Aller au contenu
ABF

Communiqué suite au rendez-vous du 14 novembre 2016 avec la SCELF

Messages recommandés

ABF

Lors de sa rencontre avec la SCELF, l'ABF a rappelé que le rôle majeur des bibliothèques est de promouvoir le livre et la lecture.

Voir l'article complet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Bonjour !

 

Avons-nous des éléments de réponse sur la position de la SCELF ? Rien depuis la rencontre du 14 novembre et je crains que la SCELF laisse trainer l'affaire pour mieux y revenir plus tard... 

J'ose espérer que je suis un peu trop pessimiste... Mais force est de constater qu'il y a eu un test de la part de la SCELF : tentons pour voir qui paiera et quelles seront les réactions puis nous reajusterons notre méthode pour finir par réussir à faire payer....

Modifié par Louve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Bon, bin ce n'est pas terminé cette histoire...

https://www.actualitte.com/article/amp/monde-edition/la-scelf-prepare-les-enfants-a-ne-jamais-aimer-les-livres-ni-la-lecture/70124

La bonne nouvelle : la SCELF a été interpellée par ceux qu'elle est censée défendre. Il m'est avis que nombre d'auteurs, illustrateurs, éditeurs n'étaient pas au courant...

 

Je me dis que, peut-être, le fait que j'ai évoqué ce courrier et les conséquences désastreuses qu'aurait son application, auprès d'éditeurs et d'auteurs de ma connaissance a pu jouer. 

Le colibri c'est joli et ça fait beaucoup malgré sa petite taille! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Louve colibri et lanceuse d'alerte :flowers:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Posté(e) (modifié)

Sollicitée par ActuaLitté, réponse de la SCELF:

 

https://www.actualitte.com/article/amp/monde-edition/taxer-les-lectures-a-voix-haute-en-france-des-precisions-a-apporter/70261

 

Honnêtement, je suis un poil méfiante et attends de voir. Étonnant qu'autant de bibliothécaires aient mal compris le courrier, si tel est le cas, il faut urgemment que nous suivions tous des cours de compréhension de textes !

 

Et, il y a ce passage:

 

"Les lectures par les bibliothèques : contrairement à que vous suggérez encore, aucune démarche n'a été effectuée par la SCELF depuis sa rencontre avec l'Association des Bibliothèques de France, le 7 novembre dernier, rencontre qui s'est déroulée dans une atmosphère très cordiale.

Cette question fait actuellement l'objet d'une réflexion approfondie au sein de la SCELF, l'objectif étant de parvenir à définir les termes d'une solution qui respecte l'ensemble des intérêts en présence"

 

Préciser "l'atmosphère cordiale" ça me fait sourire, si les bibliothécaires utilisaient des modes de revendications violents, bruyants, musclés... ça se saurait ! :ahappy:

Rappelons aussi que cette rencontre s'est tenue après que l'ABF, prévenue par nombre de bibliothécaires (à juste titre!) inquiets, ait sollicité la SCELF. 

La SCELF ne dit pas que les bibliothèques ne paieront jamais mais qu'une réflexion est en cours. Je pense qu'ils ont du mal à faire une croix sur cette possibilité (pas si avantageuse) de faire rentrer de l'argent dans les caisses. 

Restons vigilants...

 

Encore que, vu l'époque, peut-être que nos priorités seront de maintenir des bibliothèques...

Modifié par Louve
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

J'ai certainement manqué un épisode.

 

Saison 1- 2016

        épisode 1- la SCELF contacte les mairies pour signaler qu'il faudra désormais payer pour les heures du conte

        épisode 2 - les médiathèques s'émeuvent, s'inquiètent , préviennent l'ABF

        épisode 3- le 14 novembre la SCELF rencontre l'ABF. Ambiance constructive, atmosphère cordiale

 

Saison 2 - 2017

        épisode 1- 17 mars: la SCELF reçoit un courrier rédigé et signé par 13 commission, assocaitions.. d'auteurs/éditeurs

        épisode 2 - 18 mars: réponse de la SCELF: ne paniquez pas! il ne se passera rien!!!! 

    

 

et je découvre aujourd'hui un spoiler, une nouvelle passée inapercue: une pétition contre la volonté de la  SCELF de faire payer les heures du conte

https://www.change.org/p/administration-scelf-fr-contre-les-prélèvements-scelf-sur-les-lectures-sans-billetterie-shéhérazade-en-colère

 

Il m'est avis que ce feuilleton va durer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

 

 

Bonjour Louve

Un spoiler ?

 

"Le Grand dictionnaire terminologique de l'Office québécois de la langue française propose « divulgâcheur »

Cependant la recherche d'équivalents français n'aurait, en l'occurrence, pas lieu d'être étant donné que le mot « spoiler », prétendument anglais, est en fait issu en totalité de l'ancien français « espoillier » (qui donnera « spolier » en français moderne), verbe provenant du latin « spoliare » signifiant « ruiner », « piller »."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Spoiler

Comme quoi, on en apprend tous les jours, j'ai toujours pensé que ce terme était anglais.

Serait-ce un spin-off dont tu voulais parler... Sans doute.

Perso, je vois plutôt la suite logique du feuilleton. Après tout, ça touche aussi et principalement les auteurs. (61 % des signataires à l'heure où j'ai regardé).

 

Si on veut gonfler un peu la statistique, il suffira de dire et d'indiquer qu'il sera dorénavant interdit aux parents de lire les contes à leur(s) enfant(s)... à voix haute, à la bibliothèque. Car, là aussi, c'est une représentation !

Coût : 30 euros pour les contrevenants. :D

 

Dans les prochains épisodes, je souhaite voir le moment où, fort de cette pétition et du nombre d'auteurs qui y sont présents, les bibliothèques vont décider d'ouvrir leur propre structure d'édition, afin de publier des livres choisis et recommandés par les bibliothécaires, libres d'usages, et avec les ebooks correspondants librement réutilisables.

Il y aura aussi l'épisode où les représentants du Scelf viendront demander les sous, et où les bibliothécaires leur demandront de prouver leur droit :

"La preuve définit tout moyen utilisé pour établir l'existence d'un fait ou droit dont on se prévaut. C'est une notion fondamentale en droit, car en cas de contestation, « ne pas pouvoir prouver son droit revient à ne pas en avoir »."

 

- "Cette articulation se retrouve au sein de l'article 1353 du code civil, qui dispose :

« Celui qui réclame l'exécution d'une obligation doit la prouver. Réciproquement, celui qui se prétend libéré, doit justifier le paiement ou le fait qui a produit l'extinction de son obligation »"

Ce qui voudra dire qu'ils devront nous présenter un contrat signé par l'auteur, en cours de validité, pour chaque conte que nous aurons lu. Oui, les contrats d'édition ont également des durées limitées dans le temps, et des livres entretenus avec soin peuvent durer bien plus longtemps que la durée légale d'un contrat.

Et il leur faudra aussi prouver l'existence du fait de la lecture de ces contes précis.

 

Que de rebondissements en perspective ! :ahappy:

  Bernard


 



 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

La suite pour les auteurs/éditeurs/illustrateurs/ahy'aaussidesbibliothécaires : c'est toujours sur https://www.change.org/p/administration-scelf-fr-contre-les-prélèvements-scelf-sur-les-lectures-sans-billetterie-shéhérazade-en-colère

 

La suite pour la SCELF : ce devrait être en septembre

http://www.livreshebdo.fr/article/une-petition-contre-les-prelevement-de-la-scelf-sur-les-lectures-voix-haute?xtmc=scelf&xtcr=4

 

"Une négociation sera ouverte en septembre, confirme à Livres Hebdo Nathalie Piaskowski, directrice générale de la Scelf. Nous n’avons pas botté en touche mais nous avons voulu compter sur un calendrier réaliste pour pouvoir réunir tous les acteurs en dehors des périodes de festivals. Nous avons entendu les demandes et nous portons actuellement une réflexion approfondie pour bâtir un système global cohérent, quitte à voir ensuite au cas par cas. Nous voulons un système non-discriminatoire et respectueux de tous les intérêts en présence et de la lecture publique".

 

Je suis impatiente de découvrir ce qu'est un système global, cohérent, non discriminatoire et qui fonctionne aussi au cas par cas. What a suspense !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Thomas Fourmeux
Posté(e) (modifié)

Bonjour à tous,

 

Je relance la discussion parce qu'il y a du nouveau autour de la SCELF. La médiathèque Edmond Charlot a réalisé une superbe vidéo pour dénoncer le danger qui plane sur les lectures à voix haute.  C'est tout de même dommage que l'ABF ne se positionne pas plus sur cette question. Elle pourrait signer la pétition qui a d'ailleurs été signée par la SGDL ! Une occasion de s'associer avec les auteurs a été ratée. C'est bien dommage !

 

La vidéo est ici

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/zPkcEr4F7aE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Thomas

Modifié par Thomas Fourmeux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×