Jump to content
fanch

L'invention des bibliothèques 3ème lieu

Recommended Posts

fanch

D'aucuns pensent que la bilbliothèque 3ème lieu est une invention du 3ème millénaire. Or, à l'écoute de l'émission de Charles Berling, "Le secret professionnel des bibliothèques dans le monde romain", on apprend grâce à Catherine Salles que les Romains venaient à la bilbiothèque jouer à la marelle ou aux dés.


Émission intéressante en tout cas sur les premières bibliothèques.


 


Bonne écoute!


  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bouarf

J'adore le débitage de porc en bibliothèque, c'est un truc de fou !


Et la course de stock car, et la bibliothèque des outils...


 


N'empêche, ils augmentent la fréquentation avec toutes ces petites choses. La petite bibliothèque américaine c'est un peu comme la fnac qui va finir par vendre plus d'aspirateur que de cd.


 


Les américains sont en avance sur leur temps, ça ne fait aucun doute.


Edited by Bouarf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Les américains sont en avance sur leur temps, ça ne fait aucun doute.

 

Non ils sont en accord avec leur temps. C'est nous qui sommes en retard sur le nôtre. Les bibliothèques 3° lieu sont un concept américain au départ, il ne faut pas l'oublier. Et quand on lit tout ça, on se demande si ce modèle est adaptable chez nous...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bouarf

Oui, effectivement. Mais est-ce encore un 3ème lieu ? Ce n'est plus vraiment une bibliothèque, ni une médiathèque, ni autre chose, en tout cas je ne vois pas bien. Un méta-lieu peut être ?? Endroit où tout est possible : démonstration de découpe d'animaux, apprendre à pêcher, à cultiver, à tondre sa pelouse, atelier spécial barbecue, dégustation de vin ;mais aussi la possibilité de tout emprunter et avoir à disposition tout ce qu'il peut y avoir dans une quincaillerie, un magasin de décoration intérieur, d'électroménager...


 


Il y a-t-il des limites, est-ce acceptable ? Je me pose la question. Mais comme tu le soulignes, chez nous ça semble être peu adaptable, encore que...en y réfléchissant on n'en est pas si loin sur certain point. Une artothèque propose de décorer son intérieur avec une œuvre d'art, on prête des liseuses et des tablettes, on propose divers ateliers. Notre limite se ne serait-elle pas une excuse "culturelle" voire "sociale" ou une autre chose qui m'échappe ?


 


Au final pas sûr que la frontière soit si énorme.


 


C'est fou en écrivant ces quelques lignes j'ai presque l'impression d'avoir changé de point de vue  :cry: 


Share this post


Link to post
Share on other sites
Anne Verneuil

Beaucoup de questions légitimes... Un Médiathème va prochainement sortir sur la question du Troisième lieu, avec des contributions très intéressantes sur ces questionnements.


Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

Des bibliothèques troisième lieu, on en trouve en Hollande, et dans d'autres pays européens, dont la France.


Ce n'est plus un concept essentiellement américain.


 


C'est de la culture large, qui va jusqu'à l'apprentissage.


 


Nous avons bien des manuels de cuisine, de couture, de dessin, de peinture, etc. dans nos rayonnages.


Pourquoi pas de l'apprentissage direct ?


 


Tout à fait comme pour l'informatique avec les espaces multimédia.


 


Certes, il y faut des bâtiments conçus pour, ou alors rendre les espaces compatibles avec plusieurs activités simultanées. Mais c'est déjà présent chez nous.  :wink:


 


Comme le dit Bouarf, notre excuse est peut-être notre peur de ne pas savoir faire... lorsque nous faisons déjà, sans le savoir.


 


J'ai vu passer plusieurs animations, expositions agrémentées de démonstrations (culinaires, concerts et autres) qui s'apparent fort, très fort, à de la bibliothèque troisième lieu.


 


Ce qui n'empêche pas certains questionnements légitimes, c'est très vrai. 


L'ABF y a pensé.   :thumbsup:


  Bernard


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Le concept reste profondément anglo-saxon, désolé. US, Londres, Scandinavie...ce que tu veux.


 


L'utilisation qu'on peut en faire chez nous (un concept c'est un outil, chacun peut en faire ce qu'il veut) commence à m'amuser doucement. C'est tellement "tendance" qu'on va y mettre n'importe quoi, même et surtout trois fois rien, histoire de pouvoir appeler ça "Troisieme lieu". Bien sûr, il y a déja plein d'endroits chez nous qui se déclinent plus ou moins à la sauce "maison de services" et autoformation, et tout ce que tu veux. La premiere bib où on a le droit de manger a ouvert sur Paris il y a peu. On progresse. Le probleme c'est, en exagerant un peu, qu'on va installer une machine à café dans un coin et un moule à gaufres dans un autre et qu'il se trouvera des glandus pour appeler ça 3° lieu, et d'autres pour applaudir des deux mains....


 


J'en entends parler tous les jours. Chez nous on sait pas faire mais on sait très bien récupérer...


 


Le troisième lieu, notion forgée au début des années 1980 par Ray Oldenburg, professeur émérite de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride, se distingue du premier lieu, sphère du foyer, et du deuxième lieu, domaine du travail. Il s’entend comme volet complémentaire, dédié à la vie sociale de la communauté, et se rapporte à des espaces où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de façon informelle.


 


Ces nouvelles structures ont complètement revisité le modèle traditionnel de la bibliothèque et cherchent à s’inscrire dans la compétition avec l’industrie de loisirs et des produits culturels, à l’heure où les individus sont confrontés à une offre croissante. Elles travaillent leur pouvoir de séduction et n’hésitent pas à emprunter des stratégies marketing propres à l’univers marchand. (...) L’usager est appréhendé comme un client dont il s’agit de gagner les faveurs, en lui procurant des « moments forts ».


 


 « Aux côtés d’autres établissements de la vie de tous les jours, où l’on peut traîner et se détendre, à l’instar des cafés, librairies, tavernes, lunch clubs et centres communautaires, elles [les bibliothèques] ont historiquement témoigné des qualités essentielles propres au “troisième lieu” : elles représentent des endroits neutres, gommant les clivages sociaux, plutôt sans prétention, communautaires ; elles constituent des territoires familiers, confortables, accessibles, qui favorisent l’interaction, la conversation (dans certaines limites) et une ambiance enjouée ; elles sont fréquentées par des “habitués” et font fonction de second chez-soi, soulageant les individus du train-train quotidien, procurant réconfort et distraction» (Alistair Black)


 


A lire sur http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001


Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isalabib

D'aucuns pensent que la bilbliothèque 3ème lieu est une invention du 3ème millénaire. Or, à l'écoute de l'émission de Charles Berling, "Le secret professionnel des bibliothèques dans le monde romain", on apprend grâce à Catherine Salles que les Romains venaient à la bilbiothèque jouer à la marelle ou aux dés.

Émission intéressante en tout cas sur les premières bibliothèques.

 

Bonne écoute!

 

Merci.

 

Euh... Charles Dantzig (Berling ne bosse sur francecul :wink: )

Share this post


Link to post
Share on other sites
fanch

Merci Isalabib d'avoir rectifié!


Share this post


Link to post
Share on other sites
fanch

Télérama de cette semaine nous parle des bibliothèques 3ème lieu dans un article intitulé "Viens chez moi, je suis à la bibliothèque". Dans le chapeau de l'article, on apprend que "les médiathèques municipales ont remplacé le bistrot comme "troisième lieu", après la maison et le travail." De la à attirer les hydropathes chers à Alphonse Allais...

 

Une bonne année à tous les participants du forum (moins bavards, je trouve, sous la nouvelle formule.)

 

Fanch

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Rien ne remplacera un bistrot, sociologiquement parlant. La bibliothèque est le lieu de tous. Le bistrot est le lieu de certains. Le

seul point commun entre les deux, c'est qu'on n'a pas le droit de fumer. Par contre on peut y boire. Maintenant, le jour où tu pourras prendre un café calva dans une bibliothèque, tu me préviens, j'arrive...:tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...