Aller au contenu

Comment compter les entrées hors portique antivol ?


Miss RéVOdoc
 Share

Messages recommandés

La BDVO encourage vigoureusemet les bibliothèques du Val d'Oise à compter leurs entrées, afin de bénéficier d'un indicateur d'évaluation de leur activité autre et autrement significatif que le nombre de prêt.


Mais toutes ne sont pas et ne comptent pas s'équiper d'un portique antivol, généralement également muni d'un compteur d'entrées.


Avez-vous des tuyaux sur du matériel "alternatif", pas trop cher, mais pas "à la main" quand même ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

en dehors du "à la main", je ne vois pas trop


 


on peut adapter en biblio le système de compteur manuel qu'on utilise pour compter les entrées dans une salle (de spectacle/conférence etc) 


Mais ça implique qu'une personne physique appuie à chaque entrée sur le bouton. C'est moins pire que les batons sur le bout de papier, c'est pas cher, mais ça reste manuel...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Nous on fait à la main, ça va très vite en fait, il faut juste "prendre le coup de main".


Si on est plusieurs bibliothèques dans un réseau, rien ne vaut un Google Documents !


Bon courage.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Facile, alternatif et écologique: Tu comptes les sorties avec la main gauche et tu multiplies par 1 avec la droite. Normalement, c'est bon. Avec la main, c'est toujours meilleur, c'est connu. Mais avec les deux, c'est mieux.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Facile, alternatif et écologique: Tu comptes les sorties avec la main gauche et tu multiplies par 1 avec la droite. Normalement, c'est bon. Avec la main, c'est toujours meilleur, c'est connu. Mais avec les deux, c'est mieux.

C'est malin  ! :thumbsup:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chez nous, on a mis en place récemment un compteur de passage électronique qui coûte environ 200-250€. Je crois bien que c'est cette référence là : http://www.sylco.net/compteur.htm


 


Il s'agit donc d'une version sans les mains. Moins rigolote au premier abord, mais elle laisse justement les mains libres... :wink:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le problème des petits batons (pratiqués à Angoulême) c'est qu'on ne compte pas de la même façon que nos collègues à portiques. On a tendance à compter des visiteurs uniques (genre lui ça fait trop fois qu'il rentre et qu'il sort j'arrête de le comptabiliser) alors que les portiques n'ont pas ce genre d'état d'âme. Du coup, ça fausse les statistiques. Et ça donne une image sous-évaluée par rapport à ceux qui utilisent un portique. Et en plus, quand il y a pas mal de passage (mercredi/samedi après-midi) ça se fait souvent "à la louche". Bien pour se faire une idée de la différence fréquentants/emprunteurs mais pas très fiable.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tant que la marge d'erreur est constante (gardez la même louche !), le comptage même manuel et subjectif (car humain) reste un indicateur intéressant de l'activité de la bibli.


Ce n'est pas le nombre "juste" qui est important (et est-ce juste de compter 15 fois le gamin qui passe et repasse dans tous les sens pendant 1 visite unique ?) mais le fait qu'on puisse le comparer à lui-même : le volume de fréquentation évolue-t-il d'une année sur l'autre, quelles sont les périodes de pic et de creux, etc.


 


Après, pour les stats officielles, de toute façon le monsieur du SLL ne vient pas contrôler ce que vous renseignez n'est-ce pas ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est pas une question de justesse, parce qu'effectivement compter les visiteurs uniques me paraît moins aberrant que de compter les entrées. La seule chose, c'est que si pour comparer d'une année sur l'autre tant que la louche ne change pas tout va bien, pour comparer nationalement c'est plus problématique. Or, il me semble que derrière cette volonté des élus de compter la fréquentation, il y a quand même une volonté de savoir où le réseau se situe par rapport à une moyenne nationale.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, il faut toujours essayer de comprendre l'attente qu'il y a derrière les demandes des élus, et se méfier de l'utilisation des chiffres à qui on peut faire dire tout et son contraire.


 


Un des moyens de "couvrir vos arrières", c'est de contextualiser le retour de vos données : rappeler que la moyenne nationale est une donnée elle-même approximative. Les données sont fournies par des bibliothèques (de + en + nombreuses mais pas encore toutes), aux profils extrêmement hétérogènes (de la + petite bib de village aux mastodontes des grandes villes).


Donc 1/ la comparaison entre elles vaut-elle raison ? et 2/ elles sont dans doute nombreuses à fournir des données "à la louche", comme vous...


 


c'est pourquoi je parlais de comparaison par rapport à soi-même, pour voir si on reste stable ou s'il y a des évolutions notables.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...