Aller au contenu

[Communiqué] Les Bibliothèques départementales indispensables au développement de la lecture publique dans les territoires


ABF
 Share

Messages recommandés

  • Administrateur

L’annonce par le département des Yvelines de la fermeture des locaux de la bibliothèque départementale et la dispersion de ses collections sont des signaux très inquiétants pour l’avenir de l'aménagement du territoire en matière de lecture publique.

Voir l'article complet

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est aussi a mettre en rapport avec le développement des intercommunalités. Par ailleurs la BDP des Yvelines n'a pas vocation à devenir un modèle, pas plus qu'il n"y a de modèle intercommunal en matiere de lecture publique. Le contexte est interessant à regarder :  http://www.lagazettedescommunes.com/440026/pourquoi-la-fermeture-de-la-bdp-des-yvelines-fait-debat-chez-les-professionnels/?utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=03-05-2016-quotidien

 

Dès 2007 il me semblait avoir lu sur le site de l'ADBDP que les BDP avaient vocation a cesser le prêt de documents pour se recentrer sur des missions de formation, conseil, animation etc..Il paraissait évident à l'époque que la mutualisation des moyens au sein des intercos permettrait à celles-ci d'abonder en interne au développement des collections. Simplement on n'avait pas anticipé la baisse des dotations ...

 

Une réponse de l'ENSSIB en 2009 à ce sujet :http://www.enssib.fr/content/jai-lu-que-les-bdp-allaient-progressivement-cesser-le-pret-de-livres-pour-se-recentrer-sur

Avec le développement de l'intercommunalité en milieu rural et la possible prise de compétence de la lecture publique à cette échelle, les BDP ont été amenées à redéfinir leur rôle.

Dans cette optique, une étude qualitative intitulée « L’avenir des BDP » a été réalisée en juillet 2008 par la société SCP Communication. Cette étude "distingue trois types de BDP : les BDP de type traditionnel, essentiellement tournées vers la desserte à travers les bibliobus ; les BDP de type intermédiaire, qui se situent entre la tradition et la modernité et qui se représentent avant tout comme des médiateurs pour les bibliothèques du réseau ; enfin, les BDP de type moderne, qui sont en avance sur le mode de fonctionnement général des BDP, notamment dans leur relation au public et au numérique."
On lit sur le site de l'ABDBP un résumé de cette étude qui conclue : "l’intercommunalité pourrait conduire à la suppression des BDP : certains d’entre vous ont d’ailleurs affirmé qu’« une bonne BDP est une BDP qui meurt ». Je pense que les BDP continueront à être présentes non plus pour exercer le premier métier qui était celui de la constitution de collections mais pour des métiers d’animation, de conseils, de mises en réseau… Un rôle important reste à définir pour qu’aucune des petites communes de France ne soit délaissée."
Source : http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article995

 

"Une bonne BDP est une BDP qui meurt"! Et c'était des Bédépistes qui le disaient ! Et 8 ans après, dès qu'il y en a une qui le fait, c'est la traditionnelle levée de boucliers corporatistes...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Bien sûr que les BDP mourront un jour...c'est presque ce qu'on leur souhaite, puisque cela voudra dire que le boulot a été fait...Et c'est bien là le problème !! Le timing n'est pas le bon !! Le dernier rapport de l'IGB est très clair là-dessus : "55% des communes, représentant plus de 11 millions de personnes (soit 17% de la population française), ne disposent d'aucun lieu de lecture publique de proximité. Sur les 16 300 lieux de lecture existants, 56% sont des points lecture et les bibliothèques offrant un niveau de services suffisant ne représentent qu'un cinquième du total.".... Qui mieux que les BDP, dans les zones rurales ou périurbaines peuvent permettre le développement de la lecture publique dans les "zones blanches" ?.. Un jour, oui les BDP mourront, quand elles seront vraiment devenues "bonnes"... c'est-à-dire quand le territoire national aura un réseau de bibliothèques suffisant pour TOUS... et les BDP ont un rôle plus que majeur à jouer là-dedans... Quand on voit ce qui se passe dans les Yvelines, ne rien dire c'est laisser la porte ouverte au "grand n'importe quoi" et ça peut donner de mauvaises idées à certains élus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est bien pour ça que tout dépend du diagnostic de territoire qui est fait.

 

le nouveau modèle yvelinois n’a pas vocation à être dupliqué ailleurs.
« Il s’agit d’une réponse cousue main élaborée à la suite d’un diagnostic réalisé en 2013 dans le cadre de notre contrat territoire-lecture et parce que la localisation de la BDP la rendait peu accessible pour les bibliothécaires qui venaient s’approvisionner chez nous. Chaque département s’empare de la compétence lecture publique selon sa configuration. Pour ce qui est des Yvelines, nous avons constaté que nous aidions mieux les petites bibliothèques en développant nos interventions d’ingénierie culturelle plutôt qu’en leur prêtant des ouvrages. »

 

Ce n'est donc pas "le grand n'importe quoi". Quant aux élus départementaux français je suppose que ce sont tous des imbéciles ou des opportunistes mal informés prêts à se jeter sur tout ce qui pourra générer des économies. dans le culturel...en rejetant la balle budgétaire aux élus locaux et intercommunaux, qui sont probablement tous du même tonneau !

 

Que d'amalgames...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

 

Il faudrait être plus clair ici.

On ne parle pas du tout de la mort des BDP. Une mort très illusoire d'ailleurs. Puisqu'il est bien dit : métamorphose en un service d'ingénierie culturelle.

 

Une BDP ne meurt pas, elle se transforme.

Le boulot n'est jamais fini. Même si on passe au tout numérique, le conseil, l'acquisition en position de force, les actions mutualisées et le développement culturel du territoire resteront toujours des priorités... de BDP.

 

Il ne faut pas oublier non plus que, si les élus ont entérinés l'abandon du prêt de documents, c'est obligatoirement suite à des rapports émanant de la BDP des Yvelines. Ce n'est pas sur un coup de tête... ou alors on aurait entendu l'information remonter sur les réseaux de bibliothécaires.

 

De plus, rien ne dit qu'il y ait baisse des dotations en personnels et/ou collections numériques.

C'est un risque possible, mais pas obligatoire.

 

On peut aussi regarder ce que ça va apporter comme informations. D'ici deux ou trois ans, on aura des retours sur une baisse (ou pas) du prêt de documents dans les Yvelines, sur l'intérêt d'un service d'ingénierie culturelle et ce qu'il est capable de produire. Une expérimentation est toujours source d'intérêt.

 

On peut encore voir que les collections sont dispersées. Dispersées et non pillonnées.

Rien ne dit qu'elles vont s'arrêter de circuler. Dans un réseau efficace et bien construit, c'est ce qu'elles devraient faire.

(Dans un réseau vraiment efficace, toutes les collections devraient pouvoir circuler !!! Et quand je vois des collègues dire : "je pilonne mes DVD, ou mes livres" avant de poser la question : "quelqu'un est-il intéressé ?"... je me dis, on a encore un vache de chemin à faire pour créer un vrai réseau. Et d'un réseau Atlantica, j'en rêve à chaque fois que je pose mes codes-barres sur mes documents.

 

Ce réseau, ces réseaux, ce ne sont pas les élus qui vont l'initier.

C'est nous bibliothécaires !

 

Je comprends l'inquiétude devant la fin du prêt du service BDP des Yvelines.

Mais si ma BDP arrête aussi ce service, je ne vais pas être long à négocier une rotation

1) avec les communes avoisinantes

2) avec la grosse métropole de mon département.

 

Mon inquiétude n'est pas là. Mon inquiétude elle est dans le côté "mon pré fleuri" qui prédomine dans le monde des bibliothèques. Alors que nous vivons de plus en plus dans un monde de réseaux en connexions permanentes !

 

Et je plaide aussi coupable sur le sujet.

Même si j'essaie de placer mes surplus de dons partout où je peux, je n'y pense pas forcément quand il s'agit de pilons encore en très bon état... parce que ma BDP assure ce service avec des livres neufs ! (sacré concurrent)

 

Bon, je note sur mon calendrier de suivre les productions du service d'ingénierie culturelle des Yvelines.

Le titre en jette un max :thumbsup:, je suis curieux de voir les résultats et les productions d'un tel service.

   Bernard

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est exactement ce que dit (en mieux :tongue:) le rapport de l'IGB de 2013 sur l'avenir des BDP : http://www.lagazettedescommunes.com/216128/un-rapport-de-ligb-balise-lavenir-pour-les-bibliotheques-departementales-de-pret/

 

Les BDP continueront d'organiser les territoires à travers des contrats lecture et la programmation culturelle, à former des personnels, à promouvoir des animations et le numérique. 

 

La programmation culturelle entre dans une phase d'évolutions majeures qui consacrent les trois rôles des BDP comme acteur culturel direct, centre d'ingénierie culturelle et bibliothèque-partenaire. Ce travail présente les différents questionnements qui se font jour lors de l'élaboration des projets d'action culturelle, ainsi que les réponses qui sont apportées par les BDP. Cette réflexion part de l'idée qu'une programmation culturelle, c'est d'abord un projet construit dans l'échange au service de publics, et qui trouve sa concrétisation dans la mise en place d'une véritable saison culturelle. (http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/49485-reflexions-sur-la-programmation-culturelle-en-bdp )

 

Et, effectivement comme le dit Bernard en substance dans son "pré fleuri": les réseaux intercommunaux qui n'ont pas compris que la circulation massive et systématique de leurs fonds peut largement remplacer un apport trop fort, voire supplémentaire (!) d'ouvrages des BDP, n'ont qu'à crever !

 

J'appartiens à un réseau qui continue à se la jouer "perso" (MES livres etc...), ne comptant que sur la réservation individuelle pour assurer une symbolique rotation des fonds (ça représente 3% des prêts !) et augmente encore la part BDP de ses fonds. C'est comme jouer à la dinette et ça va dans le mur.

 

Et j'ai exercé 15 ans dans les Yvelines, ce qui aide aussi à comprendre les différences qu'il peut y avoir d'un territoire à l'autre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Histoire de balancer un peu d'huile, une petite histoire (vraie) avant d'aller se coucher.

 

Pendant que les bibliothécaires debout pétitionnent, le ministère de la culture consulte sur les retombées des mesures annoncées en avril (2016) sur l'aide à l'élargissement des horaires d'ouverture... Surréaliste :

1/ Communiqué de presse du 15/04/2016 http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Des-nouveaux-dispositifs-en-faveur-des-librairies-et-de-l-extension-des-horaires-d-ouverture-des-bibliotheques

 

2/ Moins d'un mois plus tard alors que les DRAC n'ont pas encore communiqué les modalités pratiques pour l'application de ce nouveau dispositif (en tout cas je n'ai rien vu passer, si quelqu'un a des infos ça m'intéresserait de voir de quoi il retourne), le ministère semble déjà vouloir en faire le bilan.  Voici le mail envoyé aux adhérents ABF :

"Bonjour,

 

L'ABF est sollicitée par le Ministère de la Culture pour évaluer l'impact du nouveau dispositif sur l'amélioration des horaires et des services mis en place suite à la mission de Sylvie Robert.

Aussi, si votre collectivité a commencé une réflexion ou déjà apporté une modification des horaires d'ouverture ou des services proposés dans votre bibliothèque, nous sommes preneurs de toute information à ce sujet. Il s'agit bien sûr d'ouvrir mieux et pas forcément d'ouvrir plus. Nous ferons remonter ces informations au Conseil national de l'ABF."

 

Cherchez l'erreur...

Outre que ça ressemble à une collecte d'infos pour alimenter un bilan de fin de mandat, cette demande ministérielle illustre une fois de plus une politique d'affichage totalement déconnectée du terrain. Faut-il se prêter à ce jeu de dupes ? Dans ce cas tous ceux qui liront en short le dimanche cet été doivent vite se faire connaître, la ministre viendra sûrement se faire tirer le selfie dans votre troisième lieu !

 

@Ferris je crois que la position de l'ABF est connue : ouvrir mieux, pas forcément ouvrir plus. Malheureusement les communiqués et les pétitions semblent de peu d'effet (aucun) sur le terrain des décisions prises par les élus locaux. Ou nationaux.

Modifié par Isalabib
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui devient surréaliste c'est le fossé qui se creuse entre un discours finalement déja ancien et bien structuré, voire figé, sur les horaires et les ouvertures d'un côté, et de l'autre un discours actuel et mouvant, en pleine prise avec le réel, où les mots précarité et budgets dominent largement. En ce sens il est vrai que la demande du ministère est déconnectée et frise l'arnaque. Et, tu as raison, le silence des DRAC est revélateur d'un immobilisme de fin de mandat...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chuchotements

La pétition cite Levallois parmis les sinistrés, mais si un de leurs trois sites bien a fermé, il reste que leur réseau est toujours ouvert 7 jours sur 7 (sans doute une froide lubie inutile de statisticien inhumain n'allant jamais en salle).

 

A mon sens la question de fond reste l'équilibre entre les moyens et les services demandés, il serait utile (même si  toujours schématique et compliqué) d'avoir des recommandations au niveau national sur le nombre d'agents / m2 / horaires (on en trouve dans la première éditions de "Bibliothèques dans la Cité" mais ça date) et également sur les rémunérations dominicales. Ca donnerait un ordre de grandeur et on sortirait peut-être mieux des positions de principes, entre d'un côté les demandes irréalistes d'augmenter les budgets et de l'autres les demandes irréalistes d'ouvertures systématiquement élargies.

 

Modifié par Chuchotements
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...