Aller au contenu
AnaLisa

Mutation après titularisation

Messages recommandés

AnaLisa

Bonjour à tous et toutes,

 

Je viens vers vous car je me pose une question à laquelle j'ai du mal à trouver une réponse. Je suis sur liste d'aptitude pour le concours d'assistant de conservation depuis le 1er janvier 2017. Après plus d'un an de CDD à droite à gauche pour me faire de l'expérience, je viens enfin, oh joie !!! d'être acceptée sur un poste de titulaire dans une ville que j'aime beaucoup en plus. Je suis donc en stage pour une période de 1 an à compter du 1er avril. Tout va bien dans le meilleur des mondes me direz-vous. Mais, mon conjoint est stagiaire dans la fonction publique hospitalière et saura à partir de septembre où est-ce qu'il va atterrir. On a donc 99% de chances de ne pas pouvoir travailler dans la même ville. 

Je sais bien qu'en théorie, une fois titulaire je peux muter pour le rejoindre, si la nouvelle collectivité accepte de rembourser les frais de formations que ma collectivité de stage aura déboursé pour moi. Je ne partirai pas non plus à mon premier jour de titularisation, soyons clairs la dessus.

Ce que j'aimerais savoir c'est, dans les faits, est-ce que partir 6 mois - un an, après être titularisée, c'est mal vu ? Est-ce que ça risque pas en quelque sorte de me blacklister et de me donner une étiquette de personne non fiable ? Même si c'est pour un rapprochement de conjoint ? Ou vaut-il mieux refuser ce poste et attendre d'avoir sa titularisation pour chercher près de là directement ? Si vous avez vécu quelque chose de similaire ou que vous avez un début de réponse ça serait génial de m'apporter vos lumières et avis :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
olivierH

Bonjour,

 

Il y a 2 heures, AnaLisa a dit :

Ce que j'aimerais savoir c'est, dans les faits, est-ce que partir 6 mois - un an, après être titularisée, c'est mal vu ? Est-ce que ça risque pas en quelque sorte de me blacklister et de me donner une étiquette de personne non fiable ? Même si c'est pour un rapprochement de conjoint ? Ou vaut-il mieux refuser ce poste et attendre d'avoir sa titularisation pour chercher près de là directement ? Si vous avez vécu quelque chose de similaire ou que vous avez un début de réponse ça serait génial de m'apporter vos lumières et avis :)

 

Pour moi, il n'y a pas débat. Il faut prendre le poste, faire le stage et être titularisée. Rien n'indique qu'une opportunité pareille se représentera. Si vous partez au bout de 18 mois ou deux ans pour rapprochement de conjoint (dispo ou mutation), je crois pouvoir avancer que personne ne vous le reprochera.

 

Le statut de la FP existe encore, je ne sais pas ce qu'il en sera en 2020, ça doit inciter à la prudence.

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Titularisation en priorité. Et ensuite attendre au moins 1 un ou 2. Ne serait que parce qu'ensuite, si c'est trop long et que tu préfères prendre une disponibilité et chercher des contrats pendant trois ans, tu es sans solde mais tu conserveras au moins ton statut de fonctionnaire (et la possibilité de retrouver ton poste ou un poste à responsabilités équivalentes).

 

Ensuite une mutation peut-être envisageable. Ta candidature sera même examinée en priorité (c'est la loi, comme pour les hadicapés.) mais cette obligation n’impose le recrutement effectif de ces agents qu’à compétences/expériences identiques aux autres candidats. Et cette histoire de compétences identiques peut représenter un frein très subjectif à un recrutement.

Attention "conjoint" veut dire mariage ou pacs. Et sa situation professionnelle bien établie (titulaire FPH donc ok). Et évidemment s'il y a un poste vacant, car une collectivité ne va pas en créer un...

 

Il faut savoir que pour la FPE ,dans certaines administrations, les mutations de ce type ne se font qu'après 3 ou 4 ans dans le même secteur géographique. On invoque à ce moment là les "necessités de service". Dans la FPT la démarche est individuelle et la collectivité qui t'emploie ne peut pas refuser, mais la collectivité où tu postules peut légitimement être inquiète. Par ailleurs les DRH ont la fâcheuse tendance de se causer entre eux...(ce qui rejoint ta notion de blacklistage):wink:

 

Je te conseille, pour bien peser le pour et le contre de bien lire ce texte http://www.lettreducadre.fr/10294/rapprochement-familial-une-priorite-toute-relative/

 

OlivierH a raison, il vaut mieux jouer la prudence, surtout actuellement avec la baisse des recrutements et les changements qui se préparent au niveau du statut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Bonjour AnaLisa

 

"Un tien vaut mieux que deux tu l'auras."

C'est ce que j'ai tout de suite pensé.

 

Est-ce que c'est mal vu ?

Je dirai que c'est la vie. Tu n'as pas choisi.

Le jour où tu tomberas enceinte, ce sera pareil. La collectivité n'est pas aveugle sur la condition potentielle des jeunes femmes. (et même au-delà de 40 ans)

 

Surtout, comme l'a dit OlivierH, tu n'es absolument pas garantie de retrouver un poste là où va aller ton conjoint.

Et tu devras justifier du trou dans ton CV qui sera peut-être un trou assez long.

 

Perso, la question qui me turlupine, c'est que ton conjoint est dans la fonction publique hospitalière et que là aussi il y a possibilité d'un rapprochement du conjoint.

Pourquoi ce serait plus toi que lui ?

 

Ce serait bien qu'il se renseigne auprès des syndicats de la FPH pour savoir ce qu'il en est.

Parce que démarrant en avril, tu as l'antériorité sur lui et il faudrait savoir si le rapprochement conjugal peut commencer dès la stagiairisation.

Une idée comme une autre, tout dépend aussi du poste visé par ton conjoint et des possibilités d'affectation dans la FPH.

 

Titulaire, pour toi, ce sera un gros plus pour trouver un poste ensuite et/ou obtenir une mutation. Plus une sécurité pour ton propre avenir.

Plus un salaire du mois d'avril au mois de septembre minimum. (*)

Beaucoup de raisons pour prendre le poste illico. Sans hésitation.

 

Au pire, c'est la galère de septembre 2018 à avril 2019 + 3-6 mois. (l'équivalent d'une année d'internat dans un lycée)

Et là, une bonne raison, fondée, de demander le rapprochement de conjoint.

D'un côté ou de l'autre.

 

Bon courage.

  Bernard

 

(*) si tu es prête à faire l'impasse sur cette somme, alors tu peux la mettre de côté pour financer les futurs déplacements pour vous rejoindre durant les week-ends sur cette "année" d'internat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
il y a une heure, B. Majour a dit :

c'est la vie. Tu n'as pas choisi.

Le jour où tu tomberas enceinte, ce sera pareil.

 

Hélas oui. Il faudra attendre 1967 pour avoir le droit de choisir. Et ça fait long....:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
il y a une heure, Ferris a dit :

Hélas oui. Il faudra attendre 1967 pour avoir le droit de choisir. Et ça fait long

 

Ah ok, tu parles de la corvée contraceptive.

Qui n'est pas sûre à 100 %.

 

Pas vraiment un choix.

 

Enfin, pour les hommes, l'heure du choix, ce sera bientôt.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/12/06/21625-pilule-contraceptive-pour-lhomme-pistes-prometteuses

 

On verra alors combien il y a de faux-culs dans les répondants. :tongue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alex76

Accepter la titularisation, on peut toujours justifier un départ mais nous n'avons pas toujours l'opportunité d'être titulariser. Pour ma part je connais quelques cas de bibliothécaires qui sont partis juste après la titularisation (cat. A je précise).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×