Aller au contenu

Questionnaire Actions Hors Les Murs


Book-addict
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


 


Je suis actuellement en stage en bibliothèque dans le cadre de mon master 2 et je travaille plus spécifiquement sur les actions hors-les-murs.


 


J'aimerais avoir l'avis de plusieurs bibliothécaires concernant ces actions.


 


Serait-il possible de répondre au questionnaire ci-dessous ? Merci d'avance.


 


1-Mission/ Priorité de la bibliothèque


Classez, dans l'ordre, les missions de la bibliothèque, selon vous.


 


- mission culturelle


- mission éducative


- mission sociale


- politique d'acquisition, traitement des collections


- médiation


- animation


 


 


2- Politique d'accueil et d'accessibilité


L'usager est-il parfaitement autonome dans votre bibliothèque ou se renseigne-t-il auprès du personnel quand il veut trouver un document?


 


 


 


3- Offre documentaire


L'offre documentaire de votre bibliothèque est-elle adaptée à tous les publics?


 


Si non, pensez-vous qu'il soit utile de créer une politique d'acquisition spécifique à certains publics (personnes âgées, personnes aveugles et/ou sourdes, handicapés mentaux, personnes illettrés)?


 


 


 


4- Les publics empêchés et éloignés


 


Classer les publics suivants selon leur appartenance aux publics empêchés ou aux publics éloignés :



  • les personnes en milieu hospitalier




  • les handicapés mentaux




  • les handicapés physiques




  • les personnes en situation d'illettrisme




  • la population carcérale




  • les jeunes des « quartiers sensibles »




  • les personnes âgées à domicile



 


5- Les actions hors-les-murs et leurs destinataires



  • Une nécessité ou une option ?




  • Pensez-vous qu'aller à la rencontre des publics en sortant de la bibliothèque fait partie de vos missions en tant que bibliothécaire ?




  • Êtes-vous formés à ce genre d'actions ?



 


 


Classer, dans l'ordre, les objectifs de ces actions :


 


- sortir de la bibliothèque dans le but de faire venir les personnes à qui sont destinées ces actions en bibliothèque


- assurer une meilleure visibilité à la bibliothèque ( publicité)


- des actions qui s'inscrivent dans la volonté d'une démocratisation culturelle


 


Quel est, selon vous, le principal public à viser dans ces actions hors-les-murs ? Pourquoi ?


 


 


6- Le partenariat


Un partenariat avec les structures (associations, hôpitaux, prison, écoles) est-il nécessaire afin de mettre en place ces actions ?


 


 


7-Les obstacles


 


Quels sont, selon vous, les obstacles à la mise en place d'actions hors-les-murs?

Modifié par Book-addict
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Bonjour Book-addict


 


Oui, pas beaucoup de réponse à ton questionnaire.


 


Peut-être n'est-il pas assez intriguant.


Ou pas assez dans le thème que tu cherches à approfondir.


 


Qu'est-ce que tu cherches à obtenir ?


Qu'est-ce que tu veux prouver au travers ce questionnaire ?


 


Tu as beaucoup de questions "bateaux".


 


Exemple : classez dans l'ordre de la question 1... des missions tout aussi importantes (donc égales) les unes que les autres. Avec peut-être un petit bémol sur les animations qui dépendent des conditions atmosphériques (temps, argent, personnels)


Et on se demande le rapport avec le "Hors-les-murs"


 


 


1-Mission/ Priorité de la bibliothèque


Classez, dans l'ordre, les missions de la bibliothèque, selon vous.


 


- mission culturelle


- mission éducative


- mission sociale


- politique d'acquisition, traitement des collections


- médiation


- animation


 


Sans collection, pas de médiation possible, et donc pas de mission culturelle, ni éducative, ni sociale dans le sens social culturel, sinon pour le social, le CCAS est mieux formé que nous.


 


2- Politique d'accueil et d'accessibilité


L'usager est-il parfaitement autonome dans votre bibliothèque ou se renseigne-t-il auprès du personnel quand il veut trouver un document?


 


Là aussi, question facile sur le "parfaitement autonome".


 


Ça veut dire quoi parfaitement autonome ?


 


Cas 1 : l'usager n'en a rien à foutre de la collection, il vient pour avoir un siège et une table, ou pour se réchauffer, rencontrer ses potes ou ses copines. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 2. L'usager ne vient que pour rencontrer du monde et papoter un peu. La collection l'intéresse moyennement, juste pour feuilleter un journal ou une BD. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 3. L'usager consulte la collection et n'ose pas demander quoi que ce soit. Il cherche. Fouiller dans la collection (fouiller le web), ça tient autant du voyage, du dépaysement que la lecture du livre.


Parfois on fait des découvertes quand on sort des sentiers battus, quand on fouille, quand on gratte. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 4. L'usager veut savoir quand un livre (qu'il a vu), va revenir, ou s'il est présent dans la collection. Il consulte l'Opac. Sans Opac, il consulte l'Opac humain qui possède l'info. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 5. L'Opac est consultable en ligne, l'usager regarde de chez lui. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 6. L'usager sait qu'il va gagner du temps à regarder droit dans les yeux le bibliothécaire et lui demander s'il a l'un ou l'autre titre de la liste établie aux petits oignons par ses soins. Il est parfaitement autonome.


 


Cas 7. L'usager te demande de lui choisir un livre dans tel ou tel domaine, pour son mari, pour son gamin qui aime le polar ou les romans qui font peur, pour sa mère qui vient en vacances. Il est parfaitement autonome.


 


Dans tous les cas, l'usager est parfaitement autonome. Et pourtant, tu as une multitude d'attitudes.


 


Peut-être 1 à 2 % sont perdus un court instant. Mais ils regardent et ils imitent les autres.


 


Pour le reste, tu as différentes stratégies d'usage de la bibliothèque et du bibliothécaire.


 


 


3- Offre documentaire


L'offre documentaire de votre bibliothèque est-elle adaptée à tous les publics?


 


Là aussi, question facile.


On peut dire oui, à tous les publics qui fréquentent la bibliothèque. Non à tous ceux qui ne la fréquentent pas.


 


Sauf que les non-fréquentants ont d'autres raisons de ne pas fréquenter.


Les jeunes ont leurs études. Certains achètent leurs livres pour les conserver. D'autres n'ont pas le temps (ne le prennent pas, parce qu'ils préfèrent autre chose : sport, musique, sculpture, peinture, amusement), etc.


 


C'est juste le cas de 60-70 % de la population.


 


Si non, pensez-vous qu'il soit utile de créer une politique d'acquisition spécifique à certains publics (personnes âgées, personnes aveugles et/ou sourdes, handicapés mentaux, personnes illettrés)?


 


Trois publics différents.


Et tu passes sous silence ceux qui ne pratiquent pas bien le français, ne pratiquent pas le français du tout.


 


Est-ce qu'on doit établir une politique d'acquisition spécifique pour les anglais, les allemands, les italiens, les espagnols, les portugais ou les chinois ? (et bien sûr, on évacuera gentiment les pays de l'Afrique ou de l'Asie, puisque les migrants ne sont pas les bienvenus... enfin, les pauvres, ne mélangeons pas les torchons et les serviettes, hein. Les riches qui peuvent se payer un passeport, pas de problème.)


 


La question se pose pareillement pour les personnes handicapées, mais d'une autre manière.


Doit-on investir pour des personnes handicapées au prorata de leur nombre (et de leur fréquentation), ou bien créer de véritables structures qui leur sont dédiées ?


 


Heureusement, ils ne nous ont pas attendu pour se pencher sur la question.


 


Et c'est tant mieux, parce que nous sommes plutôt ridicules avec nos offres faméliques, parce que trop clairsemées (quand on en a)... ou alors réservées aux bibliothèques riches (ce qui ramène à la question de structures dédiées)


 


pensez-vous qu'il soit utile


 


Oui, c'est évident. Les moyens pour le faire le sont moins.


Nouvelle question facile, qui enfonce des portes ouvertes.


 


Que peut-on faire pour les illettrés ?


 


- Leur foutre la paix.


- Les aider dans leurs démarches s'ils le souhaitent.


- Leur apprendre à lire ?


 


 


4- Les publics empêchés et éloignés


 


Classer les publics suivants selon leur appartenance aux publics empêchés ou aux publics éloignés :


les personnes en milieu hospitalier


les handicapés mentaux


les handicapés physiques


les personnes en situation d'illettrisme


la population carcérale


les jeunes des « quartiers sensibles »


les personnes âgées à domicile


 


Question sans grand intérêt, tu peux le faire toi-même. :wink:


 


Pour les jeunes des quartiers sensibles, j'adore le mot sensible, car ça veut dire qu'il y a des jeunes de quartiers insensibles. Ou des jeunes insensibles dans les quartiers. Insensibles à la culture ? (telle que nous l'offrons ?)


 


Par contre, vis-à-vis de la question 5, donne-moi donc les publics que tu veux faire venir à la bibliothèque.


 


5- Les actions hors-les-murs et leurs destinataires


 


Bien, on arrive enfin à la vraie question de ton sujet.


 


Une nécessité ou une option ?


 


Option facultative... dépendant des conditions atmosphériques (temps, personnels, moyens, volonté d'animation)


 


Pensez-vous qu'aller à la rencontre des publics en sortant de la bibliothèque fait partie de vos missions en tant que bibliothécaire ?


 


Êtes-vous formés à ce genre d'actions ?


 


Même formé, on ne peut pas être à la foire et au moulin.


Cependant, avec un véritable service à la clef, on peut sortir "hors-les-murs" grâce à l'Internet, sans vraiment bouger. Facebook, Twitter, guichet questions-réponses.


 


 


Classer, dans l'ordre, les objectifs de ces actions :


 


- sortir de la bibliothèque dans le but de faire venir les personnes à qui sont destinées ces actions en bibliothèque


 


Sortir de la bibliothèque pour apporter un réel plus au service bibliothèque.


 


- assurer une meilleure visibilité à la bibliothèque ( publicité)


 


Montrer ce que l'on sait faire.


 


- des actions qui s'inscrivent dans la volonté d'une démocratisation culturelle


 


Offrir des carrés de chocolat aux passants... Oups !


 


Les trois éléments sont liés.


Mais comme la réponse est courte.


Je dirais tiercé :  2 1 3


 


Quel est, selon vous, le principal public à viser dans ces actions hors-les-murs ? Pourquoi ?


 


Les mangeurs de chocolat.


Parce que nous avons les mêmes valeurs !


Et ils seront présents lors du tea-time organisé à la bibliothèque. Ou hors des murs... Ou l'un et l'autre.


 


Cependant, la question est bonne : quel public je vise avec mes actions hors-les-murs ?


C'est une des premières réflexions à mettre au point avant de se lancer.


 


A viser tout le monde, on ne touche personne... parce qu'on n'est pas au bon endroit.


 


6- Le partenariat


Un partenariat avec les structures (associations, hôpitaux, prison, écoles) est-il nécessaire afin de mettre en place ces actions ?


 


Là encore tu réponds déjà à ta propre question.


On n'entre pas dans les hôpitaux, dans les prisons ou dans les écoles avec sa seule bonne volonté.


Ces établissements possèdent des règles très strictes et des protocoles hiérarchiques à suivre sous peine d'être éconduits.


 


7-Les obstacles


 


Quels sont, selon vous, les obstacles à la mise en place d'actions hors-les-murs?


 


Les conditions atmosphériques.


Celles évoquées plus haut.


Et les vraies conditions atmosphériques.


Plus l'organisation et le garage des chariots pour déplacer la bibliothèque en dehors des murs.


 


Et l'évidente mauvaise volonté des financiers de la commune à vouloir nous payer des tablettes de chocolat de bonne qualité.


 


 


Bien, pour l'avoir lu trois fois, ton questionnaire n'est intéressant que dans les trois dernières questions.


J'aurais peut-être dû le lire quatre fois, qui sait s'il n'y a pas un lien entre nombre de lectures et intérêt à trouver aux questions.


 


Essaie de relancer un autre questionnaire avec plus d'opportunisme, de mordants et plus en rapport avec ton sujet.


 


 


1-Mission/ Priorité de la bibliothèque hors-les-murs


Selon vous, la bibliothèque hors-les-murs a-t-elle vocation à être


 


- culturelle


- éducative


- sociale


- une zone de médiation


- un espace d'animation


- un lieu où déguster du chocolat


- autre chose


 


Trois choix possibles, et plus pour les gourmands.


Vous pouvez aussi donner la marque de votre chocolat préféré. ("les" marques serait un bonus appréciable)


 


Tu peux être plus polémique, plus mordante.


 


Est-ce que vous pensez :


Que les missions culturelles l'emportent sur les missions éducatives, sur les missions sociales ?


Que la collection est primordiale et prédomine tout ?


Que la médiation ne vaut rien sans une bonne dose d'animation ?


Que sans chocolat, une animation est raplapla ?


 


Que la bibliothèque hors-les-murs, c'est un passe-temps pour bibliothécaires désoeuvrés ?


 


Quand on va à la pêche, on peut utiliser de la dynamite.


 


 


3- Offre documentaire hors-les-murs


L'offre documentaire de votre bibliothèque hors-les-murs est-elle adaptée à tous les publics?


 


 


4- Les publics empêchés et éloignés


 


D'après vous, qui doit-on cibler en premier pour des actions hors-les-murs


les usagers classiques


les non fréquentants


les personnes en milieu hospitalier


les handicapés mentaux


les handicapés physiques


les personnes en situation d'illettrisme


la population carcérale


les jeunes des « quartiers sensibles »


les personnes âgées à domicile


 


 


Voilà une réponse possible à ton questionnaire.


 


 


Tu remarqueras aussi que tes questions sont très souvent fermées.


 


Exemple :


5- Les actions hors-les-murs et leurs destinataires


Une nécessité ou une option ?


 


On n'a pas trop le choix des réponses, tu les télécommandes par avance. Blanc ou noir. Merci de valider.


 


5- Les actions hors-les-murs et leurs destinataires


Pensez-vous que ces actions soient utiles ?


 


Si oui, pourquoi ?


Si non, ne reprenez pas un carré de chocolat noir à la case départ.


 


La question est ouverte et appelle plus de réponses.


 


Un questionnaire où toutes les réponses sont cloisonnées n'est plus un questionnaire. C'est une manipulation qui cherche à valider un effet.


Questionnaire fermé, à quoi bon répondre ?


 


Si tu n'offres aucune place aux explications, tu ne peux pas te laisser surprendre... ni apprendre.


 


Et tu dois aussi te mettre à la place du répondant :


Va-t-il trouver intéressant ce que je lui propose ?


Est-ce que j'aimerais répondre à mon propre questionnaire ?


Est-ce que j'aimerais classer dans l'ordre des parfums de glace, dont le goût est quasi identique ?


 


Pas très captivant.


 


En plus, tu n'as pas de chocolat à proposer.


C'est un questionnaire de dégonflée.


Pffff !  :drool:


  Bernard


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...