Aller au contenu

olivierH

Membre
  • Compteur de contenus

    59
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de olivierH

  • Rang
    Chevreuil
  1. Question d'oral

    Non pas nécessairement. Par exemple dans les marchés publics : il arrive assez fréquemment que l'Etat ou les collectivités se retrouvent à payer des biens plus cher que si elles pouvaient acheter directement chez le commerçant le moins cher sur ce produit précis. Il pourrait être considéré que l'intérêt public est réel (acheter moins cher), par contre, ce serait complètement illégal (achat hors des procédures légales et réglementaires). Vers personne. Tu prendrais tes responsabilités en n'exécutant pas l'ordre. Evidemment, il y aurait après une procédure disciplinaire à ton encontre, pouvant prendre une sanction allant jusqu'à la radiation ou la mise à la retraite d'office. Sanction que tu contesterais alors devant le juge administratif, seul habilité à estimer si les conditions de l'article 28 étaient réunies pour justifier la désobéissance. La procédure peut être longue, ça peut aller jusqu'au Conseil d'Etat. Autant dire qu'il vaut mieux être sûr de son coup et être prêt à endurer ça. Pour ma part, c'est non :-) Par contre, il faut faire des écrits, dans ce cas-là, pour bien montrer que tu as alerté sur le caractère illégal de la chose. La question peut parfaitement être posée, et si tu y réponds en citant précisément l'article 28 du statut de la FP, et ses raffinements (voir plus haut), tu auras fait mieux que 95% des autres candidats.
  2. Question d'oral

    Il faut bien lire le texte de l'article 28. L'ordre doit être manifestement illégal. La simple présomption ne suffit pas. Et (condition cumulative) de nature à compremettre gravement un intérêt public. Sur le caractère grave de l'atteinte, il faudrait que le juge administratif tranche a posteriori, mais il ne faut pas trop y compter. La probabilité que l'ensemble des conditions soit réunies, en bibliothèque, pour justifier la désobéissance hiérarchique au sens de l'article 28 est donc extrêmement faible. Aller voir son maire en disant "c'est illégal, je ne fais pas" revient à s'exposer à des ennuis considérables.
  3. Pour avoir travaillé avec les deux catégories, je préfère mille fois ouvrir avec des vacataires étudiants qu'avec des bénévoles. Ce n'est même pas comparable. Les premiers, on peut les sélectionner et dégager les boulets. Ceux qui restent, on les forme (pas longtemps, mais ça suffit en général pour qu'ils soient opérationnels et apprennent le reste en faisant, avec l'aide des titulaires.). Les deuxièmes peuvent ne rien apprendre en 5 ans, et te planter du jour au lendemain, sans qu'on puisse leur en faire grief. Quant au travail du dimanche : je suis de ceux qui le vivent, assez occasionnellement cependant. La bibliothèque centrale ouvre 10 dimanches par an, j'en fais deux en moyenne, moins par choix délibéré que pour permettre l'ouverture (permanence des cadres, sinon, c'est les collègues qui s'y collent). Les heures sont récupérées double, un dimache après-midi (14h-18h) permet de récupérer un jour. Bon tout le dimanche est plombé puisqu'il faut rester jusqu'à 18h - 18h15, et en pratique, si je prends pas le samdi d'avant ou le mardi d'après en congé, je suis moins efficace (lire cramé) la semaine qui suit. Gain nul. Evidemment, pas de rémunération possible pour les B et A. Donc deux ou trois fois dans l'année, ça passe, "le sevrice public est ma joie". Si l'ouverture dominicale devait se systématiser, il faudrait revoir beaucoup de choses en profondeur : rémunération des agents y compris cadres, refonte totale de l'organsation du travail, sur des bases autres qu'hebdomadaire (chez nous tout le monde travaille tous les samedis, il faudrait pouvoir dégager des week-ends entiers), réaffectation des moyens (moins d'animations/ hors les murs / scolaires), plus d'ouverture. Pourquoi pas, et j'y suis en réalité plutôt favorable, mais ça ne se fera certainement pas en un claquement de doigts, ni à moyens constants. Enfin il y a un aspect souvent oublié sur l'ouverture du dimanche. C'est une ouverture sans filet, assez angoissante pour l'encadrant : - problème réseau, ni Internet, ni accès SIGB ? La DSI a bien une astreinte, mais on peut parfaitement tombrer sur un incomprétent qui a pris l'astreinte pour gagner des sous. Cela ne sera pas résolu dans l'heure, ni dans la demi-journée. On fait du prêt de secours en attendant que ça passe. - problème SIGB ? Dans le meilleurs des cas, l'admin est présent (oui, moi :-) ), et on règle le cas. Si le problème est sérieux, pas d'assistance du titulaire du marché le dimanche. C'est déjà dur à obtenir pour le samedi, et hors de prix, mais le dimanche, non. Idem pour le titulaire de la solution de gestion des postes publics. - problème administratif ? Revenez mardi, mon bon, le secrétariat sera disponible aux heures de bureau. Si vous êtes pénible et voulez parlez à la direction, pareil, revenez la semaine prochaine. - problème de sécurité ? Les agents de sécu (société privée en marché) sont présents et gèrent le tout venant. En cas de problème sérieux, ni la police municipale, ni la police nationale ne se déplacent le dimanche après-midi. C'est du vécu, vous vous débrouillez. Donc, comme encadrant, on ouvre et on attend 18h en priant pour que rien n'arrive.10 fois par an, c'est encore enviseagable, tous les dimanches dans ces conditions, c'est non.
  4. Je ne serais pas aussi véhément, mais en effet, la question de l'évaluation des animations va clairement se poser dans ce contexte. Sans aller jusqu'à dire que certaines d'entre elles ne servent qu'à occuper les bibliothécaires (ou leur faire plaisir), on peut parfois constater une certaine démusure entre les moyens engagés et les retours obtenus. Quelle que soit la manière dont on mesure ces retours d'ailleurs : fréquantation, retour médias, remerciement des élus ou questionnaire de satisfaction sur les 14 personnes présentes. Si quelqu'un a déjà obtenu un rapport négatif ou simplement mitigé sur une animation et rédigé par son porteur (lorsque de tels rapports sont produits, naturellement...), j'aimerais bien qu'il se manifeste ici.
  5. Croissance et extension des données, ce que les données font aux bibliothèques !

    Bonjour, Un lien peut-être ?
  6. Témoignages métier bibliothécaire territorial

    Je sais bien, ma remarque était rhétorique. Quand on sait le légalisme pointilleux qui nous est opposé en matière de marchés publics, par exemple, on rigole devant les sommes engagées respectivement. Dans la mienne, les arrêtés de nomination des contractuels sont publiés sur l'Intranet. On voit des recrutements alignés à l'échelon 5 ou 6 en catégorie A, en CDI. Soit un indice qu'il faut plus d'une décénnie à obtenir pour un agent statutaire, et régime indemnitaire identique. Dans ces conditions, le statut de fonctionnaire va pouvoir s'évaporer tranquillement. On a tous des histoires horribles comme celle-ci (j'en ai une bien pire, un peu ancienne, mais je ne peux pas la raconter ici)
  7. Témoignages métier bibliothécaire territorial

    La promotion interne ne peut concerner qu'un recrutement pour trois recrutements "normaux" (mutation ou nomination suite à réussite au concours : Décret n° 91-845, article 6) : ça ne peut pas tout expliquer, pas la "plupart". Ou alors le contrôle de légalité est vraiment défaillant.
  8. Témoignages métier bibliothécaire territorial

    Question incidente : ça vous paraît pas fou le nombre de postes proposé au concours de bibliothécaire, juste sur la région parisienne (concours organisé par le CIG Grande Couronne) ? Source : https://www.agirhe-concours.fr/docs/78/pdf/arreteOuverture/arreteouverturebib.pdf Je sais bien qu'il n'a lieu que tous les trois ans, mais le nombre me paraît démesuré par rapport aux offres que l'on voit réellement publiées.
  9. Témoignages métier bibliothécaire territorial

    Tu trolles, c'est mal :-) Fonction dévalorisante certainement pas, mais accessoire, oui, ça peut le devenir. Pour ma part, l'accueil du public représente 10% de mon temps de travail (fiche de poste). Le reste du temps, je remplis les autres tâches qui y figurent, et je ne bulle pas. Cela s'appelle des fonctions soutien : si personne ne les fait, la bibliothèque ne tourne plus. N'y a-t-il pas une certaine démagogie à vouloir que tout le monde, du C au A+ fasse autant de service public ? Cela ne revient-il pas à considérer que le travail de cadre n'est pas du travail ? Et si un candidat au concours ou sur un poste de A comme Greta déclare lors d'une épreuve/un entretien : "J'aime la lecture publique et soutiens ses buts ; je veux mettre mes compétences x, y, ou z à son service, mais le contact quotidien avec le public ne me semble pas indispensable pour cela : je préfère contribuer à en organiser la possibilité. Bien sûr je dépannerai le planning de SP quand il le faudra (c'est à dire pour les midis et les fermetures, évidemment)" : un tel discours aura-t-il une chance d'être entendu ? Si c'est moi qui recrute, oui, absolument. Cela n'en fait pas un bon conseil pour autant :-)
  10. Emploi du temps et horaires d'un bibliothécaire

    C'est une bonne idée concernant les horaires. Concernant les bibliothécaires en poste, en BU ou en lecture publique : qui aurait envie de faire ça ? Pour moi, c'est juste impensable : public scolaire, moyens ridicules, isolement (on fait tout), ça vous a déjà tenté ?
  11. Emploi du temps et horaires d'un bibliothécaire

    Je ne sais pas ce qu'il en est pour les autres bibliothèques que tu évoques, mais attention quand même :-) Celle-ci est une structure mixte, qui accueille aussi le public, jouant le rôle de bibliothèque municipale. D'où l'ouverture du samedi. Sur les autres relais de ce réseau, c'est plus normal : http://biblio.bas-rhin.fr/les-bibliotheques/detail/502 Même s'il y a un 19h le vendredi, bel effort. Les temps ne changent pas tant que ça.
  12. Emploi du temps et horaires d'un bibliothécaire

    Déjà ça, ça apparaît comme le Graal pour de nombreux bibliothécaires de lecture publique. Même un samedi sur 3 libéré. Le travail du samedi, occasionnellement le dimanche, et en début de soirée, c'est le gros inconvénient du métier. Il ne faut pas y songer si on n'est pas prêt à cela. Pour le moment, ce point serait le seul qui pourrait susciter chez moi une envie d'ailleurs.
  13. Catalogage des grands caractères

    Cela dépend vraiment des SIGB. Dans certains, on peut intégrer le champ 205 de la notice dans la recherche "partout", moyennant une réindexation de tout le fonds. Mais ça peut générer du bruit, aussi.
  14. Valoriser un parcours enseignant

    Si c'est un contrat à mi-temps, vous devrez faire 17,5h par semaine. Dans ces conditions, il me semble difficile de vous demander d'être présente 5 jours par semaine à la bibliothèque. Donc deux jours libérés par semaine me semble être un minimum, si en plus c'est le jeudi et le vendredi, ça arrangera tout le monde. Les jours tendus pour les plannings sont les mercredis et les samedis. Si vous pouvez avoir un mi-temps de ce type dans le cadre d'une préparation aux concours, il faut foncer. A l'oral, il est toujours intéressant de savoir de quoi on parle réellement face à un jury de professionnels.
  15. Exemples de cahier des charges réinformatisation

    D'ailleurs ici, on vient de mettre en production Syracuse, sur un gros réseau. Je réponds volontiers aux questions (me contacter par MP). Et aussi une solution de gestion des postes publics qui s'appelle Webkiosk (société Aesis Conseils) et que je trouve formidable.
×