrice, Nathalie Castinel, en charge des projets de numérisation . Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), Laura Jouve-Villard, chargée de recherche 15h35 : Pause musicale 15h45 : Table ronde 2 - les bibliothèques d’État . Bibliothèque universitaire de Saint-Étienne, Hélène Fortin, responsable du département des Services aux usagers . Bibliothèque nationale de France, Pascale Issartel, directrice du département de l’Audiovisuel . Bibliothèque publique d’information, Enora Oulc’hen, chef du service Musique 16h45 : Clôture de la journée par Nathalie Marcerou-Ramel, directrice des études et des stages, Enssib. 17h : Apéritif musical, concert par les élèves de la promotion DCB 26. Contacts : Julia Morineau : julia.morineau@enssib.fr Catherine Marc : catherine.marc@enssib.fr Adresse de l'événement: Enssib 17-21 bd du 11 novembre 1918 - 69100 Villeurbanne
  1. Charger plus d’activité