Aller au contenu

Concours interne ou externe ??


Messages recommandés

il y a 2 minutes, olivierH a dit :

Plus ou moins. Je connais pas mal de jeunes attachés de la filière administrative recrutés comme contractuels à la sortie de leurs études, mais sur un poste de A. Ils ont obtenu le concours d'attaché et ont été nommés sur leur poste, sans faire un tour en C.

 

Effectivement l'emploi de contractuels remplace dans une certaine mesure la formation post-concours qui existait auparavant... Une des dommages collatéral est que ces personnes recrutées comme contractuelles, si elles échouent au concours elles sont bien souvent gardées malgré tout. Leur poste n'est pas déclaré et cela alimente le problème des reçus-collés.

 

Pour les bibliothèques, le problème est différent: les postes sont de plus en plus rares, certains sont déclassés ( ce qui est loin d'être marginal!); ils sont donc nombreux à entrer dans la carrière par la "petite porte".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 106
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

  • Louve

    26

  • Ferris

    19

  • B. Majour

    13

  • Babarette

    13

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Les perspectives de seconde carrière pour les enseignants, y compris par voie du détachement, sont une arnaque pure et simple. Le concours par voie externe encore davantage.Y compris  par la voie des

Tu as raisons Ferris, notre métier n'est pas un centre de repos et de réadaptation pour agents en difficultés. Ce qui est problématique est que cela nous colle à la peau depuis longtemps, très lo

Voilà, on apprend aussi ces notions en DUT, en licence, maitrise pro et DESS orientés métiers du livre. Tout à fait. C'est mon cas. Et j'ai appris/consolidé ces aspects egalement dans la formation pos

Je me suis probablement mal exprimée...

On peut être passé par tous les stades du métier, avoir observé, s'être formé et ne pas être un "bon" chef, bien entendu. L'inverse est tout à fait possible aussi: débouler dans le métier avec son expérience hors bib, se former, observer et devenir un "bon" chef.

Pour le moment, dans ma carrière, je n'ai pas encore rencontré ce deuxième cas de figure. C'était même l'inverse. Et se retrouver à devoir récupérer les erreurs de chefs qui n'avaient pas envie, n'arrivaient pas à manager ou ne voulaient pas comprendre voire ignoraient complètement les tâches des agents ne me laisse pas un bon souvenir...

J'espère que la suite de ma carrière me permettra de me forger une autre opinion ;-).

 

Je ne veux blesser personne en relatant ma propre expérience, juste informer, et je souhaite sincèrement à toutes les personnes ayant réussi ce satané concours (quelle chance!!) de vite trouver un poste et de s'éclater!! (en gardant à l'esprit que les équipes les attendent peut être au tournant, dans le sens où les équipes attendent un cadre connaissant son environnement, ses difficultés et qui connait "l'envers" du décor, tout en étant un moteur pour la structure...).

 

Bonne journée à tous!

  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup Paugo pour ces encouragements !

 

Oui, en effet, on apprend forcément des choses en DUT ou dans un master sur les bibliothèques, mais est-ce qu'on apprend vraiment à manager une équipe? 

 

Je n'aurais certainement pas dit non à une formation, même (et surtout!) longue et de qualité. J'insiste sur la qualité parce que ce n'est pas parce qu'on a une formation qu'on est formé. 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 8 minutes, Babarette a dit :

mais est-ce qu'on apprend vraiment à manager une équipe?

MASTERS ENSSIB, tu as des cours de gestion d'équipe, gestion de projet sans compter les stages.

C'est une base.

Puis au fur et à mesure, il y a l'expérience, l'analyse des conneries que l'on a faite,  de ce que nous pourrions faire différemment, la souplesse et l'adaptabilité parce que selon l'environnement tu changeras en partie ta manière de travailler.

Modifié par Louve
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Paugo

Tu fais l'apologie du "démarrage au bas de l'échelle" et tu as raison. En termes de connaissances du métier c'est indispensable. Et plus que jamais vu l'éparpillement de la définition de ce métier.

Pour ce qui est du management, je ne vais pas reprendre les débats sur le charisme vs autorité hierarchique, mais c'est une problématique différente. Chez nous par exemple, dans les services techniques, tous les chefs ont commencé en bas de l'échelle. Et c'est la seule façon pour eux d'être ensuite acceptés comme "chefs" par leurs agents. Parce qu'ils savent que le chef connait leurs problèmes. 

Je ne sais pas ce que c'est qu'un bon ou mauvais chef, mais, même en bibliothèque, c'est d'abord quelqu'un dont les subordonnés reconnaissent les compétences. Le grade ne changera rien à l'affaire. Sans cette reconnaissance collective, on ne manage pas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, Louve a dit :

 

MASTERS ENSSIB, tu as des cours de gestion d'équipe, gestion de projet sans compter les stages.

C'est une base.

 

Pas sûre qu'avoir des cours suffise à savoir le faire. 

Pour les stages, j'étais au courant. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Babarette a dit :

Pas sûre qu'avoir des cours suffise à savoir le faire. 

 

Certes, mais sans aucun cours ni aucune notion, tu patauges beaucoup plus dans la semoule.

Dans gestion d'équipe il y a connaissance des règles de droit par exemple par rapport au travail, à la hiérarchie, aux contribuables. Et ça ne s'invente pas.

Il y a des méthodes d'animation d'équipe qui ont fait leurs preuves (libres à chacun de les triturer pour vraiment se les approprier).

L'analyse d'un organigramme est très parlante, elle te donnes des pistes sur le fonctionnement en place.

L'accompagnement au changement ça s'apprend aussi.

 

il y a 13 minutes, Ferris a dit :

Je ne sais pas ce que c'est qu'un bon ou mauvais chef, mais, même en bibliothèque, c'est d'abord quelqu'un dont les subordonnés reconnaissent les compétences. Le grade ne changera rien à l'affaire. Sans cette reconnaissance collective, on ne manage pas.

 

Ca c'est certain!

Mon équipe sait que j'ai des compétences, elle sait aussi que si j'ai un doute je ne réponds pas immédiatement, je vérifie avant.

Il y a la reconnaissance collective et surtout le plaisir à travailler. Des agents dont on m'avait dit  "ils ont trop bêtes, jamais on ne pourra les bouger, vous rêvez!" ont un sourire jusqu'aux oreilles parce que maintenant, oui, ils participent. Cela a nécessité de travailler en équipe, d'expliquer, de reformuler, ça prend du temps mais c'est beaucoup plus efficace qu'avant où un bib faisait tout seul sous prétexte qu'il était plus intelligent que les autres. 

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...