Aller au contenu
Aurem

Journée type d'un bibliothécaire territorial

Messages recommandés

Ferris

Penses-tu, au contraire. Les seules personnes qui m'agacent ce sont celles qui suivent le forum et n'y disent jamais un mot, ensuite celles qui ont passé des concours, trouvé des postes etc...et qui ne font jamais de retours la-dessus ni sur rien, les disparues, celles qui prennent et ne donnent rien en échange.

On verra bien après tes entretiens, voire une embauche,  si tu es aussi présente qu'aujourd'hui....:angel:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 18 heures, Aurem a dit :

La morale de l'histoire, c'est donc de ne pas trop se préparer ?

 

Oh, non. C'est tout le contraire.

Il faut être très bien préparé.

 

C'est comme le pizzaiolo, il doit maîtriser à la perfection son métier.

Sauf que le client est roi, et le client a parfois des attentes particulières ou bien spécifiques.

 

Et ça tu ne peux pas le savoir avant la rencontre.

C'est la partie non maîtrisable d'une relation d'affaires ou d'un entretien d'embauche.

 

Mais si tu as toutes les réponses et que tu les donnes : alors tu n'écoutes plus le client. Tu imposes TA solution.

Et TA solution ne conviendra jamais jamais au client. Il faut que ça vienne de lui, il faut qu'il puisse apporter sa propre touche, sa propre vision.

 

Dans le cas des élus, c'est encore plus incontournable.

Ils ont leur propre vision, plus globale de la commune et de ce qui sert la commune et de ce qui les met en valeur. (comprendre ici : si tu utilises le nom d'une association d'un opposant politique, c'est la merde pour ta candidature. La vie politique n'est pas un long fleuve tranquille.)

 

 

Il y a 20 heures, Aurem a dit :

Mais je risque d'être pénalisée par rapport à quelqu'un qui a de l'expérience car par exemple, "exécuter le budget", ça figure sur l'offre d'emploi. Et étant donné qu'ils demandent un profil qui a une certaine expérience, si ces questions se posent je dois quand même montrer que j'ai une certaine vision des tâches demandées (je pense... non ?)

 

 

Pour ton inquiétude sur ton manque d'expérience, elle est compréhensible. Sauf que tu as deux entretiens.

Autant on peut se dire une fois, c'est un coup de bol, deux fois, c'est un réel intérêt.

 

Expérience demandée, ça peut aussi couvrir : intérêt pour un fort potentiel.

 

Parce que ton manque d'expérience dans le domaine, il se voit dans ton CV, et pourtant ils te convoquent !

Donc, tu les intéresses. :wink: Garde ça à l'esprit.

 

Tu ne connais pas la M14 ?

Tu lances une recherche  achat public M14

https://www.collectivites-locales.gouv.fr/la-comptabilite-m14

Tu lis, et tu devines très vite que c'est hyper comptable dans le principe, et qu'il te faudra une formation spécifique... si tu n'as aucune notion en comptabilité publique.

C'est dans le package, et ils le savent.

 

La question est maintenant de savoir comment tu vas t'habiller pour te présenter à eux.

Parce que Ferris a raison, un joli minois, bien mis en valeur, ça participe aussi à l'argument de vente. (Dans les journaux, ça fait chic. Et dans les journaux, tu t'y retrouveras... en représentante de la commune)

 

C'est quoi la tenue idéale pour un cadre en bibliothèque ?

La question est bonne.

  Bernard

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
il y a 16 minutes, B. Majour a dit :

Expérience demandée, ça peut aussi couvrir : intérêt pour un fort potentiel.

 

Parce que ton manque d'expérience dans le domaine, il se voit dans ton CV, et pourtant ils te convoquent !

Donc, tu les intéresses. :wink: Garde ça à l'esprit.

 

Non, tout de même pas. Expérience demandée ça veut dire expérience en bibliothèque (pour le moins, même en C) voire expérience dans ce type de poste (A ou B). Quant au fait d'être convoquée ça peut vouloir dire beaucoup de choses : pas assez de candidatures, obligation de convoquer quelqu'un qui est sur liste d'aptitude du Cdg local, ou effectivement un CV original dont ils ont retenu quelques aspects qui les intéressent. 

 

Pour le joli minois, comme dit l'Abbé Majour, c'est malheureusement vrai. Mais dedans il faut compter le sourire, le regard direct, une élocution nette et sans failles, une voix suffisamment forte. C'est plus important que la couleur du chemisier.

 

C'est ta timidité qui m'inquiète le plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka
Il y a 1 heure, Ferris a dit :

 

Bien sur. Et c'est bien pour ça, au delà des TAP,  qu'on établit des projets de service sur au moins trois ans. Projets établis et approuvés par les élus car en adéquation. avec le projet culturel global de territoire. Maintenant, à l'intérieur de ce projet, que l'on va décliner en objectifs annuels par exemple, il peut parfaitement y avoir des aspects "contre" l'équipe, ses habitudes etc.... Comme une ouverture le dimanche matin par exemple. Mais tu as trois ans pour convaincre ton équipe d'y adhérer et de mettre en place les moyens d'y arriver sans trop de casse relationnelle.

 

 

L'équilibre c'est à toi de le trouver dans tes modes de délégation (qu'est-ce que je délègue comme responsabilités, qu'est-ce que je garde pour moi), tes modes de réunions (très important les réunions), la reconnaissance par l'équipe de tes compétences de terrain ( le chef sait faire ce qu'il demande aux autres) mais c'est clair, comme tu le dis : le chef est là pour diriger. Il est porteur du service et de ses objectifs devant sa hiérarchie et les élus. Donc tout n'est pas négociable avec l'équipe. On n''est pas dans de l'autogestion coopérative post-soixante-huitarde . On est dans un système hiérarchique.

 

Sur le terrain, en poste, j'entends bien, mais dans une perspective d'entretien, est-ce que le candidat doit aborder la question de l'équipe (et si oui, comment) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Doublon

Modifié par Franck Sanka

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Triplon

Modifié par Franck Sanka

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Dedieu ! Je radote... :angry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
il y a 22 minutes, Ferris a dit :

obligation de convoquer quelqu'un qui est sur liste d'aptitude du Cdg local

 

Ah oui ?

C'est une obligation légale ?

 

Pour le manque de candidatures, j'ai quand même un doute.

Quand je vois le nombre de CV sur un seul poste en C dans ma propre commune  (déjà 60 CV reçus et ce n'est pas fini), et quand on note le nombre d'annonces pour des cadres A en bibliothèque (peau de chagrin et le mot est faible ) + le nombre de reçus au concours, la concurrence me semble plutôt haute.

 

Maintenant, si c'est une obligation légale, ça pourrait expliquer les choses.

 

Autant d'expériences pour vendre sa timidité, et se forger du culot.

 

 

@Franck Sanka

Pour l'équipe, ça peut être casse-gueule de demander les forces et les faiblesses.

Les élus sont-ils au courant ou alors seul(s) le/la DGS ou DRH de ces problématiques ?

 

Ne pas t'être renseigné sur le nombre de personnes, leurs grades (donc leurs compétences) qui vont être sous tes ordres, c'est aussi montrer que tu t'en fous un peu de la structure. Ne pas regarder ce qu'ils ont comme animations/manifestations, ou comme nombre de documents à traiter, ça tient - pour moi - du même principe => pas professionnel.

 

C'est un peu comme monter dans un bateau sans le regarder avant. Paquebot de luxe ou petit voilier huit places, ce n'est pas le même niveau d'attente, ni la même direction à envisager.

 

Et puis, comme pour les élus en entretien, l'équipe réagira différemment à chaque cadre qui va les diriger.

Tu as le même système dans les bureaux des sociétés. Suivant le cadre qui passe dire bonjour, il y a le silence ou la bonne humeur qui s'installe.

Là, ça pourrait faire l'objet d'une autre question : une fois recruté(e), comment aborde-t-on son équipe ?

 

Concours : 20 minutes pour convaincre

Recrutement  : 30 minutes pour convaincre (par entretien)

L'équipe : combien de jours pour "convaincre" ?
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Effectivement il y a un truc qui déconne aussi chez moi...

 

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

 

il y a une heure, B. Majour a dit :

Ah oui ?

C'est une obligation légale ?

 

Les listes d’aptitude constituant un vivier de candidats pour les employeurs publics locaux, il convient d’opérer une gestion rigoureuse de ces listes afin de disposer de candidats réellement disponibles.
Aussi, afin d’éviter au maximum que les lauréats, motivés et actifs dans leur recherche d’emploi auprès d’une collectivité ou d’un établissement public local, perdent le bénéfice de leur concours, il appartient aux Centres de Gestion d’ouvrir les concours pour un nombre de postes adapté aux besoins prévisionnels de recrutement recensés auprès des collectivités locales. Toutefois, il est également de la responsabilité des employeurs publics locaux de procéder au recrutement, en priorité, de lauréats de concours figurant sur une liste d’aptitude.

L’article 23-1 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 oblige les collectivités territoriales à communiquer aux Centres de Gestion de leur ressort les nominations qu’elles ont réalisées, quel que soit le cadre juridique retenu, et notamment leurs recrutements sur listes d’aptitude.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 3 heures, Franck Sanka a dit :

Sur le terrain, en poste, j'entends bien, mais dans une perspective d'entretien, est-ce que le candidat doit aborder la question de l'équipe (et si oui, comment)

 

Mais dans un entretien de recrutement, à part le moment au début où on te demande de te présenter brièvement (de toutes façons ils ont tes courriers devant eux, mais ce moment de présentation est finalement important), ensuite c'est eux qui posent les questions et abordent les sujets qui les intéressent. Pas toi. Tu n'aborderas donc ces questions d'équipe que si on te pose la question. En restant tout de même assez généraliste dans tes réponses . Si tu es au courant des problèmes particuliers de l'équipe où tu postules, c'est un peu maladroit d'en parler. De même, pour rebondir sur ce que disait Epsy à un moment : poser la question de savoir pourquoi le titulaire s'est barré en mutation par exemple, n'est pas très stratégique. Personnellement je trouve que ça va trop loin.

Tu auras largement le temps de découvrir la merde qu'on te cache quand tu auras les deux pieds dedans :sick:

 

Ceci dit il ne s'agit pas tant de "repondre juste" mais de savoir se projeter. C'est exactement ce que fait le recruteur en t' observant : il se projette dans l'avenir  avec toi et voit ce que cela donne ou pourrait donner.

D’où des questions prévisibles sur ton intelligence contextuelle.Le terme peut faire peur, mais très souvent, il s’agit de questions simples. Exemple : vous avez dû faire face à la plainte d’un usager, comment y avez-vous réagi ? ». Là on ne fait pas appel à tes connaissances, à tes fiches concours ou à ta mémoire bachotage, mais à ton intelligence contextuelle.

Le but du jeu est de déjouer des questions supposément déstabilisantes. « Souvenez-vous que ce qui est réellement important, ce n’est pas les compétences que vous avez. Mais la manière dont vous en parlez ».

 

Là je dis bravo. Ce sens de la formule est unique. Je sens que je vais avoir une (petite) érection. Voualaaaa, c'est fait.

 

C'est un nommé B. Cheminade qui a trouvé cette notion. Il a commencé sa carrière en tant que Attraction Manager à Disneyland Paris. Ce qui, il faut le reconnaître, est devenu extrêmement proche de notre métier. C'est pour ça que je le cite .:cheer:

 

Intelligence contextuelle, ça c'est du vocabulaire de pro du recrutement. C'est un peu ce que Louve essaie de faire comprendre depuis le début en utilisant une foule d'autres termes anti-fiches, anti-bachotage etc. Mais elle ne connaissait pas Benjamin Cheminade et ne fréquentait pas assez Disneyland, c'est tout.

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Epsy
il y a 56 minutes, Ferris a dit :

poser la question de savoir pourquoi le titulaire s'est barré en mutation par exemple, n'est pas très stratégique

 

Petite rectification : je n'ai pas demandé pourquoi il s'est barré en mutation, mais pourquoi ce poste se libérait (ou est-ce que c'est une création de poste). La nuance tient dans le fait que si on me répond : il a demandé une mutation à Cacabouille-les-oies, je ne demande pas pourquoi il a demandé cette mutation (faut pas pousser mémé dans les orties... et ça ne me regarde pas, ça peut aussi tenir de la vie privée de l'agent en question).

 

Epsy.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ou de problèmes avec les élus, de grosses emmerdes avec l'équipe etc...Ou simplement ça oblige les élus à te répondre : il est décédé en cours de desherbage, ou il est en taule pour pédophilie ppendant une séance bébés lecteurs. Et ça va les gêner. Et ça te cataloguerait mauvais genre et emmerdeuse tout de suite. Non, tu vois, mème ça, je n'aime pas trop. Le poste est libre parce qu'il n'est pas occupé, point-barre, je saurais pourquoi un jour sans doute, mais pour l'instant ce n'est pas mon problème.

 

Quand dans le train tu vas aux chiottes et que c'est marqué "occupé" sur le petit machin rouge du verrou, tu te demandes pourquoi ? qui est dedans, ce qu'il peut bien faire ? s'il est constipé, tu organises une visio-conférence ? Non, tu retournes à ta place et tu attends ton tour. Moi pareil.

 

Mais tu as raison, j'avais mal interprété ta remarque.:aww:

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Epsy

Ben je sais pas, c'est bien aussi de connaitre l'historique du poste, qu'on traine toujours avec soi ensuite. Mais oui, ok, ce n'est pas essentiel : j'avais bien dit que c'était sûrement des détails ;-)

 

Et pour ta remarque qui n'appelait pas de réponses sur les chiottes du train : ça dépend, si ça reste fermé pendant longtemps je me pose des questions :P !

 

Et pour la réponse facile : évidemment que je suis une emmerdeuse ;-)

 

Epsy.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem

Bonsoir à tous,

 

Je voulais tout d'abord vous remercier car j'ai passé mon entretien aujourd'hui et ils m'ont rappelée tout de suite à la fin de leurs sessions d'entretiens pour me revoir la semaine prochaine. C'est donc que ça a du plutôt pas mal marcher.

 

Je n'ai finalement pas eu l'occasion de sortir ni de montrer mon petit dossier mais ils ont bien vu que je connaissais leur territoire et la médiathèque, et je sens bien que ça leur a plu (quand je leur ai dis que j'étais venue à la médiathèque, ils étaient tout souriants). Tout comme Epsy, j'ai posé la question (parce que le contexte s'y prêtait) de savoir pourquoi l'ancienne directrice quittait son poste pendant un an (ou plus).

 

Pour répondre à Louve, bien sûr que je connaissais le métier de bibliothécaire avant de passer le concours, j'ai passé une grande partie de ma vie dans les bibliothèques et ai beaucoup discuté avec les bibliothécaires. Puis j'avais lu les fiches de postes, etc etc, mais ne l'ayant jamais exercé moi même, je me pose pas mal de questions pratiques et concrètes. D'où mes question qui peuvent paraître un peu étranges, mais ce n'est pas le but. Aussi bien sûr que je n'ai pas récité mes "fiches", mais l'un n'empêche pas l'autre. On peut très bien s'informer sur la collectivité et la médiathèque, et répondre de façon spontanée en même temps.

 

Aussi mon but n'était pas de leur dicter quoi faire mais de proposer... En tous cas, ça a du pas mal marcher pour un premier entretien (de ma vie), puisqu'ils m'ont rappelée ! 

 

Maintenant, suite au prochain épisode... En tous cas, merci à tous :flowers:

Modifié par Aurem

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Bravo Aurem ! Une deuxième session c'est  assez rare, même pour ce type de poste. d'un côté ça veut dire qu'ils hésitent entre (au moins) deux candidatures, mais aussi qu"ils y accordent une grande importance, c'est pas un post bidon. On n'est plus dans les sessions éliminatoires torchées à la vite fait. On est un cran au dessus. Tu leur a plu. Qu'est ce qui a déclenché ton attractivité ? Toi seule peut le savoir à travers les questions qu'ils t'ont posées, la façon que tu as eu d'y répondre, est-ce que tes points forts ont servi ta mise en valeur etc...?

Toi seule a la réponse.

 

Il y a 1 heure, Aurem a dit :

ils ont bien vu que je connaissais leur territoire et la médiathèque, et je sens bien que ça leur a plu (quand je leur ai dis que j'étais venue à la médiathèque, ils étaient tout souriants

 

Tu vois, la connaissance du terrain ça marche !

 

Bonne chance à toi, je me permets un chaste bisou. Mais après tu nous dis tout ? Promis ?:console:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babarette
Il y a 12 heures, Ferris a dit :

Penses-tu, au contraire. Les seules personnes qui m'agacent ce sont celles qui suivent le forum et n'y disent jamais un mot, ensuite celles qui ont passé des concours, trouvé des postes etc...et qui ne font jamais de retours la-dessus ni sur rien, les disparues, celles qui prennent et ne donnent rien en échange.

On verra bien après tes entretiens, voire une embauche,  si tu es aussi présente qu'aujourd'hui....:angel:

 

T'en fais pas, bavarde comme je suis, je n'ai pas fini de venir discuter ici. :thumbsup:

Je viendrai témoigner de mon entretien et, je l'espère, demander des conseils pour exercer correctement mon métier.

 

D'ailleurs, même si je finis par laisser tomber et me reconvertir dans l'élevage de bulots, je continuerais probablement à échanger ici parce que je suis très têtue. :tongue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Bulots ou gamins tu restes dans l'élevage. Tu pourras leur réciter du Balzac sans risques. Le bulot est très obéissant. C'est comme les moules. J'ai réussi à en dresser une qui obéit au doigt et à l'oeil.:hyper:

Metro, bulot, dodo.

  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 14 heures, Ferris a dit :

 

Il y a 16 heures, Aurem a dit :

ils ont bien vu que je connaissais leur territoire et la médiathèque, et je sens bien que ça leur a plu (quand je leur ai dis que j'étais venue à la médiathèque, ils étaient tout souriants

 

Tu vois, la connaissance du terrain ça marche !

 

Bien sûr que ça marche. Et ça montre l'intérêt de la personne pour la commune.

C'est une démarche vraiment professionnelle.

 

Tout ce qui met en valeur les élus (et connaître la commune en fait partie) est excellent.

S'ils veulent leur article hebdomadaire dans les journaux régionaux/locaux ou la parution d'un journal communal, ce n'est pas pour des prunes. C'est pour mettre en valeur leur action.

Et ils y tiennent, à juste titre : présents dans les journaux, présents dans les esprits.

Un élu qui disparaît des radars n'est pas réélu.

 

Un projet qui s'inscrit dans cette thématique de mise en valeur de la commune va grandement les intéresser.

 

Pour le problème de la question sur le départ du dernier responsable.

C'est évident qu'il faut avoir une raison légitime de poser la question.

Sur un remplacement, c'est clair qu'il faut savoir de combien de temps on dispose pour agir. C'est une nécessité professionnelle.

 

Dans les autres cas, il faut prendre ses précautions. (Car il y a des risques. Non, on l'a virée parce qu'elle a insulté le maire, ça fait remonter un épisode pénible à la surface. Oups ! les pieds dans le plat.)

L'idée évidente : téléphoner à ou rencontrer la personne qui est partie/que l'on remplace... "je suis candidate sur votre poste, j'aimerais avoir quelques conseils et informations pour continuer votre action".

La BDP peut aussi servir de lien. Contacter le référent du secteur, rien que pour demander quelles ressources et animations ils offrent parce que vous allez remplacer telle personne, et savoir comment ils travaillent avec la médiathèque. Grandes chances qu'il y ait des informations supplémentaires à glaner, surtout si la situation est/a été conflictuelle.

 

De toute façon, on doit sentir assez vite - aux questions posées - si la situation a été conflictuelle ou pas.

Si la confiance est passée lors de l'entretien, ça reste possible avec tact. J'aime bien le "est-ce que c'est une création de poste ?" d'Epsy. Ou alors un plus neutre : "est-ce un départ à la retraite ?"

 

 

Contacter la BDP et la personne que l'on remplace, pour moi, ça fait partie d'une gestion du réseau professionnel. (Idem pour le réseau ABF local)

Le réseau professionnel, c'est important. Rien que pour assurer la continuité de service.

 

Et aussi pour ça => quand on n'a pas d'expérience, pouvoir dire "j'ai contacté madame X (que je vais remplacer) et pour la M14, elle a dit qu'elle m'aiderait."

C'est déjà pallier aux problèmes, et assurer une continuité de service. Je sais pas faire, oui, mais je sais me faire aider et je vais apprendre.

C'est la force d'un réseau, l'expérience d'un réseau. Et un atout de plus dans sa manche, pour ceux qui osent.

 

Pour le nombre d'entretiens.

Deux entretiens, voire trois, c'est l'écho que j'en ai sur mon secteur. (pour un poste de B)

 

Il faut s'accrocher tout du long. :thumbsup:

Et j'allais oublier : et en vouloir, plus que la concurrence.

  Bernard

 

Modifié par B. Majour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 3 heures, B. Majour a dit :

Un projet qui s'inscrit dans cette thématique de mise en valeur de la commune va grandement les intéresser.

 

Oui et c'est effectivement une carte à jouer dans un entretien de recrutement, et ça fait des années qu'on l e dit pour aider aux recrutements. Ceci dit il faut voir plus loin. Car il y a un revers à la médaille, c'est l'image de la profession. Bien sur l'objectif est de se faire recruter, mais si c'est pour lécher le cul d'élus (et de professionnels) en leur proposant des bibliothèques Disneyland, ça veut dire que dès notre entrée en fonction nous participons au bousillage de ce métier et de son image. Tout se tient. La logique du système est parfaite.

Je ne sais pas ce qui chez Aurem a retenu l'attention des élus, mais j'espère que ce n'est pas essentiellement des propositions d'animation. Fussent-elles numériques.

Se faire recruter sur "je vous promets une photo dans le journal du coin" tous les mois, ça a des conséquences. Car ce sont des promesses qu'il faudra tenir.

Désormais, tous ceux qui ici jouent les "coach" devront ajouter cette notion à leurs conseils de recrutement. En termes d'efficacité c'est majeur. Times Are Changing, comme disait  Bobby Nobel.

Ben va falloir faire avec.

Et ce serait vraiment chouette de la part des recrutés de nous faire part de leur impression à ce niveau.

Car ce n'est plus la peine de se battre, comme Louve et d'autres, si nous-même proposons d'emblée  un produit frelaté.

 

Il y a 3 heures, B. Majour a dit :

Et j'allais oublier : et en vouloir, plus que la concurrence.

 

Ben justement, ça peut amener à des choses regrettables, même si sur le plan recrutement c'est évidemment positif.

C'est comme pizzaïolo du Père Majour, y en a un qui te fait sa pizza pépère et de la donne et l'autre qui se croit obligé de la faire virevolter au dessus de sa tête ou du comptoir une dizaine de fois  pour en mettre plein la vue aux gogos. Mais c'est la même pizza, voire une moins bonne. Simplement chez le deuxième on a le spectacle en plus. Ben les bibs c'est pareil. Et les entretiens aussi.

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 1 heure, Ferris a dit :

Times Are Changing, comme disait  Bobby Nobel.

 

Tout à fait.

 

Il y a dix ans, des services communications en mairie, il n'y en avait quasi aucun autour de chez moi. Maintenant, il y en a dans chaque commune.

Et on recrute des gens spécialisés dans le domaine, sur des temps complets. On parle de charte graphique, de logos, d'image de la commune.

Je note que le phénomène touche les grosses bibliothèques.

 

Bon, ce n'est pas pour autant qu'une photo toutes les semaines avec la bibliothèque, ce soit possible. On parle de la commune, heureusement. Sinon ce serait intenable.

Même une par mois, ce serait mission impossible. Ou alors il faudrait passer en mode compétition de foot/rugby/volley... olympiades de bibliothèque, olympiades de jeux vidéos à la bibliothèque. Je me suis toujours demandé pourquoi on alimente, parfois à coup de millions, un club local, même à pertes. Quelque part, ça n'a pas de sens... sauf si on "vend" le nom de sa ville par ce moyen. Quand l'équipe gagne, c'est la fête au village. Même quand elle perd, il y a le nom dans le journal. C'est un effet de pub !

 

De pub ou de présence, d'image de marque.

 

 

On est dans un monde de concurrence. De plus en plus avec Internet. Rien que pour les collections et leur usage, c'est vrai.

Quand tu parles "animations numériques", tu es en plein dedans.

Pourquoi on ne continue pas uniquement les bonnes vieilles animations à l'ancienne ?

 

Parce que ce n'est pas vendeur.

Pour être embauché, ce n'est pas vendeur.

En terme d'image de marque, pas vendeur non plus, trop ringard.

La mariée pas assez belle.

 

Est-ce que quelques animations sur le numérique peuvent suffire. Je ne pense pas.

C'est une histoire de confiance en soi, d'avoir obtenu des réponses ici sur le forum, et de jouer les canards :

 

index.php?action=dlattach;topic=163709.0

 

Pédalez, c'est ce que font les canards quand ils veulent arriver les premiers sur la ligne d'arrivée... et montrer qui est le chef ! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 19 heures, B. Majour a dit :

Bon, ce n'est pas pour autant qu'une photo toutes les semaines avec la bibliothèque, ce soit possible. On parle de la commune, heureusement. Sinon ce serait intenable.

 

Tu  oublies les sites des bibliothèques, leurs pages facebook, et les annonces en réseau de toutes les actus culturelles des communautés des communautés de communes, y compris les programmes du cinéma interco ( oui on a ça chez nous) ou du cybercentre et j'en passe comme le conservatoire. tout ça est regroupé sur un site unique "culture". Et ça commence à faire beaucoup. Mes lecteurs ruraux en ont marre et tout ça passe en spam, ils me le disent ! Notre info est assimilée à de la pub pour dentifrice.Tout simplement parce que ça se passe à des kilomètres et qu''ils n'en on rien à foutre;. Sortis du canton ils s'en branlent. Que le réseau de bibs ait une page (pas un compte) facebook est plutôt une bonne chose en soi car ça permet aux gens de focaliser la dessus sans subir le reste. Problème : qui dans la majorité de notre lectorat rural utilise facebook ? Quasiment personne. Je ne cesse de préconiser une enquête de satisfaction à ce niveau mais  tout le monde s'en fout (ou a peur des resultats). Tout le monde fonce dans le mur avec optimisme et satisfaction d'être "dans le coup".

 

Aurem m’intéresse dans son option numérique car elle sera confrontée à ce genre de questionnement. Faire moderne est une chose, s'adapter à ses publics en est une autre. Et ça on ne le sait qu’après un certain temps de pratique en local. Comme de s'adapter aux diktats des services communication. Les élus aiment voir leur bib dans le journal mais ils adorent aussi montrer, ne serait ce que que dans la gazette locale, qu"ils sont au top de la technologie. Nous, on est sur facebook ! Alors même qu'ils n'y connaissent rien à rien. Et pire : se foutent totalement des résultats. C'est du vécu. Ils préfèrent de faux bon résultats à la vérité. Si les élus savaient que moins de 10% des gens utilisent l'Opac (et encore moins le système de réservation/navette hebdo, qui, pourtant leur coûte), ils continueraient de soutenir tout ça.  Au détriment du reste. L’élastique budgétaire a ses limites.

 

Le problème c'est que les cadres, notamment les jeunes, ont compris la leçon.Ils savent comment leur faire plaisir. Et ne s'en privent pas. J'ai vu des bilans effarants, dont les 9 dixièmes étaient consacrés aux animations (avec photos incorporées), le reste de l'activité étant sommairement donné avec des  stats excel sans comparatifs ni commentaires. Et tout ça passait comme une lettre à la poste. On perd du lectorat actif, on perd de la fréquentation ? On s'en fout. Le reste fait bander les élus du peuple, c'est le principal. Par contre faut pas s'étonner qu'ensuite ,ils aient une certaine tendance à baisser les budgets d’acquisition.

 

Je dis que les cadres  en situation de direction ont une lourde part de responsabilité dans cette dérive. Et, pour rejoindre notre sujet, le recrutement, ils y participent aussi en donnant leur touche personnelle dans la rédaction des profils. Et leur avis final dans le debriefing suivant les entretiens. Même moi je reconnais avoir été impressionné par le bagage animations / numérique de certains profils, à une époque où, c'est vrai, je n'y connaissais rien. Aujourd'hui c'est monnaie courante.

 

Nous sommes tous coupables de ce que nous sommes ou allons devenir. Des clowns.  C'est pas Nyssen, Orsenna , Macron ou la molle ABF, c'est nous ! Ce n'est pas ce métier qui me dégoûte c'est son évolution est ses acteurs. La pièce est mauvaise . Pas fâché de la quitter avant d'en voir la fin. Car ce métier aura une fin en termes de définition. Il y aura un moment où personne ne pourra plus le définir.

 

Ce qui ne m'empêchera pas à titre individuel, de souhaiter sincèrement à  à Aurem, une réussite éclatante dans ses entretiens. Elle le mérite, c'est une bosseuse intelligente et attractive. J'ai dit que je l'aimais bien , largement avant ses entretiens. Je maintiens et je signe.

Modifié par Ferris
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem

Bonsoir à tous,

 

Je lis tous vos messages, je n'ai pas encore eu le temps de répondre et je voyage demain pour mon deuxième entretien mais je vous raconterai tout quand je me serai posée c'est promis :)

 

A très bientôt ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Le ‎10‎/‎12‎/‎2017 à 01:39, Ferris a dit :

Le problème c'est que les cadres, notamment les jeunes, ont compris la leçon.Ils savent comment leur faire plaisir. Et ne s'en privent pas. J'ai vu des bilans effarants, dont les 9 dixièmes étaient consacrés aux animations (avec photos incorporées), le reste de l'activité étant sommairement donné avec des  stats excel sans comparatifs ni commentaires. Et tout ça passait comme une lettre à la poste. On perd du lectorat actif, on perd de la fréquentation ? On s'en fout. Le reste fait bander les élus du peuple, c'est le principal. Par contre faut pas s'étonner qu'ensuite ,ils aient une certaine tendance à baisser les budgets d’acquisition.

 

Les budgets d'acquisition ne sont pas les seuls à baisser! Il y a aussi les remplacement de personnels qui sont une vraie bataille. Bataille que parfois l'on peut changer en acceptant les contrats précaires (payés au lance-pierre), les bénévoles (avec tout ce que cela implique d'avantages et d'inconvénients), les reclassements. Il y a aussi la possibilité de recalibrer un poste, de le tourner vers la communication, le marketing...

Proposer une action culturelle qui valorise les collections, toutes les collections et pas seulement considérées comme légitimes, c'est perçu comme ringard alors que si l'on analyse correctement les chiffres, les usages, il est évident que les propositions ordinaires d'une bibliothèque (prêts de documents, places assises pour travailler ou non) ont encore du succès.

 

Le ‎10‎/‎12‎/‎2017 à 01:39, Ferris a dit :

Nous sommes tous coupables de ce que nous sommes ou allons devenir. Des clowns.  C'est pas Nyssen, Orsenna , Macron ou la molle ABF, c'est nous ! Ce n'est pas ce métier qui me dégoûte c'est son évolution est ses acteurs. La pièce est mauvaise . Pas fâché de la quitter avant d'en voir la fin. Car ce métier aura une fin en termes de définition. Il y aura un moment où personne ne pourra plus le définir

 

Je choisis aujourd'hui d'être optimiste! Si l'on lit les différents rapports ce qui intéresse les gens dans une bibliothèque: places, collections, confort.

Ce qui serait intéressant serait d'avoir des retours sur tous ces établissements qui nous ont été montrés en exemple; que nous puissions nous appuyer sur leur expérience (bonne ou mauvaise). Nous avons, il faut bien le dire, quelques difficultés à revenir sur nos échecs; quelques réticences à reconnaître que nos choix peuvent être quidés par le souci du quantitatif et non du qualitatif, à dire que si nous avons organisé telle activité c'était pour attirer du monde, faire gonfler les stats car c'est ce qui nous permet de proposer autre chose pour lequel le public sera moins nombreux; que c'était stratégique.

 

 

 

 

Modifié par Louve
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×