Aller au contenu
Sylvain

Ratio surface disponible/nombre de docs

Messages recommandés

Sylvain

Bonjour,


 


J'aimerais des retours d'expérience concernant le meilleur ratio entre la surface disponible et le nombre de documents proposés...


 


D'avance merci pour votre aide! :wink:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Giss

Ce n'est pas mon expérience qui va parler, mais j'ai justement relevé dans Le métier de bibliothécaire (p.320, Construire et aménager la bibliothèque) il y a quelques jours le chiffre de 30 à 40 documents par m².

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DahlGreen

Bonjour,


 


Pour ma part, je trouve que 11 000 documents dans 450m2 par exemple, c'est trop juste. Il faut aérer les collections, éviter les rayonnages à 1m70 voire pire 1m90 (ne pas avoir de tablettes trop basses ou trop hautes pour faciliter l'accessibilité), il faut avoir 1m20 entre les rayonnages d'espacement (conseillés pour la circulation des personnes handicapées, minimum 90 cm, et franchement c'est trop juste, même pour deux lecteurs qui se croisent). Il faut aussi prévoir des lieux de tapis, fauteuils, coussins, tables de travail,  pour que chacun puisse lire dans la posture de son choix. Sans parler d'un espace pour les animations et pour les postes informatiques digne de son nom (si c'est une construction de médiathèques et pas une réimplantation d'espace spécifique). Voire l'espace café ou jeux vidéo ou plus délirant encore...


 


Bref, si l'objectif c'est un espace accueillant, accessible et adapté aux handicapés, il faut de la marge, et bien plus que ce qui est conseillé dans les livres...


 


Un très bon bouquin sorti récemment, indispensable à toute personne qui gère un projet de construction : http://www.enssib.fr/breves/2011/03/23/porteurs-de-projets-publication-de-concevoir-et-construire-une-bibliotheque


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Amandine Jacquet

J'ai travaillé en bibliothèque départementale et généralement quand nous imaginons l'implantation d'une bibliothèque, voici les étapes :


1- définir le bassin de population (juste la commune ou la communauté de commune ou la commune + une ou deux autres communes à côté qui n'ont pas de bibliothèque ?)


2- en déduire le nombre d'habitants concernés


3- en déduire le nombre d'ouvrages : multiplier le nombre d'habitants par 3 si vous n'avez que des documents papiers et par 2 si vous avez aussi des CD et des DVD


4- en déduire le mobilier qu'il vous faudra (grace aux ratios nombre de documents par étagères, bacs, etc.)


5- faire votre implantation de mobilier.


6- avec un peu de chance, cela rentre dans votre nombre de m2 ! :D


 


En résumé, la bibliothèque n'a pas vocation à avoir un nombre d'ouvrages croissant de façon illimitée: elle doit avoir le juste volume en fonction de la population à desservir.


La démarche que j'ai décrite ci-dessus est bien sûr schématique. Ceci dit, j'ai des tableurs qui permettent de calculer tout cela Demandez-moi si cela correspond à votre besoin. Mais à la réflexion, j'ai l'impression que soit, vous avez un tout petit local, soit vous travaillez pour une bibliotheque qui n'est pas encore construite, voir même sans plans arrêtés... Ai-je raison ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
David Declercq

Je serais tenté de dire...ça dépend ! Tout dépend du projet de service !
Et de la pol doc qui en découle, basée sur un diagnostic de territoire plus ou moins fin...et donc des collections et services qui vont être mis en place, ou pas.
Il existe des moyennes basées sur la surface au public / nombre de documents (notamment grâce aux rapports annuels d'activité) mais cela ne peut pas être une règle ferme à suivre pour chacune de nos structures...et c'est ce qui fait aussi nos forces et nos faiblesses et que chaque structure a son identité et ses variantes...
On n'est pas plus avancé ma foi quant à ta question... :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Le chiffre de 30 à 40 documents par m2 est incompréhensible. A moins qu'on tienne compte des m2 totaux et qu'on en soustrait les espaces de circulation, tables, poufs etc... On peut aussi compter en mètres linéaires, notamment pour les blocs de 30 cm de profondeur en suivi collés aux murs par exemple. C'est ce que je fais pour les romans. (314 m linéaires pour 8000 ouvrages, soit 25 livres au m, donc des étagères très aérées : mais sur 1.80, donc trop hautes).Ca permet par exemple de raisonner par auteur quand on veut mettre un auteur en réserve : Simenon = 90 cm, Stephen King = 1.15 etc...)


 


Si je prends le secteur documentaire, avec des blocs d'étagères aux normes conseillées, à 35 documents par étagère (soit une marge libre de 25 à 30 cm), j'arrive à 350 documents pour un bloc double face de 10 tablettes. Pour une surface au sol de 0.70 m2 ! 


Les ratios seront évidement différents pour des bacs jeunesse (assez dévoreurs de place au sol) ou CD (1 bac CD peut contenir 450 CD sur 1m2.) Ensuite, bien sûr il faut y ajouter les surfaces de circulation (plutôt 1.40 actuellement qu'1,20) mais on n'est plus dans la capacité livres.


 


Les ratios définis par Amandine ne se conçoivent que par défaut, c'est à dire parce qu'il faut bien se donner des bases de calcul en phase de construction. Mais ensuite on a des éléments plus fiables, surtout s'ils sont stables : nombre de lecteurs actifs moyens sur 3 ou 5 ans, nombre d'emprunts par rapport aux différents fonds (taux de rotation) etc...


 


Ensuite à vous de voir si vous pouvez tenir les taux d'accroissement conseillés (7.5 %) après désherbage.


 


Sachant qu'en principe on ne désherbe pas pour gagner du m2 ou du linéaire, mais pour tenir compte de critères "scientifiques". En fait la majorité de nos collègues ne s'attaque sérieusement au désherbage que quand ils ont besoin de place, réaménagent ou préparent un déménagement. Parce que le taux d'accroissement se révèle toujours supérieur aux taux de désherbage pratiqué (pas conseillé : 10%, j'ai vu quelque part !), tout simplement.


 


Méfions nous des manuels et des normes bédépistes : leurs critères sont souvent excessifs et tentent d'englober trop de situations différentes. Exemple : J'ai 52 chauffeuses. Je peux en enlever la moitié, sous le prétexte qu'elle ne sont jamais toutes occupées en même temps. C'est une logique. Cela va me faire gagner x mètres carrés.


 


Mais le public ne raisonne pas comme ça. Il a une notion d'ensemble de ce que nous appelons l'accueil. Notion qui nous reste souvent très floue ou difficile à saisir, pour nous qui sommes pourtant "au contact". Et totalement abstraite pour les édicteurs de normes.


 


PS. Je n'ai rien contre les BDP; Je les hais ! :)


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DahlGreen

Des informations intéressantes ici sur la construction d'espaces adaptés aux personnes handicapées  : http://www.savoie-biblio.com/col_gauche/espace_pro/nos_conseils/handicap/_documents/bibliotheques_et_handicaps.pdf


 


Et un guide pratique d'aménagement par la BDP de Vendée : http://www.caue44.com/IMG/pdf/bibli.pdf


 


Attention à certains fournisseurs qui vous disent sur le papier que la contenance c'est 200 albums et en fait, lors de l'implantation, ils ont une contenance d'à peine 50. En visitant des nouveaux aménagements dans d'autres bibliothèques, vous pourrez avoir ce type d'informations, c'est précieux, car vous pouvez avoir mitonner votre cahier des charges aux petits oignons, ce genre de détails peut tout remettre en cause...


 


Bon courage, on a beau essayé de tout prévoir, y a toujours des imprévus lors de l'installation...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×