Aller au contenu

Abonnement médiathèque et enquête policière


fanch
 Share

Messages recommandés

Dans le livre d' Élèna Piacentini, Des forêts et des âmes, dont je ne peux que vous conseiller la lecture (et pas seulement parce qu'il fait partie de la sélection finale pour les trophées de l'association 813, les amis des littératures policières), l'un des enquêteurs détaille les éléments de la fouille de l'appartement d'une victime.


Il déclare alors: 


"J'ai trouvé aussi un abonnement à la médiathèque. Je vais me faire envoyer la liste des livres qu'elle y a empruntés."


Pour conclure: "C'est tout." (sous-entendu, c'est tout ce que j'ai trouvé aujourd'hui)


 


Et pour l'abonnement, c'est vraiment tout. On n'en entendra plus jamais parler. À croire que les lectures de la victime (une femme-flic hackeuse, un peu dans le genre de la Lisbeth Salander de Stieg Larsson en plus soignée mais aussi secrète) n'ont d'intérêt ni pour l'enquête ni pour l'étude de la personnalité de la victime...


Triste.


 


Pour me consoler, je me noie dans l'intégrale du 87ème district d'Ed Mac Bain... Pas comme ça que je vais rédiger mes candidatures spontanées! Et puis je tombe sur le dialogue suivant (dans Après le trépas) - il s'agit d'un enregistrement par micro caché.


 


FLETCHER: Tu as lu ça?


MISS ORTON: Qu'est-ce que c'est?


FLETCHER: Ça.


MISS ORTON: Non. Je n'aime pas ce genre de livres.


FLETCHER: Alors pourquoi l'as-tu acheté?


MISS ORTON: Je ne l'ai pas acheté. C'est Maria qui me l'a offert pour mon anniversaire. Ce que je disais, c'est que nous devrions fixer une date maintenant... Une date provisoire. Qui dépendrait de celle du procès.


FLETCHER: Hmm.


MISS ORTON: En comptant large, tu comprends. Ce sera sans doute un long procès, tu ne crois pas? Gerry?


FLETCHER: Hmm?


MISS ORTON: Tu crois que le procès sera long?


FLETCHER: Comment?


MISS ORTON: Gerry?


FLETCHER: Oui?


MISS ORTON: Où es-tu?


FLETCHER: Je jetais seulement un coup d'œil à certains de ces bouquins.


 


Question de l'inspecteur Carella: qu'est-ce qui, dans la bibliothèque de Miss Orton, a tant troublé Fletcher?


 


Bonne fin d'été!


 


Fanch


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Disons que si la personne est décédée, la CNIL ne va (peut-être ?) pas dire quoi que ce soit. Surtout si les lectures (par un policier) peuvent aider à résoudre son meurtre. :wink:


 


Mais, on peut aussi se pencher sur l'idée que :


- si les lectures d'une personne pouvaient révéler son meurtrier, ou à défaut, la personnalité de la victime, on aurait des policiers au milieu des bibliothécaires depuis des décennies.  :D


 


Imaginons un peu plus loin : y aurait-il des livres maudits, qui attirent les tueurs sur les victimes ?


Le bibliothécaire serait-il coupable de conseiller ce genre de livres ? (assassin par tueur interposé ?)


Pourrait-il seulement lire ce genre de livres sans en subir la malédiction ?  (hécatombe parmi les bibliothécaires ?)


 


Là, c'est sûr, on aurait une profession à risque... toute nouveauté deviendrait un risque majeur... une profession pour des aventuriers et des aventurières, en recherche de frissons... :thumbsup:


   Bernard (qui ne sait pas pourquoi Fletcher regardait ces "bouquins", parce qu'ils avaient été volés à la bibliothèque du coin, ou alors parce que la victime était salement en retard et que, lassés, les bibliothécaires avaient rendu justice ? Il faut pas abuser de la patience des bibliothécaires ! :yes: )

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...