Aller au contenu
Plume

désherber un secteur jeunesse: règles et outils

Messages recommandés

Ferris

Mais ils continuent de sortir des séries du même genre ! Je viens de rentrer, 2014, "le Club de la pluie au pensionnat des mysteres" (Rose, Nadget et Ambroise menent l'enquête...) et deux volumes des "Cousins Karlsson" de Mazetti (Julia, Bourdon, George et Alex...les quatre cousins mènent l'enquete à leur façon)


 


Ça vous rappelle rien tout ça ? Moi si.


 


Je vous conseille un ouvrage formidable, sorti en 1994 et recemment réédité qui nous fait comprendre l'importance de ces séries, surtout si vous avez oublié ce que vous étiez à cet âge : c'est de Florence Decreau : 


 


418S8902S5L._SY300_.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Giss

Oui, les petits frères et sœurs du Club des cinq assurent la relève. Il y a aussi la nouvelle série Ar Bed All, qui se passe en Bretagne (trouvé sur Moccam), pour plus jeunes que les cousins Carlson.


 


Tendre Banlieu ... je l'ai mis en réserve dernièrement, n'osant pas le désherber. Bin oui, c'est toute mon adolescence ... :blush: Mais je vais le désherber quand même, il trouvera peut-être plus facilement preneur dans une braderie qu'en lecture au rayon jeune de la bib.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lul

C'est vrai que nous, en BDP, on fonctionne forcément différement. Pour l'instant, cause de locaux pas adapté, on fait très peu de prêt sur place, de fait, lorsqu'un livre rentre en magasin, c'est pour n'y jamais ressortir, ou presque. Ca change un peu avec le catalogue et les réservations en ligne, mais pas tellement. Du coup, on est très porté sur les dons, parce que, faute de place, aussi, on en vient à desherber des livres qui ont 3-4 ans, qui sont sortis pendant 1-2 ans puis qui stagnent ici.... Du coup, on a forcément des critères très différents de ceux d'une BM... Ceci dit, l'autre jour, en déherbant Flicka, je me suis rendue compte (merci la 4e de couverture) que c'est certainement de là que venait mon rêve du poney dans le Wyoming.. Flicka changed my life...


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Flicka et Lulinette vont dans le Wyoming, elles y rencontreront Belle et Sébastien, et ensemble ils chercheront l'Etalon noir.... :rolleyes:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Y a quand même un truc qui ne va pas : Servais : Tendre Violette, La Mémoire des arbres, la Tchalette, c'est un peu comme Tendre Banlieue, c'est la mémoire BD des années 80/90, donc de plusieurs génerations, pas seulement la tienne. Ce qui me gêne tu vois, c'est que d'un côté j'entends de plus en plus parler de la volonté de créer des espaces intergénérationnels, particulièrement pour la Bd (et le dessin d'humour, on n'en a pas parlé : est-ce qu'on garde Cabu et Sempé ?), et j'approuve des deux pieds, et d'un autre côté on désherbe des séries qui s'adresseraient justement à ces générations plus âgées qui ne fréquentent pas assez les espaces BD des bibliotheques, ou à qui on va servir de la BD dite adulte mais actuelle, qui ne leur parle pas du tout. Il y a contradiction, il me semble. Le gars de 40 piges qui se hasardera dans l'espace BD nouveau ce sera pour y trouver aussi ce qui lui a plu quand il avait 15 ans. Logique non ?


N'oublions jamais que quand on calcule un taux de non-sorties, pour pilonner, on se base sur les non-sorties d'un public-cible très limité finalement : la jeunesse actuelle, entre 10 et 16 ans en gros. 


 


Lul a raison quand elle préconise de désherber "avec quelqu'un", je dirais même avec plusieurs personnes représentant plusieurs generations. Mais pas dans l'optique "Nostalgie, quand tu nous tiens..." mais dans l'optique actuelle d'élargir les publics.


 


La BD n'est pas pour les "jeunes". C'est une idée toute faite qui date de l'époque Tintin.


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

La Petite Maison dans la prairie est un cycle essentiellement autobiographique écrit par Laura Ingalls Wilder entre 1932 et 1943. Se composant de onze tomes, il se base sur l'enfance de l'auteur au sein d'une famille de pionniers américains à la fin du XIXe siecle.Aucun intérêt pour ces vieilleries....

 

Les Petites Filles modèles est un roman pour enfants de la comtesse de Ségur publié en 1858 en bibliothèque Rose Il fait partie d'une trilogie avec les Malheurs de Sophie (1858) et Les Vacances (1859). L'inspiration est autobiographique. Les petites-filles de la comtesse de Ségur s'appelaient Camille et Madeleine de Malaret. Leurs tombes se trouvent dans le petit cimetière de Saint-Sernin-des-Rais. Comment vivait-on et pensait-on dans les familles bourgeoises des années 1850, aucun intérêt....

 

Ces livres et bien d'autres sont simplement le reflet de leur époque. Ils présentent l'intérêt de montrer aux enfants que le monde ne fut pas toujours celui qu'ils connaissent, ni celui de Twilight ou Harry Potter qui, eux, n'existent carrément pas . Voilà leur message essentiel. Ils apprennent aussi aux enfants à ne pas juger du passé avec les yeux d'aujourd'hui. Plus loin encore ils peuvent leur apprendre à regarder leur grand-mère ou arrière grand-mère avec autre chose que du mépris ou des ricanements. La littérature est une longue histoire qui ne commence pas aujourd'hui avec le best of de Livres Hebdo.

 

Au passage je vous conseille de désherber totalement Jules Verne, anti-dreyfusard et antisémite, nationaliste, dont l'oeuvre est truffée de propos racistes et d'une apologie de la technologie triomphante bien peu en rapport avec les soucis environnementaux actuels. Bref, il est lui aussi de son époque.

 

La littérature de jeunesse a aussi ses classiques. Pourquoi voulez-vous la priver de ses racines ?

 

Merci Frère Ferris ! Merci beaucoup !!!! Je suis une inconditionnelle de la Petite maison dans la Prairie, et j'en ai ras le voile de voir cette autobiographie méconnue....

A ceux qui ne connaissent pas ou méconaissent cette histoire je vous conseille : La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder de William Anderson qui est la biographie version adulte de l'auteur.

Tout ce qui est racontée dans la version "enfantine" est vrai quoiqu'un peu simplifié pour l'age des jeunes lecteurs.

 

Soeur Chloé a ses faiblesses....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

Et bien sur je valide le reste de ton commentaire Frère Ferris


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

  • Aaaahhh Curwood :D  :)

  • Aaaahhhh mon ami Flicka :)  :)  :)

"Tendre Banlieue" je suis retombée dessus il y'a un peu plus d'un an à la faveur d'un passage de bibliobus et je me suis dit "vais essayer auprès de mes ados lecteurs" ça a tellement bien marché que j'ai dévalisé la bdp !!!

Bon sérieux, pour le désherbage en jeunesse, ma bib étant encore pas trop vielle je n'ai pas encore pris binettes et Pelles bêches pour m'ateler à cette activité de jardinage spécifique au bib (oui mon humour ne s'est pas amélioré avec mes vacances faudra faire avec mes amis...) cependant je veille à l'état de mes collections : et j'ai organisé une rotation des collections et je retire les livres trop abîmés. Mais j'ai une petite structure donc pas de chantier immense, juste il faut veiller à la bonne santé des collections et alterner entre livres tout neuf et livres un peu plus anciens dirons nous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Giss

La mémoire des arbres, j'ai gardé. Tendre Banlieu, je l'ai enlevé car j'avais besoin de place. Fallait choisir entre ça ou Tintin ... :wink:


Je ne me vois pas ranger cette série en adulte, et le public qui fréquente le coin BD enfant est quasi-exclusivement composé de primaires. Si j'avais eu de la place, j'aurais moins hésité ...


 


Chloé, ça fait plaisir de lire que ça plait toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ysé

Eh bien Tendre Banlieue, est une série qui décrit bien l'adolescence et un tas de sujet, et les héros grandissent. 


 


En bd, je garde précieusement "Bidouille et Violette" d'Hislaire (yslaire maintenant) un délicieuse histoire d'amour, méconnue hélas. Cela dit, j'ai voulu acheter quelques Nancy Drew quand, bayard les a sortis (le vrai nom d'Alice détective) et quand je l'ai lu j'ai trouvé ça, plat, mal écrit (traduit) - du coup j'ai relu Alice, me disant que ma mémoire avait enjolivé les choses - eh bien non, "mon" Alice était bien mieux... 


 


D'ailleurs, ils sortent toujours .... que cette pauvre Nancy, elle a déja fini aux oubliettes  :angel:


 


Soeur Chloé, je fais partie du club  :blush:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

Alice détective j'adorais aussi...il y a longtemps que je me suis pas replongée dedans par contre....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Je vous annonce une triste nouvelle (je rigole pas) : Mes Fantômette viennent de partir en réserve dormante. Une vingtaine de tomes qu'on avait gardés suite à la rediffusion de la série télé, puis mis en réserve active, puis un dernier tour de piste en rayonnage, puis voilà, cette fois c'est fini...Normal : série télé vers 1990 et une rediffusion chaipasou, donc pour les gamines 10-12, ce personnage est totalement inconnu. 


Actuellement, c'est la periode des sorties statistiques, et je crains pour Yoko Tsuno...on prend des anxiolytiques. :bye:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

J'ai encore une fantômette qui résiste et qui sort périodiquement de sa planque.... Yoko tsuno j'ai quelques BD qui sortent de temps à autre aussi (le choix par dépit qui se transforme en bonne surprise dirais je : en effet quand les lecteurs ont écumés tous les Schtroumpfs, lucky lucke etc etc .... ils se "rabattent" sur l'un des exemplaires de Yoko Tsuno et là OOOOHHHH ils découvrent pour certain un univers qui les intéressent, ça marche pas à tous les coups non plus mais des fois....)


De toutes manières la lecture c'est comme la mode ça s'en va et ça revient (c'est fait de tout petit rien, ça se chante, ça se danse comme une chanson populaire....ooooups je m'égare!!! :D ) , comme tu dit il y'a des redif' .... ce qui était "has been" hier est devenu "vintage" aujourd'hui... alors bientôt tu vas voir la réédition de fantomette.... et ceux que tu avais seront devenu collector entre temps....Tiens hier je parlais de la biographie de Laura Ingalls Wilder écrit par William Anderson, il avait couté à l'époque "quelques" francs ce bouquin... eh bien en recherchant le nom de l'auteur hier j'ai vu que ce même livre peut couter jusqu'à 119€ !!!!


Tiens d'ailleurs y'a toujours des rééditions de "Martine" (y'a pas eu un sujet sur ce forum à ce propos , là je fouille dans ma mémoire....????) , ... comme quoi faire du neuf avec du vieux ....c'est toujours dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ysé

DIY-tendance-Fourmis-pr%C3%A9sentoir-pho


 


Il y a aussi la solution "recyclage"  http://www.lamarieeauxpiedsnus.com/do-it-yourself/bloggeuse-invitee-diy-un-presentoir-a-gourmandises


 


J'ai la chance d'avoir un présentoir bd, récupéré il y a longtemps d'une librairie, et qui permet une présentation de face des bd jeunesse, sur une certaine hauteur - du coup quand je veux faire ressortir une série qui somnole un peu, je l'a fait passer du bac classique au meuble. C'est aussi un bon test, pour pilonner définivement ensuite.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

Ah j'ai faillis un jour mettre un présentoir...et puis la "marque" était trop en valeur...on a hésité (réglementation....) et finalement on a pas fait.... sympa la photo recycler les livres pourquoi pas.... mais moi ça me crève un peu le coeur....

En passant je ne connaissais pas ce blog il à l'air pas mal merci....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Giss

On a récupéré plusieurs présentoirs dernièrement. Pour cacher les marques (et les traces), on a mis du plastique style V*leda dessus. C'est comme couvrir un livre en plus pénible. Et on a assorti la couleur à celle de la bibliothèque.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

Ça c'est une chouette idée (on avait pensé à la peinture nous)...je note!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Pour ma part, à cause de question de place, la règle est claire: un document acheté, c'est un document pilonné! 


Efficace! Et des rayons toujours propres et qui donnent envie!

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chloé

C'est une solution effectivement ... Mais c'est pas un peu trop radical? Si je jetais un livre à chaque fois que j'en achète un, alors les livres ne dureraient pas plus de 5 ans sur mes étagères.... Alors tu vas me dire que c'est une durée de vie raisonnable pour certains...mais pas tous cependant. Non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Si c'est à ce point la au niveau place cela veut dire que tu n'as pas de taux d'accroissement des collections, mais seulement un taux de renouvellement strictement équivalent à ton taux de pilon. Effectivement c'est bien propre, mais c'est un peu du gaspillage, un peu radical comme dit Sœur Chloé de la Sérénité-qui-doute : un livre acheté, qui plait bien, pourra être lu par combien de lecteurs dans une année, suivant une durée de prêt d'un mois par exemple : 11 ou 12 maximum, puis il disparaîtra des rayonnages, donc des dizaines de lecteurs n'en profiteront pas.


A ce moment là la solution est toute trouvée, tu me diras : tu pilonnes ce qui sort moins ou pas, et tu gardes ce qui sort le plus, de façon à ne pas léser ton lectorat.


Conséquence : au bout de quelques années, tu n'as plus que des best-sellers dans ton fonds : des anciens best-sellers qui sortent toujours (j'ai du Signol d'il y a 10 ans qui continue de sortir comme s'il datait d'hier, loi de Morse verifiée) et les nouveaux best-sellers qui remplacent d'autres ouvrages moins lus, moins connus etc...qui eux n'auront vécu qu'une année.


 


Ceux que nous sommes en principe destinés à faire connaître et "donner leur chance" auprès des lectorats.


 


La totalité de ton fonds aura évidement un excellent taux de rotation.


 


A terme, tu n'auras pas intérêt, financièrement à acquérir des ouvrages d'une seule année de durée de vie pour satisfaire une infime minorité du public. Donc tu finiras pas ne plus acheter que des ouvrages plébiscités, et tu pilonneras des ouvrages à peine lus et en état quasi-neuf ou des livres "eternellement lus", mais uniquement parce qu'ils seront en trop mauvais état (auquel cas tu devrais logiquement les racheter). Tout dépend de tes achats annuels et du fonds existant, mais tu vas vite arriver à un blocage . C'est à dire soit diminuer tes acquisitions (donc le choix de nouveautés offertes au public), soit désherber des ouvrages encore très demandés.


 


Je n'ai jamais vu encore de politique d'acquisition + taux d'accroissement des collections (entre 7.5 et 10% selon la norme conseillée) basée uniquement sur la place disponible, le tout sur une seule année.


 


Et on peut se poser des questions sur le fonds lui-même, non ? Et sur le choix de base : que faire d'un espace où il n'y a plus un centimètre linéaire supplémentaire de disponible ? Et que fais-tu si tu veux créer un fonds nouveau, de littérature polonaise par exemple, ce qui exige un achat de départ assez massif pour amorcer, ou un fonds CNL même sur 2 ans, type entre 250 et 300 documents par exemple ? Tu vires, en plus de ton 1 pour 1 annuel, 250 romans de littérature générale en plus d'un seul coup ?


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Bin quand je dis question de place, ce n'est pas une vue de l'esprit! Mis à part pousser les murs, pas d'autre choix!


Alors adaptation, adaptation!


 


Bon il faut aussi dire qu'il y a un réseau de bibliothèques tout autour (carte unique pour l'accès à 23 bibliothèques) donc l'usager peut trouver son bonheur ailleurs et ça aussi c'est bien!


 


Faire découvrir, donner sa chance, oui mais il y en a certains, on aura beau faire ils ne sortiront pas! C'est une évidence! 


Et puis rien qu'en se séparant des livres en mauvais état, ça va vite! 


 


Les livres désherbés sont classés en 3 catégories:


  • les moches, obsolètes... qui vont directement au pilon
  • ceux qui sont sortis des rayons et mis en avant: dernière chance messieurs-dames! empruntez-les!
  • ceux qui sont encore d'actualité au niveau du fonds mais ne plaisent plus à cause de la mise en page, des illustrations (les livres de cuisine vieillissent trèèèèèsssssss vite, et le Germinal qu'il faut lire pour l'école, mieux vaut proposer une édition sexy et glamour!) sont proposés à des assos
  • ceux qui restent sont ensuite vendus une fois par an lors de la brocante annuelle. Franc succès auprès es usagers!

De toutes façons, notre métier de bibliothécaire, c'est bien de faire des choix, des sélections. On ne peut tout avoir! C'est un fait indéniable, l'exhaustivité pour une bibliothèque de lecture publique est un leurre! Et je suis convaincue qu'il vaut mieux moins mais mieux. En bref, un fonds clair, essentiel, propre, est plus attractif que des étagères pleines à craquer où il y a toujours des livres qui ne sont JAMAIS sortis depuis leur acquisition!


 


Bon, là je viens de changer de bib, plus de place, beaucoup plus de place et là aussi les rayons commencent à saturer à certains endroits... Il n'y a pas que la question de taille...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Moi j'ai deux règles, et je les mets en pratique :


 


1) Je donne ou re-donne TOUJOURS une chance à une ouvrage jamais sorti ou pas sorti depuis 3 ans 


2) Pour l'avoir essayé je prétends (ouh le vilain pretentieux) qu'on peut faire sortir au moins une fois n'importe quel roman


 


Après on peut voir ce qu'on jette ou non. J'exclus naturellement les classiques et mes propos se limitent à la littérature générale adulte.


1 condition : avoir une structure "a dimension humaine" comme on dit, c'est à dire dont l'importance des fonds permet ce genre de pratique. C'est exclu pour les structures-usines.


 


C'est une pratique quotidienne, qui passe par une mise en valeur physique, TOUS LES SOIRS, au moment du rangement, de certains ouvrages (pas ceux que vous rangez évidemment, mais les petits orphelins qui sont à côté. Le rangement n'est pas une opération mécanique dont il faut se débarrasser bien vite, c'est le moment privilégié qui va me permettre de mettre en valeur une centaine d'orphelins. Et quand le lendemain soir je constate que quelques présentoirs sont vides, la joie m'habite. Je ne peux pas vous la décrire. J'ai trouvé un papa ou une maman  mon livre. 


 


Vous avez choisi ce métier pour remplir des bennes, des listings de stats à la main ? Moi non.


 


Si un livre que j'ai CHOISI, pour MES LECTEURS (qu'en principe que connais), ne sort pas, je considère ça comme un affront personnel, une faute de ma part, une erreur professionnelle, bref je n'admets pas. Et je mets le paquet pour que ça change.


 


Mais je ne suis pas seul à ranger. Et je constate que les pilonneurs, autrefois discrets et timorés, se font aujourd'hui légion. On jette, on balance, en vend à la criée, et on s'en enorgueillit, on s'en fait une gloire. Décomplexés, comme on dit.


 


Mais a -ton fait ce qu'il fallait avant la déchetterie ? Vous êtes surs ? Surs que la statistique des prêts, notre mère a tous, doit avoir le dernier mot ? Pas moi.


 


Ferris


Dinosoraure, Voir  Dinosauriens


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×