Aller au contenu

Le poème de la bibliothécaire - en alexandrins, s'il vous plaît !


Lorette Ipsum
 Share

Messages recommandés

Assise à mon comptoir, guichetière à loisirs


Cet imposant comptoir (ah ! l’Administration !)


J’accueille mon public avec un franc sourire


Et réponds sans faillir à toutes les questions :


 


Mais où sont les WC, gentille demoiselle ?


(Moi, demoiselle ? ah, non, tu fais erreur, ami !


Car je suis dame avec trois enfants et mari).


Puis-je vous donner ça à mettre à la poubelle ?


 


Et le dernier Angot, vous l’avez acheté ?


_ Oui, je l ai même lu – prenez, si vous aimez


Le style cru d’un livre écrit avec les pieds.


Mon chien a fait pipi, vous pouvez essuyer ?


 


Mais voilà nos ados pleins de flegme et d’hormones


Qui,  tels de fiers vaisseaux,  glissant vers le coin presse


Ne manqueraient pour rien de reluquer mes fesses


Les préférant sans doute aux jupons des matronnes.


 


Puis enfin tout se calme. Avec un long soupir


Une mamie bien lasse appuyée sur sa canne


Me tend son sac à main qu’elle peine à ouvrir


Pour en extraire le dernier Dona Kauffman


 


On me rend du Artaud au milieu des Nothomb


Je conseille Aragon à qui veut Bonnefoy


Mais sans malice aucune, en toute bonne foi !


Et je bipe à grands coups de scannette à piston


 


Et je bipe et je bipe au milieu des Bonjour !


Des Au-revoir Madame et des Bonne soirée


Et je range les livres que vous déposez


Empilés par 25 – un cauchemar en tour !


 


Assise à mon guichet mais bien souvent debout


Je range, cherche, oriente, assiste et oblitère


Libraire sans clients, éditeur sans le sou


Mais passeuse de mots, moi, bibliothécaire.


 


 


Vous fais-je grâce du derneir quatrain ? non, allez, juste pour le fun :


 


On réprime parfois un grand rire sonore :


_ C’est pour quand, le bouquin ? Mettez-moi un tampon


_ D’accord pour le tampon, mais où dois-je le mettre ?


(ça, je ne le dis pas, mais le pense très fort !)


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Veux-tu nous dire ainsi que tu pourrais poster


ton avis , ton vécu, le coeur de ton métier 


non point en simple prose mais en mots versifiés


et ce sur toute chose et sans te fatiguer ?


 


Si c'est le cas, Lorette, ne te fais pas prier


car si d'aucuns écrivent leurs livres avec les pieds


nous préférons ici par douze les admirer


plutôt que comme certains tes fesses reluquer !


 


Alors, chiche, Lorette, nous sommes à tes pieds.


raconte nous encore ce que de ton guichet


tu peux apercevoir de ta réalité, 


fût-ce une petite vieille qui irait aux WC ! :yes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 weeks later...

Vis ma vie de bibliothécaire : aujourd'hui la contribution de Ferris, pas en alexandrins certes, mais sa version audiardienne vaut aussi le détour. Merci Ferris, tes insomnies ont décidément du bon :thumbsup: 

 

Ferris, (le) 03 Mai 2013 - 05:40, a écrit :

 
Les filles, vous avez fini avec vos armoires, bordel, on ouvre dans 10 minutes et y a des bouquins partout. Isa, pourquoi il est plein ce chariot de retour et pourquoi ma scanette est crashée sous cette saloperie de piles de mangas de merde ? Ferris, t'as qu'à aider au lieu de gueuler, vient pousser le bureau de prêt, ça coince. Eh oui,ma pauvre Bouille, forcement que ça coince, le cable RJ45 est pris sous le pied, arrête de tirer ! 8 minutes et j'ouvre, c'est déja la foule dehors et y en a qui se marrent à nous zieuter ! Les enfoirés ! Attends, michmaa, tu vas voir comment je vais te les soigner à l'ouverture, moi, tes rigolards ! Mais quel est le con qui a dit qu'on aurait largement le temps de ...

Cherche pas Candice, c'est moi, le con. Pas bien estimé, mal vu, ça arrive...Deux heures c'est trop court pour réaménager l'espace ados. Bon ben maintenant on le saura, c'est tout, tu vas pas nous en chier une pendule, non ?. C'est à qui les godasses, tu bosses pieds nus  Hypathie ! bonjour la sécurité... Bon , on finira demain. Planque moi ce truc vite fait, ah non, c'est les lunettes à Bouille. Non, Oliburuzainak, t'as plus le temps d'en griller une, on ouvre dans 1 minute. Allez, on se redresse la choucroute, on remet les chemises dans les pantalons et on prépare son sourire service-public spécial retraités, c'est leur jour. Virginie, tu remets tes bas, t'en fait toujours trop. Ah c'était pour pas risquer de les filer, et c'est pas des bas ? excuses j'y connais rien, OK. Il disait quoi Arot à propos de la crispation ? le bouquin de Zep sur mon siège, c'est de la provoc à deux balles ou c'est juste pour faire chier ? Top, Virginie, tu ouvres, qui a les clés ? Bouille rends les clés c'est pas le moment ! quelle gamine celle-là, pire qu'une bénévole! Bernard, les lumières bordel, on voit que dalle à l'accueil.

 
Bonjour madame Paloma, et vos petits Kaltenbrunner, y vont bien j'espère !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonne idée de le replacer ici, Isalabib ! Je me suis étouffée de rire avec ma tartine ce matin en lisant l'oeuvre de Ferris.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...