Aller au contenu

Lancement de la mission d'Erik Orsenna sur la Lecture Publique


Messages recommandés

il y a 36 minutes, Louve a dit :

Personne au titre de l'ABF du Pas-de-Calais

 

Là ça me sidère, Anzin, la bib de notre ex-présidente Anne Verneuil, militante s'il en est, fait partie du groupe ABF ! Il se passe quelque chose....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 300
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

  • Louve

    92

  • Ferris

    80

  • B. Majour

    45

  • BiblioEdualk

    35

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Bonjour à tous!   Comme  promis un petit retour, bref, succint: M. Orsenna n'était pas présent, pris par d'autres urgences.   La responsable-adjointe de la DRAC a insisté  sur

Une centaine de places dans l'auditorium, pas toutes remplies mais bien plein. Le public vidé était les élus et professionnels du département, car la thématique était rurale - logique pour un dép

Le titre complet est « Voyage au pays des bibliothèques - Lire aujourd'hui, lire demain ».   J'ose espérer que les bibliothèques ne seront pas réduites à la lecture dans ce rapport. J'ose pe

il y a 18 minutes, Ferris a dit :

Là ça me sidère, Anzin, la bib de notre ex-présidente Anne Verneuil, militante s'il en est, fait partie du groupe ABF ! Il se passe quelque chose....

 

Personne d'Anzin, ni de Valenciennes.

En basant sur la liste de participants et en en ne comptant pas les intervenants:

  • Pas-de-Calais (en comptant les collègues de la BD): 97%

Je vous laisse juge...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 23 heures, Louve a dit :

l'importance donnée à lire et faire lire: 18 000 bénévoles sur lesquels les bibliothèques "devront s'appuyer"

 

Là, j'avoue qu'il y a une carte à jouer. Puisque ce sont des bénévoles qui feront les lectures, sous couvert de l'association Lire et Faire Lire, on va gentiment leur remettre la facture de la SCELF !

Ou alors, leur signifier que ces lectures ne sont plus possibles, parce que trop chères.

 

Après tout, ils ont l'oreille du président.

Si ce "voyage" dans les bibliothèques n'est plus jouable, s'ils doivent payer... tout leur plan va capoter.

 

En plus, eux aussi font des lectures publiques. Combien vont-ils payer ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, Ferris a dit :

Il se passe quelque chose....

 

Normalement, oui, il y avait une négociation dans les tuyaux si j'ai bien suivi les rares infos passées durant l'été.

 

Par contre, le silence de l'ABF est un tantinet dommageable.

Enfin, quand ils sont eux-mêmes au courant en ce qui concerne le voyage de Sire Orsenna, ambassadeur es bibliothèques.

Parce que la réalité est peut-être plus crue : les bibliothécaires n'étaient pas désirés sur ces réunions.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, B. Majour a dit :

En plus, eux aussi font des lectures publiques. Combien vont-ils payer ?

 

A mon avis rien.

Lire et faire lire est soutenue par Alaxandre Jardin, par le ministère de l'Education nationale.

Ils ont indéniablement des appuis qui les légitiment beaucoup plus que nous.

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, B. Majour a dit :

Normalement, oui, il y avait une négociation dans les tuyaux si j'ai bien suivi les rares infos passées durant l'été.

 

Mais rien ne filtre!

Sauf le dernier communiqué.

Si ça continue on va accepter de payer le "modeste forfait" et après il sera trop tard, nous serons obligé de cracher au bassinet  à chaque fois

 

il y a 3 minutes, B. Majour a dit :

Parce que la réalité est peut-être plus crue : les bibliothécaires n'étaient pas désirés sur ces réunions.

 

Si cela est vrai, il faut le dire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Louve a dit :

"modeste forfait"

 

Modeste forfait ?

C'est 20 % de mon éventuel budget d'animation.

 

il y a une heure, Louve a dit :
il y a une heure, B. Majour a dit :

Parce que la réalité est peut-être plus crue : les bibliothécaires n'étaient pas désirés sur ces réunions.

 

Si cela est vrai, il faut le dire.

 

Parfois, on n'a pas besoin de te faire un dessin.

C'est clair.

 

Si un "ami" ne t'invite pas à son mariage, tu sais alors très bien ce qu'il pense de toi.

 

Est-ce que le voyage de Monsieur Orsenna est une tournée promotionnelle pour son ouvrage, ou un véritable service pour les bibliothèques et les populations.

On va bientôt pouvoir l'analyser. En profondeur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, B. Majour a dit :

Modeste forfait ?

C'est 20 % de mon éventuel budget d'animation.

 

C'est bien parce que je connais cette problématique que j'ai utilisé les guillemets!

"Modeste" aux yeux de la SCELF, important pour certains d'entre nous et la certitude que si nous payons une fois, pour nous en dépêtrer, ce ne sera vraiment pas aisé.

 

il y a 4 minutes, B. Majour a dit :

Parfois, on n'a pas besoin de te faire un dessin.

C'est clair.

 

Si un "ami" ne t'invite pas à son mariage, tu sais alors très bien ce qu'il pense de toi.

 

 

Oui.

Mais l'ABF nous avait fortement incité à venir à Paris en septembre.

L'ABF est apparemment fortement impliqué, affiche son envie de mettre les bibliothèques au cœur de la vie politique.

Si difficultés il y a, ne rien nous dire n'est pas une bonne tactique.

 

il y a 7 minutes, B. Majour a dit :

Est-ce que le voyage de Monsieur Orsenna est une tournée promotionnelle pour son ouvrage, ou un véritable service pour les bibliothèques et les populations.

On va bientôt pouvoir l'analyser. En profondeur.

 

Pour une tournée promotionnelle, il n'aura guère bougé! Il n'était pas présent dans nombre de villes annoncées sur le site du ministère à la rubrique "Tour de France des bibliothèques".

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎16‎/‎12‎/‎2017 à 13:03, Marcel a dit :

ce rapport remis le 20 décembre prochain s'intitule :

"voyage au pays des bibliothèques"

 

Le titre complet est « Voyage au pays des bibliothèques - Lire aujourd'hui, lire demain ».

 

J'ose espérer que les bibliothèques ne seront pas réduites à la lecture dans ce rapport. J'ose penser que les CD,DVD, la proposition d'ateliers de code, l'accès à Internet, à un poste informatique (accès aujourd'hui vitaux pour nombre de démarches) et toutes les autres initiatives seront prises en compte dans ce rapport.

J'escompte que les bibliothèques ne seront pas présentées comme devant être les supplétifs de l'éducation nationale.

 

J'attends ce rapport avec impatience:

  • enfin, nous aurons la liste des bibliothèques/médiathèques visitées
  • nous saurons qui serons les "bons" et les "mauvais" : M. Orsenna a bien indiqué qu'il entendait le dire
  • nous aurons une idée du nombre de séances de "racontage d'histoire", d' "heures du conte", ce qui facilitera grandement la collecte d'argent de la SCELF

 

Impatience mais aussi inquiétude...

Modifié par Louve
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dernière étape le 15, remise du rapport le 20 : fallait bien recruter un écrivain professionnel pour écrire aussi vite... :blink:

 

Au moins, il a dû bosser dessus dimanche, c'est bien, il donne l'exemple !  :angel:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais ouvert un sujet en demandant "Qui parle pour les bibliothèques", en me disant que je poussais un peu le bouchon.

 

Je pose toujours la question : j'ai la méchante impression que notre métier prend et va prendre des coups. Qu'on veut nous rendre inutile, parce que l'avenir, c'est ouvrir les bibliothèques, sans aller plus loin dans la réflexion, juste afficher de magnifiques horaires.

Que l'avenir, ce sont les employés qui travaillent gratuitement, les bénévoles.

Que de toutes façons, bibliothécaire, ce n'est pas un métier, donc pourquoi payer des gens alors qu'on a 10 fois plus de volontaires potentiels prêts à faire pareil pour 0 euros. Enfin, c'est ce qu'on essaie de faire croire.

Qu'on va remplacer les professionnels par les asso, comme (exemple au hasard) "Lire et faire lire". Ca va quand même leur faire drôle, à nos élus, quand ils vont découvrir qu'ils ont échangé des fonctionnaires soumis à une obligation d'obéissance contre des asso avec qui il faut négocier. Encore que. Négocier, ça fait partie de la politique, après tout.

 

Je suis déprimé par ce que je lis depuis quelques jours. Orsenna et son pseudo tour de France fait un mal extraordinaire aux bibliothèques et à notre métier. Il veut notre peau, et cet imbécile ne le sait même pas ! Parce que dire et répéter à des élus qui n'ont plus d'argent que pour faire fonctionner des bibliothèques, il suffit d'avoir recours massivement aux bénévoles, ça fait des dégâts, surtout quand l'imbécile est accompagné du "ravi de la crèche" Alexandre Jardin (l'expression est d'un de mes lecteurs) qui fait de l'entrisme pour son asso.

Et qui, apparemment, raconte n'importe quoi sur celle-ci, d'après certains échos arrivés à mes oreilles...

D'ailleurs, j'ai eu la semaine dernière une nouvelle adhérente de "Lire et faire lire" qui ne comprenait pas que chez nous, elle ne pouvait pas avoir de "livres gratuits". Ben oui, chère madame, cette asso aurait peut-être dû vous expliquer que toutes les bibs n'ont pas de partenariat avec eux. Genre la mienne, pas de bol, donc il vous faudra payer votre abonnement comme tout le monde.

 

Alors ? Qui va pousser une gueulante pour nous défendre devant les hautes instances ? L'ABF est-elle morte ? Super-Bibliothécaire arrivera-t-il pardon, Wonder-Bibliothécaire arrivera-t-elle à temps pour arrêter le super-vilain ?

La suite... dans 2 jours !

 

Sic transit gloria mundi... Ca me paraît un bon slogan pour notre métier, non ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, BiblioEdualk a dit :

Qu'on va remplacer les professionnels par les asso, comme (exemple au hasard) "Lire et faire lire". Ca va quand même leur faire drôle, à nos élus, quand ils vont découvrir qu'ils ont échangé des fonctionnaires soumis à une obligation d'obéissance contre des asso avec qui il faut négocier. Encore que. Négocier, ça fait partie de la politique, après tout.

 

Et revenir aux bonnes vieilles recettes: les bibliothèques associatives fin XIXème, début XXème, celles dont le rôle était d'édifier les masses populaires en leur proposant les "bons" livres.

 

il y a 4 minutes, BiblioEdualk a dit :

Je suis déprimé par ce que je lis depuis quelques jours. Orsenna et son pseudo tour de France fait un mal extraordinaire aux bibliothèques et à notre métier. Il veut notre peau, et cet imbécile ne le sait même pas ! Parce que dire et répéter à des élus qui n'ont plus d'argent que pour faire fonctionner des bibliothèques, il suffit d'avoir recours massivement aux bénévoles, ça fait des dégâts, surtout quand l'imbécile est accompagné du "ravi de la crèche" Alexandre Jardin (l'expression est d'un de mes lecteurs) qui fait de l'entrisme pour son asso.

 

Il n'est pas seul à décider et à penser. Il a été missionné par Mme La Ministre qui a elle même des directives du Président de la République et du Premier Ministre.

Mais il est vrai que nous sommes à la peine.

Je ne suis pas fan de gueulantes mais force est de constater que la recherche du consensus à tout prix n'est pas très efficace... 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le pire c'est que nous devenons officiellement des supplétifs de l'Education nationale. Ce que sont déja les Lire et faire lire. Comme les Harkis l'étaient pour l'armée française. 

Définition : Supplétif : Qui est destiné à venir en aide à ce qui est incomplet ou insuffisant; qui sert de supplément

Donc notre légitimité change. Nous n'avons plus de valeur intrinsèque. Nous ne valons que par notre apport à une autre institution.

C'est surtout cela qui changera les choses en profondeur. Le reste n'est pas nouveau : plus de bénévoles et moins de fonctionnaires, c'est une vieille chanson, que chacun d'entre nous peut vivre localement. Mais nous restions maîtres du jeu. Les benévoles étaient nos supplétifs, comme l'EN notre partenaire. C'est le contraire qui va se produire. Jetez toujours un regard sur ce qui se passe en Grande-Bretagne...

 

Je nous souhaite bonne chance ....:sick:

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, BiblioEdualk a dit :

L'ABF est-elle morte ?

 

Non, non.

 

L'ABF est sur le front (Letre n° 118):

Les prochaines années s’annoncent riches avec les mesures prises à la suite de la mission Orsenna, une loi sur les bibliothèques qui se précise, une enquête sur la valeur économique et sociale des bibliothèques et, peut-être une campagne de communication nationale. Mais l’ABF continuera à défendre les intérêts des bibliothèques en particulier sur la réforme européenne du droit d’auteur, PNB ou les heures du conte.

 

Il y a 6 heures, BiblioEdualk a dit :

D'ailleurs, j'ai eu la semaine dernière une nouvelle adhérente de "Lire et faire lire" qui ne comprenait pas que chez nous, elle ne pouvait pas avoir de "livres gratuits". Ben oui, chère madame, cette asso aurait peut-être dû vous expliquer que toutes les bibs n'ont pas de partenariat avec eux. Genre la mienne, pas de bol, donc il vous faudra payer votre abonnement comme tout le monde.

 

Ben, pas difficile de lui dire que son abonnement - à elle - va augmenter puisque la Scelf va demander 100 euros par an.

- Faites remonter l'info à Alexandre Jardin, chère madame. :fear:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lu sur Actualitté :

Citation

ALERTE – Les rédactions ont été averties ce matin par courriel qu’il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir parcourir Voyage au pays des bibliothèques, Lire aujourd’hui, Lire demain… « La remise du rapport Orsenna initialement prévue le 20 décembre ne pourra pas avoir lieu. Une date sera prochainement transmise », annonce le ministère de la Culture sans plus d’explications. 

 

C'est tentant de troller, mais je m'abstiendrai, d'autant que je-ne-sais-plus-qui a précisé qu'Orsenna était absent à Arras le 15 pour cause de grippe. Il a le droit de se rétablir.

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, BiblioEdualk a dit :

C'est tentant de troller, mais je m'abstiendrai, d'autant que je-ne-sais-plus-qui a précisé qu'Orsenna était absent à Arras le 15 pour cause de grippe. Il a le droit de se rétablir.

 

 

J'étais à Arras. On nous a dit que M. Orsenna était absent étant "retenu par des affaires importantes"...

Sinon Mme La Ministre de la Culture a présenté son programme aux journalistes du Monde;

http://www.lemonde.fr/culture/article/2017/12/18/francoise-nyssen-le-passe-culture-ne-sera-pas-un-gadget_5231266_3246.html

 

Un article dans le Figaro sur le Passe culture:

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/12/19/03004-20171219ARTFIG00081-francoise-nyssen-le-passe-culture-ne-sera-pas-un-gadget.php

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, BiblioEdualk a dit :

Ah, et pour info :

http://www.courrierdesmaires.fr/72626/bibliotheques-animer-un-reseau-de-benevoles/

 

L'article date du 15 décembre. Je n'y ai pas accès, mais les premières lignes sont intéressantes... C'est un drôle de hasard que ce genre d'article paraisse maintenant, non ?

 

La fameuse grenouille que l'on fait bouillir à petit feu....

Et bientôt l'estocade...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article du Courrier des maires est le plus scandaleux et le plus "militant" à rebours que j'aie pu lire depuis le début de cette mascarade. Il a le mérite d'être extrêmement clair. Merci pour le lien.:wink:

 

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

 

Je continue ma veille documentaire. Si on ne se limite pas à Google Actu, il y a de suite un peu plus de résultats !

 

http://www.maire-info.com/culture-sports-et-loisirs/culture/le-gouvernement-debloque-des-fonds-pour-les-bibliothques-article-21362

C'est le point de vue des maires, plutôt intéressant - eux-aussi ont été surpris de la rallonge de 8 millions avant qu'Orsenna rende son rapport, mais quand on vous offre de l'argent, on ne le refuse pas !

 

https://www.arte.tv/fr/videos/079963-000-A/l-ouverture-des-bibliotheques-le-dimanche-le-defi-d-erik-orsenna/

Oui, Arte, la chaîne intelligente (c'est tellement rare) a fait un sujet sur Orsenna à Toulouse (le 24/11) ! Oui, quelqu'un parle d'Orsenna ! Dans une bibliothèque ! Truc de dingue ! :cheer:

 

http://tempoterritorial.fr/wp-content/uploads/2017/11/DiagTemporelBibli-TrameTempo-1.pdf

Je ne connais pas cette organisation, mais ils proposent des pistes de réflexion sur l'adaptation des horaires des bibs. Il faut bien s'y préparer...

 

C'est tout pour aujourd'hui

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ignatius Kaltenbrunner

Tout va bien, un édifiant post du Club de Mediapart que je vous soumets car il est si bon de partager la persistance des copains et des coquins quel que soit le régime :

 

L'arbre qui cache la ministre

20 DÉCEMBRE 2017 | PAR PATRICK DAQUIN

Menacée par une procédure judiciaire engagée par l'inspection du travail, la librairie parisienne « L'arbre à lettres » vient d'être autorisée à faire travailler des salariés le dimanche par le préfet de Paris. L'ombre de la ministre de la culture, Françoise Nyssen, plane sur cette opportune décision.

Non contente d'être autorisée par la maire de Paris à ouvrir onze fois ses portes le dimanche en 2017 (contre quatre fois en 2016), la librairie « L'arbre à lettres », installée dans le quartier de la Bastille à Paris, fait travailler des salariés tous les dimanches après-midi au mépris de l'interdiction fixée par loi, que ni les assouplissements introduits en 2009, ni les amples mesures de libéralisation adoptées en 2015(dans le cadre de la loi dite Macron), n'ont définitivement entamée.

En 2015 justement, un amendement du sénateur (UMP) de Paris, Philippe Dominati, surnommé « amendement Fnac », avait tenté d'introduire dans la loi une dérogation permanente de droit au profit des « commerces de détail de biens culturels », en vue de « permettre au commerce culturel de proximité, notamment du livre, de faire face à la concurrence exponentielle d’Internet, dont les ventes le dimanche sont les plus importantes, de maintenir son implantation de proximité au cœur des villes, et ainsi de continuer à permettre un accès aisé aux produits culturels ».

La protestation des syndicats des salariés du commerce et du syndicat national de la librairie française en avaient finalement eu raison (le ministre de l'époque, Emmanuel Macron, ne s'y était de son côté pas opposé, s'en remettant alors à la « sagesse » des sénateurs). Pour la petite histoire, les magasins Fnac parisiens se sont ensuite trouvés pris dans les zones touristiques internationales prévus par la loi et ont donc été autorisés à ouvrir leurs portes le dimanche...

Mais revenons à la librairie « L'arbre à lettres », qui a récemment été prise par l'inspection du travail en flagrant délit d'infraction à la règle obligeant les entreprises ne bénéficiant d'aucune dérogation à donner le repos hebdomadaire aux salariés le dimanche. Face à son refus de se conformer à la loi, l'inspection du travail a saisi le juge des référés, afin qu'il ordonne « toutes mesures propres à faire cesser... l'emploi illicite de salariés » le dimanche, et notamment la fermeture de la librairie ce jour-là, mesure qu'il peut assortir d'une astreinte. Une procédure (créée en 1992) rapide et relativement efficace.

L'audience - publique - s'est tenue le 16 novembre 2017 au tribunal de grande instance de Paris. Le Comité de liaison intersyndical du commerce parisien (Clic-P) s'est joint à la procédure engagée par l'inspection du travail. Le jugement a été renvoyé au 19 janvier 2018.

C'est alors que le préfet de Paris intervient et prend, le 14 décembre 2017, un arrêté « accordant à la SAS L'ARBRE A LETTRES une autorisation pour déroger à la règle du repos dominical » pour une durée de 3 ans, au motif que « la fermeture de ce commerce le dimanche après-midi en [raison] du repos dominical simultané le dimanche de tout le personnel salarié affecterait son fonctionnement normal [le terme retenu dans la loi est « compromettrait » et non simplement « affecterait »] et porterait préjudice à la clientèle ».

La décision, contraire à la jurisprudence du Conseil d’État appliquée aux établissements de vente d'articles de librairie-carterie (ici) ou de livres, disques et vidéos (là), est publiée le jour même au recueil des actes administratifs (ici, pages 59 et 60).

Le préfet n'est pas intervenu de sa propre initiative, mais à la demande de la librairie, dont le président n'est autre que Jean-Paul Capitani, mari de l'actuelle ministre de la culture, Françoise Nyssen, qui l'a d'ailleurs elle-même présidée de 2015 à sa nomination rue de Valois.

Qu'elle soit la conséquence d'une intervention politique directe ou le fruit d'une complaisance instinctive, la décision du préfet de Paris est en tout état de cause fort opportune.

Voir les 4 commentaires

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, Ignatius Kaltenbrunner a dit :

Le préfet n'est pas intervenu de sa propre initiative, mais à la demande de la librairie, dont le président n'est autre que Jean-Paul Capitani, mari de l'actuelle ministre de la culture, Françoise Nyssen, qui l'a d'ailleurs elle-même présidée de 2015 à sa nomination rue de Valois.

 

Merci pour ce précieux renseignement qui éclaire tout le reste et présage de ce qui nous attend.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ignatius Kaltenbrunner

Ou est la méprise ?

le sujet est ailleurs je crois Louve dans cette décision ...

 

Cela dit de femme d'affaire avisée en DRH tout à fait avisée en matière d'actionnariat ce gouvernement aux couleurs de la "société civile" ne vaut guère mieux que les autres c'est sûr ...

 

Autre signe inquiétant, le Tokyo Paris du Premier Ministre (qui aime tant les bibliothèques) c'est plus de 10 ans de mon

traitement net actuel, je vous fais grâce du nombre d'années de smic pour quelques heures de vol et un gain de 2 heures 

paraît-il ...

 

Les chiffres de l'INSEE sont éloquents également ...

 

IOUPI nous allons être désherbés !

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...