Jump to content

Toute l'activité

Showing all content posted in for the last 365 days.

This stream auto-updates     

  1. Today
  2. Ferris

    Fond policier

    J'ai rarement vu un ado séjourneur se lancer dans la lecture d'un roman. Une bd, la presse etc...oui, mais un roman non. Ceci dit, si l'on crée ici ou là dans certaines bibliothèques des espaces "young adults" comme tu dis, c'est un choix (espaces déclinés par public-cible) qu'il faut assumer correctement jusqu'au bout. Donc ne pas y mettre les romans "transition" dont tu parles serait dommage. La découverte visuelle est un début. La lecture sur place n'est qu'une option. Apres le fond du problème de ces espaces par tranche d'âge c'est le côté exclusif et cloisonné qu'ils créent. Je ne suis pas persuadé que renforcer les ados dans l'idée qu'ils ne sont pas comme les autres et qu'il faut faire des trucs "exprès pour eux" soit forcement une bonne idée. On a déja pas mal debattu de ça sur le forum. Chacun ses choix et son public. L'important c'est ensuite de rester cohérent. Pareil pour le fonds polar. Si le fonds est suffisant, l'individualiser est tout de même la pratique la plus utilisée. Et puis le polar a cette particularité, par rapport à d'autres genre, enfin c'est ce que j'ai remarqué sur mes publics, c'est de créer une vraie scission. Beaucoup de gens "ne supportent pas" le polar. Et pour d'autres, lecteurs "mono-genre", c'est le seul genre qu'ils lisent. L'amateur de polars est assez exclusif en général. Le lecteur mono-genre terroir, roman historique, sentimental etc...reste globalement plus ouvert. Donc créer un espace à part parait assez en corrélation avec ce découpage des publics à la frontière assez peu poreuse finalement. Bon pour la SF/Fantasy, la scission est évidemment encore plus nette. Mais les fonds plus maigres aussi. Et plus éphémères et sujets aux effets de mode. Personnellement j'ai regroupé la SF dite "ados" et "adultes". Il y a quelques années la tentation de faire de la fantasy un genre ado a été forte, tant chez les bibliothécaire que chez les éditeurs (la bonne aubaine, pour les editions Bragelonne par exemple...) et les libraires, et les séries télé ont aussi joué leur rôle. mais cette époque est révolue ou en passe de l'être. L'époque ou Divergente, Hunger Games, Le Labyrinthe, la Cinquieme vague et l'inévitable sérieTwilight règnaient en maîtres sur nos rayonnages SF est terminée. Chez nous ça ne sort plus du tout. C'est un peu comme le polar scandinave. Une veritable dictature. On peut dire qu'on en a bouffé et fait bouffer. Mais ça s'est calmé. Un Läckberg, un Nesbo, un Indridason et basta la messe est dite.
  3. Epsy

    Type imprimante à codes-barres

    Une imprimante spécifique aux codes-barres ? Peut-être une partie des réponses par là : Epsy.
  4. Epsy

    exposition sur paris

    C'est marrant, j'avais compris la question autrement : une exposition qui parle de Paris, et non "à Paris" Mais ce n'est pas très clair Epsy.
  5. Ferris

    Comment protéger du vol

    Ne cherche pas trop a créer un argumentaire basé sur les portiques antivol (RFID ou autres). Cela fait longtemps que les petits malins ont contourné le problème. https://www.actualitte.com/article/monde-edition/vols-en-bibliotheques-il-existe-des-moyens-de-contournement-des-systemes-antivol/59128 Impressionnant, non, et ça ne date que de 2015. Depuis on fait mieux.... Evidemment on peut toujours améliorer le systeme, mais comme ils le disent la fin : "Mais cela génère bien entendu des coûts supplémentaires pour l’établissement, il faudra donc calculer le ratio entre le préjudice subi et le coût de cette sécurité supplémentaire. » On retombera toujours dans cette problematique de ratio....
  6. Yesterday
  7. Je ne peux que me répéter par rapport a ce qui a été dit plus haut, qui me semble déja très complet. C'est l'argument économique qui a porté le plus (Le temps de travail par agent gagné par rapport à l'ancien système : 3 relances + perception d'argent, régie etc....). Il convient d'avoir de bonnes statistiques pour argumenter de ce côté là. Toutefois les élus ont souhaité maintenir un aspect punitif. Aujourd'hui, à l'usage, nous faisons un constat très mititigé : il n'en va pas de même pour une centrale située en centre-ville, à 15 mn à pied de tout point (ville en rond) et equipée d'une boite de retours et pour les structures plus lointaines récupérant une population qui vient majoritairement en voiture (excepté les lecteurs de la ville siège) : il nous parait aujourd'hui impensable de dire à une personne qui vient de faire 6 ou 10 km pour ramener ses livres en retard : vous ne pourrez pas en emprunter aujourd'hui ni pendant les 6 jours suivants (si elle a 6 jours de retard). Tu parles d'inégalité de traitement : pour nous elle se situé là, dans un réseau rural où les distances sont importantes. Elles pénalisent aussi certains enfants dont l'éloignement ne permet pas à leurs parents de les amener souvent à la Bib. Alors si, en plus c'est pour s'entendre dire qu'on repartira les mains vides.... Par contre de là à dire que "que c'est plus un obstacle au retour des documents", je n'irais pas jusque là. Car il faut voir la suite du processus : le lecteur reçoit une lettre unique de relance (donc son prêt ne peut plus être repoussé), lui indiquant aussi que s"'il ne rend pas ses ouvrages (délai 17 jours), c'est la mise en recouvrement, à 35 euros le document (forfait). Et a partir de ce delai nous ne pouvons plus intervenir. Il a donc tout intérêt à rapporter ses ouvrages. Et nous aussi ! Et nous faisons tout pour éviter le recouvrement. Tu as eu un topic la-dessus tout recemment : https://www.agorabib.fr/topic/3631-remboursement-dun-livre-abîmé / et un plus ancien (epoque où nous avions plusieurs relances et pas de pénalité) https://www.agorabib.fr/topic/2111-courrier-pour-documents-non-rendus-et-à-rembourser/ Je ne pense pas qu'il y ait lieu d'utiliser ton " (toi je t'aime bien, toi tu es pas gentil...). Nous parlons éventuellement de lectorats différemment dotés (kilomètres, voiture ou non etc..) pas de situations individuelles et encore moins de copinage !. Néanmoins il faudrait préalablement différencier les publics. C'est une problematique typique d'un réseau rural. Nous ne l'avons pas résolu, le "pouvoir central" (urbain) mettant tout le monde sur le même pied. Personnellement, je force le prêt de façon à ce que le lecteur distant et voituré puisse repartir avec des ouvrages, et donc soit traité avec équité par rapport au lecteur urbain qui est un 5 ou 10 mn à pied de sa bibliothèque. L'équité n'est pas l'égalité. L'égalité c'est dans ce cas l'uniformisation. L'équité c'est tenir compte des situations de publics différents. Et j'ai une collègue d'un village isolé qui en fait autant. Je suis quasi persuadé que tout le monde le sait dans le réseau, mais que tout le monde ferme les yeux, étant donné qu'aucune solution de "règlement différencié" n'est envisageable. Un détail : nous parlons bien de situations ou le droit à la prolongation (sauf ouvrage réservé) a déja été utilisé (il est possible par téléphone et internet et est de 15 jours.) Ce droit ne peut s'exercer que tant que la relance n'est pas partie. Une astuce consiste à passer le document en retour et à le re-prêter à la même personne, qui du coup repart avec un nouveau prêt d'un mois tout neuf. Pas besoin d'avoir le document ni la personne devant soi. Un copié/collé du CB sur "retour" et c'est bon. On n'est pas là pour faire chier le monde. Mais une fois qu'on a dit ça, et qu'on se sent bien vertueux, il faut bien passer à l'action, non ?
  8. CharlesB

    Goodies médiathèque

    Nous avons un temps songé à offrir un sac en tissu ou un cabas mais nous avons vite pensé aux jours de pluie durant lesquels il faut très (trop) régulièrement essuyer les documents au retour... Nous avons donc pour l'instant un sac en plastique réutilisable (je sais, ce n'est pas bien mais fort utile) tant que c'est possible jusqu'au moment où...
  9. Manumericus

    PNB et livres audio

    Bonjour, Pour info, Dilicom a annoncé ce matin que "Les livres audio [seront] bientôt dans PNB". Voici le lien pour en savoir plus : http://pretnumeriqueenbibliotheque.fr/les-livres-audio-bientot-dans-pnb/ L'idée ne paraît pas mauvaise mais je m'inquiète de la mention : On en revient aux problèmes du streaming : il faut rester connecté la consommation de data pour les utilisateurs de 4G la qualité de la connexion Est-ce que quelqu'un est tenté par l'aventure ? Bien cordialement,
  10. J'ai été accepté !
  11. Last week
  12. Bonjour, Je teste Bibliostratus sur nos données d'autorité, en MARC21. J'ai testé la conversion du xml vers un fichier tsv, mais seul l'identifiant système est reconnu (champs 001 de la notice MARC21). Il s'agit peut-être d'un problème de mapping. Serait-il possible de consulter le tableau de mapping, pour vérifier ? Meilleures salutations, Michael Hertig, Lausanne (Suisse)
  13. Ferris

    Formation discothécaire

    Chacun joue un peu comme il l'entend. Le flou de l'ENSSIB la-dessus est révélateur. Personnellement j'ai regroupé avec la fiction dans un premier temps, considérant qu'il ne s'agissait que d'une question de support (apres tout mes romans lus et mes DVD théatre par exemple sont en espace fiction adulte et comptés en fiction). Puis après avoir constaté que mes taux de rotation fiction étaient bouffés par le déficit de sortie des CD, je les ai mis à part au niveau statistique. Puis on a revu tout le système et on a fait un espace musique comportant les livres, les revues et des DVD, donc pour le coup "tous supports" mais avec un mélange fiction/doc qui n'était pas très logique, mais la mauvaise frequentation du lieu a fait que ces supports ne sont quasiment plus sortis du tout. Puis, après constat, on a redescendu les livres en secteur documentaire, on a supprimé quelques revues et on a laissé les DVD (concerts live etc...). En fait on a cherché toutes les façons possibles de rendre le lieu plus attractif (quelques animations, présentation d'un genre musical, notamment une soirée country dont je garde un bon souvenir ) mais le déficit d'image et de fréquentation de la discotheque était déja trop important pour pouvoir remonter la pente. Le changement d'espace était impossible (discotheque à l'étage). Bref on n'a jamais trouvé de solution correcte. Aujourd'hui c'est un secteur compté "a part" et boudé par le public et dont le budget global a été assez diminué. La présentation statistique est également présentée à part. Je ne pense pas qu'il aurait été utile de les mettre (physiquement) en espaces fiction ou documentaire. L'idéal aurait été de le positionner au rez de chaussée, proches de l'entrée. Mais tout dépend de la situation de départ : un certain public (pre-ados, ados) a déserté ce lieu assez vite et nous n'avons jamais pu remonter la pente. Son taux de rotation actuel est de 0.5, pour environ 7000 CD. Il est physiquement et statistiquement à part. D'un autre côté ce chiffre est stable apparemment. Mais j'ai des collègues qui ont été plus loin et on carrément cessé les acquisitions, se contentant de l'offre BDP par exemple. D'autres ont recupéré une partie de l'espace pour le numérique. Bref le constat général chez nous, en zone rurale, est mauvais. Même le Musibus de la BDP ne passe plus qu'une fois par an. La discothèque a ses propres méthodes de désherbage, ne pouvant se comparer aux autres secteurs, avec peu de pilon et beaucoup de mise en réserve. Les petites annexes gérées par des benevoles n'en veulent même pas. Un livre "sur la musique" sort davantage qu'un CD de musique. Il faut en tirer les conclusions. Mais tous les textes sur le désherbage convergent : en secteur documentaire, le taux de sorties n'est pas le critère majeur, c'est l'obsolescence. Si tu arrêtes d'acheter de la philo parce que ça ne sort pas, tu le feras vite pour d'autres domaines (en gros tout ce que Poissenot appelait la "culture froide") et ta bibliothèque finira avec un secteur documentaire bourré de "culture chaude" type cuisine, loisirs créatifs, medecines douces, guides divers etc...Et là, pour moi, ce n'est plus une bibliothèque.Mais j'ai pu remarquer que, suite aux baisses budgétaires, c'est déja ce qui se passe dans pas mal d'endroits : on achète "utile." Et cette dérive utilitariste, à terme , c'est la mort des bibliothèques.
  14. Non je suis bien en territoriale. J'ai réussi les 2 concours de bibliothécaire la même année et j'ai choisi la territoriale. (En général c'est plutôt le contraire mais j'ai clairement un profil lecture publique).
  15. B. Majour

    Livres audio en V.O.

    Bonjour Florek Rechercher audiobook Soit sur Youtube ou sur amazon amazon.com amazon.de amazon.es etc. Et tu trouveras le nom des éditeurs qui sont associés aux audiobooks. Exemple vite fait sur Amazon.es https://www.amazon.es/Historia-Segunda-Mundial-Narraci%C3%B3n-Castellano/dp/1721366997/ te renvoie vers audiolibro En recherchant audiolibro audiobooks sur un moteur de recherche, on arrive ici https://audiolibro.audio/ Qui renvoie ici quand on cherche à acheter le titre : Breve Historia de la Segunda Guerra Mundial (Narración En Castellano) https://librosaudio.com/post/2017/12/descargar-audiolibro-segunda-guerra-mundial-10-historias-apasionantes-de-laureano-clavero-ano-2017.php Tu obtiens alors l'éditeur Editorial: EDICIONES OBLICUAS https://librosaudio.com/categoria/editorial/ediciones-oblicuas/pagina-1.php Avec un autre titre de la page, https://audiosliteratura.com/post/2016/6/descargar-audiolibro-enciende-una-vela-de-maeve-binchy-ano-2016.php on trouve un autre éditeur Editorial: DEBOLSILLO https://audiosliteratura.com/categoria/editorial/debolsillo/pagina-1.php Si tu veux acheter un titre en France, tu reviens sur Amazon.fr et tu regardes s'il est disponible en copiant-collant le titre espagnol. Maintenant, à voir si tu peux l'acheter directement par ton libraire favori. Bonne écoute en V.O.
  16. Zénodotos

    Décloisonner les collections

    Le stage a commencé. Ouf, premier soulagement, je ne m'occupe que de refaire un plan de classement (hum, "que"...). Quelque part, je n'aurai pas trop à me prendre la tête avec des questions comme "les romans policiers, à part ou pas?", même si je peux le préconiser. Ce sont sutout les documentaires que je dois réorganiser. Actuellement, ils sont classés en Dewey. La bibliothèque est située dans le même bâtiment qu'une salle de spectacle et un cinéma, il y a un espace exposition dedans, un espace musique, et les livres d'art sortent beaucoup : a priori, un pôle Arts avec la musique, le cinéma et les livres d'art (pourquoi pas la poésie et les textes de théâtre?) devrait pouvoir trôner dans la médiathèque. Finalement, une fois la tâche commencée, il apparaît que j'ai nettement plus de ressources que ce que je croyais. Merci néanmoins pour votre aide !
  17. Bonjour, je me permets de vous signaler la mise en ligne de mon mémoire de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Damien Belvèze, et portant sur la protection de la vie privée des lecteurs par les bibliothécaires français. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/68902-la-protection-de-la-vie-privee-des-lecteurs-par-les-bibliothecaires-francais Je remercie encore les membres d'Agorabib pour avoir partagé leurs informations, leurs questionnements, et sans doute avoir répondu à l'enquête. Marion Chovet
  18. Ferris

    L'aprés concours Bibas 2019

    Les loyers medians du parc privé en grande couronne sont de 515/670 pour un studio ou 2 pieces, et en petite couronne 580/755. Pour les aides, attention au plafond de ressources . Pour une personne seule c'est 23 721 (bareme 2019). Mais le vrai problème ce sont les délais d'attribution, surtout pour les logements sociaux. l’aide à l’installation des personnels de l’État (AIP) va de 500 à 900. www.aip-fonctionpublique.fr.
  19. Earlier
  20. Quelques rappels : 1) La loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre, dite loi Lang est une loi instaurant un prix unique du livre en France. La loi limite la concurrence sur le prix de vente au public du livre afin de protéger la filière et de développer la lecture. À cette fin, un livre neuf vendu en France doit avoir un prix unique fixé par l'éditeur, qui doit être imprimé sur la couverture du livre. Toutefois le vendeur est autorisé à proposer une réduction allant jusqu'à 5 % du prix du livre. Et 9% pour les collectivités (hors livres scolaires, remise non plafonnée) 2) Tu es très probablement en marché. En principe, dans le Marché, la livraison est incluse et ne donne lieu à aucun surcoût. Donc regrouper les commandes, ce qui n'aurait un impact qu'en cas de livraison payante, n'a aucun intérêt. Tu ne peux pas passer un marché directement avec un éditeur, puisqu'il ne pourrait te fournir que les livres de sa propre maison d'édition et que cela fausserait les données de concurrence entre les opérateurs economiques. Et ton marché comporterait autant de lots que d'éditeurs ? () Le marché public doit être conclu avec un opérateur économique, quels que soient son statut juridique et son mode de financement, qui offre sur le marché la réalisation de travaux ou d’ouvrage, la fourniture de produits ou la prestation de services . Dès lors qu’il répond à cette définition, l’opérateur économique peut être public ou privé, il peut prendre la forme d’une société, d’une succursale, d’une filiale, d’une association, d’une société coopérative, d’une université, etc. Lorsqu’un organisme public se porte candidat à un marché public, son offre ne doit pas fausser les conditions dans lesquelles s’exerce la concurrence avec d’autres entreprises, afin de respecter le principe d’égalité d’accès à la commande publique et le droit de la concurrence. Il doit donc être en mesure de justifier qu’il n’a pas, dans la formulation de son offre, répercuté un avantage découlant de son régime fiscal et social ou des financements publics qui lui sont attribués. (etc...) Bref en plafonnant à 9 % les rabais sur le prix public pour la vente de livres aux bibliothèques de prêt, il s'agissait justement de mettre un terme à la surenchère sur les rabais pour la vente de livres non scolaires aux collectivités, rabais qui pouvaient atteindre 28 %, voire 30 % dans les années 1990, (j'ai connu ça à 32% en passant par un grossiste) conduisant à une éviction croissante des librairies de ces marchés.Il s'agit de préserver l’accès des petites et moyennes librairies à la commande publique. Etc...lire le Vade Mecum http://www.syndicat-librairie.fr/images/documents/vade_mecum_achat_publics_de_livres_2018_1_.pdf. Pages 19 et 20 en particulier. Donc, à part acheter quelques bricoles chez un soldeur, ce qui ne te permettra jamais de renouveler ton fonds, ta question est sans objet.
  21. Ferris

    procédure d'achat

    Tu peux parfaitement partir sur un marché reconductible. Lorsqu’un acheteur ne veut pas s’engager d’emblée sur une durée trop longue, il peut recourir aux marchés reconductibles. Cette modalité lui permet d’apprécier la qualité des prestations, avant de poursuivre avec le même titulaire. Le marché reconductible suppose, sauf clause de variation des prix, une reconduction à l’identique du marché. Dans tous les cas, la procédure de passation doit être déterminée en tenant compte de la durée totale du marché, périodes de reconduction incluses. Les acheteurs doivent donc, lors de la publicité initiale, mentionner la durée totale du marché en incluant l’ensemble des reconductions prévues. Effectivement il faut donc que tu évalues ton besoin sur 4 ans (par exemple) dès le départ et que ce besoin ne change pas. Nous on est sur trois ans depuis un moment en MAPA et en hors marché pour les non imprimés. Article L2112-5 La durée du marché est définie en tenant compte de la nature des prestations et de la nécessité d’une remise en concurrence périodique, dans des conditions prévues par décret en Conseil d’Etat, sous réserve des dispositions du présent livre relatives à la durée maximale de certains marchés. Article R2112-4 Un marché peut prévoir une ou plusieurs reconductions à condition que ses caractéristiques restent inchangées et que la mise en concurrence ait été réalisée en prenant en compte sa durée totale. Sauf stipulation contraire, la reconduction prévue dans le marché est tacite et le titulaire ne peut s’y opposer. (Si tu passes un marché sans publicité ni mise en concurrence préalables, par contre, c'est limité à 3 ans.) Tu as tous les textes (parfois il faut sortir du Vade Mecum et aller taper plus haut) sur http://www.acheteurs-publics.com/marches-publics-encyclopedie/duree-du-marche et http://www.acheteurs-publics.com/marches-publics-encyclopedie/reconduction-des-marches Par contre son histoire de favoritisme me parait subjective. Dommage que l'ENSSIB, tout en donnant la possibilité de passer en hors marché pour les imprimés (base de 60 000 euros)se défausse sur les aspects CD et DVD (MAPA), et ne renvoie qu'à la DRAC. Il y a une question qui rejoint un peu la tienne (mais il s'agit d'u ne création de fonds) : https://www.enssib.fr/services-et-ressources/questions-reponses/acquisitions-en-bibliotheque-marches-publics Ceci dit ce n'est pas ton service compta qui est en cause mais le percepteur. Un changement de percepteur et parfois on doit revoir toutes nos procedures....j'ai connu ça. Ah, voir aussi un texte general avec mise à jour avril 2019 : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/daj/marches_publics/conseil_acheteurs/fiches-techniques/mise-en-oeuvre-procedure/livres-non-scolaires-2019.pdf
  22. Effectivement on te demande d'attester d'un fait, pas de l'interpréter. Tu n"as même pas à chercher "a l'aider". Si ta hierarchie ne s'y oppose pas, tu remplis le formulaire cerfa , à telecharger sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11307 et c'est bon. Tu attestes (je soussigné Frederique B, responsable de....) atteste que Mme Dupont et ses enfants sont inscrits à la bibliothèque (carte n°0021389 etc...) depuis telle date, et à jour de leur cotisation pour l'année en cours, qu'elle y passe avec ses enfants de façon regulière (si tu peux sortir une stat approximatve type toutes les semaines ou tous les mois tu le dis, sinon t conserves une formule neutre) et c'est suffisant.
  23. Merci à toi Ferris pour tous ces renseignements! Juste, petite précision, je suis 7° sur LC, pas 11°. Mais ça ne change pas le fait que je suis la dernière Il y avait normalement 9 postes offerts donc je ne sais pas trop ce que ça peut donner. Là, en regardant les témoignages sur les autres sujets du forum, ça me fait un peu peur de faire partie des personnes ayant eu le concours mais trop loin en LC pour avoir un poste. Je sais que les choses vont se décider dans les mois à venir mais j'ai hâte d'être fixée sur mon sort et les possibles ouvertures de postes. En tout cas je vous remercie beaucoup pour toute l'aide que vous m'avez donnée!!!
  24. Bonjour, Avant le RGPD, les bibliothèques devaient s'appuyer sur la norme simplifiée 009 pour la gestion des données des usagers. Elle prévoyait notamment que les données d'un usager devaient être supprimées en cas d'inactivité un an à compter de la date de retour du dernier prêt. Le RGPD a rendu caduques les normes simplifiées. La CNIL indique qu'elle envisage de les transformer en référentiel et invite à continuer à les utiliser comme cadre de référence. Bien cordialement, Thomas
  25. Pourquoi pas. On a remarqué que jusqu'au corps 16 inclus, et pour les editions Gabelire par exemple, il existait très peu de différence de lecture. Ce qui nous permet de n'acheter qu'un exemplaire. Qui pourra être placé indifféremment dans le secteur de notre choix. Par contre dès qu'on passe au corps 19 ou 20, c'est très fatiguant à lire pour un lecteur "normal" car il faut tout le temps aller à la ligne, chaque ligne comportant peu de mots. Là on tombe donc dans le problème de l'achat double que tu soulignes, ce qui, budgétairement parlant devient très lourd (compter une différence pouvant aller de 2 à 4 euros de plus, voire davantage pour un gros caractères). Le dernier Steel : 19.90 contre 21.50. C'est clair....Et 13.99 en fichier. Ce qui est certain c'est que le livre lu sur CD n'est absolument pas accepté par ces publics comme solution de remplacement. Pas plus que le chargement numérique sur tablette ou liseuse.
  26. Matinée professionnelle organisée par les associations des bibliothèques des départements du 92, 93 et 94 et l'ADAC Ile-de-France, avec le soutien de l'ABF Ile-de-France Voir l'article complet
  27. Babarette

    Valoriser un parcours enseignant

    J'exhume ce sujet que j'avais initié pour demander un conseil. Dans la ville où j'aimerais le plus travailler (même si je suis mobile), deux postes se libèrent dans une bibliothèque. A votre avis, candidater à la fois pour le poste A et pour le poste A2, est-ce pertinent? Les deux se rejoignent fortement dans les missions, il s'agit d'être responsable d'un secteur. Pour ma part, peu m'importe d'avoir en charge les documentaires ou autre chose. Mais est-ce une bonne idée d'envoyer ce message à la bibliothèque qui recrute? Certes, les collections ne sont pas la seule chose qui définisse un poste, mais faut-il le dire à la bibliothèque? Il faut quand même personnaliser la lettre de motivation. Je vais parler du territoire, plus particulièrement de la bibliothèque, mais n'est-ce pas opportuniste? En même temps, un recruteur est quand même assez intelligent pour comprendre que je préfère être responsable de n'importe quelle collection dans ma ville que responsable du fonds documentaire à tout prix, même au bout de la France. Donc en clair, ma question est: faut-il demander les deux postes ou seulement un? Quel est le cas qui sert le plus ma cause? Merci de vos réponses !
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...