Louve

Membre
  • Compteur de contenus

    120
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    15

À propos de Louve

  • Rang
    Caribou

Identité

  • Genre
    Non spécifié
  • Profession
    -thécaire!

Visiteurs récents du profil

838 visualisations du profil
  1. Bonsoir, oui, se faire embaucher en collectivité territoriale aujourd'hui c'est difficile, mais pas uniquement pour la filière culturelle! Des reçu-collés, il yen an aussi dans la filière administrative! Concernant ton parcours, tes envies, ce qui se passera ensuite: si tu es admise aux concours état tu passeras nécessairement par la case enssib: 6 mois pour bib, 18 mois pour con's admise en territo: 18 mois à l'INET pour con's des cours, de stages, l'occasion de te créer ton réseau. Dans ma promo de con's terr, il y avait 4 enseignants, dont 1 prof de collège-stagiaires: toutes et tous ont trouvé un poste et sans omission ni modification sur leur CV, donc c'est possible! Pour bib terr, là effectivement ça se corse: peu de postes aux concours, peu de postes proposés, donc c'est rude mais faisable. Atypique, je le suis un peu parce que pour tout dire, le jour où l'on m'a proposé un poste de chef de projet chez un éditeur de progiciel, bin j'ai démissionné pour y aller! Fallait voir la tête de la RH quand je suis venue donner en main propre ma démission! En entretien, sur mon CV, j'ai toujours été claire sur mon parcours, ça ne m'a pas porté préjudice, au contraire. Je n'ai qu'une chose à dire: si vraiment les bib t'intéressent, fonce, passe les concours. Si ça se trouve tu sera reçue en état, et si c'est en territo, bin tu chercheras rt tu trouvera parce que les gens motivés sont préférés -et de loin!- à ceux qui rentrent par hasard parce qu'il y avait de la lumière. Ferris a raison on en a un paquet de titulaire suite à une série de contrats aidés (TUC, CES/CEC, CEJ, CUI, CAE...) alors la fraîcheur et la motivation, ça fait du bien! Bon courage!
  2. un nouvel épisode à ce passionnant feuilleton! https://www.actualitte.com/article/monde-edition/taxe-sur-les-lectures-a-voix-haute-vers-une-exception-pour-les-bibliotheques/82659 L'ABF réagit mais on n'est pas rendu!
  3. Oh mais il y a des jours où j'aimerai sortir des horreurs, histoire de choquer le parterre des gens bien intentionnés ! J'suis pas très douée à ce jeu là. Alors je provoque différemment histoire de secouer les étagères !
  4. J'ai certainement manqué un épisode. Saison 1- 2016 épisode 1- la SCELF contacte les mairies pour signaler qu'il faudra désormais payer pour les heures du conte épisode 2 - les médiathèques s'émeuvent, s'inquiètent , préviennent l'ABF épisode 3- le 14 novembre la SCELF rencontre l'ABF. Ambiance constructive, atmosphère cordiale Saison 2 - 2017 épisode 1- 17 mars: la SCELF reçoit un courrier rédigé et signé par 13 commission, assocaitions.. d'auteurs/éditeurs épisode 2 - 18 mars: réponse de la SCELF: ne paniquez pas! il ne se passera rien!!!! et je découvre aujourd'hui un spoiler, une nouvelle passée inapercue: une pétition contre la volonté de la SCELF de faire payer les heures du conte https://www.change.org/p/administration-scelf-fr-contre-les-prélèvements-scelf-sur-les-lectures-sans-billetterie-shéhérazade-en-colère Il m'est avis que ce feuilleton va durer...
  5. ça c'est sûr!!!! Est-ce dû à leur uniforme??? Que veux-tu Ferris, je fais partie de ces gens qui choisissent leurs mots avec soin Je note que tu as bien compris le fond de ma pensée! Je dirai que même si la création du grade est une bonne nouvelle, on est pas sorti du sable!
  6. La seule solution, une veille sur les différents sites pro: Gazette des communes Enssib emploi Emploi territorial Fncdg emploi Rendez-vous emploi public Cap territorial Archimag Actuellement, les postes se font rares quel que soit le cadre d'emploi...
  7. Les agrégés ont moins d'heures de cours qu'un certifié pour pouvoir faire de la recherche; ils ont par ailleurs la possibilité de donner des cours en fac et d'être nommés sur des postes à particularité (BTS, classes prépa). C'est l'esprit des textes, dans la réalité, ce n'est effectivement pas toujours appliqué. Quant à la distinction grade/emploi, la FTP l'a bien compris: il suffit de regarder les annonces pour le réaliser. Nombre de postes de bibliothécaire où l'on recrutera un assistant, telle bibliothèque dont la directrice est adjointe du patrimoine alors que le poste est calibré assistant...
  8. M'est avis que l'examen professionnel n'est pas pour tout de suite... Auparavant devront être promus les bibliothécaires en poste qui remplissent les conditions. Et créer les postes va être une vraie bataille.
  9. @Ignatius Kaltenbrunner Même si c'est dit sur le ton de de l'humour, considérer que travailler au contact des publics est une punition est très problématique me heurte car les publics reçus, quels qu'ils soient, méritent un accueil de qualité, et si l'on considère qu'aller au public est une punition, cela risque fort d'affecter la qualité du service rendu. D'autre part, veillons à ne pas monter les gens les uns contre les autres: les B contre les C, les méchants conservateurs contre les gentils agents, ceux qui ont vraiment les mains dans le cambouis et les autres. Glisser sur cette pente nous sera dommageable à tous.
  10. @Smilodon fatalis les faits ont été établis, rapportés. Toute la communauté professionnelle est au courant et a réagi (enssib, ABF notamment): l'enssib ici, là et encore là,sans oublier twiter & cie. L'abf ,sur sa page facebook, a communiqué sur le devoir de réserve. Concernant l'enssib,Yves Alix a réagi de manière très professionnelle: il a rappelé clairement et fermement le cadre, ce qu'il implique. Au regard de sa fonction, il ne peut faire autrement. Au niveau des sanctions, si sanction il doit y avoir, il y a des règles, des procédures qu'il est important, nécessaire de respecter, d'autant plus dans ce cas précis. J'ajoute que le conservateur que je suis est différente de Mme Chazaud; je ne suis pas la seule tant au niveau de l'enssib que du BBF. Enfin, cet événement nous rappelle à toutes et tous que notre profession n'est pas différente du reste de la fonction publique: ni meilleure, ni pire quel que soit le niveau, la fonction.
  11. Rhohhh.... Bravo Ferris, tu as dépassé les 4 000 posts!!!! Sinon pour les gentils_bibliothécaires_militants qui ont parfois du mal avec le service public, c'est malheureusement vrai. Plus facile aussi pour certains de râler, ronchonner, hurler que de réfléchir posément et ensemble. Dans la série, j'ai un exemple croustillant : nos saisonniers estivaux travaillent 151/mois donc, les lundis, dimanche et jours fériés ne sont pas bonifiés sans compter que pour les agents ces jours là sont sur la base du volontariat (sont d'ailleurs pas nombreux les volontaires). Devant ma volonté de rééquilibrer les choses on m'a dit " bah, c'est des p'tits jeunes, ça leur apprend la vie"...
  12. oh que oui Anne! Certains jours j'ai l'impression d'être entre le marteau et l'enclume! je ne suis pas la seule, mais ça ne me console pas pour autant Je dis et redis régulièrement à l'équipe: notre patron, c'est le maire, point. A nous de faire en sorte que cela fonctionne correctement et si possible sans cris, larmes, hurlements. A nous d'appliquer sa décision (sauf quand elle est manifestement illégale) même si nous n'aurions pas fait de la même manière. Certains ont encore du mal à le comprendre... C'est aussi céder sur certains points pour avancer sur d'autres. Pas toujours simple. Quant à l'advocacy / plaidoyer , ça mobilise pas mal de mon énergie et de mon temps: les réunions avec les collègues de la collectivité, avec la hiérarchie, avec les élus. Expliquer ce que nous faisons, pourquoi, comment, dire "je vais voir dans quelle mesure nous pouvons travailler ensemble" et faire en sorte que cela soit possible parce que nous appartenons à la même collectivité et que si les collègues et les élus sont convaincus de notre travail, qu'il sont des retours positifs, des résultats mesurables, tangibles, ça aide! C'est proposer et argumenter le budget, les conditions de travail, la programmation... Et oui, je ne peux matériellement pas être en service public (je n'ai pas la compétence ubiquité) suis-je pour autant hors-sol? Non.
  13. oh mais c'est une très bonne idée le bibliothécaire qui guide une file (espérons là importante!) d'électeurs!
  14. Il me semble que le souci principal évoqué par superbigoud est bien le maintien de l'ouverture au public de la médiathèque en même temps que la tenue du bureau de vote. Parce que sinon organiser un bureau de vote dans une médiathèque fermée, c'est plutôt simple! Ok il y aura de la manutention: bâchage des livres, revues, DVD (quoiqu'en dise Ferris, on n'est pas certains que les crucifix et autres icônes de l'école catholique n'ont pas été cachés...) qui pourraient influencer, déplacement de certains meubles pour installer les isoloirs, table de vote... mais bon pas plus que pour d'autres activités, non? Bref autant de réponses, solutions que de territoires et de lieux!
  15. Honnêtement, je connais peu de bibliothèques qui aient suffisamment de m2 pour organiser à la fois l'accueil du public et la tenue d'un bureau de vote! On est donc bien d'accord que cela semble plus que périlleux cette histoire mais il faut des faits objectifs, tangibles à présenter pour dire non. Par contre si vous avez la chance d'être dans une bibliothèque qui dispose de deux entrées distinctes, avec la rampe qui va bien pour les personnes à mobilité réduite (et les poussettes, faut pas les oublier non plus! ;-)), d'avoir une grande salle à part, ou alors un espace tel que vous pouvez recréer sans problèmes un bureau de vote, il sera difficile de refuser!