Aller au contenu
MarjorieCCAMSM

Matérialisation offre de presse en ligne

Messages recommandés

MarjorieCCAMSM

Bonjour à tous,

 

Notre réseau de 9 bibliothèques est actuellement abonné à une offre de presse en ligne (LeKiosk), dont nous disposons grâce à la Bibliothèque départementale.

Nous souhaiterions matérialiser cette offre pour la rendre plus visible dans nos structures auprès des usagers.

 

Auriez-vous des retours d'expériences, idées à partager à ce sujet ?

 

Merci d'avance pour vos réponses !

 

M.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loulein

Bonjour,

 

dans notre médiathèque nous intégrons sur le présentoir des revues physiques des "fantômes" de couvertures de certaines revues en ligne (avec Qrcode et lien vers la revue). Dans le même espace presse, nous mettons des affiches présentant notre offre de presse en ligne, ainsi que des flyers.

 

Bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blandine

Bonjour !

Je sais que c'est effectivement ce qu'on apprend en formation : matérialiser les ressources numériques est une bonne base de médiation pour faire connaître ce service ...

Après, pour le concrétiser pour des revues, je n'ai pas vu ... peut-être créer des couvertures de revues à ranger avec les autres ?


Il y a ce mémoire de l'enssib qui montrait différentes options : peut-être les cubes p.57 ?

http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/64182-faire-vivre-les-ressources-numeriques-dans-la-bibliotheque-physique-le-cas-des-bibliotheques-universitaires

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Bonjour Marjorie

 

Si tu veux un regroupé des photos, tu peux passer par ce lien.

http://www.bibliobsession.net/2014/04/22/materialiser-les-ressources-numeriques-retours-dexperiences/

 

Le problème des QR-Codes : c'est pour les gens équipés d'un smartphone et qui ont une habitude plus que certaine de cette pratique.

Depuis 2014, ça n'a pas vraiment pris.

 

Ayant la même problématique que toi, je pense que je vais utiliser deux moyens.

 

D'abord regrouper quelques images des 1000 journaux LeKiosk et les présenter en éventail, sur une image.

Sur le panneau d'affichage à l'entrée, et idem en présentoirs (sur les tables ou même sur les présentoirs suivant les secteurs. Journaux enfants chez les enfants, mags documentaires dans les documentaires, hebdomadaires avec la presse, etc.)

 

Sans doute faire un menu Restolire des 1000  "journaux à croquer", avec ce mois-ci...

Ou alors une affichette avec : il y avait les 1000 bornes, maintenant il y a le 1000 LeKiosk

 

Je vais aussi utiliser un système de Shorten URL, pour renvoyer directement au formulaire d'inscription BDP, ou sur le mode d'emploi pour s'inscrire.

Exemple : https://tinyurl.com/

Et je vais coller le lien en tête du menu.

 

Bon, j'attends encore un peu, parce que la RGPD pointe son museau et je ne pense pas que le site d'inscription de ma BDP soit RGPD compliant. (avec l'obligation d'informer les usagers de leurs droits, du traitement, etc. Il ne répond pas non plus aux exigences CNIL, avec le blabla sur le droit à la rectification. Les modifications sont en cours.)

 

Cette collecte de données personnelles me pose aussi problème.

Dois-je demander aux gens d'utiliser un pseudo et de me le communiquer (pour la validation) plutôt que de mettre leur vrai nom. En l'état actuel des choses, la question me paraît pertinente.

Et donc, doivent-ils utiliser leur adresse mail perso ou bien en créer une autre pour l'occasion. (et, là, à moi de leur faire un petit topo sur la bonne utilisation du Net : une adresse perso, pour les contacts privés, une adresse autre pour les inscriptions aux différents services, avec toujours des infos erronées en particulier sur la date de naissance ou autres, pour savoir à qui les données sont retransmises et vendues.)

 

Reste encore le problème d'une boîte mail hackée, et donc d'une boîte mail de secours et/ou d'avoir une personne à prévenir en cas de besoin. BDP ou moi.

 

Tout ça est encore à réfléchir. Pendant que ma BDP effectue les modifications nécessaires.

  Bernard

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BiblioEdualk

Bonjour

 

Nous avons mis en place des tablettes avec une offre de presse en ligne sur place l'année dernière, donc pas accessible à distance. Nous avons utilisé les affiches avec les magazines papier + des affiches plus grandes en salle et avec les tablettes, pour attirer l'attention.

Une sorte de coin "presse en ligne".

Mais d'expérience, les affiches, ça marche moyen - on en a déjà tellement dans les salles !

 

On a aussi mis cette nouvelle offre en avant sur notre portail, évidemment.

 

Les QR-codes, je n'ai JAMAIS vu personne les utiliser. Un outil intéressant, mais inutile selon moi.

 

Surtout, nous sommes allés voir les usagers de la presse, notamment les habitués qu'on connait bien. Pendant plusieurs semaines, on a fait le tour, on leur en a parlé, proposé, etc. "Vous ne trouvez pas le journal local du jour ? Maintenant, nous l'avons aussi sur tablette !"

"Vous ne savez pas vous en servir ? Si ça vous intéresse, on peut prendre un peu de temps pour vous montrer"

Pareil pour ceux qui empruntent les revues - la base, c'est de leur en parler systématiquement.

 

Ca attire aussi l'attention des autres personnes présentes. Ils nous voient montrer les tablettes, ils viennent voir eux-aussi ou tendent l'oreille.

 

Aller voir les gens, les accompagner, au final, c'est ce qu'il y a de plus efficace.

Ca fait plus d'un an qu'on propose cette offre, on a maintenant des habitués sur tablette qui ne viennent nous voir que quand ça buggue - en fait, tous les jours, vu que l'appli qu'on utilise n'est pas stable du tout...

Maintenant, il faudrait qu'on relance une "campagne" de com', pour renouveler notre public. Mais d'un autre côté, on n'a que 2 tablettes, donc l'offre reste limitée et peut difficilement s'étendre.

 

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 6 heures, BiblioEdualk a dit :

Les QR-codes, je n'ai JAMAIS vu personne les utiliser. Un outil intéressant, mais inutile selon moi. (...) Mais d'expérience, les affiches, ça marche moyen. (...) Mais d'un autre côté, on n'a que 2 tablettes, donc l'offre reste limitée et peut difficilement s'étendre. (...)Ca fait plus d'un an qu'on propose cette offre (...) etc...

 

Le décalage entre les technologies qui investissent les bibliothèques, quelles qu'en soit le nombre d'éléments matériels et la technicité, par rapport à leur utilisation réelle par les usagers, voire simplement les usagers "cible", n'est JAMAIS dénoncé de façon correcte par les bibliothécaires, qui sont responsables de ces choix d'investissement, notamment devant les élus.

 

Nous savons aussi parfaitement leur cacher nos échecs que nous mentir à nous-mêmes et persister dans nos erreurs.

Personne ne va sur mon Opac, le portail n'est pas visité, mes liseuses c'est un échec, mes tablettes aussi, mes offres en ligne idem etc...ou du moins c'est très loin d'être à la hauteur de ce que l'on pouvait en attendre. Alors on cherche des modes d'information, on repasse à des méthodes type flyers et compagnie, on pédale dans la semoule avec des recette aussi éculées qu'inefficaces, on mise sur la durée (ils y viendront, vous verrez...), on lance des "campagnes de com", on accuse le manque de moyens (forcement on n'a que deux tablettes..) Pour les jeux vidéos c'est pire, on n'ose pas parce qu'il nous manque la validité pédagogique suffisante. Et pourtant ça, ça marche et même très bien.

 

Nous nous mentons à nous-mêmes, en permanence. Et les heures de travail passées à maintenir ces offres sont autant de temps que nous ne consacrons pas à l'accueil de nos public ou au choix de nos acquisitions. Cela fait plus de 20 ans que je dénonce les effets cachés mais néfastes de cette illusion technologique, particulièrement pesantes dans les petites et moyenne structures.

 

Une anecdote, suite un une délib de conseil municipal trouvée sur le net il y a un moment : une grande ville avait fait le choix d'un bibliobus urbain, en échange évidemment de la fermeture d'annexes de quartiers. Propos du bibliothécaire relayés par un élu dans la délib : le comique de service qui, l'année d'avant avait donné probablement le nombre de prêts ou e passages effectués, change son fusil d'épaule et donne l'augmentation, importante, en kilometrage, effectué par le bus. Comme une preuve indéniable de réussite. Voilà de quoi on est capable aussi dans notre beau métier !

 

  • J'aime 1
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Liemena

Dans ma BU, un ordinateur dédié à la presse en ligne au milieu de l'espace presse. Allumé (et prêt à l'action !) en permanence.

Mais ce qui fonctionne surtout c'est quand nos journaux arrivent en retard (ou le lendemain...) ma collègue met alors une affiche à la place du journal du jour : "Retrouvez l'équipe du jour sur Europresse"...

Sinon c'est compliqué d'amener nos étudiants à la presse en ligne... Bon courage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×