Aller au contenu
Louve

Après la mission Orsenna

Messages recommandés

On était intelligent en 2013 ! Tu peux me donner le lien ? Merci.

 

Je cite souvent un texte de l'ADBDP sur ces fameux accueils : 

 

Un excellent texte de l'ADBDP là-dessus http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article478: 

 

 

 

"Les scolaires, ce sont surtout des groupes de maternelle et de primaire qui viennent à la bibliothèque accompagnés d’un enseignant et, pour les plus jeunes d’autres adultes, ASEM ou parents pour des visites de plusieurs types. . Nous pouvons repérer quels profils types de visites :

 

La visite de type " musée ", 1 fois/an. Répérage d’un lieu dans la ville. Que privilégier pendant cette visite découverte ? Le fonctionnement du lieu ou sa richesse ? Comment trouver un livre( fichier manuel ou informatique, classement) ou quelles histoires peu-on lire et se faire lire ou quelles informations on peut trouver ou chercher ? Faire de ce moment une dégustation ou un cours illusoire d’initiation à l’autonomie ?

 

La visite de type " spectacle ", occasionnel . Rencontrer un auteur, voir une exposition, écouter un conteur. Ces activités sont des offres culturelles intéressantes mais périphériques au lire, au dire et au regarder. Ce sont des bornes dans l’histoire individuelle des enfants, rarement des moteurs pour lire soi-même.

 

La visite de type " supermarché ". 3 à 10 fois par an où chaque élève peut emprunter un ouvrage de son choix (quand il n’y a pas de restriction ou d’interdit : pas de BD, pas d’album au cycle 3).

Exemple : Une classe de CE2 vient toutes les trois semaines soit environ 10 fois dans l’année. Chacun des 25 élèves emprunte un livre. Au total : 250 emprunts. Questions : Combien la maîtresse a-t-elle lu de livres ? Combien d’enfants ont-ils lu le même livre ? Que sait la bibliothécaire de la lecture (difficulté, goût, interprétation, réception) ? Sans compter que certains scolaires viennent déjà à la BM avec leur famille et bénéficient du même service. Pourtant leur statut est différent, le mercredi ils sont lecteurs individuels, en semaine, ils sont lecteurs scolaires : ils n’ont pas choisi de venir, ils font partis d’une classe, elle-même élément d’une école. Le moteur d’intervention, c’est le groupe.

 

Les visites de type "projet". Plusieurs rencontres ont lieu, qui sont des séquences thématiques ou de découverte d’un genre. Qui fait le choix des axes de découverte ? L’enseignant qui a ses objectifs pédagogiques centrés sur le savoir lire ou la bibliothécaire qui sait quelle réserve d’imaginaire est la littérature-jeunesse et qu’il y a autre chose que l’eau ou les couleurs ? que les genres ont tendance à se croiser et les frontières à s’estomper : que par exemple des documentaires ont des apparences de fiction (Archimède, Ecole des loisirs) ou de jeux (Kididoc, Nathan), que des textes illustrés existent pour les grands comme Petite Mère de Dominique Sampiero, rue du Monde) ou Les derniers géants de François Place chez Casterman.

 

Si chacun de ces types de visite peut constituer de beaux moments d’éveil (et la vie n’est-elle pas faire d’occasion de découvertes communes qui s’inscrivent dans la mémoire de chacun ?), aucune ne procède véritablement d’une mise en place d’un habitus lectoral."

Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Ferris et tous les intéressés! :wink:

http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64251-les-relations-des-bibliotheques-des-collectivites-territoriales-avec-les-etablissements-scolaires.pdf

 

Et j'ai corrigé mon poste précédent en ajoutant le lien!

 

Allez, si je suis contente de moi, je vos communiquerai ma note sur les accueils de classe!

Tu sais quoi Ferris, en fait la note de synthèse du concours, c'était de la gnognotte à côté!

Allez je m'en retourne!

 

 

Modifié par Louve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh que si . Du coup c'est l'association Lire et faire lire qui devient le "porteur" institutionnel du projet. Et ils ne perdent pas de temps. C'est un appel au benevolat ET au directeurs de bibliothèques. On peut s'inscrire en ligne : http://www.lireetfairelire.org/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Ferris a dit :

Oh que si . Du coup c'est l'association Lire et faire lire qui devient le "porteur" institutionnel du projet. Et ils ne perdent pas de temps. C'est un appel au benevolat ET au directeurs de bibliothèques. On peut s'inscrire en ligne : http://www.lireetfairelire.org/

 

Nooooooooooooooonnnnnnnnnnnnnnnnnnnn!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Ok, d'accord, je n'ai peut-être pas eu de chance, peut-être que c'est lié au territoire où je bosse mais Lire et faire lire ils m'agacent prodigieusement:

  • on veut (oui c'est le verbe employé) la Fée Baguette. Comment ça vous ne la recommandez pas en 30 exemplaires?
  • on veut la réouverture de la salle dédiée à notre association (plus de 6 000 titres) dans la bibliothèque et avec des agents qui vont acheter les livres que l'on veut, nous les amener, les porter (on est vieux). En réalité cette salle était dédiée aux collectivités en tout genre. 
  • mouais, votre séance de présentation de nouveautés, on n'est pas convaincu
  • comment ça, on doit vous rendre les documents empruntés?  Bin oui, sinon ça s'appelle un dépôt ou un don....
  • Ah ces jeunes quand même, ils ne respectent plus rien. Et vous vous rendez compte y'a un gamin ça fait 4 fois qu'il reprend le même livre à la bibliothèque et il veut que je lui lise. Ah non, hein!

Etc, etc.

Mais le pompon de la pomponette, c'est quand ils ont écrit aux élus pour se plaindre de la nouvelle directrice.

Résultat: réunion entre élu, DG, moi-même et les représentantes locales de l'association pour réexpliquer encore ma démarche, comment la médiathèque pouvait travailler avec elles. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas comment ça se passe chez toi, mais on oublie un partenaire essentiel : la BDP. Chez nous, en Pays de Loire, elle est 

partenaire de l’action Lire et faire lire, coordonnée sur le département par l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) et la Ligue de l’Enseignement  (Amicales laiques etc...) . A mon avis ça fait trop de monde, mais c'est la BDP qui tient les rênes.

 

Lire et faire lire, ce sont des personnes, bénévoles et retraitées, qui interviennent sur le temps scolaire ou périscolaire pour faire découvrir les joies de la lecture aux enfants des écoles primaires et maternelles.

Dans le cadre du partenariat BDP / Lire et faire lire, sont organisées des actions de formation mais aussi des journées avec déplacement  et des stages de lecture à voix haute, initiation à la lecture des 7/10 ans, etc...c'est à dire en fait le même paquet de prestations qui sont offertes aux bénévoles du réseau.

 

A ce titre, si ça doit prendre de l'ampleur, la BDP peut devenir un partenaire important pour nous, de façon notamment à éviter les débordements dont tu parles et "cadrer" un peu tout ça. Chez nous ces bénévoles interviennent à titre individuel sans trop de problèmes. L'inconvénient, pour certaines structures c'est qu'ils vident les fonds jeunesse, n'ont pas de limites de nombre ni de durée de prêt. Dans certains cas c'est assez difficile à vivre. Sur le plan pratique on leur a fait des cartes individuelles mais elles se passent les bouquins entre elles et on ne sait jamais qui a quoi. Mais elles interviennent hors nos murs. Elles ne nous considèrent que comme une épicerie mais ne cherchent pas à intervenir sur nos acquisitions.

 

Il est temps que les BDP prennent leur place dans ces débats, c'est dans leurs missions. Ou bien elles jouent leur rôle de soutien aux bibliothèques en intervenant auprès des collectivités territoriales, ou bien elles nous lâchent. Depuis les années 80 se sont mis en place des plans départementaux de développement de la lecture publique. Ils sont tous différents dans leur formulation mais on y retrouve un point commun : objectifs l’amélioration quantitative et qualitative des bibliothèques, le développement et le renforcement des réseaux intercommunaux ainsi que la professionnalisation des équipements.

 

Et bien sur aussi le développement des partenariats.

 

Il va désormais leur falloir déterminer leurs priorités. Ce qui est inquiétant c'est l'énorme place qu'elles ont toujours donné au bénévolat, dans l'ensemble de leurs actions....Et là on va leur ouvrir un boulevard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Ferris,

dans notre département l’action Lire et Faire lire est  coordonnée par la Ligue de l’enseignement et l’Union Départementale des Associations Familiales. Tout comme chez toi.

La BDP n'a pas fait encore fait valider son plan lecture, cela devrait être bientôt le cas.

Elle intervient sur mon territoire puisque je travaille pour une collectivité de plus ou moins 80 000 habitants dans une agglo qui n'a pas transféré la compétence lecture publique.

 

Effectivement la BDP a pour mission le développement intercommunal, le développement des réseaux. Le jour où les élus de l'agglo seront prêts au transfert, la BDP interviendra pour étudier la faisabilité, la pertinence...

Et là où ce sera compliqué c'est quand on s'attaquera aux établissements qui fonctionnent uniquement avec des bénévoles (et franchement certains et certaines sont les cousins, cousines, frangins, frangines de Pierre et Thérèse), ou principalement avec des bénévoles.

 

J'ai souhaité cadrer le prêt aux collectivités (qu'elles qu'elles soient), nous avons donc mis en place des cartes de collectivité gratuites et individuelles en expliquant que chacun est responsable des documents qu'il emprunte. Ces cartes ont un quota. Le changement ce n'est jamais facile, les bénévoles qui avaient l'habitude d'être chez eux, de faire comme bon le semblait ont donc eu un peu de mal.

En attendant le jour où nous aurons des bibliothèques d'école digne de ce nom, nous avons mis en place des malles thématiques que les enseignants, crèches... peuvent emprunter par période scolaire. Et nous organisons des séances de présentation de documents (principalement des nouveautés) pour tous. Pas toujours simple de trouver un horaire qui convient entre le prof qui ne vas pas venir à la bib sur son temps de repos, le retraité qui part en vacances à New-York (véridique!) mais ça avance doucement.

Mon gros souci est que nous sommes vraiment perçus comme au service de l'éducation nationale, comprendre: à ses ordres. J'ai réussi à faire évoluer les choses, d'autant plus que j'ai la chance de ne pas être rattachée à la DG éducation mais avec les déclarations de Mme Le Ministre de la Culture et de M. Le Ministre de l'Education Nationale, je crains qu'ils ne reviennent très vite à la charge...

 

Le bénévolat est dans l'ADN des BDP, toujours cette vieille antienne qui veut qu'il vaut mieux une bib avec des bénévoles que pas de bib. Ma pote libraire est convaincue du contraire car comme elle le dit " oïe! oïe! oïe! les p'tites dames de Triffoulli sont venues et elles ont encore et toujours choisi ce qui leur plaît, de toutes façons les jeunes on les a pas et ils ne sont pas bien élevés comme dans le temps".

Ceci dit, tout dépend de la BDP, certaines sont plus interventionnistes, militent plus pour la professionnalisation que d'autres.  

 

La vraie question est "que veut on comme bibliothèques pour notre pays?"

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Louve a dit :

Le bénévolat est dans l'ADN des BDP, toujours cette vieille antienne qui veut qu'il vaut mieux une bib avec des bénévoles que pas de bib

 

Je me doutais que c'était génétique. Mais alors, ceux qui choisissent d'y travailler ne sont-ils pas gérontophiles, tout simplement ?:drool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×