Aller au contenu
Sophie Jacques

Goodies médiathèque

Messages recommandés

Sophie Jacques

Bonjour,


 


Qui vend dans sa médiathèque des goodies ? clé USB, stylos, papeterie ou autres gadgets plus ludiques ?


Quelqu'un-e a-t-il déjà utilisé des ballons de baudruche aux couleurs de la médiathèque pour en faire la promo, un samedi après-midi au centre ville, par exemple ?


 


Merci, à bientôt


Sophie Jacques


Médiathèque sud, communauté urbaine strasbourg


 


 


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lunalithe

Bonjour !


Chez nous il y en a : sacs en tissus (un classique des goodies), crayons de papiers, clefs usb, tapis de souris,... Bref, de la papeterie, rien de plus original. :)


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lul

j'aime bien beaucoup l'idée du sac en tissu...


Modifié par Lul

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Question annexe, en ces temps de restrictions : ces produits émargent à quel budget ? Le budget fonctionnement de la bibliothèque, le budget communication (dont la part "bibliotheque" ne serait pas réimputée sur le compte bibliothèque ? ), en partenariat avec des commerçants ?


 


Le prix des ces produits est-il répercuté plein pot sur le public ou est-ce que la collectivité participe ?


 


Comment cette vente de produits est-elle justifiée par les élus ?


 


Est-ce que le public suit bien ?


 


Nous on a cessé (sacs de jute) ce système depuis longtemps. Néanmoins on vient de décider de refaire nos cartes de lecteurs, nouveau logo etc...pour marquer le coup, avec retard, du passage en réseau. Utilité zéro, on avait déja une carte unique depuis des années, et pour laquelle on avait fait appel à un "créatif".


 


Pour les symboles, on trouve toujours de l'argent, c'est marrant....


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ecrilire

En ces temps de restriction budgétaire (voir sujet dédié :wink:) je n'ose même pas en parler aux élus. Déjà qu'il va falloir (il en reste une vingtaine) recommander des cartes de lecteur ... et que je vais devoir discuter pour que ça ne passe pas sur mon budget d'acquisition :cry:


 


Je vois de temps en temps passer de nouveaux lecteurs nouveaux arrivants dans la commune qui viennent avec "leur" sac en tissu de "leur" ancienne bibliothèque plus fortunée !


  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Soyons réalistes aussi : si les bibliothèques s'effondrent, on n'inscrira plus de nouveaux lecteurs. Donc, avec tes 20 cartes, tu fais tout 2015 les doigts dans le nez, et tu a des chances d'en avoir en rabe, veinarde. Voilà ce que pourrais te dire un élu responsable. :D


 


Plus sérieusement: comment est-ce que ça pourrait passer sur ton budget d'acquisition de documents ? C'est le 6065. Le petit matériel spécifique ou les consommables ce sont d'autres lignes budgétaires (6064 et 60632 si je me souviens bien). Ils ne vont pas refaire le plan comptable quand même... :blink:


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ecrilire

"Ils ne vont pas refaire le plan comptable quand même ..."


non, mais ils peuvent réduire mon budget d'acquisition du montant du renouvellement des cartes ! et là, je pleure, je démissionne, ou pire : je m'en fous ?


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

On a plusieurs goodies chez nous: sac cabas, liseuse (pour éclairer), carnet/stylo, le tout aux couleurs de la médiathèque. Vendus.


Sac oxodégradables donnés à l'inscription, pas de sous pour en racheter l'an prochain.


Le tout sur le budget communication.


 


A Metz ils ont plein de choses aussi, mais offertes, vous pouvez les contacter


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

@ecrilire


 


Avant de démissionner, tu passes par les magasins autour de chez toi ! et tu demandes s'ils veulent bien sponsoriser ton achat de cartes. :D


 


Pas facile de mettre un logo dessus, mais va savoir.


Et puis ça fera un peu de bruit dans la commune, et l'info remontera aux élus.


 


Bien sûr, tu peux demander une sponsorisation de livres à la place, et chaque magasin y mettra son logo ou sa dédicace. :wink:


Tu es tout à fait en droit de rechercher des partenaires, et un libraire, s'il joue le jeu, peut être un bon partenaire !


Il n'est pas le seul. Les autres commerçant peuvent aussi se mettre de la partie.


 


Les mécènes existent à la BNF, sans aucune honte !


Pourquoi n'existeraient-ils pas dans les villes plus petites ?


 


Ensuite, s'il n'y a rien en local, on peut regarder les participations collaboratives sur le Web.


Même s'il faut, pour collecter les fonds, passer par la création d'une association type : "les amis de la bibliothèque de X", ça n'a rien d'infaisable.


 


Avant de s'angoisser ou pleurer misère, il faut lever les yeux et comprendre ce que veut dire le mot "communauté". Il est riche de sous-entendus. Réseau social, c'est un synonyme de communauté, et synonyme de commune. L'inverse est vrai, une commune est un réseau social. :wink:


 


Bonnes recherches de mécènes, pour le cas où...


  Bernard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

euh... faire valider le principe du sponsoring par les élus AVANT de voir les commerçants quand même, ce serait dommage de se faire taper sur les doigts pour une initiative prometteuse mais pas autorisée. Sans oublier qu'on ne sait pas toujours quelles relations les élus ont avec tel ou tel commerçant...


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ecrilire : tu t'en fous pas, tu démissionnes pas (c'est un coup à se retrouver enceinte), tu pleures pas : tu te bats ! Surtout que là c'est très argumentable !


 


Un truc qui ne mange pas de pain et est rarement refusé, je l'ai fait il y a longtemps sur demande du fournisseur, c'est de faire figurer au moins le nom de la société qui fabrique les cartes (et qui souvent vend d'autres produits). Ça peut permettre de négocier une petite baisse à l'achat (en plus du tarif qui est toujours dégressif en fonction du nombre, souvent à partir de 5000 cartes). Evidemment ça figurera au verso.


 


En plus ça peut être une bonne entrée en matière pour une discussion plus large avec les élus. Le service com chez nous passe régulièrement par le commerce local pour quasiment tous les affichages public (banques, société d'assurance, quotidien régional sont les prestataires les plus réguliers.), qui sont réalisées en sus par l'imprimeur local (eh oui on en a un !) à des tarifs évidemment préférentiels (qui puent à plein nez le marche trafiqué mais bon...)


 


Au nom de quelle logique on refuserait pour les cartes des pratiques qui sont acceptées pour les affiches ? Si les élus acceptent l'idée que la carte est aussi un support marketing (et beaucoup d'élus viennent du privé et sont assez accessibles à ce genre de raisonnement), la discussion peut s'engager dans des conditions assez favorables. D'autant plus que tu auras préalablement repéré ce genre de pratiques au niveau d'autres communes et collègues, et que tu pourras en faire état. Quelqu'un m'a dit qu'il parait que...(mais pas de site précis evidemment) que sur certains sites municipaux on voyait apparaitre des encarts publicitaires pour le commerce local. Ces encarts sont évidemment payants.


 


Enfin, perso, c'est l'approche que je tenterai. Elle n'exclut pas la vente de produits au public puisqu'on est là dans le marketing direct : la collectivité fait sa pub et se rémunère sur le prix des ventes.


 


Et puis, en allant plus loin (toujours montrer u'on a en plus une vision à long terme des choses, ça nous positionne bien), le partenariat public-privé, c'est l'avenir, en tous cas le passage obligé vers les bib 3° lieu, non ?


 


Depuis que La Poste est privatisée on y vend des bonbons, des livres de recettes de cuisine (vécu), en plus de produits financiers et de forfaits pour les mobiles etc...et de la pub pour "la poste".


 


Evidemment Anne a raison : le principe doit être validé par les élus.


 


PS. Ecrilire ,ne dis pas "mon budget d'acquisition", dis "mon budget de fonctionnement". Si on t'impose une baisse sur le fonctionnement global, la "négociation" porte ensuite sur l'imputation de cette baisse sur les différentes lignes du budget de fonctionnement. Et une fois les montant définis par ligne, ils ne peuvent plus les bouger, il faut une décision modificative pour ça, et ils n'aiment pas. La "négociation" porte donc sur le fait que tu pourras ou non discuter  et proposer d'imputer leur baisse plutôt sur telle ligne que sur telle autre. A toi de voir si tu baisses des achats de filmolux ou ton budget abonnement par exemple. Après, les lignes sont fixées.


Il est très rare (jamais vu) au DOB que les élus finances se cassent le popotin à définir les montant de chaque ligne budgétaire de ton fonctionnement. Tu peux donc influer fortement sur le fait de faire porter la baisse plutôt ici que là. Tu assumes ensuite tes choix, car c'est toi qui sera garante des équilibres nouveaux que tu a créés.


 


Tu as des choix qui vont de soi : moins de livres donc moins de materiel d'équipement dédié (et tu chiffres, d'où l’intérêt de savoir combien d'albums tu couvres avec un rouleau de 25 m par exemple), des choix que tu proposes : passer du courrier au mail/telephone pour tout contact avec les publics (et tu chiffres : nous on a supprimé ainsi en une seule fois 2000 courriers papier par an, et je l'ai fait valoir en termes d'économies réalisées par le service), et puis des choix structurels nouveaux, plus difficiles (suppression d'un secteur d'activité, qui ne jouera pas forcement sur les acquisitions mais sur le budget transports par exemple etc..). Et chaque ligne budgétaire va ainsi peu à peu prendre forme, en équilibre. Et ça il n'y a que toi qui peut le faire en toute connaissance de cause. Eux, ils vont y aller à la hache, et ça créera des incohérences. Difficile pour le budget consommables de bureau, non spécifique à la bib, type papier copie, post-it etc..parce que souvent ils ont déja mutualisé les besoins et regroupé les commandes en marché unique.


 


Ne vous battez que sur ce qui ressort de votre domaine d'expertise. Pas sur les frais d'électricité ou les contrats de maintenance.


 


(bon j'aurais du mettre ça dans la rubrique baisse budgétaire, je sais...Anne, n'enfonce pas ton clou rouillé dans ma plaie béante de honte)


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

@Anne


euh... faire valider le principe du sponsoring par les élus AVANT de voir les commerçants quand même, ce serait dommage de se faire taper sur les doigts pour une initiative prometteuse mais pas autorisée.


 


C'est tout l'avantage de travailler avec une association, qui est bien plus libre de ses actes et de ses partenaires.


"Les amis de la bibliothèque de..."


 


Cependant, de toute façon, si écrilire est prête à démissionner. Se faire taper les doigts par les élus, c'est le cadet de ses soucis.


Et quand bien même, on peut lancer une étude de faisabilité, donc quelques perches ici et là... surtout si on abaisse ton budget.


 


Quelque part, je dirais aussi que les amours élus-commerçants n'ont pas à entrer en ligne de compte. Une bibliothèque est un service communal, elle travaille pour tous. Enfants et lecteurs de l'opposition compris.


 


Et puis, tant qu'à obtenir une validation, celle du DGS est plus importante que celui des élus. Le DGS peut très bien trouver d'autres solutions, et/ou faire passer une commande sur le budget d'un autre service mieux doté... pour cette année.


 


Sinon, on peut vendre des Goodies :wink:


Même si je me demande un peu si les fonds récupérés reviennent à la bibliothèque, ou pas.


 


@Ferris


Ta réponse pourrait fort bien être recopiée dans la baisse budgétaire.


Le téléphone, c'est effectivement une réponse face à une réduction... Un téléphone mutualisé et pris sur un autre budget communal, c'est autant d'économisé sur le budget de fonctionnement de la bibliothèque. Sans qu'il soit vraiment besoin d'en demander l'autorisation.


 


Sinon, au niveau des cartes, on peut les imprimer sur du papier un peu cartonné. Moins chic, plus artisanal, certes.


Mais nettement moins cher. (bienvenu dans le monde des bibliothèques du milieu associatif :D)


 


Si c'est important, pour marquer le coup, on peut, évidemment, présenter aux élus les deux solutions et leur demander de valider l'une ou l'autre.


Là, c'est peu leur image de marque, leur "griffe" qui est en jeu.


 


Mais bon, il faut prévoir, sans s'affoler.


Trop souvent : La montagne tremble pour accoucher d'une souris.


 


 


Pourtant, pourtant, avec cette histoire de Goodies, je me vois déjà en train de mettre un écriteau à ma banque d'accueil.


"Vous pouvez nourrir le bibliothécaire, il ne mord pas... il a une préférence pour le chocolat fourré à la menthe". Si, si ! :hyper:


  Bernard


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Nanard fait une pub triomphaliste pour les bibs associatives. Il a la joie qui déborde. L'orgasme n'est pas loin.


 


Ceci dit, il a raison. Chez nous c'est la BDP qui donne l'exemple avec l'Association des Amis de la BDP, il parait que c'est génial pour pas mal d'opérations comptables (prestataires, animations etc...). C'est une formidable commodité qui permet surtout de gagner du temps et de la sueur en paperasserie, plus qu'en finances.


 


Ceci dit, il y a quelques années le fisc a commencé à s’intéresser de près à la compta des associations et y a fait quelques découvertes stupéfiantes où l'amateurisme le disputait à la magouille. Donc attention à avoir un très bon trésorier !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

@Nanard fait une pub triomphaliste pour les bibs associatives. 


 


Non, j'en analyse les avantages et les inconvénients. :wink:


 


Et je sais pourquoi je tiens à garder une structure municipale associative. Parce qu'il y a des avantages, comme passer une "commande" sur Ebay par exemple. Ou récupérer le montant des cotisations pour l'acquisition de documents. (Lorsque j'ai plus que l'impression que les cotisations qui partent au "Trèsor public" ne reviennent pas forcément au budget bibliothèque. Je me trompe ?)


 


Je sais aussi qu'il y a des avantages à monter une association "amis de".


Rien que pour recevoir des dons en numéraire, ou un mécénat, c'est plus que pratique.


 


Pour la paperasse, oui, tu as raison... on a le minimum : une facture, sur un cahier de compte (au format adapté), avec des balances justes à la fin de chaque mois. Plus remise d'un bilan annuel à la mairie, pour obtenir des subventions pour les autres activités de l'association. (donc, on est contrôlés  :))


 


Pour ce qui est de magouiller, vu les montants en jeu (dans le domaine associatif culturel), ça ne vaut pas trop le coût et le coup. 


Oui, les sous sont rares, et donc vite utilisés.  :tongue:


  Bernard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Tu as cent fois raison (et je l'ai précisé aussi  :) ). Je me souviens, quand j'étais sur région parisienne, de l'impossibilité de faire des achats à la FNAC, qui n'acceptaient pas le règlement par mandat administratif. Idem pour les jours de braderie, foires aux livres d'occasion (oui je sais on n'a pas le droit à l'occase, mais on le prend, et en tous cas pour une association c'est pas un problème), des trucs formidables (genre une série complete quasi neuve de bd à des prix dérisoires, genre la bd à un moins d'euro si on fait la perequation euros/francs en valeur, t'imagine !), parfois vus en vacances ou week end, que j'ai ratés parce que ma régie d'avances était trop limitée ou parce que, tout simplement, je ne me baladait pas partout avec le chéquier régie (et encore moins avec du liquide). Rien que d'y penser, surtout en ces temps de disette, j'en pleure encore...


D'un autre côté on n'était pas aussi emmerdés qu'actuellement niveau perception, marchés publics etc. Et on prenait pas mal de libertés qui me vaudraient bien des ennuis actuellement si je pratiquais encore comme ça.


Et comme j'ai bossé en associatif aussi (mais pas en bib, c'est trop sérieux :tongue: ), je connais le topo niveau facilités. Et encore, y avait pas internet (tu citais ebay), sinon on y serait allé franchement.


 


Alors oui aux associations en soutien.


 


Pour le reste, faut voir..., le service public c'est un truc sérieux, on peut pas confier ça à n'importe qui  :drool:  


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
frognouille

Je me permets de relancer le sujet des produits de merchandising en bibliothèque. J'essaie de réunir des informations sur le type d'objets qui peuvent être proposés à la vente dans les bibliothèques.


Les sacs sont souvent donnés leur de la première inscription mais ils peuvent être venu aussi.


Quels sont les bibliothèques qui proposent d'autres goodies (casques audio, clés usb, porte clé, papéterie, etc.) ?


Est-ce que cela fonctionne ?


Est-ce un service utile ou simplement promotionnel?


Si vous avez des informations sur les coûts de fabrication, je suis intêressée aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Est-ce un service utile ou simplement promotionnel?

 

Comprends pas. En principe toute promotion est utile. Sinon ce n'est qu'un gadget coûteux... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Pour info, quelques mois/années après: la médiathèque va changer de charte graphique en 2018. Donc réimpression de tous les supports de com, dont les sacs. Il nous en restait, parce que la vente de goodies n'a pas fait un tabac ici, les gens sont habitués à les avoir gratos. Du coup on donne maintenant (on a retiré les tarifs de la délibération annuelle). On continuera à faire gratuit les nouveaux sacs, mais on en donne un à l'inscription et après à eux de le ramener. on va trouver une réutilisation pour les anciens sacs cabas, peut-être dans les autres services municipaux qui pourraient en avoir besoin.

Le service com va trouver ça dommage, risque de perturber la nouvelle image de la médiathèque, mais ça me ferait mal de jeter et comme l'ancien visuel est de Christian Voltz, ça pourra être utile dans les services jeunesse et petite enfance, par exemple...

 

D'autres news de goodies ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babarette

Je connais une médiathèque qui offre un grand sac en toile à chaque inscription (à Villeurbanne). 

Du côté des BU, la bibliothèque du campus de la Doua (Lyon 1) fait chaque année des thermos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...