Aller au contenu
giroflée

Travailler avec les politiques

Messages recommandés

giroflée

Bonjour !

Comment dire, je ne sais plus, j'en ai un peu assez, je suis fatiguée... Travailler avec des politiques relève de la gageure pour moi, je ne possède aucune des qualités requises pour les manie. Ni la diplomatie, ni la patience, ni l'habileté, ni la pugnacité. Et la pédagogie, mon seul atout, s'avère inefficace. Je vous explique la situation : Les élus de la commune rurale pour laquelle je travaille sont allergiques à la culture dite "intello" et répètent à l'envi que la population est constituée de familles et de personnes âgées "simples" (d'esprit?). Ils refusent catégoriquement l'idée de rencontre, avec un temps de parole, un moment d'échange avec les auteurs-illustrateurs de leur festival local, au motif que seules les dédicaces intéressent les publics. Ils ne veulent pas entendre parler de jeux vidéo. J'argumente, cite des exemples, donne des chiffres, c'est toujours niet. Ils refusent le distinguo entre artiste professionnel et artiste amateur. Ils se braquent dès que l'on parle de missions, de qualité, d'exigence. Ils disent que le sens de l'adjectif "culturel" est variable, personnel, subjectif. Qu'une expo en partenariat avec le FRAC "vaut" autant qu'une expo collective de l'association locale de loisirs créatifs. Que les écrivains publiés à compte d'auteurs ont autant le droit de figurer sur les rayonnages que les "autres" publiés chez Gallimard ou ailleurs. Qu'ils ne financent pas les associations, et donc pas ma participation au congrès annuel de l'ABF. Que ne pas avoir d'espace pro dans un nouvel équipement n'est en aucun cas un problème, qu'il faudra s'adapter, trouver un mode de fonctionnement différent. Qu'un espace "tisanerie" pour l'équipe ou des toilettes dédiées sont tout aussi inutiles. Que 2,5 équivalents temps plein suffisent pour un bâtiment sur 3 niveaux et d'une surface de 700m2. Que le fait que deux agents de l'équipe ne soient pas qualifiés n'importe pas. Etc. Je ne sais comment faire face à ce genre de discours. J'argumente auprès du DGS, mais il ne joue pas son rôle de relais, les élus sont inaccessibles, et leurs décisions tombent brutalement et sèchement comme des couperets. Cela me déstabilise. Je prends les refus de manière personnelle. Je ne me sens pas "adaptée" à ces personnels politiques qui détiennent le pouvoir décisionnel et ne tiennent pas compte des avis des professionnels qu'ils recrutent. Comment argumenteriez-vous cher(e)s collègues face à ces assertions somme toute peut-être banales? Vivez-vous cela en vos collectivités? Un stage sur le sujet, programmé par l'INSET de Montpellier et prévu à l'automne m'aidera peut-être. Je me démène mais vais de déception en frustration. A tel point que je songe à poser un congé dispo, ou même carrément me reconvertir après 6 mois à peine sur place... Merci d'avance de vos réponses et bonne soirée !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
giroflée

On tape toujours trop vite. Je voulais écrire "les manier"... Mais vous avez sans doute compris ! ;-)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Bonsoir Giroflée,

 

les élus ont bien souvent à l'esprit les électeurs, donc il faut qu'ils soient persuadés que les électeurs trouveront un intérêt dans ce qui est proposé car un électeur content, il vote!

La particularité de la territoriale est qu'il faut êtr armée de patience, qu'il s'agisse des équipes, des collègues des autres services et de nos élus le temps est toujours très long même si l'on voudrait que cela aille plus vite (dit celle qui grommelle régulièrement quand elle doit se ralentir car elle a trop vite!).

 

Tu es dans une commune rurale alors je conseille de te rapprocher de ta BD qui pourra t'aider et te soutenir, c'est son rôle en tous les cas.

 

Essaie de faire bouger les lignes doucement, pour ne pas les effrayer, trouve le bon angle qui les intéressera, et touchera un public large, essaie de travailler avec eux en entendant et comprenant leur avis. Oui, ils ont leur idée de la culture, ils n'ont pas tort quand ils te disent que "'l'adjectif "culturel" est variable, personnel, subjectif", il te faut leur soumettre des propositions qui réunissent à la fois la culture populaire (au sens noble du terme) et la culture un peu plus académique.

Deux exemples parlant selon moi:

- le réseau des bibliothèques de Dunkerque avec son festival "Fais pas ton mauvais genre"

- le Musée des Beaux Arts de Calais : en 2017 une expo sur "Le baiser dans l'art de Rodin à nos jours"  avec un partenariat avec la médiathèque "Le baiser dans la littérature" et cette année une expo "Jane et Serge".

 

Du populaire et du pointu, cet équilibre si difficile à trouver pour allier les deux.

 

Je sais, c'est long, certains jours sont plus difficiles que d'autres mais petit à petit, doucement mais sûrement on avance.

Bon courage!

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Ni la diplomatie, ni la patience, ni l'habileté, ni la pugnacité

 

Alors, effectivement, ça va être difficile...

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

allergiques à la culture dite "intello" et répètent à l'envi que la population est constituée de familles et de personnes âgées "simples"

 

Ne caricature pas trop. Ils ont peut-être raison. En zone rurale et avec un public âgé, tu dois savoir faire une bonne place à la littérature dite "populaire" dans ta poldoc.

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Qu'une expo en partenariat avec le FRAC "vaut" autant qu'une expo collective de l'association locale de loisirs créatifs

Oui, elle vaut "autant". Elle fait une place importante au partenariat local, à l'associatif, à des choses proches des gens et qui leur parlent. A bien réfléchir, elle vaut peut-être davantage....

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Qu'ils ne financent pas les associations, et donc pas ma participation au congrès annuel de l'ABF

 

C'est logique, à condition toutefois qu'ils te laissent y participer, même à tes frais. Cela peut même figurer dans ton compte formation.

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Que ne pas avoir d'espace pro dans un nouvel équipement n'est en aucun cas un problème, qu'il faudra s'adapter, trouver un mode de fonctionnement différent. Qu'un espace "tisanerie" pour l'équipe ou des toilettes dédiées sont tout aussi inutiles. Que 2,5 équivalents temps plein suffisent pour un bâtiment sur 3 niveaux et d'une surface de 700m2. Que le fait que deux agents de l'équipe ne soient pas qualifiés n'importe pas.

 

Là c'est toi qui a raison,sur chaque point. Et tu ne dois pas "lâcher" la-dessus. Il s'agit des conditions de travail.

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

J'argumente auprès du DGS, mais il ne joue pas son rôle de relais,

 

Si mais dans un seul sens, il relaye les souhaits des élus auprès de toi, mais ne prendra pas ta défense. C'est prioritairement un larbin carriériste, comme tous les DGS. Il connait parfaitement l'opinion des élus sur la bibliothèque et ne prendra pas le risque de ne pas aller dans leur sens. Il faut donc te battre pour avoir des réunions et des contacts directs avec au moins un élu à la culture. Un truc comme les jeux vidéo par exemple, s'ils comprennent à quel point ça peut booster la fréquentation, ils suivront. Sauf que ça coûte des sous. Et actuellement c'est qui sous-tend, en arrière-plan , tous les débats. Ils ne le disent pas franchement. Et ça fausse tout.

 

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Ils se braquent dès que l'on parle de missions, de qualité, d'exigence

 

C'est toi qui te braque. Comme te le dit Louve, avance doucement, lâche du lest sur certains points, fais bouger les lignes. On a tous connu ça, plus ou moins, surtout en zone rurale.

 

Courage :hug:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Posté(e) (modifié)

Bonjour Giroflée

 

Tu sais que tu peux éditer un message déjà tapé, pour corriger les coquilles. (il suffit de cliquer sur Editer en bas, en dessous de ses propres messages)

 

Bien. Vu ta situation, je comprends un peu ton découragement.

Tu ne le sais peut-être pas, mais la principale vertu d'un bibliothécaire, c'est la patience. Il faut prendre le temps du temps.

 

Tu penses être malheureuse, mais je peux te garantir que bien des collègues ont dû reconstruire trois fois leur argumentaire pour convaincre les élus... Pour certains, sur plusieurs mandatures. Pas loin de 10 années.

Oui, tu lis bien : sur 10 années.

Le temps en bibliothèque, c'est du long.

 

Pour le reste, ce ne sont pas des assertions banales. Tu as leur point de vue sur la culture. Côté pratique et festif, sans prise de tête.

Et avec un manque évident de prise en compte des moyens et des responsabilités.

 

2,5 sur trois étages, on fait comment s'il y a un absent dans l'équipe. (maladie, congé, formation : on fait comment ?)

Tu as trois étages, et tu n'as pas d'espace pro... tant mieux, tu auras tout un étage d'espace pro.:wink:

Ou alors tu peux en délimiter un avec des étagères (je l'ai vu faire en BU). Un mur d'étagères, deux plots avec un cordon (comme ceux pour protéger les oeuvres d'art), et tu modules l'espace dont tu as besoin.

C'est encore mieux si tu as des étagères sur roulettes.

 

Ils veulent un fonctionnement différent, tu peux en imposer un.

 

C'est pareil pour le reste.

Si tu veux permettre un échange entre le public et les auteurs, tu le programmes dans les termes : "échanges et discussions avant dédicaces". Ou même tu le camoufles dans les termes rencontres d'auteurs avec dédicaces. Dans le terme rencontres, tu y mets ce que tu veux.

Si tu veux mettre des jeux vidéos en rayons, tu mets des jeux vidéos pour savoir si ça accroche ou pas, c'est une expérience, un test.

Ta BDP peut t'en fournir, ou des collègues environnant peuvent t'en prêter pour un test.

 

A te lire, je te vois beaucoup "chercher des arguments pour convaincre", "faire de la pédagogie"... Mais à quel moment tu décides ?

A quel moment tu tranches et tu agis comme une directrice en charge de sa structure ?

Pourquoi tu demandes l'avis des élus pour les dédicaces, pour les jeux vidéos, et pour une partie du reste ?

Pour les sous ?

 

Mais pour les conditions de travail ?

Qui va être responsable de la personne âgée qui tombe au troisième étage et qui reste pendant longtemps sans personne pour la secourir.

Qui va être responsable du morpion de trois ans attiré par le chuintement de la cafetière et qui se la renverse sur lui.

Qui va le porter toute sa vie.                                                                                    

Autant de raisons de sécurité pour s'approprier oups ! ferme le troisième étage ! faute d'avoir un agent par plateau. (ou alors il te faut des caméras de surveillance, et même là ça peut être insuffisant, une personne tombée derrière un rayonnage tu ne la vois pas)

 

Idem pour l'espace pro.

Je ne sais pas combien tu reçois de cartons de livres/fournitures par année, mais sans espace pro, il faut bien les entreposer quelque part.

Rien que pour ça, un espace pro est indispensable. Idem pour les éléments d'étagère en surplus, et pour tout le matériel de couverture, et même le PQ. Sympa le PQ sur les étagères du hall. Etc. Ou alors il te faut des placards profonds. (bien utiles pour installer un mur délimitant un espace)

Tous les services ont un espace pro. Rien que pour les archives, il en faut un.

En mairie, ils le savent. => Tout le monde en a un en milieu rural, ça s'appelle un garage ou un abri jardin.

Sans espace pro à la bibliothèque, tu n'auras pas le choix, tes archives iront en mairie... commence déjà à prévoir le déplacement et la quantité annuelle.

On ne t'accorde pas ce dont tu as besoin, alors tu prévois ce qui va arriver. Et ce sera forcément déplaisant.

Le coût des caméras, ça se chiffre.

Le PQ sur les étagères du hall, les cartons dans l'entrée, ça fait moche au niveau esthétique (et je le sais pour les cartons, mais sans espace pro, on fonctionne différemment n'est-ce pas)

 

Pour la tisanerie, n'hésite pas à regarder en mairie, et dans les autres services s'il y en a une... et de t'étonner singulièrement qu'il y en ait une. Pourquoi à la mairie, pourquoi pour les autres services et pourquoi pas pour ton équipe ?

 

Au bout d'un moment, le directeur d'établissement doit dire ce qui se fera et ce qui ne se fera pas suivant les moyens alloués.

Si tes agents ne sont pas formés, alors ils devront être formés... parce qu'un jour tu seras absente, et ils devront se débrouiller pour tout gérer tout seul.

Et si ça signifie des jours de fermeture de la bibliothèque pendant qu'ils iront en formation, parce qu'assumer trois étages à toi toute seule je n'y crois pas, alors ça signifiera que la bibliothèque sera fermée ces jours de formation.

 

Sinon, j'ai un peu/beaucoup de mal à comprendre que tes élus soient inaccessibles... et que tu n'en profites pas !

Quand je lis simple = "pas prise de tête", je lis "mes élus ne veulent pas se prendre la tête" avec la bibliothèque... hé, mais c'est chouette ça, je vais me prendre la tête à leur place !

=> Ils me donnent carte blanche.

 

Tu es en train de te désespérer alors qu'ils te donnent carte blanche.

 

Alors prends la main.

Sers-toi de ta BDP pour les jeux vidéos, pour programmer les rencontres auteurs avec dédicaces. (les termes de la rencontre, c'est toi qui les remplis)

Tu n'es pas forcée de pleurer après un budget... que tu n'obtiendras pas. Parce que si c'est ça que tu cherches avec tes arguments, alors tu vas déprimer sévère. "Simple" dans l'esprit des élus, ça veut dire peu coûteuse. (ça rejoint ce que dit Ferris)

 

Et si tu veux savoir si

Le 14/05/2018 à 20:17, giroflée a dit :

Vivez-vous cela en vos collectivités?

 

Oui, on le vit au quotidien.

Pas de sous.

Et parfois même pas de budget pour l'année, dans une commune proche de chez moi.

 

Alors on se débrouille. Et quelque part, oui, une exposition d'association locale, ça vaut autant qu'une exposition FRAC. Au plan purement comptable des expositions, c'est la même chose. + 1 animation.

Maintenant, si tu montres aux élus qu'il est plus facile de faire venir des journalistes sur une exposition FRAC, et qu'il y aura un article dans le journal, ils regarderont ta demande d'une autre façon, parce que tu touches à l'essentiel du travail des élus : faire connaître leur action ! faire connaître leur ville !

 

Si tes arguments, aussi béton soient-ils, ne partent pas de ce principe, tu n'as pas une réponse sèche et brutale, tu as une réponse banale : non.

Non, ça n'entre pas dans nos objectifs.

 

Ta pédagogie ne sert à rien si tu n'entres pas dans l'objectif de ta cible, si tu ne comprends pas ses besoins réels.

 

Tu peux apporter autant de chiffres que tu veux, citer des exemples, si tu n'apportes pas les articles des journaux municipaux des autres communes, ou même des journaux locaux, pour appuyer ce que tu racontes alors ton argumentaire ne vaudra pas tripettes. Parce que les chiffres des bibliothécaires ne sont pas les chiffres ou les expressions des élus. Quand un élu rencontre un autre élu, ils se racontent des histoires d'élus. Et les journaux municipaux ce sont des histoires d'élus.

 

Non, tes élus ne financeront pas ton déplacement au congrès ABF, mais ils pourraient être tentés de financer la représentante de la commune/du département qui se rend au congrès.

Une photo des représentants des communes ou département, publiée dans le journal "Bibliothèques", ça pourrait aider à ouvrir un peu plus les cordons de la bourse... pour des journées professionnelles, il faut le rappeler.  (ok, ça tient sans doute du rêve, là, mais va savoir Charles)

 

Ton angle d'approche n'est pas le bon ?

Alors chevauche "leur" angle d'approche.

Mets-toi à leur place.

Et tu comprendras beaucoup mieux d'où viennent leurs refus. (en quoi ça aide la commune ? en quoi ça aide notre action sur la commune ?)

 

Et souviens-toi que les élus ne sont qu'un des partenaires potentiels.

BDP, collègues environnants, associations, même centre de loisirs peuvent t'épauler pour une activité jeux vidéos à la bibliothèque ponctuelle. (même pour les personnes "âgées", il y a aussi des associations jeux vidéos qui interviennent en maison de retraite)

 

Tes moyens d'agir sont multiples.

Les élus ne sont pas ton unique voie. (pour le congrès ABF, tu peux obtenir une bourse si tu es membre de l'ABF. Même à 2 par région, elles ne sont pas toutes utilisées. Tu peux utiliser le co-voiturage, loger chez l'habitant bibliothécaire. Un peu d'action, quelques coups de fils, quelques contacts, l'achat d'une spécialité de chez toi, et hop).

 

Si la porte te semble fermée, passe par la fenêtre.  :D

 

Contrairement à ce que tu penses, tu n'es pas aussi désarmée qu'il y paraît.

Mais tu as le droit à ton coup de blues printanier, c'est assez normal pour une plante vivace comme la Giroflée. :thumbsup:

 

Giroflée : Voici une plante qui fera le bonheur des endroits du jardin ou d’habitude rien ne pousse.

 

Prends un peu de ton engrais favori et étends tes racines.

 

Bon courage bis

  Bernard

 

Modifié par B. Majour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×