Melandria

Un café et une présentation, siouplait !

314 messages dans ce sujet

Parler vrai de temps en temps et ne pas prendre son cas pour une généralité, c'est pas mal non plus.

Ok, Ferris, parlons vrai puisque tu y tiens.

Si le poste de cadre B est aussi horrible que tu le décris, je me demande pourquoi ils sont aussi nombreux à passer le concours pour l'obtenir ce satané concours de B.

Quelque part, il y a maldonne.
Ou alors je ne comprends plus. :ermm:

Quoi ? Même après plusieurs années dans la fonction publique et dans le métier de bibliothécaire, il y en a encore qui veulent prendre ce genre de place ?
Si elles sont aussi pourries que tu les décris, c'est un tantinet incompréhensible.

Idem, l'IUT de mon département délivre environ 50 DUT métiers du livres par an.
Un DUT métier du livre, c'est pour devenir cadre B.
50 innocents ? Par an, depuis des années ?
Tout ça pour avoir le cul entre deux chaises. Ce serait fou. :blink:

Bon, restons plus terre à terre. En janvier, j'ai assisté à une réunion des bibliothécaires de mon secteur, plusieurs cadres B dans ce groupe, dont une fraîchement nommée suite à réussite au concours. Je n'ai pas eu l'impression qu'elle était ou qu'elles/ils étaient au bord de la dépression nerveuse. Des projets plein le sac, un soutien des élus qui ont voulu la garder malgré l'augmentation substantielle du salaire. Ce n'était pas la seule à être enthousiaste de son métier.

Ok, à ce genre de réunion, ne viennent peut-être que les seuls bibliothécaires enthousiastes. Ou alors comme mon département est en croissance de bibliothèques (et de population citadine), ça peut expliquer certaines choses. Plus facile d'être serein lorsque le mouvement est à l'expansion, plutôt qu'en pleine baisse des budgets et des personnels.

Est-ce que mon cas est une généralité ?
Voyons, 16 300 bibliothèques en France, 6000-7100 grosses et moyennes structures. Reste 9 200 petites structures, dont une majorité tenue par un adjoint du patrimoine, ou des bénévoles. Mon cas est bien une généralité.
Ce sont les grosses structures qui sont la minorité. :ahappy:

Est-ce qu'il y a aussi des soucis dans les petites structures ?
Affirmatif. Ce n'est pas rose pour tout le monde, ni tout le temps. Il y manque souvent du budget, du temps de travail et on doit savoir se débrouiller avec ce "pas grand-chose" de disponible.
Comme d'autres l'ont fait, il y a trente ou quarante ans, alors que l'horizon n'était pas plus dégagé, avec beaucoup moins de bibliothèques bâties. Eux ne se sont pas concentrés sur les difficultés. Ils ont retroussé leurs manches et ont lancé des projets de bibliothèque dont j'ai profité, dont je profite maintenant.

Ces gens-là, tu en fais partie, Ferris.
Et tu en feras toujours partie.

Allez, une question vraie.
Est-ce que ça aurait arrêté le jeune Ferris au début de sa carrière de savoir que le métier est difficile ?
Tel que je te connais, je dirai non.

Alors, ta réponse de "parler vrai", c'est quoi ?
Une façon de s'assurer que la personne en face est sûre d'elle-même ?
Qu'elle en veut, et qu'elle est prête à se cramponner pour y arriver ?

Je sais bien que ton côté syndicaliste ("ou mauvais flic ?") t'incite à voir (et recevoir) en premier le côté moche, problématique, difficile de la profession, mais il y a tout le reste : des gens quand même heureux de venir bosser en bibliothèque, de se former à ce métier, pour venir y prendre leur pied...
Est-ce que je fais vraiment partie d'une minorité chanceuse ? (je finis par me poser la question)
Les bibliothécaires font-ils la gueule uniquement lorsque le public et leurs collègues ne sont plus là ?
C'est vraiment l'enfer ce métier ?

Autant que ça ? :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/06/29/01016-20090629ARTFIG00347-45-des-instituteurs-ont-pose-un-conge-maladie-l-an-dernier-.php

Nous aussi, on est au contact du public. Est-ce qu'on a 45 % de congés maladies posés en bibliothèque ?
Avec 9 % de congés longue durée. (soit 9% en dépression nerveuse ; 9-10%, chiffre que j'ai entendu récemment pour 2016)

Ou bien ça ? :
http://www.toutpourchanger.com/ex-prof-reconvertie-on-peut-changer-de-metier/
"1800 euros pour 50 heures par semaine", soit à peine 9 euros de l'heure.

C'est ce que veut quitter Marion, et je comprends.

"Oh ! le méchant Ferris"

Vilain méchant loup ?

Non, je te vois plutôt comme ton icône de loup souriant.
Si tu étais plus mordant (et réaliste) tu aurais dit à Marion d'aller regarder le billet des reçus-collés.
Trouver un boulot en bibliothèque territoriale, même avec de l'expérience et un concours en poche, c'est de longue longue haleine.

A se demander si, en tant que prof, il ne vaudrait pas mieux réclamer une mutation vers les BU.
Après tout, on reste dans le même ministère.
Au moins le temps de se faire de l'expérience en bibliothèque, si on veut glisser en territoriale par la suite.
    Bernard

P.S. : si tu me posais la question plus directement, Ferris, je te répondrai que je ne suis pas non plus aveugle aux difficultés et aux envies de quitter le métier de certains bibliothécaires. Quand on discute, après cours, avec les formateurs pros, on apprend bien des choses. Pour moi, ça ne date pas d'hier.

Dans tous métiers, il y a des avantages et des inconvénients. Ok, en avoir changé une ou deux fois, ça aide à se focaliser sur les côtés intéressants, plutôt que sur les éventuelles difficultés. A chacun son vécu. :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, je ne vais pas en faire des tonnes, face aux coulées de béton majouriennes une simple mise au point suffira. Après tout c'est dimanche...(bien que certaines bibliothèques ouvrent le dimanche :tongue:)

 

Pas la peine d'aligner des adjectifs, que je n'utilise pas, pour donner du poids à tes propos (horrible, pourrie, l'enfer,dépression nerveuse et j'en passe..): Je me contente de décrire OBJECTIVEMENT la situation d'un B d'une façon générale, statutaire si on veut. C'est un poste difficile. Comme tous les postes de cadres intermédiaires, dans le privé comme dans le public. Après, que chacun le vive d'une façon différente, étant donné qu'il y a autant de modes de fonctionnement que d'équipes de bibliothèques, c'est évident et ce n'est pas mon propos.

 

Un DUT métier du livre, c'est pour devenir cadre B. Non, le DUT métiers du livre ne forme pas des cadres B. Il forme aux métiers de l'édition aussi, on peut prendre en charge la gestion d'une librairie, participer à la diffusion et la production éditoriale dans une maison d'édition, ou assurer la médiation d'un fonds dans les musées. Donc devenir archiviste, libraire, secrétaire d'édition...Et sur les 50 dont tu parles, combien travailleront de fait en bibliothèque publique, sachant qu'ensuite il y a en plus des concours et des filières différentes, dont celle de l'état, (qui apparemment tente de plus en plus, faudrait se demander pourquoi on préfère subitement être magasinier en BU qu'adjoint du patrimoine en BM. Une question de vocation sans doute...:tongue:) ?

 

Mon cas est bien une généralité. Oui dans un sens, ton cas est une généralité...de C en milieu rural, travaillant en solo et dans des conditions de recrutement et de fonctionnement assez rares. Et pour l'instant sans les contraintes d'un Réseau interco. Sans chef, sans rapports hiérarchiques directs, sans problèmes de management (oui, je sais il y a tes bénévoles, mais j'ai pas envie de rire...), sans politique culturelle définie pour un territoire et qu'on doit retrouver dans ton projet d'établissement, bref sans tout l'environnement administratif contraignant que la plupart des autres vivent en direct, et avec une politique d'acquisition dont l'essentiel est d'aller remplir son caddie en BDP, et j'en passe, donc sans autres contraintes finalement que les contraintes matérielles et spatiales auxquelles nous sommes tous soumis.

Soyons un peu précis, et situons-nous clairement. Donc oui, tu fais partie d'une minorité chanceuse. Et c'est bien de te poser la question. Chanceuse ? Vraiment ? Mais c'est ton problème.

D'ailleurs je te rappelle, et le forum est là pour te le rappeler à la rubrique concours, que la "majorité" (arithmétiquement fausse car en termes de personnels tes 9 200 structures solo ne pèsent pas le même poids que les 7000 autres) dont tu te réclames comporte en fait beaucoup de collègues qui font des pieds et des mains pour en sortir en passant un concours. Ce qui n'est pas ton cas. Donc libre à toi de considérer que ton cas est une généralité mais pas de laisser entendre en sous-main qu'en tant que tel tu serais représentatif des collègues qui bossent en solo. Et la nuance est importante.

 

50 innocents ? Non, personne n'est innocent. Et le discours sur la "motivation", voire la "vocation" n'est pas innocent non plus. On veut aussi bouffer, et de préférence dans un boulot peinard genre fonctionnaire à vie, avec une idée faussée du métier que la plupart des gens véhiculent en permanence. Et au fait, tous ceux qui voulaient "faire prof", et qui ne veulent plus, innocents aussi  ou mal informés ? Et quand le statut aura disparu et sera remplacé pour les nouveaux entrants par des CDI, y aura t'il autant de candidats dans tes miraculeux IUT, Révérend Bernard ? On verra...

 

Certes, on n'est plus il y a 30 ou 40 ans. Et, chose que tu ignores sans doute, à cette époque (CAFB), les stages en situation étaient inclus dans la formation, en permanence, une semaine ici, une semaine la bas etc...sur une année. Et les gens de cette époque vivaient effectivement en direct des situation de misère matérielle et budgétaire dont on n'a même plus idée aujourd'hui. Et on avait quand même envie après. A savoir aussi : la FPT n'existait pas encore, elle est née en 1984. D'où une certaine liberté, une envie de se lancer dans le truc de toutes façons. Un air de liberté flottait sur les bibliothèques, comme aurait dit quelqu'un.  Et pourtant j'ai dirigé, comme stagiaire, des annexes de quartier dont tu ne voudrais même pas comme garage ou cabane de jardin. Après on est blindé, pour tout. Mais on n'était pas si nombreux qu'aujourd'hui non plus. Moins de bibs mais moins de candidats aussi, d'où un certain équilibre. Et finalement c'est cette generation de retrousseurs de manches qui a fait bouger le plafond et construit vos palaces informatisés, mon brave Bernard...Justement parce qu'on pouvait le faire, personne sur la route pour nous arrêter. Nous existions tellement peu qu'on pouvait nous laisser faire mumuse, pas de risque. On en a profité...Et vos gérez aujourd'hui le résultat de nos efforts.

 

Et oui, syndicalement mon œil est attiré par les situations difficiles. Les gens heureux n'ont pas d'histoire(s), les autres, à travers leurs histoires me donnent un aperçu légèrement différent de celui des discours lénifiants sur le bô métier. Un cadre dépressif vaut combien de cadres heureux ? C'est une question stupide ? mais pourtant pour peu qu'on cesse de raisonner à coups de chiffres, on peut tout de même se poser la question. Et puis se méfier des fausses réalités, ces gueules réjouies et avenantes qu'on rencontre en stage par exemple. Personne n'exhibe ses malheurs à tout va.

 

Un dernier point : mettre sur le même plan, notamment psychologique, le fait d'être face au public en bibliothèque et face à une classe, relève de l'imposture totale. J'ai aussi été brièvement enseignant. Suffisamment pour partir en courant...Je n'ai pas attendu cinq ans. On voulait faire prof "parce qu'on aimait les enfants" ? Comme faire bib "parce qu'on aime les livres" ? Cherchez l'erreur dans la jungle touffue des idées toutes faites et des pré-supposés foireux...Je comprends le malaise enseignant mais il ne me viendrait pas à l'idée de le comparer à nos problèmes. Par contre la question des motivations de départ me titille toujours un peu.

 

Bon dimanche Père Majour et dans un prochain sermon, quand vous serez en chaire, interrogez-vous avec honnêteté sur cette épineuse question de la motivation, ou des vocations, surtout les tardives. Le sujet mérite un sérieux dépoussiérage, beaucoup d’honnêteté et la certitude de se faire pas mal d'ennemis. Il y a des sujets tabous..

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, là, je vous perds. Clairement, je ne suis pas à un entretien d'embauche, et pas assez stupide pour me vendre à base de "j'aime les livres et le public".

 

Je ne me suis pas dirigée vers prof parce que j'aime les enfants, mais bel et bien parce que c'était un rêve de gosse, et j'ai fait pas mal de stages avant de me lancer. J'aime transmettre. J'aime les enfants. Oui. Et j'ai aussi voulu y croire, parce que 5 ans d'étude pour fuir direct, à moins de sentir au premier cours qu'on ne se sent définitivement pas à sa place... C'est dommage quand même.

 

5 ans de réflexion, oui, laisse moi te dire qu'il en faut du temps, pour quitter l'éducation nationale. Entre la pression des "ne démissionne pas" et l'impossibilté de prendre une année de disponibilité...

 

Je n'ai même pas envie de me justifier. J'ai lu sur le métier de bibliothécaire, plus que vous ne le croyez, j'ai été voir plusieurs bibliothécaires, qui ne m'ont pas dit ô combien le métier était difficile (laisse moi te dire qu'il y a quand même un paquet de profs en dépression, chaque année). Et je me répète sûrement, mais j'ai hésité à faire un DUT métiers du livre après le bac, donc ce n'est pas un "coup de tête de prof en galère qui croit qu'elle va se la couler douce en bibliothèque". Oh non.

 

Maintenant, ces échanges m'agacent, tu ne me décourageras pas, j'en suis fort désolée ;) .

 

Allez, sans rancune !

Modifié par Marion_Hry

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puisque tu es sure de toi, pas de problèmes. Mon but n'a jamais été de te décourager. Simplement, j'ai eu le tort de me poser quelques questions, un peu agaçantes. La franchise ne paie pas sur certains sujets...

En tous cas, bienvenue, et surtout bonnes lectures sur le forum, et bon parcours.:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

@Marion_Hry Je te souhaite, un peu tard il est vrai, la bienvenue sur ce forum. Je participe peu mais je lis régulièrement les publications de ce forum. Je voudrais te dire de suivre tout simplement ton intuition, "ta voix intérieure". Tu as une chance immense celle d'avoir l'envie de changer de vie et le courage de le faire...ce n'est pas donné à tout le monde. Certain, quelque soit le métier et l'age, reste dans leur poste même s'il leur déplait profondément, même si ça les rends aigrie.... 

Le monde des bibliothèques est passionnant, il a de multiples facettes et est en pleine mutation vers le numérique ce qui élargit nos compétences et notre univers "bibliothéconomique"...Comme tout métier, et quelque soit le grade, il y'a des aspects négatifs. Mais tu as eu la sagesse de te renseigner et tu t'es inscrite sur ce forum pour avoir du soutient je crois, tu as le mien, à 100% ! 

 

Et juste Ferris le paragraphe suivant m'a laissé comme une sensation d'avoir reçu une bonne grosse baffe : 

 

Il y a 7 heures, Ferris a dit :

 

 

Mon cas est bien une généralité. Oui dans un sens, ton cas est une généralité...de C en milieu rural, travaillant en solo et dans des conditions de recrutement et de fonctionnement assez rares. Et pour l'instant sans les contraintes d'un Réseau interco. Sans chef, sans rapports hiérarchiques directs, sans problèmes de management (oui, je sais il y a tes bénévoles, mais j'ai pas envie de rire...), sans politique culturelle définie pour un territoire et qu'on doit retrouver dans ton projet d'établissement, bref sans tout l'environnement administratif contraignant que la plupart des autres vivent en direct, et avec une politique d'acquisition dont l'essentiel est d'aller remplir son caddie en BDP, et j'en passe, donc sans autres contraintes finalement que les contraintes matérielles et spatiales auxquelles nous sommes tous soumis.

Soyons un peu précis, et situons-nous clairement. Donc oui, tu fais partie d'une minorité chanceuse. Et c'est bien de te poser la question. Chanceuse ? Vraiment ? Mais c'est ton problème.

D

Je suis de catégorie C, en milieu rural donc

Comme tout agent de catégorie C j'ai des chefs...je dit DES : car il y'a le Maire of course, l'adjoint en charge de la culture, et le chef du personnel. 

Les bénévoles peuvent poser des problèmes de management comme dans toute équipe 

Et alors cerise sur le livre déjà bien épais : Une politique d'acquisition dont l'essentiel est d'aller remplir son caddie en BDP. Merci de réduire mon travail et celui de centaine de C en miieu rural à une simple liste de course....

Il y'a énormément de C qui malgrès de petit budget essais d'offrir au lecteur un choix de lecture varié, qui passe du temps pour choisir intelligement les livres dans les rayons de la BDP. 

Voilà j'ai dit mon avis à ce sujet précis.

 

Chloé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour tous le monde,

 

Eh bien, que d'animation dans cette rubrique ! J'avoue avoir hésité avant de rédiger une réponse, ne voulant pas en "rajouter une couche". Mais étant donné que je suis catégorie B, je me suis dit que ça valait peut-être la peine que je donne mon point de vue, notamment pour Marion.

 

Je me rappelle avoir beaucoup hésité sur le choix du concours : titulaire d'un master, j'avais même envisagé le A ! Mais après avoir mené plusieurs entretiens avec différents responsables (sur rendez-vous), après un long stage en médiathèque centrale puis une succession de CDD dans de plus petites structures, je me suis rendue compte que je ne voulais pas du A : trop de responsabilités certes, mais c'est surtout le manque de contact avec le public qui m'avait refroidie. B me semblait un bon compromis : une certaine responsabilité avec la gestion d'un secteur (a minima), le contact avec le public. Seul le management me faisait moyennement envie.

 

Finalement, je ne regrette pas mon choix : j'ai la responsabilité de plusieurs secteurs mais sans avoir de management (d'où sans doute une certaine solitude parfois, sans possibilité de débattre sur l'acquisition de telle ou telle chose, et en devant porter quasiment seule toutes les animations liées), j'appuie mes collègues qui ont d'autres responsabilités comme le management mais toujours de manière un peu informelle (c'est peut-être avoir le cul entre deux chaises :D ! Mais j'avoue que ça se passe bien, j'ai ce rôle qui permet d'être à l'écoute et de faire éventuellement remonter aux responsables, et inversement ; tout en pouvant déléguer complètement au chef si besoin). Alors oui, j'ai peut-être eu de la chance d'avoir trouvé ce poste, qui me convient parfaitement comme premier poste. Mais en tous les cas, c'est encore possible vu que je suis en poste depuis pas si longtemps que ça.

Après, pour le côté négatif, oui j'ai dû faire pas moins de 500 km pour le trouver, ce premier poste. Et oui on travaille le samedi et parfois le dimanche, et même en soirée de temps en temps. Et oui on est content de rentrer à la maison, et ça même si on se recolle devant le pc pour se tenir au courant de ce qui se passe dans notre milieu (mais tous le monde ne le fait pas : tout dépend de la charge de travail que tu t'imposes à toi-même). Donc méfiance sur les catégories, c'est toujours loin de ce que disent les textes et dépendent fortement des structures (à titre d'information, je suis en interco, ville principale moyenne). D'ailleurs, mon responsable direct est un C, et c'est lui qui a presque toutes les charges en terme de management...

 

Si tu as d'autres questions, n'hésite pas ;-) Et continue à multiplier les expériences.

 

Epsy.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Chloé

 

Attention à bien lire les choses : je ne fais une réponse qu'à Bernard, pour justement m'opposer à sa generalisation. Car c'est lui qui globalise un peu trop facilement tous les C en solo. Sur le paragraphe que tu cites, il s'agissait d'une réponse ne correspondant qu'à sa situation, qui englobait un peu trop facilement tous les C fonctionnant en solo. Je sais parfaitement que dans la majorité des cas, l'agent en charge d'une structure fait partie d'un ensemble plus traditionnel et hiérarchisé, notamment dans les intercos, et avec des responsabilités très variables. Idem sur le plan budgétaire, les situations sont très variables. Par contre ne pas confondre élus et hierarchie administrative (DGS en l'occurence) et hierarchie interne (cadres de la filière). Les élus ne font pas partie de la hiérarchie.

 

En tous cas content de voir que cela suscite le débat et les retours d'expérience. Merci notamment à Epsy de préciser :  méfiance sur les catégories, c'est toujours loin de ce que disent les textes et dépendent fortement des structures (à titre d'information, je suis en interco, ville principale moyenne). D'ailleurs, mon responsable direct est un C, et c'est lui qui a presque toutes les charges en terme de management...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Long-time lurker comme on dit chez les anglophones (wikipedia France dit "consommateur passif), je me décide enfin à créer un profil et contribuer au forum.

Voici une brève présentation de ma petite personne d'un point de vue professionnel

 

  • Master d'histoire puis oh, ciel ! Je réalise que le monde de la recherche et de l'enseignement n'est pas ce que je souhaite.
  • alors, PAF ! DUT métiers du livre (le mal nommé)
  • suivi d'expériences dans les bibliothèques municipales de la région parisienne pendant 6 ans en tant que B. Ce qui me forme et me tanne un peu le cuir aussi.
  • Plusieurs fois admissible au concours de conservateur ("avec ton niveau d'études, tu dois viser A, blablabla"), au bout d'un certain nombre d'échecs vint la fameuse période du "allez voir ailleurs si j'y suis, je suis pas si mal avec mes CDD d'un an renouvelés tous les ans"
  • Et puis, envie d'évoluer, de changer d'air, je retrouve l'élan pour préparer le concours d'assistant et l'obtiens en novembre dernier ! Serpentins et cotillons !

 

Maintenant que j'ai eu ce rogntudju de concours, j'ai démissionné (voui, j'aime vivre dangereusement), j'ai déménagé et je cherche maintenant à valider mon concours dans une région où, aux dires du Sieur Ferris, les places sont chères.

 

Le forum sera un des liens qui me rattachera à la profession pendant cette période de recherche... et après aussi, j'espère. ^_^'

 

Et pour finir, une modeste offrande : voici le modèle réduit d'un scanner à livres sous licence libre... avec des peluches de chats (oui, j'ai pas mal traîné avec des geeks)

 

BnEHPtQIMAAV9a2.jpg

Modifié par Géraldine Newton

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Géraldine et bienvenue sur le forum !

J'espère que tu trouveras vite l'emploi de tes rêves !

J'ai beaucoup aimé ta présentation, ce qu'il faut d'humour et de réalisme !

Chloé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être celle-là : :blush:

Deuxième tableau d'émoticons.

 

Bienvenue à toi sur le forum.

Et tant mieux que tu sois une geek pleine d'humour.  :thumbsup:

  Bernard

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, Géraldine Newton a dit :

Mince, je ne trouve pas l’émoticône qui rougit.

 

Merci Chloé !  :-)

De rien c'est avec plaisir...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bienvenue Géraldine. Les places sont chères...partout, mais quand même nettement moins nettement avec le concours et six ans d'expérience comme cadre B. Et puis c'est vrai que l'humour ça compte aussi..:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*Frrroucht*

C'est le bruit de la flamme de l'espoir qui brûle plus fort au fond de mes prunelles.

 

Blague à part, merci, cela me donne plus de confiance.

 

A bientôt sur d'autres sujets !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant