Aller au contenu
Laliseuse

Bibliothèque publique en gestion collégiale

Messages recommandés

Laliseuse
Le 07/03/2018 à 20:26, B. Majour a dit :

Quand j'ai été embauché sur un 20 heures par semaine, j'ai aussitôt ouvert le mercredi et le samedi de 9h30 à 18h00 (avec une pause repas d'une demi-heure) => soit +12h30 d'ouvertures supplémentaires tout public. Ce qui a permis de tripler les horaires, et la fréquentation a suivi dans la même proportion.

 

Rien de toute cela n'aurait été possible si l'association avait disparu ou s'était repliée sur d'autres activités Culture.

J'ai des collègues qui, une fois embauchée, on vu effectivement l'association se saborder. Elles ont plutôt bavé, parce que jouer les super-girl en solo sur toute l'année, c'est lourd.

Et il a fallu, du temps, beaucoup de temps pour obtenir une nouvelle embauche... et un bon paquet d'heures supplémentaires en attendant. ( à 3000+ habitants, il faudra que tu attendes de passer à 4000+ pour espérer un collègue pro, un jour. S'il n'y a pas d'autres impératifs.)

 

Me revoilà,

 

merci encore à tous, j'ai lu vos réponse avec beaucoup d'intérêt. 

Je dévie légèrement du sujet, mais ej souhaite rebondir sur ton expérience, B. Majour, car ta situation de départ ressemble un peu à la mienne présentement. Je suis actuellement embauchée à 20h et nous ouvrons 13h au public (c'est tout récent, avant c'était 6h30). La municipalité ne pense pas augmenter mes heures salariées, cependant elle souhaite que nous augmentions à 18h d'ouverture au public. Ce qui me laisse 2h de travail en interne et pour les accueils de classe. 

D'où ma question, comment organisais-tu tes ouvertures et accueils de groupe quand tu étais dans cette situation ? de quelle façon mobiliser les bénévoles ? Si tu as des conseils, cela m'intéresse.

 

Encore merci, et au plaisir de vous lire

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Posté(e) (modifié)

Je laisse Bernard te répondre de façon détaillée mais il n'y a pas de miracles : même avec les meilleurs bénévoles du monde, en nombre et en compétences, 18h d'ouverture pour 20 h travaillées, c'est impossible, surtout si tu es en autonomie de gestion. A moins de faire comme certaines de nos annexes, c"est à dire laisser l'accueil, presque entièrement aux benévoles, en roulement. Et là, pour moi ce n'est pas souhaitable. Tu DOIS assurer l'essentiel des heures publiques à l'accueil. Sinon tu ne le connaîtras jamais,ton public. Et les conséquences sont lourdes.

Tu feras sans doute comme les autres, vu ton quota d'heures internes, mais c'est dommage. Déléguer les animations et accueils ne suffit pas.

Souviens-toi de sa situation de départ: associative. Et de sa formule : J'ai des collègues qui, une fois embauchée, on vu effectivement l'association se saborder. Elles ont plutôt bavé, parce que jouer les super-girl en solo sur toute l'année, c'est lourd.

Effectivement..

Salut à toi Supergirl !:bye:

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 1 heure, Laliseuse a dit :

Me revoilà,

 

merci encore à tous, j'ai lu vos réponse avec beaucoup d'intérêt. 

Je dévie légèrement du sujet, mais ej souhaite rebondir sur ton expérience, B. Majour, car ta situation de départ ressemble un peu à la mienne présentement. Je suis actuellement embauchée à 20h et nous ouvrons 13h au public (c'est tout récent, avant c'était 6h30). La municipalité ne pense pas augmenter mes heures salariées, cependant elle souhaite que nous augmentions à 18h d'ouverture au public. Ce qui me laisse 2h de travail en interne et pour les accueils de classe. 

D'où ma question, comment organisais-tu tes ouvertures et accueils de groupe quand tu étais dans cette situation ? de quelle façon mobiliser les bénévoles ? Si tu as des conseils, cela m'intéresse.

 

Encore merci, et au plaisir de vous lire

 

Bonjour Laliseuse

 

La problématique est liée.

 

Comment ouvrir plus, alors que tu n'as qu'un petit 20 heures. (Le seul que peut offrir la commune pour l'instant)

Ferris te précise qu'ouvrir 18h00 pour 20 heures de boulot, ce n'est pas possible.

En réalité, ça l'est plus ou moins.

 

Quand j'étais à 20h00 (hum, hum), j'ai immédiatement positionné mes horaires comme suit :

 

mardi matin 9h00-13h00

mercredi et samedi : 9h30 - 12h30  et  13h00-18h00

 

Les bénévoles continuaient et continuent à assurer l'ouverture du lundi de 16h00 à 18h00.

Avec renfort le samedi matin pour être en double ce jour d'ouverture de l'école de musique pour faire face à la fréquentation.

 

Et les classes me diras-tu ?

Eh bien, les bénévoles ont continué à les assurer le mardi après-midi et le jeudi toute la journée.

Elles le faisaient avant, elles l'ont fait après. Logique.

 

Si l'association s'était sabordée, les classes c'était terminé. Sauf un 35h00 à la clef. Sur un contrat aidé 20h00, ça n'aurait pas été possible.

 

Les horaires que j'ai choisi ne sont pas innocents. Sans minimum 40 % de travail interne, tu ne pourras pas faire tourner la boutique... sauf si ton équipe assure toute la couverture (et je te le souhaite) et que tu peux récupérer les notices des documents.

Sauf si tu peux grignoter des heures de faibles fréquentation pour bosser en semi-interne. Ouvert, mais à faire du boulot interne.

 

Par exemple entre 12h00 et 14h00-15h00, la fréquentation est faible, et au moment de la mise en place des nouveaux horaires, elle a été assez faible.

Ce qui te laisse globalement 2h30 par mercredi et samedi où tu peux bosser en semi-interne, ce qui rend la chose possible. (2 * 2h30 + 4h, on est à 9h00 de temps interne)

Je pouvais aussi gratter une heure le samedi entre 17h00 et 18h00, par exemple.

 

Ce qui te permet de préparer les livres, pose de la lie, pose du code-barre, pose de l'étiquette, recherches pour les acquisitions, ou de répondre aux courriers. Etc.

Avec, à la clef, des erreurs obligatoires lorsque tu es interrompu.

 

Maintenant, je t'ai donné mes horaires officiels.

La réalité était quelque peu différente.

 

Voici mes horaires réels sur cette période.

 

Mardi : 9h00 -13h00 + 13h00-14h00 pour accueillir les classes (comme quand j'étais bénévole, parfois 16h00)

mercredi et samedi : 9h30 - 12h30  et  13h00-18h00  (avec parfois des fermetures à 19h00 pour terminer les préparations de livres)

jeudi 9h30-13h00 (parfois 14h00)  (comme quand j'étais bénévole)

 

Donc souvent 28h00-30h00 de travail réel, payé 20h00.

 

Comme je suis un professionnel, je les ai comptabilisées semaine après semaine sur Excel... pour faire un rapport au bout d'une année à l'élu culture, avec l'augmentation de la fréquentation en parallèle (+ les autres chiffres de la bibliothèque : nb de livres couverts, recherches, temps que j'y ai passé).

Qui l'a transmis au conseil municipal en demandant une extension des heures à 30h00, puis plus tard à 32h00.

 

On m'a fait confiance, j'ai assuré le service. AVEC mes bénévoles.

C'est vrai, on pourrait se dire que j'en ai fait un peu trop, et mes bénévoles me l'ont dit. Sauf que ces heures étaient un investissement. Je voulais que la bibliothèque décolle et tourne avec des horaires étendus.

 

De plus, je le faisais déjà en tant que bénévole, pourquoi je n'aurais pas continué ?

Pareil pour les déplacements ou pour les formations en BDP, ou chez les grossistes : en heures non rémunérées.

 

C'était un investissement.

Comme toute mon auto-formation en bib (et ailleurs, puisque c'est pareil dans bien des domaines)

 

Un investissement et un choix. Bien soutenus par mes bénévoles malgré tout. :thumbsup:

C'est pourquoi je t'ai dit de bien les garder au chaud tes bénévoles, de t'en faire des alliées, de leur laisser le maximum de tâches à faire, parce que le décollage de la bibliothèque dépend aussi de leurs services, en plus du tien.

 

Si elles ne sont pas là, alors c'est toi qui vas devoir combler. Et toute seule, c'est vraiment super-girl.

Ma collègue d'un autre village, seule embauchée à 35h00 avec sabordage de l'association en a fait plus souvent 50. Parce qu'elle voulait que ça marche, elle aussi.

Ce qui lui a permis d'obtenir deux embauches, en décalé, après plusieurs années.

 

Maintenant, c'est à toi de voir suivant tes possibilités. Suivant l'investissement que tu veux mettre... pour la suite de ta carrière.

Car c'est un investissement long terme. (long terme = ça paraît coûteux sur le moment, mais rapporté à une carrière, ça représente peu par an)

 

Ferris a débuté avec une petite structure me semble-t-il, et il a certainement investi de la même façon.

 

Pour tes horaires, tu peux ouvrir les 18h00, ou au moins 16h00 en imposant le mercredi et le samedi, de manière non négociable (parce qu'il y les heures semi-internes)

Ou alors voir avec tes bénévoles si elles peuvent assurer certains créneaux. Si c'est non, tu transfères la réponse à la municipalité en précisant bien qu'il y a des chiffres dans la profession qui demandent 40-50 % de temps de travail interne pour faire (tada) : liste des tâches qu'un bibliothécaire effectue (cf. fiche de poste), avec évaluation réelle du temps de travail pour chaque tâche. Tu as ce dossier des tâches établi par Ferris ici  http://www.agorabib.fr/files/file/45-temps-de-travail-en-bibliothèque/

Plus tout le diagnostic sur la collection et donc les différentes tâches que tu vas devoir réaliser... avant de pouvoir ouvrir 18h00 par semaine. Peut-être dans un an, sans doute avec une extension de tes horaires de travail. La pro, c'est toi. Tu peux déjà commencer à poser les jalons pour une extension de tes horaires;

 

Non, un bibliothécaire ne passe pas son temps à lire. Et les semaines sont plutôt intensives.

Autant dire qu'une année passe vite.

Surtout quand on investit. :wink:

  Bernard

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 9 heures, B. Majour a dit :

Si elles ne sont pas là, alors c'est toi qui vas devoir combler. Et toute seule, c'est vraiment super-girl.

Ma collègue d'un autre village, seule embauchée à 35h00 avec sabordage de l'association en a fait plus souvent 50. Parce qu'elle voulait que ça marche, elle aussi.(...)Ferris a débuté avec une petite structure me semble-t-il, et il a certainement investi de la même façon.

 

Exact, mais j'étais seul sur un 39h, sans animations toutefois. Mais ça ne suffisait pas. Donc le choix a été clair : priorité à l'accueil sur un maximum d'heures publiques, et l'interne sur le reste et entre deux lecteurs, avec parfois des sorties à 22h (aspect particulier, on était en création de structure, donc tout était à faire, et pas d'informatique). Un an après c'était reglé, les résultats étaient là et le 2° poste est arrivé. Je n'ai jamais compté mes heures. Heureusement sinon c'était fichu. Il m'en est resté d'ailleurs l'habitude de sortir le soir à n'importe quelle heure, car j'aime bien terminer ce que j'ai commencé, alors qu'il n'y en a plus l'utilité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
il y a 12 minutes, Ferris a dit :

Exact, mais j'étais seul sur un 39h, sans animations toutefois.

 

Pareil pour moi : pas d'animation. Trop chronophage, plus du budget à fournir. On ne peut pas être partout.

 

il y a 13 minutes, Ferris a dit :

Je n'ai jamais compté mes heures

 

Moi si. :wink:

Mais pour les rapports et pour savoir où passe mon temps.  (parce que le temps passe vite quand tu termines tes tâches)

Et encore pour informer le successeur du temps que prennent les différentes activités.

 

C'est aussi un réflexe d'informaticien. Savoir combien de temps prend un programme pour effectuer une tâche.

Certaines façons de programmer de travailler permettent de gagner beaucoup de temps machine. Tout ne se vaut pas.

La recherche d'efficacité demande de savoir où passe le temps et de se concentrer sur ce qui apporte le plus de bénéfices.

 

il y a 46 minutes, Ferris a dit :

j'aime bien terminer ce que j'ai commencé

 

C'est effectivement le plus rentable au niveau efficacité. Toute interruption est coûteuse en temps de reprise, même pour 30 secondes de réponse, il faut 3 minutes pour reprendre sa tâche.

Se programmer des petites tâches de 20-25 minutes, à plein focus, sans interruption est le plus rentable. Au-delà le rendement chute, sauf si on est pleinement investi et tranquille pour avancer jusqu'à 45 minutes. (Oui, c'est de "l'informatique" appliquée au temps de travail. Enfin, de "l'informatique", c'est inexact, on retrouve cette méthode dans le Podomoro, et aussi  dans le comment apprendre à apprendre, dans l'efficacité en entreprise, dans le Kaizen, la loi de Pareto, la méthode GTD...  Très utile pour devenir performant lorsqu'on ne dispose que de 20h00 pour faire le boulot, et donc se concentrer sur l'essentiel. Un petit investissement de tous les jours est plus puissant qu'un gros investissement de temps à autre, parce que ça devient une habitude. Une habitude qui peut s'étendre à bien des domaines, même dans la vie courante. :D Dire que tout ça vient de mes 20h00... et de ma curiosité à être efficace.)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Il y a 3 heures, Ferris a dit :

Je n'ai jamais compté mes heures. Heureusement sinon c'était fichu. Il m'en est resté d'ailleurs l'habitude de sortir le soir à n'importe quelle heure, car j'aime bien terminer ce que j'ai commencé, alors qu'il n'y en a plus l'utilité.

 

Comme Bernard je compte mes heures, pour les rapports, pour expliquer pourquoi le réseau a besoin de tel poste.

Je leur transmet également les stats de fréquentation, d'inscription, d'emprunt qui chez moi sont en hausse.

Bonne nouvelle! Oui sauf que l'effet collatéral est "vous en faites plus qu'avant, mieux, avec des résultats, avec moins de personnel".

Oui, au prix de journées de dingue pour ma part. 

Je m'investis, pour les habitants, pour le réseau, en me disant que ça va prendre. Et dernièrement on m'a fait la remarque "franchement, pourquoi tu t'investis autant? On ne te l'a pas demandé! Et même si on voit la différence tu ne seras pas remerciée pour autant"

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 2 heures, Louve a dit :

Oui, au prix de journées de dingue pour ma part. 

 

C'est bien pourquoi je quantifie.

 

Il y a 2 heures, Louve a dit :

Je m'investis, pour les habitants, pour le réseau, en me disant que ça va prendre. Et dernièrement on m'a fait la remarque "franchement, pourquoi tu t'investis autant? On ne te l'a pas demandé! Et même si on voit la différence tu ne seras pas remerciée pour autant"

 

Je m'investis également pour la population, pour la joie des enfants, pour leurs plaisirs, leurs sourires... et celui aussi qui s'affiche sur le visage des lecteurs lorsqu'ils reviennent enchantés d'une lecture.

 

Les remerciements de la tutelle ?

Quelque part, j'ai quand même l'impression que ce serait contraire la notion de neutralité du fonctionnaire. Si on en est à attendre après les remerciements, est-on encore tout à fait neutre ?

 

(Ok, c'est quand même agréable à entendre... mais si on veut recevoir des remerciements, il faut d'abord en distribuer soi-même. Le remerciement, c'est une graine qui se plante.

D'après mes propres infos, à quel moment remercie-t-on les élus ? Jamais. Alors comment s'étonner qu'ils ne remercient jamais.

De plus, ils sont dans la position du chef pour celui ou celle qui peut donner du merci. Or tout chef qui se respecte sait fort bien que dire merci, c'est se mettre en position de faiblesse, c'est souvent provoquer un relâchement des troupes, et c'est prendre un gros risque en remerciant les uns et en oubliant les autres. Dire merci, quand on est élu, c'est aussi prêter le flan à la critique de l'opposition : oui, ils disent merci, mais les fonctionnaires n'ont pas fait ceci, pas fait cela, etc. Donc ils utilisent souvent des périphrases, assez neutres, du type : je suis fier du travail accompli auprès de nos concitoyens. Ou de même : je suis fier de notre bibliothèque. Entre les lignes, il y a le merci... sauf qu'il faut le décoder, et ça ne vaut pas un merci direct.)

 

"Franchement, pourquoi tu t'investis autant ? On ne te l'a pas demandé !"

J'avoue que celle-là m'a toujours plu. C'est quoi ta réponse Louve ?

 

La mienne : c'est parce que je suis une grande personne, et une grande personne libre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 44 minutes, B. Majour a dit :

"Franchement, pourquoi tu t'investis autant ? On ne te l'a pas demandé !"

J'avoue que celle-là m'a toujours plu. C'est quoi ta réponse Louve ?

 

Parce que j'ai envie de le faire.

 

Et je me dis aussi que c'est le rôle du chef que de s'investir.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 4 heures, Louve a dit :

Comme Bernard je compte mes heures, pour les rapports, pour expliquer pourquoi le réseau a besoin de tel poste

 

Je ne les compte pas, au sens où je n'ai jamais pu travailler les yeux fixés sur la pendule. Par contre je ne fais surtout pas l'erreur de dire dans un rapport que je fais plus d'heures que statutairement convenu. Ils en déduiraient ce que tu expliques très bien: mes heures me regardent, mais si mes résultats sont bons avec moins de personnel, ça ne jouera pas. A moins que les résultats soient très mauvais évidemment.

 

Par ailleurs les heures sup de cadres touchant l'IFTS ne sont pas comptabilisées ni remboursées en argent ou RTT, donc aucun intérêt à compter quoi que ce soit. Quant aux remerciements, c'est peine perdue d'avance. Nous faisons un métier à vocation, parait-il, c'est une chance, m'a dit un DGS il y a longtemps, je comprends très bien que vous dépassiez de temps en temps votre quota horaire (j'étais venu le voir parce que le fait de rester pouvait poser un problème d'assurance en cas de pépin. Imagine que je fasse un AVC en dehors de mes heures statutaires, que se passe-t-il ? On me dira que je n'étais pas censé être sur mon lieu de travail à telle heure. et ce ne sera pas considéré comme accident du travail. La question n'est toujours pas réglée par ailleurs...).

 

Ce qui n'est pas le cas des agents. Pour eux toute heure de dépassement est comptabilisée, mais doit être préalablement acceptée par le chef de service et les RH. Et donc argumentée. Et c'est là que je pouvais intervenir pour faire comprendre que ces dépassements étaient indispensables au fonctionnement du service. Le problème c'est qu'aujourd'hui une andouille a mis des bénévoles partout, y compris à la centrale. Résultat, si elle demande quelque chose on lui répond qu'elle n'a qu'à voir avec ses bénévoles. Eh oui, gros revers de la médaille...

 

Je m'investis parce que c'est MA bibliothèque et MES résultats, pas les leurs.Surtout qu'ils font tout pour que ça baisse. Je rends service à MON public et, si je peux, en plus, je leur fais plaisir. Parce que ça me fait plaisir. C'est ma liberté, je l'utilise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
à l’instant, Louve a dit :

Et je me dis aussi que c'est le rôle du chef que de s'investir.

 

Non, y a des chefs qu'en foutent pas une rame. Et ces histoires de "rôle" nous amèneraient vite à la notion de "donner l'exemple" etc, ce qui nous amènerait très loin.

En 14 ce n'est pas le gradé qui sortait le premier de la tranchée. Il donnait le coup de sifflet et dégainait son flingue pour tirer sur les peureux qu'auraient pas osé sortir. C'est ça un chef modèle...:tongue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Il y a 2 heures, Ferris a dit :

En 14 ce n'est pas le gradé qui sortait le premier de la tranchée. Il donnait le coup de sifflet et dégainait son flingue pour tirer sur les peureux qu'auraient pas osé sortir. C'est ça un chef modèle...:tongue:

 

Ouais, ouais, je sais, je vais aux fronts alors que je pourrai rester tranquillou dans mon fauteuil.

Ce qui me vaut des moments cocasses: une fois je lui allée demander poliment à un gars de sortir de la bibliothèque, un peu patibulaire le garçon.

Notre gardien/vaguemestre, le bib et un assistant étaient tous 15 bon mètres derrière moi en me disant "Vous inquiétez pas Mme, on appelle la police si il vous touche".

 

Mais je devrais y songer et rester au fin fond de ma tranchée. :tongue:

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laliseuse

Merci pour vos réponses,

 

j'ai encore besoin de vos précisions...


Savez-vous s'il y a des chiffres recommandés concernant l'accueil des classes ? Comment calculez, par exemple le potentiel d'heures disponibles allouées aux accueils de classes ? Celles-ci sont-elles à déduire des 40% recommandés pour le travail en interne ? 

Quand vous dites que vous ne faisiez aucune animation, cela concerne aussi les heures du conte par exemple ? Vraiment rien ? Vos accueils de classes se limitaient-ils à de l'emprunt ou faisaient-ils parfois l'objet d'un accueil personnalisé avec thématique, lecture etc ? 

Accueilliez-vous d'autre groupes ? ALSH, ASS mat, crèche etc ? 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Posté(e) (modifié)

Si j'ai dit "pas d'animation" c'est parce que j'étais seul, avec des heures importantes d'ouverture publique (nouvelle structure, on met le paquet...), donc des heures internes faibles (alors qu'il fallait tout faire, y compris mettre en place un système de prêt manuel)et un espace très réduit. Mais rassure-toi c'était mon premier poste, dans les années 80.

 

Pour le nombre de classes à accueillir il n'y a aucune norme. Deux aspects à prendre en compte : ou bien tu limites les accueils aux classes de ta commune (et non pas celles du canton ou de l'interco par exemple) et tu le justifies très facilement par tes heures disponibles et ton local s'il ne permet pas d'accueillir en même temps classes et public (donc l'aide des bénévoles ne peut jouer). Ou bien, si tes heures d'ouverture le permettent, que tu sois présente ou non, tu passes le flambeau à deux bénévoles (pas une seule personne) et là tu vois combien de classes du peux accueillir. Autre solution, pour limiter le nombre (et ça plait  souvent aux bénévoles), c'est de te limiter à une tranche d'âge (maximum CP par exemple). Et du coup tu peux élargir ton périmètre.

 

De toutes façons tu DOIS construire un argumentaire pour permettre aux élus de trancher.

Les accueils de groupes, se faisant hors des heures publiques, sont à comptabiliser en interne. Mais tu n'as pas forcément à les soustraire de ton temps interne puisque ta présence en tant qu'encadrante n'est pas obligatoire. Tu peux donc être soit chez toi soit dans ton bureau à faire de l'interne.

 

De toutes façons avec tes 18h d'ouverture et tes 20h de présence, il te resterait 2h pour les classes. Ce n'est pas possible. A moins, comme je te le disais, de laisser l'accueil aux bénévoles. Mais là on entre dans une certaine conception de notre cœur de métier, qui n'est pas la mienne..

 

Autre aspect des choses, c'est le coût du transport des groupes. Là il se peut que les élus tranchent d'office pour des raisons financières. C'est une raison de plus pour te limiter à la commune, les classes pouvant venir à pied.

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 15 heures, Laliseuse a dit :

Comment calculez, par exemple le potentiel d'heures disponibles allouées aux accueils de classes ?

 

Bonjour Laliseuse

 

Ce temps fait partie du temps public.

Tu rajoutes un quart d'heure de rangement après le passage des cyclones "maternelles" pour avoir une idée de l'ampleur temporelle.

 

Ce n'est pas du travail interne, c'est du travail public (et il devrait être décompté comme tel dans la DLL)

 

Il y a 15 heures, Laliseuse a dit :

Quand vous dites que vous ne faisiez aucune animation, cela concerne aussi les heures du conte par exemple ? Vraiment rien ? Vos accueils de classes se limitaient-ils à de l'emprunt ou faisaient-ils parfois l'objet d'un accueil personnalisé avec thématique, lecture etc ? 

Accueilliez-vous d'autre groupes ? ALSH, ASS mat, crèche etc ? 

 

Avec 20 heures, tu chercheras très vite "quand" tu vas pouvoir préparer tes animations. :wink:

C'est déjà coton avec 35 heures.

 

Oui, je reçois tous les autres groupes : ALSH/RAM, crèche (1 fois par mois, 1 heure), maternelles (5 classes, deux créneaux d'une heure dans la semaine), scolaire (5 classes, deux créneaux dans la semaine : 15 minutes et 1 heure - 1 heure 30) + les NAP : 1h30, avec animations dans la bibliothèque, puis hors de la bibliothèque, deux fois par semaine.

 

Ce qui amène le point suivant.

 

Tu pourras faire des animations :

- si tu as le temps  de les préparer

- si tu as le temps d'intervenir  (15 minutes, ou même 30... oh oh, trop court)

- si ça cadre avec les besoins du professeur (= rentre dans son projet pédagogique du moment, sa recherche en cours, etc.  et s'il te prévient à l'avance)

- si les enfants ne sont pas trop turbulents (lecture plaisir ? ou lecture subie, bien sage à ne pas bouger ?)

- si les enfants savent choisir leur livre assez vite (certains mettent toute la séance à choisir, qu'elle dure 15 minutes ou 30 minutes)

- si le professeur ne fait pas lui-même la lecture d'un livre qu'il/elle a choisi

- si les accompagnateurs ne lisent pas eux-mêmes les livres choisis par les enfants de la maternelle

- s'il n'y a pas une activité raconte le livre que tu as lu à tes camarades, ou un exposé. (CM1 ou CM2)

- si tu n'as pas plus de dix classes à caser par mois, ou par quinzaine.

 

Tout ces éléments dépendent de la classe, de son niveau scolaire, du professeur. Et de la personne présente, donc de celle qui te remplacera éventuellement au conte... si tu offres un conte à chaque fois.

 

Toutes ces raisons ont fait que nous n'avons jamais assuré d'heures du conte durant les temps scolaires.

Durant les temps NAP, par contre, oui. Lecture d'un conte à deux voix : une page chacun. Rigolo et amusant.

 

Maintenant, si tu penses que c'est un de tes plaisirs, que tu ne peux imaginer une visite à la bibliothèque sans la lecture d'un conte (et que la Scelf ne vient pas te brouter les orteils pour que tu payes), alors le temps tu le trouveras. Et tu organiseras les passages avec une durée suffisante pour réaliser ton animation.

Rappelle-toi juste que les professeurs s'inscrivent dans des projets pédagogiques et qu'il faut s'y prendre longtemps à l'avance. En ce moment, le projet des maternelles est "visite au zoo". L'année dernière, c'était visite au cirque.

 

Après, une heure d'ouverture aux classes, c'est une heure d'ouverture en moins au public général.

Mais - je le répète - ce n'est pas du travail interne. Le travail interne, c'est préparer leur venue, préparer le rangement après leur départ, préparer les livres en rapport avec le projet pédagogique du moment, ou prévoir pour le futur. Visite au zoo ou au cirque, c'est cyclique. D'où emprunt possible à la BDP, ou achat. Là, c'est du travail interne.

 

Prends aussi en compte qu'un créneau d'une heure, c'est souvent un créneau d'une 1h15 à 1h30 en réel. (il faut attendre un peu en amont, ranger en aval, parfois/souvent raccompagner, aider à faire traverser la rue)

Le temps que les enfants entrent, s'installent, se déshabillent, se rhabillent, que tu donnes les consignes, (que la maîtresse rappelle les consignes et obligatoire compte les enfants) ton créneau d'une heure peut perdre 20 minutes comme qui rigole. Surtout en hiver.

 

De même quand tu es entrain de préparer des livres, avec des ciseaux ou cutters sur la table, il faut ranger et ensuite ressortir tout son attirail... si tu n'as pas de salle "interne" ou de travail. En petite bibliothèque, on perd du temps à chaque manoeuvre... et c'est du temps qui s'évapore à chaque fois. (Si tu te demandes où, avec ça tu le sais)

 

Bonne réception de classes ! :wink:

  Bernard

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Ah, Ferris a répondu et nous divergeons sur travail interne ou public.

 

Pour moi, tout travail avec un public est du travail public.

Et je pousse plus loin : le rangement après le passage du public, c'est du travail public. Pas de public = pas de rangement => on peut utiliser ce temps à du vrai travail interne.

 

Quand une classe est là, dans mes 120 mètres carrés, je ne peux pas préparer des livres, envoyer des courriers. Je ne peux pas non plus m'isoler pour bosser, ni biper comme un carillonneur avec la douchette, ni ranger la collection sauf à perturber l'activité de la classe. Un seul espace = un seul usage.

Avec une pièce de travail, c'est autre chose.

 

Le gros avantage, c'est que de temps en temps, il y a des vacances scolaires et on peut alors travailler en interne sur ces "heures de classes".

Ce qui n'est pas de trop... pour rattraper le retard, ou utiliser ce temps pour les diverses déclarations, ou rapports.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 3 heures, B. Majour a dit :

Et je pousse plus loin : le rangement après le passage du public, c'est du travail public.

 

Voui, voui, peut-être pour ceux qui effectuent ce rangement en même temps que l'accueil public (ça se fait beaucoup dans les structures importantes et ayant suffisamment de personnel, ça évite les engorgements au retour etc....et ça permet de parler aux gens dans les rayonnages). Mais là encore encore ça peut se discuter (parce que je ne range pas un CD abimé, donc le temps de surfaçage serait aussi du temps public ?). Oui, bon, on les met de côté et on verra après, je sais....

 

Sauf que si on suit cette belle logique : 1) les groupes c'est du public et 2) le rangement après c'est aussi du public, il faudrait donc admettre que le temps passé à préparer son animation, choisir son conte, sa thématique, ses marionnettes, positionner ses coussins, préparer une réunion avec les instits et avec les bénévoles chargés d'animation, deviendrait donc du temps public ? Ah ben si.....!

 

Et là on voit bien que ça ne tient plus la route... :tongue:

 

Pas d'amalgame Père Bernard. Ce qui est interne peut, pour certaines tâches, se faire sur du temps public ou sur du temps interne, c'est une question de choix d'appellation et de choix personnel, ou d'opportunité. Mais le temps public a une particularité  absolument extraordinaire: il est inscrit sur la porte de la bibliothèque. Et ça s'appelle "Horaires d'ouverture". Et ça s'adresse au public, pas aux groupes.:yes:

 

(ce renseignement issu d'une longue observation est absolument gratuit, bien entendu)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 5 heures, Ferris a dit :

Sauf que si on suit cette belle logique : 1) les groupes c'est du public et 2) le rangement après c'est aussi du public, il faudrait donc admettre que le temps passé à préparer son animation, choisir son conte, sa thématique, ses marionnettes, positionner ses coussins, préparer une réunion avec les instits et avec les bénévoles chargés d'animation, deviendrait donc du temps public ? Ah ben si.....!

 

Si je te suivais dans cette logique, mon cher Ferris, je te dirais que toute acquisition et tout traitement de document est du service public.

Parce que tu ne vas pas assez loin dans le raisonnement.

 

Mais là, je parle d'être occupé avec une classe, ou même un groupe qui occupe toute ta pièce.

Et toi entrain de faire le prêt et le conseil, plus les recherches.

 

Il y a 5 heures, Ferris a dit :

Mais le temps public a une particularité  absolument extraordinaire: il est inscrit sur la porte de la bibliothèque. Et ça s'appelle "Horaires d'ouverture". Et ça s'adresse au public, pas aux groupes

 

Horaires d'ouverture.

Oui, mais c'est faux Ferris, et tu le sais bien.

Chez toi, combien de lecteurs entrent dans la bibliothèque hors des heures d'ouverture... parce que la bibliothèque est ouverte ?

 

Chez moi, dès que les volets sont ouverts, les gens considèrent que la bibliothèque est ouverte.

Logique.

Dans d'autres structures, si la porte s'ouvre, alors la bibliothèque est ouverte. Nombre de constatations faites lors des visites ABF dans diverses bibliothèques, avec une collègue obligée de courir à l'entrée  et dire : désolé, on n'est pas encore ouvert au public. Ce qui provoque toujours une certaine incompréhension : ben oui, mais il y a des gens dans la bibliothèque, non, donc... c'est ouvert !?

 

Autre point négatif de ces horaires mal renseignés. Les gens savent que nous travaillons 35 heures. Et quand ils voient 18 heures d'ouverture, ils en déduisent que les bibliothécaires ne foutent rien la moitié du temps. Foutus fonctionnaires glandeurs, va.

 

Quand je leur précise, que je suis ouvert le mardi et le jeudi aux écoles, là brusquement, ils se posent la question autrement et me demandent : et vous travaillez quand à préparer tout ça ?

Ne pas indiquer tous nos horaires, d'ouverture à tous les publics, c'est une connerie grave. Parce qu'on est cliniquement entrain de nous dire que nous ne sommes pas assez ouverts au public, et ce n'est pas bien. Mais j'ai la solution pour ouvrir plus : arrêtons d'ouvrir aux classes et aux groupes. On va en récupérer des heures d'ouverture pour le tout public. :devil:

 

Après tout, dans les grosses bibliothèques, on doit bien pouvoir ouvrir en même temps aux scolaires et au public en même temps.

Sauf s'il disparaît un gamin, n'est-ce pas. C'est peut-être une des raisons qui oblige d'avoir des horaires bloqués ou des zones bloquées : notre responsabilité en cas de problème.

 

Et aussi, c'est l'autre raison qui nous empêche d'ouvrir plus au tout public. Que je sache les profs et les élèves ne travaillent pas en dehors des heures normales de l'école. Idem pour les crèches, RAM, halte-garderie et autres partenaires.

Ces publics conditionnent une grande partie de nos horaires d'ouverture.

Et il ne faudrait jamais le mentionner ?

 

C'est du délire, Ferris.

Et ce délire, on le retrouve jusque dans la DLL. On remplit, ce n'est pas compté. Alors pourquoi on le remplit si c'est vraiment du travail interne !!!

 

Peut-être parce que les grosses bibliothèques le pratiquent moins que les petites ?

Et que ça ferait tache de voir des petites bibs plus ouvertes que les grosses, alors qu'elles ont moins de personnels et moins de moyens.

Si on cache/masque ces valeurs c'est qu'il y a des raisons.

 

Et on se rend compte que ces raisons nous desservent à fond, auprès de tous ceux qui ignorent ce qui se passe dans les bibliothèques.

Notre public en premier, qui ne comprend pas pourquoi les bibliothèques ne sont pas plus ouvertes. A juste titre !

 

Le retour de bâton, on le cherche, on le trouve.

Il est là.

Il est justifié.

 

Grand temps d'arrêter de mal informer le public, et nos gouvernants.

Parce qu'une mauvaise information entraîne obligatoirement une mauvaise solution.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ridicule. On se situe dans quelle optique ? Pour prouver quoi et à qui ? Oui, chez moi, depuis que j'ai quitté la Centrale, les gens savent que lumière allumée  = porte non fermée, donc accueil assuré. Et alors  , je vais donner ça en exemple à mon réseau ? voire comme modèle à suivre .? Surement pas. Déja,c'est légalement impensable. Je le fais, c'est mon choix, ma façon de m'investir. Et je cours des risques que j'assume. Je n'ai pas à tenter de l'imposer aux autres. Mais les heures légales sont sur la porte, et le reste c'est de l'exception. Qui confirme la règle c'est tout.Que ceux qui exceptionnent à la règle s'expriment, je les soutiens d'avance.

 

Eh non, c'est pas du délire c'est de l'exception. Pour l'affichage nous sommes fermés au public le jeudi, pour les accueils de groupes, et c'est aussi écrit sur la porte. Le public à le droit de savoir pourquoi on ne l’accueille pas le jeudi . Et personne ne me demande jamais si on ne pourrait pas accueillir les deux à la fois.Même le public le plus crétin voit tout de suite que les locaux ne le permettraient pas. Par contre je suis là jusqu'à 19h30. Du délire?. Sauf que je me suis rendu compte d'un truc, c'est que dans les petites communes rurales, il n'y a pas de boulot. Ce qui veut dire que les gens reviennent chez eux de loin, et que 18h ou 18h0 c'est pas suffisant pour eux. Eh oui, mon pépère, on étudie son bassin de population avant de prendre ses risques. On sort des stats par lieux d'habitation etc....et on voit que ses lecteurs habitent des petits bleds et 250 habitants et bossent à des kilometres de chez eux. Et on en tire les conclusions. Et qu'en plus leurs mômes sont bien contents de les attendre au chaud à la bibli.

 

ALORS MOI, FERRIS, le gros con, j'ai décidé que si tu vois de la lumière tu peux rentrer, je ferme pas, je suis là et je t'accueille. Et c'est marre. Par ailleurs je suis cadre A et officiellement en autonomie de gestion dans mon réseau. Sinon je ne l'aurais pas fait.

 

Et oui, les grosses sont moins ouvertes que les petites. Chez nous la centrale, vu les stats de fréquentation, a décidé de fermer toutes les matinées sauf le samedi; Ils ouvrent à15h! C'est tout récent. tu as exclusivité de l'info. Cela peut se justifier par un travail interne (justement) plus important. Ils accueillent notamment toutes les classes cp-primaires de l'interco . Et;oui, comme tu dis, ça ferait tâche..(sauf qu'ils font des stats "réseau", pas par bib, pas fous....alors ça ne se voit pas)mais je ne leur donne pas six mois avant que le public gueule. Par contre ils continuent de fermer à 18h; Et là je sais que c'est pour convenances personnelles..des personnels, et très loin de l'intérêt du public. 15h-18h, pour une centrale qu'ils ont en plus bourrée de benévoles ! Inexcusable. Scandaleux. Un infarctus garanti pour Orsenna !

 

Et oui, ils ,ont un secteur jeunesse qui permet d’accueillir des Groupes en même temps que les publics. Et c'est vrai que les petites bibs sont globalement plus ouvertes que la centrale, par jour, pour compenser leur fermeture pour les groupes. logique et inévitable, bénévoles ounon.

 

Tu sais ce qui te manque, pour comprendre les choses ? Avoir un chef con comme un balai , recevoir des ordres idiots, et avoir les couilles de passer outre, même en arguant de l'intérêt du public.. Sauf que tu courras des risques bien supérieurs aux miens. Tiens je vais de dire un secret, le répète pas, tu sais pourquoi je ne demande à officialiser une ouverture jusqu'à 19h30 (c'est mon horaire travail officiel, mais fermeture à 18h30 au public) ? Parce que ma cheffe de réseau verrait tout de suite le problème en cas de maladie ou autre : aucun de  ses agents n'accepterait de venir me remplacer jusqu'à cette heure là. Et sur la durée, ça foutrait son planning en l"air.Alors, elle sait que je sais et qu'elle sait que je sais, on n'en parle pas, et tout roule....Dans le temps on appelait ça l'équilibre de la Terreur, la Guerre Froide. Donc je n'officialise pas. Elle serait foutue de refuser et ça seraIt officialisé en CT; Par contre si une mémère se pète le fémur à 19h dans l'escalier, je suis dans une merde noire. Et elle, moi, le DGS, le DRH, tout le monde le sait ! Même au niveau syndical je ne serais pas défendable.

 

ET JE M'EN FOUS !

 

De toutes façons tu finiras en réseau! Et probablement sous les ordres d'un imbécile. Tu comprendras, à ce moment là comment choisir entre ta sécurité et préserver la qualité de ton service. Et il y a de fortes chances que tu baisses ta culotte, comme beaucoup.

 

Merde, à la fin, de se faire donner des conseils et traiter de délirant après presque 40 ans de carrière et et création 5 bibliothèques par un autonome privilégié, ex-benevole/ex-associatif/et futur larbin de réseau. Que chacuN parle de ses problèmes, des ses audaces, de son sens du service public, de ses risques personnels, de ses petites stratégies...et tu verras à quel point  tu es un OVNI dans le monde des bibliothèques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Posté(e) (modifié)
Il y a 17 heures, B. Majour a dit :

Ne pas indiquer tous nos horaires, d'ouverture à tous les publics, c'est une connerie grave. Parce qu'on est cliniquement entrain de nous dire que nous ne sommes pas assez ouverts au public, et ce n'est pas bien.

 

Bien évidement qu'il faut indiquer à notre hiérarchie, à nos élus que lorsque nous sommes fermés nous accueillons aussi du public, mais pas que,. Il y a aussi le rangement, les acquisitions, la préparation des diverses activités proposées (puisqu'à ma connaissance personne n'a pu embaucher de robots, lutins, fées, sorcières...). Mais ne déclarons pas tout comme accueil du public. Un accueil de classe c'est de l'accueil du public, un accueil d'établissement spécialisé (IME, ESAT, EHPAD...) c'est de l'accueil de public, une intervention dans un école, un collège, un lycée c'est encore un accueil du public; certes en dehors de nos murs mais cela en fait partie.  La préparation, le rangement, toutes ces tâches nécessaires pour un accueil de qualité, pour des services de qualité (efficients, efficaces) ne sont pas de l'accueil du public; elles permettent d'accueillir les public.

Ce tout, ce sont des services aux publics, services pensés, préparés pour répondre aux besoins des publics du territoire d'interventions de la bibliothèque.

 

Et là parfois le bât blesse. Quand les agents me réclament à cor et à cri la fermeture de la bibliothèque le soir (nous sommes ouverts tous le soirs jusqu'à 19h) parce que ce n''est pas juste et que les gens n'ont qu'à s'organiser autrement, quand ils me demandent de fermer le mercredi midi et le samedi midi (ouvertures en continu) parce que franchement déjeuner à 13h ce n'est pas agréable, quand on me demande de faire "comme du temps de l'ancien conservateur" à savoir fermer les bibliothèques l'été 3 semaines pour que les agents puissent partir en vacances, là ça ne passe pas. 

Pour la paix sociale, le plus simple serait de céder, je ne le fais pas d'autant plus que les chiffres sont là: nous avons une fréquentation en hausse notamment sur ces horaires.

 

Il y a 15 heures, Ferris a dit :

De toutes façons tu finiras en réseau! Et probablement sous les ordres d'un imbécile. Tu comprendras, à ce moment là comment choisir entre ta sécurité et préserver la qualité de ton service. Et il y a de fortes chances que tu baisses ta culotte, comme beaucoup.

 

Euh.. @Ferris , on peut être optimiste et ne pas considérer que la probabilité d'avoir un chef comme imbécile est la plus grande, non?

 

  

Modifié par Louve
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib
Posté(e) (modifié)

@l'OVNI Bernard

Ce post était-il un poisson d'avril en retard ?

Allez, c'est une lecture qui se tente : 

 

"Après tout, dans les grosses bibliothèques, on doit bien pouvoir ouvrir en même temps aux scolaires et au public en même temps.

Sauf s'il disparaît un gamin, n'est-ce pas. C'est peut-être une des raisons qui oblige d'avoir des horaires bloqués ou des zones bloquées : notre responsabilité en cas de problème.  

POISSON D'AVRIL ! ON PEUT FAIRE LES 2 À LA FOIS ÉVIDEMMENT, DANS LE MÊME BÂTIMENT SI LES MOYENS ENTRE AUTRES HUMAINS LE PERMETTENT. TOUT LE MONDE SAIT QUE LES SORTIES SCOLAIRES EXISTENT DANS DES LIEUX PUBLICS (TYPE MUSÉES, VOIRE PARCS, CLASSES DE NEIGE SUR DOMAINES SKIABLES ETC.) SANS QUE L'ON FERME CEUX-CI AUX PUBLICS "NORMAUX" PENDANT CE TEMPS-LÀ. AUCUN PROF N'A PERDU DE GAMINS LORS DE MES ACCUEILS SCOLAIRES DANS UNE MÉDIATHÈQUE OUVERTE EN MÊME TEMPS AU PUBLIC, EN DEHORS DE TOUTE ZONE BLOQUÉE. Y COMPRIS AU MOIS D'AVRIL, C'EST DIRE. OU ALORS ON EST TOUS DES GROS IRRESPONSABLES ? DAMNED !

 

Et aussi, c'est l'autre raison qui nous empêche d'ouvrir plus au tout public. Que je sache les profs et les élèves ne travaillent pas en dehors des heures normales de l'école.

POISSON D'AVRIL !!! SINON ÉCRIRE QUE LES PROFS NE TRAVAILLENT PAS EN DEHORS DES HEURES NORMALES DE L'ÉCOLE SERAIT UNE BIEN GROSSE PROVOCATION À LEUR ÉGARD, ON SAIT QU'ILS SONT CHATOUILLEUX LÀ-DESSUS LES PROFS. PRÉPARER SES COURS À LA MAISON, C'EST UN PEU LE TRAVAIL INTERNE DU PROF, FAUT PAS LE LUI DÉNIGRER.

Idem pour les crèches, RAM, halte-garderie et autres partenaires.

Ces publics conditionnent une grande partie de nos horaires d'ouverture.

Et il ne faudrait jamais le mentionner ?

POISSON D'AVRIL !!! TU DÉCONNES OU QUOI ? ON EN PARLE, ON EN PARLE, ON NE FAIT PAS QUE LE "MENTIONNER". D'AILLEURS IL ME SEMBLE BIEN QUE C'EST AUSSI NOTRE JOB DE VALORISER TOUTES NOS ACTIONS, PAS SEULEMENT LA PARTIE ÉMERGÉE DE L'ICEBERG, CELLE DU "TOUS PUBLICS". EN PLUS LES SCOLAIRES À LA BIBLIOTHÈQUE = UNE ÉVIDENCE POUR PLEIN DE GENS, QUI VOIENT QUAND MÊME BEAUCOUP DANS LES BIBLIOTHÈQUES LA CONTINUITÉ DE L'ÉCOLE, EN PARTICULIER DANS LES ACTUELLES INSTANCES MINISTÉRIELLES... ET ÇA C'EST VRAIMENT PAS DE LA FRITURE DE PRINTEMPS.

 

C'est du délire, Ferris.

Et ce délire, on le retrouve jusque dans la DLL.

CECI N'EST PAS UN POISSON D'AVRIL : LA DLL C'EST FINI DEPUIS LONGTEMPS. ON PARLE DU SLL DÉSORMAIS, LE LIVRE ET LA LECTURE NE MÉRITENT PAS UNE DIRECTION, TOUT JUSTE UN SERVICE PARMI D'AUTRES DANS LA DIRECTION GÉNÉRALE DES MÉDIAS ET DES INDUSTRIES CULTURELLES DU MCC. ÉVITONS LES APPROXIMATIONS DANS LA MESURE DU POSSIBLE, N'EST-CE PAS. JE SUIS ATTACHÉE A LA PRÉCISION DU PROPOS, EN PARTICULIER SUR UN FORUM PUBLIC. http://www.culture.gouv.fr/Nous-connaitre/Organisation/Directions-d-administration-centrale/La-direction-generale-des-medias-et-des-industries-culturelles

 

On remplit, ce n'est pas compté.

POISSON D'AVRIL !!! C'EST COMPTÉ PUISQUE TU REMPLIS. PAS COMME TU LE SOUHAITES PEUT-ÊTRE MAIS C'EST COMPTÉ. TOUT CE QUI EST REMPLI EST ENSUITE SOURCE D'ÉVALUATION ET D'ANALYSE D'ACTIVITÉ. C'EST JUSTE COMPTABILISÉ À PART. C'EST DONC BIEN DISTINGUÉ DU TRAVAIL INTERNE ET DONC PRIS EN COMPTE COMME UNE ACTIVITÉ SPÉCIFIQUE, MÊME SI TU NE LE PERÇOIS PAS COMME TEL. UNE ACTIVITÉ QUI N'EST PAS CONSIDÉRÉE AU MÊME NIVEAU QUE LE TEMPS CONSACRÉ AUX TÂCHES ADMINISTRATIVES,  AUX RÉUNIONS, AUX ACQUISITIONS ETC.

 

 Alors pourquoi on le remplit si c'est vraiment du travail interne !!! IDEM

 

Peut-être parce que les grosses bibliothèques le pratiquent moins que les petites ?

POISSON D'AVRIL !!! ALLONS, CE N'EST PAS PARCE QUE LES UNES NE FONT PAS COMME LES AUTRES (C.-À-D. COMME TOI EN FAIT...) QU'ELLES FONT MOINS ! OU ALORS JE TE DEMANDERAIS COMME THOMAS (PAS LE SAINT, LE BIBLIONUMERICUS) DE CITER DES SOURCES, PRÉCISES ET FIABLES. 

Et que ça ferait tache de voir des petites bibs plus ouvertes que les grosses, alors qu'elles ont moins de personnels et moins de moyens. 

Si on cache/masque ces valeurs c'est qu'il y a des raisons.

GROS, GROS POISSON D'AVRIL !!! LIMITE THÉORIE DU COMPLOT, BRAVO. ÇA C'EST DU BIG FISH.

 

Et on se rend compte que ces raisons nous desservent à fond, auprès de tous ceux qui ignorent ce qui se passe dans les bibliothèques.

Notre public en premier, qui ne comprend pas pourquoi les bibliothèques ne sont pas plus ouvertes. A juste titre !

POISSON D'AVRIL !!! PARCE QU'ON PEUT/DOIT LEUR EXPLIQUER. TIENS, C'EST PAS FERRIS QUI AFFICHE LES HORAIRES RÉSERVÉS AUX ACCUEILS DE GROUPES ? SON PUBLIC N'EST DONC PAS IGNORANT, LUI.

PS : ET SI UN DES PROBLÈMES QUI NOUS DESSERT ÉTAIT DE PARLER DE "ce qui se passe dans les bibliothèques" DE FAÇON GÉNÉRIQUE LA PLUPART DU TEMPS ? ÇA INDUIT LA GÉNÉRALISATION D'UNE IMAGE (D'EPINAL) UNIQUE DES BIBLIOTHÈQUES PLUS QU'ÉLOIGNÉE DE LA BIBLIODIVERSITÉ...

 

Le retour de bâton, on le cherche, on le trouve.

Il est là.

Il est justifié.

 

Grand temps d'arrêter de mal informer le public, et nos gouvernants. 

Parce qu'une mauvaise information entraîne obligatoirement une mauvaise solution."

BIEN D'ACCORD AVEC ÇA. POUR ÉVITER DE MAL INFORMER, DESINFORMER ETC., JE PARTAGE L'AVIS DE THOMAS QUI PRÉCONISE D'ÉVITER DE "mélanger beaucoup de choses et apporter des éléments approximatifs ou faux." QUEL QUE SOIT LE SUJET. 

http://www.agorabib.fr/topic/3304-wifi-et-rgpd/?do=findComment&comment=24168

 

Modifié par Isalabib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 20 heures, Ferris a dit :

Et on en tire les conclusions. Et qu'en plus leurs mômes sont bien contents de les attendre au chaud à la bibli.

 

Bien sûr Ferris, et on se positionne sur le samedi toute la journée, en particulier l'après-midi et le mercredi toute la journée pour permettre aux enfants de venir entre leurs différentes activités.

Et parfois, on ferme plus tard que les horaires, on attend les parents, parce qu'on ne laisse pas un gamin de 8 ans dehors dans le noir. En particulier en hiver.

 

Ce qui ne veut pas dire pléthore de fréquentation le samedi après-midi.

 

Il y a 20 heures, Ferris a dit :

ALORS MOI, FERRIS, le gros con, j'ai décidé que si tu vois de la lumière tu peux rentrer, je ferme pas, je suis là et je t'accueille.

 

Mince alors, on est deux gros cons.

 

Mais tu veux savoir pourquoi c'est une connerie de ne pas indiquer nos heures d'ouvertures aux classes, pourquoi c'est du délire. (et je ne te visais pas Ferris)

Parce que comme Louve l'explique : une heure d'ouverture au public, ce n'est pas une heure de travail interne. Une heure de travail interne, tu peux la déplacer dans ta semaine. Un rendez-vous de classe ou de groupes, non. (Sauf à chambouler toute ton organisation)

 

Parce que les élus - et combien tu as raison - se basent sur les heures d'ouverture au public. => On paye le bibliothécaire 30 heures et il n'ouvre que 16 heures. Quoi, il lui faut 14 heures pour préparer des livres ?

Et là, il a fallu que je me batte pour indiquer que les horaires publics, ce ne sont pas les horaires réels d'ouverture au public. Sur ces 16 heures internes, j'en offre 9 aux différents groupes et classes. Avec 5 heures de vrai travail interne possible, ça faisait un peu court, vraiment court.

Alors, oui, je suis un peu chatouilleux sur ces heures non comptabilisées comme des heures "public", parce que pour certaines petites bibliothèques, ces heures représentent jusqu'à 50 % de leur temps d'ouverture. Si ce n'est plus.

 

Et quelque part, je me demande si la volonté de réduire les collections, pour ouvrir plus, ne tient pas de ce fait.

Moins de livres ou de documents à préparer/ranger = moins de temps passé en interne = plus de temps pour les ouvertures.

 

Un effet troisième lieu ?

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Intéressant retour Isalabib.

 

 

il y a 38 minutes, Isalabib a dit :

On remplit, ce n'est pas compté.

POISSON D'AVRIL !!! C'EST COMPTÉ PUISQUE TU REMPLIS. PAS COMME TU LE SOUHAITES PEUT-ÊTRE MAIS C'EST COMPTÉ. TOUT CE QUI EST REMPLI EST ENSUITE SOURCE D'ÉVALUATION ET D'ANALYSE D'ACTIVITÉ. C'EST JUSTE COMPTABILISÉ À PART. C'EST DONC BIEN DISTINGUÉ DU TRAVAIL INTERNE ET DONC PRIS EN COMPTE COMME UNE ACTIVITÉ SPÉCIFIQUE, MÊME SI TU NE LE PERÇOIS PAS COMME TEL. UNE ACTIVITÉ QUI N'EST PAS CONSIDÉRÉE AU MÊME NIVEAU QUE LE TEMPS CONSACRÉ AUX TÂCHES ADMINISTRATIVES,  AUX RÉUNIONS, AUX ACQUISITIONS ETC.

 

Est-ce que c'est vraiment compté dans les statistiques d'ouverture des structures et dans les moyennes nationales ?

Vu que tu travailles en BDP (ok, là aussi on ne dit plus BDP), tu as peut-être plus d'info.

 

il y a 44 minutes, Isalabib a dit :

Si on cache/masque ces valeurs c'est qu'il y a des raisons.

GROS, GROS POISSON D'AVRIL !!! LIMITE THÉORIE DU COMPLOT, BRAVO. ÇA C'EST DU BIG FISH.

 

:D

Ah, enfin quelqu'un qui a aimé.

 

il y a 48 minutes, Isalabib a dit :

POISSON D'AVRIL !!! PARCE QU'ON PEUT/DOIT LEUR EXPLIQUER. TIENS, C'EST PAS FERRIS QUI AFFICHE LES HORAIRES RÉSERVÉS AUX ACCUEILS DE GROUPES ? SON PUBLIC N'EST DONC PAS IGNORANT, LUI.

 

Si, si, c'est lui, c'est bien le Ferris qui me fait réfléchir. Et c'est bien pensé de sa part.

Le problème, c'est qu'à regarder les horaires d'ouverture sur le net, ce n'est pas du tout une donnée que je vois.

 

Partout autour de chez moi, ils ne le font pas.

Je ne l'ai pas fait non plus, en me demandant un peu pourquoi on ne le signalait pas. Trop de surcharge sur les horaires ?

Il va falloir que je revois ça.

 

Même si j'ai des lecteurs qui passent quand même pendant les heures scolaires. Tout en sachant fort bien que ce sont des heures réservées.

 

il y a une heure, Isalabib a dit :

PS : ET SI UN DES PROBLÈMES QUI NOUS DESSERT ÉTAIT DE PARLER DE "ce qui se passe dans les bibliothèques" DE FAÇON GÉNÉRIQUE LA PLUPART DU TEMPS ? ÇA INDUIT LA GÉNÉRALISATION D'UNE IMAGE (D'EPINAL) UNIQUE DES BIBLIOTHÈQUES PLUS QU'ÉLOIGNÉE DE LA BIBLIODIVERSITÉ...

 

100 % d'accord.

 

il y a une heure, Isalabib a dit :

Parce qu'une mauvaise information entraîne obligatoirement une mauvaise solution."

BIEN D'ACCORD AVEC ÇA. POUR ÉVITER DE MAL INFORMER, DESINFORMER ETC., JE PARTAGE L'AVIS DE THOMAS QUI PRÉCONISE D'ÉVITER DE "mélanger beaucoup de choses et apporter des éléments approximatifs ou faux." QUEL QUE SOIT LE SUJET. 

 

Pas faux non plus. Et cette mise en garde s'adressait peut-être avant tout à moi.

Je vais en prendre acte.

 

Merci à toi Isalabib pour ce BigFish.

  Bernard

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×