Jump to content
olivierH

Point sur le concours de bibliothécaire 2017 : 2 ans après, une situation catastrophique

Recommended Posts

Zénodotos
Le 25/09/2019 à 18:03, Louve a dit :

Franchement, se colleter un tout frais aux RH qui n'a pas toutes les connaissances ni les compétences (le concours ne fait pas tout, certains en relations humaines ne sont pas au top et se perçoivent comme excellents car lauréats), ça peut être très, très, très, sportif !

 

De toute façon, ça n'est pas le cas, puisqu'il faut AUSSI réussir la partie CV puis entretien.

 

On peut avoir une expérience autre. Associative par exemple. Qu'on ne me dise pas que ce n'est pas formateur !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Zenodote n'a pas tout a fait tort. Mais la question est de ne pas mélanger les relations humaines et les ressources humaines. Un externe peut avoir d'excellente capacités relationnelles et ne pas faire l'affaire en matière de management. La FP est bourrée de règles du jeu très complexes, de rapports hierarchiques, de missions tordues, de jeux de pouvoir, etc...qui font d'ailleurs que beaucoup de "chefs", et à juste titre, se décrivent souvent comme pris entre marteau et enclume. Ce n'est pas pour rien. Et une expérience associative, ou certains collègues qui ne travaillent qu'avec des bénévoles par exemple, et souvent avec des hiérarchies aussi lointaines qu'inexistantes, ne peuvent pas apporter ce contexte.

 

Le management peut rendre méchant. Y compris des gens humainement très bien au départ. Il y a des fois où c'est indispensable pour faire passer en force un projet. Dans l'associatif on compose. Dans la  FP on impose parfois. Les plus malins finissent par imposer sans que l'on s'en rende compte, c'est le top: faire croire à son personnel que votre décision est finalement la leur. Un externe est à cent lieues de tout cela. Il ne peut l'apprendre qu'en immersion réelle. Et souvent à ses dépens. Surtout si c'est un gentil au départ.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zénodotos

Non, bien sûr ! Je ne mélange pas les deux. Mais on apprend quand même, par exemple, le travail en réseau, à s'inscrire dans un territoire, à mener à bien un projet... Mais pour avoir TOUTES les compétences requises pour un poste, ne faut-il pas... exercer à ce poste depuis quelques temps?

Share this post


Link to post
Share on other sites
PaulineBer
Le 01/10/2019 à 18:46, Pigranelle a dit :

@PaulineBerComment tu fais pour avoir ces jolies stats? Je voudrais pas lancer un concours de quéquette, mais ça m'intéresse à titre perso :ahappy:

Edit! j'ai trouvé! 17% de création et 32% de modifs de notices biblio :afro:

Pour compléter mon message, pour les ebooks j'en suis à 9% de création et 60% de modification.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris
Posted (edited)
Il y a 18 heures, Zénodotos a dit :

Mais pour avoir TOUTES les compétences requises pour un poste, ne faut-il pas... exercer à ce poste depuis quelques temps?

 

C'est bien là le hic. Toutes les missions que tu cites, et on est bien d'accord, peuvent s'apprendre quasiment "hors sol", ou avec l'apport d"expériences autres et/ou de tres bonnes formation prépa. Mener un projet a terme, construire un argumentaire, rédiger un cahier des charges etc...Mais pour ce qui concerne la direction d'équipe, la connaissance des normes hiérarchiques etc...ne suffit pas. Les prépas concours, et on l'a très souvent abordé sur le forum (voir la rubrique https://www.agorabib.fr/topic/192-question-de-management/ ou la collègue qui crée le sujet parle d'emblée de sujet tabou ) ou à travers des questions de type cas d'école (que faire quand un collègue arrive en retard etc...) ne donnent qu'une faible idée de la complexité d'une direction d'équipe. D'ailleurs il est frappant de constater que l'on prend souvent comme exemple des situations individuelles et non collectives et que l'on oublie la notion de pression extérieure sur le chef de service. Par ailleurs, et c'est logique, le management arrive en tête des compétences demandées à un cadre, évidemment.

 

Alors, malheureusement, oui, pour un vrai externe, c'est un territoire inconnu. En théorie à un oral de concours on peut s'en sortir par des réponses stéréotypées face à des situations individuelles, qui exigent simplement de bien connaître le parcours hiérarchique à suivre etc...mais on est très loin de la réalité de terrain. Déja en entretien de recrutement le ton change, les élus attendent un "chef". Et là le petit nouveau ne tiendra pas la route.

 

C'est toute l'hypocrisie du concours A externe.

 

Edited by Ferris
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zénodotos

Nous ne nous sommes pas très bien compris.

Même pour quelqu'un qui connait déjà le milieu, ou qui a déjà travaillé, savoir exactement comment faire dans toutes les situations possibles et imaginables, ça n'est pas possible. On peut être apte au poste, ça n'est pas la question. Mais on n'a pas la maîtrise tant qu'on n'a pas été dans les bottes du chef. Avoir été en bibliothèque ne suffit pas. Or, si on part du principe qu'on n'est pas compétent tant qu'on n'a pas été chef, hé bien... on ne le devient jamais.

Donc on peut aussi laisser leur chance aux "nouveaux". Sans doute pas à quelqu'un qui n'a jamais travaillé, certes. Mais on acquiert des compétences transférables si on a travaillé, même ailleurs.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle

Le problème c'est que ce n'est pas le cas: le seul prérequis c'est avoir une licence, n'importe laquelle. Quand on est un crac en dissert et qu'on se débrouille bien à l'oral on peut être admis sans avoir aucune expérience significative. Je le sais ça m'est arrivé, certes en liste en complémentaire ce qui fait que je n'ai pas été appelée (ouf!). Mais maintenant que je suis en poste B je sais que j'aurais fait une très mauvaise catégorie A, maintenant que j'ai un peu plus d'expérience au sien d'une équipe sans être en responsabilité, comme dit Ferris j'ai saisi un certain nombre de jeux de pouvoir et de non-dits qui m'éviterait certaines grosses erreurs de management si je devais me retrouver cadre. Mais comme justement j'ai une idée beaucoup plus précise des fonctions de catégorie A (ce que je n'avais pas quand j'ai été reçue au concours), ben j'ai aucune envie de le devenir :lol:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris
Le 03/10/2019 à 18:32, Zénodotos a dit :

Nous ne nous sommes pas très bien compris.

 

Effectivement, tu restes dans les généralités, tu me parles de "gens qui ont travaillé" et de "compétences transférables". Or sur ce point, j'ai été clair, nous sommes d'accord comme en témoigne ma réponse. Toutes les tâches de "gestion" ou purement bibliothéconomiques s'apprennent sans problème, y compris hors-sol. Il ne s'agit donc pas d'avoir ou de pas avoir travaillé avant. Nous parlons du seul travail d'encadrement et de tout ce qu'il implique.

 

A moins d'avoir encadré dans d'autres métiers eventuellement, ce type de compétences n'est pas réellement acquérable hors sol.

 

Ceci dit, une fois de plus, les jurys de concours en tiennent compte en externe, ce qui fait qu'on peut s'en sortir à ce niveau, c'est une évidence. D'ailleurs tu en es la preuve vivante. Mais pour un jury de recrutement c'est une autre affaire. Quoique, là encore, tout dépend aussi du type de structure. Dans une petite structure où tu vas encadrer deux agents par exemple, on peut tenter le coup et apprendre doucement. Le problème c'est que pour ce type de poste on ne recrute pas de cadre A, parfois même pas du B.

 

Franchement, quel Maire serait assez casse-cou pour confier le management de 10 ou 15 personnes à quelqu'un qui n'a jamais géré que lui-même ?

 

D'ailleurs à ce niveau, pour les B, mais le contexte BU de Pigranelle est différent, je rappelle qu'environ la moitié des missions d'un cadre B dans la territoriale concerne bien l'encadrement direct des adjoints du patrimoine.

 

Dans mon tout premier poste j'encadrais une personne. A deux, c'est une histoire de couple, on gère. Dès que j'en ai eu deux, j'ai compris ma douleur. Et par la suite, les effectifs montant, mes hémorroides se sont mis à suinter. Le problème c'est que je n'ai pas eu la chance de Pigranelle, j'ai été A tout de suite. Corvée de chiottes, d'office.

 

Donc je me suis retrouvé dans la situation du mec qui ne sait pas nager et qu'on pousse dans la piscine, un truc à ne jamais faire, parait-il.

 

Du coup maintenant je ne sais toujours pas bien nager et j'ai peur de l'eau....si tu vois ce que je veux dire.:aww:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

@Ferris, un jeune externe peut avoir acquis une expérience d'encadrement pendant ses études au travers d'engagements divers, au travers d"emplois et ça peut aider.

Un vieil externe qui a déjà travaillé depuis longtemps peut très bien ne pas être fait pour l'encadrement. Il faut aimer ça, être au clair là-dessus pour que ce soit viable et confortable. 

Tout ne s'apprend pas d'ailleurs, il y a une part qui est profondément liée à notre personnalité, il faut se connaître pour ne pas se tromper à ce niveau là.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zénodotos

Et donc, la personne qui était adjointe du patrimoine et qui n'a jamais encadré personne, elle ne deviendra jamais cadre A?

il y a 18 minutes, Ferris a dit :

A moins d'avoir encadré dans d'autres métiers eventuellement

 

Précisément.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour
il y a 59 minutes, Zénodotos a dit :

Et donc, la personne qui était adjointe du patrimoine et qui n'a jamais encadré personne, elle ne deviendra jamais cadre A?

 

Tu peux tout apprendre.

 

Sauf ça :

il y a une heure, Louve a dit :

Il faut aimer ça, être au clair là-dessus pour que ce soit viable et confortable. 

 

La façon dont tu vas en parler en dira long sur toi.

Tes hobbies aussi. (oui, il y a des hobbies de chef)

 

Sans oublier que tu vas aller chercher ce genre de poste (ou situations)... parce que tu aimes ça. Et tout autant vivre entre l'enclume et le marteau, parce que ça fait partie du job, et tu le sais : être chef, c'est la merde et les emmerdes.

 

Le problème est que plus tu prends cette mission tôt, plus tu dois tenir dans le temps.

Il faut vraiment aimer ça, et savoir où on va.

 

Si c'est ton but, prends le temps d'y réfléchir à deux fois. L'âge, "L'expérience" ça aide à être plus crédible en tant que chef. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris
Posted (edited)
Il y a 2 heures, Louve a dit :

@Ferris, un jeune externe peut avoir acquis une expérience d'encadrement pendant ses études au travers d'engagements divers, au travers d"emplois et ça peut aider.

 

C'est bien ce que je precisais en disant "A moins d'avoir encadré dans d'autres métiers eventuellement ". L'encadrement n'est pas propre aux bibliothèques ni même à la fonction publique. Dans mon cas 20 ans d'encadrement d'animateur en centres de vacances ont un peu joué par exemple.

 

Il y a 2 heures, Louve a dit :

Un vieil externe qui a déjà travaillé depuis longtemps peut très bien ne pas être fait pour l'encadrement. Il faut aimer ça, être au clair là-dessus pour que ce soit viable et confortable. 

Tout ne s'apprend pas d'ailleurs, il y a une part qui est profondément liée à notre personnalité, il faut se connaître pour ne pas se tromper à ce niveau là.

 

Absolument, et c'est peu là le côté "tabou" du sujet tel que le soulevait Yumiko en 2013 dans le lien que j'ai cité. Effectivement il faut avoir la mentalité pour ça. A l'armée, tout le monde ne tente pas l'école des élèves officiers. Seulement ceux qui aiment ça.

 

Je suis conscient et l'ai toujours été, de ne pas vraiment en faire partie. Autre époque aussi. Du coup j'ai peut-être plus mal vécu que d'autres cette partie de mon travail. Il est donc souhaitable, j'en suis d'accord, de bien se connaître. Mais qui peut le prétendre ? Et puis il y a le contexte administratif et humain de la FP, qui n'est pas joli joli, il faut le dire aussi : qui peut prétendre traverser un champ de mines sans connaître l'emplacement des mines en question et s'en sortir indemne ?

 

D'ailleurs, qui s'en sort vraiment indemne sur le plan personnel ? Encore un tabou qui limite un peu le champ de la réponse qui consisterait à dire qu'il suffit de se connaitre et d'aimer ça. Un peu facile, non ?

 

Et attention au revers de la médaille : pas question ensuite de venir se plaindre ou de plaider l'ignorance. Par ailleurs, à la fin des fins, ne jamais oublier que ce n'est pas vous qui déciderez que vous êtes un bon ou un mauvais manager. Ce sont souvent d'autres gens, comme les RH par exemple, qui ne souhaitent surtout pas entrer dans les détails de vos problématiques personnelles et ont leur propre conception de ce qu'est un bon ou un mauvais chef. Et ça aussi c'est un problème...

 

Rappelez-vous toujours de la règle d'or de ces gens là : pas de vagues.

 

Alors ramez....

Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve
Il y a 9 heures, Ferris a dit :

Et puis il y a le contexte administratif et humain de la FP, qui n'est pas joli joli, il faut le dire aussi : qui peut prétendre traverser un champ de mines sans connaître l'emplacement des mines en question et s'en sortir indemne ?

 

 

Je dirai plutôt le contexte actuel dans qu'il s"agisse de FP ou privé, en ce moment c'est compliqué pour tout le monde car nous somme dans un environnement extrêmement mouvant, anxiogène et on ne voit pas très e quoi demain sera fait.

 

Il y a 9 heures, Ferris a dit :

Effectivement il faut avoir la mentalité pour ça. A l'armée, tout le monde ne tente pas l'école des élèves officiers. Seulement ceux qui aiment ça.

 

Il y a effectivement un tabou à ce niveau là, tout le monde n'est pas en capacité d'encadrer, d'emmener, d'avoir une vision globale et de se fader les emmerdes. Etre chef, c'est un paquet avec de bons et de mauvais côtés. 

La vie professionnelle s'allongeant (euphémisme...), il importe également de se projeter sur le long terme et de poser la question si on sera en capacité ou non de supporter ce type de poste. Il faut veiller à se permettre de prendre des chemins de traverse, de se laisser des portes de sorties et surtout à reconnaître quand on n'est plus capable d'exercer correctement son travail (les raisons peuvent être diverses). Ce n'est pas simple. Mais si on est conscient de tout cela, c'est super!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle
Le 04/10/2019 à 19:29, Louve a dit :

un jeune externe peut avoir acquis une expérience d'encadrement pendant ses études au travers d'engagements divers

Alors moi je ne parlais pas d'expériences d'encadrement, mais bien d'expériences d'encadré, ce qui est très différent. Je pense simplement qu'il faut avoir été encadré pour être un encadrant conscient des jeux de pouvoirs et d'égos qui se jouent à ce niveau. Il faut avoir été encadré aussi pour être capable de se faire une idée précise du chef qu'on veut ou ne veut pas être, et de comment y parvenir. Les engagements associatifs volontaires (je ne parle pas pour les salariés), à moins de tomber sur des assoc un brin dysfonctionnelles, sont formatrices mais n'équivalent pas à une situation de travail. Une assoc on la choisit, et on est avec des personnes qui l'ont choisi aussi, ça change tout, on est entre personnes partageant une même volonté même s'il peut y avoir des divergences de point de vue et des personnalités contraires. De toute façon c'est quelque chose qui n'est pas beaucoup abordé en entretien pro de concours dans la FPE en tout cas. Des chartistes qui ont trouvé le temps de s'investir au niveau de la gestion de bénévoles dans des assoc vous n'en trouverez pas beaucoup par exemple, alors qu'on les retrouve dans les lauréats des concours A.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zénodotos
Le 07/10/2019 à 10:47, Pigranelle a dit :

Je pense simplement qu'il faut avoir été encadré pour être un encadrant conscient des jeux de pouvoirs et d'égos qui se jouent à ce niveau. Il faut avoir été encadré aussi pour être capable de se faire une idée précise du chef qu'on veut ou ne veut pas être, et de comment y parvenir.

 

Eh bien dans ce cas, pas de problème: j'ai déjà vécu l'encadrement, d'un côté et de l'autre du miroir d'ailleurs. Je n'ai pas fait QUE de l'associatif, rassurez-vous. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve
Le 07/10/2019 à 10:47, Pigranelle a dit :

Je pense simplement qu'il faut avoir été encadré pour être un encadrant conscient des jeux de pouvoirs et d'égos qui se jouent à ce niveau. Il faut avoir été encadré aussi pour être capable de se faire une idée précise du chef qu'on veut ou ne veut pas être, et de comment y parvenir. 

 

Pas nécessairement, on peut avoir été encadré et ne pas prendre la mesure de l'encadrement.

Ce qui est certain est qu'il faut avoir une appétence pour ce type de tâches. Avoir une idée de ce que l'on veut être, de ce que l'on imagine que l'on ferait n'est pas suffisant, c'est sur le terrain, au contact des équipes qui sont différentes et nécessitent donc souplesse et adaptation qui sera essentiel.

 

Le 12/10/2019 à 18:53, Zénodotos a dit :

Eh bien dans ce cas, pas de problème: j'ai déjà vécu l'encadrement, d'un côté et de l'autre du miroir d'ailleurs. Je n'ai pas fait QUE de l'associatif, rassurez-vous. 

 

A partir du moment où tu sais que tu n'arrives pas dans le monde des bisounours et que tu feras en fonction du poste, de l'histoire de l'équipe, du bâtiment, de la collectivité, c'est un énorme point!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...