Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 29/04/2017 in all areas

  1. 4 likes
    Passons à l’action… Je suis le forum de ci de là par sauts de puces ou mots clés depuis quelques temps. Par où commencer. Je suis maintenant plus ou moins bibliothécaire. Maintenant parce que ce n’était pas vraiment dans la ligne directe de ce que j’avais fait avant. Mais c’est un aboutissement extraordinaire à vrai dire. D’abord convaincue d’avoir l’esprit scientifique, je me suis cassée les dents sur les programmes de licence de biochimie. Finalement, ce que j’aimais dans les sciences, c’était la recherche, mais pas les chiffres. Du coup je file en licence de danse, puis le master recherche, les places sont chères et j’ai des sujets de recherche transversaux, pas facile à vendre dans les cases bien cloisonnées de l’université, j’entre en thèse en littérature comparée. Mais je n’obtiens pas de financement. Têtue (butée) je me lance tout de même. Je bosse beaucoup à côté (secrétaire personnelle, archives privées, faut bien manger), j’ai des lacunes dans ma discipline (ah bon, la danse et la littérature c’est pas pareil?), bref je m’embourbe, et je laisse tomber en me disant que la recherche c’est être curieux et apprendre sans cesse où et comment chercher. Bref, cette démarche-là elle me semble importante en bibliothèque voir cruciale. Nez au vent je cherche un peu en attendant les concours, et je tombe sur un super poste dans une bibliothèque spécialisée arts et design. Mon profil bizarre plait, je suis embauchée et je n'en reviens pas (ça fait 6mois). Plus ou moins parce que j’exerce dans le privé (bouh) et que je pense qu’il faudrait dire « documentaliste » puisque je suis dans une école (supérieure). Mais en vrai, sur ma fiche de paie il y a écrit Assistante Administrative, et que selon les périodes la moitié de mes journées environ est effectivement consacrée à des tâches administratives liées aux dossiers des étudiants, stockés dans la bibliothèque. Sinon j’y suis seule, donc je fais tout le reste : j’accueille, je conseille, je range, je râle, je réclame le silence, je choisis des livres (ah non en fait, parce que la bibliothèque n’a pas de ligne dans le budget de l’école…), je reçois avec un grand sourire et des remerciements chaleureux les dons de livres des professeurs qui vident leurs appartement (région parisienne oblige, les petits espaces favorisent les dons divers), je répare la photocopieuse, mais surtout, quand je suis arrivée, cette bibliothèque n’en était pas une… pas de classement, pas d’indexation, pas de catalogue, emprunts autorisés depuis 3 mois pour 24 heures seulement et notés sur un petit carnet (même pas de fiches). Bref, j’ai d’abord commencé par tout cataloguer, tout rentrer dans Waterbear (très formateur), y compris les nombreux livres étrangers, rares, auto-édités (pas de notice disponible, donc je catalogue à la main), je prête les livres jusqu’à une semaine (mais je ne dis rien à la direction), je crée des bibliographies, je construis des dossiers pédagogiques thématiques, et j’arrive dans la phase aménagement : bientôt les vacances, j’en profiterai pour tout mélanger et ranger (enfin) les livres selon leur nouveau classement. J’ai trouvé quelque chose qui me va. En fin de compte, l’essentiel de mon travail de (début) de thèse a été de fabriquer (à grand frais et en submergeant l’ensemble de mon appartement de livres) une bibliothèque idéale sur un sujet qui me passionne, et je retrouve dans ma bibliothèque (celle où je travaille, je dis « ma » bibli, « mes » livres…je m’y sens bien vous dis-je) ces manipulations diverses (ranger, classer, inspecter, couvrir, étiqueter). Bon, pourquoi je suis là. Je prépare sans grande conviction (à la fois sur les chances de réussite mais aussi sur l’utilité) le concours bibliothécaire territorial, et comme je suis curieuse, je cherche comment chercher et je trouve agorabib. (Bécassine que je suis, je devais passer A et C, et j'ai laissé tomber le C, trop tard pour s'inscrire lorsque je tombe sur les nombreux sujets sur agorabib qui me prouvent que ça risque de ne pas coller, catégorie A qui veut bosser dans une petite structure rurale sans expérience de management et en espérant le contact avec le public) Et je cherche une (petite, moyenne, jolie, sympathique, colorée, pauvre, accueillante, douce, parfumée, lumineuse, pliée, reliée, potagère, ludique, équipée, peuplée, tranquille, rayer les mentions inutiles…ou pas) bibliothèque pour m’accueillir hors de Paris que je ne supporte plus, une bibliothèque où activer la culture et la lecture, faire des trucs, s’amuser un peu, voir plein de gens différents (les étudiants en art, j’adore, mais je vais bientôt avoir ma dose), avoir des demandes différentes, voir des enfants plus petits, et aussi des vieux, et proposer des choses à faire/à voir/à entendre/à vivre/ à sentir/à performer (ça c’était la thèse). Et je découvre à travers agorabib et la richesse des histoires qu’on y raconte la(les) réalité(s) des bibliothèques rurales, et ça fait peur et ça fait envie. Peur de pas trouver où on voudra bien m’adopter mais envie parce que, tout est à faire et il suffit de se lancer dedans (une fois adopté). Sinon je tricote, et pour le reste de mon temps libre, ben… je fais des lettres de motivation. Et je recommence à lire pour le plaisir (la thèse ça donne pas envie de lire le soir quand on a lu pendant 12h des trucs difficiles toute la journée… ça me manquait) Ah si, et ça commence à se voir, je suis bavarde. Alice
  2. 2 likes
    Suite au courrier du collectif du 11 mai 2017 Voir l'article complet
  3. 2 likes
    Bonjour, Une petite modération sur le bruit en BU... tout dépend de la BU et de ses publics ! Là où je travaille la bibliothèque est pleine tous les midis et est très très bruyante ! Nous aussi nous devenons troisième lieu (et learning center !) et nous développons les activités annexes (expo, conférences...) qui génèrent du bruit. Bonne continuation,
  4. 1 like
    Bonsoir, oui, se faire embaucher en collectivité territoriale aujourd'hui c'est difficile, mais pas uniquement pour la filière culturelle! Des reçu-collés, il yen an aussi dans la filière administrative! Concernant ton parcours, tes envies, ce qui se passera ensuite: si tu es admise aux concours état tu passeras nécessairement par la case enssib: 6 mois pour bib, 18 mois pour con's admise en territo: 18 mois à l'INET pour con's des cours, de stages, l'occasion de te créer ton réseau. Dans ma promo de con's terr, il y avait 4 enseignants, dont 1 prof de collège-stagiaires: toutes et tous ont trouvé un poste et sans omission ni modification sur leur CV, donc c'est possible! Pour bib terr, là effectivement ça se corse: peu de postes aux concours, peu de postes proposés, donc c'est rude mais faisable. Atypique, je le suis un peu parce que pour tout dire, le jour où l'on m'a proposé un poste de chef de projet chez un éditeur de progiciel, bin j'ai démissionné pour y aller! Fallait voir la tête de la RH quand je suis venue donner en main propre ma démission! En entretien, sur mon CV, j'ai toujours été claire sur mon parcours, ça ne m'a pas porté préjudice, au contraire. Je n'ai qu'une chose à dire: si vraiment les bib t'intéressent, fonce, passe les concours. Si ça se trouve tu sera reçue en état, et si c'est en territo, bin tu chercheras rt tu trouvera parce que les gens motivés sont préférés -et de loin!- à ceux qui rentrent par hasard parce qu'il y avait de la lumière. Ferris a raison on en a un paquet de titulaire suite à une série de contrats aidés (TUC, CES/CEC, CEJ, CUI, CAE...) alors la fraîcheur et la motivation, ça fait du bien! Bon courage!
  5. 1 like
    @Ferris : Oui, très important les smileys, fondamentaux même ! A l'image de l'inséparable sourire du bibliothécaire bien sûr Mais vu que je suis à la bourre ces derniers temps, je n'ai vu ton post qu'une fois tout beau, tout propre, avec l'italique et les smileys : c'est pas beau, ça ^^ ? Sinon, je te rejoins, il manque de dynamisme ce forum ces derniers temps... tu veux que je lance pleins de sujets différents pour voir si ça réagit ? @Margotton : j'ai vérifié, aucun smiley dans (ton ? votre ? Bah allez : ton !) premier post et pourtant il est rudement efficace et donne effectivement le sourire. Un grand merci pour ta bonne humeur et une ola pour Alice ! (dommage, on ne peut pas mettre de sons pour la ola). N'ayant jamais testé le rural pur et dur (enfin, ça dépend où on place la barre ?), je ne pourrai pas t'en dire plus sur le présupposé chaleureux rural... mais ne laisse surtout pas tomber ! Cherche peut-être dans les lieux où il y a moins de concurrence (on évite donc le sud en général, la Bretagne et les grosses villes, ça tombe bien : en gros, on se concentre sur la diagonale du vide :D). Et ah oui, j'allais oublier : tu n'es pas là par hasard, tu travailles déjà dans une bibliothèque (oui, c'est une bibliothèque, ne laisse pas les autres te dire que "oui, enfin, ce n'est pas une "vraie" bibliothèque quoi... vous voyez ce que je veux dire !"), et ce qu'il y a écrit sur ta fiche de paye on s'en contrefiche, (tu écris bien ce que tu veux sur ton CV) : crois en toi. Pour ce qui est de la reconversion des chercheurs, je ne sais pas trop... Le seul que je connaisse qui se rapproche de ta description était prof en fac avant de se réorienter. Mais 1 ça ne fait pas beaucoup Je laisse les anciens désabusés te répondre sur cette question-là Epsy.
  6. 1 like
    Comme tu t'ennuies, Ferris, je vais apporter/fournir/brasser quelques questions au moulin de ta sagacité. Supposons que l'ABF change ses statuts : - Qui va s'occuper de ces nouvelles missions ? - Avec quelles compétences ? - Pour quels résultats attendus ? - L'ABF peut-elle réussir là où 4 syndicats professionnels se cassent les dents ? Et je te passe l'idée d'avoir une commission prospective et étude du territoire pour voir si le maire a bien fait de fermer (ou non) ces bibliothèques sur Grenoble, plutôt que d'avoir envisagé un projet d'ensemble. (Ou même de nous balancer, crûment, que la bibliothèque troisième lieu, c'est pour faire des économies. ) Bref, pour rester léger, perso, j'achoppe sur les compétences nécessaires pour entrer dans ou créer une commission "défense des personnels". C'est pas le tout de changer les statuts, ou de prendre de nouvelles missions sous son aile... il faut ensuite les assumer, sur la durée. Ce qui veut dire former des gens à ces problématiques, des problématiques pas simples, et forcément houleuses. (cf. le mot "patronal") Dernière question et non des moindres : on donne cette envie comment... à des bénévoles ? Bernard (en train de chercher les vertus cardinales de l'ENSSIB)
  7. 1 like
    Après Montpellier-Lyon, Bâle-Strasbourg, et Toulouse-Bordeaux, la 4e édition de Cyclo-biblio vous emmènera pour un tour du lac Léman à la découverte d’une quinzaine de bibliothèques suisses et françaises du dimanche 18 au samedi 24 juin 2017. Voir l'article complet
  8. 1 like
    Essayons de prendre les choses en main donc. (on va faire ce qu'on peut...) Merci pour cet accueil, plein de responsabilité en perspective pour faire vivre le forum... depuis le café-présentation, j'ai décidé de ne pas passer le concours... Enfin, j'ai jusqu'à mardi 5h du matin pour changer d'avis, mais je crois que l'écrire (et le relire dans la citation de Ferris, merci!) m'a permis de vraiment réaliser que ce n'est pas le concours qu'il me faut. Ça ne changera rien à mon inexpérience ni à la bizarrerie de mon cv. Je vais donc continuer de postuler partout, en espérant qu'il tombera dans les mains d'un recruteur pas rebuté par les changements de parcours et les profils curieux, après tout, ça a déjà marché une fois... Je me demandais si, comme des profs, on trouvait beaucoup de chercheurs reconvertis en bibliothèque? Vu le taux d'abandons de thèse (je crois qu'en sciences humaines ça avoisine la moitié...) je me demande ce que font les autres presque chercheurs comme moi, et je me dis que je ne dois pas être la première à avoir pris goût à la bibliothèque par l'autre bout de la lorgnette (quoique, je travaillais plutôt chez moi, en fait) Simple curiosité. Et c'est pas bien, rural? Ferris, peut-être que ça se répète un peu parce que malheureusement les embêtements n'ont pas bougé, eux. Et donc nous, qui débarquons, nous trouvons confrontés aux mêmes déboires/angoisses/dilemmes/coups de gueule à passer... (mais je suis encore trop nouvelle pour m'en rendre compte... j'ai encore pas mal de temps de lecture pour parcourir tout le forum ! mais je m'y emploie.) merci encore et à (très) bientôt. alice
  9. 1 like
    Y a pas de suite, c'est encore ma connexion qui m'a lâché lâchement. C'est toujours comme ça quand je fais un post du boulot. Habitué, je récupère mais il me bouffe les smileys (important pour Epsy) et les italiques. Et comme je ne suis pas retourné vérifier... Margotton passe à l'action, ça sonne comme une chanson. C'est bien. Ceci dit, je m'emmerde de plus en plus sur le forum, c'est mou, ça sonne creux, ça se répète, ça sent le locataire qui fait ses cartons, l'appartement témoin. Bon, pour un nouveau venu, ça peut encore faire illusion, mais sinon, c'est plus ça.
  10. 1 like
    Merci de ton témoignage. Chaque collectivité fait ce qu'elle veut en CT. Nous, on n'a pas de "journées du Maire" (on appelait ça comme ça avant), pas de jours d'ancienneté ni jours exceptionnels. Ta situation n'est pas unique. Mais tout ça s'apparente en fait a un régime indemnitaire "en nature". Ce n'est pas statutaire mais, c'est le fait du Prince. Les petits cadeaux locaux. Rien d'illégal en fait, audit ou non. Maintenant c'est aussi à partir d'exemples comme ça, soigneusement sélectionnés, effectivement le plus souvent sur de grosses communes, que de "braves personnes" conspuent les fonctionnaires qui feignassent "et ne "font même pas les 35h" (propos largement entendus pendant la campagne récente). On est tous mis dans le même sac. Et ça c'est dommageable. Pas besoin d'audit, le mal est fait depuis longtemps. Et avec le concours des syndicats, en plus. Mais cette fois, c'est annoncé, l'heure de l'addition est arrivée....
  11. 1 like
    "Monsieur le Président de la République, Nous avons l'honneur de vous adresser cette lettre, souhaitant d’une part vous féliciter pour votre élection et d’autre part vous entretenir au sujet des bibliothèques et de la lecture publique en France." Voir l'article complet
  12. 1 like
    Non, pas forcément. Une grosse éditrice (oui, c'est fini la petite maison des années 70, maintenant c'est une grosse boite avec 85 millions d'euros de chiffre d'affaires, toujours un peu élitiste) nous parlera surtout d'édition. Comme la fureur de lire est devenue au fil des ans la fête du commerce. Elle pourra peut-être faire avancer le dossier numérique, mais dans quel sens ?Je ne suis pas certain que les bibliothèques vont y gagner grand-chose...Une spécialiste du livre n'est pas une spécialiste du service public. Je veux seulement qu'on pose enfin les bonnes questions au lieu de se contenter de re-poser celles qui l'ont déja été cent fois. Sans succès particulier d'ailleurs. Faudrait peut-être changer d'angle d'attaque... A part ça, Bernard, ça va ? Toujours pas en Réseau, toujours pas transféré pour raisons de service, toujours pas mobile ni mutualisé pour optimiser le fonctionnement des intercos ? Ah, c'est dommage. Tu ne sais pas ce que tu rates. Un bonheur !
  13. 1 like
    Et comme cette Ministre de la culture n'est autre que Françoise Nyssen, on peut s'attendre à ce que nous soyons particulièrement, comment dire ? "choyés" non ? A propos d'agents, merci Ferris, je souhaite que l'ABF s'intéresse à ceux des bibliothèques des Bouches-du-Rhône qui sont souvent désemparés lorsqu'ils découvrent, souvent sans en avoir été informés, un comble ! par leurs élus ou hiérarchies qu'ils se retrouvent transférés à la Métropole Aix-Marseille-Provence. Mais de ça silence radio à ma connaissance .... Ou complicité locale ?
  14. 1 like
    Oui, c'est vrai que c'est en surchauffe à Grenoble. http://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/grenoble/plainte-de-grenoble-pour-des-degradations-en-marge-du-conseil-municipal-4693874 http://www.lexpress.fr/actualite/politique/eelv/lacrymogenes-policiers-l-etrange-quotidien-du-conseil-municipal-de-grenoble_1862341.html Quelque part, c'est normal. Voir disparaître son outil de travail, ça peut te rendre très très fâché ! Je relis la lettre des collègues de Grenoble. "Ce serait, de la part de l'ABF, un positionnement clair de soutien en ce qui concerne la situation spécifique à Grenoble." Certes, mais un positionnement qui va à l'encontre des statuts de l'ABF : Article 1 "L’Association intitulée Association des Bibliothécaires de France, fondée le 22 avril 1906 et reconnue d’utilité publique sous le nom d’Association des Bibliothécaires Français par décret du 12 avril 1969, a pour but, en dehors de toute orientation politique, philosophique, confessionnelle ou syndicale," http://abf.asso.fr/fichiers/file/ABF/organisation/statuts_ABF.pdf "Nous demandons à nous exprimer publiquement au congrès, devant l'ensemble de l'assemblée, dans le cadre d’une tribune lors du discours inaugural jeudi 15 juin matin." Demande étonnante. On veut être entendu, par tous, mais on refuse que le maire le soit. C'est contradictoire. Ou alors, est-ce parce que vous craignez d'enfreindre votre devoir de réserve devant témoin ? Sauf que l'inauguration est souvent filmée. Nous insistons sur le fait de pouvoir nous exprimer face à l’ensemble des participants, publiquement, et non uniquement dans la salle ou dans toutes autres formes d’atelier, espace, forum…. Nous insistons sur le fait de pouvoir porter nous-mêmes notre parole. Je note beaucoup d'insistons, qui deviennent, de fait, autant d'exigences. Problème : avez-vous pensé au précédent que vous allez créer par la suite ? Si on accepte cette situation pour vous, il faudra l'accepter pour tous les bibliothécaires en lutte à chaque congrès de l'ABF. Nous vous prions donc de bien vouloir faciliter pour cela la venue de 2 ou 3 agents de Grenoble par la prise en charge par l’ABF des frais de déplacements. Je note que ce courrier est signé par CGT-FO-SUD-CNT. Quatre syndicats, et pas un seul pour financer et permettre aux agents de s'exprimer ? (65 euros l'aller Paris-Grenoble, c'est 390 euros A/R pour 3 personnes) "Cela nécessiterait une prise en charge pour les deux jours et la possibilité de nous y rendre sur notre temps de travail." J'avoue être très surpris par cette finale. Il faudrait prendre en charge trois agents et que la municipalité accepte de les rémunérer, alors même que l'on refuse au maire la possibilité de s'exprimer. Mais pourquoi le maire accepterait-il ? Voilà, d'un coup, beaucoup beaucoup de conditions qui me font penser qu'il n'y a pas là une réelle intention de se rendre au congrès de l'ABF. Trop de contraintes affichées. A part vouloir pousser l'ABF hors de ses statuts, quel est le but véritable de cette lettre ? Montrer votre lutte ? Ok, c'est vu. Sauf que cette lettre ne vaudra jamais une demi-douzaine de témoignages de bibliothécaires en lutte... sur l'Agorabib. Oui, ça manque. Une lettre sur Actualitte, évanescente. Le congrès ABF... oublié en quelques semaines. Sur l'Agorabib, trois ans plus tard, ça y est encore ! Et on peut y accéder rapidement... en passant par Google ! (L'Agorabib est très bien moissonné par les bots.) "Mme Ferreux, secrétaire de l’ABF, a reconnu que cette décision a été prise dans l’ignorance de la situation à Grenoble" Alors oui, on ne sait pas... parce que vous refusez de venir témoigner au bon endroit. Venez témoigner, venez porter votre parole sur l'Agorabib. Pas pendant une heure, mais pendant tout le mois qui vient jusqu'au 15 juin. Que l'on puisse se faire une idée de vos difficultés réelles ou ressenties. Et laissez votre maire participer au congrès. Parce que cette fois-ci il sera en minorité. Face à des gens qui ne seront ni ses administrés, ni ses agents tenus au devoir de réserve. Il n'aura pas non plus son service de presse pour lisser ses propos. Alors qu'il a fermé des bibliothèques !!! Vous croyez vraiment que "la profession n'a rien à répondre", ni rien à demander ? Vraiment ? Ce serait encore plus ciblé avec des témoignages. Bon courage à vous dans votre lutte. Mais ne vous trompez pas de cible : le silence, on ne peut pas le prendre en défaut, ni lui demander des explications.
  15. 1 like
    Journée d'étude organisée par les élèves conservateurs promues, DCB26 promotion "Nina Simone" : Marie-Dominique Biron, Monique Calinon, Marie-Josée Krill, Catherine Marc, Sandrine Mousin, Natalie Niang, Catherine Pichot. L'offre musicale en bibliothèque s’est beaucoup transformée en raison notamment de l'évolution des supports et des modes d’écoute. Les bibliothèques sont ainsi passées pour ce qui concerne la musique enregistrée d'une logique d'emprunts à une logique de consultation. Nous vous proposons un panorama des usages dans les bibliothèques musicales spécialisées, municipales et d’État. Toutes accordent de plus en plus d'espace à l'écoute et à la pratique musicale en leur sein grâce à des espaces dédiés. L'emprunt ou la consultation à distance ne sont pas délaissés pour autant : mise à disposition d'abonnements à des plateformes en ligne, prêt d'instruments, de partitions et autres documents musicaux. Dans ce contexte en évolution, quelles propositions les bibliothèques ont-elles mises en place afin d'offrir aux publics un accès musical le plus large possible tout en respectant la propriété littéraire et artistique et en tenant compte de contraintes budgétaires de plus en plus marquées ? Tout public. Entrée libre sur inscription : formulaire en ligne Programme 10h - 11h : Visites de bibliothèques sur inscription 1-Bibliothèque du conservatoire de Lyon, 4 montée Cardinal Decourtray, 69005 Lyon 2-Bibliothèque du conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD), 3 quai Chauveau, 69009 Lyon 3-Bibliothèque municipale de Lyon la Part-Dieu - département musique, 30 boulevard Vivier-Merle 69003 Lyon 4- École Nationale de Musique, Danse et Art Dramatique de Villeurbanne (ENM) 46, cours de la République, 69100 Villeurbanne Déjeuner libre 13h30 : Ouverture de la journée par Yves Alix, directeur de l’Enssib 13h35 - 13h45 : Introduction par Monique Calinon et Marie-Josée Krill, promues DCB26 13h45 - 14h15 : Tour d’horizon de l’offre musicale en bibliothèque aujourd’hui : les collections, la médiation autour de la musique, l’aménagement des espaces, le matériel d’écoute par Amandine Minnard, responsable du Pôle Musique, médiathèque José Cabanis Toulouse. 14h15 - 14h45 : Les aspects juridiques par Yves Alix, directeur de l’Enssib. 14h45-16h45 : Quelle offre musicale et quelle offre de services dans les bibliothèques spécialisées et les bibliothèques d’État : retour d’expériences. Tables rondes animées par Amandine Minnard - 14h45 : Table ronde 1 - les bibliothèques spécialisées . Conservatoire national supérieur de musique et de danse, Valérie de Wispelaere, directrice, Nathalie Castinel, en charge des projets de numérisation . Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), Laura Jouve-Villard, chargée de recherche 15h35 : Pause musicale 15h45 : Table ronde 2 - les bibliothèques d’État . Bibliothèque universitaire de Saint-Étienne, Hélène Fortin, responsable du département des Services aux usagers . Bibliothèque nationale de France, Pascale Issartel, directrice du département de l’Audiovisuel . Bibliothèque publique d’information, Enora Oulc’hen, chef du service Musique 16h45 : Clôture de la journée par Nathalie Marcerou-Ramel, directrice des études et des stages, Enssib. 17h : Apéritif musical, concert par les élèves de la promotion DCB 26. Contacts : Julia Morineau : julia.morineau@enssib.fr Catherine Marc : catherine.marc@enssib.fr Adresse de l'événement: Enssib 17-21 bd du 11 novembre 1918 - 69100 Villeurbanne
  16. 1 like
    Re bonjour Karima Normalement, dans le fichier PDF indiqué, tu as tout... P19, tu as toutes les rubriques du format ISBD(NBM)... Par contre, pour les détails et les subtilités des différentes formes, il faut chercher dans le document. (exemple, si tu cherches Microfilm, tu arrives à la page 64, 5.1.7) Si, comme moi, tu ne trouves pas ce fichier très parlant, par manque d'exemples complets, alors tu as les exemples de l'IFLA https://www.ifla.org/files/assets/cataloguing/isbd/isbd-examples_2011.pdf P70 en langue française. Exemples qui devraient te donner les grandes lignes. Tu as aussi quelques exemples sur la zone 5 dans ce fichier (p134) https://www.ifla.org/files/assets/cataloguing/isbd/44-fr.pdf Bon courage à toi pour la suite. Bernard
  17. 1 like
    Bonjour Karima Peut-être trouveras-tu ton bonheur ici : http://www.bnf.fr/documents/Isbd_nbm.pdf Bernard
  18. 1 like
    Bonjour, dans les Bibliothèques Départementales de Prêt pour celles qui ne reçoivent pas de public, tu peux avoir peut être un niveau sonore moins important (sauf si c'est toi qui change le joint de culasse du bibliobus [joke] ) En plus ces médiathèques s'adressent à des professionnels et ont dans leur mission une bonne part de formation à destinations des bibliothécaires, peut être que ça peut matcher avec ton profil d'enseignement. Sinon tu as les BU, qui peuvent être parfois plus calme, en plus c'est la fonction publique d'état, peut être des passerelles plus faciles, je ne sais pas. En tout cas ce qui est sûr, c'est que les BM, mis à part les salles de travail quand il y a, ce sont plutôt des environnements bruyants. Moi je pense que le DUT année spéciale te donnerait tout de même une bonne base et puis après tu peux chercher sur des postes de médiations numériques ou d'action culturelle qui pourrait te permettre de mettre un pied dedans (mais l'action culturelle, c'est vite bruyant aussi) Sinon un poste administratif à faire des demandes de subventions... bon courage,
  19. 1 like
    Bonjour Kloe, J'avoue, votre post m'a laissé un peu sur ma faim. Si je vous ai bien suivi, vous dites que l'environnement scolaire n'était/n'est pas assez calme/tranquille/silencieux en raison de votre problème de santé. Ce qui m'inquiète un peu dans votre démarche, c'est que les médiathèque aujourd'hui ne sont plus les temples du silence d'hier. Je veux dire par là que sur mon lieu de travail, de nombreux collègues se plaignent du bruit permanent lorsqu'on est en service public, alors même que nous essayons tout de même de réguler ce bruit. Et de plus en plus, nous allons vers des espaces décloisonnés, le troisième lieu et tous ses corollaires (la fameuse cafétéria où... oh, c'est curieux, les gens discutent à haute voix et gênent ceux qui lisent la presse... mais nous sommes dans l'espace cafétéria !), les animations également qui peuvent générer du bruit sur un temps assez long (3h-4h). Ce qui m'a également gêné, c'est votre mobilité professionnelle qui semble réduite : bien sûr, c'est possible de trouver un poste près de chez soi, mais on se met tout de même des bâtons dans les roues, et il est tout à fait possible que vous ne trouviez pas de poste à moins de 2h de route de chez vous. Ces deux constats me poussent à me demander, quelles médiathèques visez-vous : médiathèque municipales / interco ? BDP ? BU ? De plus, avez-vous pensé au métier de documentaliste en CDI (les passerelles avec votre métier actuel sont peut-être plus aisées ?) ? En tout état de cause, je vous conseillerais effectivement de trouver une place en tant que bénévole et/ou de faire des stages et/ou de faire des CDD en bibliothèques, afin d'accumuler de l'expérience et de voir un peu de l'intérieur comment les choses fonctionnent. Le top serait de faire des structures différentes, même si ce n'est pas évident. J'espère ne pas vous avoir trop démoralisée par mes questionnements, ce n'était pas le but ! Bon courage dans votre démarche de reconversion, Epsy.
  20. 1 like
    Bonjour Cécile, vous pourriez essayer de vous adresser à la commission Ressources humaines et formation de l'ABF : ils devraient pouvoir vous éclairer sur les points de droit (notamment badgeuse et travail le dimanche) et peut-être même vous conseiller. Bon courage !
  21. 1 like
    Attention, une petite faute de conjugaison s'est glissée dans le communiqué : guident et non guide. "A l'occasion du second tour, l'Association des bibliothécaires de France tient à rappeler les orientations fondamentales qui guide l'action quotidienne des bibliothèques" Merci.
  22. 1 like
    Tu tapes mediatheques video en ligne et tu en as un paquet. Genre http://mediatheque.ville-grand-quevilly.fr/vod.aspx . Ou http://www.mediatheque.meusegrandsud.fr/EXPLOITation/numerique-video-en-ligne-02.aspx .Après un tour sur le catalogue, il suffit de téléphoner....