Aller au contenu

cartes usagers


chouette
 Share

Messages recommandés

Bonjour,

 

Dans le cadre de notre projet de service, nous étudions les raisons qui "bloquent" la venue en bibliothèque. D'après l'enquête de notre stagiaire, le côté administratif, la présentation de carte à chaque passage en font partie pour une partie du public jeunes adultes.

 

Nous sommes assez cools sur la présentation des cartes et nous souhaiterions savoir si vous avez déjà envisagé de vous en passer... (il suffit de créer un numéro automatique avec le logiciel).

 

merci de vos retours

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Si j'ai bien compris, actuellement, pour entrer dans la bibliothèque, il faut une carte????

Si tel est le cas c'est effectivement un gros frein! 

 

Mis à part quelques bib hyper pointues et spécialisées, je n'en connais pas qu pratiquent le filtrage à l'entrée avec présentation de la carte et c'est très bien ainsi!

Ce qui est d'ailleurs tout à fait en accord avec l'( incontournable!) Manifeste de l'UNESCO!

Ce qui est très apprécié chez nous est l'anonymat des emprunts grâce aux automates de prêts/retour. Ce qui n'empêche nullement les échanges avec les bibs en espace public (accueil général, postes de rensiegnement...)

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement l'interrogation de Louve est justifiée. Où alors tu parles du passage au bureau de prêt pour les emprunts... 

 

Le manifeste de l'Unesco sur les bibliothèques publiques dit : Les services de bibliothèque publique sont accessibles à tous, sans distinction d'âge, de race, de sexe, de religion, de nationalité, de langue ou de statut social. http://www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/libraman_fr.html

Tiens, c'est vrai qu'ils ne parlent pas de carte...:tongue:

 

Plus sérieusement, je note dans ton intervention que tu parles du "public jeunes adultes". Sans mettre en doute le travail de ton stagiaire, je me demande si le frein majeur ne tient pas davantage à la tranche d'âge, à son comportement et ses attentes bien particulières, qu'à la présentation de la carte (qui devrait alors gêner aussi d'autres catégories).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

non, je me suis mal exprimée...

Entre dans la bibliothèque qui veut, encore heureux... Nous avons beaucoup d'usagers non-inscrits

Les "emprunteurs" ont une carte qu'ils doivent  présenter pour emprunter mais nous sommes très cools sur le sujet.

Se pose la question de l'économie non négligeable du coût des cartes (nous devons en racheter pour l'an prochain, et les budgets....).

Nous n'avons pas d'automates de prêts because pas de rfid, il faut donc que les usagers nous parlent :tongue: et c'est en général un moment d'échange.

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ouf!

 

Bon, je ne suis pas sûre que le fait de devoir présenter une carte pour l'emprunt soit un véritable frein. Il doit certainement y avoir d'autres raisons...

 

Pour ce qui est des temps d'échange avec le public, pour avoir connu le prêt/retour traditionnel et le prêt/retour automatisé, je trouve que le RFID (quand elle est bien menée, bien pensée) n'enlève rien au temps de discussion et de recommandation avec le public,bien au contraire! 

Le fait d'être aisément identifiable quand nous sommes dans les rayons, de faire de l'accueil avec les pieds en accompagnant, en montrant est tout aussi efficace. 

Et nous pouvons garantir un anonymat et une tranquillité pour les usagers qu le souhaitent. 

 

Au niveau des cartes, nous les réutilisons d'une année sur l'autre, et quand elle est perdue, elle est facturée prix coûtant. Au final la majeure partie de nos usagers ne les perdent pas!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

nous ne changeons pas les cartes de lecteurs chaque année, mais là nous arrivons au bout de nos réserves (nous avons beaucoup de nouvelles adhésions chaque année qui équilibrent les défections)

 

Pour avoir beaucoup discuté avec des utilisateurs d'automates de prêt, je suis tout à fait d'accord avec votre réflexion sur la rfid, mais ce n'est vraiment pas à l'ordre du jour chez nous.

 

Une collègue m'a rapporté l'expérience d'une médiathèque qui ne donnait pas de carte "physique" aux usagers et je souhaitais savoir si d'autres expériences du même type existaient ailleurs.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Nos cartes sont réutilisées sans limite. Certains lecteurs ont la même depuis 10 ans...Il suffit de prévoir un achat complémentaire correspondant chaque année au nombre moyen de nouveaux inscrits (moyenne sur 3 ans par exemple) et de rajouter un petit plus pour ceux qui perdent leur carte. En général les tarifs sont dégressifs à partir de 500 cartes. Par ailleurs, si tu fais refaire la même tu évites les frais de clichés etc....Et tu as des solutions en offset, code-barres à coller etc...qui sont encore moins chères. Bref, c'est un investissement qui s'amortit sur plusieurs années.

 

D'accord avec toi pour le contact avec le public : l'essentiel du contact et de la médiation se fait au bureau de prêt. Et c'est systématique, alors que la rencontre dans les rayonnages est aléatoire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas mal d'arguments pour et contre déjà vus ici

(au moins les premiers posts, à un moment les échanges ont commencé à dériver !)

Modifié par Isalabib
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...