Aller au contenu

Aide interview pour dossier en Licence


aemilie08
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


 


J'espère que je suis dans la bonne partie du forum...


 


Dans le cadre de mes études je dois remplir un dossier d’information sur le métier que je souhaite exercer, qui est bibliothécaire. Pour ce dossier, je dois interviewer une (ou plusieurs) personne(s) travaillant comme bibliothécaire.


Je vous joins la liste des questions, vous pouvez me répondre ici ou pour plus de discrétion par mp :)


 


 


                Formation et compétences requises :


-          Quel est la formation que vous avez suivie pour devenir Bibliothécaire ? Quel est le niveau de formation et le diplôme requis pour l’exercer ?


-          Faut-il forcément passer un concours ?


-          Quel est l’organisme de formation reconnu qui dispense la formation ?


-          Une expérience est-elle nécessaire ? si oui, de quelle durée ?


-          Quelles sont les connaissances à posséder ?


-          Quelles sont les compétences et expériences nécessaires ?


-          Quelles sont les capacité et qualités personnelles requise ? et niveau relationnelles ?


-          Qu’est ce qui vous a fait décider de devenir bibliothécaire ?


 


Activités:


-          Comment se déroule une journée type ? quelles sont les activités quotidiennes et celles qui sont plus ponctuelles ? de quel type sont les problèmes à résoudre ?


-          Quels sont les outils utilisés ? et avec qui le travail se réalise-t-il ?


-          Quelles sont les responsabilités attribuées et le degré d’autonomie ?


-          Quelles sont les activités les plus plaisantes et intéressantes ? Au contraire lesquelles sont le moins intéressante et facile ?


-          Quelles sont les idées reçues sur le métier qui sont fausses ?


 


Condition de travail :


-          Quels sont les horaires que l’on effectue lorsque l’on est bibliothécaire ?


-          Le travail nécessite-t-il des déplacements ?


-          Y a-t-il des contre-indications dans l’exercice du travail ?


-          L’environnement de travail est-il calme ?


-          Sous quel type de contrat est-on embauché ?


-          Le salaire est-il fixe ou comporte-il une partie variable ?  est-il évolutif ?


-          Quelle est la fourchette  de salaire du débutant ?


-          Quelles sont les perspectives d’évolution (fonction, rémunération…) ?


 


Conseils :


-          Quels conseils pouvez-vous me donner pour m’aider à réaliser mon projet ?


 


Merci d'avance pour vos réponses :)


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour aemilie08,


 


Je peux essayer de te répondre, mais ne suis peut-être pas forcément "la" personne à interviewer vu que je suis encore nouvelle dans la profession et ai peut-être - sûrement - une vision partielle du métier.


 


                Formation et compétences requises :


-          Quel est la formation que vous avez suivie pour devenir Bibliothécaire ? Quel est le niveau de formation et le diplôme requis pour l’exercer ?


 


Personnellement, j'ai suivi une formation basique de type licence-master, avec une spécialité documentation (un petit regret quand même : ne pas avoir commencé par un dut métiers du livre). Pour exercer le métier de bibliothécaire, tout dépend à quel grade tu veux prétendre : réfléchis bien sur les missions que tu souhaites exercer (beaucoup de contact avec le public ou pas par exemple). A savoir : pas de diplôme précis même si on tend vers une spécialisation en termes d'entrée au concours (à mon grand désespoir !) mais le taux de réussite aux concours va vers les plus diplômés.


 


-          Faut-il forcément passer un concours ?


 


Non, pas forcément, on peut tout à fait être engagé comme contractuel mais pour espérer un CDI, c'est, je crois, plus compliqué... Sans compter que certaines collectivités préfèrent qu'on passe (et réussisse) le concours, (pourquoi ? Je ne sais pas !).


 


-          Quel est l’organisme de formation reconnu qui dispense la formation ?


 


Pas d'organisme reconnu ou en tout cas je ne le connais pas. Les formations les plus reconnues sont celles dispensées par l'ABF d'une part et par les IUT (métiers du livre) d'autres part.


 


-          Une expérience est-elle nécessaire ? si oui, de quelle durée ?


 


Une expérience est toujours bienvenue, surtout pour te rendre compte de ce qu'est vraiment le métier et nouer des contacts. N'hésite pas à faire des stages, y compris non rémunérés de quelques semaines : ça te permettra d'appréhender le métier et de te faire connaitre (ce sera plus facile ensuite pour effectuer des remplacements par exemple)


 


-          Quelles sont les connaissances à posséder ?


 


Des connaissances liées au monde éditoriales bien sûr, mais c'est surtout la curiosité et l'ouverture d'esprit qui me semble primer dans ce métier : s'intéresser à tout est fondamental, la spécialisation dans un domaine est de moins en moins plébisciter, on doit de plus en plus pouvoir conseiller quelqu'un peu importe le domaine, (musique, cinéma, livres, documentaires....).


 


-          Quelles sont les compétences et expériences nécessaires ?


 


Les compétences, alors, heuuu :sweat:  Maitriser un peu la Dewey me semble important même si la recherche dans un catalogue informatisé est de plus en plus la norme. Des compétences en catalogage sont un vrai plus. Après, je te parle de compétences métier au vue des questions suivantes, mais je pense que le savoir-être et l'envie d'apprendre sont nettement supérieures à ces compétences.


 


-          Quelles sont les capacité et qualités personnelles requise ? et niveau relationnelles ?


 


Voilà, on y vient :)  En médiathèque, on est dans le service public, ce qui induit un savoir-être important : garder son calme face à des personnes pouvant être désagréables ou énervées, sourire et avoir envie d'aider les autres. Toujours chercher la réponse à une question, même si la personne est partie, (parce que sinon ça reste dans un coin de votre tête à vous embêter toute la journée :D )


 


-          Qu’est ce qui vous a fait décider de devenir bibliothécaire ?


 


L'image du lieu (calme et apaisé... même si ce n'est plus forcément le cas !), le goût pour la culture quelle qu'elle soit, l'envie d'aider les autres sans distinction


 


Activités:


-          Comment se déroule une journée type ? quelles sont les activités quotidiennes et celles qui sont plus ponctuelles ? de quel type sont les problèmes à résoudre ?


 


Pour cette question, chaque personne pourra te répondre différemment, selon son grade et la structure où elle exerce ! Pour moi, ce sera beaucoup de service public (60% de mon temps environ), une réunion de travail par semaine, et de la gestion des collections (gestion des commandes, catalogage des nouveaux documents, traitement des documents abimés/pilon, médiation des collections). Les problèmes à résoudre sont souvent très terre à terre au quotidien, (aider un usager sur un traitement de texte, gérer les groupes de jeunes par exemple), mais ça peut être aussi lié aux collections (problèmes de place par exemple)


 


-          Quels sont les outils utilisés ? et avec qui le travail se réalise-t-il ?


 


Les outils utilisés sont essentiellement informatiques : logiciel métier (sigb) et autres logiciels de traitement de texte + messagerie pour dialoguer avec l'ensemble de l'équipe et les fournisseurs. Le travail se réalise avec l'ensemble du personnel : je suis amenée à dialoguer avec tout le monde et surtout à communiquer sur ce que je fais. Bien sûr, certaines personnes dont davantage "ressources" que d'autres : ce sera le cas pour le référent informatique ou la chargée d'animation par exemple.


 


-          Quelles sont les responsabilités attribuées et le degré d’autonomie ?


 


Idem, ça changera selon ton grade et la structure. Personnellement, je me sens assez autonome même si je n'ai personne à encadrer : je gère moi-même un secteur de la médiathèque où j'exerce, mets en place des sélections et gère une ressource numérique, peux proposer des animations.


 


-          Quelles sont les activités les plus plaisantes et intéressantes ? Au contraire lesquelles sont le moins intéressante et facile ?


 


Les plus plaisantes et intéressantes : le contact avec les publics (mais c'est personnel, je connais des gens qui détestent ça !), la réception des commandes (quand on ouvre le carton :drool: ), la médiation des collections)


 


Ce que j'aime le moins faire : ... pilonner. Ce n'est pas tant le fait de supprimer un document qui me déplait mais c'est surtout la sélection en amont qui est difficile : prendre la responsabilité d'effacer un document des collections, et ainsi quelque part priver un usager de l'emprunter. Mais j'avoue que lorsque c'est fini, je savoure la vue de l'ensemble des espaces, qui laisse entrevoir multiples possibilités d'aménagement et... de renouvellement des collections !


 


-          Quelles sont les idées reçues sur le métier qui sont fausses ?


 


Le fait qu'on lise tout et tout le temps ! Et le fameux stéréotype femme-chignon-lunette. Et puis, le lieu très silencieux dédié uniquement aux études : les loisirs occupent une place très importante à présent, y compris les jeux vidéo par exemple (enfin, on essaie !)


 


Condition de travail :


-          Quels sont les horaires que l’on effectue lorsque l’on est bibliothécaire ?


 


C'est relatif à chaque collectivité ! Ce qui ne change pas en général, c'est le travail le samedi et repos le lundi (we décalé). De mon côté, je travaille parfois entre midi et deux et un dimanche tous les deux mois, ça ne me dérange pas plus que ça personnellement (mais ça fait polémique). Sinon, ça reste des horaires "normaux", (9h-18h avec pause entre midi et deux).


 


-          Le travail nécessite-t-il des déplacements ?


 


Parfois : pour certaines actions hors les murs (portage à domicile, paniers livres dans les quartiers, intervention dans les Epads...), pour certaines formations.


 


-          Y a-t-il des contre-indications dans l’exercice du travail ?


 


Heuuu, si tu détestes les gens, je pense que c'est une grosse contre indication :D


 


-          L’environnement de travail est-il calme ?


 


Plus ou moins... Tout dépend si ta structure de travail est prise d'assaut par les bébés en pleurs, les groupes d'ados bruyants, les mamies sourdes.... :wink:  Quand tu es au public, je ne dirais pas que ce soit "calme". En interne, davantage.


 


-          Sous quel type de contrat est-on embauché ?


 


CDD pour les contractuels. Si tu as un concours, tu es d'abord stagiaire pour un an et ensuite titulaire de ton poste (CDI)


 


-          Le salaire est-il fixe ou comporte-il une partie variable ?  est-il évolutif ?


 


Il y a une partie variable, selon la politique de la commune où tu exerces (primes diverses et variées, que j'avoue ne pas connaitre très bien, RTT et compensation des animations tardives variant également d'une collectivité à l'autre)


 


-          Quelle est la fourchette  de salaire du débutant ?


 


Tout dépend de ton grade. Ca va du smic à un peu plus. Pour ça, il y a des grilles de rémunération selon le grade et l'échelon de la personne (débutant = 1er échelon).


 


-          Quelles sont les perspectives d’évolution (fonction, rémunération…) ?


 


Tu montes les échelons avec les années, (avec la paie qui augmente - un peu), en sachant qu'ensuite tu peux passer des concours en interne pour monter en grade plus vite et éventuellement avoir plus de responsabilités.


 


Conseils :


-          Quels conseils pouvez-vous me donner pour m’aider à réaliser mon projet ?


 


Fais des stages, fais toi connaitre, n'hésites pas à prendre des petits boulots y compris au plus petit grade et y compris à temps partiel : ça te sera toujours d'une grande aide ! Et tiens toi au courant de l'actualité, constitue toi un outil de veille (type netvibes).


 


Voilà pour moi :wink:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Aemilie08

 

 

Alors essayons de répondre, sans être exhaustif.

 

                Formation et compétences requises :

-          Quel est la formation que vous avez suivie pour devenir Bibliothécaire ? Quel est le niveau de formation et le diplôme requis pour l’exercer ?


Aucune formation. (sauf BDP)
Aucun diplôme requis pour être en catégorie C.

-          Faut-il forcément passer un concours ?

Non.
Une embauche par le maire peut suffire en catégorie C.

-          Quel est l’organisme de formation reconnu qui dispense la formation ?

La BDP.
Et encore si on utilise leurs services.

Sinon, au niveau formation, tu as les IUT métiers du livre, et les universités qui forment les bibliothécaires (CFCB).
Et l'ENSSIB (en particulier pour les conservateurs)

 

Le CNFPT organise aussi des journées de formations.

L'ABF également suivant les régions.

-          Une expérience est-elle nécessaire ? si oui, de quelle durée ?

Il faut bien commencer un jour.
Donc, je dirais : expérience non nécessaire, mais qui va venir.
Même si travailler en tant que bénévole ou stagiaire n'est pas du luxe, surtout si on doit gérer seul(e) la bibliothèque par la suite.

Si tu cherches vraiment une durée : en un mois, on connaît les bases (logiciel, couverture des documents et rangement du fonds)... Après, il y a tout le reste, qui vient petit à petit.

-          Quelles sont les connaissances à posséder ?

Disons à acquérir, on apprend, on ne possède pas de manière innée.
Beaucoup vient avec l'expérience sur le terrain.

Connaissances à acquérir :
- Savoir utiliser un logiciel de bibliothèque
- Savoir récupérer les notices informatiques ou cataloguer Dewey
- Savoir trouver le forum de l'ABF (pour les collègues et l'aide apportée)
- Connaître son fonds (un minimum), donc lire (vite et bien) pour conseiller les gens (qui le demandent)
- Savoir reconnaître l'état physique d'un livre, d'un document (solidité pour le prêt)
- Savoir le couvrir et l'équiper (le réparer pour qu'il tienne un peu plus)
- Savoir le ranger (connaître son alphabet :wink:  )
- S'intéresser aux évolutions des bibliothèques
- S'intéresser à ce qui se passe dans la commune où on travaille (va travailler)
- Savoir trouver ET dialoguer avec les partenaires (dont les élus)
- Savoir prendre son mal en patience (une bibliothèque s'envisage sur le long terme, souvent 5 à 10 ans)
- Savoir se débrouiller seul, autant que possible. (Le temps que les autres services soient prévenus, il peut s'écouler plusieurs jours, sauf cas d'urgence) => être autonome.
- Etre capable d'accueillir aussi bien le bébé de six mois qui gazouille comme un ange, que l'adulte qui rouspète, râle et ronchonne.
- Connaître le fonctionnement de la fonction publique. => Savoir ce que "être fonctionnaire" veut dire.
- Savoir que l'on est au service de la population... dans sa totalité.
- Ne pas pleurer sur sa fiche de paye.
- Rire, sourire et s'amuser dans et de son métier.

Bref, on est poly-fonctionnels.

-          Quelles sont les compétences et expériences nécessaires ?

Cf. ci-dessus.
+ Savoir travailler pour les autres, leur rendre service... sans attendre de remerciements.

-          Quelles sont les capacités et qualités personnelles requises ? et niveau relationnel ?

Savoir aimer ce que l'on fait (toutes les activités)
Savoir aimer et comprendre/apprécier les gens comme ils sont.

-          Qu’est ce qui vous a fait décider de devenir bibliothécaire ?

La multiplicité des tâches.
Jamais d'ennui en bibliothèque. Jamais, jamais, jamais.

Bien sûr, j'aime lire... mais j'ai fréquenté pendant plusieurs années les bibliothèques, sans être bibliothécaire.

On peut aimer lire sans être bibliothécaire.
 

Par contre, peut-on être bibliothécaire sans aimer lire... les notices et critiques des livres/CD/DVD, j'ai des doutes. :tongue:

Activités:

-          Comment se déroule une journée type ? quelles sont les activités quotidiennes et celles qui sont plus ponctuelles ? de quel type sont les problèmes à résoudre ?

Disons, une journée classique

se déroule comme un élastique.

60-70 % de temps de prêt au public.
10 % de rangement
20-30 % de temps de préparation/sélection/vérification/acquisition de documents
20 % de gestion pour les petites bricoles administratives, rappels, et autres interruptions diverses
20 % de temps de lecture pour mieux connaître le fonds.
20 % de temps sur les forums de bibliothécaires ou en recherche d'information.

On dépasse les 100 % ?
Sûr ! On emmène du travail à la maison. Et/ou alors on doublonne pendant les creux de fréquentations.
De toute façon, on garde un regard de bibliothécaire partout où on passe. (grande surface, librairie, autre bibliothèque)

-          Quels sont les outils utilisés ? et avec qui le travail se réalise-t-il ?

Ordinateur, Internet, traitement de texte, planning de suivi des commandes, etc. Téléphone aussi.

Ciseaux, cutter, papier collant ou non adhérent, crayon à papier, stylo bic, etc.

On travaille avec ses dix petits doigts. (savoir taper vite, ça aide)
Et aussi avec la mairie, les autres services (compta, accueil), les fournisseurs, les partenaires, les écoles.

 

Plus sa tête

Alouette ! :thumbsup:

-          Quelles sont les responsabilités attribuées et le degré d’autonomie ?

Autonomie totale, ou presque.
On se retrouve vite en solo face aux lecteurs.
Vite en solo dans les différentes tâches. Normal, quand on est deux ou trois, voire tout seul dans une structure, il faut savoir faire. On ne peut pas passer à son voisin ! ;-)

-          Quelles sont les activités les plus plaisantes et intéressantes ? Au contraire lesquelles sont le moins intéressante et facile ?

Il n'y a pas d'activités plaisantes ou déplaisantes, intéressantes ou inintéressantes.
Il y a des activités à faire, et il faut toutes les faire. Sauf grosse structure, on est souvent seul à oeuvrer (même à deux/trois dans la structure). Tout le monde doit savoir tout faire. En particulier si l'un tombe malade et l'autre prend ses vacances au même moment.

-          Quelles sont les idées reçues sur le métier qui sont fausses ?

Que les bibliothécaires, sont des vieilles filles aigries, chignon et tailleur stricte, avec le doigt en permanence sur la bouche pour faire Chuuuuut !... parce qu'elles sont en train de lire.


Condition de travail :

-          Quels sont les horaires que l’on effectue lorsque l’on est bibliothécaire ?


On travaille pendant que les autres sont au repos. Donc sur des créneaux où les gens peuvent venir à la bibliothèque. (exemple le samedi, et le mercredi)

Pour le constater, faire le tour (Internet) des bibliothèques près de chez toi, et regarder les horaires.
Certains travaillent aussi le dimanche.


-          Le travail nécessite-t-il des déplacements ?

Tout dépend de la situation du bibliothécaire.
En intercommunalité, ça pourrait bien être le cas.

 

Sinon, oui tu as des déplacements chez les fournisseurs de livres, au relais BDP, lorsque tu lances des projets interbibliothèques.

Ou lorsque tu vas te former.

-          Y a-t-il des contre-indications dans l’exercice du travail ?

Port de charges lourdes : le poids de la culture. (on oublie souvent que dans culture, il y a culture physique, il faut donc s'entraîner physiquement à porter des charges, et à utiliser sa tête pour les diviser, quand c'est possible :angel:  )

 

Ne pas aimer le contact avec le public ou être ultra-super-timide.

 

Avoir peur de ne pas savoir faire.


-          L’environnement de travail est-il calme ?

Non. Pas avec le public en général, en particulier les écoles ou les maternelles.

-          Sous quel type de contrat est-on embauché ?

Tous les types (stage, Contrat Aidé, CDD, CDI). Avec le statut de fonctionnaire en supplément.

-          Le salaire est-il fixe ou comporte-t-il une partie variable ?  est-il évolutif ?

Il est évolutif, comme celui des fonctionnaires.
C'est de l'évolution escargot sur pente glissante.

-          Quelle est la fourchette  de salaire du débutant ?

Tout dépend de la catégorie où tu te situes. (A, B, C)

-          Quelles sont les perspectives d’évolution (fonction, rémunération…) ?

Concours pour évoluer.
La rémunération augmente, en théorie, avec les années. Si le point d'indice n'est pas bloqué.

 
Conseils :

-          Quels conseils pouvez-vous me donner pour m’aider à réaliser mon projet ?


- Etre inscrite à l'Agorabib, (Ok)

- Lire le plus de sujets possibles sur le forum,
- Poser plein de questions, donc participer,
- Et te poser plein de questions. Ce qui veut dire "savoir chercher l'information sur les moteurs de recherches", sans attendre qu'on vienne te les apporter. (exemple : fourchette du salaire débutant, fonctions, rémunération). Il te faut être autonome, car demain c'est toi qui vas apporter l'information aux autres, c'est toi qui vas conseiller les gens.
Même si les collègues peuvent t'aider et t'indiquer ou confirmer certaines pistes, tu es ta propre ressource.

 

Tu es bibliothécaire, c'est toi qui sais où trouver l'information, c'est toi qui vas la fournir aux autres. (De manière digeste ? :D)

Sois la bienvenue au club.
  Bernard
 

Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Wow,


les gars vous êtes courageux.


 


Aemilie, n'hésite pas à aller demander dans les bibliothèques que tu fréquentes :


Les bibliothécaires adorent parler de leur travail et pourront te dire et te monter plein d'autres choses.


(sache toutefois qu'ils commencerons toujours par te dire qu'ils n'ont pas le temps)


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Ferris


 


Aemelie08 va comprendre, aucun doute là dessus.


Elle découvre la diversité des parcours (pas si atypique pour le mien, on était une dizaine dans ce cas à la formation BDP. Ok, je suis plus engagé que d'autres, je suis à l'ABF !  :wink:) et je trouve donc que c'est une bonne chose de montrer cette diversité métier.


 


Pour tes stagiaires DUT, je trouve que tu as raison de leur montrer l'envers du métier, ça en fait aussi partie.


Dans ce métier, on ne fait pas fortune. J'ose dire qu'on ne fait pas carrière non plus ou alors l'horizon est vite vite bouché.


Par contre, on relève des défis au quotidien. Tu parles de "répétition", perso, je ne connais pas la répétition. Nouveaux visages, nouvelles demandes, nouvelles questions, nouveaux centres d'intérêts. Regarder ce que les autres font, voir si c'est possible chez soi. Fouiller la littérature à la recherche de pépites pour ses lecteurs, répondre aux demandes... Aucune journée n'est routinière.


 


Si tu savais combien de fois les gens me demandent si je m'ennuie. 


Mais comment pourrait-on s'ennuyer en bibliothèque ?


En plus, on a tout le Web à exploiter.


 


Et puis sans aller jusqu'au Web, comment mieux faire ressortir, mieux mettre en valeur son fonds. Le fonds, c'est comme un jardin. 


Toujours différent, toujours à renouveler, toujours paradis d'expériences.


Même les grincheux sont des expériences, rien que pour les réponses et les solutions à (leur) apporter.


 


Bref, si tu les as dégoûtés, c'est qu'ils n'étaient pas fait pour ce métier. Mieux vaut s'en rendre compte pendant qu'on étudie.


 


De toute façon, je peux te le dire : le côté répétition, désillusion, grincheux, projets avortés, mauvais payeur, tu les retrouves partout. On peut baisser les bras, ou se concentrer sur l'expérience qu'on en tire et continuer à avancer.


 


Longtemps que j'ai choisi l'option deux, et puis je suis patient. Quand on travaille au niveau de la décennie, le regard change : les montagnes on peut les contourner ou les gravir à petites doses. Un projet avorté n'est plus que partie remise avec un renfort d'arguments et d'expériences voisines, voire avec une présentation un peu/beaucoup différente.  :wink:


 


Tu ne m'aurais pas dégoûté, je t'aurais tisonné d'un : et pourtant vous travaillez toujours en bibliothèque ! Why ?


 


La seule personne qui peut casser mon rêve, c'est moi, uniquement moi.


  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


Tout d'abord merci à tous pour vos réponses et vos conseils. J'ai souhaité poster sur le forum pour avoir le plus d'expériences différentes justement :)


 


@Bernard: pour le salaire j'avais déjà l'information, mais je voulais la vérifier. Parce que parfois entre ce qui est annoncé et la réalité c'est différents (je ne parle pas que pour le salaire bien sur ^^ )


 


@michmaa: Je compte bien évidemment me rendre en bibliothèque :)


 


@Ferris: justement ce que je recherche c'est la réalité du métier, pas une image qui fait rêver! :)


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Aemilie08


@Bernard: pour le salaire j'avais déjà l'information, mais je voulais la vérifier. Parce que parfois entre ce qui est annoncé et la réalité c'est différents (je ne parle pas que pour le salaire bien sur ^^ )


 


Tu as raison, et je dirai que ça dépend aussi des communes.


En théorie, le salaire est identique partout, dans la pratique, ce n'est pas le cas.


Particulièrement au niveau des primes et autres avantages.


 


 


@Ferris


La seule personne qui peut casser mon rêve, c'est moi, uniquement moi.


 


Je précise que je suis zen, et relativiste. Si les élus ne veulent pas d'un projet, on fait avec.


S'ils n'en donnent pas les moyens, je fais remonter et je donne les limites.


Décideurs multiples, je ne connais pas. Je suis fonctionnaire. C'est hiérarchique, point barre. Ne pourra me donner d'ordre que mon supérieur hiérarchique direct. Les autres devront passer par lui, sinon c'est le bordel. (face aux cas d'urgence, évidemment)


Donc je demanderai à chaque fois : sous couvert de qui ?


Il faut parfois être discipliné, jusqu'à la démesure, quand il y a du gaz dans les étages supérieurs. Leurs embrouilles, c'est leurs problèmes. Ils ont voté l'intercommunalité, ils doivent apprendre à ne plus avoir droit au chapitre comme avant. C'est leur choix.   :wink:


 


Individualiste ? 


Non, réaliste. Tant que je ne lâche pas le morceau, je ne lâche pas le morceau. Même si le rêve prend une autre forme, il continue en attendant la bonne vague qui l'emportera vers l'idéal rêvé. Ce sera peut-être pour plus tard, ou peut-être dans 100 ans, ou plus. Un jardinier travaille bien au-delà de sa propre vie, non ?


 


Il faut bien aussi te dire qu'un jour les élus ne feront plus partie du pouvoir décisionnel. Quand la bascule sera faite à 95 % vers les documents numériques, on aura affaire à un réseau de bibliothécaires travaillant ensemble sur tout le territoire, et on sera créateur de richesses numériques autant que collecteurs/fouineurs d'infos.


En participant au forum de l'Agorabib, on est déjà en plein dedans : on est créateur de richesses pour les autres collègues.


Demain ce sera pour les usagers... du monde entier.


Le livre n'est qu'une ressource parmi bien d'autres.


 


Je ne suis pas individualiste non plus quand je dis que je suis le seul à pouvoir casser mon rêve. Tant que je rêve, tant que j'ai des rêves, j'ai l'espoir de les réaliser ou de les mettre sur les rails. Les autres et les circonstances ne peuvent rien contre celui qui rêve.


Quand bien même serait-il le seul à rêver de son idéal.


Et tant pis pour les bâtons dans les roues, on peut soi-même être une épine dans le pneu de l'autre. Le son discordant dans l'azur de la routine. :tongue:


 


Les élus sont de passage, la bibliothèque reste et demeure.


Et la bibliothèque, c'est nous, bibliothécaires !


  Bernard


Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Ferris


dans sa petite bib à l'écart des bruits du monde


 


:D Je ne suis pas Robinson, il me manque mon Vendredi.


 


Oui, bien sûr que ça arrivera. (Vécu aussi la vente de livres de recettes, qui n'ont pas fait recettes à la Poste)


Et par certains côtés, mutualisation et entraide des bibliothécaires, j'espère que ça arrivera.


 


Tu penses que la révolution numérique est arrivée ?


Pour moi, on en est encore très très loin. Avec bien des projets à réaliser et bien des collections à rassembler.


 


Et si ce ne sont pas les fonctionnaires qui s'emparent de ces projets, d'autres le feront à leur place.


Un bibliothécaire n'est pas obligatoirement un fonctionnaire. Comme tu le dis, le monde change.


  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Ferris


 


Révolution numerique : elle est faite. 


 


Ok dans le sens où tu le dis.


Pour moi, une révolution n'est valide qu'au moment où elle produit ses fruits. Au niveau du numérique, il y a encore un bout de chemin à parcourir pour en retirer les fruits. Dans notre domaine aussi, ce qui laisse pas mal de travail en perspective.


 


Lis bien les textes sur "l'optimisation des ressources humaines" et tu vas tomber de haut.


 


Tu oublies que je suis informaticien de formation. Economiser des journées Homme, c'est souvent un des buts de l'informatisation. Quand on est jeune, on ne voit pas cette "option", on relève le défi de produire un bon logiciel, ou une bonne application. L'aspect humain est accessoire.


 


Après, si on l'applique aux bibliothèques, on obtient : "A quoi ça sert une bibliothèque ? On trouve tout sur Internet. (à ça, il faut toujours répondre : même des lingots d'or ? Dites-moi où que j'aille en ramasser. :tongue:)


 


Je n'oublie pas non plus la présence d'automates de prêt/retour. Ni même l'expérience à Singapour où il n'y a aucun bibliothécaire. Ce sont des magasiniers qui passent le soir et remettent les livres ou réapprovisionnent les rayonnages. Je regarde aussi, en Hollande, les bibliothèques en libre service, sans aucun bibliothécaire, et ouverte à tous vents. On est dans le self... autonome.


 


Pas besoin du numérique pour réduire le personnel. Avec des gens soigneux, le bibliothécaire est facultatif. Enfin, sa présence in situ est facultative. Le travail interne existe toujours, lui. 


 


Quand je réfléchis à ce que peut être une bibliothèque numérique, je vois à l'identique que la présence du bibliothécaire est facultative. Comme à Singapour, on peut avoir un pool d'acquéreurs/sélectionneurs numériques réunis dans un gros centre, puis répartition sur des serveurs informatiques. Et terminé.


Mais, est-ce bien ce dont la population a besoin  ?


 


Un moteur de recherche pourrait répondre à cette demande ?


Si c'était vrai, Google aurait évincé toutes les bibliothèques du monde. Or, ce n'est pas le cas.


 


Le problème de Google, c'est qu'il présente tout. Sans ordre, en plus de ça.


Quand on présente tout, dans le désordre, on ne présente rien. Tu as déjà là un des particularismes de notre métier. On sélectionne, on pense à nos lecteurs. Google nous vend de la pub, et se fout complètement de ce qu'il présente.


 


Le gros défaut d'un pool d'acquéreurs centralisé, c'est qu'ils penseront global et non local. Ils penseront citadin et non rural, si on cherche une image plus parlante.


 


Il y a aussi le fait que nous connaissons notre fonds. A une question donnée, nous pouvons présenter  


1) une réponse adaptée à la personne


2) une réponse fournie, mais ciblée


3) avec d'autres éléments de réponses annexes


4) et des pistes de recherche pour aller plus loin.


 


C'est notre connaissance qui marque notre large différence avec un moteur de recherches.


C'est ce que j'exprime en disant : la bibliothèque, c'est nous, bibliothécaires.


 


Notre service est de qualité, notre service est personnalisé.


Et nous savons fouiller pour obtenir de l'information, même pointue.


 


Là encore nous avons un rôle à jouer. Quand il faut synthétiser des masses de documents, nous sommes dans notre élément. (j'allais dire : nous sommes les rois). Dans un monde où les gens aiment de moins en moins lire, où les gens s'arrêtent à la première page d'un moteur de recherche, nous aurons de plus en plus de place.


 


Ok, les DRH peuvent ne penser qu'en termes "économies de personnel", en oubliant un peu facilement qu'un ordinateur aura plus de facilité à remplacer une personne qui coordonne des services qu'un spécialiste.


 


Oui, je lâche le mot spécialiste.


Comme je l'expliquais à Aemilie08, "Tu es bibliothécaire, c'est toi qui sais où trouver l'information, c'est toi qui vas la fournir aux autres.", un bibliothécaire doit devenir un spécialiste.


Il l'est déjà dans la sélection de son fonds, donc dans la recherche d'informations, de documents pertinents.


Appliquer ces techniques au monde numérique, pour servir l'usager dans ses multiples questions, n'est pas hors de portée.


 


Là, je doute qu'on soit inutile.


Les systèmes experts intelligents, ce n'est pas pour demain. :)


  Bernard


 


Petit exemple du boulot de demain comment participer à la mutation des bibliothèques


Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...