Aller au contenu

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. Bonjour, Lors du catalogage, notre SIGB ( Nanook), récupère les notices à partir du serveur Z39.50 de la BNF... dans le descriptif UNIMARC de ce qui est importé je retrouve la mention d'une adresse Ark . Dois- je en conclure que je n'ai pas besoin d'utiliser Bibliostratus ? Que faire dans le cas des notices non existantes au niveau du serveur Z39-50 et crées manuellement ? Merci
  3. Hier
  4. La dernière semaine
  5. Ferris

    Nombre de livres désherbés chaque année

    Non c'est normal. Moi je suis plutôt amoureux de mes lecteurs. Et quand je dois en supprimer un c'est vraiment un crève-cœur. Heureusement on supprime plus de livres que de lecteurs. D'un autre côté si on supprime trop de livres, on finira par supprimer plus de lecteurs aussi. C'est cornélien. En plus de vieux livres tiennent le coup longtemps. Alors que de vieux lecteurs finissent forcément par disparaitre sans prévenir. C'est démoralisant.
  6. Ferris

    argumentaire pour du numerique en médiathèque

    Epsy a raison. D'ailleurs notre rôle social est de plus en plus affirmé. Des organismes comme Pôle emploi et la CAF proposent des formations à des bibliothécaires. A lire par exemple un mariage bib/MSAP sur : http://mediatheque.seine-et-marne.fr/programmes-rencontres/la-coop Les DRAC poussent aussi vers cela. (...) le développement d’espaces mutualisés visant à renforcer l’accès aux services publics de proximité et de qualité. Pour rappel, l’objectif d’une Maison de Services Aux Publics (MSAP) est de déployer une politique culturelle forte dans les territoires ruraux, de favoriser le lien social, d’optimiser l’utilisation, le confort et l’accessibilité des espaces publics afin de permettre un accompagnement adapté et efficace.
  7. Le catalogage est sous le feu des projecteurs. Cataloguer, c’est produire des métadonnées, enjeu majeur du web et de la société de l’information. Nos établissements de lecture publique et de recherche créent, valorisent, diffusent ces données : c’est l’une de leurs fonctions essentielles. Mais comment faire pour que ces données soient identifiées, appropriées et partagées ? Partout en France, les établissements se questionnent et s’organisent pour donner à la valorisation de l’information toute la place qu’elle mérite. Pourquoi est-il nécessaire d’évoluer ? Que signifie, concrètement la transition bibliographique ? Comment la mettre en œuvre à l’échelle d’établissements d’envergure très variable ? Telle est l’ambition de cette journée d’étude : répondre à des professionnel.les, élu.es, directeur.rices de bibliothèques de lecture publique et universitaires, catalogueurs.euses, chargé.es de collection, administrateur.ices de SIGB. Une journée ouverte à toutes et tous, pour faire le point et approfondir les enjeux et la mise en œuvre de ce tournant majeur. La médiathèque François Mitterrand - Les Capucins à Brest accueillera pour la première fois le 4 avril 2019 tous les acteurs de la coopération nationale pour cette journée professionnelle organisée par le CFCB Bretagne Pays de la Loire, le CNFPT Bretagne, la bibliothèque départementale du Finistère et Livre et Lecture en Bretagne. Cette journée d'étude s'adresse à tout public intéressé par la transition bibliographique : administrateurs de SIGB, coordinateurs Sudoc, responsables de départements collections, gestionnaires de données bibliographiques, catalogueurs, confirmés ou débutants, directeurs d’établissements, élus ... Programme et inscriptions à la journée d'étude Elle s'accompagne d'ateliers sur l'outil d'alignement de données Bibliotratus. Détails, prérequis et inscription
  8. Alexandra CGzz

    Correspondance

    Bonjour! Je viens juste de lire ton post et j'aimerais savoir si tu as réussi à lancer ton projet de correspondance? On a un fort public jeune et ça pourrait m'intéresser. Je suis en médiathèque, près de Toulouse. Merci!
  9. Epsy

    argumentaire pour du numerique en médiathèque

    Un argumentaire simple et rapide ? Ce qui me vient tout de suite à l'esprit c'est la fracture numérique, avec l'augmentation vertigineuse des tâches administratives devant se faire sur internet (faire une demande de permis de conduire, imprimer sa carte verte, transmettre un justificatif, rédiger un CV, et j'en passe). C'est aussi une porte d'accès à l'information et plus largement à la culture. Simple et rapide Epsy.
  10. Avant
  11. Mdgt

    Table numérique

    Bonjour Effectivement, je viens de le voir merci ! J'avais pourtant essayé de repérer les médiathèques mais je n'en ai trouvé que très peu ... et celle-la n'en faisait pas partie.
  12. Blandine

    Table numérique

    Bonjour, il me semble que la médiathèque de La Madeleine (59) en a une, peut-être les contacter ?
  13. Epsy

    achat d'applications

    Bonjour, Nous les achetons avec les cartes prépayées type Google Play, que vous trouvez notamment chez Carrefour ou dans des centres culturels (souvent assez importants). Epsy.
  14. Pigranelle

    Nombre de livres désherbés chaque année

    Heu non personnellement moi je trouve pas ça délicat, ça fait partie de mon boulot, désherber un livre ne me pose aucun pb. Ici nous donnons les ouvrages sortis des collections à nos usagers sauf quand on estime qu'ils n'ont vraiment plus aucun intérêt, auquel cas ils partent au pilon. Nous faisons régulièrement des opérations de dons (minimum 2 par an), les ouvrages sont stockés dans une salle dédiée en attendant qu'une journée de don soit organisée.
  15. Mdgt

    achat d'applications

    Bonjour, Par quel moyen de paiement achetez-vous des applications pour tablettes ou tables numériques ? Y-a-t-il un autre moyen que la carte bancaire ? Merci d'avance.
  16. Mdgt

    Table numérique

    Bonjour, Après l’achat d’une table numérique pour notre médiathèque, nous sommes à la recherche de retour d’expérience. A part le libre accès (fortement apprécié) proposez-vous des animations ? Lesquelles et comment ? Avez-vous des applications (si possible gratuites) à me conseiller ? En multijoueur et de tout âge … Merci d’avance !
  17. Ferris

    Nombre de livres désherbés chaque année

    Le sujet a déja été abondamment traité sur le forum https://www.agorabib.fr/topic/2078-désherbage-des-bandes-dessinées/ https://www.agorabib.fr/topic/3199-désherbage-dans-les-dvd/ https://www.agorabib.fr/topic/2881-désherbage-et-dons/ https://www.agorabib.fr/topic/2857-désherbage-fonds-local/ https://www.agorabib.fr/topic/2174-taux-de-renouvellement-cd/ Sinon du as des normes simplifiées sur https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61098-desherbage.pdf et une bonne fiche pratique sur https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1735-desherber-en-bibliotheque.pdf et sur http://biblio.sarthe.fr/images/ESPACE_PRO_Gestionbibliothque/collections/DESHERBAGE-actualis-oct.-2017-2.pdf et un modele de deliberation : https://www.mobilis-paysdelaloire.fr/ressources/fiches-pratiques/modeles-de-deliberation-de-conseil-municipal-ou-communautaire-pour-desherbage-collecte-reemploi-de-livres ou encore plus simplifié : http://pierresvives.herault.fr/sites/default/files/modele_deliberation_deseherbage.pdf Ne pas oublier une chose: le désherbage fait partie integrante de ta poldoc et charte des acquisitions.Il inclut un taux de renouvellement: tu jettes, mais tu renouvelles, ce qui vient en plus des acquisitions de nouveautés. C'est plutôt là qu'est la difficulté. Ensuite se méfier de la simple application de la méthode IOUPI, qui par ailleurs est assez subjective. Pour les documentaires par exemple, ce n'est pas le nombre d'années sans sorties qui est le critère principal, comme pour les romans (chez nous c'est trois ans), c'est la date d'édition, et elle est différente selon chaque catégorie Dewey. Ensuite on y ajoute les autres critères. Exemple : Pour un guide de voyage non prêté depuis 3 ans et dont la date de parution remonte à 10 ans, la formule est 10/3/IOUPI et se lit ainsi : Tout livre de cet indice Dewey • qui a plus de 10 ans, • dont le dernier prêt remonte à plus de 3 ans, • qui possède un ou plusieurs facteurs IOUPI doit être retiré des collections. C'est le 10 (date d'edition) qui est en tête des critères. Si c'est un ouvrage d'histoire ou de peinture etc...la date importe moins puisque l'ouvrage vieillit bien. On peut donc le conserver plus longtemps. Le balancer après 3 ans est une aberration. Il s’agit aussi , le cas échéant, de commander les ouvrages que l’on avait l’intention de remplacer (soit un nouvel exemplaire, soit une nouvelle édition, soit un nouvel ouvrage sur ce même sujet). Je me permets d'insister là-dessus car je connais beaucoup de collègues qui ne veulent pas s'embarrasser des différences entre cotes Dewey et utilisent en premier le critère des "3 ans sans prêt" pour les documentaires comme pour les romans. Du coup ça désherbe à la pelleteuse et le plus souvent sans prise en compte d'un quelconque renouvellement. Tu as un modèle par catégories Dewey sur http://www.ville-briancon.fr/CULTURE_4_04.pdf Un modèle de déliberation (le mien): Extrait du Registre des Déliberations Objet : Mediathèque : Elimination de documents Mme X, conseillère municipale.......propose de définir une politique de régulation des collections de la Mediathèque municipale et d'en définir ainsi qu'il suit, les critères et modalités d'élimination des documents n'ayant plus leur place au sein des collection : *Mauvais état physique (dont la réparation s'avèrerait trop onereuse) ou au contenu manifestement obsolète : les ouvrages éliminés et remplacés pour cette raison seront détruits et si possible valorisés comme papier à recycler *Nombre d'exemplaires trop important par rapport aux besoins : les ouvrages éliminés pour cette raison, seront proposés à des institutions qui pourraient en avoir besoin (petites bibliothèques, hôpitaux, maisons de retraite, associations avec le tiers-monde, écoles...), ou à défaut détruits et si possible valorisés comme papier à recycler (La liste n'est pas exhaustive, et tu peux y rajouter vente, braderie etc...l'essentiel étant alors de définir une échelle de priorité : dons, vente ,destruction, ou vente, dons etc...) et un prix. Attention, car dans tous les cas les utilisations non mentionnées seront interdites. Tu devras respecter à la lettre les termes de la délibération. Par exemple le don à un particulier n'est pas mentionné car cela poserait des problèmes. Mais tu peux le remplacer par une mise à disposition, donc le don par dépôt en libre accès au public, aucun problème, mais il ne s'agit pas d'un don individuel mais d'une mise à disposition collective. Premier arrivé, premier servi... Formalités administratives : Dans tous les cas l'élimination des documents sera constatée par un procès-verbal mentionnant le nombre d'ouvrages éliminés et leur destination, auquel sera annexé un état pouvant se présenter sous forme de liste comportant les mentions d'auteur, de titre, et le numéro d'inventaire Le Conseil Municipal charge à l'unanimité le Directeur de la Mediathèque à procéder à la mise en place de la politique de régulation des collections telle que définie ci-dessus et de l'autoriser à signer les procès-verbaux d’élimination (ce dernier passage est important car il évite les interférences à ton niveau. Tu peux y rajouter en annexes un document sur les méthodes professionnelles de désherbage que tu comptes utiliser.) Pour répondre à ta question, il n'y a par définition pas de norme définissant un nombre de livres à désherber chaque année, puisque tout dépend des critères, de tes fonds, de ton taux de rotation, de l'âge median de tes fonds, de tes budgets etc.... Certains parlent tout de même d'un taux de renouvellement ou de "rafraichissement" de 10%. A ne pas confondre avec le taux de croissance (acquisition de nouveautés) qui lui est fixé à un plancher de 7.5%. Et c'est une norme internationale. Si tu veux bien faire la différence, se reporter au maître incontesté en la matière (Bertrand Calenge) https://bccn.wordpress.com/2009/05/23/taux-daccroissement-et-taux-de-renouvellement/
  18. Mdgt

    Quiz sur les bibliothèques

    Bonjour, Avec quels outils avez-vous créé ce quiz svp ?
  19. Bonjour, Je m'appelle Nicolas. Je réalise actuellement une étude sur la gestion de la fin de vie des livres. C'est un sujet toujours délicat à aborder pour les amoureux des livres, mais il s'agit néanmoins d'un aspect important du fonctionnement de l'écosystème du livre. Les bibliothèques procèdent régulièrement au désherbage de leurs rayonnages. Existe-t-il une estimation du nombre d'ouvrages qui sont désherbés chaque année ? Que deviennent-ils ensuite ? Je crois savoir que certains sont donnés à des sociétés de revente, d'autres sont proposés aux particuliers, d'autres sont déposés dans des bennes en vue de leur recyclage. Quels problèmes le désherbage vous pose-t-il ? Merci par avance pour les informations que vous pourriez me donner sur ce sujet. Elles me seront d'une grande aide. Bonne journée à tous Nicolas
  20. Merci ! En effet j'avais remarqué les diacritiques problématiques. Je suis en train d'aligner le fichier corrigé, il passe impeccablement. Je vais m'empresse de télécharger la version 1.25.
  21. Je viens de tester le même jeu de données sur la version 1.25, sans rencontrer le problème. J'imagine qu'il a été identifié à l'automne dernier et corrigé à ce moment-là. Par ailleurs, je signale qu'il y avait des problèmes de diacritiques dans le le fichier en question. Cf. en PJ le fichier où j'ai "nettoyé" ces problèmes en faisant simplement du chercher-remplacer Notices_030001_040000-PER-texte-périodiques.txt
  22. Bernard Bibliosurf

    Bibliostratus : mettre en correspondance ses notices avec celles de la BnF

    Effectivement, tu as raison. Bibliostratus effectue des recherches avec d'autres métadonnées. Je fais le malin avec Bibliosurf, un cas de figure très simple.
  23. Ferris

    argumentaire pour du numerique en médiathèque

    Bonjour Sylvie Tu n'es pas assez précise. Première recherche : quelle est l'offre internet existante sur ton territoire (commune ? interco ?) ? En effet cela conditionnera ta réponse. En admettant qu'il n'y en ait pas, ton offre EPN (puisque tu parles d'un espace numérique) va proposer des services plus larges que des services de bibliothèques. Cela exigera peut-être le recrutement ou la formation d'un professionnel (ton personnel dédié) etc.... Quelle est alors la population considérée comme desservie ou à desservir ? Il y a des chances que cela sorte des 4000h communaux. Là encore ton offre en tiendra compte. Tu peux relever d'une administration communale et toucher un public plus nombreux et divers que celui de la commune et, evidemment, de ton lectorat. Enfin le numerique ne se limite pas à un accès public internet. Quelle est ton offre actuelle multimédia ? Car selon le cas l'offre internet arrivera comme complément ou comme un début. Par ailleurs n'oublie pas dans ton argumentaire les aspects juridiques qui sont de plus en plus importants. Voir https://scinfolex.com/2010/03/26/acces-internet-en-bibliotheque-ce-quexige-vraiment-la-loi/ En attendant tu as une boite à outils sur http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-Lecture/Bibliotheques/Numerique-et-bibliotheques/Boite-a-outils-du-numerique-en-bibliotheque et un descriptif assez complet de ce que peut apporter un EPN, en bibliothèque ou non : http://www.netpublic.fr/net-public/espaces-publics-numeriques/presentation/ Et une présentation courte : http://mediatheque.seine-et-marne.fr/internet-en-bibliotheque Sinon, une réponse ENSSIB mais qui date de 2007 : l'association des directeurs de BDP a mis en ligne en un exemple de cahier des charges pour l'informatisation d'une bibliothèque ; le chapitre D.1 ("Renseignements techniques sur le matériel fourni ou préconisé") décrit les éléments matériels suivants : - poste informatique, - imprimante, - modem, - onduleur, - routeur. - une informatisation implique l’acquisition d’un ordinateur/serveur, muni de périphériques (imprimante, lecteur optique), ainsi qu’un abonnement internet (nécessaire pour les mises à jour et/ou la maintenance) ; - vous devez également prévoir un emploi qualifié : une personne capable d’installer le matériel, de mettre en place le logiciel de gestion, de le paramétrer (exemplaires, lecteurs, durée de prêt, etc.), de mettre en place des opérations de sauvegarde et de mise à jour, de former les utilisateurs bibliothécaires au logiciel, de transmettre ses compétences. (voir sur http://adbdp.web03.b2f-concept.net/spip.php?article725
  24. Merci pour l'appréciation :-) Je n'ai pas bien compris ce que tu suggères : Bibliostratus va effectivement interroger les ISBN dans le catalogue pour récupérer les ARK BnF. A défaut d'ISBN, il utilise d'autres métadonnées (pour les autres types de documents, notamment). Et quand il y a un ISBN qu'il le trouve dans le catalogue, il réalise plusieurs contrôles successifs pour éviter le problème des ISBN attribués successivement à plusieurs ouvrages.
  25. Sylvie Langanne Pro

    argumentaire pour du numerique en médiathèque

    bonjour dans le cadre d'un nouveau projet, je dois faire un argumentaire simple et rapide pour ma tutelle (ville de 4000 habitants) pour que la future bibliothèque ait un espace numérique avec ordis et surtout personnel dédié. si vous avez déjà travaillé la question, je suis preneuse...
  26. Bernard Bibliosurf

    Bibliostratus : mettre en correspondance ses notices avec celles de la BnF

    Bibliostratus est un superbe outil. Mais avez-vous déjà pensé à récupérer le lien ARK par le SRU directement avec l'ISBN du document ? C'est ce que je fais sur https://www.bibliosurf.com et ça marche vraiment bien.... oui je sais pour des livres. Dès qu'un internaute affiche une notice sans BNF ARK, un script interroge le SRU et si il trouve la donnée dans la notice UNIMARC la copie dans la base. Pour info : le taux de recouvrement est de plus 90% sur Bibliosurf.
  27. Bonjour ! Nous avons commencé une campagne bibliostratus à Brest à la mi-javier. Tout se passe bien. J'ai juste un problème dans "BST blanc", avec un fichier de notices de périodiques. Pour ce fichier uniquement (sur environ une centaine ou plus de fichiers traités), lorsque je valide le lancement de l'alignement, l'opération est interrompue avec le message Exception in Tkinter callback Traceback (most recent call last): File "tkinter\__init__.py", line 1699, in __call__ File "noticesbib2arkBnF.py", line 2778, in <lambda> File "noticesbib2arkBnF.py", line 2305, in launch File "noticesbib2arkBnF.py", line 2272, in file2row File "noticesbib2arkBnF.py", line 2128, in item2id File "noticesbib2arkBnF.py", line 2079, in item2ppn_by_id File "noticesbib2arkBnF.py", line 1178, in issn2sudoc File "funcs.py", line 698, in __init__ IndexError: list index out of range J'ai repéré à chaque fois le n° de notice qui passait au moment de l'arrêt du programme. J'ai bien-sûr fait des tests en n'essayant de charger que cette notice ==> plantage. Je vous envoie le fichier en question. Certaines notices sur lesquelles BST avaient planté ont pu finalement être intégrées en les passant "individuellement" : 1/38103, 1/30521, 1/38234, 1/38589, 1/38655. Les notices problématiques, qui n'ont pu être alignées, même en les passant seules dans BST : 1/38106, 1/38228, 1/38230, 1/38236, 1/38241, 1/38242, 1/38464, 1/38592, 1/38659.J'ai stoppé mes tests à partir de la notice 38359. J'utilise la version bibliostratus_1.24. Merci d'avance pour votre avis d'experts ! Bonne semaine. Catherine Bretéché Médiathèques de Brest Service Applications informatiques et Traitement des données catherine.breteche@mairie-brest.fr Notices_030001_040000-PER-texte-périodiques.txt
  28. Bonjour, Voici un autre article synthétique qui peut aider à être en conformité : Données personnelles en bibliothèque par la Bibliothèque départementale de gironde : http://biblio.gironde.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=6228:donnees-personnelles-en-bibliotheque&catid=21:juridique&Itemid=73
  29. patch

    PMB ou Koha?

    Bonjour, Choisir un SIGB open source est une très bonne idée, mais s'ils partagent leur modèle de licence, ils ont tous leurs particularités. Comme pour tout projet, je pense qu'une bonne analyse des besoins reste essentielle, analyse qui inclura les fonctionnalités bien sûr, mais aussi le besoin de service (gestion du serveur, support....) et tiendra compte des capacités internes (avez vous un service informatique?..) Les deux solutions que vous évoquez bénéficient de larges communautés d’utilisateurs: il est généralement facile de rendre visite à des collègues les utilisant pour avoir un retour d'expérience concret.
  1. Charger plus d’activité
×