Aller au contenu

Mouise

Membre
  • Compteur de contenus

    4
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Mouise

  • Rang
    Petit renne

Identité

  • Genre
    Femme
  • Prénom
    Louise
  • Employeur
    Bibliothèque de Bordeaux

Visiteurs récents du profil

344 visualisations du profil
  1. Bonjour, mieux vaut tard que jamais voici peut-être quelques pistes qui peuvent être exploitées pour l'acquisition de documents et notamment d'albums jeunesse en langues étrangères : * Le monde à travers les albums jeunesse : https://www.ifla.org/publications/ifla-professional-reports-136 : A l’initiative de la section des services pour enfants et adolescents de l'IFLA, des bibliothécaires de plus de 50 pays ont partagés leur top 10 des albums jeunesse. Ce catalogue (qui accompagne normalement une superbe exposition , plus d'info pour la faire venir ici : https://www.ifla.org/files/assets/libraries-for-children-and-ya/Picturebooks/exhibition_details_paris.pdf) est à lui seul un outil très intéressant et propose plusieurs pistes d'exploitations. Pour ce qui est de l'acquisition des documents, il vous faudra contacter le coordinateur du pays. *A tous livres, bibliothèque interculturelle (Monthey) : Découverte lors du congrès IFLA de cet été, cette structure s’efforce d'avoir des livres dans les langues de toutes les populations qui fréquentent leur bibliothèque et pour se faire elles ont développer un réseau d'éditeurs mais aussi de contacts plus informels très fourni et se feront une joie de partager leur travail et répondre à vos questions sur ce sujet. Voici le contact de la responsable qui nous a parlé de cela : Julia Cutruzzolà, juila.atouslivres@maisondumonde.ch En espérant que cela puisse aider !
  2. Merci pour votre lien, très bien fait et lui-même plein de liens ! L'idée de ce sujet était justement de pouvoir partager nos expériences dans la mise en place de cette réforme. Si d'autres bibliothécaires proposent des activités, n'hésitez pas à en parler ici. J'aime bien savoir ce qui se fait ailleurs, c'est souvent inspirant et motivant. Par ailleurs, à partir d'avril je participerais à des journées de formation sur ces nouveaux temps, et je viendrai partager ici les différents retours afin que cela profite aux personnes intéressées.
  3. Oui , c'est bien cela pour les cycles. Ceux-ci sont imposés par la mairie et ne correspondent pas aux trimestres puisqu'ils sont au nombres de 4 sur une année scolaire. Les thèmes que nous proposons nous servent surtout d'entrée, d'univers pour mettre en avant des collections, ou faire passer des réflexions (comme "La vie de nos héros" qui permet de s'interroger sur la mythologie, l'héroïsme au quotidien, etc.) Comme nous ne proposons que huit parcours sur l'année et pour l'ensemble des écoles, oui nous répétons nos parcours thématiques plusieurs fois avec différentes classes d'une même école ou pas. L'inverse se produit également, récemment lors d'une première séance sur les 1001 nuits, les enfants qui arrivent me reconnaissent et m’appellent "celle qui sait tout sur les loups" (oui, nous avons un parcours "Au Loup" ). J'avais eu la même classe plus tôt dans l'année sur un autre thème ! Question coût, ahah, les sujets tendances en ce moments ! En effet, la mairie de Bordeaux pour la première année, voire les six premiers mois selon les structures, a débloqué du budget, au-delà de nos poste nous avions donc un budget d'un peu moins de 10 000 euros. Dans ce budget sont pris en compte la rémunération des intervenants (danseuse, musicien, calligraphe, lectrice non-voyante, cosplayeurs, muséum d'histoire naturelle, etc.) la constitution des mallettes pédagogiques, les droits de diffusion de films, les supports d'animation, et tous le matériel dont nous avons besoin. La semaine dernière on a appris que notre confortable budget n'était pas renouvelé l'année prochaine (pas du tout...) et comme celui-ci ne tient pas compte des années scolaires et bien nous n'avons déjà plus rien ! Pour la pérennité, il en va de même, engagés en CDD d'un an, on a quand même appris que nos postes sont pris en compte jusqu'en décembre 2015. Après, qu'adviendra t-il des TAP en bibliothèque ? Mystère et boule de gomme. Car il est évident, que la satisfaction globale est due à la création de postes spéciaux pour ces temps (les bibliothèques sont toutes en sous-effectifs, où nos collègues trouveraient le temps de préparation et de co-construction, de gestion des plannings et des mallettes... ) et au budget qui nous a permis d'intégrer des professionnels dans ces activités. En effet, on a de la chance d'avoir trois postes dédiés à cela, du budget et des bibliothèques de quartier pour intervenir. Mais pour en parler autour de moi, il semble clair que cette réforme va à l'encontre d'un quelconque équité territoriale... En tout cas, merci de votre réponse ! J'espère que la mienne n'est pas trop indigeste.
  4. Bonjour, Mon sujet arrive sûrement un peu tard, maintenant que chacun sait où il en est de ces nouveaux temps... Enfin presque, je crois, non? En tout cas, voici un exemple de ce que l'on fait à Bordeaux. https://bibliotheque.bordeaux.fr/on-en-parle/post/a-tap--la-bibliothque-de-bordeaux-?cat=jeunesse De manière globale, c'est plutôt satisfaisant, et les retours que l'on a sur notre offre nous le confirme, que ce soit des enfants ou des animateurs. Les enfants redécouvrent la bibliothèque et découvrent des collections qui ne leur étaient pas destinées, et certains bibliothécaires redécouvrent leurs métiers. Lorsque les animateurs qui les encadrent sont impliqués, la co-construction d'un projet et son aboutissement donnent du sens à cette réforme. Si sa mise en place et son organisation ne sont pas bénéfiques aux enfants, le fond est bon alors autant essayer de s'en saisir et d'apporter quelque chose aux enfants. Pour info, la bibliothèque a créé trois postes (deux mi-temps et un temps plein) de médiateurs culturels afin de gérer et mener ces nouveaux accueils sur les différentes bibliothèques de la ville. Je suis l'un d'eux, si vous avez des questions sur ce que l'on propose n'hésitez pas à me contacter.
×