Aller au contenu
ABF

L'ABF écrit une lettre au nouveau Président de la République

Messages recommandés

"Monsieur le Président de la République, Nous avons l'honneur de vous adresser cette lettre, souhaitant d’une part vous féliciter pour votre élection et d’autre part vous entretenir au sujet des bibliothèques et de la lecture publique en France."

Voir l'article complet

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et rien sur les agents, la déprofessionnalisation progressive des structures par les modes de recrutement direct, le manque de formations préalables adaptées, l'équité territoriale, les excès de la mobilité et de la mutualisation, les fermetures, les blocages statutaires, l'avancée des discussions sur une loi sur les bibliothèques posée comme priorité etc...

 

A aborder plus tard avec le ministre de la culture ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et comme cette Ministre de la culture n'est autre que Françoise Nyssen, on peut s'attendre à ce que nous soyons particulièrement, comment dire ? "choyés" non ?

 

A propos d'agents, merci Ferris, je souhaite que l'ABF s'intéresse à ceux des bibliothèques des Bouches-du-Rhône qui sont souvent désemparés lorsqu'ils découvrent, souvent sans en avoir été informés, un comble ! par leurs élus ou hiérarchies qu'ils se retrouvent transférés à la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Mais de ça silence radio à ma connaissance ....

Ou complicité locale ?

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Ferris

C'est plus une lettre que tu veux, c'est un roman fleuve.


 

Sinon, perso, j'aime bien l'idée d'inviter le président de la république au congrès... surtout entre le 11 et 18 juin. C'est vrai que c'est un littéraire et qu'il aura besoin de se détendre un peu entre les deux tours électoraux. :ahappy:

  Bernard



 

Modifié par B. Majour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Ignatius Kaltenbrunner a dit :

Et comme cette Ministre de la culture n'est autre que Françoise Nyssen, on peut s'attendre à ce que nous soyons particulièrement, comment dire ? "choyés" non ?

 

Non, pas forcément. Une grosse éditrice (oui, c'est fini la petite maison des années 70, maintenant c'est une grosse boite avec 85 millions d'euros de chiffre d'affaires, toujours un peu élitiste) nous parlera surtout d'édition. Comme la fureur de lire est devenue au fil des ans la fête du commerce. Elle pourra peut-être faire avancer le dossier numérique, mais dans quel sens ?Je ne suis pas certain que les bibliothèques vont y gagner grand-chose...Une spécialiste du livre n'est pas une spécialiste du service public.

 

Il y a 4 heures, B. Majour a dit :

c'est plus une lettre que tu veux, c'est un roman fleuve.

 

Je veux seulement qu'on pose enfin les bonnes questions au lieu de se contenter de re-poser celles qui l'ont déja été cent fois. Sans succès particulier d'ailleurs. Faudrait peut-être changer d'angle d'attaque...

A part ça, Bernard, ça va ? Toujours pas en Réseau, toujours pas transféré pour raisons de service, toujours pas mobile ni mutualisé pour optimiser le fonctionnement des intercos ? Ah, c'est dommage. Tu ne sais pas ce que tu rates. Un bonheur !:D

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 @ Ferris,

 

  Il y a 14 heures, Ignatius Kaltenbrunner a dit :

Et comme cette Ministre de la culture n'est autre que Françoise Nyssen, on peut s'attendre à ce que nous soyons particulièrement, comment dire ? "choyés" non ?

 

Il y a 9 heures, Ferris a dit :

 

Non, pas forcément. Une grosse éditrice (oui, c'est fini la petite maison des années 70, maintenant c'est une grosse boite avec 85 millions d'euros de chiffre d'affaires, toujours un peu élitiste) nous parlera surtout d'édition. Comme la fureur de lire est devenue au fil des ans la fête du commerce. Elle pourra peut-être faire avancer le dossier numérique, mais dans quel sens ?Je ne suis pas certain que les bibliothèques vont y gagner grand-chose...Une spécialiste du livre n'est pas une spécialiste du service public.

 

 

Désolé, j'étais très ironique en écrivant cette ligne !:no:

Je ne suis guère optimiste de toute façon quant à nos "nouveaux"  dirigeants, si mal élu étant le principal ...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Il y a 14 heures, Ferris a dit :

A part ça, Bernard, ça va ? Toujours pas en Réseau, toujours pas transféré pour raisons de service, toujours pas mobile ni mutualisé pour optimiser le fonctionnement des intercos ? Ah, c'est dommage. Tu ne sais pas ce que tu rates. Un bonheur !

 

 

Hey, me gâche pas le plaisir de la découverte. :bug:

Parce que ça va venir, c'est certain.


 

Par contre, je doute que le président de la république ait la réponse, ou le temps de se pencher sur nos petites problématiques "bibliothèques". Là, c'est un boulot pour notre président à nous et l'ABF en général. Avec la ministre de la culture.


 

Donc Françoise Nyssen.

Qu'est-ce qu'en dit le Web.

Françoise Nyssen a fait partie du Conseil du livre (2008)

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/communiq/albanel/comcdl.htm


 

"Intelligente, sensible et passionnée, la Belge Françoise Nyssen est le meilleur ambassadeur pour défendre une éthique, un respect des auteurs et un amour du livre qui sont la marque de la maison." (Françoise Nyssen, l’Arlésienne du nord,  Le 07 avril 2011)


 

"Sans oublier le rôle fondamental des libraires, mis en évidence par Françoise Nyssen qui, d’après elle, ont permis le succès du livre de 800 pages de Jaume Cabre, Confiteor."


 

"Jeudi 24 novembre, la bibliothèque universitaire Saint-Serge a reçu le prix de l'innovation dans le cadre du concours 2011 du grand prix Livres Hebdo des bibliothèques.

Créé en 2010, ce prix a pour but de valoriser les initiatives aptes à dynamiser les bibliothèques et à accroître leur fréquentation. Le jury 2011 était présidé par l'auteur de BD Zep, père de Titeuf, et composé notamment de => Françoise Nyssen (PDG des éditions Actes Sud), Evelyne Didier (directrice de la médiathèque André-Malraux à Béziers, Grand Prix 2010), Patrick Bazin (directeur de la bibliothèque publique d'information) ou encore Christine Ferrand (rédactrice en chef de Livres Hebdo)."


 

Si on remonte un peu le temps (1992) :

"Ce prix a été présenté au congrès de l'ABF au Palais des congrès d'Arles, le dimanche 24 mai à 18h, en présence de Michel Borgeaud et de Françoise Nyssen.


 

Objectifs : A l'origine, une rencontre : Borgeaud-Bibliothèques, le plus ancien fabricant de mobilier spécialisé pour

bibliothèques, l'Association des bibliothécaires français et Françoise Nyssen, sur le stand d'Actes-Sud au

Salon du livre de Paris en mars 1992.


 

Désireux de sponsoriser un prix littéraire destiné aux bibliothèques et aux bibliothécaires, Michel Borgeaud

cherchait un partenaire et s'était adressé à l'ABF, puis aux éditeurs et ce fut Actes-Sud qui accepta avec enthousiasme.

Le prix intitulé "Les belles oubliées", s'adresse aux bibliothécaires qui retrouveraient dans leur fonds des textes inédits, épuisés ou introuvables mais de valeur et susceptibles d'être édités ou réédités.

[...]

Remise du prix au congrès de l'ABF 1993"


 

Bref, pas une totale inconnue pour notre association, avec un pied un peu partout dans le monde du livre.


 

Mais quand même une éditrice. A voir, si on va être "choyé"... ou à quelle sauce on va être croqué.


 

Premier menu du restaurant Culture

http://www.lemonde.fr/gouvernement-philippe/article/2017/05/17/les-dossiers-qui-attendent-francoise-nyssen-au-ministere-de-la-culture_5129269_5129180.html

Dont : "Nominations. Côté diversité, Emmanuel Macron a promis de faire évoluer les modes de nomination à la tête des établissements culturels pour atteindre la parité hommes-femmes et refléter la diversité de la société."


 

Cool, c'est vraiment un sujet primordial. :aww:


 

Hum, finalement, tu n'as pas tort du tout, Ferris, il va falloir monter un dossier avec tous les points chauds.

Le gouvernement veut des ouvertures le dimanche, il est grand temps de négocier sur les autres points... pour être dans un échange donnant-donnant.

  Bernard
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voui. Moi aussi je peux faire une revue de presse, mais sur le vrai sujet : la fonction publique, pas la culture. Je ne cesse de le répéter depuis des années, nous ne sommes que des acteurs culturels de service de dernier niveau, et toute notre action est liée à nos conditions d'exercice, statut ou pas. L'ouverture du dimanche n'en est qu'un tout petit point, mais il peut donner le "la" . Tant que l'ABF restera, dans ses positionnements, le cul entre deux chaises, entre culture et service public, se servant de l'éthique comme passerelle, elle n'aura aucun poids réel sur les choses et restera dans le déclamatoire et des proclamations qui auront toujours une guerre de retard sur ce que vit "la base". Pas plus d'importance finalement que la parité hommes/femmes dans les nominations. 

 

Bon, lisons la presse sous le casque à frisettes :

 

La “Fonction publique” perd son ministère et se voit rapatriée à Bercy (Acteurs Publics): on ne devient plus qu'une question de fric.

 

Plusieurs syndicats de fonctionnaires se sont inquiétés mercredi de l'absence d'un ministère de plein exercice pour les 5,4 millions d'agents des trois fonctions publiques (Etat, territoriaux et hospitaliers), et surtout du lien entre action et comptes publics dans le portefeuille de Gérald Darmanin. (France Soir)

 

Un mauvais signal donné aux agents" alors qu’ils représentent "un emploi sur cinq". "La réunion de l’action publique et des comptes publics dans un même ministère renvoie à un passé où la RGPP (dont la mesure phare était le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux dans la Fonction publique d'Etat, ndlr) avait réduit la politique fonction publique à une gestion mécanique par les seuls coûts". (Unsa)

 

Macron veut juger les ministres aux résultats et les fonctionnaires au mérite. (...) Autre écueil auquel il sera rapidement confronté, celui du statut des fonctions publiques d’État, territoriale et hospitalière dont les principes communs sont toujours régis par la loi Thorez de 1946. Et s’il veut réellement installer la méritocratie chez les 5,5 millions de fonctionnaires français, il va devoir passer par la décorrélation de leurs trois statuts afin de pouvoir toucher à certaines catégories sans être contraint par d’autres (Le Dauphiné libéré)

 

Donc c'est clair, le ton est donné. Et on voit bien que nous ne serons jamais le souci d'une grosse pédégète de l'édition défendant "les auteurs et l'amour du livre".

 

Je sens qu'on va la regretter la mère Lebranchu...

 

EDIT: A lire : Quatre grands chantiers de Françoise Nyssen à la Culture sur http://next.liberation.fr/culture-next/2017/05/18/quatre-grands-chantiers-de-francoise-nyssen-au-ministere-de-la-culture_1570410

Pas un mot sur la lecture publique.

 

Par contre on pourrait peut-être miser un euro sur le premier ministre.

 

Article de Livres-hebdo :

(...) son réel engagement pour la lecture publique ont régulièrement fait mouche lors de ses interventions auprès des professionnels des bibliothèques. "J'ai lancé une politique de la lecture audacieuse il y a 6 ans parce qu’au Havre, tous les indicateurs sociaux sont moins bons que la moyenne nationale, expliquait-il notamment le 28 janvier devant les représentants régionaux et nationaux de l’Association des bibliothécaires de France réunis dans la cité normande. La philosophie de notre politique, c’est de promouvoir la lecture sous toutes ses dimensions, réussite scolaire, apprentissage, cohésion sociale mais surtout plaisir. On s'adresse à tous y compris ceux qui ne savent pas encore qu'ils aiment lire. Il s’agit d’un défi économique, social, intellectuel à relever", poursuivait-il.
L'un des établissements du réseau, la bibliothèque Oscar Niemeyer, venait d'ailleurs d'être distingué par le prix de l'Espace intérieur du dernier Grand prix Livres Hebdo des bibliothèques.
La bibliothèque municipale du Havre, avait également reçu le Grand prix Livres Hebdo des bibliothèques en 2012, récompensée pour son action multiforme "Lire au Havre", emblème d'un engagement sur le long terme. 

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×