Aller au contenu

indicateur


Ferris
 Share

Messages recommandés

  • 1 year later...

La présentation de l'étude par les collègues espagnols est beaucoup moins angoissante que ça. Il s'agit non pas de considérer les bibliothèques sous un seul angle de rentabilité, mais au contraire de valoriser ce qu'elles amènent en termes d'économie et de richesses sociales à la population. Le tout dans une situation de crise qui a renforcé les besoins de la population et amené les collègues à une inventivité croissante en terme de services.

En gros, le message c'est " la bibliothèque n'est pas un coût, c'est un investissement"

Et les résultats ne peuvent que surprendre les élus qui considèrent alors la bibli d'un œil nouveau.

Moi j'espère vraiment qu'on puisse réaliser ce type d'enquête en France, et j'y travaille, convaincue que ce serait positif pour nos équipements.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Intéressante idée qu'une bibliothèque est un investissement plutôt qu'une dépense.


 


La première rentabilité que j'ai calculée, c'est le nombre de documents prêtés * leur valeur / l'investissement de la commune.


Avec Investissement de la commune = Salaire des bibliothécaires + budget.


Le rapport est bien de 2 à 3 euros pour 1 euro investi.


 


A ça, je n'ai pas ajouté l'évident impact sur les activités de la commune : commerces proches de la bibliothèque + activités des diverses associations. Car les lecteurs ne viennent pas "que" pour la bibliothèque, leur parcours s'inscrit dans une démarche plus large.


 


 


Si seulement les biblothèques anglaises avaient calculé cet impact, les collègues anglais auraient pu protester contre le fermetures : chiffres à l'appui. Il aurait été difficile de cacher les économies réalisées par les citoyens dans cette oeuvre communautaire qu'est une bibliothèque. Et quand on commence à calculer la rentabilité, on s'aperçoit vite que celle d'un stade de foot est peut-être moindre que celle d'une bibliothèque. Même s'il y a des recettes. Pareil pour une piscine municipale.


 


Bien sûr quand on calcule la rentabilité des services un à un (ou par rapport aux nombres de personne servies), ça peut être douloureux pour les services, et douloureux aussi pour les municipalités qui s'aperçoivent du coût réel de chaque service, ou de chaque manifestation. (ou de chaque réunion)


 


Quand on chiffre, on prend conscience.


 


Timothy Ferriss l'explique dans "La Semaine de 4 heures: Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux !".


Si on gagne trente euros de l'heure, et que la femme de ménage en gagne quinze... il vaut mieux travailler une demi-heure de plus dans un travail qui nous plaît et payer la femme de ménage, que de faire une heure de ménage (si ça nous déplaît).


Le ménage sera mieux fait, on sera soi-même plus heureux, en plus de gagner une demi-heure de temps. 


 


On est là sur une question de rentabilité/prise de conscience qui invite à réfléchir.


  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vous arrête, tous les deux, vos propos sont très intéressants mais ça n'est pas sur ces points que porte l'étude de nos collègues espagnols. Il s'agissait plutôt de calculer ce que la bibliothèque avait fait économiser à la population en services, qu'elle aurait payé plus cher et avec bien plus de contraintes dans un environnement marchand. L'accès aux collections, mais aussi les ateliers et activités mis en place, le soutien dans leur recherche d'emploi, l'accès à l'information, etc. C'est en démontrant et en chiffrant l'apport des bibs à ses usagers qu'a été expliqué un fait important: malgré/à cause de la crise, la fréquentation a plus que doublé en Espagne. Les utilisateurs apprécient la bibliothèque comme lieu non marchand, avec un personnel qualifié et là pour les aider, un refuge dans un monde devenu très abrupt, où tout le monde est traité également quelles que soient les ressources ou les catégories sociales. Des chiffres qui traduisent donc aussi du qualitatif.

Une telle étude n'a jamais été faite en Angleterre à ma connaissance, ceci explique peut être la situation actuelle. Par contre, elle a été menée à Singapour, où les pouvoirs publics donnent des moyens sans précédent à la lecture publique (on bavait d'envie devant les innovations présentées à l'IFLA). Et la transcrire en France, outre une nouvelle approche d'évaluation, amènerait très probablement un nouveau regard sur cette offre.

On y travaille à l'ABF, je vous tiendrai au courant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Il y a peut être eu deux études, celle qu'on m'a présentée émanait de la FESABID et concernait largement les bibliothèques publiques. Je vais creuser des que j'aurai une demi-minute

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 years later...

Bonjour,

je viens de trouver cette étude sur le Val d'Oise qui est plutôt pas mal faite. Je cherche d'autres documents de ce type pour l'élue en charge de la culture sur notre territoire rural et forestier dont le nouveau président ne trouve aucun intérêt aux bibliothèques.

Vous parlez d'une étude espagnole, j'ai du mal à mettre la main dessus. Quelques pistes?

L'impact économique est la seule valeur pour certains élus pour qui toutes les valeurs dont nous sommes les défenseurs n'ont aucun poids.

Alors si vous avez quelques piste de travail, je suis preneuse.

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Commencer peut être par lui expliquer à quoi sert une bibliothèque en utilisant quelques argumentaires sur le site de l'ABF:

Le taux de pénétration d'une bibliothèque est aussi un indicateur qui peut convaincre: avec 17% de moyenne nationale, souvent plus, la bibliothèque est l'équipement public le plus fréquenté dans une commune ou interco...

 

Pour l'enquête espagnole sur la valeur économique, et si tu lis l'espagnol, c'est ici: http://www.fesabid.org/node/1049

 

L'ABF et le Ministère de la Culture travaille à une enquête nationale sur l'impact social et économique des bibliothèques en France... si tout va bien les résultats devraient être publiés mi-2018.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Dubois

 

Alors pour l'étude espagnole, tu as le lien indiqué par XGalaup, qui renvoie a une étude anglaise.

http://www.rluk.ac.uk/wp-content/uploads/2014/02/Value-of-Libraries-report.pdf


(je rectifie, il y a une version anglaise de l'étude espagnole)

http://www.fesabid.org/documentos/economic_social_value_information_service_libraries.pdf

 

Tu auras cependant plus de détails ici sur l'apport d'une bibliothèque

recherche : "El ROI en bibliotecas"

http://www.julianmarquina.es/por-cada-1-euro-invertido-en-bibliotecas-hay-un-retorno-de-349-euros-a-la-sociedad/

 

Google translate pourra t'aider si tu ne lis pas l'espagnol.

 

Sinon, il y a une traduction de l'étude anglaise ici :

http://adbu.fr/wp-content/uploads/2011/06/Valeur_des_bibliotheques_pour_la_recherche_-_RIN.pdf

http://adbu.fr/wp-content/uploads/2011/06/Valeur_des_bibliotheques_pour_la_recherche_-_RIN_-_Annexes.pdf

 

Les deux concernent, bien sûr, les Bibliothèques Universitaires et l'intérêt pour la recherche.

 

On peut tourner le problème en indiquant qu'une bibliothèque attire des gens éduqués, donc plus cultivés (riches) que les autres... ce qui, financièrement, est déjà une plus value. (école, impôts, associations, , équipe de sports, etc.)

Une bibliothèque, c'est aussi un critère pour choisir un village plutôt qu'un autre. (Cas déjà vécu dans ma commune, à plus d'une reprise). Comme peut l'être la présence de l'Internet haut-débit, d'un accès facile aux transports en commun, etc.

Les citadins qui viennent s'installer dans nos petites/moyennes communes attendent une certaine qualité de services.

Si elle n'existe pas, ils vont s'installer ailleurs. Ce qui entraîne une spirale de désertification.

  Bernard

Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 weeks later...

Sur un autre sujet mais toujours dans l'évaluation, certains d'entre vous ont-il comptabilisé combien d'inscrits font appel à un service de navette dans le cadre d'un réseau .de médiathèques. Autrement dit combien de lecteur ont fait se déplacer un document d'un site à un autre?

 

Merci de vos retours

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...