Jump to content
Fan35

Le report de la date de mise en accessibilité des ERP

Recommended Posts

Fan35

L'APF invite à venir soutenir le 12 mai leur manifestation visant à protester contre le report de l'échéance de la mise en accessibilité des ERP (Etablissements recevant du public) qui devait être au 1er janvier 2015 et est reportée de 6 ans pour les ERP type bibliothèques. L'APF dénonce le poids des lobbies qui ont conduit les Politiques à prendre cette décision.


 


Dans chaque collectivité, l'échéance de janvier 2015 était un excellent moyen pour les bibliothécaires d'entamer une discussion de fond avec les élus sur l'accessibilité d'un établissement, la bibliothèque, qui est quand même le 1er pôle culturel présent dans quasiment chaque commune.


 


En même temps, l'avancée des travaux de mise aux normes était si médiocre que l'échéance ne pouvait pas être tenue.


 


Comment vivez-vous ce report, dans votre bibliothèque ? Vos élus gardent-ils en tête que la mise en accessibilité est une évidence, une question d'égalité des citoyens, quel que soit le temps dont ont besoin aussi les élus pour financer ces travaux ? Restez-vous mobilisé pour défendre et argumenter ce droit de chaque citoyen d'accéder à l'information et aux savoirs, inscrit dans notre déontologie ?


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Nos élus sont contents, tout simplement parce que le lobby en question c'est essentiellement eux, d'une part. Et d'autre part parce qu'avec la baisse des dotations et les problèmes causés par les fusions intercommunales depuis janvier, les intercos se récupèrent des quantités de bâtiments à suivre et à normaliser et savent que sur un an ce ne sera pas possible. Il y a des moments où il faut quand même se mettre à leur place cinq minutes. Un réseau de 10 ou 15 bibliothèques qui leur tombe dessus, toutes à normaliser à des degrés divers, c'est franchement pas évident, sans compter les autres bâtiments communaux.


Bon c'est vrai que 6 ans c'est beaucoup, c'est même énorme si l'on considère que beaucoup avaient fait les efforts nécessaires depuis 2009 et pas d'autres. Je suis d'accord sur ce point. En plus, au delà des bibliothèques, il y a un discours "anti-normes" de la part des Maires qui devient assez général et qui peut mener n'importe où.


J'espère que les commissions feront quand même leur boulot de diagnostic.


 


En attendant on pourrait manifester contre la baisse de 10 milliards des dotations, prévue par Madame Lebranchu, non ?


Share this post


Link to post
Share on other sites
Yumiko

Dans mon réseau, plusieurs travaux d'amélioration ont été fait ou entamés et même si ça s'arrête là c'est déjà un très grand pas en avant et des réflexes acquis.


Par exemple, une bib a été dotée de portes automatiques (ouf enfin!), une autre a vu ses ascenseurs réparés et dans toutes les réflexions sur le(s) portail(s) le personnel a très bien compris l'enjeu des contrastes et de l'agrandissement des caractères.


C'est vrai que ce n'est pas du spectaculaire mais je trouve que d'intégrer toutes ces notions permet d’aborder les projets aussi sous cet angle désormais.


J'entends des fois des remarques qui me font plaisir : "ah non met pas la table de présentation ici sinon un fauteuil roulant ne passe plus",  "non si on met les bacs comme ça, cela empêche le suivi de la bande en relief au sol pour les aveugles", "ah moi je parle LSF, je peux aider peut-être?"


Bref les retombées sont généreuses sur le long terme (un peu comme la "mode" environnementale) et de prolonger "le débat" ça va faire causer et ça c'est une bonne chose.


Edited by Yumiko

Share this post


Link to post
Share on other sites
fréderic lemaitre

Deux réflexions pour moi


 


en tant que professionnel je suis conscient des enjeux financiers et des contraintes budgétaires liés à la mise au norme des bâtiments .


 


en tant que bibliothécairerhandicapé moteur me déplaçant en fauteuil roulant je soutiens l'APF. j'ai honte de cette loi qui


 


repousse les échéances car elle a été votée suite à l'action d'une action de  lobbying des élus.


 


Or il est dans nos missions de pouvoir accueillir tous les publics fussent ils en fauteuil  roulant.


 


On doit faire très attention à l'accessibilité du bâti et de nos collections, c'est de notre responsabilité de bibliothécaire.


 


Pour cela on peut se faire aider par les associations d'handicapés qui pourront nous aider à mieux appréhender les


 


contraintes liées à l'accessibilité qui sont difficiles à voir pour les valides je le concède bien volontiers


 


Frédéric Lemaitre


membre de la commission Accessibib


 


Share this post


Link to post
Share on other sites
Fan35

Si je me mets à la place des élus, même plus de 5 minutes, je me dis que je construis des bâtiments publics pour tous les citoyens. Je prévois pour l'avenir, je suis tout à fait informé de la composition de la population, qui comprend des tout petits enfants, des jeunes parents avec des poussettes, des jeunes gens qui se seront cassé une jambe au ski, des livreurs qui arriveront avec des chariots de cartons, etc. Je suis aussi conscient du vieillissement de la population, qui entraîne statistiquement la présence sur mon territoire de citoyens avec des cannes, des déambulateurs et des fauteuils roulants.


Je sais aussi que ces fauteuils roulants concerneront des enfants et des adultes, suite à un handicap de naissance, ou suite à un accident de voiture, un accident cérébral, etc.


 


Bref, si j'ai de nombreux bâtiments à mettre aux normes aujourd'hui, c'est que je me préoccupe bien tard de l'accessibilité, c'est à dire de l'égalité des citoyens. Donc, je ne suis pas digne d'être élu.


L'accessibilité ne coûte pas si on l'intègre au projet initial, dès la programmation d'un équipement.


 


Yumiko a raison. Le débat progresse en interne, dans nos équipes. Il faut aller plus loin et argumenter auprès des élus, et aussi des architectes qui exercent aussi des pressions plus fortes que les bibliothécaires...dans le sens négatif.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Bref, si j'ai de nombreux bâtiments à mettre aux normes aujourd'hui, c'est que je me préoccupe bien tard de l'accessibilité, c'est à dire de l'égalité des citoyens. Donc, je ne suis pas digne d'être élu.

L'accessibilité ne coûte pas si on l'intègre au projet initial, dès la programmation d'un équipement.

 

Sur ce plan tu as parfaitement raison. Les élus précédents ont "refilé le bébé" à leurs successeurs, jusqu'à ce que d'année en année le problème finisse par devenir ingérable sur un temps court. Et puis, ne soyons pas naïfs, nous savons bien qu'il y a quelque chose de prestigieux et d'electoraliste à "creer" une structure. Rien de prestigieux par contre à la mettre aux normes. Ma bibliotheque date des années 1870. La mise aux normes a été minimaliste, mais l'aspect "joli" et "original" du batiment a été largement mis en avant : une belle réhabilitation. A l'honneur de la Ville. Le reste a été ignoré ou masqué par l'architecte, avec l'aval des élus...et de la commission qui est passée en coup de vent et a validé tout ce qu'on voulait. Aucun des "conseils" qu'elle donnait n'a été pris en compte. Après, c'est donc bien au bibliothécaire et aux usagers de se mobiliser. Ce qui n'avait été prévu par personne c'est la fusion intercommunale et le manque d'argent. Et aujourd'hui il n'y a plus personne à qui "refiler le bébé". Alors on repousse dans le temps. Mais certains de nos élus ne cachent même pas qu'ils espèrent bien que certaines normes disparaitront purement et simplement (au niveau de l'intérieur du batiment, car pour ce qui est des accès exterieurs le travail a quand même été fait). Au total je ne sais pas si ce délai, trop long, va "faire causer" ou ne risque pas d'aller vers un enterrement de première classe.

Différencions bien les bâtiments neufs (aucune excuse là effectivement) des bâtiments anciens réhabilités, qui forment tout de même le gros des effectifs du bâti local.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle

Le report ne règle pas la solution du manque d'argent, il est à peu près certain que dans 6 ans les élus demanderont un nouveau report... En attendant chez nous ça reste galère pour pénétrer dans la BU en fauteuil, le peu d'aménagements consentis par l'université a été mal réalisé (rampe d'accès quasiment impraticable en fauteuil non motorisé, une autre rampe qui donne directement sur un escalier...). Quand je viens en vélo je me dis qu'il va falloir que j'investisse dans un VTT tellement les chemins sont défoncés, j'imagine même pas comment on peut rouler en fauteuil là dessus. Le report permet simplement à l'université de ne plus placer l'accès handicapé dans les priorités.


En revanche on réfléchi à mener des actions de sensibilisation auprès du personnel et des étudiants et je pense que là-dessus nos mentalités ont pas mal évolué grâce aux lois sur l’accueil et l'insertion des personnes handicapées.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Je viens de lire un document qui precise tout de même que le report se fera par paliers de 3, 6 et 9 ans, en fonction des catégories d'ERP. Pour les petites bibs (5° categorie) ce sera donc plutôt trois ans. Et de toutes façons il faut déposer son dossier avant le 31 decembre 2014. Donc, faisons du lobbying au moins jusqu'à cette date. Après ça sera plié.

 

Le gouvernement a confirmé la mise en place d'agendas d'accessibilité programmée - les Ad'AP - (comme le proposait le rapport Campion de mars 2013) qui permettront aux acteurs publics et privés, qui n'auront pas tenu les délais (1er janvier 2015), de s'engager "sur un calendrier précis et resserré de travaux d'accessibilité". Attention, les intéressés devront toutefois avoir marqué leur engagement dans la démarche avant la fin de l'année 2014. En contrepartie, le risque pénal prévu par la loi de 2005 pour défaut d'accessibilité sera suspendu pendant le déroulement des Ad'AP. En cas de non-respect de l'Ad'AP, son signataire s'exposera à de nouvelles sanctions.
Les délais de report varient selon la catégorie de l'ERP :
- pour les ERP de 5e catégorie (soit 80 % du cadre bâti), ces agendas pourront atteindre 3 ans maximum ;
- pour les ERP de 1re à 4e catégorie et pour les Ad'AP dits de patrimoine (c'est-à-dire incluant plusieurs établissements, toutes catégories d'ERP comprises), ces agendas pourront atteindre 6 ans maximum ;
- pour les patrimoines complexes, ces agendas pourront aller jusqu'à 9 ans.
Les possibilités de dérogation initialement prévues par la loi de 2005 sont par ailleurs confortées.
L'Ad'AP sera construit autour d'une, deux ou trois périodes de travaux servant de points d'appui au contrôle. Les Ad'AP s'appliqueront aussi au secteur des transports avec des durées de 3 (transports urbains) à 9 ans (transport ferroviaire).

 

 A lire sur : http://www.tsa-quotidien.fr/action-sociale/articles/fiche-ressource-impression.html?RessourceID=294302

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...