Jump to content
Lililila

changement horaires face à fréquentation trop forte

Recommended Posts

Lililila

Bonjour,

Allant un peu à l'encontre des problématiques habituelles, nous faisons face dans notre petite médiathèque intercommunale à une trop grande fréquentation à certaines heures d'ouverture (samedi matin 9h-12h) et nous posons la question de comment faire face à cette affluence.

 

Avez-vous eu à faire face à une trop grande fréquentation de la médiathèque par rapport au personnel présent et quelles solutions avez-vous envisagé ?

 

Je précise que le samedi il y a une seule bibliothécaire professionnelle pour accueillir le public, que nous faisons entre 500 et 600 prêts/retours avec autour de 300 prêts . Le chariot se rempli très vite, les piles de livres à côté du charriot font 1 mètre de haut, les lecteurs font la queue au prêt et il devient impossible de les conseiller, de les inscrire... Bref, l’accueil du public se dégrade.

Nous envisageons un réaménagement de la banque d'accueil pour fluidifier et rendre la circulation plus aisée, mais cela ne suffira pas à mon avis.

 

Les ouvertures actuelles sont : lundi 16h30-18h (fréquentation peu importante, mais lecteurs fidèles et demandeurs de conseils), mercredi 16h-18h (grande fréquentation, mais nous sommes deux professionnelles à assurer l'accueil) et samedi 9h-12h (de plus en plus problématique). Nous sommes deux salariées pour 1ETP et une seule bénévole qui n'intervient que le lundi et pour des tâches autres que l’accueil du public.

Nous aurions aimé être deux professionnelles chaque samedi, mais notre temps de travail a déjà doublé récemment (passage d'un mi-temps à 1 ETP) et n'évoluera pas dans les proches années à venir. Si nous sommes présentes toutes les deux tous les samedi cela serait plus confortable, mais notre temps de travail est très restreint et nous serions obligés de fermer le lundi (les élus et le public ne le voudront jamais) ou d'enlever du temps de travail interne ou d'accueil des classes (ce qui sera très très compliqué, puisque nous en manquons aussi, 12 classes sur le secteur que nous accueillons régulièrement et qui aimeraient venir plus, 1 RAM et 1 crèche que nous avons du mal à accueillir également faute de temps, une politique documentaire en cours de rédaction, un désherbage rarement fait faute de temps, etc.).

Nous envisageons le recrutement de bénévoles, mais sur le secteur toutes les associations en manquent cruellement et ce n'est pas évident de trouver des personnes compétentes disponibles le samedi (serait l'objet d'un autre fil de discussion).

 

Nous nous demandons si ouvrir plus permettrait de "désengorger" le créneau du samedi matin ?

Est-ce que d'ouvrir un créneau supplémentaire va permettre au public existant de venir à d'autres moments ou au contraire, est-ce que ça va attirer de nouveaux publics, ce qui serait une bonne chose pour la médiathèque mais multiplierait le problème de l’accueil du samedi sur un créneau supplémentaire ?

C'est un comble, nous en sommes presque à espérer que le public soit moins nombreux !!!

 

Et si ouvrir plus souvent, quand ouvrir ?

Le vendredi soir 17h-19h  ? Le samedi 10h-14h pour élargir un peu le créneau ? Notre chef de service nous suggère le dimanche matin... Notre public du samedi matin est surtout familial.

 

Avez-vous eu à faire face à une trop grande fréquentation de la médiathèque par rapport au personnel présent et quelles solutions avez-vous envisagé ?

Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Bonjour Lililila

 

On connait tous plus ou moins ce problème. On appelle ça "l'usine". Qualité de l'accueil dégradée, mediation inexistante, perception de ce moment comme une corvée etc...bref rien que du négatif.

 

Si je comprend bien, tu n'es pas ouverte le samedi après-midi ? A mon avis, d'expérience en tous cas, c'est la première solution à envisager (au risque d'ailleurs que ce nouveau créneau devienne pléthorique, ce qui ne fera peut-être que repousser le problème mais tu auras tout de même offert un choix de répartition au public entre le matin et l'après-midi). Dans toutes les structures que j'ai faites c'est le samedi après-midi qui attirait le plus de monde, juste avant le mercredi après-midi.

 

Quitte à supprimer le lundi.

 

Le tout, dans ces cas là, c'est de demander aux élus d'accepter l'idée d'une période-test, avec donc la possibilité de revenir dessus si ça ne marche pas au bout d'un an minimum. Tous n'acceptent pas facilement...Proposer préalablement l'envoi d'un petit questionnaire aux usagers sur les modifications de l'amplitude horaire, leurs créneaux préférés etc...Il y a un petit médiathème de l'ABF sur les ouvertures, qui regorge d'exemple de pratiques et de retours d'expérience la-dessus.

 

En tous cas ce sont pas des prolongation en soirée ou une ouverture du matin repoussée à 14h qui modifiera le tableau. On joue à la marge, un peu comme pour ton lundi.

 

Evidemment, sinon, il y a les banques automatisées de prêt/retour. Mais ça c'est si tu gagnes au loto :cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

Bonjour

 

Ah, là ça me rappelle le temps où j'étais bénévole. :wink:

 

Ouverture :
Lundi de 16h à 18h
Mercredi de 14h à 16h
Et samedi de 9h30 à 11h30

Total 6 heures d'ouvertures.


Effectivement, avec une affluence intense le samedi matin, et parfois des piles de 200-250 livres sur certains jours et la queue en banque d'accueil.

 

Je regarde ton cas, et je compte :

 

Ouverture :
Lundi de 16h30 à 18h => 1h30
Mercredi de 16h à 18h => 2h00
Et samedi de 9h00 à 12h00 => 3h00

Total 6h30.

 

Soit comme une petite structure bénévole.

Or vous êtes médiathèque intercommunale.

 

Il faudrait aussi savoir s'il y a un marché le samedi matin, ou une école de musique.
Ce qui veut dire plus de fréquentation.

 

Dans notre bâtiment, nous avons une école de musique, ouverte le samedi matin de 9h00 à 13h30, ce qui draine beaucoup de monde sur ce créneau. Idem pour le mercredi après-midi à l'époque. Maintenant les heures de cours ont lieu sur toute la semaine, avec toujours un pic solfège le samedi. D'où une baisse de fréquentation le mercredi, doublée avec celle de l'école le mercredi matin.

 

C'est pourquoi je te pose la question du samedi matin ?
Qu'y a-t-il comme activités le samedi matin dans votre commune ? (pour attirer autant de monde)

 

Ce qui m'interpelle aussi dans votre fonctionnement.
Le mercredi, ouverture 2h00, 2 ETP.
Le samedi matin, ouverture 3h00, 1 seul ETP.

Certes, le créneau 9h00-10h00 ne doit pas être très fourni, ce qui entraîne une congestion entre 10h00-12h00... où le professionnel est tout seul. Alors que deux le mercredi, toute seule le samedi ?

Là, il y a un problème.

 

Lié au fait du 1,5 ETP.
La règle commune c'est un ETP pour 2000 habitants, ce n'est pas pour rien.

 

Comme vous êtes "intercommunal", je n'ose même pas imaginer combien d'ETP vous devriez être pour une ouverture satisfaisante (16h00 par semaine pour le public général dans les petites à moyennes structures).
Tout dépend aussi de la surface de votre médiathèque.

Bref, il faut que les élus prennent conscience du problème et vous passent à deux ETP, minimum. Parce qu'il n'y a pas d'autre solution. Quand une structure prend son élan, il y faut du personnel, surtout s'il s'agit d'une structure neuve.

 

Perso, quand on m'a embauché, j'ai aussitôt organisé les créneaux comme suit :

 

Ouverture
Ancienne => passée à
Lundi de 16h à 18h => créneau maintenu par les bénévoles, reste de 16h00 à 18h00
Mercredi de 14h à 16h => ouverture de 9h30 à 18h00 (avec pause entre 12h00-12h30)
Et samedi de 9h30 à 11h30 => ouverture de 9h30 à 18h00 (avec pause entre 12h00-12h30)

 

Mes bénévoles me fournissent un peu plus d'un ETP.

Le mardi et le jeudi sont réservés pour les classes, maternelles, multi-accueil, etc.

 

De 6h00, on est passé à 18h00 d'ouverture pour le public général et, à présent, il y a rarement des embouteillages en banque d'accueil. Lorsque c'était fréquent le samedi matin sur un créneau aussi réduit que 2 heures.

J'ai aussi une bénévole sur le créneau du samedi matin, parce qu'il y a du monde.
Elle nettoie les livres et les range, sur le créneau 10h00-12h00, pendant que je suis en banque d'accueil, ou à rechercher des documents, etc.
Elles se relaient une fois par 6 semaines, et s'échangent les créneaux en cas d'indisponibilités.
Au besoin, elles peuvent effectuer les prêts et retours.

 

Donc oui, à défaut d'ETP, il vous faudrait des bénévoles sur ce créneau.

 

Il faut passer une annonce en banque d'accueil, et demander si des gens seraient disponibles deux heures par mois. Une petite aide, une fois par mois, est mieux que pas d'aide du tout.

 

- Changer le créneau jusqu'à 14h00 ?
Je dirai non. Mon expérience me montre un tassement après 12h30 jusqu'à 14h00... les gens mangent. Ils reviennent plutôt vers 15h00-15h30.
Ou alors tester 10h00 - 13h00 / 9h30-12h30 pour voir si ça change quelque chose.

 

- Ouvrir le dimanche ?
Si on peut ouvrir le dimanche, avec un temps qui compte double au niveau salaire, on peut augmenter le créneau du samedi à tout l'après-midi, pour le même prix. :thumbsup:
En tout cas, ça montre que les élus sont prêts à faire des efforts pour une meilleure ouverture, donc il faut pousser l'idée de l'ouverture le samedi après-midi. (Oui, le samedi est une journée travaillée pour les bibliothécaires, c'est une contraire métier adaptée au public.)


Autres paramètres à envisager :
- Rallonger la durée de prêt. Si trois semaines, on passe à un mois, en espérant que les gens profiteront un peu de cet allongement, et donc étaleront leurs venues.
- Décaler la cadence des rappels d'une semaine, pour la même raison. (et pour faire des économies de courriers)
- Faciliter l'inscription en supprimant le maximum de papiers à fournir.
- Permettre le téléchargement du formulaire d'inscription en ligne. Ou mieux, permettre de s'inscrire en ligne, afin de préparer la venue des nouveaux usagers.
- Avoir une grande banque d'accueil qui permet d'étaler les livres pour le scannage en cascade, et repliage rapide de la pile... plutôt que scanner les documents un à un. (si douchette et SIGB adaptés au flot rapide du scan)

 

Je rajouterais bien :
- Utiliser un grand fouet, qui claque bien.
- Avoir une tenue punk ou de vampire.
- Garder un fromage corse sous ses pieds, ou un bon vieux munster.
- Avoir un gros maquillage de cinéma : type main tranchée, peau en latex qui pèle.

 

Si les gens ont peur, ils viendront en banque d'accueil à reculons.

- On peut aussi semer des clous et mettre des pièges à loup devant la banque d'accueil.
- Avoir un énorme cactus qui pique, et puis non deux énormes cactus pleins de piquants pour ne laisser qu'un fin passage pour accéder à la banque d'accueil.
- Ouvrir une trappe un usager sur trois, avec un panonceau : tentez votre chance !
- Avoir un doberman ou un boxer hargneux, devant la banque d'accueil, et un fémur humain, avec de la chair sanguinolente dans sa gamelle.
- Pire, avoir un chien très affectueux qui veut embrasser tout le monde.

 

Ça, c'était pour le côté brainstorming à destination des élus.

Sans un demi ETP de plus, voilà les solutions que tu préconises pour ralentir la venue des usagers en banque d'accueil sur ton créneau.

 

On peut encore en trouver d'autres.
- La poignée branchée sur l'électricité à la porte d'entrée est encore plus efficace pour une journée tranquille.

Mais bon, c'est uniquement à destination des élus. Pour leur faire comprendre que tu as envisagé le problème sous plusieurs facettes.
(Enfin, on ne sait jamais, fais gaffe et teste-les un par un, ils pourraient te prendre au mot :drool: )

 

Le problème principal, ce sont les créneaux trop courts.

 

Sur deux heures, c'est embouteillage obligatoire, sauf si on est deux ou plus.

Dernière solution : l'achat d'un deuxième ou troisième chariot. :ahappy:
Ou alors, l'automate de prêt. Moins cher qu'une embauche (?) sur le long long terme... enfin, si elle fonctionne jusque-là.
   Bernard

 

P. S. Ferris me grille sur l'idée de l'automate. "Si tu gagnes au Loto", ben non, ce sont les élus qui devraient jouer au Loto.

Sinon, l'idée serait aussi de demander des bénévoles parmi les élus.  :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lililila

Merci Ferris et Bernard pour vos réponses.

D'abord ça me rassure, et puis me donne quelques retours d'expérience et pistes de réflexions intéressantes.

 

En réponse à Ferris :

"Si je comprend bien, tu n'es pas ouverte le samedi après-midi ? "

C'est ça !

"A mon avis, d'expérience en tous cas, c'est la première solution à envisager (au risque d'ailleurs que ce nouveau créneau devienne pléthorique, ce qui ne fera peut-être que repousser le problème mais tu auras tout de même offert un choix de répartition au public entre le matin et l'après-midi). Dans toutes les structures que j'ai faites c'est le samedi après-midi qui attirait le plus de monde, juste avant le mercredi après-midi. Quitte à supprimer le lundi."

Je crains justement de repousser le problème... mais effectivement proposer de supprimer le lundi pour ouvrir le samedi après-midi me semble positif pour les publics et justifiable auprès des élus.

Je reprend également ton idée de période-test d'une année, qui me semble souhaitable et il faudra effectivement bien le préciser dès le départ, car on a trop tendance à considérer les horaires comme gravées dans le marbre.

 

"Evidemment, sinon, il y a les banques automatisées de prêt/retour. Mais ça c'est si tu gagnes au loto "

Je crois que si on gagne au loto on changerait plutôt tout l'aménagement de la banque de prêt, voire en cas de super cagnotte une nouvelle médiathèque plus grande, car dans nos locaux actuels, je vois même pas où on pourrait installer les banques automatiques ;)

 

En réponse à Bernard :

 

"Il faudrait aussi savoir s'il y a un marché le samedi matin, ou une école de musique. (...)Qu'y a-t-il comme activités le samedi matin dans votre commune ? (pour attirer autant de monde)"
 

Le marché est le dimanche matin (d'où la proposition de réfléchir à une ouverture ce jour là), et le samedi il y a principalement le supermarché, la pharmacie... En fait, c'est surtout le seul moment où les gens peuvent venir en famille, vu nos horaires d'ouverture en semaine (lundi 16h30-18h, mercredi 16h-18h : des fermetures relativement tôt) couplé à un phénomène "cité-dortoir" : nous sommes en milieu rural avec une grande agglomération à 40 minutes où la plupart des gens travaillent. Ils ne peuvent pas venir en semaine avant 18h, donc le samedi matin est le seul créneau possible pour ces personnes et celles qui viennent des villages alentours. D'où la réflexion sur une "nocturne" jusqu'à 20h un soir (le vendredi ?) mais on passerait à côté des familles avec jeunes enfants (le gros du public du samedi matin et du public tout court).

 

 

"Ce qui m'interpelle aussi dans votre fonctionnement.

Le mercredi, ouverture 2h00, 2 ETP.
Le samedi matin, ouverture 3h00, 1 seul ETP.

Certes, le créneau 9h00-10h00 ne doit pas être très fourni, ce qui entraîne une congestion entre 10h00-12h00... où le professionnel est tout seul. Alors que deux le mercredi, toute seule le samedi ?

Là, il y a un problème."

Oui !! Mais le mercredi est à peine moins fréquenté que notre samedi et c'est un moment d'accueil où nous pouvons conseiller, ranger, inscrire, accueillir convenablement le public. C'est aussi notre seule journée de travail en binôme dans la semaine qui commence le matin à 9h30.

 

Lié au fait du 1,5 ETP.

Non en fait c'est deux fois 0,5ETP, soit 1ETP.
La règle commune c'est un ETP pour 2000 habitants, ce n'est pas pour rien.

Nous sommes à 1350 habitants sur la commune de la médiathèque, et à 9500 habitants sur la grande CdC (fusion de trois CdC en 2012), qui comporte aussi deux autres médiathèques. Mais effectivement nous sommes à 3,75 ETP sur l'ensemble du réseau pour 9500 (il manquerait donc 1,25ETP sur l'ensemble et on pourrait facilement mettre 1ETP dans ma médiathèque).

 

"Bref, il faut que les élus prennent conscience du problème et vous passent à deux ETP, minimum. Parce qu'il n'y a pas d'autre solution. Quand une structure prend son élan, il y faut du personnel, surtout s'il s'agit d'une structure neuve."

ils sont bien conscients du problème et il y a eu une grande avancée, puisqu'on est passé de 0,5ETP à 1ETP l'année dernière. Mais il a fallu négocier très durement et la situation de la CdC est telle qu'il ne faudra pas compter sur du temps de travail supplémentaire pendant... un bon moment.

 

"Perso, quand on m'a embauché, j'ai aussitôt organisé les créneaux comme suit :

 

Ouverture
Ancienne => passée à
Lundi de 16h à 18h => créneau maintenu par les bénévoles, reste de 16h00 à 18h00
Mercredi de 14h à 16h => ouverture de 9h30 à 18h00 (avec pause entre 12h00-12h30)
Et samedi de 9h30 à 11h30 => ouverture de 9h30 à 18h00 (avec pause entre 12h00-12h30)

 

Mes bénévoles me fournissent un peu plus d'un ETP.

Le mardi et le jeudi sont réservés pour les classes, maternelles, multi-accueil, etc."

 

Tu es seul à temps plein + bénévoles pour ces heures d'ouverture ?

 

Merci pour les paramètres que tu proposes (cadence des rappels, durée prêt... etc) ça va nous aider à court terme.

Je pensais faire une communication aux lecteurs leur suggérant de venir aux heures les moins fréquentés pour des conseils personnalisés, rappeler encore une énième fois la possibilité pour eux de réserver des documents sur le catalogue depuis chez eux (car une grande partie des demandes le samedi matin est "vous avez le énième Légendaires, Musso, Pancol), mais je comprends qu'ils s'adressent à nous, notre OPAC n'est pas aussi facile d'utilisation qu'Amaz-ne... voilà encore un projet : changer l'OPAC.

 

Bernard, je vois que tu as une grande imagination pour faire fuir les lecteurs :devil: je les garde en tête au cas où !

 

Enfin à propos de "l'idée (...) de demander des bénévoles parmi les élus. "  c'est pas bête :ahappy:, et ça existe d'ailleurs (presque) chez nous avec des anciens élus, porteurs du projet de création de médiathèque. Nous avons aussi la chance d'avoir beaucoup des élus de la commission culture qui sont inscrits à la médiathèque (c'est pas le cas partout). Mais pour le recrutement de bénévoles j'ai demandé à ce qu'on puisse faire un recrutement "officiel" de bénévoles, fait au nom de la collectivité, au lieu de la recherche par bouche-à-oreille dont j'ai horreur. Elle peut donner l'impression que ce sont les salariés, qui n'arrivent pas à faire leur travail sans aide, et ont besoin des bénévoles, alors que non, c'est la collectivité qui n'a pas les moyens d'embaucher suffisamment.

 

Merci encore et je reviendrai sur ce fil de discussion vous tenir informé de ce qu'on a mis en place et des résultats.

En attendant, d'autres retours d'expériences sont toujours bienvenus.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Maguip

Bonjour,

J'ai un point qui me chiffonne dans ce que tu racontes.
Vous êtes 1ETP, 6h30 d'ouverture au public. Donc 28h30 de fermeture.

14 groupes (écoles, bébés), qui ne viennent pas toutes les semaines. En étant généreuse, je leur accorde 7 créneaux par semaine -soit une visite tous les 15 jours pour chaque groupe-, donc à la louche 14h de travail -je compte le temps de préparation à 1h par groupe, alors qu'en pratique on a besoin d'un peu moins, vu qu'on fait plusieurs fois les mêmes ateliers ou presque avec les classes de même niveau. Et je tends à penser que vous n'accueillez pas 7 groupes par semaine. Et ces groupes, tu ne les as qu'en période scolaire, soit 40 semaines par an. .
Restent 14h... (28 pdt les vacances).
Y-a-t-il réellement besoin de 14h de travail interne dans une petite structure? J'en doute...

 

Je te donne l'exemple de mon planning. Temps plein sur une commune de 1000 hbts + une animatrice 4h sur les taps. Sans bénévole.
Ouvert 23h au public.

800 visiteurs par mois en moyenne, 1250 prêts mensuels en moyenne. 600 inscrits.

300 accueils de groupe par an, dont certains sur des temps d'ouverture au public (taps 4/semaine, CLSH 1/semaine, BB lecteurs 1/semaine, club lecture, atelier bricolivres, et actions ponctuelles, et les 7 classes que je touche (qui viennent peu, 2 ou 3 fois par an, mais ça a tendance à augmenter. Avant mon arrivée elles ne venaient pas du tout).

Quand les animations sont sur des ouvertures, je mets un panneau sur mon bureau "en animation, je m'occupe de vuos dès que possible. Sinon notez vos noms et livres empruntés" et je mets un tableau à remplir. Les groupes sont prévenus que je peux m'interrompre qq minutes dans ces cas-là. Je propose les créneaux les plus calmes.

Donc 12h interne sur lesquelles j'ai en moyenne 2 accueils ou animations à préparer -je n'anime pas les taps.
Le temps d'ouverture étant très large, les lecteurs viennent "au compte goutte". J'ai parfois 15 à 20 lecteurs à la fois, mais plus souvent 3 ou 4.

Ma bib est jà 100m de l'école, et le gros de la fréquentation est le soir à la sortie des classes.

 

Ca te donne une base de comparaison.

 

C'est une façon totalement différente d'envisager le travail. Ouvrir beaucoup pour étaler la fréquentation. Vu que j'ai peu de monde à la fois, je peux avancer sur mes dossiers "internes", faire du catalogage ou de la couverture entre deux lecteurs, ou ranger les livres, faire du classement systématique sur une étagère, préparer mes tables thématiques, bricoler une affiche, lire la presse pro, tout le travail qui peut être fait en fractionné. Je ne me lance pas sur des gros dossiers quand j'ai du monde.

 



 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lililila

Bonjour,

 

Effectivement nos deux situations sont comparables. Nous sommes à 530 inscrits, mais pour une population communale de 1400 hab, mais à vocation intercommunale avec 4500 hab environ. Nous sommes à 700 à 800 visiteurs et 530 lecteurs actifs et un moyenne mensuelle de 1400 prêts. Donc un peu plus que chez toi mais tout concentré sur les 6h30.

 

Pour préciser les choses : nous ne sommes pas à 1 temps plein, mais 2 fois un mi-temps, deux personnes donc, ce qui demande du temps de concertation. C'est une richesse, mais il y a un temps d'échange à ne pas négliger.

Un quart à un tiers de notre fonds est tournant, car prêté par la bibliothèque départementale. Est-ce le cas dans ta bib ? Nous avons un budget en augmentation (2,95€/habitant commune, mais seulement 0.85€ à échelle interco), mais un fonds assez pauvre, qui fait qu'on passe beaucoup plus de temps à réserver des choses auprès de la bibliothèque départementale, les rendre, les refaire venir qu'a enrichir notre fonds par des achats. 

Nous travaillons actuellement à la rédaction d'une politique documentaire de réseau. Nous avons une navette à faire fonctionner entre nos 3 médiathèques de réseaux et travaillons avec des bibliothèques relais où ne travaillent que des bénévoles (temps de formation, communication, animation). Pour ma médiathèque nous n'avons qu'un relais pour le moment. Nous sommes en milieu rural et les réunions de concertation entre médiathèques nous demandent 1h de temps de trajet (nous en avons 2 par mois en ce moment), 2h pour aller en librairie ou à la bibliothèque départementale pour le choix de livres et CD (le bibliobus qui existe encore, mais pour combien de temps, vient deux fois par an, ça prend toute la journée). Nous profitons des vacances pour aller en librairie, accueillir le bibliobus, désherber.

 

Ta façon de travailler est intéressante, et ce n'est clairement pas comme ça que les choses ont été pensées jusque là dans la bibliothèque où je travaille, aussi je te remercie de ton message, ça ouvre des perspectives. Je suis assez admirative, et j'ai du mal à imaginer que tu puisse faire tout ce qu'il y a à faire en présence de public ou en étant sans cesse coupé dans ce que tu fais. En même temps je l'ai déjà fait en travaillant en CDI de collège (ouvert 28h aux élèves sur 36h, mais bon avec un budget et un fonds qui n'a rien de comparable en nombre avec celui d'une médiathèque) et c'était assez épuisant ;)

 

Je me pose quand même la question de la superficie. Nous avons 110 mètres carrés et quand une classe est à la bibliothèque il n'y a plus la place pour le public pour circuler dans l'espace jeunesse. J'ai parfois le centre de loisir qui vient avec 15 enfants pendant le temps d'ouverture au public, mais je trouve que les conditions d'accueil se dégradent vite.

Quelle est la superficie de ta bibliothèque ? Comment se passe la cohabitation entre 30 enfants en chaussettes sur le tapis et les petites mamies qui cherchent conseils personnalisé et calme pour chercher leurs livres à gros caractères ?

J'aime aussi le temps spécial pour les bébés sans autre public qui leur permet d'accéder au livre sans être dérangés ou bousculés par les enfants plus grands.

Le public n'est-il pas dérouté par cet accueil en pointillé ? Comment leur montrer que tu es là pour eux quand même ? N'ont-ils pas l'impression de "déranger" ton animation pour enregistrer un prêt ?

 

Bref beaucoup de questions, mais c'est intéressant. Merci de ce message. On va continuer la réflexion sur les horaires.

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Maguip

J'utilise moi aussi énormément la BDP, j'ai toujours au moins 200 résas en attente, plus le fonds de 1200 titres que je renouvelle tous les 4 mois. Donc oui, une très grosse charge de travail, les livres bdp sont 1/5e de ma collection. Budget de 4€ par habitant, environ 350 titres + environ 200 dons catalogués par an.

 

Bâtiment de 100m2, donc oui, totalement comparable. Et quand une classe ou le clsh viennent, effectivement la section jeunesse devient assez impraticable, mais qq part ce sont aussi les horaires où les enfants ne viennent pas vu qu'ils sont à l'école... Les mamies sont plutôt contentes de voir ce mouvement finalement. Pour le conseil personnalisé un peu plus long, je leur demande de repasser 30 minutes plus tard, ça n'a à ce jour jamais posé de problème. On est justement dans un petit village. Les mamies ne sont finalement pas tant en recherche de calme pour choisir leurs bouquins, je crois que ça leur plaît de voir toute cette vie, cette jeunesse.

 

Le mercredi aprem, entre le centre de loisirs et les ados de l'internat à côté, peut-être un peu mouvementé, mais je n'ai jamais eu personne qui râle de la situation, tout le monde fait des efforts. ¨Parfois les ados s'éclipsent un moment s'il n'y a plus de place et reviennent une heure plus tard, parfois le centre abrège, ou je ne leur fais pas de lectures ils font un temps calme de lecture individuelle si j'ai trop de lecteurs.

Les bébés sont accueillis quand c'est fermé au public, c'est la seule bataille que j'ai livrée en arrivant - avant c'était ouvert.


Pas de réunions (mais ça risque de changer, je vais probablement passer en interco). Librairie 1x par mois (1h de route), BDP 3 jours par an, le reste du temps il y a une navette hebdo pour mes réservations (et je dois renvoyer toutes les semaines tout un tas de livres demandés ailleurs dans le réseau). Le désherbage je le fais au fur et à mesure, quand je reclasse un rayon systématiquement. Je mets dans des cartons les "préposés au pilon", et quand j'ai du temps -interne, ou calme plat à l'accueil-, je les vérifie un par un... 

 

Je crois aussi tout simplement que cette façon de bosser en "pointillé"  convient à ma façon de fonctionner. Là je catalogue, j'accueille du public, je réponds à ton message, je réponds à mes mails, j'ai imprimé des docs pour un touriste avec qui j'ai dû parler anglais, et je range mon bureau avant de débaucher (tout ça dans les 10 minutes passées).. C'est ma façon de faire, un peu éparpillée, mais à la fin de la journée tout est fait :)

 

Et bien sûr: c'est moi qui fait toute la programmation de la bib, qui gère le blog, qui crée les affiches et tracts, qui les diffuse, qui fait la com' auprès de la presse, monte les dossiers de subvention...

 

N'hésite pas, si tu as d'autres questions!
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...