Jump to content
Vallons

Navette

Recommended Posts

Vallons

En charge de la mise en réseau de 8 médiathèques, je suis à la recherche de modes innovants de navettes inter-bibliothèques (prêts de véhicules?, quels personnels?...).

Quelles seraient vos expériences ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Bonjour Vallons (et collines...)

 

Peu de renseignements sur ton environnement géographique, administratif, distances etc...donc difficile de te répondre de façon adaptée à ton cas. D'un autre côté je ne comprends pas ce que tu considère comme "innovant" (par rapport à quels autres systèmes ?). Une navette est une navette. Je te re-poste donc la réponse que j'avais faite en 2015 , en enrichissant un peu:

 

Dans notre Réseau une navette hebdomadaire (camionnette conduite par un agent ) part de la bibliothèque centrale et passe sur 4 structures, bientôt 7 (distance moyenne entre chaque bib : entre 15 et 20 km),  pour déposer les ouvrages réservés dans la bibliothèque de proximité du lecteur réservataire (celle où il s'est inscrit, dite aussi bib de rattachement, où il recevra donc toutes ses résas. Par contre il pourra rendre les documents n'importe ou) , d'où un mail lui est envoyé l'informant de l'arrivée de son document. Et elle reprend les résas à l'intention des autres bibs et les ouvrages rendus, qui retournent à leur bib d'origine.

 

Pour gérer tout cela nous avons besoin : d'identifier le demandeur par sa bibliothèque d'inscription, d'avoir des champs d'exemplaires de localisation : bibliothèque d'origine (non modifié car il faudra que le livre y retourne et un message est généré automatiquement à chaque retour indiquant que ce livre doit retourner dans la bib d'origine), bibliothèque actuelle (pour trouver le document sur l'opac), bibliothèque destinataire (qui donne, en cas d'ouvrage réservé mais indisponible le lieu de la future réservation), et enfin bibliothèque de sauvegarde (non modifié et qui donne, en cas de circulation massive d'ouvrages d'une bib à une autre, hors réservation, la bib d'origine) . On gère ainsi les réservations, on sait où se trouvent les documents à un instant T, on gère enfin des statistiques sur les transactions inter-bib, les lecteurs réservataires et leur provenance etc...

 

C'est un service coûteux en temps/agent (moins que des colis postaux tout de même) et en frais d'essence, mais qui permet de dépasser l'accès virtuel aux documents et de sortir enfin de la problématique évoquée par Isa, et dans laquelle nous étions encore il y a quelques années : on fait plutôt circuler les usagers. En milieu rural, avec des kilométrages parfois importants d'une bib à l'autre, la circulation des usagers n'est pas le système à privilégier. Donc c'est le document qui circule. C'est le premier élément à signaler pour la construction d'un argumentaire. Penser aussi au lectorat âgé, non voituré etc...et donner des stats à ce niveau si possible.

 

D'autre part l'agent-navette (pas question de prendre un bénévole pour des questions d'assurance, et encore moins de demander un chauffeur aux services techniques , donc c'est un agent de la bibliothèque centrale du réseau qui s'en occupe, avec un véhicule communautaire ou son propre véhicule si le véhicule du parc n'est pas disponible, frais de déplacement remboursés) fait aussi circuler des informations sur tout le réseau, ce qui n'est pas négligeable, transporte aussi du matériel d'animation le cas échéant, et peut aussi s'arrêter plus longtemps à un endroit, par exemple dans une structure bénévole, pour apporter une aide technique particulière. Il faut accumuler tous ces apports pour faire passer le projet auprès des élus. Et cela nécessite une redistribution des rôles et réorganisation du travail au niveau de la Centrale. Se méfier de la rotation des personnes sur ce type de service (qui peut paraître commode en termes de planning) car le service rendu par le "spécialiste" navette ne sera pas le même que celui de l'agent qui prend juste une place de chauffeur. On ne trimbale pas que des cageots mais aussi de l'info et une connaissance du suivi du système, c'est très important. Par ailleurs la gestion en interne par un agent de la bib est toujours beaucoup plus souple que l'appel à un autre service, (qui devrait intégrer ça dans son planning général)

 

La "rentabilité" n'est évidemment pas au bout de la route car les prêts par réservation ne concernent encore que 3 à 4% des prêts globaux. (ils sont passés à 6% depuis mon post de février 2015, surtout grâce au développement de la réservation en ligne). Si l'on pratique en plus un système de rotation massive des fonds d'une bib à l'autre,et qu'on y ajoute le transfert interne des documents fournis par la BDP (qui ne passe plus qu'à la centrale et non dans les autres bibs, pour des raisons d'économie), des expos, des valises thématiques, des matériels d'expo, etc.. on "rentabilise" davantage qu'avec de simples réservations individuelles.

 

Nous sommes sous Orphée.net. Je dis ça parce que les capacités de ton SIGB à gérer tout ça doivent être bien présentes et efficaces.

 

A noter que, à condition d'entrer dans une conception non patrimoniale des fonds, nous pourrions nous contenter de deux critères : bibliothèque actuelle (ou est le document) et bibliothèque de destination (qui le demande). Dans cette conception (appelée des "fonds flottants") un livre réservé par la bibliothèque B ne retourne pas à la bibliothèque A. Il reste chez B jusqu'à ce qu'il soit demandé par une autre bib.  L'intérêt informatique c'est que le SIGB n'a plus a gérer de localisations permanentes mais uniquement des localisations temporaires + un systeme de réservation disponible sur l'opac, via le portail et un accès abonnés. Ce système dit des fonds flottants a été défendu notamment par D. Lahary, mais peu de retours d'expérimentations sont disponibles. D'un autre côté, en termes de frais navette cela ne change rien car la navette fait exactement les mêmes trajets chaque semaine, ne serait-ce que pour servir les réservations individuelles. Il faut ruser pour argumenter auprès des élus, en accumulant le nombre de services rendus, car il est difficile de justifier de déplacements importants et réguliers pour servir 2 bouquins à un lecteur de la bibliothèque X. Et pourtant, si l'on met ce système en place et qu'on veut qu'il se développe, il faut respecter chaque demande. Imagine un facteur qui ne passerait que quand "ça vaut le coup", c'est impensable...

 

Nous n'avons pas franchi ce pas vers "les fonds flottants". Il est vrai que pour le franchir il faudrait d'abord s'affranchir de la notion de bibliothèque propriétaire. Les évolutions des réseaux en systèmes intercommunaux peuvent peu à peu amener à cela.

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

Alors regardons ce que pourrait être un service innovant dans le domaine des navettes interbib.

L'objet étant de transporter des documents d'un point A à un point B, je propose plusieurs solutions estivales.

- la Rando interbib à bicyclette.
Chaque ville fournit une équipe (de lecteurs ?), et avant le coup de pédale pour être le premier à livrer partout. (La ville, l'équipe qui gagne le plus de points reçoit une coupe, un prix en fin d'année ou de saison)

- Joindre l'utile à l'agréable
Le bibliothécaire en charge du prêt interbib fournit aussi les croissants et le petit déjeuner dans les bibliothèques. Service très apprécié !
A voir si on ne peut pas trouver un boulanger qui effectue la même tournée.
Si c'est l'après-midi, on peut varier les croissants en petits fours.

- le Barycentre du déjeuner.
On calcule le barycentre entre toutes les bibliothèques, et une fois par semaine/quinzaine un bibliothécaire de chaque médiathèque se rend à l'endroit indiqué avec son pique-nique, pour une concertation "au sommet". (L'idéal serait de trouver un restaurant sympa dans le coin, mais on échange les documents d'abord)

- la Rotation horaire ou antihoraire des gâteaux.
Chaque médiathèque est en charge d'un gâteau à apporter à ses voisins, préparé ou non par ses lecteurs.
Comme ça finirait par faire grossir les bibliothécaires, on peut changer le gâteau en une danse chorégraphique ou tribale à transmettre à son voisin... et voir comment elle revient en bout de cycle.

Sinon, on peut établir un diagramme de PERT entre les lieux de résidences des bibliothécaires et s'entendre pour que les plus proches se transmettent les prêts interbib. Mais c'est nettement moins glamour ou innovant.
https://fr.wikipedia.org/wiki/PERT

Bien sûr, on peut adapter les éléments précédents, en procédant à d'autres échanges :

- échange de chapeaux à porter durant la semaine
- échange d'oeuvres d'art
- le transfert du tricot / patchwork à finir
- les morceaux d'histoire (chaque bibliothèque écrit un paragraphe d'une histoire)
etc.

Dans les communes ou communauté de communes plus riches, on peut toujours faire la demande d'un système de livraison par drones. Chaque bibliothèque étant en charge du pilotage, à moins que le système ne soit automatique. (Cf. expérience de DHL http://www.lefigaro.fr/societes/2014/09/26/20005-20140926ARTFIG00065-livraison-par-drone-dhl-devance-amazon-et-google.php)

Voilà pour les services innovants.

Ajouter un petit plus peut transformer le service de manière agréable et sympathique.

Pour le reste, il y a la solution proposée par Ferris qui est fiable et solide. Un agent responsable de tout qui effectue la tournée des grands ducs, sans risque d'exploser les pèse-personnes !

Un peu de covoiturage ou un mini-bus permettrait en plus de rentabiliser la formule au niveau essence, mais il faut un chauffeur avec le bon permis.
Après, avec un guide (bibliothécaire ?) touristique, ça peut le faire aussi... en particulier l'été ! :D
  Bernard

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vallons

Merci  de vos réponses.

J'ai en effet déjà testé dans une CC les tournées par un bibliothécaire 1/ semaine dans le réseau. Solution idéale bien sûr mais qui pour le moment ne convainc pas les élus.

Ici le cas de figure est le suivant : pas de véhicule et argument des élus de ne pas payer des bibliothécaires pour faire du transport....à l'heure du numérique et du développement durable est-ce bien raisonnable, blablabla.

C'est pourquoi je cherche une solution innovante (appui/partenariat avec une auto-école ? une asso de portages de repas... que sais-je?). Je sais qu'au Quebec il y a un partenariat avec la poste....

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Si tes élus opposent developpement du numerique et circulation des ouvrages vers le public, c'est mal parti. Et la petite touche écolo "developpement durable" en plus en dit long sur le motif réel de leur refus .On est dans la mauvaise foi totale et en fait : tout est bon pour pas dépenser un rond de plus ! Alors que précisément le "developpement du numerique", c'est à dire par exemple le fait de pouvoir réserver des documents à distance sur ton site à partir de l'opac, permettrait, comme une une extension logique de ce développement, de développer le transport. Quel intérêt de réserver en ligne si je dois aller cherche le livre ? Autant me déplacer pour faire ma résa et prendre l'ouvrage s'il est disponible...

 

Ou alors ils entendent par là que l'avenir est aux tablettes et téléchargement de livres en ligne...:blink:

 

Le problème des partenariats c'est qu'ils impliquent une réciprocité, ou l'intégration dans le projet culturel global de territoire d'une asso subventionnée par ta CC. On y avait pensé au début, en mettant à contribution les bénévoles travaillant dans certaines bibliothèques (et utilisant par ailleurs leur véhicule pour aider dans l'associatif type transport d'aide alimentaire à domicile etc...). Mais ce qui est possible entre associations (a caractère social au passage et non culturel) ne l'est pas forcément entre service public et secteur associatif, pour des questions administratives et d'assurances. Par ailleurs il y aurait une perte qualitative dans le service rendu et peut-être un manque de régularité dans les prestations (ce qui est catastrophique dans ce type de service) 

Quand à l'aspect partenarial il est douteux : en fait, si on ne se cache pas les choses, tu chercherais une bagnole et un chauffeur gratos, essence gratos, le tout agréé et couvert par la CC . Bonne chance...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esmeralda

Bonjour,

 

Je lis vos réponses attentivement.. et j'aimerai poser une question au sujet de navettes. Pouvons nous mettre en place un tel système pour amener des livres à des personnes qui ne peuvent se déplacer puisqu'habitant dans un village assez éloigné ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Oui mais là tu entres dans un système de portage a domicile, en partenariat avec les services sociaux, en général le CCAS. Donc d'après un fichier de personnes reconnues comme ne pouvant se déplacer pour des raisons de santé etc..Ce qui veut dire que cela ne touchera pas forcément tes lecteurs éloignés mais un public plus large de personnes handicapées/isolées à différents niveaux(parmi lesquelles tu trouveras peut-être un lectorat). Et là un bénévole, en accompagnement d'un agent des services sociaux sur sa tournée, peut faire l'affaire. 

Une réponse ENSSIB la dessus, pointant notamment les limites légales (droit d'entrer chez les personnes etc...) http://www.enssib.fr/content/portage-domicile

 

Beaucoup de bibliothèques le font comme Dax par exemple http://bibliotheque.dax.fr/portage-de-livres-domicile ou Angers http://bm.angers.fr/services/bibliotheque-a-domicile/ ou encore Grenoble http://www.bm-grenoble.fr/609-a-domicile.htm

 

Tu as des cas intéressants où on passe par un secteur associatif déja existant dans l'aide aux personnes comme ici :http://www.paysdemugron.fr/Communaute-de-communes/Solidarite-Sante/Le-portage-de-livres-a-domicile

 

Il faudrait t'adresser à l'ADMR de ton coin  en passant sur la fédération ADMR (aide à domicile en milieu rural) qui fédère des associations de services à la personne.

 

L'idée est donc bonne et à creuser, mais il te faut du monde et des gens compétents et motivés. Si tu dois le faire toi-même, c'est trop chronophage. Il me semble qu'il est possible aussi de déposer un dossier de subventionnement pour ce type de projet.

Share this post


Link to post
Share on other sites
batmanwillneverdie

Hello tout le monde.

je me permets juste d'intervenir pour te dire que sur ton problème de navette, il te faudrait d'abord recenser l'existant dans les services de ton interco privés ou, mieux, publics. En effet il serait peut-être possible de se greffer à l'un d'eux et de transporter des caisses par cet intermédiaire en imaginant un système de convention, de marché etc. Tu en parles d'ailleurs avec ton exemple d'auto-école. Exemple : ramassage des poubelles, transport scolaire, CCAS, La Poste etc. 

Il faut aussi bien prendre en compte le contexte territorial : distance à parcourir, personnels disponibles aux heures de livraison, population etc.

Il faut également convaincre les élus sur le bien fondé de la circulation des docs dans le réseau, c'est sûrement le plus difficile.

Share this post


Link to post
Share on other sites
RLP

Bonjour,

je reprends le fil de cette conversation pour demander si certains d'entre vous ont édité des profils de poste spécifique pour les personnels qui gèrent les navettes dans les réseaux intercommunaux de bibliothèques.

je n'ai pas pour le moment de problémes d'argumentation pour la mise en place de la navette car cela était convenu dans la prise de la compétence. Mais la masse de travail étant conséquente pour gérer la navette il deviens indispensable pour le bon fonctionnement de notre reseau de recruter un personnel dédié à cette "enorme"tâche n'ayant moi même que peu de temps dédié dans ma fonction de coordinatrice.

merci beaucoup d'avance pour vos réponses.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Chez nous c'est une des tâches dévolues à l'agent qui fait la liaison avec la BDP (réception du bibliobus le vendredi, intégration des notices...)et le suivi des bénévoles des annexes (formation, choix des livres etc...), et qui supervise la navette interne du réseau ( préparation des bacs 1 fois par semaine le mardi, 11 bibliothèques, mais nous avons depuis 1 an un chauffeur livreur car elle ne pouvait plus assurer seule l'ensemble des tâches). Sa fiche de poste est une fiche "interco" type, avec forte mobilité. Grade Adjointe du patrimoine. Elle passe peu de temps en "front office", l'essentiel se faisant en interne et déplacements. Inconvénients : de gros besoins de suivi personnel dans pas mal de domaines.En cas d'absence, c'est souvent difficile de la remplacer sur tous les fronts...

Share this post


Link to post
Share on other sites
RLP

Merci Ferris, c'est effectivement ce type de fiche de profil que je recherche, sauf que le suivi des équipes sera conjointement assuré par moi et cette personne.Qu'entends tu par fiche de poste "interco" type? (j'ai faits quelques recherches justement et je n'en ai pas trouvé...?) Tu parles aussi de lien avec la BDP les vendredi vous avez des dépôts chaque semaine?

Merci d'avance

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Tu n'as pas de profil de poste spécial pour ce type de mission. C'est à toi, d'après tes besoins, de définir une fiche de poste (attention à ne pas confondre, le profil c'est pour l'annonce, la fiche c'est en interne) et d'en prendre les éléments principaux pour libeller ton annonce. C'est pour ça que j'avais mis "interco" entre guillemets, dans la mesure où nous sommes tous intercommunaux.

 

A faire apparaitre de toutes façons : la mobilité, la transversalité (y a pas plus transversal que ce type de poste), chargé de formation et du suivi du réseau, et un titre quelconque type "référent territorial" par exemple, puisque c'est l'acteur principal itinérant du territoire (l'interco) sur le terrain (bibliothèques, mais aussi partenaires associatifs, écoles etc...à toi de voir jusqu'où ça va) et celui qui va gérer en direct les relations avec la BDP. Selon l'étendue des tâches, ce pourrait être un cadre B, mais si tu suis le truc de près, on peut faire avec un categorie C.

 

Pour la navette-bibliobus, tu as raison, c'est une fois par mois. Mais l'agent en question peut passer à la BDP faire des échanges en direct (il y a un planning évidemment) d'autres jours du mois, ou chercher une expo etc.. et même y emmener des bénévoles. La BDP a conclu un arrangement : on ne passe plus qu'une fois par mois, mais on a amenagé un espace (environ 4000 docs) à la BDP pour faire des echanges d'autres jours.

Elle peut aussi les emmener en librairie pour faire des achats "sous contrôle". C'est donc un suivi qui peut peser lourd, en termes de temps, selon les tâches confiées.

 

Pense au permis de conduire et à la bonne qualité des relations avec les personnels, car c'est stratégique comme poste. Si l'agent ne s'entend pas avec les benevoles ou la BDP, c'est mauvais.

 

Un conseil : fais ta fiche de poste en premier et le profil de recrutement ensuite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...