Aller au contenu

Proposer des options lors de l'inscription à la bib


SalemAthor
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


 


Je ne sais pas si mon sujet est placé au bon endroit, ni s'il a déjà été traité (je n'ai rien trouvé en utilisant la recherche) donc n'hésitez pas à me renvoyer au bon endroit si nécessaire.


 


Ma question aujourd'hui : est-ce que vous avez déjà vu des bibliothèques proposer différents tarifs d'inscription selon les services proposés ?


 


Par exemple, que le prêt de livre soit possible dans l'abonnement de base, mais qu'on demande aux personnes souhaitant accéder au service VOD ou à d'autres services de souscrire à des options, payantes bien entendu.


 


Je mesure le potentiel hautement polémique de ce genre de gestion : adieu le principe d'égalité du service public. Cependant, les abonnements aux  ressources numériques ont un coût, et ça peut faire bizarre à Monsieur Michu qui n'emprunte que des bouquins papier d'apprendre que son abonnements à la bib augmente de 5€ parce que sa bibliothèque s'abonne à une plateforme ebook ou d'autres service que lui n'utilisera pas.


 


Bref, j'attends vos avis, remarques et infos.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai déjà vu des tarifs différents en fonction des prêts dvds/cds, mais pour le numérique, je n'ai pas encore vu ça. Peut être justement que seules les bibs qui fonctionnent déjà avec des tarifs différents en profiteront pour inclure dans l'abonnement cd/dvd les services numériques ...


 


Exemple :


http://www.reseau-colibris.fr/iguana/www.main.cls?surl=infospratiquesnancybmn


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, nous, c'est exactement ça ... Nous avions un abonnement payant pour les CD/DVD donc nous y avons inclu les accès aux ressources numériques qui sont justement liées à la musique et au cinéma (MusicMe, cité de la musique et adavision) ...


 


www.tourcoing.fr/mediatheque/index.php?idpage=104


Modifié par Blandine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas bizarre, ce n'est pas découpé en fonction des supports mais des contenus :

la lecture, y compris sur liseuse ou CD à écouter, c'est gratuit.

La musique, le ciné et le jeu, c'est payant ou plus cher que l'accès aux seuls livres.

On retrouve très souvent ce genre de distinction, et à mon avis ce n'est pas qu'une question de coût mais parfois d'idéologie qui ne dit pas son nom : la lecture c'est bien, c'est noble, c'est la raison d'être de la bibliothèque. La musique, le cinéma (ne parlons pas du jeu), c'est du loisir, c'est pas très sérieux, c'est du plus, c'est du luxe.

Donc pour répondre à SalemAthor : ton scénario privilégie M. Michu qui ne lit que des livres, mais pas Kevin qui est un gros consommateur de DVD et donc potentiellement de VOD.

Et qui te dit que M. Michu, s'il paye un forfait tout inclus, n'aura pas la curiosité d'aller lire ta presse en ligne et n'y prendra pas goût ?

Tu as raison, ta question était polémique...

J'entends l'argument "ça coûte cher" (en même temps, les livres ne sont pas exactement gratuits non plus, ni les abonnements à la presse quotidienne).

Mais qui peut me prouver que les recettes d'inscription compensent réellement ces coûts ?

De mon expérience, ces histoires d'abonnements différenciés sont bien souvent une façon de répondre aux inquiétudes d'élus et de DGS sur des offres nouvelles et jugées chères (ça ne date pas du numérique, cf le CD puis le DVD). Mais j'aimerais bien avoir des retours d'un point de vue économique : est-ce que ça a du sens d'un point de vue budgétaire ?

Et bien sûr d'un point de vue social : ce genre de système me donne l'impression qu'on ne prête qu'aux riches. Je crains qu'on n'entretienne parfois la fracture numérique par ce genre de distinction.

Mais je te rassure, on se pose exactement ce genre de question chez moi en ce moment... Je m'accroche à mes principes, mais c'est dur quand il faut résister à cet argument massue : "mais y'a plus d'argent !"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ma question aujourd'hui : est-ce que vous avez déjà vu des bibliothèques proposer différents tarifs d'inscription selon les services proposés ?


 


Oh que oui.


 


Egalité du citoyen ? ai-je envie de répondre aussitôt.


Gratuité, me souffle mon idéal de bibliothécaire.


 


Gestion des sous-sous en banque d'accueil, me balance mon sens pratique.


Continuons à enfoncer les pauvres... De toute façon, de quels besoins culturels peuvent-il bien avoir besoin ? me taquine mon côté gestionnaire.


 


Et mon bon sens juridique me dit qu'on a là un détournement de fonds publics à destination d'une certaine catégorie de population.


Que je sache, le coût d'acquisition est supporté par tous (ça c'est pour le côté cher invoqué). Oui, tous les citoyens mettent la main à la poche, riches comme pauvres, et ne pourraient y accéder que les riches ?


 


Si aujourd'hui, on accepte la bibliothèque Premium, pourquoi pas demain la rue Premium, et le service mairie Premium.


 


Et puis, pourquoi pas le fonctionnaire Premium ?


Vous voulez passer avant les autres ? C'est quinze euros !


 


Oui, tant qu'à être dans la logique du système fric, offrons une vrai service public à deux vitesses. :yes:


 


Si on me demande à tel tarif différencié, je proposerai cette solution.


Et elle ne sera pas en option. :tongue:


 


Idem pour la consultation sur place, il faudra raquer !


  B. Majour

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

1) Toute la population paie les bibliothèques, alors que 15% des gens seulement les utilisent


 


Oui, et l'argument est valable partout.


 


Je n'utilise pas les stades ou les salles de sports. (et l'entretien annuel n'est pas gratuit)


Je ne fais pas de musique.


Je ne fréquente pas tous les parcs et jardins publics...


Et puis pas certaines routes non plus


 


En plus de tout ce que tu as proposé, crèche, halte, etc.


 


C'est pourquoi les impôts sont répartis à égalité, pour le bien et le bénéfice de tous. Riches comme pauvres sont égaux dans les usages.


 


Et si je parle de détournement, c'est bien parce que l'usage/l'accès n'est plus égalitaire... sur des biens "chers".


 


Demain, ce sera un parc de Ferrari à plusieurs millions d'euros, quitte à endetter la collectivité, et ne pourront les utiliser que ceux capables de verser 1000 euros pour l'emprunt.


 


On est sur la même base argumentaire malsaine.  :wink:


  Bernard


 


 


PS. Payer pour les enfants des autres, c'est aussi payer pour sa propre retraite.


Pas d'enfants = pas de retraite.


 


Là, on paye la retraite de ceux qui y sont. On ne cotise pas du tout pour sa propre retraite comme on l'entend toujours ici et là, on paye pour les retraités.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

@Ferris


Hum, pour les bibliothèques, c'est déjà bien appliqué il me semble.


 


Et puis, comme ça, à Bordeaux, on va pouvoir noter l'impact fréquentation sur l'avant et l'après gratuité totale.


 


Bon, quand même :


La fréquentation des musées de Bordeaux a été en hausse de 13,54 % en 2011, alors qu'elle a été de 5 % en France.


 


Alors il faut stopper cette progression (malvenue pour les collections ?) ou encore masquer une baisse d'investissement.


 


Le plus intéressant à mon goût, (je le répercute ici) :


«En m’inspirant de l’exemple de plusieurs villes françaises, j’ai décidé de renoncer à la gratuité des expositions permanentes», a indiqué mardi le maire de Bordeaux, Alain Juppé, en préambule à la décision votée par le conseil municipal, estimant qu'«il n’y a pas de corrélation entre gratuité et fréquentation».


 


«il n’y a pas de corrélation entre gratuité et fréquentation», on te le dit Ferris. :wink:


 


Mais M. Juppé est prudent, le tarif sera de 4,00 à 6,50 euros (parce qu'à 40 euros, on pourrait avoir un doute sur l'absence de corrélation, à 400 le doute ne serait plus permis, mais chut un ange passe ! :angel: ), et puis il restera le premier dimanche du mois (gratuit).


 


En plus, si ça râle trop, on remettra la gratuité complète dans les promesses électorales. Parce qu'il faut bien pouvoir mettre quelque chose dans les prochaines promesses électorales. Faire et défaire, ça fait partie du jeu politique.


 


Rien de bien neuf sous le soleil Aquitain. (Ah si, l'Aquitaine va gagner en surface. Encore une division par deux du nombre de régions, et hop ! tous les pays de Loire en feront partie   :yes: )


  Bernard


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce sujet est effectivement intéressant... et polémique. A l'heure où certains bibliothécaires inconscients tentent encore de défendre le passage à la gratuité totale ( :angel: ), j'avoue grincer des dents en imaginant une bibliothèque à la carte. Beaucoup de choses ont déjà été dites : le clivage social, la hiérarchisation implicite des supports et contenus, l'argument fallacieux du coût de la ressource...


 


J'avais juste envie d'ajouter une petite réflexion : si l'on commence à définir des tarifs, en fonction du succès ou non d'une ressource, de sa rentabilité, quelle évolution du service public proposons-nous ? Comme le disent Ferris et B. Majour ci-dessus, ce n'est ni nouveau, ni réservé aux bibliothèques. Cependant, la question de la gratuité partielle / des tarifs différenciés renvoie encore plus à ce mouvement du service public qui se privatise sans le dire.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour!


 


Et oui ça existe le système d'abonnement gratuit puis payant, calqué sur le modèle de la sphère commerciale.


C'est ce qui est proposé à Metz par exemple http://bm.metz.fr/iguana/www.main.cls?surl=emprunter ou à Lyon


http://www.bm-lyon.fr/informations-pratiques/Inscriptions-et-tarifs


 


D'un côté cela a du sens pour une catégorie d'usager qui a désormais l'habitude d'avoir accès à un service de base gratuit (et je suis intimement persuadée qu'une partie de ceux-là n'emprunteraient pas s'il devaient payer), d'un autre côté cela pénalise ceux qui aimeraient pouvoir paye mais ne le peuvent pas...


 


Compliqué... 


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'accord avec vous deux. Je me posais quand même une question quant à l'argumentation de Juppé : il reste, on est d'accord, dans une tarification assez symbolique, mais prétend quand même pouvoir accroître ses collections avec cette manne, toute symbolique qu'elle soit. Et en plus il sait qu'une petite baisse de fréquentation arrivera en plus par la-dessus. Donc, ou bien il est idiot, ce qui est douteux, ou bien il sait parfaitement que cela ne générera rien de suffisant en termes budgétaires et il se fout du monde : ça veut dire : Soit on achètera avec ces recettes là, soit peut-être qu'on achètera rien,mais j'aurai prouvé que j'ai fait quelque chose sans vexer personne.

 

Et si c'était un plan sur le long terme ? L'année prochaine on augmente les tarifs parce que "les entrées/tarifs n'ont pas été suffisant". Et boum, 10€ l'entrée (allez, 8,50 et on n'en parle plus).

 

 

Les abonnements à Metz m'ont laissés perplexes moi aussi... J'ai de la famille dans cette ville, et ce changement de tarif est assez récent. SAUF QUE, jusque là, ils avaient l'habitude d'avoir une dizaine de documents gratuitement... Du coup, "habitué" à la profusion, ils ont payés l'abonnement pour garder le confort d'un grand nombre de docs. Et officiellement, les BM de Metz proposent toujours la gratuité... C'est un peu de l'enfumage quand même !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...