Aller au contenu

Liseuse en BDP, contenu non libre de droit


Basile
 Share

Messages recommandés

Bonjour,

 

Je suis actuellement stagiaire en médiathèque départementale, et dans le cadre de mon stage, je souhaiterais mettre en place la possibilité de prêter des séries de mangas sous leur forme numérique. En effet c'est plus pratique pour les bibliothèques et pour la médiathèque de prêter une liseuse de 200 grammes que les 74 tomes de one piece. QUe ce soit pour le rangement, l'acheminement ou la gestion.
Merci pour les réponses apporter au topic http://www.agorabib.fr/index.php/topic/2319-tablettes-num%C3%A9riques-et-question-juridique

J'ai eu plusieurs réponses à mes questions. Par contre, je suis un peu dans le flou sur plusieurs points.
Est-il légal, actuellement, d'acheter un manga sous format numérique sur amazon (c'est eu qui ont les droits sur plusieurs séries très demandées et très longues) de les mettre sur liseuse puis de prêter la dite liseuse aux bibliothèques ? Si oui, est-il possible de copier sur 5 liseuses différentes (limite des drm si je ne me trompe) puis de les prêter.

Quand j'ai regardé les différents catalogues d'autres bibliothèques, j'ai surtout trouvé des œuvres libres de droit, ou du partenariat avec des auteurs français. J'avoue que je m'embrouille un peu au niveau juridique est de ce qui est possible ou pas. J'ai l'impression que la question est assez floue.

 

Merci d'avance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Thomas Fourmeux

Bonjour,


 


Il n'est actuellement pas possible de faire ce que vous demandez. La mise à disposition de livres numériques en bibliothèques relève du cadre contractuel. Il n'existe pas de loi sur le droit de prêt pour le livre numérique. Les bibliothèques ont commencé à introduire des livres numériques en fournissant à leurs usagers des liseuses préchargées. Elles achetaient les livres numériques de la même façon que les particuliers. Toutefois, cette pratique est de moins en moins admise par les éditeurs qui privilégient des dispositifs comme Numilog, PNB, Biblio Access... A moins de contacter Amazon et de construire une offre de mangas en numérique pour les bibliothèques, vous ne pouvez pas les acheter en l'état actuel.


 


Bon courage !


 


Thomas

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette réponse rapide !
Juste une question supplémentaire : Quand vous dites achat de la même façon que les particuliers, est-ce possible en passant par un libraire ?
Le trajet d'un livre classique. Sinon j'essaierai avec un partenariat.

Modifié par Basile
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Basile

 

On peut lire ici ce qu'on fait les bibliothèques américaines

 

C’était un mouvement stratégique prévisible. Il est désormais officialisé ! Amazon vient d’annoncer le lancement à venir de Kindle Library Lending, un nouveau service en partenariat avec OverDrive (leader de la distribution d’ebooks pour les bibliothèques), qui permettra aux possesseurs de Kindle d’emprunter des livres numériques depuis plus de 11 000 bibliothèques publiques américaines.

En plus de disposer des conseils de bibliothécaires en chair et en os, les clients d’Amazon pourront retrouver, en cas d’achat du livre numérique en bibliothèque, les annotations et marques-pages laissés dans le bouquin emprunté. Le service, qui devrait être lancé officiellement plus tard dans l’année (2011), sera bien entendu compatible avec le reader de la firme de Seattle et toutes les plateformes disposant d’une application Kindle (iOS, Android, Blackberry, Windows Phone 7).

 

 

Maintenant, il faudrait voir si on a bien accès aux ebooks français.

 

Les canadiens sont plus au fait de cette problématique.

 

De là à prendre un abonnement par kindle dans une bibliothèque canadienne pour avoir accès à cette offre, cela resterait à envisager... s'il n'y a pas un problème de "territoire" ou de langue ou autre pour pourrir la solution.  :wink:

Rien que régler l'abonnement au Canada risque de se révéler délicat pour une administration.

 

Sinon, pour répondre à ta question sur le libraire (numérique), tu as cette réponse de nos collèges de la BM de Meyzieu.

Qui te donnera une idée sur le comment procéder. Une idée, car à la lecture du fichier PDF numilog, on lit "Ils peuvent être lus sur PC, Mac, liseuse (Kobo, Sony Reader, Cybook Odyssey… à l’exception du Kindle d’Amazon)"

 

Le e-libraire t'ouvre un accès à certains ebooks.

Complexité qui explique, ô combien, l'usage de livres libres de droit.

 

Et pourquoi le marché ne décolle pas en France, et même en Europe.

 

Tiens-nous au courant de tes avancées, ça pourrait servir à d'autres.

  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voici ce qui est possible en bibliothèque, enfin ce que j'ai trouvé  après quelques recherches.

Actuellement l'achat d'ebook se fait par des particuliers, et est interdit à la revente. Un libraire qui vends des ebooks ne peut pas les vendre à une bibliothèque.

Le fonctionnement se rapproche des DVD, il faut passer par un agrégateur.

Voici la liste des agrégateurs avec les éditeurs : https://dilicom-prod.centprod.com/static/DISTRIBUTION_DU_LIVRE_NUMERIQUE.pdf

Les trous dans les catalogues seraient dus à une frilosité des éditeurs, car beaucoup des agrégateurs travaillant avec les bibliothèques proposent des abonnements.

Voila pour l'instant ce que j'ai trouvé, je vais creuser un peu plus du coté d'Izneo.
 

P.S : Pour tout ce qui est pratique des tablettes, je viens de trouver cette page : https://storify.com/mediatheque/tablettes

Modifié par Basile
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Basile: Je confirme le message de Thomas: les éditeurs n'ont jamais eu de contrats autorisant les libraires à vendre des livres numériques aux bibliothèques. C'est une pratique qui a été tolérée en raison de l'absence d'une offre de prêt numérique pour les bibliothèques, mais qui le sera de moins en moins.


 


Plusieurs BDP sont sur le point de basculer sur PNB cette année, et en Suisse romande, Bibliomédia et certains cantons font déjà du prêt via PNB aussi.


 


En ce qui concerne le catalogue, il reste encore des efforts à faire côté éditeurs, mais il y a un peu plus de 13.000 titres au catalogue via PNB: http://collectivites.feedbooks.com/store/recent



 


B.Majour: Le cas d'Overdrive et du Kindle est à part. Overdrive dispose d'un accord avec Amazon leur permettant d'utiliser la fonction "Send to Kindle", ouvrant ainsi les portes de cet écosystème fermé à leur catalogue. Cependant il y a plusieurs travers liés à ce partenariat:


  1. Amazon en profite pour collecter de nombreuses informations sur les usagers de la bibliothèque (emprunts, habitudes de lecture) et envoie derrière des messages ciblés.
  2. Les éditeurs sont opposés à ce renforcement de l'écosystème d'Amazon, suite à cette première annonce les catalogues de Penguin et Simon & Schuster ont été retirés d'Overdrive pendant près de deux ans.
  3. Depuis quelques mois, les plus gros éditeurs désactivent de plus en plus la fonction Kindle pour n'autoriser que les fichiers en EPUB.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après avoir contacté différentes Bibliothèques départementales, quelques retours:


Tout d'abord à propos d'Izneo. Le partenariat avec Izneo ne permet pas le prêt de tablette, uniquement la consultation sur place. En effet l'identification se fait par IP, donc uniquement en bibliothèque, et donc seulement dans les bibliothèques possédant un réseau wifi.


Les bibliothèques que j'ai contactées arrêtent d'ailleurs leur partenariat pour cette raison. Izneo est au courant et compte changer le fonctionnement et à priori compte participer à la PNB. En tout cas ils apparaissent sur la présentation du fonctionnement du projet PNB.


 


Hadrien : Quand le projet BNP rentre-t-il en application ? Et pour ce qui est du projet, j'ai rencontré énormément d'avis défavorable, exemple qui résume bien les critiques.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le projet PNB est déjà en place dans plusieurs bibliothèques :


 


Pour Izneo, je confirme que leur offre est actuellement un bouquet avec accès en streaming uniquement dans les murs de la bibliothèque, mais pour leur arrivée dans PNB ce serait un accès toujours en streaming mais accessible hors des murs de la bibliothèque.


 


Sur les avis défavorables, et en particulier le lien cité, le gros du débat est sur la question d'un droit de prêt numérique vs le modèle actuel de licence. Le modèle de licence n'est pas sans défauts, loin de la, mais il a le mérite d'exister et d'être disponible pour l'ensemble des BM et BDP.


 


Par contre les calculs qui sont faits paraissent assez délirants vu qu'il ne s'agit pas pour une BM ou BDP de remplacer l'ensemble de son fonds mais de créer une offre complémentaire.


Pour l'instant les BDP qui se lancent sur PNB ont des budgets entre 5.000 et 25.000 par an, et arrivent très bien dans ces tranches la à se constituer un catalogue assez attractif pour avoir au moins quelques centaines de prêts par mois.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 weeks later...

Bonjour


Je peux vous confirmer l'arrivée d'Izneo dans PNB (rencontrés au Salon du livre de Paris).


Et je vous confirme que PNB est opérationnel (et non plus en phase de test)


Reste maintenant à trouver sa place dans ce schema PNB en tant que bibliothèques publiques. En effet, outre l'achat des livres chez un libraire (nous achetons nos livres numériques au Divan), il faut que son SIGB accepte PNB. Nous sommes sous Orphée de la société C3RB. Ils nous demande 3000€ pour ouvrir un Web service et récupérer nos achats via PNB.


Si le programme PNB lance par le Ministère de la Culture parait intéressant, il ne faudrait pas que les BM soient les dindons de la farce.


Quant aux prêts de liseuses chargées de livres sous DRM, c'est interdit (meme si tout le monde le fait, nous les premiers). Mais cela ne devrait plus être possible car l'achat de livres numériques se fera via PNB.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 month later...

bonjour


A priori si je veux participer au PNB, problème ! Je n'ai pas un SIGB qui me permet d'intégrer le PNB et si je me tourne  vers des solutions existantes du type Bibliondemand, cantoon station.. cela est encore onéreux. 


Nous avons déjà un abonnement à Numilog qui complète tant bien que mal l'offre des liseuses car leur catalogue n'est pas très riche. Mais les prix des logiciels de  gestion du PNB sont deux fois plus élevés que l'abonnement précité. Et il faut rajouter à ce coût l'achat non pérenne (cela revient à de la location) de livres assujetti à un nombre restreint de prêts (10 à 50) et à une durée limitée (1 à 6 ans) selon les éditeurs et même selon les titres ! cool ! c'est super simple à gérer !


Reste les offres sans DRM de Pure Players  que nous avons abandonnées car elles ne proposent que du streaming ce qui ne satisfaisait absolument pas notre public qui veut pouvoir lire partout sans être obligé de se connecter. 


Ma conclusion est la suivante : le PNB exclut donc d'emblée les petites structures (et nous sommes une moyenne structure avec un budget conséquent dédié au numérique). Pourquoi personne n'a réfléchi à cette question de l'accès au PNB pour tous ? quand on lit ou écoute les différents débats autour du PNB, cela semble tomber sous le sens que n'importe quelle bibliothèque doit pouvoir y accéder , personne ne pose la question du comment ?


A moins que, cela incite les bibliothèques à se regrouper pour  mutualiser leurs ressources, à travers un réseau départemental ou régional par exemple ? qu'attendons-nous pour le faire ?


Modifié par Analyz
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La librairie Le Divan vient de nous annoncer que l'achat au titre pour charger les liseuses que nous prêtons à nos usagers n'est dorénavant plus possible. Nous devons maintenant rejoindre le PNB si nous voulons des livres numériques.


Nous sommes en train de voir avec notre fournisseur de SIGB pour permettre l'accès à PNB mais cela va prendre du temps et de l'argent.


Connaissez vous des bibliothèques sous Orphée qui voudraient mettre en place PNB ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Analyz à ma connaissance, le prix des solutions dépend principalement de la taille de la bibliothèque. Déployer un portail dédié comme Cantook Station ou Bibliondemand n'est donc pas forcément plus cher qu'un abonnement Numilog pour les petites structures. Contrairement à Numilog, ces acteurs ne se rémunèrent que sur l'abonnement au portail et pas sur la vente des contenus, ce qui explique pourquoi déployer un portail PNB pour une structure de taille moyenne peut coûter plus cher.


 


@dthebault je ne crois pas qu'il y ait de bibliothèques sous Orphée qui ait lancé une offre PNB jusqu'à présent mais C3RB a certainement des pilotes en cours.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, pas de bibliothèques sous Orphée ayant lancé le PNB. Vu avec C3RB, Le Plessis Robinson et nous, le Val d'Orge, serions les premiers.


Nous sommes en reunion CUTO (association des bibliothèques sous Orphée) Jeudi prochain. Ce sera l'occasion de poser la question aux membres et à Orphée


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 months later...

Bonjour,


 


je me permets de faire remonter le sujet car j'ai appris début septembre qu'effectivement nous ne pouvions plus acheter de livres numériques avec drm via notre librairie en ligne pour charger nos liseuses comme nous le faisions auparavant. L'on m'a répondu que désormais tout service de prêt de livres numériques devrait passer par PNB. En tant que petite structure cela nous pose certains problèmes:


  • budgétaire d'une part, nous consacrions auparavant environ 1200€/an à l'achat de livres numériques, il me paraît difficile à budget constant de rentrer dans l'offre de PNB
  • techniques d'autre part, notre portail web ne nous permet pas actuellement d'y déployer l'offre PNB, et il n'est pas à l'ordre du jour de faire évoluer ce dernier (où l'on rejoint le pb budgétaire finalement)

Je cherche donc des solutions alternatives au projet PNB et je me demandais s'il était possible de passer directement des marchés avec des éditeurs refusant d'apposer des drm (liste disponible ici : http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2014/10/tous-les-%C3%A9diteurs-sans-drm.html)et qui seraient ok pour travailler avec des bibliothèques en dehors du projet PNB ? Cela me semble bancal puisque cela revient à se passer du libraire mais y'a t-il des bibliothèques qui fonctionnent ainsi ? Ou qui auraient développé des solutions alternatives efficaces ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Karine


 


Pour PNB il faut compter un peu moins de 20€ en moyenne par titre sur les paniers moyens constatés. Avec 1200€ vous auriez donc entre 50-70 titres, en fonction du type d'ouvrage qui vous intéresse.


 


La question du portail par contre peut être un vrai problème, avez-vous demandé aux acteurs déployant des solutions spécialisées (pour l'instant De Marque et Archimed sont les deux acteurs qui ont des solutions en production) un devis ?


Pour les petites bibliothèques municipales, il est souvent difficile de se lancer dans PNB en grande partie à cause de questions relatives au portail et aux coûts associés, le déploiement se fait souvent par le biais des BDPs dans ce cas.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

je me permets de faire remonter le sujet car j'ai appris début septembre qu'effectivement nous ne pouvions plus acheter de livres numériques avec drm via notre librairie en ligne pour charger nos liseuses comme nous le faisions auparavant. L'on m'a répondu que désormais tout service de prêt de livres numériques devrait passer par PNB. En tant que petite structure cela nous pose certains problèmes:

  • budgétaire d'une part, nous consacrions auparavant environ 1200€/an à l'achat de livres numériques, il me paraît difficile à budget constant de rentrer dans l'offre de PNB

techniques d'autre part, notre portail web ne nous permet pas actuellement d'y déployer l'offre PNB, et il n'est pas à l'ordre du jour de faire évoluer ce dernier (où l'on rejoint le pb budgétaire finalement)

Je cherche donc des solutions alternatives au projet PNB et je me demandais s'il était possible de passer directement des marchés avec des éditeurs refusant d'apposer des drm (liste disponible ici : http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2014/10/tous-les-%C3%A9diteurs-sans-drm.html)et qui seraient ok pour travailler avec des bibliothèques en dehors du projet PNB ? Cela me semble bancal puisque cela revient à se passer du libraire mais y'a t-il des bibliothèques qui fonctionnent ainsi ? Ou qui auraient développé des solutions alternatives efficaces ?

Bonjour,

 

Effectivement votre situation prouve une fois de plus que PNB contribue à renforcer la fracture numérique qui existe sur notre territoire. Les grandes villes peuvent se payer ce genre de service tandis que les petites voire moyennes villes sont dans l'incapacité budgétaire de proposer ce service. Cela introduit une inégalité de l'accès à la lecture numérique de citoyens...

 

Les solutions alternatives efficaces sont assez limitées. La voie contractuelle prouve déjà ses limites et souligne la nécessité de mettre en place un équivalent de la loi sur le droit de prêt du livre papier pour le livre numérique...

Vous pouvez toutefois vous appuyer sur des ressources disponibles librement sur le web notamment le domaine public. Enfin, cela demande un peu plus de temps mais vous pouvez proposer à vos usagers des livres sous licence Creative Commons.

 

Thomas

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement votre situation prouve une fois de plus que PNB contribue à renforcer la fracture numérique qui existe sur notre territoire. Les grandes villes peuvent se payer ce genre de service tandis que les petites voire moyennes villes sont dans l'incapacité budgétaire de proposer ce service. Cela introduit une inégalité de l'accès à la lecture numérique de citoyens...

 

Les solutions alternatives efficaces sont assez limitées. La voie contractuelle prouve déjà ses limites et souligne la nécessité de mettre en place un équivalent de la loi sur le droit de prêt du livre papier pour le livre numérique...

 

Je pense qu'en effet il y a un risque de renforcer la fracture numérique, par conte je ne suis pas persuadé qu'un équivalent de la loi sur le droit de prêt du livre papier permettrait de vraiment résoudre ce problème.

 

Une telle loi aurait le mérite d'amener une exhaustivité de l'offre et ce certainement pour un prix plus raisonnable, mais ne réglerait en rien le problème d'équipement des bibliothèques côté portail. Ce qui a été fait au Québec est assez intéressant : en mutualisant les coûts de portail, ils permettent aux plus petites d'accéder aussi à l'offre numérique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'en effet il y a un risque de renforcer la fracture numérique, par conte je ne suis pas persuadé qu'un équivalent de la loi sur le droit de prêt du livre papier permettrait de vraiment résoudre ce problème.

 

Une telle loi aurait le mérite d'amener une exhaustivité de l'offre et ce certainement pour un prix plus raisonnable, mais ne réglerait en rien le problème d'équipement des bibliothèques côté portail. Ce qui a été fait au Québec est assez intéressant : en mutualisant les coûts de portail, ils permettent aux plus petites d'accéder aussi à l'offre numérique.

 

Tu as raison Hadrien, j'aurais dû préciser qu'une loi permettrait d'avoir l'exhaustivité des titres sans embargo. Cela ne réglera pas le problème des outils. Mais peut-être que les BDP ont un rôle à jouer dans cette histoire...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu as raison Hadrien, j'aurais dû préciser qu'une loi permettrait d'avoir l'exhaustivité des titres sans embargo. Cela ne réglera pas le problème des outils. Mais peut-être que les BDP ont un rôle à jouer dans cette histoire...

 

Oui il y a clairement un rôle à jouer pour les BDP et d'autres structures similaires à l'étranger (comme on le voit en Suisse ou en Belgique).

 

Sans vouloir détourner la conversation initiale, l'autre grande question que pose un potentiel droit de prêt numérique reste la nature de la licence. Si le droit de prêt revient à perdre la simultanéité du prêt, pas sûr par exemple que les bibliothèques y gagnent sur les nouveautés, même avec un prix aligné sur le prix grand public.

Modifié par Hadrien
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...