Aller au contenu

Toute l'activité

Affichage de[s] tout le contenu posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Hier
  2. Déçu ? Tu rigoles ! J'adore les vieilles surtout avec ton avatar tout de fourrure, de cuir et de prédation dans la nuit sylvestre et boréale ...(C'est fou comme on peut être méchant dès qu'on fait dans la poésie de supermarché). Je t'ai lu, entendu, compris, j'ai retrouvé dans tes indignations et tes colères mes fondamentaux et mes idéaux de jeunesse. Alors peu importe la fourrure...
  3. Créer un réseau c'est d'abord poser un projet de service. Sur cinq ans au moins. Et si un projet de navette en fait partie, il définit les obligations de chacune structure, les coûts inhérents et l'investissement personnel des agents de la Centrale et de la BDP (dont l'apport en livres, expos etc... va aussi passer ensuite en navette locale, il ne faut pas l'oublier.). Cela définit un calendrier et des heures de passages adaptés à chacun. Nous avons opté pour un passage hebdomadaire du mercredi matin car il incluait ainsi les petites structures type point-lecture ouvertes le mercredi et samedi. Les horaires sont précis. Départ de la Centrale à 9h30, passage à 10h15 chez untel etc...( 11 structures en tout) et retour à la Centrale vers 12h30. C'est contractualisé, pas question de dépassements horaires. Récemment l'interco a décidé de remplacer la navette interne (conduite par une bibliothécaire) par le recours à un prestataire de service. Le calcul est simple : entre le coût du temps de travail (y compris préparation) d'un agent et le coût prestation d'un chauffeur, c'est le prestataire qui a gagné. Par contre pas question pour les structures desservies de ne pas être au rendez-vous à l'heure dite. Inconvénient notamment pour les structures bénévoles dont la conception des horaires est parfois un peu flottante. Autre inconvénient, que je trouve majeur : un bibliothécaire pouvait lors de ses passages transporter de l'information, se tenir au courant des problèmes des uns et des autres, apporter des réponse etc...Bref il était le "fil rouge" du réseau, un lien essentiel. Aujourd'hui, nous avons affaire à un chauffeur, bonjour/au revoir, c'est tout. C'est à mon avis une très très grosse erreur que des "réunions" mensuelles ou autres ne peuvent remplacer. Oui, tu es de fait chef de réseau. Et tu le seras, que tu le veuilles ou non. A toi de savoir limiter ou encadrer cette notion d'autonomie qui est héritée de temps anciens et qui n'est plus de mise. C'est une des choses les plus difficiles à faire passer. Tu bouleverses des habitudes, tu crées de fait, tu essaies de faire comprendre du moins, qu'il y a désormais une interdépendance indispensable entre les uns et les autres, qu'il est devenu impensable de ne pas savoir ce qui se passe ailleurs et que, oui, il y a, pour faire tenir tout ça, un coordinateur, dont la voix est décisive. Ceci dit tu peux confier cette tâche à une de tes agents, mais choisis-la bien car son "relationnel" sera décisif.
  4. Smilodon fatalis

    Belfort en souffrance

    Ce jour dans la version en ligne de Politis, article en accès libre: "Des écrivains alertent sur l'avenir de la bibliothèque de Belfort" "Suite à une baisse de budget, qui risque de fragiliser la bibliothèque municipale de Belfort, des auteurs adressent une lettre ouverte au maire et aux élus de la ville." https://www.politis.fr/articles/2018/06/des-ecrivains-alertent-sur-lavenir-de-la-bibliotheque-de-belfort-39030/
  5. B. Majour

    Entretien de recrutement en secteur musique

    Je pense, je sens Non. Tu sais. Si tu ne sais pas, tu n'es pas encore dans la place. Voyons voir si tu sais vraiment. Alors "rapidement". Donne-nous trois bonnes raisons pour travailler dans cette médiathèque. Pas une médiathèque hypothétique, celle pour laquelle tu postules, celle qui est inscrite dans un territoire, celle qui a un passé et des animations musicales. Celle qui a un fonds musical. Tu dis : je pense que j'en serais (conditionnel ! . Grrrr) capable de m'y investir à fond. Donne-nous trois façons de t'investir à fond dans le domaine musical. Je sens que j'ai les capacités nécessaires pour apporter. Donne-nous tes trois capacités principales pour remplir cette tâche. Là, tu auras déjà neuf raisons d'être présente à cet entretien. Tu peux les compléter par trois projets que tu as, que je pourrais te poser avec la question suivante : Vous allez avoir quatre mois devant vous, qu'allez-vous faire de ce temps ? 12 raisons. Une treizième. Pourquoi discothécaire et pas jardinière devant la bibliothèque ? Parce la jardinière aussi elle peut dire (et moi pareil, c'est dire) : "car je pense que je serais réellement capable de m'y investir à fond et je sens que j'ai les capacités nécessaires pour apporter ma passion et mon enthousiasme à cette médiathèque." Un poste de discothécaire me fait envie Fais un mindmap. Dans le rond central un poste de discothécaire me fait envie, et en étoile toutes les raisons de ton envie. Et ensuite, pour chaque raison, une preuve et ce que tu veux en faire dans la médiathèque. Exemple, tu aimes la musique, laquelle, pourquoi... et pour quoi faire (qu'est-ce que tu vas en faire par rapport au public.) Tu ne penseras plus, tu ne sentiras plus, tu sauras. Et ça fera une énorme différence dans ta candidature, parce que tu auras un projet. Tu seras déjà en place. Et pas d'excuses : Depuis de nombreuses années maintenant. Tu sais pourquoi. Reviens-y plusieurs fois si nécessaire. Formalise et deviens unique. Bernard
  6. La dernière semaine
  7. Ferris

    Carte professionnelle pour les musées?

    En tant que personnel de bibliothèque disposez-vous d’une carte permettant de rentrer gratuitement dans les musées ? NON ! Position citoyenne développée en janvier 2017 sur http://www.agorabib.fr/topic/2948-et-vous-comment-voulez-vous-contribuer-à-la-vie-de-labf/?page=2 Refusons les avantages, bénéfices, complaisances, exclusivités, exemptions, faveurs, injustices, passe-droits, prérogatives, primautés, priorités, obtenus individuellement ou collectivement, en payant ou en jouant de sa qualité de ceci ou de cela. Je ne passerai pas mon droit de faire la queue, car c'est un droit. C'est quand même effarant que l'on accepte de faire la queue au supermarché, parce que là on est tous égaux devant l’œil de la caissière, pour jouer des coudes et arguer de sa profession ou de sa qualité de membre d'une association X de trous du cul quand il s'agit de visiter un monument. Alors, ça gueule comme des veaux à l'abattoir quand ça se fait passer devant en recrutement par la petite nièce du député-maire, mais ça sort sa carte professionnelle, ça brandit son grade, et ça sortirait le reste s'il le fallait, pour passer devant l'abruti touristique, le con fini qui paie plein pôt et en plus s'enfile des heures à piétiner sous la pluie pour s'esbaudir devant les splendeurs républicaines, ce ravi de la crèche qui, en plus, n'y comprendra rien, vu qu'il n'est pas du métier, lui. C'est effarant le nombre de tordus inutiles, de parasites incultes, qui ont le culot de freiner notre ardeur professionnelle. Nous, on s'esbaudit pas, on s’émerveille pas niaisement, on se cultive, on s'imprègne, on fusionne avec le socle historique de notre bô métier, y a quand même une nuance. Que la populace laisse la place. Y a des fois où je me dis que si on obligeait les bibliothécaires à payer leur cotisation dans leur propre bibliothèque, y en a qui ne s'inscriraient pas.
  8. Ferris

    recrutement sans concours dans la FPT

    Non, l'avertissement, le blâme, et l'exclusion temporaire de fonctions jusqu'à 3 jours sont des sanctions du premier groupe. Pas besoin de commission paritaire. Ton avis, celui du DGS/DRH et l'approbation du Maire suffisent. Elles sont inscrites au dossier de l'agent mais effacées automatiquement du dossier au bout de 3 ans si aucune autre sanction n'est intervenue pendant cette période. Ceci dit je suis globalement d'accord avec toi. Le statut n'est pas là pour protéger à vie des planqués de toutes sortes et provenances qui ne recherchent qu'une place dans la FP. Les bibliothèques en sont un des refuges majoritaires, on y trouve de tout, et plus encore à l'époque des contrats aidés type emplois-jeunes, des cas sociaux qu'on place là faute de pouvoir les placer ailleurs, des petits copains etc... Et on sait parfaitement quels dégâts ça peut faire dans des équipes. Les braves gens me répondront que ces pratiquent existent aussi dans le privé. Non, du moins pas à ce point là, parce que dans le privé, on se doit d'être efficace, voire performant et de donner une valeur ajoutée à son travail. Et au lieu d'une fiche de poste fourre-tout dont tout le monde se fiche, on a un contrat de travail, avec des objectifs. Ceci dit les échelles de sanctions, le recours en commission paritaire, la possibilité de se pourvoir devant le Tribunal administratif etc....sont autant de protections qui disparaitront en même temps que le statut.
  9. Zlorelieke

    Changement pendant stagiairisation

    Bonjour, En ce qui me concerne, le CDG m'a répondu que j'étais effectivement radiée si je changeais de poste en cours de stage car depuis ma stagiairisation, je ne suis plus sur liste d'aptitude (en B). La chose la plus sûre à faire dans ce cas reste à appeler le cdg ... j'ai eu de la chance, je suis tombée sur quelqu'un qui m'a vraiment écoutée, était compréhensive et agréable!
  10. Ferris

    Téléchargement d'Ebook sur les liseuses

    Un article qui fait le point, par quelqu'un qui sait de quoi il parle. : http://www.livreshebdo.fr/article/il-serait-nouveau-temps-detre-ringard-defendre-et-celebrer-le-livre-papier
  11. Merci pour ces réponses. Pour les développements à venir, une suggestion peut être : ajouter la possibilité de renseigner les paramètres proxy dans le programme (hôte, port, identifiant, mot de passe). En général le sigb est sur un réseau avec proxy. Bonne journée
  12. Elis

    Intervenant droit et numérique en bibliothèque

    Pour information, nous avons bien mis en place notre journée d'étude "Ressources numériques en bibliothèque : quels droits de diffusion?" en mai avec Les Infostratèges (http://www.les-infostrateges.com/). Très bien.
  13. B. Majour

    Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ?

    Eh bien oui, pourquoi pas ? C'est dans leur mission. C'est comme si tu disais que les policiers ne peuvent pas contrôler la plaque d'immatriculation de ton véhicule, à ton insu... s'ils te voient arriver dans une ville où le président se rend. Idem, tu peux aussi regarder à quelle vitesse les caméras des autoroutes peuvent scanner les plaques d'immatriculation des véhicules, et aussi les visages des passagers. Petit exemple "pédagogique" : https://www.ladepeche.fr/article/2013/12/06/1768885-les-autoroutes-ont-installe-leurs-propres-radars.html Si tu veux regarder le site de la CNIL et t'en inspirer pour ton propre site, il te suffit d'attendre un petit instant en arrivant sur le site que tu donnes en exemple. Et tu vois s'afficher : En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. Dans le paquet : Facebook, Twitter, Youtube (Google) Tu peux refuser... tout (ce qui est déjà rare dans les différents sites que j'ai visités), ou te coller à la manoeuvre chaque fois et cocher cocher cocher cocher. Autant dire qu'à chaque site visité, s'il faut faire rebelote, tu en as vite plus que marre de cocher cocher cocher cocher... donc tu acceptes tout par défaut. On se demande (plus qu'un peu beaucoup) pourquoi il n'y a pas à côté de j'accepte tout, un bouton je refuse tout. Et même un bouton, "je veux comprendre la finalité de chaque élément", ou "je veux récupérer les données personnelles de connexion" (que je viens de laisser sur votre site à telle heure) ou un menu "pour changer d'avis suivez tel processus". Si tu refuses tout, tu en as quand même pour trois clics. 1 pour tout accepter, 3 pour tout refuser (parce qu'il faut en plus fermer la fenêtre envahissante) Quelque part, la proportionnalité n'est pas respecté. C'est un peu comme le côté suivant dans l'article de la CNIL : L’article 21 de la loi précise que les ministres, autorités publiques, dirigeants d’entreprises publiques ou privées, responsables de groupements divers et plus généralement les détenteurs ou utilisateurs de traitements ou de fichiers de données à caractère personnel ne peuvent s’opposer à l’action de la commission ou de ses membres et doivent au contraire prendre toutes mesures utiles afin de faciliter sa tâche. et plus loin Dans le cadre d’un contrôle sur place, lorsqu’un responsable des locaux contrôlés s’oppose à la visite de la délégation, le Président de la Commission peut demander l’autorisation de poursuivre le contrôle auprès du juge des libertés et de la détention du Tribunal de Grande Instance. Dans le premier cas, on te dit : la CNIL est toute puissante (même les ministres doivent plier). Dans le deuxième, on te dit. Si la personne (un responsable des locaux contrôlés = un bibliothécaire par exemple) s'oppose à la visite de la délégation, il faut saisir le juge des libertés et de la détention. Qui là, ne va sans doute pas accorder si facilement l'autorisation de poursuivre le contrôle s'il n'y a pas d'excellentes raisons de le faire. C'est comme pour un policier qui te dit : je veux visiter votre appartement / récupérer votre fichier de données des connexions usagers. Si tu t'y opposes, il va devoir aller chercher un juge... et donc avoir un bon motif pour continuer son investigation. Ou aller se faire cuire un oeuf ! Là, ça rejoint notre débat. La personne consulte son site de décapitation ou autre, tu peux lui demander d'arrêter. Si elle accepte, fin de l'incident ? Si elle refuse et s'entête que se passe-t-il ? Si tu étudies le droit par correspondance, je te conseille l'étape : "rédiger un contrat commercial où tu vas offrir un service". Tu rédiges ton contrat, puis ensuite tu vas prendre la place en face de toi et t'imaginer en fieffé emmerdeur qui veut tout, jusqu'à la moindre virgule. Tu lui as promis deux bananes et un slip de bain léopard, tu lui as offert deux bananes et un slip de bain doré à l'or fin, avec grelots 25 carats en cadeau... mais le mec est super chiant, il refuse de payer l'intégralité du service sous prétexte qu'il n'a pas eu son slip de bain "léopard". => tu n'as pas respecté le contrat, il n'a pas à respecter sa part du contrat qui consiste à payer. C'est encore plus amusant quand toi tu as écrit quelque chose... et que l'autre l'interprète à sa façon pour en tirer un avantage. Cf les deux exemples CNIL ci-dessus. Je suis le gars de la CNIL, je brandis mon article 21. Je suis le bibliothécaire chiant, je souligne gentiment "moi je m'oppose à votre visite, allez demander l'autorisation auprès du juge des libertés et de la détention. Comme c'est inscrit sur votre propre page CNIL." Tout à fait l'histoire du génie et de l'obsédé sexuel qui fait le voeu de voir beaucoup de culs féminins... et hop, transformé en bidet ! Le droit peut être très rigolo quand tu le regardes d'un côté ET de l'autre. Beaucoup moins quand tu as la charge de l'écrire en tant que chef de projet informatique et que tu vois l'autre arriver avec un ou deux avocats derrière lui. Ou même en tant que simple informaticien et que la personne change d'avis en cours de route et de rajouter au projet une, puis deux, puis trois fonctionnalités en cours de développement... pour le même prix bien sûr ! Et, encore pire, le même temps de développement. Là, tu apprends vite à rédiger un cahier des charges et des fonctionnalités, que tu fais signer. Si on veut plus, ça coûte plus. Et, dans le contrat, on ne met plus "un slip léopard", mais "un slip de bain". Et dans une charte d'acquisition de bib, on pourrait se prendre à mettre "un pluralisme fonctionnel dépendant des finances" plutôt que pluralisme tout court (qu'un chieur pourrait critiquer en se gaussant, ou en exiger des preuves) Allez tiens, plus haut tu as demandé si tu étais dans les clous avec ta Charte Internet. Comme tu as parlé de clous, je me suis demandé si tu voulais crucifier quelqu'un. Si c'est le cas, tu peux commencer à faire la liste des sites interdits. Tout réseau social, de part son étendue sociale, touches forcément à l'un ou l'autre de ces domaines à un moment ou à un autre. Donc OUT les réseaux sociaux ! Youtube présente aussi des films assez violents, certains sont gores. OUT Youtube et tout site de vidéos en ligne ! Google peut conduire à ce genre de site. OUT les moteurs de recherches ! Les journaux en ligne, surtout ceux avec les régimes minceurs, visant à discriminer les gros, les biens en chair, les riches. OUT ! Discrimination anti-gros, anti-maigre, anti-humour, anti-ce que tu veux. OUT OUT OUT ! Ferris est grossier, emmerde les gens, pique des coups de gueules violent. OUT Ferris ! Je suis informaticien, je conclus assez vite : OUT la connexion Internet de la bibliothèque. Bibliothécaires, veuillez construire votre propre base d'informations et de documents Internet "propres". Surtout qu'on ne sait pas ce que recouvre les "autres pratiques illégales". La solution ? Inverser les termes. Sites permis : tous ceux respectant la loi... et la bonne moralité des bibliothécaires. (une bibliothèque de bonnes soeurs, ce n'est pas une bibliothèque de libertins laïcs) Ce qui devrait se traduire par : sites permis, tous ceux respectant le pluralisme des collections, tel que présent à la bibliothèque. (Au moins les usagers ont une base de comparaison.) Si vous avez un doute, posez la question aux bibliothécaires. Si vous avez un deuxième doute, quittez les lieux, vous êtes dans l'illégalité. Car vous connaissez la loi : nul n'est censé l'ignorer ! Vous n'avez donc aucune raison de douter plus d'une fois ! Sites permis, tous ceux respectant le pluralisme des collections, tel que présent à la bibliothèque. devient par symétrie contraire Sites interdits : tous ceux ne respectant pas le pluralisme des collections, tel que présent à la bibliothèque. Si vous avez un doute, regardez la tête et le pouce du bibliothécaire (oui du, parce que "la" bibliothécaire est une petite créature sensible . Sexisme. => OUT !)
  14. Ferris

    Audit système RFID

    Tu as plusieurs textes la-dessus : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-05-0056-004 quui date un peu Pour Toulouse https://fr.calameo.com/read/0017678829805776066e7 et http://www.bibliotic.fr/sites/default/files/supports/RFID/res/guide implementation bibliotheca.pdf Tous ces liens avaient été donnés sur le topic http://www.agorabib.fr/topic/2810-rfid-devis/ Dans le cadre d'un audit tu peux aussi mentionner http://www.bibliobsession.net/2017/04/11/lawesome-box-hacker-systeme-rfid-dune-bibliotheque/ et, plus positif http://www.archimag.com/article/le-rfid-soulage-les-bibliothécaires Et au niveau des bilans, le bilan de Paris, vu du côté syndical : http://daccgtculture.over-blog.com/article-bibliotheques-la-rfid-c-est-pas-toujours-automatique-112891771.html et aussi http://parisculturesociale.over-blog.com/article-la-rfid-dans-les-bibliotheques-une-technologie-qui-pose-des-questions-d-ordre-sanitaire-ethique-e-111955970.html, qui pose de vraies questions.
  15. Avant
  16. Jeter un coup d'oeil sur le topic http://www.agorabib.fr/topic/3064-bibas-classe-normal-2017/, intéressant car les données ont peu changé, notamment pour les candidats sur liste complémentaire. Je replace ici un post de 2016 : Pour le concours Bibas je peux en parler, j'étais admis l'année dernière. Alors désolé mais en fait l'épreuve n'est pas terminé pour vous, s'ouvre maintenant le moment de la sélection du poste, et croyez moi, ça peut etre aussi délicat, avec moins d'informations en plus ! Donc dans l'ordre: -Vous recevrez peut etre un courriel du ministere concernant votre réussite au concours. Il est fort possible que l'on vous demande d'envoyer des pièces. Même si vous avez déjà envoyé tout ça, il faudra surement recommencer car tout peut se perdre. Conservez bien l'adresse mail du contact, ce sera le contact privilégié entre vous et le ministère. On devrait également vous donner vos identifiants de connexion pour Popee. Très important pour la suite. - Ensuite il faudra attendre que Popee mette à jours la liste des postes. Il faudra déja attendre la CAPN des Bibas qui devrait bientôt avoir lieu. D'abord les mutations des titulaires et ensuite le mouvement des lauréats de concours, vous récupérez les restes quoi ! Mais il y a quand même des choses sympa rassurez vous. -Une fois la liste des postes ouvert sur Popee, la course contre la montre commence. Vous avez environ 10 jours maxi pour formuler 5 voeux, par ordre chronologique de préférence. Soyez stratégique pour ce moment. Si vous avez une seule ville comme choix, ca risque d'être difficile. En moyenne on va retrouver quelque chose comme 2 postes à Lyon, 1 poste a Nancy des trucs comme ça, parfois rien en région. L'immense majorité des postes sera, pour sur, a Paris. Donc attention, si vous voulez absolument pas aller sur Paris, ne mettez rien comme poste sur Paris dans la liste des voeux. Si vous souhaitez Paris par contre, pas de craintes, vous aurez des postes. On pourra revenir plus tard si vous voulez sur la stratégie de la liste de préférences. -Ensuite, vous contactez les établissements qui vous intéresse pour prendre rdv pour un entretien. Je dis bien entretien car il va falloir le préparer, vous présenter, argumenter et vous vendre. Bien sur le directeur va vous présenter le poste mais c'est quand même à vous de faire le job. -Votre rang sur la liste de bibas n'a que très peu d'importance. Pour exemple, j'étais 1er sur liste principal l'année dernière et ca ne m'a assuré en rien d'avoir mon 1 er voeux. L'etablissement a tout le pouvoir et si il ne veut pas de vous il vous bloquera. En fait, les établissements feront aussi une liste de choix de leurs côté. La meilleure situation : Vous informez l'etablissement A que vous souhaitez les positionner en 1er, l'etablissement A vous indique qu'il souhaite faire de même = vous etes sur a 95 % d'avoir le poste. La moins bonne situation : Vous informez l'établissement A que vous souhaitez les positionner en 1 er, l'établissement A ne souhaite pas vous mettre e 1er = vous aurez l'un de vos autres postes sur la liste des voeux. C'est donc très délicat ce moment. Il faut prendre une décision après vos différents entretiens et contacter l'établissement qui vous interesse le plus pour essayer de les convaincre de vous mettre en 1er. Je trouve cela assez cruel car même si vous etes très bien placé, si l'établissement que vous souhaitez prendre souhaite lui embaucher quelqu'un, par exemple, qu'ils connaissent, vous serez recalé. Bref, pour l'instant rien de spécial à faire. Attendre, et se poser sérieusement la question de sa mobilité. Si vous voulez absolument un poste en région, ça commence à se corser. Derniere chose, vous aurez une formation post concours pour les Bibas en externe, d'une durée de 4 semaines à Mediadix, obligatoire. Réparti en 4 sessions pendant l'année, à commencer pour Novembre.  Dernière dernière chose, les candidats sur Liste complémentaire ont une chance d’être appelés. L'année dernière, les 6 ou 7 premiers sur LC ont été appelé. Par contre là, pas trop de choix de poste, on vous dit que vous irez ici et puis c'est tout ! D'accord avec la formule de Smilodon, bien qu’ambiguë. Et les avis sont partagés sur l'importance réelle de l'avis des chefs d'établissement: Dans tous les cas, à ce stade, c'est l'avis du responsable de l'établissement qui prévaut, dans la mesure où celui/celle-ci arrive à faire valoir ses vues. Bonne chance à tous
  17. PaulineB

    Prêt d'objet

    Nous n'avons pas beaucoup de matériel, et la durée de prêt est limitée à 1 mois. Finalement cela permet au public de tester et si ça les intéresse et veulent continuer ils peuvent dans ce cas là aller les acheter. Nous avons envisager cette installation comme un outil de médiation du nouveau fonds bien être que nous avons créé il y a un an, et non comme un nouveau service à part entière. En tout cas ça fonctionne très bien et nous avons déjà prêté depuis le 11 janvier : - 7 cordes à sauter - 9 fiches d'exercices faites maison - 12 ballons - 16 élastiques soit en taux de rotation : Cordes à sauter 1,75 Fiches d'exercice 1,8 Ballons 2,4 Élastiques 3,2 Le mémoire de l'Enssib de Justine le Montagner portant sur le prêt d'objet en médiathèque traitera de cette question.
  18. Non, ce n'est pas à voir avec le fournisseur. Sauf si tu veux ajouter un droit de projection par exemple, puisque c'est lui qui négocie les droits avec les editeurs. Mais la loi est claire : Le prêt de DVD aux collectivités n'est pas autorisé. Qu'il soit en droit de prêt ou en "prêt et consultation sur place" .On résout le problème de façon simple chez nous, à commencer par le prêt aux écoles : on ne prête pas à une collectivité ou à un groupe d'une façon générale, mais à une personne physique (instit, directrice de maison de retraite etc....). Ensuite à eux de se mettre en règle ou non. Nous sommes couverts. De façon générale, si tu veux projeter tu dois acheter un droit de représentation publique attaché au support matériel du film (DVD) ou bien un droit locatif, non attaché au support matériel. Il est possible par ailleurs d'utiliser les DVD que tu as achetés avec des droits de "consultation sur place", mais selon des conditions bien précises, qui en restreignent beaucoup l'usage : "L'extension des droits d'utilisation des programmes accessibles en "consultation" est limitée à la possibilité de visionner un programme, à titre gratuit, dans l'emprise des locaux de l'organisme acquéreur, individuellement ou en groupe, à l'exclusion de toute autre utilisation. Ces visionnages sont réservés à des groupes restreints, c'est-à-dire aux personnes fréquentant les locaux de l'organisme acquéreur ; par exemple, les élèves d'une école, les usagers d'une bibliothèque... L'activité doit être totalement gratuite, pas de participation aux frais, directe ou indirecte permettant un accès à ces représentations. L'information doit se faire uniquement dans l'enceinte de l'organisme acquéreur (ni publicité extérieure, ni presse, ni tracts, ni affiche...). (c'est extrait du cadre juridique de l'ADAV, le plus net et le plus clair clair par rapport aux autres fournisseurs. A voir sur http://www.adav-assoc.com/html/home/juridique.html A toi de voir si financièrement tu peux te permettre de payer ton DVD encore plus cher, simplement pour une projection de temps en temps pour une classe par exemple. Quant à faire venir tout le centre social à la bibliothèque, ça parait douteux.... Donc tu prêtes le DVD au directeur du Centre social, inscrit à la bibliothèque, tu l'informes de ce que dit la loi, et ensuite il se démerde. Je connais des instits et des animatrices en maison de retraite qui trichent un max....
  19. Ferris

    Fonds CD jeunesse

    Sujets traités sur le forum http://www.agorabib.fr/topic/3204-classification-cd-jeunesse/ http://www.agorabib.fr/topic/1772-classement-des-cd-sans-la-pcdm/ http://www.agorabib.fr/topic/2813-livres-cd/
  20. Ferris

    Association pour aider la bibliothèque

    http://www.agorabib.fr/topic/2668-associations-amis-de-la-bibliothèque/
  21. Bonjour, regarde ce fournisseur, je ne le connais pas mais il est peut-être intéressant: http://www.abrakadabra.eu/index.php Tu trouveras des infos via ce lien: https://www.livre-paca.org/nos-actions/les-bibliothegraveques-face-auxnbspdefis-de-la-diversite/fournisseurs-de-livres-en-version-originale-45
  22. Epsy

    Espace visionnage de films

    Bonjour, La SACEM étant partout, je suppose qu'il y a des droits à payer (mais n'ayant pas d'espace de visionnage, je ne peux guère vous en dire plus). A titre d'information, je vous mets en copie une info donnée par Images en bibliothèques, au sujet des droits SACEM et des projections : Bon courage, Epsy.
  23. Ferris

    Concours Conservateur des bibliothèques 2018

    Ben non. En 5h, on peut compter trois aller-retours gastro, et ajouter pas mal de pipis, la moyenne étant d'une fois toutes les 20 minutes pour les filles (d'après des sources hautement scientifiques), surtout pour celles qui ont leur sacro-sainte demi-bouteille de flotte en permanence dans leur sac. Il ne reste même pas 4h pour bosser.
  24. C'est bien, respectueux, mais c'est mou. Haussez le ton, bon sang !!!
  25. Pourquoi ne pas publier directement sur Agorabib le message du comité éditorial (composé de deux membres du BN) ? Est-ce une vaine stratégie pour déporter la discussion sur le site de l'ABF et empêcher de répondre parce qu'il n'est pas ouvert aux commentaires ? Je reproduis ici la réponse que j'ai faite sur l'autre topic : Thomas
  26. Bonjour, merci pour ce travail fort utile ! M'autoriseriez-vous en vous citant à l'utiliser aussi pour les bibliothèques de notre réseau ?
  1. Charger plus d’activité
×