Aller au contenu

la BM ... et les autres services municipaux


michmaa
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


 


Ces temps-ci, je souffre cruellement du manque d'intégration de la bibliothèque au sein des autres services municipaux. Peut-être parce que je suis dans une commune rurale, le seul agent "culturel" de la ville et que je suis à la fois dépendante de tous les autres services et systématiquement oubliée ...


 


Je voudrais savoir si vous avez des exemples d'actions ponctuelles ou au long cours qui vous ont permis de favoriser les échanges avec les autres services.


alors j'entends par partenariat une relation d'entraide et d'échange réciproque.


Par exemple :


- Des relations avec l'accueil de la mairie éventuellement pour permettre ici et là bas la régularité des permanence.


- la participation des agents qui le souhaitent aux séances de lectures.


- le fait de servir de référent pour les autres services sur un sujet transversal (au pif, l'informatique, les archives...)


 


Vous l'avez compris, je ne parle pas de partenariat entre 2 services pour une action en direction du public mais bien de favoriser l'intégration de la bm comme service municipal et accessoirement de l'agent de la bib comme agent municipal....


Bon j'entends déjà hurler dans les bois et j'ai une petite idée du pourquoi ^-^ mais je me dis qu'il devrait en sortir des choses constructives...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Michmaa, je suis aussi la seule agent culturel d'une commune rurale (2000 habitants) mais n'ayant pas de boîte aux lettres propre je passe à la mairie tous les jours pour aller chercher le courrier, saluer les collègues. Je n'ai que la place à traverser ça facilite les choses. Ayant plus de liens avec ma collègue jeunesse (on est souvent seul par service dans les communes rurales) j'ai parfois eu écho d'infos qui concernaient l'ensemble du personnel communal mais je n'étais pas mise au courant car pas dans le bâtiment. J'ai donc demandé à mon DGS de m'inclure dans son mailing. Désormais je suis informée des démarches internes même si tout ne me concerne pas directement, j'entretiens le lien avec les autres collègues.

C'est d'autant plus compliqué quand tu n'habites pas sur la commune alors que les autres salariés de la commune oui. Ils se connaissent, connaissent les lieux et les habitants.

J'ai développé le partenariat avec la collègue de l'animation en proposant un apport documentaire pour ses activités et on mène parfois des actions communes dans le cadre des animations de la médiathèque.

Je laisse mes flyers à l'entrée de la mairie et leur fait un topo pour les inclure dans la communication (2 minutes dans le couloir en tête à tête, on est pas si nombreux). Ils sont ainsi au courant et si ça les tentent, ils peuvent participer. J'avais eu la tentation de proposer la gratuité aux personnels de la commune mais mon DGS m'avait opposé un traitement de faveur non applicable.

Ton idée de se positionner comme personnel relais en assumant une tâche qui n'entre pas dans ta fiche de poste (même si cette dernière est évolutive) juste pour être visible est piègeuse. Si cette activité supplémentaire te permet d'être en contact avec les autres services, tu ne mettras pas en valeur ton activité culturelle mais seulement (même si c'est super) ta capacité d'adaptation.

Mais au lieu d'assumer toi toute seule une activité manuelle intégre ton collègue jeunesse, si tu travailles autour du jardinage ou de la recup fait appel aux services techniques qui manquent cruellement de reconnaissance de la part du public. Fais en la pub auprès du public et des élus et je pense que ça aura plus d'impact. Mutualisation des services intra communaux ça marche.

Sinon, prends en charge l'amicale du personnel t'auras l'occasion de rencontrer tout le monde.

Modifié par Feecara
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est aussi via les partenariats avec les associations et les autres structures de la commune qu'on peut toucher nos autres collègues.

Je suis d'accord avec Ferris, ne pas habiter sur la commune où l'on bosse, surtout quand c'est une petite commune, est plus confortable. Ça permet un peu de recul et je peux aller en tenue de chantier au supermarché sans qu'on dise "t'as vu la dégaine de la bibliothécaire".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne-Marie Vaillant

Bonjour,


 


Une idée, entre autres choses, pourrait être de se rapprocher d'autres services municipaux pour travailler sur l'accessibilité.


Sans parler de 2015, des réponses communes à des problèmes compliqués peuvent être réfléchies au sein d'une collectivité, en prenant appui sur des propositions adaptées au contexte...


 


Proposer une signalétique unique mairie destinée au public sourd par exemple, ou réfléchir à un seul point "services municipaux" accessible pour les PMR avec un personnel qui pourrait répondre à différents types de demandes plutôt que d'être expert en état civil uniquement, ou en permis de construire...


 


D'accord, cela découle plutôt d'une volonté politique, mais avec l'échéance de 2015, peut-être que des propositions sur l'accessibilité serait écoutées avec une oreille un peu plus attentive, et permettrait un travail transversal au sein de la municipalité ?


 


 


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Michmaa,


 


tu lances 3 pistes :


- les relations avec d'autres services sur des problématiques communes : l'accessibilité ou la réforme des rythmes scolaires sont des exemples d'actualité. Autres exemples : plan de formation de la collectivité, manifestation rassemblant plein de services comme une fête de village, une commémoration ou un forum des assos et services culturels et sportifs.Tous ces sujets peuvent à mon avis difficilement être de la seule initiative de la bibliothécaire,


- la participation des agents d'autres services à des actions de la BM : bénévolement ? sur leur temps de travail (donc sous couvert de leur hiérarchie directe, ça touche leur fiche de poste etc) ? j'ai connu ça, un agent d'un autre service qui a "dépanné" la BM pendant une période donnée. ça favorise la connaissance mutuelle mais sur le fond ça reste du bricolage (car au niveau individuel),


- le fait de servir de référent pour les autres services sur un sujet transversal : tu veux donc devenir service support, comme la DRH, la compta ou le service informatique, c'est-à-dire un agent qui est au service des autres services. Quelqu'un dont on a besoin, régulièrement ou ponctuellement, mais pas forcément quelqu'un qu'on connait bien ou qu'on aime bien, non ? En fait tu veux renverser la relation, ne plus être la seule à dépendre des autres...


Comme Feecara je vois un piège là-dedans, et surtout je n'y vois pas forcément la solution au manque de reconnaissance de la BM.


 


J'abonde dans le sens de ce qu'ont écrit Ferris et Feecara :


- vers les autres tu iras : bonjour la compta, salut le courrier, coucou l'accueil, hello mon informaticien préféré (euh, là c'est un peu trop mais tu vois l'idée : il faut qu'on voit ta tête régulièrement, même quand tu n'as pas de problème à soumettre)


- avec les autres tu t'investiras : le CTP et l'Amicale te tendent les bras (même expérience que Ferris : au CTP tu es aux côtés de tes collègues, forcément ça rapproche et ça fait se connaître mutuellement),


- tes ressources tu médiatiseras : si feuille de chou municipale il y a, une petite sélection de livres sympas pour Noël ou l'été tu proposeras, en interne une biblio ou une sitographie "coup de pouce à la préparation des concours de la FP" tu diffuseras,


- ton métier point ne renieras : bibliothécaire tu es et resteras. Ou alors de service tu changeras, archives ? animation ? informatique ? tu as le choix.


 


Tu vois, ça ne nous a pas fait hurler dans les bois*,


ça pour des cervidés c'est quand même un exploit.


 


Agorabibement à toi chère Michmaa !


 


 


vil-renne.gif* renne se faisant hurler dans les bois.


Modifié par Isalabib
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

 

merci pour vos réponses qui sont pleines de pistes à exploiter !

 

Je ne vais pas répondre à tout le monde mais,

 


- vers les autres tu iras : bonjour la compta, salut le courrier, coucou l'accueil, hello mon informaticien préféré (euh, là c'est un peu trop mais tu vois l'idée : il faut qu'on voit ta tête régulièrement, même quand tu n'as pas de problème à soumettre)

 

En effet, finalement, j'ai l'impression que c'est presque l'essentiel, avec ce qui peut se dire dans la cuisine ou à la pause café. Mon problème, est que j'ai l'impression de perdre mon temps quand je fais cela... je vais faire un effort.

 

Je laisse mes flyers à l'entrée de la mairie et leur fait un topo pour les inclure dans la communication (2 minutes dans le couloir en tête à tête, on est pas si nombreux). Ils sont ainsi au courant et si ça les tentent, ils peuvent participer. J'avais eu la tentation de proposer la gratuité aux personnels de la commune mais mon DGS m'avait opposé un traitement de faveur non applicable.
 

 

Et ça fait sens  avec la nécessaire médiatisation des ressources auprès des collègues d'Isalabib.

par contre, il y a un truc que je ne comprends pas : pourquoi pas la gratuité pour les agents de la commune ?

Dans la précédente commune où j'ai travaillé, c'était le cas, et pourtant, ils pouvaient être très à cheval sur les questions de droit. Et c'est un truc que j'avais envie de mettre en place ici. 

 

 

Michmaa

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Michmaa, la gratuite pour les collègues alors qu'elle n'existe pas pour les lecteurs était perçue comme un traitement de faveur, ce qui est loin d'être faux. Les élus refusent que l'on offre un privilège qu'à un certain nombre en raison de leur position professionnelle ou autres ( même un abonnement familial gratuit aux nouveaux arrivants).

Sur le fond, je suis d'accord avec eux et je voudrais que le service soit gratuit pour tous, ce serait l'idéal.

Ils ferment quand même les yeux sur les bénévoles qui sont les seuls personnels municipaux qui ne coûte quasiment rien (hors assurance et petits frais).

Comme quoi, c'est une question de point de vue et non de droit.

Modifié par Feecara
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chez nous c'est gratuit pour tout le monde, donc aussi pour tous les personnels municipaux, mais ils ne viennent pas plus pour ça. Leur fréquentation est proche de zéro. Au dessous de celle des élus. 

 

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En ce qui concerne la gratuité pour les agents de la ville, nous nous étions aussi posé la question.


Ayant un comité des oeuvres sociales de la ville, nous avons négocié que le coût de leur abonnement soit remboursé (comme il se faisait déjà pour les licences sportives), sur présentation d'un justificatif.


Cela peut être une solution, à défaut d'obtenir le saint Graal : la gratuité pour tous !!


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Excellente idée que ce remboursement de l'abonnement par le COS, canasson.


Encore une idée que je pique sur Agorabib, tiens. Quelle épouvantable pique-assiette fais-je ! :D


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 weeks later...

Ô, une référence grivoise ! Dis donc, ça faisait longtemps...  :tongue:


 


Je sais mieux faire bouillir la marmite que l'écumer (quoique beaucoup moins bien que ma moitié), mais si j'ai bien compris, le résultat final reste le même : je me fais sauter...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon, d'accord, les modos : vous avez le droit de l'enlever, celui-là. Les dames comme il faut ne se permettent pas des choses aussi vulgaires...  :D


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Bonjour,


une partie de mes missions consiste dans la communication auprès des habitants : newsletter, bulletin municipal, site Internet de la commune, lien avec les associations...


Cela me permet entre autres de tisser des liens avec les autres services municipaux : agence postale, administratifs, école, garde-champêtre, services techniques... ce n'est pas forcément pour cela qu'ils viennent plus. C'est intéressant, cela me permet d'être en contact avec des non-lecteurs de donner l'occasion à des personnes de venir me donner des informations, mais... c'est chronophage ! donc ce n'est effectivement pas le genre de mission à solliciter...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 months later...

Paru dans la Gazette le 4 avril : l'IGB veut creer une culture commune à l'école et aux bibliothèques


 


http://www.lagazettedescommunes.com/228651/ligb-veut-creer-une-culture-commune-a-lecole-et-aux-bibliotheques/?utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=15-04-2014-quotidien


 


Un extraitl’IGB avance 8 recommandations. La proposition-phare du rapport concerne la formation : les auteurs préconisent de créer une « culture commune », grâce à des cursus de formation partagés. « Que savent, de manière précise, les bibliothécaires à propos des évolutions des stratégies d’apprentissages de la lecture à l’école élémentaire ? s’interrogent par exemple Dominique Arot et Thierry Grognet. Quel est le degré de connaissance chez les enseignants des richesses de la littérature jeunesse ? » 


 


Autre extrait« Les bibliothèques et leurs responsables ont le devoir de s’insérer dans tous les projets transversaux autour du livre et de la lecture », martèle l’IGB. Il s’agit aussi de dépasser le seul cadre de la bibliothèque et de l’école pour s’insérer dans des projets impliquant tout lieu d’accueil des enfants et des jeunes : crèches, haltes-garderies, lieux périscolaires etc.


 


Bref, l'IGB rebondit sur les TAP, bonne occasion de rapprocher tout le monde, et vise à casser le cloisonnement lecture-plaisir à la Bib vs lecture-scolaire à l'école. Fini tout ça, c'est lecture "culturelle et de loisirs" pour tout le monde. 


 


En cadeau Bonux, un article de l'incontournable docteur Poissenot sur le sujet.....


 


A lire et relire, l'avenir est là...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bref, l'IGB rebondit sur les TAP, bonne occasion de rapprocher tout le monde, et vise à casser le cloisonnement lecture-plaisir à la Bib vs lecture-scolaire à l'école. Fini tout ça, c'est lecture "culturelle et de loisirs" pour tout le monde. 

 

 

Les TAP ne renforceront que les liens BM-écoles maternelle et primaire, car pour ce qui est du secondaire...

 

p.20 du rapport (pdf, 1211Ko):

"2.5. Les collèges, les lycées et les villes: un partenariat introuvable?

Les villes sont en droit de considérer qu'elles n'ont pas à intervenir en faveur d'établissements relevant du département ou de la région. C'est souvent le motif allégué par les élus pour écarter des propositions d'actions communes et d'interventions en direction des collèges et des lycées proposées par des responsables de bibliothèques territoriales."

 

p.24

"3.5. La place des associations et du bénévolat

Les associations dédiées au développement de la lecture, à l'égard de l'intervention desquelles les bibliothèques publiques manifestent parfois une certaine réticence, peuvent pourtant jouer, entre écoles et bibliothèques, un rôle d'intermédiation et d'incitation au partenariat dont les enfants peuvent tirer grand bénéfice."

 

Les actions entreprises vers les classes du secondaire sont loin bien sûr d'avoir le même impact sur la fréquentation des BM par les ados que le passage quasi-obligatoire des maternelles et primaires. Visites d'expos, rencontres d'auteurs, ateliers... les animations vers les classes du secondaire ne sont pas très variées et je pense qu'il y a une forte inégalité entre filières générales et filières pro et technologiques (qui existe déjà dans la fréquentation du cdi).

Une série d'animations de lectures à voix haute d'ouvrages au programme scolaire a été exposée sur le forum; sans préjuger des conséquences quant à l'usage de la BM par les élèves, le retour a été pourtant positif, avec le désir de mettre en scène certains des textes lus. Le passage à la médiathèque a été également apprécié, pour des élèves de filières pro qui ne fréquentent pas le CDI. Enfin, cela permet de toucher des publics inhabituels, comme les internes ou les élèves extérieurs à la commune.

 

Trois autres remarques:

- le rôle d'une association indépendante, qui ajoute du lien entre BM et enseignants (si possible, éviter le bénévolat...)

- quel rôle pour le CDI?

- du côté de l'EN, peut-être un début de préoccupation quand on voit le sujet de la note de synthèse du capes-doc de cette année: Étude d'un sujet de politique documentaire relative à un établissement scolaire du second degré: la coopération d'une cité scolaire avec la lecture publique.

Avec entre autres des articles du bbf:" Attentions lycéens!" ou "un programme départemental pour la lecture des collégiens", l'inévitable extrait des "pratiques culturelles à l'ère numérique" et, ah! non, rien de Poissenot...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...