Aller au contenu

Éternel Poulidor


Bibliamer

Messages recommandés

Bonjour à toutes et tous,

 

Je m'adresse à vous tous en étant consciente que mon message pourrait heurter certaines personnes. Mais je viens pour la énième fois, de me voir passer sous le nez un poste en médiathèque, au profit d'un homme, en reconversion professionnelle.

Je travaille en milieu rural, j'ai fait une formation universitaire (licence), j'ai fait des sacrifices pour avoir mon premier poste en bibliothèque.

J'espérais me rapprocher de ma région d'origine. Je candidate, je passe des entretiens... J'arrive souvent deuxième.

Quand je vois le nombre de bénévoles embauchés/reconvertis qui travaillent dans notre secteur et qui contribuent à boucher les débouchés, quand il y a tant de diplômés qui sortent tous les ans des formations aux métiers du livre, ça me met très en colère !

Alors, je lance un pavé dans la mare... Les personne diplômées dans la spécialité ne devraient elles pas être prioritaires ? Pourquoi continue-t-on à délivrer des formations "aux rabais" qui durent de quelques jours à quelques semaines ? Et pourquoi, la terre entière semble vouloir travailler en bibliothèque ?!!! Je ne dis pas que ces personnes feront forcément un mauvais travail, mais quand on voit la rareté des postes, ça me révolte !!!

Je m'excuse par avance pour les personnes que je pourrais blesser. Mais suis-je la seule à penser/ressentir cela?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Bibliamer.

 

Donc, si je te lis bien, tu te fais griller à chaque fois, et tu n'en comprends pas les raisons.

 

Si tu as maintenant une formation universitaire de niveau licence, ça doit te mettre la puce à l'oreille.

En milieu rural, les élus ont une priorité directe qui s'appelle l'argent. Si on peut embaucher pour un même poste un catégorie C (ou un contrat aidé, ou des bénévoles) pour tenir le poste, alors on va aller au moins cher.

Et quand tu regardes certaines annonces pour des postes, c'est souvent un B avec des tâches de A, voire un C avec des tâches de B ou B+.

 

Oui, c'est dégueulasse, et ta colère est légitime, comme l'est celle de ceux qui passent les concours en C ou en B, et qui voient des gens sur-diplômés leur passer devant.

Idem, avec une licence, personne ne devrait postuler sur un poste de catégorie C, ce devrait être sur du B ou du A, obligatoire.

 

Seulement voilà, il y a le diplôme et la réalité de la libre administration, avec son budget restreint pour la bibliothèque une activité non-essentielle. Surtout en zone rurale.

Et donc la loi du marché s'impose de force. Moins cher = embauché en priorité.

 

C'est pour ça que les moins diplômés te passent devant.

 

Je te passe le problème que puisque tu es diplômée, les élus n'ont aucune certitude sur ta "stabilité" dans leur bibliothèque. Les diplômés ont tendance à aller voir ailleurs pour un poste plus intéressant, lorsque la personne du village va souvent rester plus longtemps. C'est une question de racines. Mais bon, c'est un point qui pèse moins lourd que le précédent.

 

Et quand je lis ça : Quand je vois le nombre de bénévoles embauchés/reconvertis qui travaillent dans notre secteur et qui contribuent à boucher les débouchés

je note que tu es très en colère.

 

Par contre, réfléchis un peu à ça :

Combien de diplômés sont prêts à prendre un poste à 20h00 et à en faire 30h ? (pendant des années)

Combien offrent leurs services dans les petites bibliothèques où il n'y a que des bénévoles ?

Combien osent sélectionner des villes sans bibliothèque et proposer un vrai projet de bibliothèque aux élus ?

 

C'est bizarre, sur le dernier point, des bénévoles sont capables de le faire, mais pas les diplômés (ou alors ils sont exceptionnels de rareté).

Sans doute parce que les bénévoles sont capables de se retrousser les manches et de faire avec pas grand chose, et des surfaces et des budgets ridicules.

Sans aucune reconnaissance, ni remerciements de personne. Et parfois, on se fait engueuler, et jeter, alors qu'on donne son temps et son argent personnel.

Parce que les gens sont exigeants !

 

Ils veulent tout sans rien payer, ni mouiller le maillot.

 

Il y a 4 heures, Bibliamer a dit :

Je candidate, je passe des entretiens... J'arrive souvent deuxième.

 

La prochaine fois, tu seras number one.

Surtout si tu présentes un vrai projet de bibliothèque. Chose qu'un reconverti ne sait pas faire...

Ta différence elle est là, dans la qualité de ton offre de diplômée.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Bibliamer,

 

as-tu demandé des retours sur tes entretiens? As-tu demandé aux recruteurs ce qui serait à améliorer , développer? 

Oui, ça se fait! Quand un candidat me demande un retour, je le fais systématiquement.

ll lm'est même arrivé d'expliquer à un candidat qu'il devrait candidater sur un autre type de poste, conseil suivi et couronné de succès.

Ex. de mail reçu 

 

"Je me permets de vous envoyer ce mail suite au rejet de ma candidature, à l’issue de l’entretien du vendredi ***, pour le poste d’adjoint ***.

Dans un soucis d’amélioration, je me demandais si vous pouviez m’indiquer les principales raisons qui ont fait que l’entretien n’a pas abouti à une réponse positive.

Cela me permettrais de me préparer au mieux pour mes prochains entretiens et de corriger ce qui ne convient pas."

 

Tu en nous dis pas si tu as un concours, ni si tu es titulaire

Il faut savoir que, pour le moment encore, les titulaires sont prioritaires par rapport aux contractuels surtout sur des postes de B ou A.

A candidature égale, c'est le titulaire ou lauréat du concours qui sera choisi car si nous embauchons un contractuel  il faut motiver le choix, l'envoyer en préfecture, qu'il passe le contrôle de légalité. Simple me dira t'on, non vérifié... Pas toujours et nous avons intérêt à vraiment border car un recours est toujours possible et jamais agréable à gérer.

 

Bon courage dans ta recherche de poste.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Bonjour Bibliamer,

 

Ayant eu toutes les difficultés du monde à me reconvertir, je pense sincèrement que si tu es déjà bibliothécaire et que tu ne parviens pas à obtenir de poste, peut-être que le problème ne vient pas de ces horribles personnes en reconversion. Si j'ai pu me reconvertir, c'est grâce à une formation, à mon travail en librairie et à ma mobilité. Donc si je te passe devant, tant pis pour toi, tant mieux pour moi. Je n'allais pas m'empêcher de me reconvertir par compassion envers ceux qui veulent rejoindre leur région d'origine. 

Comment sais-tu, d'ailleurs, que tu te fais passer devant uniquement par des personnes qui se reconvertissent ? Moi, j'en doute.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Bonjour


Bibliamer, bienvenue au club, moi je suis Biblioprécaire, et un peu Poulidor aussi, sans emploi depuis.....pfffffiou.......malgré des dizaines et dizaines de candidatures. Je désespérais dans un sujet précédent (il y a quelques mois) de ne pas arriver à être recruté car licence aussi, mais encore très très peu d'expérience bien que pas tout jeune. Je n'en veux en revanche pas à tous ces gens de vouloir travailler en bibliothèque puisque j'en fait partie !
Le pire c'est que j'ai passé la licence nullement dans le but de travailler en A ou en B: quand je regarde les annonces ce sont les emplois de catégorie C qui m'intéressent le plus et ceci depuis toujours...Je ne vais donc logiquement pas aller postuler sur un poste de A si celui-ci ne m'intéresse pas (sans goût pour ce qu'on fait je doute qu'on fasse du bon boulot et/ou qu'on tienne bien longtemps) ! Je cherche donc en premier lieu un poste où les missions me conviennent et il se trouve que la plupart du temps ce sont des postes de C (même si ils comportent de plus en plus des missions de B).
Simplement, sur ces annonces de C, j'ai constaté qu'il était souvent précisé : expérience exigée sur poste similaire ou Bac+2 métiers du livre minimum. Bah donc j'ai passé une licence, juste pour pouvoir répondre à ces offres. Mais au final, j'ai l'impression que ce qui compte ce n'est pas le diplôme mais l'expérience...Et parfois je me demande, moi aussi, si la licence ne me dessert pas ! Mais du coup, toi, tu as de l'expérience et si j'ai bien compris tu es déjà en poste en bibliothèque, et je t'assure, c'est une chance !!! Alors certes peut-être pas encore dans la région où tu souhaite revenir, mais à ce sujet, hélas, je pense qu'on ne pas se permettre de bien se restreindre géographiquement.

B. Majour, nous avions échangé sur ma situation et mon découragement, et je te remercie encore de ton soutien à ce moment-là !  On a ici un sujet un peu similaire et à y voir ta réponse, je pense que tu pourrais te reconvertir en bibliocoach ;) . Par contre par rapport à ta question "Combien de diplômés sont prêts à prendre un poste à 20h00 et à en faire 30h ? (pendant des années)", j'avoue ne pas voir le lien entre le fait d'être diplômé ou non et avoir ou pas envie de faire 30 heures sur un poste payé 20 heures ? Il y a des gens prêts et aptes à le faire et d'autres non, mais c'est plus une question de personnes que de possession ou non de diplôme je pense...
Je rebondis aussi là-dessus

"Combien osent sélectionner des villes sans bibliothèque et proposer un vrai projet de bibliothèque aux élus ?

C'est bizarre, sur le dernier point, des bénévoles sont capables de le faire, mais pas les diplômés (ou alors ils sont exceptionnels de rareté).

Sans doute parce que les bénévoles sont capables de se retrousser les manches et de faire avec pas grand chose, et des surfaces et des budgets ridicules.

Sans aucune reconnaissance, ni remerciements de personne"

Tu m'avais déjà suggéré cette idée de présenter un projet de bibliothèque dans le sujet que j'avais créé précédemment, et je pense que c'est une idée à creuser en effet.
Mais en fait, au stade de réflexion où j'en suis, quitte à monter des projets, je préfère largement le faire en tant que bénévole justement et dans d'autres domaines (je l'ai déjà fait à plusieurs reprises). Car oui, on peut être diplômé et se retrousser avec joie les manches pour porter bénévolement des projets qui nous font vibrer (d'ailleurs dans ce cas c'est magique comme tout peut être fluide, on ne sait parfois plus si c'est nous qui portons le projet ou le projet qui nous porte).
Un projet en bibliothèque en revanche, ne nous appartient pas, il appartient aux élus (je crois?) en tant que représentants des citoyens du territoire donné, donc même si on nous laisse une certaine marge de manœuvre, il faudra évidemment toujours justifier, évaluer etc.. être salarié sur un tel projet me semble plus ingrat, à ce niveau là, qu'y être seulement bénévole avec à côté de ça un autre boulot ou une retraite par exemple (ne serait-ce aussi que parce qu'on peut tout autant s'investir à fond durant un moment, puis si ça ne nous convient plus s'en aller sans rien devoir à personne et sans y perdre pas son job ou sa retraite, donc sans mettre en péril sa situation matérielle).
Pour autant si je dois exercer en bibliothèque, je préfère tout de même que ce soit en tant que salarié, ce qui est logique puisque c'est le seul métier pour lequel j'ai une formation et un tout tout tout petit peu d'expérience pro en catégorie C, et que faut bien gagner sa croûte. Puis j'aime bien bosser en bibli quand-même aussi ;) ...Mais c'est pas parce qu'on aime bien que faut se cantonner toute sa vie au bénévolat. Un moment donné (l'âge venant?) on a besoin de se poser enfin, d'un statut de salarié, de sortir du système rsa, de cotiser pour sa retraite (enfin si ça existe encore), et j'en passe....

En tout cas, toujours sympa de venir de temps en temps par ici, et soutien aux collègues galérien-nes ! Pleurons ensemble, c'est plus rigolo !
Si on créait un sujet "bureau des plaintes", pour que d'autres puissent venir se lamenter (et nous rassurer quant au fait que non, ça n'arrive pas qu'à nous) ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, numéro19 a dit :

Par contre par rapport à ta question "Combien de diplômés sont prêts à prendre un poste à 20h00 et à en faire 30h ? (pendant des années)", j'avoue ne pas voir le lien entre le fait d'être diplômé ou non et avoir ou pas envie de faire 30 heures sur un poste payé 20 heures ? Il y a des gens prêts et aptes à le faire et d'autres non, mais c'est plus une question de personnes que de possession ou non de diplôme je pense...

 

Bonjour Numéro19

 

Merci à toi de me permettre de compléter ce que j'ai écrit.

 

D'après ce que j'en ai vu, bien des diplômés ne voient que le marché existant du monde des bibliothèques. => soit, les offres d'emploi (des grosses structures) ou les ouvertures de poste (dont plusieurs sont déjà pourvus en interne, mais chut, il ne faut pas le dire). Mais combien pensent à démarcher spontanément ?

Rien qu'en bibliothèques tenues par des bénévoles, il y a 8000 opportunités sur la France entière.

 

Et combien de bibliothèques sont tenues par un seul agent ?

Parfois dans des villes de 10000 habitants où, en théorie, il faut un agent par 2000 habitants. Autres opportunités pour qui sait regarder.

 

Alors, ok, je te rejoins sur le fait qu'il y a des gens aptes à se déplacer à l'autre bout de la France, et qui peuvent se le permettre. C'est bien plus facile quand tu n'as pas de vie de famille, ni de famille du tout. (le cliché de la vieille fille solitaire contient cette vérité)

Tu as aussi qu'avec deux ans d'expérience, ou quatre, tu peux aller ailleurs... mais il faut sacrifier deux/quatre ans de sa vie pour atteindre ce but.

Certains ne sont pas non plus prêts, ou en avec la possibilité de le faire.

 

Et là, si je devenais coach, je te dirais : j'ai parlé de sacrifice, mais en réalité, c'est un investissement.

Quatre ans de galère à ramer, pour obtenir ce que l'on souhaite. C'est une chose à réfléchir. C'est aussi sortir du rêve pour réaliser son projet. Ou décider de ne pas le poursuivre.

 

Le diplômé pense trop souvent être arrivé et rendu, parce qu'il a un diplôme. Mais un diplôme, c'est juste un bout de papier, qui ouvre des opportunités et en ferme d'autres. Exemple : quand tu as un diplôme dans le métier que tu vises, alors tu dois postuler au bon niveau, sinon ta démarche est louche, suspecte.

D'autant plus, si le recruteur en face de toi a le même niveau d'étude et qu'il se dit : oh non, avec une licence il ne va pas s'abaisser à couvrir les livres, à les nettoyer et les ranger, ce serait insultant (pas forcément pour toi, mais pour lui, oui.). C'est là où le reconverti passe devant le diplômé, parce que lui repart à zéro. Et s'il doit passer l'aspirateur, nettoyer les chiottes ou sortir les poubelles, attendre les classes sous la pluie ou aider les maternels à remettre leurs vêtements, alors oui, c'est possible pour lui. (quand bien même il aurait des diplômes dans d'autres domaines)

 

Il y a 19 heures, numéro19 a dit :

"Combien osent sélectionner des villes sans bibliothèque et proposer un vrai projet de bibliothèque aux élus ?

C'est bizarre, sur le dernier point, des bénévoles sont capables de le faire, mais pas les diplômés (ou alors ils sont exceptionnels de rareté).

Sans doute parce que les bénévoles sont capables de se retrousser les manches et de faire avec pas grand chose, et des surfaces et des budgets ridicules.

Sans aucune reconnaissance, ni remerciements de personne"

Tu m'avais déjà suggéré cette idée de présenter un projet de bibliothèque dans le sujet que j'avais créé précédemment, et je pense que c'est une idée à creuser en effet.

 

C'est exact.

 

Surtout si tu es capable d'utiliser ça

Il y a 19 heures, numéro19 a dit :

Mais en fait, au stade de réflexion où j'en suis, quitte à monter des projets, je préfère largement le faire en tant que bénévole justement et dans d'autres domaines (je l'ai déjà fait à plusieurs reprises). Car oui, on peut être diplômé et se retrousser avec joie les manches pour porter bénévolement des projets qui nous font vibrer (d'ailleurs dans ce cas c'est magique comme tout peut être fluide, on ne sait parfois plus si c'est nous qui portons le projet ou le projet qui nous porte).

dans le monde des bibliothèques.

 

Sauf que tu viens de m'expliquer que tu l'as déjà fait à plusieurs reprises dans d'autres domaines et que tu vibrais. (Et Oh yeah, combien je sais que c'est fluide et magique, on pourrait faire ça toute la journée... sans être payé. Je l'ai pratiqué pendant douze ans, en tant que bénévole en bibliothèque, entre 8 à 10 heures par semaine. Et tout autant pendant mes contrats "aidés" payés à 20 heures, pour augmenter les horaires d'ouverture de manière correcte sur un équivalent 30h. Parce, comme tu le dis, être payé ça aide quand même un peu, pour la retraite au Smic. Et puis ça aide les élus à projeter un vrai 30h et au-delà, surtout quand le public est au rendez-vous.)

 

Les élus sont comme les autres, si ton projet est vendeur, ou s'ils sentent que ça peut marcher, alors ils vont tenter le coup.

Si tu as plusieurs candidats qui se présentent sur un poste, ils vont sentir qu'il y a un réel intérêt. Peut-être un réel besoin à combler. Pas de fumée sans feu, nous dit l'adage.

 

Sauf que depuis, hum, oui 25 ans maintenant, les seules candidatures que j'ai vu passer, ce sont celles de gens en reconversion, dans des mailings massifs.

Ah si, je suis mauvaise langue, sur les quatre dernières années, j'ai une candidate qui a fait un stage de 2 jours en bibliothèque, et d'un mois et demi en librairie. Trois commerciales, dont une qui a une licence pro médiateur du patrimoine. Ma plus grosse candidature "pro", c'est une enseignante documentaliste, avec deux masters et prête à faire 100 km par jour aller/retour.

 

Si un chanteur se demandait : où sont les femmes ?

Moi, je me demande toujours : où sont les pros ?

Pourquoi est-ce uniquement des gens "extérieurs" à la profession qui postule en spontanée. Alors qu'il y a des reçus-collés aux concours.

Pourquoi est-ce que les élus autour de chez moi sont obligés d'embaucher des directeurs de colonie de vacances, des personnes venant du tourisme, ou des animateurs de classes, voire des bénévoles engagés sur la commune.

 

Ma réponse est simple, et sans appel :  il n'y a pas de candidatures pros. Là où il en faudrait.

 

Non, les pros préfèrent râler contre les bénévoles (qui créent pourtant les conditions pour les postes futurs) ou contre les "reconvertis".

Alors qu'ils ont toutes les cartes en main... pour faire mieux.

 

Est-ce que je dois rajouter : en théorie ?

Si le pro est incapable d'apporter mieux, de chercher mieux, à quoi lui sert son diplôme ?

 

Je sais, la question est vacharde.

Mais elle mérite réflexions. (au pluriel)

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour B. Majour,

Je ne trouve pas ta dernière question vacharde. Je pense qu'en effet le diplôme n'est pas toujours utile (et je pense aussi que ce n'est qu'un bout de papier). Si on est comblé en couvrant des livres et en accueillant le public, parce que c'est ça qu'on kiffe, on a pas vraiment besoin d'un diplôme. Sauf que...même pour ce genre de poste, sans rire, j'ai vu des annonces requérant minimum bac +2 Métiers du Livre ! Donc le diplôme (qui soit dit en passant est extrêmement exigeant en terme d'investissement psychique et physique, oui physique) sert finalement en effet de sésame (mais pas pour toutes les portes c'est vrai), et à montrer jusqu'où on est prêt à aller (à savoir donc s'investir pour un diplôme inutile, et passer au delà de cette absurdité) pour pouvoir à nouveau pratiquer ce qu'on aime. Et aussi, quand ça fait quelques années que tu bosses plus, à éviter un trop grand trou dans le CV ! L'impact n'est pas le même entre je pense, entre dire "j'ai cherché du taf pendant 3 ans mais je trouvais rien" (donc "j'ai rien fait de ma vie durant tout ce temps" pourra penser le recruteur) ou dire "j'ai profité de cette période pour passer un diplôme dans le métier concerné".

 

Le 07/04/2021 à 19:20, B. Majour a dit :

Sauf que depuis, hum, oui 25 ans maintenant, les seules candidatures que j'ai vu passer, ce sont celles de gens en reconversion,


Tu parles de candidatures spontanées c'est bien ça ?

Je reconnais qu'on y pense pas forcément aux candidatures spontanées...Après il est difficile de faire une candidature spontanée dans une bibli que tu ne connais pas et qui est à des centaines de bornes de chez toi ! On peut parfois trouver quelques infos en ligne mais pas des masses...
Et puis, peut-être à tort, mais j'ai toujours pensé qu'envoyer une candidature spontanée (donc assez "généraliste") et 3 mois plus tard, voir paraître une offre d'emploi dans la même bibli sur un profil de poste précis est un peu embarrassant: faut-il recandidater en adaptant la candidature au risque de paraître insistant ?

 

Le 07/04/2021 à 19:20, B. Majour a dit :

D'autant plus, si le recruteur en face de toi a le même niveau d'étude et qu'il se dit : oh non, avec une licence il ne va pas s'abaisser à couvrir les livres, à les nettoyer et les ranger, ce serait insultant (pas forcément pour toi, mais pour lui, oui.). C'est là où le reconverti passe devant le diplômé, parce que lui repart à zéro

 

En fait, on peut être reconverti ET diplômé (les camarades de licence étaient d'ailleurs majoritairement des gens en reconversion).
Par ailleurs, même avec un diplôme, je trouve ça logique (et pas forcément inconfortable) de partir de zéro: un diplôme ne vaudra jamais l'expérience. Je suis plutôt pour monter les marches une à une et commencer en bas. Peut-être suis-je trop "vieille école", mais je ne me sentirais pas de débarquer dans une bibli et manager une équipe et gérer des tas de projets sans avoir d'abord fait tout ce qui se fait à la base et aller un peu plus "au-dessus" seulement au moment où je sens que je commence à tourner en rond, que naturellement l'envie d'autre chose survient. Alors il est vrai aussi que dans de petites structures les tâches sont plus mélangées et que ce n'est pas parce qu'on est responsable de la bibli qu'on est obligé de dire adieu à l'équipement...
Ta réflexion me fait aussi penser qu'en fait il faudrait donc peut-être mieux se faire passer pour un reconverti non diplômé ( gommer diplôme, voire expériences pro précédentes en bibli...). On retombe sur la question de mentir ou non sur le cv par omission, déjà abordée dans de précédents échanges.

Et alors cette collègue enseignante documentaliste a t-elle été embauchée ou lui a t-on préféré une personne venant d'un tout autre univers ? (c'est très indiscret comme question donc je comprendrais une non-réponse...c'était juste pour finir sur une note de suspense)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 07/04/2021 à 19:20, B. Majour a dit :

Pourquoi est-ce que les élus autour de chez moi sont obligés d'embaucher des directeurs de colonie de vacances, des personnes venant du tourisme, ou des animateurs de classes, voire des bénévoles engagés sur la commune.

Ah et aussi, par rapport à ça : est-ce que ces élus ont publié les offres d'emplois ? Puisque les diplômés ont tendance à ne pas faire de candidatures spontanées...peut-être qu'en réponse à des offres il y aurait un peu + de candidats diplômés dans le domaine ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a 23 heures, numéro19 a dit :

est-ce que ces élus ont publié les offres d'emplois ?

 

Ils y sont obligés ! Via le CDG, auquel les diplômés sont inscrits d'office. C'est pourquoi ils n'ont pas à faire de candidatures libres : ils reçoivent les offres.

 

https://www.emploi-collectivites.fr/recrutements-fonctionnaires-blog-territorial (mise a jour 2021)

 

Résumé :

 

(...) Une fois ces procédures d'autorisations et de contrôles réalisées, le recruteur doit procéder aux formalités de publicité.

Dans un premier temps, il doit établir une déclaration de création ou de vacance de poste auprès du Centre départemental de gestion sur la bourse de l'emploi.

Cette première publicité permet ainsi aux lauréats des concours par exemple de recevoir les vacances de postes déclarées par les collectivités. Mais attention, les postes ainsi déclarés vacants ne sont pas toujours pourvus à l'extérieur car ils peuvent être réservés à des mobilités internes.

La priorité des recrutements est réservée aux agents titulaires ou inscrits sur les listes d'aptitudes (suite concours ou examens), et à ce titre, la collectivité devra attendre un temps raisonnable avant d'envisager de recruter un agent non titulaire par défaut de candidature conforme à ses attentes. (Délai de 4 mois selon la jurisprudence).

Pour trouver ses candidats, la collectivité pourra passer des offres d'emploi comme sur ce site Emploi-collectivités, afin d'élargir au maximum l'éventail des candidatures. Elle pourra également se faire aider par des agences spécialisées en recrutement.

Le recrutement peut donc s'effectuer :

- par voie de promotion ou de mobilité interne,

- par voie de mutation depuis une autre administration territoriale,

- par voie de détachement ou d'intégration directe d'une autre fonction publique,

- par voie de recrutement direct pour les 8 cadres d'emplois qui ne nécessitent pas la réussite à un concours comme condition préalable à l'intégration dans la Fonction Publique Territoriale, (échelles 3 de catégorie C) (autrement la fille du maire etc...)

 

Les candidatures libres (on utilise plutôt le terme "spontanée") ne sont pas à négliger pour certains emplois, notamment temporaires, stages etc...ou ne dépendant pas du cadre d'emploi des personnels des bibliothèques (centres de vacances, gestion informatique etc...). Mais cela exige un bon vécu par ailleurs et une grande possibilité de mobilité géographique. L'important dans ce dernier cas n'est pas de se faire connaître spécialement en bibliothèque mais dans la collectivité. Une collectivité satisfaite d'un collaborateur, même spontané, aura toujours tendance à se rapprocher de lui en cas de besoin. Aujourd'hui, en période de development des bibliothèques Tiers-lieux, les structures recherchent des compétences nouvelles et les élus rechignent à créer des postes dans le cadre d'emploi des bibliothèques. C'est comme ça que j'ai pu recruter un informaticien, cadre d'emploi des animateurs, avec moitié des fonctions dédiées (sur le papier) à des tâches bibliothéconomiques, en emplacement d'un poste vacant d'assistante, et qu'il a fini par être titularisé en bibliothèque. Des parcours atypiques mais possibles. Le cadre d'emploi vacant declaré au CDGétait un poste d'assistant de bibliotheques. Mais on était tous d'accord pour privilégier les connaissances informatiques. Petite tricherie, quelques coups de telephone et l'affaire était faite.

 

Eh oui, ça se passe AUSSI comme ça dans la FPT.

 

Beaucoup de CDG ont une rubrique dédiée aux candidatures spontanées. Tu y déposes ton CV, et les collectivités y jetteront prioritairement un coup d'œil, c'est leur source principale d'informations à ce niveau. J'y ai eu recours une fois pour un congé maternité. Aucun problème, la personne recherchait des emplois courts et avait multiplié  les expériences en bibliothèques. Elle était connue dans le département.

 

Tu as aussi la voie des BDP, à ne pas négliger, mais moins "officielle" (le "petit coup de puce de la BDP pour placer un agent....). Encore plus pour le bénévolat, très aléatoire et n'amenant pas à une intégration dans le cadre d'emploi. Cela peut amener à une expérience, qui sera non négligeable par la suite, mais le parcours sera long...

 

 

 

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, Ferris a dit :

par voie de recrutement direct pour les 8 cadres d'emplois qui ne nécessitent pas la réussite à un concours comme condition préalable à l'intégration dans la Fonction Publique Territoriale, (échelles 3 de catégorie C) (autrement la fille du maire etc...)

 Rho ben zut, c'est justement les postes en catégorie C au plus bas donc ne nécessitant pas de concours qui m'intéressent...mais chui pas la fille, ni le neveu, ni le gendre, ni la femme/le mari du Maire... Punaise, si je comprends bien, au lieu de m'épuiser à passer une licence dont je n'ai rien à faire j'aurais mieux fait d'aller draguer des élu-e-s....

 

Sinon oui oui il me semblait bien qu'il y avait obligation légale de publier les offres de postes vacants. Mais je posais la question car je suis extrêmement étonné que sur certaines offres il n'y ai strictement aucune candidature pro (de par le diplôme ou l'expérience), au point de recruter des gens de profils "extérieurs" aux bibliothèques. Cela me semble incroyable (A moins qu'il ne s'agisse de postes à seulement 3h, 5h ou 8h par semaine ? Car en ce cas pas sûr en effet qu'un candidat soit prêt à déménager dans une autre région pour si peu d'heures)...Je candidate pour ma part dans beaucoup de régions et lieux différents (des petites biblis rurales tenues majoritairement par des bénévoles aux grandes têtes de réseau dans de grandes villes), et j'ai vraiment l'impression que les recruteurs se retrouvent souvent avec l'embarras du choix entre plusieurs profils de gens "bibliothèques". En effet quand j'appelle pour savoir, afin d'améliorer ma candidature, les raisons qui font que je n'ai pas été retenu, c'est pas rare qu'on me dise qu'il n'y a pas grand chose à me reprocher et que c'est simplement qu'ils ont reçu beaucoup de candidatures et qu'ils ont pris une personne plus expérimentée dans le métier....Ou alors on me ment et c'est en fait encore un coup de la fille du Maire !!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La publication des postes vacants est obligatoire et même pour un catégorie C, les entretiens de recutement avec argumentaire sont incontournables.

Personnellement quand j'ai deux candidats équivalents sur un poste, que l'un est titulaire du concours d'adjoint en recherche de poste, que l'autre n'a pas passé le concours, je recrute celui qui est lauréat du concours.

 

Je borde également les recrutements pour éviter les recrutements de complaisance. Dernièrement j'ai du recevoir en entretien un candidat qui avait rencontré l'élu en audience municipale. Il a été reçu et non retenu car ne correspondait pas du tout au poste, entretien avec grille et représentant de la RH (comme pour les autres candidats). 

 

Il est certain qu'ejntre un candidat titulaire d'un DUT ou DEUST et qui a de l'expérience (monitorat, remplacements...) et un canddat qui a une licenec pro mais aucune expréce, le 1er partira avec une longueur d'avance.

 

Il y a actuellement 67 postes vacants sur emploi territorial et je peux assurer que l'embauche de "la fille de", le "neveu de machin"... n'est pas le critère.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Louve a dit :

je peux assurer que l'embauche de "la fille de", le "neveu de machin"... n'est pas le critère.

Tant mieux, ce que tu décris correspond mieux en tout cas à l'idée que je me faisais (j'ai peut-être mal compris ce qu'écrivais Ferris?): mon sentiment en effet est que l'expérience vaut plus que le diplôme et que non, on embauche pas forcément au piston.
Sinon question formation en fait j'aurais préféré faire un dut mais ça se faisait en 2 ans (ceux possibles en année spéciale étaient trop loin) alors qu'un an pour la licence. Je n'ai donc pas choisi en fonction du niveau de diplôme (avoir un bac +3 ne m'intéressait pas plus que ça), mais du côté pratique et financier.
 

 

Il y a 1 heure, Louve a dit :

que l'un est titulaire du concours d'adjoint en recherche de poste, que l'autre n'a pas passé le concours, je recrute celui qui est lauréat du concours.

 

 

Il y a longtemps j'ai eu le concours d'adjoint du patrimoine principal de 2e classe (je ne sais plus si on disait comme ça mais bref, celui qui est accessible par concours), et en cherchant un poste, je tombais la plupart du temps sur des annonces de recrutement d'adjoints du patrimoines "tout court", sans concours donc. Du coup j'avais l'impression que le concours ne servait à rien, voire que c'était rédhibitoire pour répondre aux offres pour des profils "sans concours", que les mairies préféraient recruter des gens au grade le plus bas (je me disais peut-être à tort que c'était parce qu' ils les payaient un peu moins, puis aussi qu'il y avait sans doute des gens sans concours mais expérimentés, et je suis convaincu que mieux vaut de l'expérience qu'un diplôme ou un concours sans expérience).
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, numéro19 a dit :

Il y a longtemps j'ai eu le concours d'adjoint du patrimoine principal de 2e classe (je ne sais plus si on disait comme ça mais bref, celui qui est accessible par concours), et en cherchant un poste, je tombais la plupart du temps sur des annonces de recrutement d'adjoints du patrimoines "tout court", sans concours donc.

 

Non, tu aurais pu candidater sans soucis!

Après la vague des recutements directs en catégorie C j'observe un regain d'embauche pour les titulaires du concours d'adjoint.

Là où parfois le bât peut blesser au niveau des recruteurs est un surdiplômé: un candidat avec master ET concours aura moins de risque d'être recalé qu'un candidat avec DUT, DEUST ou licence mais sans concours.

 

Oui des dérives il y en aura toujours. Mais ce n'est pas la majeure partie des cas.

 

Ne pas oubier non plus que le recrutement direct ne dispense pas de l'année de stage, année pendant laquelle le stagiaire est régulièrement évlalué. J'ai eu le cas d'un agent issu du privé (sur un poste spécifique) persuadé que la fonction publique n'est pas exigeante;

Bilan: prolongation de stage de 6 mois et non titularisation....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Louve a dit :

Personnellement quand j'ai deux candidats équivalents sur un poste, que l'un est titulaire du concours d'adjoint en recherche de poste, que l'autre n'a pas passé le concours, je recrute celui qui est lauréat du concours.

 

C'est un choix qu'il faut bien faire quand les candidatures affluent, et qui a le mérite d'être "dans les clous", mais qui n'est pas général et concerne moins les petits réseaux ou les regions qui attirent assez peu. Un critère important, c'est d'habiter ou d'être originaire de la region où tu postules. Ainsi que le cumul d'expériences contractuelles diverses et/ou de compétences spécifiques (animation, informatique etc...

Le recrutement direct sur des postes C reste très important en France. Trop d'après le gouvernement, qui chiffrait il y a quelques années ce type de recrutement à 37% (toute la FPT). Pour ce que signale Louve sur la méfiance vis  vis des surdiplômés, avec ou sans concours, c'est vrai qu'elle devient plus effective. Quelque part c'est peut-être le signe que les recruteurs, sachant très bien qu'ils ne confieront pas de tâches à la hauteur des diplômes du candidat et n'envisagent pas de promotion cadre pour la suite, préfèrent maintenant laisser de côté les super masterisés. Mais là encore chaque commune ou réseau a sa politique de recrutement propre. Par ailleurs le fait d'être connu dans un territoire et "recommandé" par une BDP par exemple, n'est pas à proprement parler du piston. Personnellement j'ai recruté une personne qui avait fait son stage de DUT chez nous (trois mois je crois) parce qu'elle avait donné toute satisfaction et que je préférais ça qu'un diplômé cherchant un premier poste.

 

Les élus font en sorte de ne pas se tromper, il souhaitent viser au plus juste d'après leurs besoins et fidéliser leur personnel. Dans de petites structures (50% des français vivent dans des villes de moins de 10 000h), on a donc tendance à tenir compte d'un maximum d'éléments, les officiels et les moins officiels...

 

Une fiche type issue d'un CDG pour le recrutement direct :

https://www.cdg61.fr/file_manager_download.php?id=1488

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Juste pour compléter sur la partie "candidature spontanée" avec mon expérience. En sortant d'un DUT métiers du livre il y a déjà ... 20 ans (!) j'avais fais une candidature spontanée en BU.

Coup de chance, un poste se libérait avant les mutations, j'ai donc été prise pour quelques mois....

Dans la foulée j'ai réussi le concours grâce à l'expérience que m'a apporté ce travail et aujourd'hui : je bosse toujours au même endroit.

Donc, oui, les candidatures spontanées ça peut fonctionner.

 

Et sur la question de : si je fais une candidature spontanée et que 3 mois après ils recherchent quelqu'un ? Et bien tu repostules ! ça prouve que le poste t'intéresse vraiment et que tu es motivée.

 

Bon courage à tous !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à toutes les personnes ayant répondu à mon dernier message !

Alors du coup, ça m'a carrément décidé à m'inscrire à la prochaine session du concours d'adjoint du patrimoine, mais avec un tel enthousiasme que j'ai envoyé aujourd'hui une candidature en écrivant dans mon courrier, pour montrer ma belle motivation, que je compte me présenter à "la session 2022" du concours d'adjoint....Je n'ai réalisé qu'après avoir envoyé la candidature que la prochaine fois c'est en 2023 !!!:cry: La boulette !! Vous pensez que les recruteurs peuvent tenir rigueur de cette négligence ? ("oh oh oh qu'y sont mignons ces candidats pleins de bonne volonté qui veulent se présenter à un concours l'année où il n'a pas lieu" "ils y connaissent vraiment rien à la fonction publique" etc...)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Louve a dit :

Mais non, mais non, pas d'inquitéude.

En plus les calendriers de concours ont été si chamboulés ces derniers temps que l'erreur sera comprise.

 

Et si il y a des postes attrayants dans les 77 en cours sur emploi territorial, ne pas hésiter à candidater!

https://www.emploi-territorial.fr/recherche_emploi_mobilite/

 

Bon courage!

 

Aha oui, je panique peut-être trop tellement je veux faire des candidatures "parfaites" ! Et oui, je candidate régulièrement aux offres parue sur emploi territorial ;)

Je me rends compte que j'ai totalement envahi le sujet lancé par Bibliamer avec mes propres questions...Bibliamer, toutes mes excuses, et qu'en est-il de tes recherches depuis début février ??

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...