Aller au contenu

Budget acquisition et nombre d'adhérents


Christophe PORCHET

Messages recommandés

Christophe PORCHET

Bonjour

 

Afin de pouvoir bénéficier de subventions du Conseil Général, le budget d'acquisition de documents imprimés de ma structure (8 000 €) est basé sur le nombre d'habitant de ma commune (4 000 hab)  grâce au ratio minimum de 2 € par an et par habitant.

 

Ma structure compte un total de 1 600 inscrits.

Or les 650 adhérents de ma commune ne représentent que 40 % des inscrits.
60 % des inscrits proviennent donc des communes environnantes.
 

Comment faire comprendre à mes élus que le budget alloué basé uniquement sur les 40 % de mon public n'est pas suffisant pour répondre à la demande globale ?

A ce jour, il n'est pas possible de solliciter une aide de notre communauté de commune étant donné que la compétence culturelle n'a pas été retenue.
De plus chaque commune environnante dispose d'une petite médiathèque, il est donc impensable de leur demander une participation.

 

Merci d'avance pour vos remarques et autres argumentations.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hum, les ratios c'est un outil de travail mais c'est aussi une vraie plaie ! Et en l'occurence ton budget n'est pas calculé en fonction du nombre d'inscrits (activité réelle) mais par rapport à la population de la commune (activité potentielle), ce qui en l'occurence ne t'aide pas...


 


D'abord, le ratio minimal peut (doit !) être questionné : 2€/hab pour les imprimés, 3€ si autres supports... il faudrait inverser l'approche : quels sont les besoins de renouvellement des collections ? quels sont les taux de rotation actuels à partir desquels identifier les domaines à renforcer, etc. Une approche politique documentaire d'où tirer la question budgétaire et non l'inverse.


c'est + facile à dire qu'à faire mais tu as au moins un argument dans le fait de maintenir une offre attractive compte tenu du très fort taux d'inscrits. Un renouvellement insuffisant de tes collections risquerait d'entrainer une baisse de la fréquentation.


 


Autre piste de travail : regarder comment se situent les autres communes de taille équivalente. C'est accessible sur l'observatoire de la lecture publique, tu peux voir l'activité d'autres bibliothèques du même département (repères en proximité pour des élus) : comparer population / inscrits / budgets / prêts annuels et voir où se situe ta bibli. ça peut être un argument si ta bibli est en queue de peloton (pas le meilleur argument pour un bibliothécaire, mais ça flagelle toujours un peu un élu !) :


http://www.observatoirelecturepublique.fr/observatoire_de_la_lecture_publique_web/


 


En l'état actuel de ce que tu décris, c'est un peu délicat de distinguer la population "commune" et "extérieure" dans ton activité : tes élus (communaux) ne seront pas vraiment incités à débourser davantage parce que bcp d'extérieurs sont lecteurs chez toi. Tu devrais peut-être rester dans le registre de l'activité globale de la bibliothèque (1600 inscrits, xxx prêts annuels etc) et des moyens nécessaires pour la maintenir.


 


Ou alors, vis-à-vis de l'interco, tu pourrais peut-être creuser (avec la BDP ?) le rapport budget / public potentiel de la CC : quelle est la population totale de la CC et quel est le budget total d'acquisition de l'ensemble des bibliothèques ? si c'est moins de 2€ par hab (retour du ratio !), c'est un argument pour pousser les élus de la CC à prendre conscience de la quantité/qualité globale de l'offre de lecture publique sur le territoire. Une piste pour faire avancer l'interco vers cette compétence ?


 


Bon courage en tout cas.


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai eu le mème problème. 30% environ de mes lecteurs étaient extérieurs à la commune. Chaque année je fournissais une liste du nombre de lecteurs par commune et le pourcentage des exterieurs était calculé ainsi (aux alentours de 30 à 32%). Une participation de 30%  a été demandée à la communauté de communes, et acceptée. Ce qui est un peu particulier c'est que la convention passée entre la commune et la communauté s'est basée sur ce chiffre pour l'appliquer, non pas au budget d'acquisitions, mais à l'ensemble des frais de fonctionnement, salaires compris, considérant que c'était l'ensemble du service qui travaillait pour ce pourcentage de lecteurs, et pas seulement un fonds de documents. Evidemment, cette Convention a pu être passée parce qu'il n'existait pas d'autre bibliothèque dans la communauté.

 

Pour ce qui est des trop fameux 2 euros, il est bon de se battre la-dessus. Cette norme est une norme administrative en deça de laquelle on ne doit pas descendre, notamment pour beneficier de services type département et de ubventions. Mais ce n'est pas une norme pour les acquisitions ! Beaucoup d'élus se contentent de ce chiffre "plancher", ce qui est catastrophique. (Quand on connait le prix moyen d'un DVD...). De mémoire, il me semble que la moyenne nationale 2008 était autour de 3,50 euros..

 

Pour le reste, Isalabib a raison : calcul des ratios, mais des ratios basés sur du lecteur actif réel et non sur une population à desservir. (la population de ta CC n'est pas forcement une bonne base de calcul). Le ratio à ce moment c'est le nombre total d'inscrits de toutes les bibs de la CC et la totalité des fonds. Et tu bases alors tous tes calculs sur cette réalité collective et non plus sur les écarts entre ta bib et les autres etc...ce qui risque de toutes façons d'indisposer les élus de différentes communes.

 

Et rappel des mesures considérées comme des normes (et rappelées par les BDP) : en dessous d'un taux d'accroissement de 7,5% des fonds par an, on ne repond plus à la demande. Ensuite tu prends les chiffres annuels du SNE, qui te donnent le prix moyen du document en France, et tu vois ce que ça donne au niveau de tes besoins (ceux des bibs de la CC, quitte à diviser ensuite par bib en fonction des fonds et inscrits de chaque bib).

 

Tout ça est décortiqué et critiqué sur: http://mediatheque.s...Collections.pdf et toutes les discussions sur la rubrique évaluation http://www.agorabib.fr/index.php/topic/321-mensonges-statistiques-et-vieilles-dentelles/

 

Enfin, personnellement c'est ce que je tenterais : plutôt que de partir sur un redressement budgétaire basé sur l'activité de ma bib, je tenterai de faire une proposition globale, toutes bibs de la CC confondues, dans le but d'arriver à une convention (le fait que la compétence culturelle n'ait pas été rétenue dans les statuts de la CC n'est pas déterminant : la convention peut-être passée entre communes sièges d'une bib. La BDP peut t'aider pour l'élaboration de ce genre de document, dans la mesure où elle dessert toutes les bibs concernées. Elle est donc déja le lien )
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

650 adhérents pour 1600 inscrits, ça représente pas loin de 950-1100 usagers extérieurs ça.
Je compte aussi les non emprunteurs.


Si j'ai bien compris, tu as 8000 euros de budget, parce que 4000 habitants.

Veinard ! :flowers:
On se débrouille souvent avec moins par chez nous.
Et heureusement, la BDP nous épaule, et ça fait du bien.


Bien, ton budget ne dit pas la surface de ta structure, ni le nombre de documents dont tu disposes. (Ni le nombre de documents en prêt sur une base mensuelle, ceux qui s'abîment)

Sans ces informations, ton budget à 8000 euros peut représenter Crésus si tu fonctionnes avec 6-8000 documents. Mais se montrer insuffisant, à très insuffisant si tu en as deux à trois fois plus.

La valeur que l'on connaît, des 2 euros par habitant me paraît limite à ce niveau.
Et on le voit bien dès qu'on commence à aborder les DVD pour le prêt ou les documents chers, elle n'a plus de sens.
D'ailleurs, elle ne suit pas le cours de la vie, ni le coût des documents, ce qui est limite critique, voire critique tout court.


Il faut donc partir sur une valeur plus réaliste.

Un bon renouvellement du fonds, c'est 10 % minimum.
10 % de nouveaux documents.

Comme on parle de 10 % de renouvellement du fonds.

Il faut donc calculer le coût moyen des documents du fonds, et voir à combien se monte le renouvellement de 10 % de ces documents.

On peut tailler plus simple et calculer le montant total de son fonds, puis appliquer 10 % sur cette valeur. Voilà le véritable budget d'acquisition nécessaire à ces 10 % de renouvellement.

Pas négligeable de calculer le montant total de son fonds, rien que pour les assurances, et aussi pour les élus. Leur montrer pour combien il y en a.
De manière simple.

Je reste simple, mais il faudrait en réalité avoir les prix en cours, dans les commerces, de chacun des titres du fonds.
Si la bibliothèque brûle et qu'il faut tout remplacer au prix du jour, la différence risque d'être notable. (en quelques années, les romans sont passés de 80 FF à quelque chose comme 25 euros)


Donc 10 % de renouvellement du fonds = 10 % de son montant.

Avec les dons, c'est ce que j'arrive à obtenir.
Et, grâce à la BDP, j'en suis plutôt à 18-20 % de renouvellement annuel.
Ce qui est parfois un peu juste pour les gros lecteurs.

C'est une première chose.


La deuxième chose, c'est que tu as l'air de dire :
J'ai 650 adhérents de ma commune pour un budget de 8000 euros.
En réalité, j'ai 1600 adhérents, donc mon budget (règle de trois) devrait être de 19 692 euros.

2,46 fois plus.

Gloups !

Tu n'es pas en communauté de communes sur le dossier culture, donc la pilule ne va pas passer.

En tant qu'élu, j'aurais beau jeu de te renvoyer à tes chiffres en te disant : 8000 / 650 = 12,31 euros par habitant, on est plus que généreux ! Faut pas exagérer, Christophe.  :wink:


Ferris et Isalabib te l'ont dit, on peut calculer suivant le bassin de population.
Là, on se flagelle, parce que les 2 euros par habitant potentiel du bassin de vie, d'un seul coup, ce n'est plus possible. Et puis, on ne va pas payer pour tout le département pendant qu'on y est.

Mais quelque part, ce bassin de population, on peut s'en servir pour demander un financement aux élus des communes voisines.
Deux euros par emprunteur chez toi ?

A demander à tes élus, avant d'envoyer les courriers. Mais qui ne risque rien, n'a rien.
Par contre, tes collègues extérieurs vont te maudire si tu obtiens des sous ! et pas eux.

Mais attention, qui sait si tes propres lecteurs ne vont pas dans d'autres structures, et voilà ta commune de se retrouver redevable à l'extérieur. :wink:

Là, ce serait une bonne occasion de démarcher tes collègues extérieurs pour savoir combien de personnes de ta commune sont inscrits chez eux.

La cause : ils ont épuisé ton fonds (par manque de renouvellement) et vont donc se servir ailleurs.
Là, c'est défendable auprès de tes propres élus.
Comme pourrait l'être, si on ne t'accorde pas une augmentation budgétaire, l'idée d'un prêt tournant entre communes. (pour les polars, mangas et autres)

Parce que, c'est quand même bizarre que tu aies 950 lecteurs extérieurs, pour – j'ose dire : à peine – 650 lecteurs sur ta commune.

Pourquoi si peu d'un côté ?
Et pourquoi autant de l'autre ?

Tu décomptes les scolaires sur leur adresse personnelle, plutôt que sur l'adresse de leur école ?
Population jeune, couple avec enfants à l'extérieur ?

Supposons que ce soit le cas.
Il faut penser aux élus, à plus général pour défendre ta cause.

Population jeune = population consommatrice d'autres biens ?

Es-tu dans une commune avec beaucoup de commerces ?
Avec d'autres lieux d'intérêts communaux ? (salle culturelle, cinéma, écoles, etc.)
Avec des transports en communs appartenant à la commune ?

Autant de points à souligner : ces gens extérieurs font vivre la commune, les équipements de la commune ; ils consomment sur la commune, font vivre le commerce, il est donc normal de chercher à les attirer un peu plus.

La bibliothèque est ce point qui attire. Augmenter le budget d'acquisition est donc normal.
D'ailleurs, la commune s'y retrouve dans les différentes taxes commerciales.

1 000 usagers extérieurs, à 1 euro de consommation par jour et par an, ça fait 365 000 euros de rentrées fiscales sur la commune.

Là, ce n'est plus négligeable.

Même s'il n'en revient que 10 % dans les caisses de la commune (à voir, je ne connais pas la répartion), ça couvre bien une augmentation du budget d'acquisition.
10 % qu'il serait dommage de perdre.


Voilà. Si je devais négocier mon budget d'acquisition, dans une situation analogue, c'est de cette manière que je pousserai la bouchon : 10 % de renouvellement du fonds (et 10 %, c'est peu) + 1 000 consommateurs extérieurs, dont l'impact n'est pas négligeable sur les finances de la commune.

Bien cordialement
  B. Majour
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...