Epsy

Membre
  • Compteur de contenus

    188
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Epsy

  • Rang
    Cerf

Identité

  • Genre
    Femme

Visiteurs récents du profil

1 320 visualisations du profil
  1. @Nausicaa à l'époque, j'avais opté pour une licence en communication, (le métier de journalisme ou chargé de com' m'avait semblé être une porte de sortie possible en cas d'échec au concours, et la communication en général m'intéresse), et j'avais ensuite poursuivi en me réorientant sur un master pro documentation et numérique (un peu de cours sur les médiathèques/l'édition, mais également des choses autour de certains logiciels de type photoshop/gimp ou scribus (PAO) ainsi que de l'informatique dur (initiation au langages perl ou XML par exemple). Ca reste donc tout de même un parcours assez classique, (licence/master, plutôt sciences humaines), mais mes collègues de promotion ne travaillent pas en médiathèque pour la plupart : ce n'est donc pas la voie dédiée pour ce métier. Epsy.
  2. Heuu alors j'avoue que je suis aussi un peu paumée Je ne m'étais pas tant posée de questions en postulant il y a 3-4 ans ! À l'époque, j'avais obtenu le concours dans le CDG 35, et j'ai finalement obtenu un poste de titulaire dans une autre région, et donc dans un autre CDG. Je n'ai rien eu à faire de spécial, les RH ont géré les "détails" administratifs sans rien me demander (si ce n'est 2 mois de patience : le temps d'ouvrir le poste pour le concours que j'avais obtenu car le poste était légèrement au-dessus, enfin c'est compliqué). En tous cas, je n'ai jamais eu à demander à changer de CDG. Et les RH ont tout fait tout seuls (j'ai des supers RH :-D ?) Epsy.
  3. C'est une question difficile, tant elle est personnelle et tant le mot "heureux" ou "bonheur" renvoie pour moi davantage à un idéal, ce vers quoi on tend, quitte à l'effleurer sans jamais l'obtenir vraiment... Quoi qu'il en soit, je pense que je peux répondre par l'affirmative à cette question, du moins à cet instant T de ma carrière. Déjà quelques éléments de contexte. Je suis en poste depuis moins de 5 ans. J'ai toujours voulu exercer ce métier mais n'ai jamais voulu me fermer d'autres portes d'où des études moins fermées (pas de filière "métiers du livre" pour moi). Une conception du métier assez large (oui à la musique, au cinéma, aux jeux, aux concerts, aux tournois de jeux vidéo, etc.), les collègues qui râlent sur le fait de faire de l'accueil m'ont toujours surprise... (Mais on s'y fait, ça a l'air d'être commun à un paquet de gens), avec seuls deux secteurs que je souhaitais éviter : le patrimoine (pas assez à l'aise dans ce domaine, pas l'envie non plus) et le pôle jeunesse (ok pour des animations avec des enfants mais pas que ça). Du coup, je vais sans doute faire écho aux Disney World évoqués plus haut pas tant pis :-) Ce que j'aime dans ce métier, c'est l'accueil au sens large (inscrire mais aussi orienter l'usager, l'aider sur les pc également même si c'est juste mettre une photo sur FB), participer à la planification de l'ensemble des animations, en mener certaines de A à Z, d'accueillir/échanger avec des intervenants, recevoir les commandes (qui n'aime pas ouvrir les cartons :-D ? C'est Noël !), faire vivre les ressources numériques également (créer des sélections en ligne, écrire un avis pour le portail...). Ce que je n'aime pas ? Les collègues qui râlent (mais j'ai une équipe top :-) ), les usagers désagréables ou collants (y'en a à chaque fois, c'est dingue !), les budgets qui baissent, les gens qui te disent "mais tu ne t'ennuies pas trop dans ton métier ?", le fournisseur/l'intervenant qui te plante, l'élu qui te snobe toute l'année mais qui veut que tu sois là pour les vœux du premier de l'an (et d'ailleurs, toutes les manifestations auxquelles on n'a pas envie d'aller mais auxquelles on doit se rendre, et ce même si c'est en-dehors de nos horaires de travail, ça on s'en fout), le fait de ne pas avoir d'espace seule pour appeler l'intervenant X sans avoir plein de bruit autour, les équipes ultra serrées pour pouvoir ouvrir. C'est un peu en vrac, mais c'était plus simple pour moi de le faire comme ça. À noter : je n'ai pas du tout de relation directe avec les élus, ce qui change tout de même la donne par rapport à d'autres ;-) Epsy.
  4. Bonjour Adpms, - pour la stagiairisation, il me semble effectivement que c'est dans le cadre d'un CDI ("embauche permanent" comme tu le dis). Mais c'est à confirmer (Ferris le sauveur ?). Après la titularisation, il y a compensation pour la collectivité que tu quittes pendant 3 ans (car elle t'a formé notamment) : ce n'est pas impossible que cela se fasse même si ça ajoute un point négatif à la candidature. Mais tout dépend de ce que tu proposes et des autres postulants sur le poste visé. - pour moi, tu peux bien sûr continuer à candidater sur des postes en vacation type CDD : c'est ce que j'ai fait (j'avais signé un CDD d'un an), tout en continuant à postuler sur des offres plus pérennes. Je ne regrette pas mon choix, ça te donne une plus grande marge de manoeuvre, tu te perfectionnes dans le même temps (tu peux même demander à être sur certaines tâches que tu souhaites développer). Après, il faut être prête à casser son CDD pour intégrer la collectivité qui t'embauchera comme stagiaire (donc respecter les préavis, etc.) : là aussi, largement faisable, les collectivités ont l'habitude de gérer ça et comprennent bien que tu ne peux pas quitter un poste la semaine suivante ! (mais le mois suivant, oui). En outre, le fait que tu travailles est généralement vu comme un plus. - pour le côté expériences, j'aurais tendance à dire : postule si ces missions t'intéressent. Même si on a peu d'expérience en animations par exemple, tu as la chance de pouvoir discuter avec des collègues qui peuvent t'expliquer comment ça se passe, t'aiguiller sur les meilleures méthodes. Le côté réseau peut très bien être mis en avant : "je n'ai jamais fait, mais je connais de nombreux collègues qui peuvent m'aider à la mise en place de...", par exemple. Certes, c'est un début, et ça sera moins vendeur que l'autre candidate qui a déjà mené plusieurs animations, mais c'est un bon début ! En fait, tout dépendra de qui sera en face de toi sur le poste convoité... Mais si tu décroches d'autres CDD, n'hésite pas à demander à participer, voir comment une animation se déroule, puis éventuellement co-animer avec la bibliothécaire titulaire. Idem pour les acquisitions (si tu as un domaine de prédilection, propose ton aide à la personne chargée de ce secteur !). - dernière question sur la mobilité : pour ma part, j'ai cherché dans une zone précise pendant 4-5 mois avant d'élargir complètement, mais je suppose que ça dépend des personnes (une collègue a cherché plus d'un an dans "sa" zone avant de changer son fusil d'épaule). Tout dépend de si tu es pressée d'obtenir un poste "sûr" ou si tu préfères prendre ton temps quitte à risquer la perte du concours (mais on a tout de même 3 ans pour trouver notre poste). Difficile de te répondre sur cette question :/ Par contre, pour ton conjoint gendarme, il me semble que c'est la fonction d'état non ? Si c'est bien ça, il aura peut-être droit à des points de rapprochement de conjoint, et lui se sera sur demande de mutation pour changer de poste. Ca me parait plus facile pour lui de bouger que pour toi, mais je suis sans doute de parti pris ! Bon courage, Epsy.
  5. Pour les "usages détournés" des ados, je rejoins Anne Verneuil : nous avons également des Fatboys - et beaucoup d'ados ! - mais il n'y a pas de problème majeur. On peut effectivement souligner le bruit que ça génère dès qu'on bouge/s'installe, le fait que certain(e)s en empilent deux ou trois l'un sur l'autre sans se soucier des autres usagers, les (souvent jeunes) couples qui en profitent pour s'enlacer dans des positions plus ou moins... osées ou encore "la planque" que cela représente pour cacher les emballages de confiseries en tout genre (même s'il y a une poubelle à 1 mètre). @Lili j'adore le coin détente/relaxation pour le personnel de la médiathèque ! Mais ça m'amène à deux hypothèses : soit votre club lecture ado est exceptionnellement bienveillant... soit le personnel de la médiathèque paraîtrait stressé et overbooké ? (ou bien le club lecture ado est en train de monter une machination pour écarter le personnel des espaces convoités afin de prendre possession des lieux comme ils en ont toujours rêvé !) Epsy.
  6. Bonjour, Tout dépend déjà de ce que vous souhaitez faire exactement : - prêter des livres numériques pour que vos usagers les téléchargent sur leur propre appareil ? - prêter vos kobo sur lesquelles se trouveront une sélection de livres ? Toute la difficulté réside dans le fait d'empêcher les usagers de récupérer la copie du livre numérique emprunté, ce qui est très compliqué dans les faits. Pour vous donner une idée, vous pouvez déjà aller voir les discussions suivantes : - Téléchargement d'Ebook sur les liseuses - Des livres numériques et de la légalité des pratiques en bibliothèque - Comment acheter des e-books pour les liseuses et autres supports numériques ? Epsy.
  7. @Ferris : Oui, très important les smileys, fondamentaux même ! A l'image de l'inséparable sourire du bibliothécaire bien sûr Mais vu que je suis à la bourre ces derniers temps, je n'ai vu ton post qu'une fois tout beau, tout propre, avec l'italique et les smileys : c'est pas beau, ça ^^ ? Sinon, je te rejoins, il manque de dynamisme ce forum ces derniers temps... tu veux que je lance pleins de sujets différents pour voir si ça réagit ? @Margotton : j'ai vérifié, aucun smiley dans (ton ? votre ? Bah allez : ton !) premier post et pourtant il est rudement efficace et donne effectivement le sourire. Un grand merci pour ta bonne humeur et une ola pour Alice ! (dommage, on ne peut pas mettre de sons pour la ola). N'ayant jamais testé le rural pur et dur (enfin, ça dépend où on place la barre ?), je ne pourrai pas t'en dire plus sur le présupposé chaleureux rural... mais ne laisse surtout pas tomber ! Cherche peut-être dans les lieux où il y a moins de concurrence (on évite donc le sud en général, la Bretagne et les grosses villes, ça tombe bien : en gros, on se concentre sur la diagonale du vide :D). Et ah oui, j'allais oublier : tu n'es pas là par hasard, tu travailles déjà dans une bibliothèque (oui, c'est une bibliothèque, ne laisse pas les autres te dire que "oui, enfin, ce n'est pas une "vraie" bibliothèque quoi... vous voyez ce que je veux dire !"), et ce qu'il y a écrit sur ta fiche de paye on s'en contrefiche, (tu écris bien ce que tu veux sur ton CV) : crois en toi. Pour ce qui est de la reconversion des chercheurs, je ne sais pas trop... Le seul que je connaisse qui se rapproche de ta description était prof en fac avant de se réorienter. Mais 1 ça ne fait pas beaucoup Je laisse les anciens désabusés te répondre sur cette question-là Epsy.
  8. Bonjour Kloe, J'avoue, votre post m'a laissé un peu sur ma faim. Si je vous ai bien suivi, vous dites que l'environnement scolaire n'était/n'est pas assez calme/tranquille/silencieux en raison de votre problème de santé. Ce qui m'inquiète un peu dans votre démarche, c'est que les médiathèque aujourd'hui ne sont plus les temples du silence d'hier. Je veux dire par là que sur mon lieu de travail, de nombreux collègues se plaignent du bruit permanent lorsqu'on est en service public, alors même que nous essayons tout de même de réguler ce bruit. Et de plus en plus, nous allons vers des espaces décloisonnés, le troisième lieu et tous ses corollaires (la fameuse cafétéria où... oh, c'est curieux, les gens discutent à haute voix et gênent ceux qui lisent la presse... mais nous sommes dans l'espace cafétéria !), les animations également qui peuvent générer du bruit sur un temps assez long (3h-4h). Ce qui m'a également gêné, c'est votre mobilité professionnelle qui semble réduite : bien sûr, c'est possible de trouver un poste près de chez soi, mais on se met tout de même des bâtons dans les roues, et il est tout à fait possible que vous ne trouviez pas de poste à moins de 2h de route de chez vous. Ces deux constats me poussent à me demander, quelles médiathèques visez-vous : médiathèque municipales / interco ? BDP ? BU ? De plus, avez-vous pensé au métier de documentaliste en CDI (les passerelles avec votre métier actuel sont peut-être plus aisées ?) ? En tout état de cause, je vous conseillerais effectivement de trouver une place en tant que bénévole et/ou de faire des stages et/ou de faire des CDD en bibliothèques, afin d'accumuler de l'expérience et de voir un peu de l'intérieur comment les choses fonctionnent. Le top serait de faire des structures différentes, même si ce n'est pas évident. J'espère ne pas vous avoir trop démoralisée par mes questionnements, ce n'était pas le but ! Bon courage dans votre démarche de reconversion, Epsy.
  9. Bonjour, Je ne sais pas si les deux témoignages ne font qu'un, mais cette question m'a fortement rappelé un article que j'avais lu : il s'agit de "Élections : la mairie du 20e bourre d'urnes la médiathèque Marguerite Duras". On peut noter que plusieurs points soulevés par Ferris et Louve ont été abordés, dont Vigipirate et l'emplacement exact du lieu du vote. Par contre, je n'ai pas vu de normes accessibilité mais je n'ai fait que parcourir rapidement l'article. Epsy.
  10. Tout ça pour préciser qu'un nom fera plus ou moins écho chez une personne, et que c'est extrêmement relatif à nos références ^^ Du coup, si on veut parler aux adolescents, cela me semble difficile d'être lisible vu que chaque génération change et ne partage pas exactement les mêmes représentations du monde. Je suis donc assez sceptique sur l'utilisation de "Soda" par exemple, tout comme "Banga". L'histoire de la passerelle me semble préférable car le fait que ce soit une période charnière devrait durer dans le temps a priori =) Mais c'est un avis personnel bien sûr. Epsy.
  11. Et pour faire écho à vos rebondissements sur le terme Banga et sa publicité (inconnue au bataillon pour moi !), "Soda", en plus de me faire penser à une boisson sucrée, me renvoie complètement à la série TV... bof comme références . Ca veut aussi dire qu'en choisissant un nom à un instant T, on est susceptible de faire écho à beaucoup de choses au fur et à mesure du temps qui passe (culturelles ou publicitaires, peu importe : qui renvoient à un imaginaire commun). Epsy.
  12. Bonjour, Pour commencer, vous pouvez peut-être regarder la méthode IOUPI : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61098-desherbage.pdf Vous trouverez peut-être quelques éléments dans les sujets suivants : - Renouvellement des collections - Désherber un secteur jeunesse Mais j'avoue ne pas savoir si je réponds à côté de la question ou non : "l'état des ouvrages" m'a tout de suite fait penser au désherbage. Epsy.
  13. Et le groupe Facebook Jeux vidéo en bibliothèque est très actif : il y en a certainement qui pourront vous apporter des retours d'expériences sur cette thématique (et il y a déjà pas mal de posts existants) ! Epsy.
  14. Bonjour, Nous avons déjà négocié des droits directement avec les ayants droits, en utilisant un protocole d'accord, que j'ai uploadé ici : Epsy.
  15. contrat type cession droit de prêts_DVD View File Contrat type pour négocier des droits DVD Submitter Epsy Submitted 02/23/2017 Category Documents