Aller au contenu

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Une fois de plus mes propos sont généraux et ne visent personne en particulier. Ma génération avait aussi une formation d'un an, avant de passer le CAFB (créé en 1951 et disparu en 1994 de mémoire, donc cela a touché plusieurs générations, et finalement remplacé par les concours, la création des cadres d'emplois etc...) et, pour les cadres, une licence ou une Maîtrise. Donc nous ne sommes pas arrivés les mains vides. Et nos stages se passaient dans des annexes de quartiers dont l'état et le public ne donnaient pas très envie de s'accrocher. Je ne parle même pas des budgets. Beaucoup ont abandonné du reste. D'un autre côté on nous foutait la paix. Par contre la "Territoriale" n'existait pas (crée en 1984), les grades et les paies étaient folkloriques, et les locaux vétustes et inadaptés, essentiellement des réhabilitations, et finalement très peu nombreux. Ce n'est que dans la décennie 80/90 qu'on a construit 500 bibliothèques en France. Puis les années 90 nous ont amené à l'informatisation, elle aussi folklorique au début, etc... Je peux dire que nos motivations, si elles étaient restées intactes après cette année de formation, et avoir vécu cette misère matérielle, elle le sont toujours. Mais nous ne représentons plus grand monde aujourd'hui, quantitativement. Alors quand j'entends parler de motivation aujourd'hui, et que je vois les arguments et la situation des personnes, ça me fout parfois de l'urticaire. Faut pas m'en vouloir.
  3. Pigranelle

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    @Ferris Peut-être ma tentative d'explication est biaisée par mon point de vue, c'est simplement ce que j'observe dans ma BU. Une autre explication peut-être: j'ai aussi le sentiment que parmi mes collègues les plus âgés quasiment aucun n'a eu de formation postbac spécialisée en bibliothèque/métiers du livre (et plusieurs ont commencé à travailler en BU même sans avoir le bac). Aujourd'hui les formations se sont multipliées et tous les "jeunes" que je connais qui travaillent en bibliothèque on au minimum le DUT, si ce n'est une licence ou un master, et cela qu'ils soient A, B, ou C. D'où mon impression que la jeune génération a davantage "choisi" ce métier que les précédentes. Je vois chez mes collègues un attachement très fort au service public, mais aussi au statut de fonctionnaire qui il me semble est moins présent chez les jeunes qui sont juste super contents s'ils ont un CDI. J'avoue que le gel du point d'indice me passe au dessus de la tête alors que c'est le sujet principal de conversation chez certains de mes collègues, mais sans doute parce que je suis jeune. Je sais très bien qu'un jour moi aussi je regarderai très fort vers la retraite, mais c'est très lointain et franchement je ne suis même pas sûre que la retraite existera encore... Ne te méprends pas je ne dis pas que votre génération a eu la vie facile, vous avez commencé à travailler bien plus tôt que nous par exemple, et vous avez du vous adapter à beaucoup de transformations. J'ai un collègue qui est devenu magasinier parce qu'il s'est retrouvé papa plus tôt que prévu et qu'il a du gagner sa croute, c'est honorable et il fait très bien son job, j'ai juste l'impression que c'est quelque chose qui n'existe quasiment plus aujourd'hui. Et je n'ai jamais parlé de "vocation" simplement de choix et d'envie. Je n'ai aucunement honte d'aimer mon métier et j'ai eu le concours sans que le jury se marre devant moi.
  4. Ferris

    Emploi du temps d'un bibliothécaire d'Etat

    N'oublie pas que si tu passes le concours de Bibliothécaire d'Etat , Il y a une période de formation obligatoire de 6 mois à l'ENSSIB à Villeurbanne. Ce qui te posera peut-être des problèmes pour ta garde alternée. Et après sa validation, tu signes pour 10 ans . On t'envoie quelque part, (essentiellement Paris et Région parisienne) pour 2 ans et demi ou trois ans (une circulaire impose de rester 3 ans sur ton poste avant de pouvoir partir ; Ensuite seulement tu peux demander une mutation.). Au fait, j'espère que tu t'es inscrite car les registres d'inscription à la session 2019 sont clos depuis le 11 octobre 2018.
  5. En principe une liste syndicale propose certes un programme d'action, mais met aussi en valeur les choses qu'elle a réalisées dans sa dernière mandature, les points sur lesquels elle a fait reculer l'Autorité territoriale, ne serait-ce que d'obtenir de meilleurs tickets restaurants, ou d'avoir amélioré les conditions de travail de telle ou telle catégorie de personnel etc... Sans bilan ni programme, mais simplement, tu as raison, la simple reprise de mots d'ordre nationaux et de grands principe de "défense du service public" et autres généralités, c'est qu'il y a un problème avec cette liste et ce qu'on appelle sa "profession de foi" (son programme, compte tenu des réalités locales et non nationales) En réalité il y a en gros deux "blocs" : les syndicats contestataires (CGT, FO, Solidaires, FSU) et les réformistes (CFDT, Unsa, FA-FPT). Les derniers privilégient davantage le dialogue social que les premiers. Il y avait un topic la-dessus sur https://www.agorabib.fr/topic/2952-syndicats/
  6. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Effectivement. Moi je calcule en "reste à vivre", une fois tout payé (je suis en prelèvement mensuel pour tout ce qui peut l'être.) Et quand j'ai quitté la région parisienne pour la cambrousse, j'ai cru que j'étais devenu riche
  7. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Moi aussi j'ai été veilleur de nuit et animateur pour payer mes études, et les générations d'avant et d'après aussi. Cela ne veut rien dire en termes de génération. Justement, comme c'était trop facile d'y parvenir, on a instauré les concours, la sélection. Encore plus injuste d'ailleurs pour ceux qui avaient fait un DUT juste avant l'instauration des concours. J'en ai connu. Mais les concours c'est valable pour la totalité de la FP. Donc ce n'est pas la difficulté des concours qui crée la "passion". D'ailleurs en sortie de fac, combien tentent quasiment tous les concours, histoire d'augmenter leurs chances d'en décrocher un, et ne s'en cachent pas ? C'est pas parce que le permis poids lourd est difficile que j'ai envie de devenir camionneur. Le terme de génération ne veut pas dire grand-chose à l'échelle de 10 ou 20 ans, chacun se situant en termes d'ancienneté par rapport à ses collègues de travail. Moi je te parle d'il y a 35 ans et plus, ce qui a davantage de sens, car on pouvait faire AUSSI une carrière dans le privé plus facilement qu’aujourd’hui, vu le chômage très bas. Quand j'ai terminé mes etudes, l'ANPE n'était pas encore créée, c'est te dire...Le choix FP était donc d'abord un choix de vie et non une garantie de salaire. Du service public et non de la fonction publique. Ce n'est plus le cas aujourd'hui évidemment. Pas plus qu'il y a 10 ans, voire 20 ans. Ceci dit chacun juge ses motivations plus valables que celles de ses voisins, plus ou moins âgés, mais c'est un peu facile. Si l'on raisonne un peu, on sait très bien que dans un pays qui frôle les 10% de chômeurs depuis des années, la motivation principale de devenir fonctionnaire reste très forte, y compris pour les parents vis à vis de leurs enfants. Certes le terme n'a plus le prestige des années d'avant-guerre, mais la garantie de l'emploi devient prioritaire. On va au moins leur assurer un avenir, à nos chères têtes blondes. Ben tiens.... Le fameux Rapport Pêcheur de 2013 l'a prouvé (pour la France, car c'est faux pour les autres pays d'Europe qui ont soit supprimé le statut soit comptent 50% ou plus de contractuels: 43% en Belgique, 60% en Allemagne....) : le "modèle de fonction publique de carrière est majoritaire . Avec seulement 17% de contractuels, la France se compose d'une fonction publique "de carrière", c'est-à-dire de fonctionnaires statutaires embauchés à vie. La notion de sécurité de l'emploi dans la fonction publique est d'ailleurs une spécificité Française. En effet, les structures publiques doivent garantir un service et ne sont pas soumises aux aléas économiques pouvant entraîner des licenciements notamment en période de crise comme celle que nous traversons. Entre 1984 et 2002 ce sont seulement 55 agents publics qui ont été licenciés et tous pour insuffisance professionnelle. De quoi en rassurer certains. Et puis c'est motivant, non ? Bien évidemment c'est une généralisation et chacun trouvera facilement à se placer hors de cette tendance. Tout le monde est "atypique", bien entendu. Mais elle existe bel et bien, cette tendance. Pour rire un peu je vous conseille la lecture publicitaire de "10 bonnes raisons de devenir fonctionnaire" sur https://concours-fonction-publique.publidia.fr/guide-fonction-publique/devenir-fonctionnaire-bonnes-raisons. Et nous en avons la preuve sur ce forum, avec tous les fonctionnaires lettrés, diplômés et décrocheurs qui pourraient certes se reconvertir et travailler dans la librairie ou l'édition, voire d'autres secteurs de la communication et de l'information, mais préfèrent conserver leur statut, quitte à accepter n'importe quoi dans une bibliothèque. Et avec des salaires minables, on vient de le voir. Par contre dans les Ehpad ou les hôpitaux, personne pour se précipiter, c'est étrange que ce merveilleux sens du service public, cet amour des gens, ce bonheur de rendre service aux autres, cet altruisme, soient si orientés. Il y a 230 métiers dans la Territoriale, 200 dans l'Hospitalière. Alors un peu d'honnêteté face à l'évidence des chiffres. Assez d'hypocrisie. Il n'y a pas de honte à vouloir gagner sa croûte. Mais il y a de la honte à vouloir à tout prix faire croire que le doigt de la "Vocation" s'est posé sur soi. D'ailleurs tous les jurys le savent, de concours comme de recruteurs, et se marrent de voir les candidats tenter de se vendre au mieux, quitte parfois à friser le ridicule ! Chacun prêche pour sa paroisse et voit midi au seuil de sa petite porte, c'est bien connu. Quand 50 ou 60% de la profession sera passée en CDI, et le reste, c'est à dire vous qui parlez aujourd'hui, aura "le regard désespérément tourné vers leur retraite", alors seulement on fera le bilan en termes de "génération". Et on aura sans doute des surprises. Des bonnes. Car la motivation aura repris le dessus sur la peur du vide et l'attrait sécuritaire.
  8. Vasistas

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Bonjour, Plusieurs expériences en catégorie B. 1. Bibliothèque municipale . Encadrement d'un agent + équipe de bénévoles . Rapport public/administratif de 60/40. 2. Médiathèque intercommunale. Encadrement de 2 agents. Rapport public/administratif de 50/50 . J'ai trouvé que ça n’était pas suffisant pour le développement des projets, la création ou la consolidation des partenariats,l'accompagnement de l'équipe , les collections ... . Le suivi des projets et actions était partagé entre les 2 cat. C et moi, la gestion des collections aussi, par contre je ne faisais pas d'équipement. 3.Service culture d'une interco . Coordination d'un réseau + programmation culturelle . Pas d'encadrement. Pas de contact direct avec le public des médiathèques. Les "publics" que j’accueille au bureau sont les bibliothécaires, les artistes, les associations, les partenaires institutionnels. Je suis en direct avec le public qui vient aux spectacles, ou autres actions culturelles que j'organise. Quand j'étais à mon premier poste, je ne me voyais pas du tout quitter la banque d’accueil. Comme quoi ! Je ne peux que t'encourager à passer un concours B. V.
  9. Tout est dans le titre... Jusqu'ici je n'avais pas voté par flemme et parce que je ne savais pas pour qui voter... Je ne saisis pas les nuances entre les syndicats (et en plus j'ai tendance à confondre les sigles ), j'ai l'impression que beaucoup disent la même chose. Soit ils affichent des beaux principes que n'importe qui approuverait, soit ils parlent de points très précis que je ne comprends pas (ou je m'en fous?). Mes collègues syndicalistes défendent tous leur propre bout de gras quand je leur pose la question, normal. Bref je n'ai aucune idée de comment me renseigner pour voter au mieux...
  10. Pigranelle

    Emploi du temps d'un bibliothécaire d'Etat

    Si tu cherches à rester sur Paris c'est toujours plus simple que si tu cherches à aller dans une ville de province en particulier (sauf si tu viens de Valenciennes, auquel cas tu trouveras forcément un poste ). Il y a assez souvent des postes en région parisienne, ensuite tout dépend de ton classement au concours et de la façon dont tu arriveras à te vendre auprès des directeurs de BU. Les rapprochements de conjoint et autres considérations familiales n'interviennent que pour les mutations, pas pour la première affectation. En tout cas si tu es B ou C tu peux être assurée d'avoir un poste en région parisienne, pour les A je ne sais pas mais j'ai l'impression qu'il y a aussi souvent des postes là-bas. Après pour les horaires tout dépend de la structure sur laquelle tu tombes... Chez nous à quelques exceptions près tout le monde fait deux fermetures à 19h par semaine (donc termine à 19h15), deux ouvertures à 8h30 (donc arrivée à 8h15) par semaine, et un samedi par mois. Nous sommes à 38h par semaine pour un temps plein en "semaines hautes" et 36h en "semaines basses" (périodes de vacances universitaires).
  11. Blandine

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    oui, je le vois comme ça aussi ... On est bibliothécaire de + en + par choix ? (et j'ai eu mon diplôme il y a quand même 10 ans ...)
  12. Blandine

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Je rejoins @olivierH sur ce point, il y a une certaine diabolisation des grosses bibliothèques sur le forum je trouve et ce n'est pas toujours évident ... déjà pour moi il y a les grosses bibliothèques qui ont de l'argent et les autres (si on veut vraiment tous nous mettre dos contre dos ! ...)et puis même, on fait le même métier ! Si vous pensez qu'on gère les gens comme à l'usine, il faudra revenir voir de vos propres yeux parce que je ne le vois pas du tout comme ça personnellement ! Des habitués, on en a aussi, qui viennent tous les jours ou toutes les 3 semaines et on se reconnaît, on peut discuter ... la notion d'accueil, elle peut tout à fait avoir aussi de la valeur dans une grosse bibliothèque ...
  13. Blandine

    Courrier pour documents non rendus et à rembourser

    Nous on est en train de revoir notre procédure parce que nous transmettons un certain nombre de dossiers à la trésorerie et la direction des affaires financières tique sur le nombre d'annulation de titre de recette que nous leur transmettons ... Du coup, j'ai eu l'occasion de faire quelques stats sur notre procédure et son efficacité et je suis en train de revoir notre démarche pour l'améliorer et de la reformaliser ... Globalement, on constate que notre procédure nous permet de revoir environ 60% des documents pendant notre procédure interne et ensuite, on récupère 20 % des documents qu'on a transmis à la trésorerie (il y a aussi les personnes qui remboursent à la trésorerie et ce montant apparaît dans nos recettes globales de fonctionnement mais ça, je ne l'ai pas comptabilisé), certaines personnes sont dans chaque listing, 3 fois par an et on a un fort pourcentage de personnes en 3ème rappel dont les adresses sont en fait mal renseignées donc qui n'ont pas reçu les rappels normaux ... Les prêts sont pour 3 semaines, renouvelables 2 fois. Un rappel est envoyé après 7 jours de retard, un deuxième avec un ton un peu + ferme 14 jours après et le troisième rappel, avec menace de transmettre le dossier à la trésorerie est envoyé 7 jours après. Un message apparait sur la carte des emprunteurs en retard et ils ne peuvent rien emprunter tant qu’ils n’ont pas réglé la situation. A partir du rappel 2, une suspension de prêt est calculée proportionnellement au nombre de jours de retard, elle se met en place automatiquement au moment du retour des documents. 3 fois par an, nous faisions un listing des personnes en 3ème rappel à nous répartir entre bibliothèques. Les collègues appellent les personnes au téléphone pour les inciter à rendre leurs documents. Globalement, les personnes que nous arrivons à joindre rendent leurs documents à cette étape. Ensuite, si le total des documents dûs dépasse 20 €, on lance une procédure complète : envoi d’une 4ème lettre avec la liste des documents à rendre, le montant dû et l’annonce du transfert du dossier en trésorerie. Auparavant ce document était envoyé en recommandé mais nous envoyons maintenant en courrier normal. Puis élaboration d’un listing que l’on transmet à la Direction des affaires financières. Si les documents sont rendus, nous annulons leur dette et une annulation de titre de recette est transmise. Si le total des documents dûs ne dépasse pas 20 €, nous laissons un message sur la carte mais ne poursuivons pas la procédure. Dans les faits, il y a peu de chance pour que la personne rende finalement les documents sans relance de notre part. Du coup, pour améliorer tout ça : - on revoit la formation des collègues aux inscriptions, - on travaille sur une procédure avec un timing + long pour laisser + de temps aux gens pour rendre leurs documents avant transmission à la trésorerie - on augmente le seuil de transmission à la trésorerie (on était à 15€, on était passé à 20 et là, on arrive à 30 € ...) Nos nouveaux délais : (14 semaines au total) - 2 semaines pour la vérification (chercher les documents avant de lancer tout le schmilblik) - 2 semaines pour le tel (et on constate que les usagers que nous n’arrivons pas à joindre au tel sont souvent ceux dont la procédure va jusqu’à la trésorerie) - 2 semaines pour laisser le public rendre ses documents - 2 semaines pour l’envoi d'un 4ème courrier avec la mention du montant dû (prix neuf + forfait d'équipement et on a un prix de référence s'il n'est pas renseigné) - 2 semaines pour la mise à jour des cartes emprunteurs, de l’état des documents et l’élaboration du listing, - 4 semaines pour laisser le public rendre ses documents puis transmission à la trésorerie ... Chaque année, je supprime les emprunteurs qui sont en recouvrement depuis + de 4 ans ... (j'avoue ne pas m'être posée de question sur ce fameux 4 ans, je fais comme la personne avant moi ...) Et bien sûr, même si tout ça parait bien administratif, il y a une partie très humaine derrière, si une personne vient nous voir en nous expliquant avoir perdu un document, on cherche une solution avec elle, selon l'état du document, souvent à l'avantage de l'emprunteur qui devra racheter un poche au lieu de l'ouvrage en question, etc ...
  14. Blandine

    Outils de community management

    Désolée, pas de réponse pour moi non plus, on fait ça à l'ancienne ! (mais on est que sur FB donc ceci explique cela ... ?) Peut-être passer par des message privés via Facebook par exemple à certaines grosses bibliothèques type Louise Michel à Paris ou d'autres bibliothèques qui cumulent plusieurs présences sur les réseaux sociaux ... Les outils gratuits que vous utilisez actuellement sont utiles surtout si on a plusieurs plateformes différentes ou cela a un intérêt aussi pour un seul réseau social ?
  15. B. Majour

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Ce n'est pas l'enfer, c'est un choix. Et peut-on vraiment calculer sur le salaire net ? Ou plutôt sur "le salaire net" moins "les dépenses courantes". (loyer + frais de déplacement/vie courante par exemple) Suivant les grosses villes ou les petites villes, la différence est de taille. (Souvent d'un tiers) Comme le contact avec le public. On ne traite pas 2000 personnes par semaine, comme on traite 200 personnes sur le même temps. Les contraintes ne sont pas les mêmes, l'organisation non plus. Et si on veut retenir les agents, il vaut mieux les payer correctement. C'est moins le cas dans les petites structures, parce que les finances n'y sont pas. Pour ma part, la mutuelle n'est pas prise en charge du tout par l'employeur, pas de chèque déjeuner ni de participation de l'employeur pour en financer une partie. (Dans une boîte privée où j'ai bossé, c'était financé à plus d'un tiers de participation employeur. Sur quinze euros par jour, ce n'est pas négligeable en bout d'année. 5 euros sur 200+ jours de travail, pas dégueu. J'avais aussi une mutuelle entreprise avec des avantages évidents, puisque le contrat était groupé, et donc la mutuelle faisait un effort pour ne pas perdre 120 clients d'un coup. De petits avantages en petits avantages, on peut faire un mois de salaire de plus, sans en avoir l'air.) Si Epsy a envie un jour d'aller bosser dans une grande ville, elle a toujours cette possibilité. Par contre, c'est clair, quand on touche 2000 € net mensuel, descendre à 1300-1400, c'est plutôt un sacré frein. Qui va demander de bien y réfléchir.
  16. Pigranelle

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Ben je sais pas, j'ai eu mon diplôme il y a "seulement" six ans, alors vu que les trois quart de mes collègues ont le regard désespérément tourné vers leur retraite, oui je me considère comme étant de la "jeune génération". J'ai l'impression en tout cas que les gens de ma génération qui font ce métier ne le font pas pour les même raisons que les personnes plus âgés. Chez mes collègues je vois beaucoup de personnes qui sont arrivées là par hasard, pour la sécurité de l'emploi, par piston aussi (et je dis cela sans aucun jugement sur leur valeur professionnelle qui par ailleurs peut être excellente). Aujourd'hui les gens qui veulent travailler en bibliothèque, vu comme c'est pas facile d'y parvenir, ils ont souvent une réelle passion qui va au delà du "j'aime les livres", une envie de partage, une envie de transmission; parfois ils ont fait d'autres boulots plus ingrats avant: quand tu as été caissière, veilleur de nuits ou animatrice extra-scolaire pour payer tes études, le service public c'est autrement plus agréable.
  17. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Nous pareil, après la fusion de 4 intercos, il y avait tellement de différences que l'EPCI a pris la décision de passer la plupart des primes au plus haut. Par contre les petits cadeaux des petits élus locaux aux services techniques par exemple étaient tellement exagérés que certaines primes, hors normes donc illégales, ont été carrément supprimées ou fortement réduites et intégrées dans les primes normalisées. Idem pour des petits cadeaux "en nature" : supprimés. L'élu local sans DGS ni DRH avait tendance, situation que certains trouvent plutôt intéressante, notamment en zone rurale, à créer de toutes pièces certaines primes et avantages, que le personnel considérait ensuite comme acquis à vie. Là, il y a eu des déçus.... Naturellement tout s'est fait par filière. Et comme les "thèqueux" étaient mal servis partout, ils sont restés mal servis. Pour les NBI tout a été remis à plat et on s'est rendu compte que beaucoup y avaient droit et ne la touchaient pas et inversement. Moi j'ai obtenu la NBI accueil pour tous mes agents, sans intervention des syndicats. Les textes suffisaient. Mais rassurez-vous, l'égalité arrive tout doucement. Dès 2020 ou 2021 le point retraite unique arrive et la fin des retraites calculées sur les 6 dernier mois. Les thèqueux vont enfin être traités de façon égalitaire. Et les plus vieux seront servis en premier. Par contre on ignore qui fixera la valeur du point et sur quoi il sera indexé chaque année...mais c'est un détail.
  18. Louve

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Je suis passé par différents collectivités, plus ou moins opaques. Le fait de maintenir pour les anciens est une constante... Dernièrement j'ai demandé à ce que 2 agents de la bib (les derniers arrivés) puissent bénéficier de la NBI accueil car ils assurent effectivement plus de 50% d'accueil du public. Les syndicat étaient au courant mais refusaient de se battre car d'autres agents perçoivent cette prime sans correspondre aux critères... Et puis "c'est pour tout le monde pareil, aux services techniques, y' a une équipe où ils sont 4 et bin le p'tit jeune il l'a pas la prime, mais c'est tout, c'est comme ça" "Ou, oui, pour le même travail. Bin nous on est des anciens et on a pas eu la belle vie..." Alors tu sais Epsy, je suis devenu moins tolérante quand on me dit qu'on fait ce qu'on a pu. Et sinon pour les deux agents de mon service; ils ont eu leur NBI avec rétroactivité. Je suis passée outre les injonctions syndicales.
  19. Epsy

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    @Louve Je ne sais pas trop, a priori certains syndicats ont essayé de se battre pour que tous puissent les garder, mais ça n'aurait pas abouti... N'étant pas présente à ce moment-là, difficile de juger et les comparatifs entre les paies au sein d'une même organisation est toujours très compliqué, en France du moins. Epsy.
  20. Louve

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    ah... les anciens qui se battent pour leurs "privilèges acquis "en laissant de côté les p'tits nouveaux... Une grande habitude...
  21. Epsy

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    @Ferris je n'ai pas ma fiche de paie sous la main, de mémoire je dois être sur du 1327 et des centimes si on cherche à être précis. Dans les explications, je peux avancer plusieurs éléments : - pas de NBI, pas d'indemnité de résidence (c'est quoi ce truc ?), pas de supplément quelconque, une seule prime, peu élevée je ne sais plus le montant en revanche (pas tout à fait toute nue donc ) - j'ai l'immense chance de bénéficier de chèques-déjeuner, qui sont donc déduit de ma paie Sinon, je suis bien à plein temps : 37h, avec RTT. Impossible n'est pas français ;-) @olivierH avant la fusion avec création interco, il y avait beaucoup plus de primes, que les anciens ont gardés. Les nouveaux, évidemment, ne bénéficient plus de tout ça. C'était l'ancien temps... Epsy.
  22. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    @Epsy C'est étrange mais si on prend les grilles indiciaires, au pire, c'est à dire au premier échelon du grade d'assistant simple, indice majoré 339, tu serais à 1588.56 brut, soit 1296.55 net après passage au simulateur Morel (donc en gros les 1300 que tu annonces), sans prime, sans NBI, sans indemnité de residence, sans supplément familial de traitement, bref toute nue dans la rue (comme disait ma grand-mère à ma sœur quand elle ne travaillait pas bien à l'école : tu finiras toute nue dans la rue). Et ça me parait simplement pas possible. Tu es bien à plein temps ?
  23. Hier
  24. olivierH

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Gloups. Dans ma collectivité, un assistant à 10 ans de carriere est à 2000€ nets en gros. Mais c'est sûr, les grosses bibs, c'est l'enfer.
  25. Ferris

    Système de prévention

    Il n'y a pas de textes spécifiques bibliothèques pour les travailleurs isolés (10% de la population). Les Dispositifs d’Alarme pour Travailleur Isolé (DATI) sont préconisés mais reconnus comme insuffisants (puisqu'il faut quelqu'un en veille au bout du système) La dotation d’un DATI à un travailleur isolé est une mesure préventive insuffisante si elle n’est pas accompagnée d’une permanence à l’écoute ayant une procédure rapide et compétente en cas d'alerte DATI, des consignes d’intervention efficaces (moyens, plan d’évacuation, ...). Ces systèmes, qui permettent la détection de l‘état physique du travailleur et sa localisation, sont constitués au minimum par un émetteur porté par le travailleur isolé et un récepteur placé dans l’entreprise, pour recevoir l‘alarme à un poste de surveillance et la transmettre aux secours. Il existe de nombreux modèles, allant d’un dispositif très simple (bracelet électronique) disposant uniquement d’un bouton sur le boîtier donnant l’alerte par pression à une plateforme, mais il existe aussi des dispositifs qui permettent d’échanger avec la plateforme en cas d’alerte, avec des capteurs détectant la perte de verticalité (chute du travailleur) ou de mouvement (perte de conscience du travailleur) et qui sont de plus dotés de balise GPS permettant ainsi une géo-localisation. A mon avis cette derniere solution est la meilleure mais coûtera à la commune puisqu'il faudra passer un contrat avec une plateforme. Une idée des prestations : https://doomap.fr/comparatif-solutions-pti-dati.html?gclid=EAIaIQobChMIutTyjPHY3gIVFobVCh38fwe2EAAYAyAAEgKeMPD_BwE Tu as les textes legaux complets sur : http://www.officiel-prevention.com/protections-individuelles/dati-travailleur-isole/detail_dossier_CHSCT.php?rub=91&ssrub=202&dossid=265 Et http://www.inrs.fr/risques/travail-isole/ce-qu-il-faut-retenir.html , ou l'on retrouve cette mise en garde : Les mesures de prévention mises en place par l’employeur ne doivent en aucune manière se limiter à l’amélioration des capacités d’alarme comme par exemple la mise en œuvre de dispositifs d’alarme pour travailleur isolé ou DATI. Tu as déja de la chance d'avoir une hiérarchie qui considère sérieusement le problème. La plupart du temps, la question est totalement sous-estimée, l'effort portant essentiellement sur les agents des services techniques. De toutes façons si tu es attaquée ou victime d'un malaise, ton employeur pourra être inquiété si aucune mesure n'a été prise. Il convient donc de signaler par ecrit ton problème au CHSCT (tant qu'ils existent encore car leur suppression est annoncée) et aux Ressources humaines, de façon à ce que cela soit inscrit quelque part. Ne pas hésiter à le mentionner dans ton entretien d'évaluation, puisque c'est la saison, au chapitre conditions de travail. D'autant que cette situation d'isolement peut de toutes façons générer un stress permanent préjudiciable à ta santé. En parler aussi lors de ta visite à la médecine du travail qui doit mettre en place une surveillance médicale particulière à l'égard des agents occupant des postes exposés à des risques particuliers pour leur santé ou leur sécurité . En l'occurrence pour cette situation d'isolement il s'agit des RPS (risques psycho-sociaux).
  26. Ferris

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    A lire néanmoins : La bibliothèque, un monde de femmes, Déterminations et conséquences sur la segmentation des publics jeunes dans les bibliothèques. https://www.cairn.info/revue-reseaux-2011-4-page-133.htm La relation entre les professionnels de la bibliothèque et le public est un facteur déterminant dans la segmentation des publics de lecteurs et d’usagers. Le métier et le monde de la bibliothèque se sont construits sur le présupposé féminin de la disponibilité envers autrui et de la maternité : les témoignages recueillis à travers le monde entre 1993 et 2002 par la commission des « Women’s issues » de l’International Federation of Librarians Associations (IFLA) en 2003 associent de manière quasi universelle métier de bibliothécaire et fonctions maternelles. En France, qualités humaines et sens social caractérisent le vécu et la perception du métier chez les professionnelles de la bibliothèque (ABF-GIF-BPI, 1998 ; Forlani, 2010). La prégnance de ces valeurs a été et reste largement favorisée par la composition largement féminine du personnel . Les femmes représentent 86 % des agents de rang A (conservateurs,....) La présence et la prégnance des femmes (du choix des titres jusqu’aux missions fixées à la lecture publique en passant par les injonctions réitérées au silence et à une certaine tenue) finissent par façonner les espaces, les attentes réciproques, jusqu’à une certaine vision de la lecture. Le constat d’une relation quasi métonymique entre l’objet et la personne qui le porte (le livre et la bibliothécaire) a fait l’objet de quelques recherches nord-américaines mettant en évidence la dimension incarnée du livre dans une figure de femme lettrée et pédagogue, plus surveillante que bienveillante. Son attitude est ressentie comme hypercritique envers les jeunes, en général, et peut déclencher un effet d’anxiété sur les garçons, en particulier (Jiao et Onwuegbuzie, 1997). Si ces interactions ne sont pas conscientes ou voulues, elles jouent néanmoins un rôle central pour décourager et éloigner les adolescents garçons, en érigeant des barrières institutionnelles et symboliques.
  27. Louve

    Catégorie B : quelles responsabilités ?

    Je sais bien. A l'époque où j'étais chef de projet, une nana m'a demandé benoîtement si "un chef de projet ça avait des enfants". Quand j'ai répondu que mes collègues avaient des enfants, elle m'a répondu "non mais je parle des femmes"... Et une autre fois alors que j'étais avec le technicien pour une démo pour un appel d'offres, on s'est adressé à lui... Raté!
  1. Charger plus d’activité
×