Aller au contenu

Congrès - tarif


Nat

Messages recommandés

Travaillant dans l'agglo lyonnaise, et n'ayant jamais mis les pieds dans un congrès abf,  je m'étais dit chouette cette année c'est à Lyon, pas de frais de déplacement, mon employeur fera pas trop de difficulté pour que j'aille y faire un tour !


 


Pis là déception, 100€ le tarif de la journée ! oups, ben non mon employeur ne mettera pas 100€ pour qu'un agent catégorie C aille au congrès abf, surtout que nous sommes 25 dans ma structure, et que s'il y a d'autres demandes cela va être dur à gérer !


 


 


Dommage !


 


 


Bon je suis consciente que les frais engendrés sont énorme, mais je pense que je ne serais pas la seule dans ce cas là....  :ermm:


 


 


Voilà c'était juste pour vous faire part de ma déception, que je poste aujourd'hui ! :bye:


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si vous êtes adhérente ABF, vous pouvez bénéficier d'une bourse (dans la limite des places disponibles) prenant notamment en charge votre inscription au congrès. Renseignez-vous vite auprès de votre groupe régional !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Pour en avoir parlé avec de nombreux collègues, je suis loin d'être la seule a trouver cela hors de prix.

en soit ce n'est pas grave, je me suis passée de l'abf jusqu'à présent, y'a pas de raison que cela change ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nat,


 


t'es tu renseignée auprès de ton groupe régional Rhône-Alpes pour une demande de bourse ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour bonjour !


 


Juste en réponse concernant les tarifs "exorbitants" pratiqués par l'ABF...


 


http://www.cnfpt.fr/sites/default/files/tarifs_formations_2013.pdf


 


http://crfcb.univ-toulouse.fr/tarifs-des-conf%C3%A9rences


 


http://mediadix.u-paris10.fr/tarifs.htm


 


voir les tarifs d'Images en bibliothèque


http://www.imagesenbibliotheques.fr/spip.php?rubrique26


 


et les tarifs de l'ADBS !


http://www.adbs.fr/pratiquer-une-lecture-active-et-efficace-119131.htm?RH=1342011241667


 


et l'inscription au congrès de l'ADBU...300€


 


et j'en passe...


 


INSCRIVEZ-VOUS A LYON ! UN BEAU CONGRES EN PERSPECTIVE...L'ABF SE MET EN QUATRE...


 


 


 


 


 


 


 


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Mh ...

Le Congrès de l'ABF n'est pas, comme les références ci-dessus, une formation mais un ... congrès.

Je trouve le prix exhorbitant également, et ma collectivité ne suivra pas, c'est une certitude. Qu'il faille se tourner vers d'hypothétiques bourses reste symptomatique d'un léger problème à mon avis.

Concrètement, qu'est-ce qui coûte si cher à l'ABF ? Surtout que les (nombreux) exposants représentent une manne non-négligeable ?

Pour organiser des Rencontres Nationales avec une autre association professionnelle, sur 2 jours, à chaque fois dans des villes différentes, sans exposant mais avec conférences, ateliers, tables rondes, etc ..., le tarif "plein pot" pour les non-adhérents s'élève à ... 80€, et entrée gratuite pour les adhérents.

Modifié par Jonathan Garry
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si, le congrès est considéré comme "Journées de formation". Sur les factures, figure le N° de l'ABF comme organisme de formation et l'intitulé est bien "participation aux journées de formation à..."


Je ne vais pas ici faire le point sur les comptes de l'ABF...Rendez-vous à l'AG le vendredi 7 juin à Lyon...


A bientôt !


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Si, le congrès est considéré comme "Journées de formation". Sur les factures, figure le N° de l'ABF comme organisme de formation et l'intitulé est bien "participation aux journées de formation à..."

Je ne vais pas ici faire le point sur les comptes de l'ABF...Rendez-vous à l'AG le vendredi 7 juin à Lyon...

A bientôt !

 

"Considéré comme" :)

 

Ce n'est pas comparable aux formations CNFPT et consors.

 

Bref, je ne serai pas, ainsi qu'un certain de nombre de personnes comme moi, à l'AG :wink:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non non je n'ai pas fait de demandes auprès de mon groupe régional.... pour plusieurs raisons...


 


au cours de plusieurs rencontres avec des collègues je me suis rendue compte qu'on est vraiment beaucoup dans le même cas... , et je ne comprends pas ce fonctionnement de se faire aider par une bourse par le même organisme qui organise le congrès....


 


pis je n'ai rien contre le bénévolat loin de là, mais pour moi c'est un engagement ou soutien d'une cause ou d'une manifestation, pas le moyen de payer quelquechose que je ne peux me payer par ailleurs (ché pas si je suis très clair là ;)) !=


 


 


Bref, je rejoins en tout point la position de Jonathan...


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Le congrès coûte véritablement très cher à l'ABF, rien que la location du lieu est toujours phénoménale. On ne s'en rend pas forcément compte tant qu'on n'est pas dans l'organisation. C'est pour cela que certaines assos professionnelles ne peuvent pas en organiser.

Le problème, c'est que les employeurs rechignent de plus en plus à prendre en charge leurs agents ou salaries (c'est la crise, ma bonne dame / mon pauvre monsieur).

Il ne faut pas mépriser la bourse octroyée par les groupes régionaux a leurs adhérents, elle est une véritable possibilité.

Et les journées de colloque sont bien comptées dans les jours de formation, validées par le CNFPT, j'en ai fait l'expérience plusieurs fois.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Le congrès coûte véritablement très cher à l'ABF, rien que la location du lieu est toujours phénoménale. On ne s'en rend pas forcément compte tant qu'on n'est pas dans l'organisation. C'est pour cela que certaines assos professionnelles ne peuvent pas en organiser.

Le problème, c'est que les employeurs rechignent de plus en plus à prendre en charge leurs agents ou salaries (c'est la crise, ma bonne dame / mon pauvre monsieur).

Il ne faut pas mépriser la bourse octroyée par les groupes régionaux a leurs adhérents, elle est une véritable possibilité.

Et les journées de colloque sont bien comptées dans les jours de formation, validées par le CNFPT, j'en ai fait l'expérience plusieurs fois.

 

Je ne doute pas qu'il y ait un coût important pour la location. Il n'empêche que le problème du tarif du congrès ABF se pose malgré tout.

 

Si les collectivités rechignent à lâcher autant d'argent, c'est légèrement compréhensible dans le contexte actuel.

 

Demander des bourses pour pouvoir aller à un Congrès d'une association dont on est adhérent, c'est assez surprenant, aucun mépris derrière, juste un questionnement sur l'accessibilité de tous à la vie associative de la profession.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Je comprends. C'est une question qui se pose dans chaque asso, pas seulement en France, qui organise ce genre d'événement. Suis en ce moment au congrès d'Eblida... Il n'y a que deux Françaises, autant que les Estoniens, moins que les Tchèques, les Croates, les Ukrainiens... et pourtant le sujet est capital (ebooks, accès au numérique...)

Au delà du coût, les collectivités ont aussi tendance à penser que les congrès servent à faire du tourisme. Et pourtant, comment progresser dans le métier sans s'ouvrir sur l'extérieur ?

Le congrès de l'IFLA a lieu en France l'année prochaine. Mêmes questionnements. Le bénévolat est une possibilité de prise en charge des frais d'inscription. Idem pour l'ABF, mais c'est réservé aux membres du groupe régional invitant.

Que ce soit ABF, IFLA, Eblida, être membre ne donne jamais l'accès gratuit au congrès !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Je comprends. C'est une question qui se pose dans chaque asso, pas seulement en France, qui organise ce genre d'événement. Suis en ce moment au congrès d'Eblida... Il n'y a que deux Françaises, autant que les Estoniens, moins que les Tchèques, les Croates, les Ukrainiens... et pourtant le sujet est capital (ebooks, accès au numérique...)

Au delà du coût, les collectivités ont aussi tendance à penser que les congrès servent à faire du tourisme. Et pourtant, comment progresser dans le métier sans s'ouvrir sur l'extérieur ?

Le congrès de l'IFLA a lieu en France l'année prochaine. Mêmes questionnements. Le bénévolat est une possibilité de prise en charge des frais d'inscription. Idem pour l'ABF, mais c'est réservé aux membres du groupe régional invitant.

Que ce soit ABF, IFLA, Eblida, être membre ne donne jamais l'accès gratuit au congrès !

 

(Si, à l'ACIM mais la jauge est de 150 à 200 participants :wink:)

 

Ok, le congrès coûte cher. Ok, il faut rentrer dans ses frais. Mais la somme demandée fait peur. Seuls les agents qui ont 1-de bons rapports avec leurs direction/DRH ou 2-un poste leur permettant de valider aisément une telle inscription (et donc rarement des agents de cat. C) peuvent se le permettre.

 

Ca crée une sorte de fossé bien difficile à combler.

 

Je m'étonne juste que l'ABF n'arrive pas à avoir des salles pouvant accueillir le Congrès gracieusement, la plupart des villes l'accueillant bénéficiant d'une manne touristico-professionnelle importante. Couplé à la manne financière (difficile à chiffrer, je n'arrive pas à retrouver les bilans financiers de l'ABF détaillés) des exposants, il me semble que ces efforts permettraient de réduire considérablement le coût de l'accès, sans poser problème quant à la qualité des colloques ou des intervenants.

Modifié par Jonathan Garry
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Les congrès ne peuvent, du fait du salon professionnel, tenir que dans de grands espaces comme les palais des congrès. Qui sont là pour faire du business, et dont les tarifs sont tellement élevés que ça fait peur. Sans parler des frais annexes: montage stands, gardiennage, etc. Rien à voir avec l'ACIM (j'en sais quelque chose, Lille ayant accueilli aussi bien le congrès ACIM que celui de l'ABF).

Et la subvention du ministère de la culture ayant baisse cette année de 40%, ça ne risque pas de s'arranger... Toujours un problème de modèle économique, les bonnes intentions sont toujours confrontées aux contingences matérielles.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Les congrès ne peuvent, du fait du salon professionnel, tenir que dans de grands espaces comme les palais des congrès. Qui sont là pour faire du business, et dont les tarifs sont tellement élevés que ça fait peur. Sans parler des frais annexes: montage stands, gardiennage, etc. Rien à voir avec l'ACIM (j'en sais quelque chose, Lille ayant accueilli aussi bien le congrès ACIM que celui de l'ABF).

Et la subvention du ministère de la culture ayant baisse cette année de 40%, ça ne risque pas de s'arranger... Toujours un problème de modèle économique, les bonnes intentions sont toujours confrontées aux contingences matérielles.

 

Clairement, des problèmes économiques.

 

Et un cercle vicieux qui risque de poser problème à terme ...

Modifié par Jonathan Garry
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pascal WAGNER

Ancien trésorier et ancien président, je mesure bien l'incompréhension des collègues dont Jonathan est un représentant dans cette discussion. Les comptes de l'ABF sont transparents. Une présentation synthétique des comptes figure chaque année sur la "note d'information" que reçoit chaque adhérent.  Si vous le souhaitez, Jonathan, vous pouvez avoir accès aux comptes détaillés comme n'importe quel adhérent  et ainsi prendre peur et partager nos angoisses ! 


Alors oui, le congrès est trop cher... Comment faire ?   Trouver d'autres recettes pour faire vivre l'ABF et tenter de diminuer le cooût du congrès...  C'est pas gagné, hélas !


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan Garry

Merci pour les informations, Pascal.


 


Je regarderai en détail les présentations reçues en tant qu'adhérent.


 


Entre les baisses de subvention, le coût certes exorbitant de location, les problèmes financiers d'accessibilité (qui crée, outre une frustration, un relatif manque à gagner), il y a peut-être également une question de "forme" de congrès à se poser.


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben tiens, un exemple de ce cas insoluble : je viendrai sans doute faire un tour au congrès pour voir à quoi ça ressemble, parce que l'entrée est libre, mais je ne ferai aucune journée de conférence, parce que c'est impossible d'obtenir les subsides de ma collectivité.


 


EDIT : suite à une question de Jonathan, désolée, j'ai fait erreur. Pas d'entrée libre à l'horizon, même si c'est juste pour voir les stands et l'expo. Mes plus plates excuses pour avoir parlé (écrit) trop vite.


Modifié par Bouille
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Entre les baisses de subvention, le coût certes exorbitant de location, les problèmes financiers d'accessibilité (qui crée, outre une frustration, un relatif manque à gagner), il y a peut-être également une question de "forme" de congrès à se poser.

 

C'est une question interessante : pourquoi necessairement un congrès, et sous cette forme, surtout que, comme le dit Anne "Le congrès coûte véritablement très cher à l'ABF, rien que la location du lieu est toujours phénoménale. (...). C'est pour cela que certaines assos professionnelles ne peuvent pas en organiser.

 

Si ce modèle n'est pas économiquement viable d'une part, et d'autre part constitue au niveau du prix d'accès un repousssoir génerant de la frustration et peut-être mème une ségrégation des adhérents par l'argent, pourquoi le conserver à tout prix ? Est-ce que ce modèle n'est pas l'encombrant héritage d'une époque de vaches grasses aujourdhui révolue ? Que font les autres associations ?

 

Je partage les questionnements de Jonathan, mème s'il est évident que cela doit aussi rester un geste militant. Mais comment conserver une attitude militante à ce prix là et quand finalement, comparativement du moins, votre statut d'adhérent ne vous apporte que bien peu de choses ?

 

Il y aura donc un congrès avec ceux qui peuvent y assister et sans ceux qui ne peuvent y assister. Quelle représentativité aura alors le congrés par rapport à l'ensemble des adhérents ? Et donc les decisions qui en sortiront ? Quelque part, à ce train là,  c'est la légitimité de l'Association qui risquerait d'être remise en cause un jour, par ses propres adhérents.

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

A l'avenir pourquoi ne pas organiser le congrès au sein d'une université après que les partiels soient passés? ça couterait sans doute moins cher et il me semble que les universités ont les infrastructures pour accueillir ce type d'évènements...


Sinon est-ce qu'il y a des conférences accessibles aux membres de l'ABF gratuitement et sans inscription préalable? J'aimerais bien venir mais étant dans une situation instable je ne sais pas à l'avance si je serai disponible ces jours-là.


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Les universités n'ont pas les infrastructures nécessaires pour ce congrès: les salles de conférence oui, mais les espaces (très grands) nécessaires pour le salon, l'espace repas, le commissariat, etc... Pas possible !

Les adhérents ABF disposent d'un tarif préférentiel. Vous pouvez également vous inscrire à la journée, mais l'inscription préalable est nécessaire,notamment parce qu'il a des ateliers où la place est limitée.

Pas de gratuité pour les raisons évoquées plus haut, sauf à faire une demande de bourse à votre groupe regional.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Serait-il envisageable, pour les prochaines années, de proposer un accès différencié, avec accès payant pour la plupart des conférences, ateliers et tables rondes, et accès gratuits pour les lieux les plus publics (stands...) et 2 ou 3 conférences phares ?


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.
×
×
  • Créer...