Aller au contenu
Lerena

Déclarer une RQTH : retours d'expérience ?

Messages recommandés

Lerena

Bonjour,

 

Actuellement bibliothécaire à mi-temps, j'ai été engagée au début du mois en tant que première professionnelle de la bibliothèque. Cette dernière, non informatisée, est en cours de déménagement dans un espace plus grand et je suis donc chargée des demandes de subvention pour la BDP, du désherbage, de la gestion de l'équipe de bénévoles, de l'informatisation (et non de la ré-informatisation) de la bibli, de l'achat des nouvelles collections etc. ... Ma BDP a prescrit une ouverture "au minimum" en Septembre, ce à quoi le maire a rétorqué "au maximum" avec un rire narquois.

 

J'ai énormément de travail et je dois, de surcroît, conserver de l'énergie pour mon deuxième mi-temps, en Secrétariat. J'ai déjà accumulé 9 heures d'heures sup depuis le début de mois (que j'ai dépensé en partie samedi dernier) et je sais déjà que je dois prendre part à une réunion mardi soir prochain.

 

J'ai reçu mon diagnostic d'autisme l'année dernière et j'ai reçu récemment ma RQTH, qui a une validité de trois ans. Ayant déjà fait face à de la discrimination déguisée qui m'a menée à la non-stagiairisation dans ma précédente bibliothèque, je suis très méfiante à l'idée de déclarer mon statut de personne handicapée et de demander des accommodations.

 

Il est pourtant évident que je m'épuise physiquement et moralement et que je pourrais bien avoir besoin d'assistance, entre les innombrables coups de fil que je dois passer, les réunions et mon manque total d'expérience en gestion de bibliothèque (je n'étais que simple employée dans mes précédents contrats).

 

D'un autre côté, c'est la première fois que j'ai la chance d'être directement stagiairisée dans la fonction publique et j'ai peur de ruiner cette chance en déclarant mon handicap. Je doute qu'ils me "virent" directement en raison de mon autisme, mais je sais qu'ils pourront recourir à de faux arguments, soi-disant "pour mon propre bien", "parce que je me fatigue trop", "que je serais mieux ailleurs" etc etc. ce que ma précédente structure avait faite pour justifier la non-stagiairisation.

 

J'aimerais savoir si vous avez déjà été confronté à une situation similaire, en tant que personne handicapée ou collègue d'une personne handicapée. Si vous ou cette personne étaient ouvertement déclarés, est-ce que cela s'est bien passé ? Avez-vous été confronté à des discriminations quelconques ?

 

Dans mon précédent contrat, ils ont changé mes horaires de permanence sans même me prévenir ou demander mon avis, en prétextant que c'était "pour mon bien", lorsqu'ils m'en ont parlé en annonçant qu'ils ne me gardaient pas. Ma chef ne cessait de policer mes gestes d'auto-stimulation, aussi discrets tentais-je de les faire, et était très exigeante envers moi en terme d'animations et de sociabilisation, bien plus qu'envers mes collègues neurotypiques.

 

Dès qu'un lecteur avait une remarque à faire sur "l'amabilité des bibliothécaires", elle se tournait vers moi, comme si j'étais forcément la personne désignée par cette remarque (quand j'avais des usagers qui me demandaient spécifiquement pour leur conseiller des documents ou simplement discuter avec eux). Je ressentais constamment un mélange de pitié et de mépris à mon égard et je ne savais qu'en faire. De plus, elle m'a "outée" sans m'en parler auparavant, divulguant mon handicap à l'équipe de bénévoles. Je ne l'ai appris que bien plus tard, quand une bénévole m'a parlée de mes, et je cite, "particularités".

 

Je crains que la situation ne se reproduise dans ma nouvelle structure, ce pourquoi je me montre très hésitante à faire part de ma RQTH. D'autant plus que des membres de ma famille travaillent au sein de la commune où j'officie et que je me doute qu'ils seraient probablement impactés si je venais à révéler tout ça. C'est un petit village où les rumeurs vont vite...

 

Que faire ? Auriez-vous des conseils ou des témoignages à partager ? Merci d'avance.

 

 

Modifié par Lerena

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Doriane

Bonjour Lerena,

 

J'ai obtenu ma RQTH avant même de commencer à travailler pour la première fois et j'ai fait le choix d'en parler soit dès les entretiens de recrutement soit dès le premier jour. Je suis fibromyalgique et l'annoncer à mes supérieurs et mes collègues était pour moi le meilleur moyen d'éviter des malentendus. Je ne voulais surtout pas que les jours où j'avais mal et n'arrivais plus à le cacher, mon entourage me prenne pour une feignante.

 

J'ai eu beaucoup de la chance, car à chaque fois mon environnement de travail a été très bienveillant envers mon état de santé. Je pense sincèrement qu'avoir été honnête sur ma situation a aidé. Je me dis que si tu avais eu l'occasion d'expliquer à ta précédente équipe de bénévoles ton autisme, et les conséquences sur toi et vos relations, il y aurait peut-être eu moins d'incompréhensions, parce qu'ils auraient alors eu la possibilité de te poser des questions et de mieux comprendre (mais c'est peut-être beaucoup de naïveté que de croire ça). 

 

Pour faire face à ta nouvelle situation, je t'encouragerais à ne pas rester seule. Tu es dans une petite structure si j'ai bien compris, mais il doit bien exister un représentant du personnel, un syndicat (je ne m'y connais pas trop à ce niveau-là, désolée). Quelqu'un à qui tu puisses parler de ta RQTH et qui pourra t'aider dans ta démarche de faire valoir tes droits. 

 

Quoi que tu décides, bon courage ! 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 9 heures, Lerena a dit :

Je doute qu'ils me "virent" directement en raison de mon autisme, mais je sais qu'ils pourront recourir à de faux arguments, soi-disant "pour mon propre bien", "parce que je me fatigue trop", "que je serais mieux ailleurs" etc etc. ce que ma précédente structure avait faite pour justifier la non-stagiairisation.

 

Le fait de ne pas être stagiairisée mais par exemple reconduite sur des mi-temps peut correspondre à toute autre chose que ton handicap, surtout actuellement. Effectivement, aucune obligation n'impose à l'agent d’informer son employeur de son handicap ni de sa reconnaissance de travailleur handicapé.

Mais ce qu'il serait intéressant de savoir (passer par le CHSCT qui verra ça avec les RH en confidentialité) si la collectivité n'y trouve pas son compte.

 

Car l'intérêt pour eux de la RQTH est double :

 

1) De nombreuses aides ont été mises en place par le FIPHFP pour inciter, accompagner, appuyer les collectivités qui embauchent ou maintiennent dans l’emploi des travailleurs en situation de handicap (lien ci-contre). (le FIPHFP est le fonds d'insertion des personnes handicapées dans la Fonction publique. Or il est chargé de collecter les contribution des employeurs ne satisfaisant pas à leur obligation d'employer 6% de travailleurs handicapés. Et il attribue aussi des aides pour faciliter cet emploi)

 

2) L’agent est comptabilisé par la collectivité dans la DOETH , ce qui permet à l’employeur de remplir une partie de son obligation légale d’emploi des travailleurs handicapés. La DOETH c'est l'obligation de la declaration d'emploi des travailleurs handicapés. C'est valable pour tous les employeurs dont l'effectif est d'au moins 20 agents, qui doivent remplir une declaration annuelle à ce sujet. Ce qui permet de calculer l'amende pour ceux qui sont au dessous des 6%.

 

Evidemment cela ne répond pas à tous les problèmes de stigmatisation que tu signales. Là cela dépend de chaque collectivité. Doriane a eu de la chance, toi moins...

Personnellement je serais de l'avis de Doriane : Ne cache rien sur ton état. Tu dois considérer cela comme un atout. Et effectivement, ne reste pas seule. Ton représentant syndical pourra t'orienter vers les bonnes personnes, même si tu n'es pas syndiquée.

 

Bonne chance et courage !

 

EDIT. J'ai personnellement recruté il y a longtemps une agent contractuelle qui nous a caché sa forte dyslexie au moment de l'entretien. Cela n'a pas joué en sa faveur....

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

Comme Ferris et Doriane, je te conseille de ne pas cacher ta situation d'une part pour éviter tout quiproquo, tout malentendu, d'autre part pour permettre à ton employeur de pouvoir mettre en place les aménagements nécessaires.

 

Il se peut aussi que tu aies besoin d'aide pour avancer dans ton poste, trouver ta place.

Je te donne un exemple: j'ai dans mon équipe plusieurs agents ayant une RQTH, je n'ai aucun problèmes dans la mesure où j'ai dit quels étaient les attendus, les exigences des postes, ce qui est possible ou non.

Ainsi une des collègues dans ce cas est aujourd'hui totalement épanouie car elle est sur un poste qui lui correspond. Tous ont noté le changement et pourtant nous sommes passés près de l'inaptitude il y a 4 ans et demi. Tout simplement parce qu'il y avait ignorance, donc incompréhension, donc quiproquo, donc tension. 

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 1 heure, Louve a dit :

je n'ai aucun problèmes dans la mesure où j'ai dit quels étaient les attendus, les exigences des postes, ce qui est possible ou non.

 

Entièrement d'accord. Handicap ou pas, tout dépendra de ce qui est stipulé dans ta fiche de poste, laquelle est définie par ta chef de service en fonction des besoins du service d'une part et, dans certains cas, des exigences de "l'adaptation du poste" due à ton handicap. Et ça c'est la médecine du travail qui en décide et l'employeur doit s'y plier. Toutefois les missions du service restent prioritaires. L'aménagement du poste de travail est une obligation pour l'employeur. Et cela ne doit pas se traduire par une forme de mise à l'écart ou une dévalorisation de la personne.

 

Pour ajouter une touche personnelle que certains adorent, j'ajouterais qu'alors qu'on fait un pont d'or et qu'on dresse des statues à des bénévoles de 75 ans, responsabilités à l'appui, on puisse refuser un poste à une personne autiste compétente  (et qui en plus rapporte des subventions), est un scandale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Il y a 10 heures, Ferris a dit :

Toutefois les missions du service restent prioritaires. L'aménagement du poste de travail est une obligation pour l'employeur. Et cela ne doit pas se traduire par une forme de mise à l'écart ou une dévalorisation de la personne.

 

 

Un petit bémol Ferris, l'employeur a une obligation de moyens, pas de résultats.

S'il n'est vraiment pas possible d'adapter le poste -ce qui peut arriver- il faut en prendre acte mais cela ne doit en aucun cas se traduire par une stigmatisation, une mise à l'écart.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Exact, c'est pour ça que je précisais que les missions du service restaient prioritaires. Cela peut être bloquant dans certains types d'emploi mais c'est aussi une sécurité pour ne pas finir à la trappe. En fait en matière de maintien dans l'emploi et de prévention de l'inaptitude, l'employeur a un certain nombre d'obligations à remplir: Obligation de résultats pour ce qui est de la préservation de la santé. Obligation de moyens pour ce qui est du maintien dans l'emploi.

 

le problème c'est que l’aptitude médicale de la personne à son poste de travail est une notion qui n’a jamais fait l’objet d’une définition légale. Elle est issue de la loi du 28 juillet 1942 relative à l’organisation des services médicaux et sociaux du travail. Celle-ci a été confirmée par la loi du 11 octobre 1946, organisant la médecine du travail. Néanmoins, on peut définir l’aptitude médicale comme : la capacité physique et mentale d’un salarié à tenir le poste de travail que lui confie l’employeur. Cette capacité tient compte à la fois de son état de santé et des caractéristiques du poste occupé.

 

Une définition jurisprudentielle qui me parait assez large pour ce qui est des tâches de bibliothèque. Sinon, c'est le reclassement. Ce qui me gêne au niveau de Lerena c'est ce mi-temps administratif qui complique les choses.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 1 minute, Ferris a dit :

Une définition jurisprudentielle qui me parait assez large pour ce qui est des tâches de bibliothèque. Sinon, c'est le reclassement. Ce qui me gêne au niveau de Lerena c'est ce mi-temps administratif qui complique les choses.

 

C'est certain que travailler sur deux postes différents n'est pas chose aisée.

Ce qui risque aussi de poser problème est le fait qu'elle nous dise  que "des membres de ma famille travaillent au sein de la commune où j'officie"

Il ne faudrait pas que certains pensent qu'il y a du favoritisme, du népotisme même si l'on sait qu'un des travers de la fonction publique territoriale est son coté endogame extrêmement marqué.

 

Modifié par Louve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 2 heures, Louve a dit :

Il ne faudrait pas que certains pensent qu'il y a du favoritisme, du népotisme même si l'on sait qu'un des travers de la fonction publique territoriale est son coté endogame extrêmement marqué.

 

Que c'est joliment dit ! :D

Chez nous 32% des personnels de service, Atsem etc...sont des femmes soit des personnels en place, soit des membres des familles d'élus. Source syndicale confidentielle bien entendu. Ces pratiques sont essentiellement dues au recrutement direct ces C. Même le CSFPT le dénonce prudemment dès 2016 en parlant de "Les critiques portent sur de possibles recrutements clientélistes ou complaisants."

 

Et Mediapart, dès 2014 : 

L'actualité a révélé un certain nombre de scandales dans des recrutements sur des emplois publics dans les collectivités territoriales et établissements publics de coopération intercommunales : soupçon de favoritisme, prise illégale d'intérêt et recel de prise illégale d'intérêt, trafic d'influence et détournement de fonds publics, etc.

 

Et Anticor en 2017 Alors que le niveau des emplois familiaux a nettement baissé au sein des assemblées nationales, la France reste néanmoins classée au 23e rang du classement de l’ONG Transparency International “Indice de perception de la corruption”. Une des principales raisons à cela, c’est la corruption dans les collectivités locales… bien souvent liée à des cas de népotisme. (suit un exemple frappant : le comportement de l’adjointe aux ressources humaines à Aigues-Mortes, dénoncé par un conseiller municipal d’opposition. Elle avait recruté sa fille, ses nièces, son gendre et une demie-douzaine d’autres membres de sa famille au sein des services de la mairie et de la communauté de communes. Ils pourraient être au total près de onze à avoir bénéficié des faveurs de cette personne .)

https://www.lelanceur.fr/le-nepotisme-toujours-en-vogue-dans-les-collectivites-locales/

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 50 minutes, Ferris a dit :

Que c'est joliment dit ! :D

 

bin kwôa??? :angel:

 

il y a 51 minutes, Ferris a dit :

Chez nous 32% des personnels de service, Atsem etc...sont des femmes soit des personnels en place, soit des membres des familles d'élus.

 

Dans ma collectivité, on est à plus... et cela touche toutes les catégories...

Il y a même des supérieurs hiérarchique qui ont leur conjoint ou conjointe en responsabilité directe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Le pire c'est que les CAP, les CDG et le Contrôle de légalité sont complices de fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pigranelle

Bonjour Lerena.

Par rapport au fait qu'il y ait des membres de ta famille dans la collectivité, c'est sur que si tu fais ton "coming out" au niveau professionnel ils risquent d'être un jour où l'autre au courant de ton handicap, donc à toi de voir par rapport à ça. C'est sur que l'autisme n'est pas un handicap facile à "outer", et il doit absolument s'accompagner d'explications détaillées sur ton cas précis car il y a différentes formes d'autismes, et en fonction des personnes ce ne sera pas les mêmes adaptations.

Ta fiche de poste m'interpelle également, j'ai l’impression malheureusement qu'on en voit de plus en plus des comme ça : moitié bib / moité autre chose, et que cette double casquette, outre qu'elle nie complètement la professionnalisation du métier de bibliothécaire, est très compliquée à gérer pour les personnes qui la portent...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lerena

Merci pour vos messages. Pour tout vous dire, les deux mi-temps n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Une commune m'a engagée pour travailler dans leur bibliothèque, une autre m'a engagée pour travailler en tant que secrétaire dans leur mairie. La commune qui m'a engagée dans la bibliothèque aurait voulu me donner un peu plus d'heures, mais ils ont trop traîné et j'avais déjà été embauchée à mi-temps dans l'autre commune. Comme je gagne l'équivalent d'un salaire temps plein, il est évident que je ne vais pas quitter mon poste de secrétaire pour un contrat de vingt heures ou de vingt-cinq heures de travail par semaine...

 

Ma famille est au courant de mon diagnostic, mais m'a conseillé de ne pas parler de ma RQTH, par crainte justement de la discrimination. Si je fais le choix d'en parler, ils vont forcément être au courant que je l'ai fait et honnêtement, je n'ai pas la moindre idée de la façon dont les gens réagiront vis-à-vis de cela, par rapport à moi-même et par rapport à ma famille (je crois qu'ils craignent un peu qu'on vienne ensuite les aborder pour leur poser des questions très indiscrètes à mon sujet ou ce genre de choses). Je ne sais pas si l'idée du "favoritisme" serait abordée, parce qu'ils n'ont eu absolument rien à voir dans mon embauche. Nous étions très peu de candidats à la base et l'autre candidate qui avait été retenue avec moi pour un entretien s'est apparemment désistée avant même qu'ils n'aient pu prendre de décision. Après, je ne nie pas que les rumeurs peuvent commencer à circuler malgré tout...

 

Je vais réfléchir à tout ça. Je vous remercie de vos réponses, en tout cas. Je viendrai probablement poser d'autres questions bientôt car, malgré le soutien de ma BDP, je me retrouve parfois bien seule face à certaines interrogations en matière de gestion de bibliothèque et je n'ai pas d'expérience à ce niveau sur laquelle j'aurais pu me reposer ^^'. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...