Aller au contenu

liste d'acquisition et médiation : accès aux épreuves et services de presse éditeurs


stephanieC
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


Je me permets de lancer un sujet qui concerne l'accès des bibliothèques à l'information en provenance des éditeurs : épreuves, SP, quels sont les relais qui permettent de travailler en amont les acquisitions, la médiation également et de rendre visible vos actions (et votre recommandation) auprès des acteurs de la chaîne ?


 


En juin dernier, un article était paru sur Livre Hebdo (et plus récemment sur Lettresnumeriques) et annonçait le lancement d'un outil à vocation interprofessionnel et communautaire appelé NetGalley, dont je suis la chargée de relations prescripteurs.


 


NetGalley est une plateforme en ligne qui permet aux éditeurs de diffuser leurs épreuves et services de presse à destination de lecteurs professionnels (bibliothécaires, libraires, journaliste, etc.) et influents (blogs). 


Depuis le lancement, nous avons accueilli des bibliothécaires de la BM de Lyon, Troyes, Paris, Colombes, et bien d'autres qui nous encouragent à poursuivre notre travail d'information auprès des BDP (en août) et des associations (commission numérique, LibFly, etc.).


Les bibliothèques sont un enjeu fort pour nous, pour les éditeurs également, tant l'accès aux épreuves et SP est restreint et la relation éditeur/bibliothécaire souvent "à intermédiaires multiples"...


 


L'objectif de NetGalley (accessible gratuitement) est de vous permettre un accès simplifié aux épreuves (que vous choisissez) pour travailler vos acquisitions et un lien plus direct avec l'éditeur pour tout action de médiation. 


> Vous trouverez toute l'information à destination des bibliothèques ici.


 


Si le service de diffusion francophone est tout jeune, son jumeau anglophone a, quant à lui, dix ans d'existence, et un partenariat de longue date avec la ALA, le syndicat des bibliothécaires américains. C'est donc dans cet esprit que nous espérons voir grandir le service ici, auprès des relais du livre, et avec la présence de deux éditeurs pionniers sur la plateforme déjà : Hachette et Editis littérature. En attendant de nouveaux catalogues, indés, jeunesse, variés. Variés.


 


Vos retours nous seront précieux, votre expérience aussi, chaque lancement convoquant l'attente fébrile et l'enthousiasme grandissant des débuts...


 


Stéphanie


(infoFR@netgalley.com)


 


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon, tout ça méritait un petit tour. Pour une fois que nous sommes reconnus comme prescripteurs. :wink:


 


Alors, ce qui ne va pas :


 


- Les CUG, en anglais.  (J'espère qu'elles vont être traduites, que l'on constate combien on va être pisté et nos usages analysés : il faut bien être le produit quelque part. J'ai noté pas moins de 4 cookies, si ce n'est plus sans doute 6 à 8, pas mal pour un seul site.)


 


- Gestion des données à caractère personnel, idem, en anglais (à traduire)


 


- Le fait de devoir solliciter une DRM adobe digital, (dont on sait qu'ils espionnent les personnes d'une manière très très très large)


[Perso, je ne lis que les Epub ou PDF libres (qu'ils soient watermarketés ou pas), c'est-à-dire sans DRM... avec des logiciels open source. Si on veut des avis, comme pour les services de Presse papier, on fait confiance aux lecteurs. (Et là, quand on sait combien il est facile de scanner un livre papier en moins de deux heures, on voit bien que les éditeurs ont confiance !)]


 


- Je n'ai pas noté d'endroit (évident) où on peut supprimer son compte. Ce n'est pas normal... sauf si on est considéré comme un produit.


 


 


Après on peut "solliciter" un livre (enfin un accès). Sans doute auprès de l'éditeur, mais ce n'est pas clair.


Pas clair non plus sur qui accepte, ou qui refuse la sollicitation puisqu'il faut être adoubé à 80 % de feedbacks.


 


Et potentiellement avoir un blog où on discute de ses lectures.


Là, on m'excusera, mais je ne vois pas trop l'intérêt de passer par un site comme NetGalley si on peut obtenir directement des services de presses papier... que l'on mettra dans ses rayons.


 


Babelio lance régulièrement des opérations de ce genre... sans que les éditeurs soient frileux. Ni ne mettent des cadenas à leurs livres.


 


Si vraiment les éditeurs sont hyper-frileux, type ours polaire à poils (ou sans poils) au milieu du blizzard, pourquoi ne pas mettre juste les trois premiers chapitres en lecture immédiate sur un tel site, en attendant le reste de la sollicitation.


En deux-trois chapitres, on peut déjà donner un avis. Rien que savoir si on a envie de continuer ou pas.


Et l'éditeur peut confier son ouvrage à ceux qui veulent vraiment continuer... Avec ce système, on a déjà un aperçu de lecteur, sans crainte de voir son livre partir dans le vent. Et NetGalley aurait ainsi plusieurs avis de lecteurs à montrer pour inciter d'autres éditeurs à venir tremper leurs premiers chapitres.


 


 


Bien, la série des "peut mieux faire" étant établie, passons aux éléments agréables :


 


- Le site est clair et facile d'utilisation


- Le catalogue, même jeune, est déjà bien achalandé (236 livres à ce jour). Un peu moins au niveau de la jeunesse. Et certains catégories sont vides. (A ce niveau, on regrette l'absence de flux RSS sur les catégories, qui permettraient de s'abonner et voir les nouveautés apparaître sans avoir besoin d'aller cliquer sur chaque genre)


- On y est correctement accueilli.


 


Sinon, il peut servir à repérer les prochaines nouveautés à paraître. Et ce qui enthousiasme les lecteurs.


Une piste intéressante avant de passer en librairie, (et d'y lire sans DRM ? :tongue:)


 


 


Au final, je ne peux pas dire que ce site soit, en l'état actuel, pour moi.


En particulier s'il faut installer une de ces :angry: de DRM !


 


Les DRM, c'est non.


Parce que, bibliothécaire, ce n'est quand même pas le nombre de livres à lire qui me manquent.


Et j'ai d'autres sources de recommandations.


 


J'ai aussi l'étrange impression d'être considéré comme un produit. (Un dindon)


Des CUG aux données personnelles, en passant par les cookies (que l'on me conseille de conserver), plus l'obligation de "solliciter le maître", alors que je vais lui rendre service, ça fait beaucoup pour un faible retour : je ne vais pas obtenir le livre papier gratuitement en retour... je vais encore devoir le payer, plein pot pour ma bibliothèque !


 


Peut-être qu'un lecteur qui n'achètera pas le livre va y trouver plus d'intérêt, mais pour moi bibliothécaire, l'investissement, temps + commentaires (même au travers de clics) ne me paraît pas pertinent... sauf à lire les commentaires des lecteurs ! Plus accessibles que les oeuvres. :D


 


Le projet reste intéressant, mais avec un accès plus rapide et moins entravé.


   Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 5 months later...

Bonjour à tous,

 

Et merci @B. Majour pour le détail de votre réponse, les questions qu'elle soulève et les problématiques qu'elle pose.

Le temps a filé bien vite depuis cet échange, et j'ai été absente également longtemps : je reviens désormais, et reprends le fil de cette conversation, ou plutôt de cette annonce, qui j'espère, pourra devenir conversation.

 

Nous avons présenté l'outil aux bibliothèques francophones, Lirtuel notamment, les choses avancent donc, et chaque bibliothécaire intègre l'outil et le détourne même selon ses besoins, faisant de NetGalley un relai mais aussi créant de nouveaux usages que je trouve très stimulants et dont il faudrait parler de vive voix.

 

A ce sujet, nous serons présents au Salon du Livre, sur le stand W15 et voici également le programme de notre stand : nous accueillons plus particulièrement le jeudi après-midi, lors d cela journée professionnelle, les bibliothécaires et documentalistes sur le stand, de 13h à 15h, certains bibliothécaires utilisateurs passeront sur ce créneau afin de parler de l'outil de façon concrète.

 

 

Plus qu'un échange prolongé sur ce forum, une discussion de vive voix avec chacun de vous serait plus efficient, outre la dimension humaine qui s'y joint nécessairement.

N'hésitez donc pas à venir sur le stand pour toute question, suggestion également, le réseau des bibliothèques françaises demeure un enjeu fort pour nous, aux côtés des associations ou institutions francophones présentes.

 

A vous,

 

Stéphanie Chabert

 

PS : @B. Majour, les CGU sont en cours de révision. Nous sommes, en France, une tout toute petite structure, chaque mouvement juridique prend du temps et étant en charge de la traduction, j'ai préféré confier à une instance juridique spécialisée la vérification des CGU, qui sont en cours de révision : c'est la raison pour laquelle elles sont momentanément en anglais.

programmeSalondulivre2016_NetGalley.pdf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...