Aller au contenu

Toute l'activité

Affichage de[s] tout le contenu posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Dernière heure
  2. Lerena

    Accueils de publics handicapés

    Je remonte un peu ce sujet, simplement pour vous donner un petit conseil : surtout, prenez le temps de vous adresser directement aux personnes que vous accueillez dans ce cadre. De les solliciter, de demander leur avis sur ce qu'ils prennent, de leur faire comprendre que vous estimez ce qu'ils disent et ce qu'ils veulent. Mon ancienne bibliothèque accueillait un groupe de l'IME du coin tous les mois et j'ai été effarée par la discrimination auxquels ces gamins devaient faire face. Le malaise qu'éprouvaient les bénévoles et mes collègues vis-à-vis de leur différence était très marqué et j'ai trop souvent remarqué qu'ils ne s'adressaient qu'à l'accompagnant, en ignorant l'adolescent. Mon souvenir le plus marquant est d'avoir été sollicitée par une bénévole en panique, alors que je faisais du travail en interne et qu'une autre collègue était là pour "superviser" tout ça. Elle me disait qu'elle "ne comprenait rien à ce qu'il voulait", qu'il "tapait sur l'ordinateur alors qu'il ne savait probablement même pas lire" et qu'elle ne savait pas quoi faire. J'arrive, je prends le temps de lui parler, lui demande de répéter si besoin parce qu'il avait un léger trouble du langage pour m'assurer que je le comprenne et ensemble, nous choisissons des CDs qui lui plaisent. Retournant dans mon bureau, j'entends l'accompagnant s'entretenir avec ma collègue sur mes "capacités à gérer cette situation" et s'extasier sur l'échange que j'ai eu avec cet ado. Alors que je n'ai rien fait d'exceptionnel. J'ai juste traité ce jeune comme n'importe lequel des jeunes que je recevais autrement dans ma bibliothèque. Toujours est-il que je suis un peu devenue la "référente" de la bibliothèque pour ces jeunes, jusqu'à avoir des jeunes filles venir me demander conseil pour des relations amoureuses. Croyez-moi, le simple fait de vous adresser à eux et de les considérer avec respect pourra tout changer. C'est l'essentiel et pourtant, certaines personnes ont tellement de difficulté à accomplir ça dans la vie de tous les jours...
  3. Bonjour, Actuellement bibliothécaire à mi-temps, j'ai été engagée au début du mois en tant que première professionnelle de la bibliothèque. Cette dernière, non informatisée, est en cours de déménagement dans un espace plus grand et je suis donc chargée des demandes de subvention pour la BDP, du désherbage, de la gestion de l'équipe de bénévoles, de l'informatisation (et non de la ré-informatisation) de la bibli, de l'achat des nouvelles collections etc. ... Ma BDP a prescrit une ouverture "au minimum" en Septembre, ce à quoi le maire a rétorqué "au maximum" avec un rire narquois. J'ai énormément de travail et je dois, de surcroît, conserver de l'énergie pour mon deuxième mi-temps, en Secrétariat. J'ai déjà accumulé 9 heures d'heures sup depuis le début de mois (que j'ai dépensé en partie samedi dernier) et je sais déjà que je dois prendre part à une réunion mardi soir prochain. J'ai reçu mon diagnostic d'autisme l'année dernière et j'ai reçu récemment ma RQTH, qui a une validité de trois ans. Ayant déjà fait face à de la discrimination déguisée qui m'a menée à la non-stagiairisation dans ma précédente bibliothèque, je suis très méfiante à l'idée de déclarer mon statut de personne handicapée et de demander des accommodations. Il est pourtant évident que je m'épuise physiquement et moralement et que je pourrais bien avoir besoin d'assistance, entre les innombrables coups de fil que je dois passer, les réunions et mon manque total d'expérience en gestion de bibliothèque (je n'étais que simple employée dans mes précédents contrats). D'un autre côté, c'est la première fois que j'ai la chance d'être directement stagiairisée dans la fonction publique et j'ai peur de ruiner cette chance en déclarant mon handicap. Je doute qu'ils me "virent" directement en raison de mon autisme, mais je sais qu'ils pourront recourir à de faux arguments, soi-disant "pour mon propre bien", "parce que je me fatigue trop", "que je serais mieux ailleurs" etc etc. ce que ma précédente structure avait faite pour justifier la non-stagiairisation. J'aimerais savoir si vous avez déjà été confronté à une situation similaire, en tant que personne handicapée ou collègue d'une personne handicapée. Si vous ou cette personne étaient ouvertement déclarés, est-ce que cela s'est bien passé ? Avez-vous été confronté à des discriminations quelconques ? Dans mon précédent contrat, ils ont changé mes horaires de permanence sans même me prévenir ou demander mon avis, en prétextant que c'était "pour mon bien", lorsqu'ils m'en ont parlé en annonçant qu'ils ne me gardaient pas. Ma chef ne cessait de policer mes gestes d'auto-stimulation, aussi discrets tentais-je de les faire, et était très exigeante envers moi en terme d'animations et de sociabilisation, bien plus qu'envers mes collègues neurotypiques. Dès qu'un lecteur avait une remarque à faire sur "l'amabilité des bibliothécaires", elle se tournait vers moi, comme si j'étais forcément la personne désignée par cette remarque (quand j'avais des usagers qui me demandaient spécifiquement pour leur conseiller des documents ou simplement discuter avec eux). Je ressentais constamment un mélange de pitié et de mépris à mon égard et je ne savais qu'en faire. De plus, elle m'a "outée" sans m'en parler auparavant, divulguant mon handicap à l'équipe de bénévoles. Je ne l'ai appris que bien plus tard, quand une bénévole m'a parlée de mes, et je cite, "particularités". Je crains que la situation ne se reproduise dans ma nouvelle structure, ce pourquoi je me montre très hésitante à faire part de ma RQTH. D'autant plus que des membres de ma famille travaillent au sein de la commune où j'officie et que je me doute qu'ils seraient probablement impactés si je venais à révéler tout ça. C'est un petit village où les rumeurs vont vite... Que faire ? Auriez-vous des conseils ou des témoignages à partager ? Merci d'avance.
  4. Hier
  5. Ferris

    Art. 227-1 du code pénal limitant les accueils Ados

    Pour être bien clair, il faut se souvenir que le règlement intérieur d’une bibliothèque a pour objet de codifier les rapports entre la bibliothèque et ses usagers.C’est un ensemble de règles et d’usages instituant un cadre précis et délimitant le licite et l’illicite. Et les sanctions qui vont avec. Et tout ça approuvé par arrêté municipal. Il ne faut donc pas oublier d'y mentionner certaines choses. Notamment le fait que tout mineur reste sous la responsabilité de ses parents, que ceux-ci soient présents ou pas. Ce point est fondamental. Cela inclut le choix de ses lectures, son attitude générale etc.... De même, en cas d'accès libre à internet, veiller à ce que les protections installées sur les postes soient suffisantes par exemple. Il y a des fonctionnaires dont c'est le rôle de veiller à ce que la Charte internet corresponde bien à la réalité. Si la bibliothèque est OK au niveau de ses prestations et de leur cohérence avec le réel, pas de problème. Si l'on reprend l'exemple du Centre Aéré, en matière de bibliothèque, nous sommes des prestataires de service, comme le centre équestre, le club nautique, la piscine et autres endroits où se rendent les enfants sous la responsabilité du directeur de l'ALSH. Tous ces prestataires ont des règlements intérieurs aussi. Et des normes de sécurité, d'encadrement etc...Comme nous, il y a identité totale. Le directeur de l'ALSH (qui est aussi géré par la municipalité, signalons-le au passage) n'a pas à intervenir au niveau des prestations offertes. MAIS il doit rester présent car les enfants restent sous sa responsabilité. Il ne la délègue pas, même provisoirement, à un tiers. Par ailleurs les tâches de "police" lui reviennent. Ce n'est pas le rôle du prestataire. Il y a donc intérêt dans ces cas précis à bien connaitre le règlement intérieur du prestataire et à préparer les enfants au lieu où ils vont se rendre. Idem pour un instit ou une assistante maternelle. Ces aspects sont en général mentionnés dans les conventions passés entre l'ALSH et les prestataires, nous compris. En cas d'accès libres d'enfants non encadrés, c'est la signature des parents qui fait foi : ils autorisent l'emprunt ou non, ils autorisent l'accès internet ou non, ils s'engagent à rembourser un document détérioré, etc... Je te donne la phrase clé du document que je fais signer actuellement lors d'une inscription : '(....) Je suis informé (e) qu'en signant une autorisation d'inscription de mon enfant mineur, je reste responsable de ses choix de lecture, des emprunts qu'il effectue et des actes qu'il commet au sein des bibliothèques du Réseau" (...) Je reconnais avoir pris connaissance de la Charte des utilisateurs d'internet des médiathèques et m'engage, pour moi et mon (mes) enfant (s), à en respecter les prescriptions . Date et signature. Naturellement tous ces points sont repris intégralement dans le Règlement intérieur. Simplement, pour les faire signer, on les a reportés sur la feuille d'inscription. Et là tu es protégée. Evidemment si tes escaliers sont branlants, ton DSI idiot, ta signalétique inexistante ou inappropriée etc...ça n'ira pas. Par contre je vois mal un Règlement intérieur interdisant ou limitant les accueil des ados. Un ado, ça n'existe pas en droit. Un mineur reste un mineur. Seule exception, chez nous l'accueil d'enfants de moins de 6 ans non accompagné est interdit, pour des raisons de sécurité. Si tu veux mettre en place un accueil de jeunes (par une extension de la convention avec l'ALSH, ce qui me effectivement semble la meilleure solution puisque c'est la Mairie qui gère les deux), ce n'est pas un problème, mais il faudra alors que quelqu'un de l'ALSH soit présent aux animations.
  6. Epsy

    Captation vidéo pendant spectacle : droit à l'image du public ?

    Tout à fait. Si le public est de dos et donc non identifiable, ça marche aussi ;-) Epsy.
  7. Tchouq

    Mettre les podcasts en valeur

    Ah oui et est-ce que vous faites des fantômes dans les livres audio ?
  8. La dernière semaine
  9. Sandra Motte

    Peut-on faire une attestation de témoin pour une lectrice en plein divorce ?

    Merci à tous, on a finalement sorti la liste des livres et le relevé des abonnements pour chaque personne. Bonne journée à tous.
  10. Bonjour, Lors du catalogage, notre SIGB ( Nanook), récupère les notices à partir du serveur Z39.50 de la BNF... dans le descriptif UNIMARC de ce qui est importé je retrouve la mention d'une adresse Ark . Dois- je en conclure que je n'ai pas besoin d'utiliser Bibliostratus ? Que faire dans le cas des notices non existantes au niveau du serveur Z39-50 et crées manuellement ? Merci
  11. Ferris

    Nombre de livres désherbés chaque année

    Non c'est normal. Moi je suis plutôt amoureux de mes lecteurs. Et quand je dois en supprimer un c'est vraiment un crève-cœur. Heureusement on supprime plus de livres que de lecteurs. D'un autre côté si on supprime trop de livres, on finira par supprimer plus de lecteurs aussi. C'est cornélien. En plus de vieux livres tiennent le coup longtemps. Alors que de vieux lecteurs finissent forcément par disparaitre sans prévenir. C'est démoralisant.
  12. Ferris

    argumentaire pour du numerique en médiathèque

    Epsy a raison. D'ailleurs notre rôle social est de plus en plus affirmé. Des organismes comme Pôle emploi et la CAF proposent des formations à des bibliothécaires. A lire par exemple un mariage bib/MSAP sur : http://mediatheque.seine-et-marne.fr/programmes-rencontres/la-coop Les DRAC poussent aussi vers cela. (...) le développement d’espaces mutualisés visant à renforcer l’accès aux services publics de proximité et de qualité. Pour rappel, l’objectif d’une Maison de Services Aux Publics (MSAP) est de déployer une politique culturelle forte dans les territoires ruraux, de favoriser le lien social, d’optimiser l’utilisation, le confort et l’accessibilité des espaces publics afin de permettre un accompagnement adapté et efficace.
  13. Le catalogage est sous le feu des projecteurs. Cataloguer, c’est produire des métadonnées, enjeu majeur du web et de la société de l’information. Nos établissements de lecture publique et de recherche créent, valorisent, diffusent ces données : c’est l’une de leurs fonctions essentielles. Mais comment faire pour que ces données soient identifiées, appropriées et partagées ? Partout en France, les établissements se questionnent et s’organisent pour donner à la valorisation de l’information toute la place qu’elle mérite. Pourquoi est-il nécessaire d’évoluer ? Que signifie, concrètement la transition bibliographique ? Comment la mettre en œuvre à l’échelle d’établissements d’envergure très variable ? Telle est l’ambition de cette journée d’étude : répondre à des professionnel.les, élu.es, directeur.rices de bibliothèques de lecture publique et universitaires, catalogueurs.euses, chargé.es de collection, administrateur.ices de SIGB. Une journée ouverte à toutes et tous, pour faire le point et approfondir les enjeux et la mise en œuvre de ce tournant majeur. La médiathèque François Mitterrand - Les Capucins à Brest accueillera pour la première fois le 4 avril 2019 tous les acteurs de la coopération nationale pour cette journée professionnelle organisée par le CFCB Bretagne Pays de la Loire, le CNFPT Bretagne, la bibliothèque départementale du Finistère et Livre et Lecture en Bretagne. Cette journée d'étude s'adresse à tout public intéressé par la transition bibliographique : administrateurs de SIGB, coordinateurs Sudoc, responsables de départements collections, gestionnaires de données bibliographiques, catalogueurs, confirmés ou débutants, directeurs d’établissements, élus ... Programme et inscriptions à la journée d'étude Elle s'accompagne d'ateliers sur l'outil d'alignement de données Bibliotratus. Détails, prérequis et inscription
  14. Alexandra CGzz

    Correspondance

    Bonjour! Je viens juste de lire ton post et j'aimerais savoir si tu as réussi à lancer ton projet de correspondance? On a un fort public jeune et ça pourrait m'intéresser. Je suis en médiathèque, près de Toulouse. Merci!
  15. Avant
  16. Mdgt

    Table numérique

    Bonjour Effectivement, je viens de le voir merci ! J'avais pourtant essayé de repérer les médiathèques mais je n'en ai trouvé que très peu ... et celle-la n'en faisait pas partie.
  17. Epsy

    achat d'applications

    Bonjour, Nous les achetons avec les cartes prépayées type Google Play, que vous trouvez notamment chez Carrefour ou dans des centres culturels (souvent assez importants). Epsy.
  18. Mdgt

    Quiz sur les bibliothèques

    Bonjour, Avec quels outils avez-vous créé ce quiz svp ?
  19. Merci ! En effet j'avais remarqué les diacritiques problématiques. Je suis en train d'aligner le fichier corrigé, il passe impeccablement. Je vais m'empresse de télécharger la version 1.25.
  20. Bonjour, Voici un autre article synthétique qui peut aider à être en conformité : Données personnelles en bibliothèque par la Bibliothèque départementale de gironde : http://biblio.gironde.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=6228:donnees-personnelles-en-bibliotheque&catid=21:juridique&Itemid=73
  21. patch

    PMB ou Koha?

    Bonjour, Choisir un SIGB open source est une très bonne idée, mais s'ils partagent leur modèle de licence, ils ont tous leurs particularités. Comme pour tout projet, je pense qu'une bonne analyse des besoins reste essentielle, analyse qui inclura les fonctionnalités bien sûr, mais aussi le besoin de service (gestion du serveur, support....) et tiendra compte des capacités internes (avez vous un service informatique?..) Les deux solutions que vous évoquez bénéficient de larges communautés d’utilisateurs: il est généralement facile de rendre visite à des collègues les utilisant pour avoir un retour d'expérience concret.
  22. Je suis d'accord avec les réponses qui ont été faites : tableur (Excel, si on peut), bases en html, css, suite Adobe si on peut aussi, mais tout le monde n'est pas graphiste, ne me demandez pas comment je le sais, retouche d'image. On vous a conseillé de vous former aux concepts généraux de l'informatique, et ça me semble excellent : réseaux, proxy, dépannage de base, connectiques. Sans être un expert, savoir de quoi on parle. Je rejoins les autres, les SIGB, il est bon d'en connaître un à fond en tant qu'utilisateur, mais les compétences en sont largement transférables. En entretien, il n'est pas forcément nécessaire de prouver toutes ces compétences par des diplômes, le simple fait de les mentionner suffit parfois à montrer aux recruteurs que vous voyez bien les problèmes qui peuvent se poser, et que vous êtes capable de faire les efforts/recherches nécessaires pour vous former. J'en ai déjà parlé ici, je crois, mais il y a quelque chose qu'on peut faire, qui ne coûte pas grand chose, et qui se révèle vraiment formateur, à un niveau professionnel : récupérer un vieux PC qu'on peut casser, 5 à 10 ans, y installer Linux, et configurer des serveurs dessus : Apache (web), Wordpress, mail, chat, en suivant des tutos disponibles sur le net. Voire un SIGB libre comme PMB, c'est assez faisable. Quand on a fait ça, on peut tranquillement envisager le dialogue avec les DSI dans le cadre d'une bibliothèque. (Me demandez pas comment je le sais).
  23. Louve

    Refuser des usagers

    @Ferris devoir d'obéissance, ok mais comme tu le rappelles très justement mis à part un ordre illégal. Et là, sur la question "des intentions dans la structure", c'est un poil limite tout de même. Je rappelle également que les agents assermentés ont le droit d'exiger la présentation d'une pièce d'identité. Si le règlement a été voté en conseil municipal tels que présenté, cela vaudrait le coup de s'adresser à un juriste expérimenté parce qu'à mon avis le contrôle de légalité devait être débordé pour laisser passer une telle aberration.
  24. Epsy

    Lecture jeunesse et adolescents : quelle médiation ?

    Bonjour, Vous pouvez peut-être contacter Lecture jeunesse, spécialisé dans ce type de réflexion. Epsy.
  25. MEDIADIX : Bibliothèques en chantier, du projet à la réalisation 20 au 23 mai 2019 La formation introduite par Odile Grandet (IGB) et Monique Becker (programmiste) se déroule sur une durée de quatre jours à Paris, dans les locaux de la bibliothèque de l'INHA, du Campus Condorcet et de la BULAC. Le programme du stage est axé sur la conduite de projets de construction, réhabilitation et aménagement en situation, tous les aspects cruciaux des travaux bibliothéconomiques propres au déménagement, regroupement et réorganisation sont aussi exposés concrètement à partir de ce qui se fait, s'est fait, dans les bibliothèques et lieux visités. Pour consulter le programme (pdf joint) et vous inscrire, cliquez sur le lien suivant : CRFCB.FR Médiadix - Contact pour tous renseignements informations : Adrienne Cazenobe PROGRAMME bibli en chantier 2019 ver 2.pdf
  26. Biarmelle

    Réparation DVD et CD

    Merci beaucoup pour vos réponses. C'est évident pour la question de la médiation. Les DVD posent parfois problème, non pas par défaut mais par manque d'habitudes auprès de certains usagers, alors les blu-ray... Je continue de plancher sur la question, à voir si nous décidons de mettre ou non cette nouvelle offre en circulation !
  27. Bonjour, je passe le bibas cn jeudi prochain y'a t-il quelqu'un qui le passe à Nantes pour faire du covoiturage?
  28. Créer, développer et gérer une collection audiovisuelle en bibliothèque du 08 avril 2019 au 11 avril 2019 à Médiadix (Saint Cloud) La formation conçue avec l'association Images en bibliothèques est ouverte aux inscriptions, j'attire votre attention car le stage se déroule au début avril (8 au 11), sur 4 jours, le programme dense se propose de balayer toutes les thématiques ayant trait aux collections de films documentaires et de fiction en bibliothèque (connaissance du domaine, outils d'acquisitions spécifiques, VOD, valorisation auprès des publics). Pour consulter le programme et vous inscrire, cliquez sur le lien suivant : MEDIADIX sur crfcb.fr - Contact pour tous renseignements informations : Adrienne Cazenobe
  29. Merci à tous pour vos réponses, je vais regarder plus en détails vos conseils et suggestions ! Passez une bonne journée.
  1. Charger plus d’activité
×