Marcel

Censure : le retour !

139 messages dans ce sujet

Lu sur le blog ultra réactionnaire "le salon beige. " :

http://www.lesalonbeige.blogs.com

Posté le 5 février 2014 à 16h38 | Lien permanent

Bibliothèques idéologiques : avez-vous vérifié et prévenu votre maire ?

Depuis la mise en ligne hier soir des ouvrages présentés dans la bibliothèque municipale de Versailles, ville dans laquelle on pourrait croire que le lobby LGBT ne pénètre pas, une multitude de parents sont allés consulter leur bibliothèque pour y découvrir que les ouvrages idéologiques sur le gender y étaient accessibles. J'ai déjà publié un certain nombre de villes (Nantes, Toulon, Saint-Etienne, Le Chesnay, St Germaine en Laye, Neuilly sur Seine, Tours) qui ont acheté, sur les deniers publics, ces fameux livres, ce qui fait une coquette somme pour ces éditeurs.

Vous pouvez trouver sur le site du SNUIPP la liste des ouvrages, présentés comme étant des livres pour l'égalité, mais destinés en fait à banaliser les actes contre-nature et le changement de sexe.

D'autres villes se sont procurées certains de ces ouvrages, mis à la disposition des enfants comme des écoles : Castelnaudary, Boulogne-Billancourt, Chatillon, Lyon VIe, Cherbourg, Rennes, Dole, Lamballe, Troyes, Massy, Andernos-les-Bains, Mérignac, Strasbourg...

A votre tour, vérifiez le contenu de votre bibliothèque municipale et, si c'est le cas, interrogez votre maire afin qu'il retire ces ouvrages pour le bien des enfants. Et qu'il ne les revende pas !

Michel Janva

Posté le 5 février 2014 à 16h01 | Lien permanent

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sûr qu'à se coucher comme ça devant les réacs ça va pas s'arranger ! D'abord l'économie désormais le sociétal ! Et eux qui s'épanouissent grâce à lui


Le monde à l'envers ...


 


J'en ai assez de ces arrières gardes revanchardes


Achetons et faisons lire tous les ouvrages de la liste ! http://79.snuipp.fr/spip.php?article30


Réagissons, sensibilisons, mobilisons, lisons !!


 


A noter que grâce à Internet et aux sites de bibliothèques ce triste sire recense les bibliothèques disposant dans leur fonds d'ouvrages sur l'égalité


avec l'aide de lecteurs de son blog (les collègues qui n'ont pas de catalogue en ligne en ont de la chance !)...


 


Ils n'ont à priori rien d'autre à faire car les posts sont très nombreux et malgré la nausée (au moins on n'a pas les mains sales en lisant sur nos écrans)


j'ai parcouru ce blog haineux histoire de voir ce dont était capable cette frange "catho" que notre bon président a quasi légitimé en capitulant en rase campagne.


 


Bon courage à nous tous


Modifié par Ignatius Kaltenbrunner
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Marcel pour ce rappel. En tous cas on peut les remercier pour le lien http://79.snuipp.fr/spip.php?article30, qui nous permet d’éditer immédiatement une bibliographie très complète (mais certains ouvrages sont malheureusement épuisés, j'espère que cette contre-publicité incitera les éditeurs à rééditer ces petits chef d'oeuvre)


 


Les réactionnaires ont ceci de bon, c'est qu'ils font toujours réagir  :tongue:


1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as qu'à faire une manif anti-manchotes avec la Venus de Milo. Mais vous ne serez que deux. Et sans bras, pour pour faire signer une pétition ou secouer la banderole, y a du boulot ... :tongue:


1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super lien ! Merci beaucoup Ben. (Et les commentaires sont plus que savoureux !:)  :)


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, maintenant qu'on s'est bien régalé à jouer les scandalisés, les ébahis, les aventuriers de l'anti-sexisme, la baroudeurs des bibliothèques progressistes, voyons un peu si les rambos de service ont des couilles au cul et lançons une petite enquête:


 


Qui a déja ou va acheter ou pas cet ouvrage et pourquoi ou pourquoi pas ? : 


 


51HJ03K21RL._SY445_.jpg             


 


(Vous n'avez pas à fournir le lien vers votre site de bib..mais préciser "petite bibliothèque rurale située en milieu conservateur", ou "grosse ville progressiste que tout le monde s'en fout"  etc..., ça peut aider.)


 


Ferris


Casseur d'ambiance (et grossier personnage...)  :hyper:


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On l'a. Et les 4 tomes suivants aussi.


Petite bibliothèque (ville de moins de 10 000 habitants).


En périphérie d'une grande ville.


Progressiste ? Pas dans la mouvance conservatrice, en tout cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je pense que ce bouquin a été écrit en 1998 ! Pour moi le meilleur restera l'Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, publié en 1976, probablement le premier album à poser la question de l'identité sexuelle. Ah, les années 70.... :) 


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Celui-là, je ne sais pas si on l'a (je suis à la maison, peux pas vérifier pour le moment). J'ai mis en évidence un autre Mademoiselle Zazie avant-hier. Les enfants aiment bien, surtout que ça passe aussi à la télé ! (quoi ??? France Télévision diffuse des programmes dangereux pour nos enfants !!!!!) :devil:


 


Sinon, la présidente-bénévole-retraitée a choisi d'acheter dernièrement Et avec Tango, nous voilà trois ! Une agréable surprise pour moi.


 


 


Petite bibliothèque rurale, heu ... je ne me suis jamais posée la question de "progressisme ou conservatisme". En fait là où j'habite je n'ai pas l'impression que le conservatisme soit très présent.


Modifié par Giss

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a ! Le reste de la série z-aussi.


Médiathèque d'une commune d'environ 13000 âmes.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suite ... Ces extrémistes sont déjà intervenus auprès de municipalités et de bibliothèques ! Vigilance . Une réponse de l'ABF serait bienvenue non ?

Lu sur leur site :

"

Posté le 6 février 2014 à 23h14 | Lien permanent

Bibliothèques idéologiques : la liste s'allonge

Les lecteurs continuent leur exploration des bibliothèques municipales. Les ouvrages faisant l'apologie du gender y pullulent, comme à Quimperlé, Riom, Clermont-Ferrand, Viroflay, Lyon (où les bibliothécaires ont expliqué à la mère de famille que c'est une question de sensibilité et que ses enfants devaient s'adapter). A St Germain en Laye, la réponse du directeur de la bibliothèque vaut son pesant de cacahuètes :

"Toutes les bibliothèques ont pour vocation de promouvoir la création contemporaine dans une pluralité des approches et sans aucun parti-pris. Il suffit de lire les livres que vous citez, comme nombre de nos usagers l’on déjà fait, si l’on en croit les statistiques de prêt, pour se rendre compte qu’ils ne prônent aucune "théorie" mais vont simplement à l’encontre des stéréotypes et des préjugés, ce pour quoi ils ne sauraient être condamnés."

Michel Janva

Posté le 6 février 2014 à 23h07 | Lien permanent

Modifié par Marcel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une bien belle réponse que nous pourrions à priori considérer comme la réponse professionnelle-type dans ce genre de situation.
 
Toutefois il y manque explicitement la notion de pluralisme, de bibliothèque-reflet de l'édition, et du monde tel qu'il est. Personnellement je propose pas mal de ces titres, comme vous tous, mais je propose aussi la collection des Martine. Donc je peux de fait revendiquer "la pluralité des approches et l'absence de parti-pris". Je vois par contre pas mal de (jeunes) collègues qui oublient cet aspect du service public et tout ce qu'il implique, pour se transformer en militants actifs et passer quasiment toute l'édition jeunesse au crible des critères anti-sexistes avant de faire leurs acquisitions. 
 
Dans les années soixante-dix, acheter un album comme Rose Bonbonne (Editions Des Femmes, 1974, dans la fameuse collection "Du côté des petites filles") , qui se revendiquait ouvertement d'un féminisme militant, relevait donc autant d'un acte militant que du pluralisme. Aujourd'hui l'aspect militant s'est évidemment déplacé sur d'autres terrains (voir les ouvrages des Editions Gaies et Lesbiennes par exemple), mais, à l'époque comme aujourd'hui, ces ouvrages font partie du paysage littéraire et ne sont frappés d'aucune interdiction.

Par ailleurs citer les statistiques de prêt comme argument me parait déplacé. Si l'on se réfère à ce seul critère, on risque de voir l'argument se retourner contre le reste du propos. Car les albums reprenant les stéréotypes sortent plus que les autres. Ils sont aussi plus nombreux, édition oblige. Par ailleurs un prêt ne signifie pas de la part d'un lecteur l'adhésion à un contenu. Nous ne pouvons comptabiliser que les prêts, pas la satisfaction du lectorat. Et encore moins son opinion. Revendiquer le prêt comme adhésion à une poldoc (au fait, il faudrait en parler aussi de cette bonne vieille poldoc et des chartes des collections, encore trop peu nombreuses...) est abusif.
 
Enfin "promouvoir la création contemporaine", c'est un peu excessif, à moins de considérer que les années soixante-dix relèvent de la création contemporaine.
 
Enfin, hors de ce propos, il faut bien revenir sur cette histoire de "censure". Attention : pour l'instant il n'y a aucune censure au sens propre du terme. Il y aurait éventuellement auto-censure de la part des collègues. Ces ouvrages ne sont pas interdits à la vente et ne vont à l'encontre d'aucun aspect législatif. Il ne s'agit que de la propagation d'opinions par des groupuscules parfaitement connus et identifiés, et actifs depuis toujours sur tous les terrains, et particulièrement celui des "valeurs". N'arrivant pas à faire interdire ceci ou cela, ils tentent d'influencer les décideurs au travers des populations, la proximité des élections représentant évidemment un terreau favorable.
 
S'ils arrivent à leurs fins, ici ou là, et qu'un élu local se laisse tenter et tombe dans l'interventionnisme sec quant au secteur jeunesse, là il y aura censure. Mais non condamnable car l'élu est dans son droit. Il est responsable des acquisitions. Et il ne fait que déléguer ce droit à un professionnel, et il peut le lui retirer.
 
Et nous ne le saurons pas, très probablement, car le collègue touché ne pourra pas se faire connaître sans courir de très gros risques. Il pourra prévenir l'ABF, qui saisira éventuellement son Comité d'éthique, et ça s'arrêtera là.
 
Dans les conditions actuelles d'action de ces lobbies, je ne vois pas pourquoi l'ABF aurait à prendre position, les textes de référence comme le code de déontologie étant assez clairs à ce sujet, voire même plus clairs et radicaux que la réponse du directeur de St-Germain en Laye. Si on se met à réagir par des textes à chaque vocifération purulente des joyeux défenseurs de la Famille Française, on n'a pas fini.... 
 
(http://www.abf.asso.fr/6/46/78/ABF/code-de-deontologie-du-bibliothecaire?p=3) :
 
Le bibliothécaire favorise la réflexion de chacun par la constitution de collections répondant à des critères d’objectivité, d’impartialité, de pluralité d’opinion. Dans ce sens, il s’engage dans ses fonctions à : Ne pratiquer aucune censure, garantir le pluralisme et l’encyclopédisme intellectuel des collections ....etc...
 
Accessoirement je vous rappelle que les théories de Freud sur la femme et le manque de pénis sont très réactionnaires :Chargeant la barque misogyne et phallocrate, Freud présente cette absence de pénis comme une «blessure narcissique», une «cicatrice», une «punition personnelle», générant un «sentiment d’infériorité» Lire un intéressant article à ce niveau sur http://www.booston.fr/article-freud-et-l-envie-de-penis-chez-la-femme-comme-explicatif-du-complexe-d-oedipe-115648570.html

Qui a interdit Freud dans sa boutique ? Personne, évidemment... :tongue:

 

Mais nous savons aujourd'hui, grâce à Zazie, que le zizi et la zézette se valent bien...

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, les textes de positionnement existent déjà, à commencer par le Code de déontologie de l'ABF.


La provocation est lancée dans l'espoir de réactions qui donneraient de la publicité à leur credo intolérant, il y a en déjà bien assez à mon avis.


Néanmoins, la commission Légothèque de l'ABF prépare une liste d'outils pour aider les collègues qui seraient confrontés à cette prise à partie précise.


Sans parler des actions envisageables autour de la diversité !

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'entendais par prise de position bien sûr l'utilisation des textes existants comme le code de déontologie .

Mais le rappeler à tous nos collègues notamment les plus jeunes ne me semble pas superflu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le seul petit "plus" qui pourrait se faire au niveau de l'ABF, si toutefois les mouvements actuels prenaient de l'ampleur et finissaient par amener à des interventions locales négatives, serait l'élaboration d'un texte hybride (j'entends comme risquant moins d'être perçu comme "corporatiste" par les élus, et d'autre part à contenu plus large), qui serait envoyé à tous les élus de France. Je ne sais ni si cela s'est fait ni si cela peut se faire. Ce que je sais, c'est que face à une politique agressive de lobbies, il faut utiliser les mêmes instruments...l'agressivité en moins, car l'ABF a une représentativité institutionnelle, que ces mouvements n'ont pas. 


 


C'est aussi l'occasion de plus d'amplifier notre image, au delà du cercle professionnel.


 


Mais je ne suis qu'un modeste adhérent...


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute la question est de savoir s'il faut réagir au coup par coup, au risque de donner à ces positions extrêmes une notoriété supplémentaire.


Je rappelle que l'ABF a précédemment écrit ceci, que les adhérents étaient invités à diffuser auprès de leurs élus.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bien ce que disais dans mon post : Si on se met à réagir par des textes à chaque vocifération purulente des joyeux défenseurs de la Famille Française, on n'a pas fini....

Et j'ajoutais dans le post suivant : si toutefois les mouvements actuels prenaient de l'ampleur et finissaient par amener à des interventions locales négatives (...)
 
Sur le texte rappelant la Charte de 2003, il est écrit : La politique documentaire relève de l’expertise et de la compétence des bibliothécaires qui la formalisent dans une charte et la font valider par leur tutelle, dans le respect des réglementations. Aucune pression politique, religieuse, syndicale ou sociale ne doit être acceptée qui viserait, par quelque moyen que ce soit, à influer sur les acquisitions de la bibliothèque, notamment au détriment d’une pluralité d’opinion nécessaire à l’information des citoyens.

 

Un texte fort, sans nul doute et que j'approuve à 100% sans restrictions ni commentaires.

 

Le problème est le suivant : quel professionnel va balancer ça à son Maire ou élu de référence ? Qui l'a réellement fait ? Et qui a une charte des collections validée par ses élus ? Dans beaucoup de collectivités, où le bibliothécaire est déjà peu reconnu en soi et tu le sais, voire mis en difficultés pour d'autres choses, et dont le "professionnalisme " est assez déconsidéré (voir les politiques de recrutement, l'importance du bénévolat etc...), balancer ça au conseil municipal peut-être considéré comme, au pire, une agression, au mieux une motion de défiance ou une menace vis à vis des élus. Sachant que l'Elu nous fait la faveur de nous déléguer la politique d'acquisition, ce qui n'est absolument pas un droit acquis, beaucoup de jeunes collègues l'ignorent souvent, j'ai pu le constater.

 

C'est pour ça que je trouve assez hypocrite (excuse-moi, Anne, ça n'a rien de personnel) de pondre un texte et d'en confier la diffusion à chacun auprès de sa tutelle, et de considérer que "puisqu'on a donné les outils", la question est réglée. C'est ignorer les problèmes et contextes locaux, notamment dans les petites et moyennes structures.

 

C'est pour cela que je dis que l'impact serait beaucoup plus fort si l'ABF envoyait ce texte. Par ailleurs un bon nombre d'élus locaux découvrirait ainsi l'existence de l'Association, tout simplement...

 

Rappelle-toi que ce n'est ni dans les instances régionales ni sur ce forum, même avec l'anonymat, que nous découvrirons la réalité quotidienne de certains collègues, confrontés à des situations de fonctionnement scandaleuses. Ces "silencieux" ne peuvent faire autrement que de le rester !

 

En se faisant préventivement entendre de la collectivité des élus (via l'AMF par exemple), nous donnons implicitement un coup de main à ces collègues, et à ceux qui les suivront,  sans les impliquer personnellement.

 

Et tu le sais, nous le savons tous ! :ermm:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Envoyer un texte à tous les élus. Soit. Comment ? 36 000 courriers ? sans compter les intercos...


Dans ce cas, il vaut mieux répartir par groupe régional. En admettant qu'on ait les mailings.


 


L'ABF ne considère pas que la question est réglée quand elle a pondu un texte. Mais l'ABF, ce n'est pas que les 6 membres du bureau national et les 5 salariés, c'est l'affaire de chaque adhérent. On a eu du mal pour des dossiers précédents à contacter chacun des 348 sénateurs de France, et chacun des 74 députés européens de France, mais on avait une liste arrêtée. Arrivés aux mairies, c'est là qu'on se dit qu'il y en a effectivement un trop grand nombre !


 


Et sur une tâche de fourmi comme ça, le travail doit être collectif.


Maintenant, si tu peux me fournir les adresses (mail de préférence) de l'ensemble des mairies de ta région, je suis preneuse !!


 


Je ne doute pas un instant que tu ne sois un adhérent très actif au sein de ton groupe régional, je l'espère en tout cas, sinon ce serait une perte d'idées et de participation (y a pas qu'Agorabib qui fasse bouger les choses) pour l'asso. On a besoin de relais, les gars... :sweat:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OK, on achète le fichier (après les municipales quand même), et tu nous aides pour la saisie des 48182 adresses et l'envoi des mails  ? :tongue:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OUI !


 


J'ai mes nuits pour ça, sans problèmes. Et je les mets à la disposition de l'Association.


 


(Par contre faudra m'expliquer comment on fait, parce que moi et l'informatique, ça fait plus que deux ,en fait je crois qu'on est plusieurs et je connais pas tout le monde....déjà que je suis pas foutu d'envoyer un mail collectif de mon Outlook..).


 


Mais ceci est une proposition sérieuse ! Aller au congrès déguisé en vieille folle rose, non. Mais rentrer des mails en pyjama, oui.


 


Merci Anne de m'offrir cette possibilité d'œuvrer. Je me sens l'âme d'un bénévole.... :)


1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bienvenue au club... 1e étape pour le marathon du bénévole: te rapprocher de ta présidente régionale, Laurence Cojean. Y a toujours de quoi faire, pour saisir des adresses ou plein d'autres choses !


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Anne, je n'avais pas vu le texte sur le site de l'ABF. Et merci aussi à Ferris pour ses rappels utiles.


Modifié par Bouille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant