Aller au contenu

Externalisation catalogage et équipement


Géraldine Debus
 Share

Messages recommandés

Géraldine Debus

Bonjour,


Je travaille sur le projet de construction de la médiathèque de Lezoux dans le Puy-de-Dôme, et je souhaiterais savoir si vous avez déjà eu recours à des sociétés extérieures pour le catalogage et l'équipement des documents ?


D'avance merci de vos retours,


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 year later...

Bonjour,


 


je travaille dans une bibliothèque départementale de prêt et nous sommes une petite équipe. Pour plusieurs nous connaissons un retard dans le catalogage de nos documents et ça se ressent auprès des bibliothèques du réseau.


 


Concrètement nous téléchargeons les notices de nos fournisseurs (Electre, ADAV), parfois de la BnF, et nous les "corrigeons". Toutefois, cela prend encore trop de temps et nous nous interrogeons sur les moyens à mettre en place pour gagner du temps et l'investir dans d'autres tâches afin d'améliorer nos services.


 


Il y a des solutions déjà engagées par certaines bibliothèques comme l'externalisation ou la sous-traitance du catalogage par des sociétés extérieures. Quels sont vos retours, à quels organismes avez-vous fait appel ? Le coût (eventuellement) ?


 


Nous ne souhaitons pas externaliser le service équipement.


 


Je vous remercie par avance pour vos réponses  :)


 


Bonne continuation à tous !


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un article de fonds sur le sujet: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-04-0013-002


 


Mon opinion personnelle : vous n'avez pas à "corriger" vos données importées. Nous le faisons localement si c'est necessaire, et essentiellement au niveau l'exemplarisation quand les localisations, codes statistiques etc...ne permettent pas une integration au fonds et aucune statistique correcte. Ensuite, à vous, au retour de les repasser "à la moulinette BDP, pour retrouver vos coordonnées exemplaires.


 


On a déja assez de problemes avec les systèmes de cotation "maison" des BDP !


 


Maintenant, à l'heure ou certaines Bdp envisagent ou sont deja passées au non equipement (pas de couverture) par souci d'économie, si vous voulez payer un fric fou à externaliser votre catalogage, déja totalement importé, c'est votre affaire...


 


:angry:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@NirisBib

Bonjour

Oui, moi aussi, j'ai un peu de mal à comprendre ce besoin de corriger les données. Vous rajoutez des thématiques ?

Ma BDP ne corrige pas les données, et il n'est pas rare qu'il manque des infos comme le nombre de pages ou la taille, la date, le prix du livre, ou d'autres données. Je crois savoir qu'ils téléchargent ensuite les notives validées lorsqu'elles sont disponibles et qu'il y a un distingo entre notice de prêt et notice définitive. (on ne voit pas la différence ! :tongue:)

Ce qui importe le plus, c'est d'avoir la cote, le numéro d'exemplaire et le titre avec l'auteur (plus la série si elle n'est pas dans le titre). Après, le reste n'apporte pas grand chose, surtout pour des documents en transit sur une année.

 

Même si vous corrigez des données, rien ne vous empêche d'avoir des notices succinctes pour le prêt, et corriger ensuite les données... si vous avez le temps.  :wink:

 

Si jamais il vous manque des notices, il y a www.moccam-en-ligne.fr/  et www.librairiedialogues.fr/ (qui offre des notices pour chaque livre recensé chez eux)

 

@Ferris
Ensuite, à vous, au retour de les repasser "à la moulinette BDP", pour retrouver vos coordonnées exemplaires.

C'est une manipulation un peu compliquée que tu décris.

 

Chez moi, j'ai ma base avec les notices transmises par ma BDP, mais ça ne touche en rien celles de la base BDP.

Pas de moulinette à passer, ni d'élément à changer... sauf quand je signale un problème de cote ou une contradiction notice vs document.   :D

  Bernard

Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Moi non plus je ne touche pas aux notices, uniquement les données d'exemplaire. De toutes façons au moment où tu intègres tes fonds Bdp à ton fonds, tu modifies forcement en bloc certaines données (bibliotheque destinataire, localisations, secteurs, situation etc...), c'est rapide comme manipulation puisque tu reçois tes notices Bdp en panier. Ensuite, ils n'ont qu'à en faire autant. C'est ça une moulinette "exemplaire". Tous les logiciels permettent de le faire, dans les deux sens. Tu fais tes modifs une seule fois et tous tes exemplaires y passent. Ce sont des données locales par définition. Si tu ranges un livre Bdp en secteur jeunesse ou ado ou adultes, vaut mieux le mettre sur l'exemplaire parce que c'est ce qui va s'afficher pour le lecteur sur l'opac et qui lui permettra de le retrouver. Idem pour tenir des stats sur des genres, des supports etc...Par exemple chez nous la Bdp ne mets pas les livres en gros caractères en support particulier. Nous si. 


Par contre il y a la question de la cote : là on ne touche pas au niveau informatique, et de toutes façons il faudrait le faire par document. Ce qui ne t'empêche pas de modifier sur le livre, comme tu le fais toi-même d'ailleurs, quitte à décoller ta cote au moment du retour.


 


C'est marrant, ce n'est pas la première fois sur le forum que je vois des gens confondre notice et exemplaire.


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah oui, la moulinette sur l'exemplaire = c'est chez moi, plus chez toi. :wink:


 


Ok. Perso, j'appelle ça une importation plutôt qu'une moulinette, avec un contrôle des documents pour éviter que mes bénévoles ne se retrouvent avec un exemplaire inconnu. (enfin exemplaire, notice comprise. Les deux éléments sont vachement liés.  :tongue:)


 


Du côté BDP, c'est plutôt un prêt et retour classiques.


Faudra quand même que je regarde s'ils pédalent sous la table pour voir s'ils moulinent quelque chose.


J'ai des doutes, j'ai jamais senti de café au relais.


  Bernard


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En fait, si on chipote sur les mots, ce n'est ni une moulinette (terme utilisé par les fournisseurs de SIGB par exemple qui te proposent lors d'une reinformatisation, d'écraser tes données notices par des données extérieures, BNF en general) ni une importation (ça c'est un ajout qu'on fait à partir d'Electre, Moccam et autres), c'est une intégration d'un fonds dans un autre fonds, avec toutes les opérations nécessaires. Et cela ne touche que les données d'exemplaire, les deux autres termes concernant les notices.


 


Vouala... :)


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


 


je vous remercie pour vos réponses.


Actuellement, nous faisons comme beaucoup de collègues mais dans notre territoire le réseau de bibliothèques est géré pour 85 % par des bénévoles. Nous devons donc leur apporter un catalogue détaillé et surtout un catalogue "propre".


 


@ B. Majour


"Oui, moi aussi, j'ai un peu de mal à comprendre ce besoin de corriger les données. Vous rajoutez des thématiques ?"


 


Depuis 3 ans nous ajoutons des mots matières RAMEAU aux fictions, surtout en littérature jeunesse. Cela aide les bénévoles du réseau, nous aussi d'ailleurs, pour le conseil, la préparation d'animations sur un sujet donné etc.


 


Mais vos réflexions me montrent que l'externalisation du catalogage (d'ailleurs ce n'est plus vraiment du catalogage pur) ce n'est pas pour nous...


J'en conclus que mon employeur devrait augmenter l'équipe mais ça... évidement... ça va être difficile à faire avaler.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Depuis 3 ans nous ajoutons des mots matières RAMEAU aux fictions, surtout en littérature jeunesse. Cela aide les bénévoles du réseau, nous aussi d'ailleurs, pour le conseil, la préparation d'animations sur un sujet donné etc.

 

La RAMEAU ne gère pas la fiction, c'est d'ailleurs sur leur site officiel. Chez nous certains ont cru aussi que ça serait une aide. En réalité, étant donné que la Rameau n'est pas adaptable, cela génère un bruit fou sur l'ensemble des catalogues. Si le bénévole ne sélectionne pas "documentaires" et "secteur jeunesse" par exemple, ou "fiction", sur la recherche catalogue et va tout de suite en mots matières, il se retrouve avec des listes longues comme le bras et ingérables, surtout pour donner une réponse rapide au lecteur. Il vaut mieux se créer un thesaurus maison de genres, le mettre en 610 par exemple ou dans un champ 900, et savoir que la recherche se fera sur l'onglet "genres" ou "thèmes" du catalogue et ne concernera que la fiction. Y ajouter "albums" ou "romans" en deuxieme terme et c'est bon. Par contre c'est sur que c'est du boulot au départ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...