Aller au contenu

bureau de vote dans une médiathèque


superbigoud

Messages recommandés

Bonjour,

Je travaille dans une médiathèque ouverte du mardi au dimanche.

La mairie a choisi notre médiathèque pour mettre en place un bureau de vote au sein de notre équipement pour les élections présidentielles et législatives car c’est le seul équipement disponible dans le quartier pour accueillir les 1 300 électeurs prévus. Elle l’a déclaré à la préfecture.

Notre tutelle ne s’y est pas opposée et a choisi de maintenir l’ouverture au public.

Nous nous posons des questions de sécurité mais aussi de déontologie car nous serons ouverts au public pendant la tenue de ce bureau de vote.

Avez-vous des témoignages d’autres collectivités concernant la coexistence d’un bureau de vote, dont la neutralité doit être garantie, et d’une bibliothèque, qui de plus en plus est pensée comme un lieu de sociabilité et de débat ?

En vous remerciant pour vos réponses ! 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un simple rappel des textes issus du Code Electoral : 

 

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?

Le bureau de vote n'est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

*les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau

*les délégués des candidats ou des listes

*les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote

*les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République)

**Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l'intérieur des bureaux de vote.

**L'entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d'une arme.

**Le président du bureau de vote a seul la police de l'assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours.

**Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations.

 

Bien sur on pourrait chipoter sur "les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau", dans la mesure où ce sont aussi les lecteurs. En principe. Un lecteur non inscrit à ce bureau ou non inscrit tout court, ne pourrait donc pas rentrer. Discrimination....etc...

 

(Alors Mme Michu, un peu dure d'oreille qui vient rendre son Danielle Steel en réclamant à cors et à cris le dernier Bourdin, me parait peu appropriée au lieu. Quant au lecteur qui vient te demander, justement ce jour là, si tu as l’édition de Mein Kampf dédicacée par le Maréchal, n'en parlons pas....)

 

Autrement dit il est peu pensable que le lecteur du dimanche puisse fréquenter le bureau de vote.

Par ailleurs, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau. Ce qui fait un peu juste pour tes 1300 électeurs.

 

Ceci dit ce lieu a été accepté comme bureau de vote par arrêté préfectoral, donc rien à redire. Par contre il me semble évident que ta tutelle doit fermer la bibliothèque aux lecteurs ces dimanches.

 

L'aspect déontologique (présence de livres politiques etc....)que tu signales, à mon avis ne se pose même pas puisque les seuls affichages autorisés (en dehors des panneaux extérieurs) sont :

*un avis rappelant les pièces d'identité que doit présenter l'électeur

*une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote

*éventuellement l'arrêté préfectoral avançant l'heure d'ouverture ou retardant l'heure de clôture du bureau de vote

*Une photo de ta copine

*Une prise de position de l'ABF

 

(Rayer les mentions inutiles, chassez l'intrus etc...)

 

Par contre par extension, il me semble que pour ne pas risquer de bavure, tout en étant fermé, il va falloir enlever ou cacher par bâche tous les ouvrages disposés en facing sur des présentoirs, idem pour les revues et journaux.

 

Un ouvrage sur la fabrication des nichoirs à oiseaux en éléments naturels ou la culture bio en pots, puent la propagande écologiste à plein nez. Jusqu'ou va se nicher la propagande. Ben, dans les nichoirs justement.

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Ferris a très bien rappelé les règles en vigueur en France pour garantir que chaque électeur vote en son âme et conscience.

On pourrait donc opposer le maintien de l'ouverture de la bibliothèque en même temps que la tenue du bureau de vote;

 

Cependant, avant d'aller râler auprès de la tutelle, du maire, de la préfecture pour cette nouveauté qui semble bien loin des missions premières  d'une bibliothèque (encore que dans d'autres pays cela se pratique...), je préconise de creuser un peu plus:

  • où sera situé le bureau de vote?
    • au cœur des collections?
    • dans une salle à part?
  • quelle sera l'accessibilité de ce bureau de vote?
    • entrée séparée?
    • organisée de telle sorte que les électeurs ne soient pas obligés de traverser tooooouuuute la bibliothèque pour y entrer? Dans le cas contraire, effectivement il va falloir cacher tous les titres qui pourraient avoir une influence sur le vote...
  • sécurité du lieu: vu l'actualité, vu l'enjeu de cette élection la question de la sécurité des personnes n'est pas à négliger
    • présence de vigiles?
    • cordon de sécurité?

 

une réunion de concertation sur le lieu , les modalités... est-elle prévue avec les collègues de la collectivité en charge de l'organisation des élections?

 

Modifié par Louve
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bonne remarque, mais en se basant sur la population indiquée, il me semble douteux qu'un bureau de vote aux normes puisse n'utiliser qu'une partie de la bibliothèque, l'autre étant non visible.

Legalement, Il faut : 

Une table de décharge, sur laquelle les bulletins de vote de tous les candidats sont proposés en nombre équivalent. (Article L. 60 du code électoral)

Des isoloirs intégralement fermés. Le bureau de vote doit disposer d'un isoloir par tranche de 300 électeurs inscrits (Article L. 62 du code électoral). Il est également demandé d'avoir un isoloir accessible aux personnes à mobilité réduite. Il est donc recommandé d'avoir au moins 3 isoloirs dont un conforme aux PMR par bureau. Pour le cas indiqué c'est dont entre 4 et 5 isoloirs

Une table de vote derrière laquelle les membres du bureau siègent. 

L'urne de vote. Posée sur une table réglable en hauteur ou sur une console, pour être à une hauteur accessible par tous les électeurs, également ceux en fauteuil roulant,  (Article L. 63 du code électoral). Selon l'élection, la taille du bulletin et le nombre d'électeurs, il est recommandé de prévoir une taille entre 600 et 1200 bulletins.

Les tables de dépouillement. Utilisées en fin de scrutin, ces tables sont généralement pliantes et leur nombre ne doit pas dépasser le nombre d'isoloirs.

 

Un isoloir minimal fait 800/800 et celui pour les handicapés 1000/1300. Une urne pour 1500 électeurs fait 40/40/40. Compter entre 2 et 3 tables entre 800/1500 par table. Tu fais les comptes en mètres carrés au sol et tu rajoutes une pincée de normes d'accessibilité pour handicapés (voir page 7 une très belle simulation de bureau de vote http://accessibilite-universelle.apf.asso.fr/media/02/01/3128617981.pdf ).

 

Si tu peux créer cet espace dans ta médiathèque d'une ville de 1300 votants (d'après ce que je comprends c'est plutôt un quartier dans une ville plus importante), en restant ouvert aux lecteurs et en respectant la déontologie en visuels c'est que tu as une très belle structure au départ (dont une très belle entrée en pente douce et palier pour les fauteuils). Il est vrai que si tu dispose de tout ça en m2 au sol, il suffit d'installer des cloisonnements mobiles (en location) pour isoler l'endroit de la bibliothèque. Restera la question des entrées séparées et sorties de secours, et du silence dans l'espace lecteurs si le cloisonnement est mobile.

 

Donc, à ces conditions Louve a raison, c'est jouable. A condition que les lecteurs ne croisent pas les électeurs or s'il n'y a qu'une entrée utilisable....

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Honnêtement, je connais peu de bibliothèques qui aient suffisamment de m2 pour organiser à la fois l'accueil du public et la tenue d'un bureau de vote!

On est donc bien d'accord que cela semble plus que périlleux cette histoire mais il faut des faits objectifs, tangibles à présenter pour dire non.

 

Par contre si vous avez la chance d'être dans une bibliothèque qui dispose de deux entrées distinctes, avec la rampe qui va bien pour les personnes à mobilité réduite (et les poussettes, faut pas les oublier non plus! ;-)), d'avoir une grande salle à part, ou alors un espace tel que vous pouvez recréer sans problèmes un bureau de vote, il sera difficile de refuser!  

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Je ne sais pas si les deux témoignages ne font qu'un, mais cette question m'a fortement rappelé un article que j'avais lu : il s'agit de "Élections : la mairie du 20e bourre d'urnes la médiathèque Marguerite Duras". On peut noter que plusieurs points soulevés par Ferris et Louve ont été abordés, dont Vigipirate et l'emplacement exact du lieu du vote. Par contre, je n'ai pas vu de normes accessibilité mais je n'ai fait que parcourir rapidement l'article.

 

Epsy.

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Epsy pour ce lien. Deux choses à retenir :

 

1)"les lieux de vote en France sont habituellement fermés au public ", signale l'équipe de la médiathèque dans un courrier envoyé à la direction des Affaires culturelles

 

2)Le bureau de vote n'est pas dans la salle principale de la médiathèque, mais dans une autre située à l'arrière du bâtiment, parfois utilisée pour des animations. Nous allons mettre en place un cordon pour éviter que les gens qui votent ne sortent pas de la file et ne perturbent pas le bon fonctionnement de la médiathèque. De plus, les effectifs de la sécurité ont été doublés, (...)

 

Je suis d'accord avec Louve, c'est faisable, en plus sans préjudice causé au public du dimanche. Et rappelons surtout que le choix des lieux de vote est validé par la Préfecture. (Ce qui sous-entend, dans ce cas précis, que pour les Régionales, elle avait validé le choix d'une Eglise catholique...où l'on peut supposer que crucifix et autres objets de cultes n'avaient pas été enlevés. Mais cela n'a pas du poser beaucoup de problèmes déontologiques à l'Evêché...:wink: )

 

Voter communiste dans une Eglise catholique devrait valoir l'excommunication, le bûcher ou l'équarrissage. Par ailleurs heureusement que les enfants ne votent pas, sinon on pourrait se poser des questions sur ce qui se passe dans les isoloirs...:tongue:

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

 

En cherchant, on trouve quelques bibliothèques qui vont servir (ou qui ont servi) de bureaux de votes.

 


 

http://www.leparisien.fr/informations/les-nouveaux-electeurs-auront-un-bureau-de-vote-en-plus-28-05-2016-5835847.php

Louveciennes

Tél : 01 30 82 13 53
Fax : 01 30 82 13 51
Courriel : bibliotheque@louveciennes.fr

 

"Ce nouveau bureau — qui concerne actuellement 929 électeurs — sera installé dans les locaux de la bibliothèque municipale (30, rue du Général-Leclerc). Un lieu qui n'a pas manqué d'interpeller André Vanhollebeke, conseiller municipal d'opposition. « J'aurais préféré un lieu public comme une école », a lancé l'ancien maire (DVD) (de 2001 à 2014). « C'est pour des raisons pratiques de connexion numérique, de problème de stationnement et de coût d'organisation que les bureaux de vote se trouvent tous, dans des locaux municipaux », a rappelé le maire, conscient de la spécificité de sa commune."

=> ce qui explique les raisons "extérieures" au choix d'une bibliothèque.


 

Donarch

"Durant la période des travaux, les activités péri-éducatives menées par la bibliothèque sont maintenues et se déroulent directement à l’école.

De la même façon, le bureau de vote habituellement installé à la bibliothèque de Dornach sera déplacé au gymnase de l’école de Dornach pour l’élection présidentielle qui se déroulera en mai."

http://www.mulhouse.fr/fr/Actualites/travaux-bibliotheque-dornach.html


 

Bibliothèque du Dornach

3 rue de Thann

68200 Mulhouse

Tél. : 03 69 77 65 40


 

On a aussi la bibliothèque Diderot à Toutchalons

http://bm.chalonsenchampagne.fr/pratique/bibliotheque-diderot

03 26 26 94 26

diderot.bmvr@chalons-en-champagne.net

 

En même temps, ces bibliothèques n'ouvrent pas le dimanche.

 

La présence d'une salle d'exposition facilitera grandement la tenue du bureau de vote. Dans le lien donné par Epsy, ils vont utiliser un système de cordons qui y mènent + 4 vigiles + 2 personnels.

 

Le gros désavantage que je vois à cette situation, c'est qu'elle risque bien de devenir définitive. Et à chaque élection, on remettra le couvert.

 

Superbigoud, je t'ai mis les liens et numéros de téléphone pour que tu puisses contacter ces structures si le besoin s'en fait sentir.

 

A défaut, est-ce qu'un chapiteau/tente sur le parvis ou parking de la bibliothèque pourrait faire office de bureau de vote ?

Sans doute que non. Pourtant ce serait une solution alternative intéressante.

  Bernard

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, B. Majour a dit :

En même temps, ces bibliothèques n'ouvrent pas le dimanche.

 

 

Il me semble que le souci principal évoqué par superbigoud est bien le maintien de l'ouverture au public de la médiathèque en même temps que la tenue du bureau de vote.

 

Parce que sinon organiser un bureau de vote dans une médiathèque fermée, c'est plutôt simple! Ok il y aura de la manutention: bâchage des livres, revues, DVD (quoiqu'en dise Ferris, on n'est pas certains que les crucifix et autres icônes de l'école catholique n'ont pas été cachés...) qui pourraient influencer, déplacement de certains meubles pour installer les isoloirs, table de vote... mais bon pas plus que pour d'autres activités, non?

 

Bref autant de réponses, solutions que de territoires et de lieux!

 

  

Modifié par Louve
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

@Louve

Oui, j'ai bien noté Louve.

Et le site indiqué par Epsy répond à cette problématique.

Comme tes questions dans les réponses précédentes.

Sauf que là, il n'est pas possible de bâcher ou de mettre en berne une partie des collections si le public est présent.

Je me demande même si nos collègues non ouverts bâchent vraiment, où s'ils rangent juste les titres en exposition. Les assesseurs sont aussi là pour veiller à l'organisation de la salle et à ne favoriser aucun candidat, ce contrôle est de leur ressort.

 

Maintenant, s'il faut vraiment traverser la bibliothèque et que c'est hyper-important de n'influencer personne en chemin, je propose plusieurs dizaines de mètres de tissu noir... pour jouer à colin-maillard, le temps de la traversée... sous la direction d'un guide bibliothécaire. Tiou-Tiou : "c'est la chenille qui redémarre...".

Là, je crois bien qu'ils s'en souviendront longtemps de leur vote à la médiathèque. Très longtemps ! :wink:

  Bernard

 

PS. si le tissu noir est trop couteux, on se rabattra sur des lunettes de soleil très foncées.
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait sans doute trouver bien d'autre exemples de lieux très divers (ici on a même un gymnase qui est mentionné, et sans aller jusqu'au USA où ça peut se faire dans les magasins !), mais comme le signale Louve ce n'est pas la problématique soulevée par Superbigoud. Aucun de ces lieux n'est ouvert le dimanche.

 

Chaque Maire fait selon ses possibilités locales, en fonction du nombre d'électeurs concernés par le bureau de vote et des normes nécessaires. Et, je le rappelle car c'est fondamental, tout cela est avalisé (ou non) par le Préfet, donc l'Etat.

 

Si l'on veut disserter plus largement, histoire de causer, on peut tout de même relever deux choses :

1) L'ancien Maire qui dit : « J'aurais préféré un lieu public comme une école ». Une bibliothèque n'est donc pas un lieu public, ou moins qu'une école ?

Définition légale et juridique d'un lieu public (espace public pour les textes) :

l’espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public. La jurisprudence définit un lieu ouvert au public comme étant « un lieu accessible à tous, sans autorisation spéciale de quiconque, que l’accès en soit permanent et inconditionnel ou subordonné à certaines conditions » (TGI de Paris, 23 octobre 1986, confirmé par un arrêt de la Cour d’appel de Paris du 19 novembre 1986). Ainsi, l’acquittement d’un droit d’entrée ne fait pas obstacle à ce qu’un lieu soit regardé comme ouvert au public. En revanche, la circonstance qu’un digicode garde l’entrée d’un hall d’immeuble ou d’un parking fait de ces endroits des lieux privés. Doivent être considérés comme faisant partie de l’espace public les commerces (cafés, restaurants, magasins), les cinémas et théâtres, les établissements bancaires, les gares, aérodromes et transports collectifs, ainsi que les jardins, forêts ou plages lorsqu’ils sont publics. A contrario, ne doivent pas être considérés comme relevant de l’espace public : les entreprises, les chambres d’hôtel ou d’hôpital, les locaux associatifs, les immeubles sauf lorsqu’ils comprennent des espaces dédiés à l’accueil du public.

 

Donc, question : Pour une bibliothèque associative faisant payer les prêts etant néanmoins un service ouvert et affecté au service public, sans digicode, mais appartenant à une association donc pouvant être qualifié de local associatif, on fait quoi ?

 

Vous avez 3 heures....:tongue:

 

2) Dans les propos tenus par les personnels de la bibliothèque citée par Epsy, il n'est pas du tout fait mention de déontologie mais de raisons de sécurité (plan Vigipirate), et de baisse éventuelle du service rendu au public, le tout dans un contexte qui me parait (syndicalement parlant ) assez tendu par ailleurs. En effet c'est syndicalement que l'on invoque le "droit de retrait". Qui en l'occurrence n'est pas du tout justifié. L’existence d’un danger grave et imminent détermine l’exercice du droit de retrait. La notion de danger grave doit s’entendre comme une menace directe pour la vie et la santé. Dans ce cas je connais pas mal de lieux publics qui ne devraient pas fonctionner, y compris en semaine ! Pour ceux que ça interesse : http://www.syndicat-snpm.fr/le-droit-de-retrait-en-10-questions/

 

D'ailleurs je vais me rentrer, je ne me sens pas en sécurité le samedi...

Modifié par Ferris
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

 

Merci pour vos retours. 

En effet il n'y a que des témoignages de bibliothèques fermées au public ayant servis de bureau de vote.

Le lieu pressenti pour servir de bureau de vote est situé dans un espace ouvert sur les collections et non pas dans une salle à l'arrière du bâtiment.

Les électeurs et les usagers entreront par la même porte. Le trajet prévu pour les électeurs longe entre autres l'espace presse. Aucun bâchage n'est envisagé à notre connaissance puisque nous sommes ouverts au public.

2 vigiles supplémentaires sont prévus (4 en tout) et sans doute un cordon de sécurité (pas de précision pour l'instant).

La décision a été prise en amont sans concertation avec l'équipe.

 

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A mon avis, surtout si le public longe l'espace presse (on imagine les "une" des journaux et hebdos à cette periode !), il y a bien un problème, non pas pour la bibliothèque ou son personnel (tu es fonctionnaire et tu obeis) mais pour la Mairie.

 

Je te conseille tout de même de faire une note écrite à ton DGS signalant que les journaux et magazines étant sur le parcours des électeurs, ils pourraient éventuellement être considérées comme de l'affichage à visée politique et que, selon les textes "les seuls affichages autorisés (en dehors des panneaux extérieurs) sont :*un avis rappelant les pièces d'identité que doit présenter l'électeur

*une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote

*éventuellement l'arrêté préfectoral avançant l'heure d'ouverture ou retardant l'heure de clôture du bureau de vote.

 

Le fait que l'espace Bureau de vote soit ouvert sur les espaces collections et que les deux types d'usagers vont se croiser, peut également être mentionné comme source de problèmes, sachant qu' un bureau de vote n'est pas ouvert à tous.

 

D'un côté tu te couvres en tant que responsable du service en l'informant. Et lui prend la décision ou pas de prévenir le Maire du problème, c'est son affaire, pas la tienne. Et s'il te demande de retirer la presse, tu le fais, c'est tout.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Ferris a dit :

A mon avis, surtout si le public longe l'espace presse (on imagine les "une" des journaux et hebdos à cette periode !), il y a bien un problème,

 

Je ne vois pas trop pourquoi.

Les kiosquiers ne bâchent pas leurs journaux même s'ils sont situés devant un bureau de vote.

De plus, si on regarde l'article :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006354559&idSectionTA=LEGISCTA000006164050&cidTexte=LEGITEXT000006070239
 

"Article R48

Toutes discussions et toutes délibérations des électeurs sont interdites à l'intérieur des bureaux de vote."

 

 

A l'intérieur du bureau de vote, mais à l'extérieur tout est permis. Si le bureau de vote est une des salles de la bibliothèque, on peut légitimement discuter et débattre en dehors de cette salle. 
 

 

Je vois plus d'inconvénients à cet article :
 

"Article D56-1

Les locaux où sont implantés les bureaux de vote doivent être accessibles, le jour du scrutin, aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap.


 

Les personnes handicapées, notamment celles qui se déplacent en fauteuil roulant, doivent pouvoir, dans des conditions normales de fonctionnement, y pénétrer, y circuler et en sortir, le cas échéant au moyen d'aménagements provisoires ou permanents."

Pas question de marches ou autres obstacles, ni de passages trop réduits

C'est un point à vérifier.

 

Mais Ferris n'a pas tort, il y a grand intérêt à se couvrir et à demander des instructions sur la conduite à tenir avec les magazines. Et il faudra aussi prévoir le panonceau indiquant que la salle est uniquement réservée aux votants... pendant toute la journée.

Ma question sera surtout : êtes-vous ouvert jusqu'à la fermeture du bureau de vote ? Et qui va être en charge de la surveillance des collections jusqu'à 20h00 dans les grandes villes ? Et même après puisqu'il y aura le dépouillage.

Est-ce que la mairie a prévu un ou plusieurs agents jusqu'à 22h00, voire plus encore s'il y a un "soucis" lors du décompte.

On a le côté : problématique du bureau de vote. Il y a l'autre : problématique de la sécurité des collections jusqu'à tard le soir + ceux qui vont s'y coller.

Pas sûr que la mairie/tutelle ait envisagé ce problème.

A faire remonter là aussi.

  Bernard


 


 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne parlais que de l'intérieur du bureau, il n'a pas de problème pour l'exterieur (où se trouvent d'ailleurs les affichages electoraux des candidats), ce n'est donc pas le sujet.

 

Superbigoud parlait de "Bureau de vote, dont la neutralité doit être garantie, et d’une bibliothèque, qui de plus en plus est pensée comme un lieu de sociabilité et de débat ? 

 

La contradiction majeure est là. La presse n'est pas neutre et n'a donc pas sa place dans ce lieu. D'autre part, le croisement des electeurs/usagers posera question si les deux catégories de population echangent quelques propos, ce qui est normal en bibliotheque, pas dans un bureau de vote. Les scrutateurs des différents candidats peuvent relever ces infractions.

 

Pour ce qui est de l'accès handicapés, il n'y a pas de textes particulier pour un local de vote, le local, public, devant de toutes façons être aux normes depuis 2015 ou moins selon le type d'ERP et il s'agit de l'accès par l'exterieur.; Donc c'est une question plus générale. Pour le vote des handicapés, une fois dans le lieu, il est prévu ceci : 

Le code électoral autorise les personnes handicapées à se faire accompagner par un électeur de leur choix. L’électeur accompagnateur peut entrer dans l’isoloir. Il peut également introduire l’enveloppe dans l’urne. Si la personne handicapée ne peut pas signer, l’électeur accompagnateur signe la liste d’émargement avec la mention "l’électeur ne peut signer lui-même".

Pour rendre accessibles les techniques de vote à toutes les personnes handicapées, le président du bureau de vote prend toute mesure afin de faciliter le vote autonome des personnes handicapées. Il peut notamment autorise l’abaissement de l’urne.

 

Je conseille donc, d'un point de vue syndical, si Superbigoud est bien le responsable de la structure, de rester sur les points principaux,  et d'adresser une note écrite dans ce sens à son seul supérieur hiérarchique, le DGS (et à personne d'autre) de façon à se couvrir en cas de tempête...La note est une note d'information et doit être si possible libellée sur un ton modeste et interrogatif (il me semble que, au vu des textes etc...que dois-je faire etc...) et surtout pas sur un mode revendicatif ou agressif. Après contacts syndicaux, il s'avère que c'est la seule chose qui pourrait lui être reprochée en réalité : n'avoir pas fait un travail minimal d'information à sa hiérarchie concernant ce qui relève de sa compétence (presse, publics se croisant, ouverture sur les espaces documentaires). L'accès du local aux handicapés, ce qui se passe à l'exterieur etc...ne relèvent pas de sa compétence directe en cas précis, car ce n'est pas lui qui organise ni supervise le vote.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Ferris a dit :

Je ne parlais que de l'intérieur du bureau, il n'a pas de problème pour l'exterieur (où se trouvent d'ailleurs les affichages electoraux des candidats), ce n'est donc pas le sujet.

 

Eh bien, quelque part, si.

Si le bureau de vote a lieu dans une salle d'exposition de la bibliothèque (par exemple), on peut tout à fait avoir les magazines exposés, ou même des gens qui viennent à la bibliothèque pour lire la presse, ou même discuter, avant de se décider... cet espace est à "l'extérieur" du bureau de vote.

 

Ce qui n'empêche pas la note à son supérieur hiérachique pour tout le reste. Elle me semble même tout à fait nécessaire, rien que pour le côté pratique organisation de la journée et pour se couvrir.

  Bernard
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne raisonne pas sur des "si" mais sur ce que dit Superbigoud : Le lieu pressenti pour servir de bureau de vote est situé dans un espace ouvert sur les collections et non pas dans une salle à l'arrière du bâtiment.

Le bureau de vote est donc bien ouvert sur le reste du bâtiment, donc intégré à l'espace public.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui, effectivement...

Ce qui va obliger à "fermer" cet endroit pour que seuls les votants puissent y accéder. (comme tu l'as dit plus haut)

Est-ce que des grilles (portant une exposition, ou des rideaux) seront suffisantes pour rendre l'endroit plus isolé ?

Ou alors il faudra passer à des paravents insonorisants, comme on en trouve dans certaines cantines d'écoles.

Exemples : Paravents insonorisants

https://www.its-acoustique.fr/fr/isolation-insonorisation/paravent-insonorisant.html


 

Cloisons insonorisantes

http://www.hellopro.fr/cloisons-insonorisantes-2008337-fr-1-feuille.html

 

Ce qui me tue dans cette histoire, c'est que la préfecture a donné son accord sans rien avoir vérifié sur le terrain, ni donné de consignes précises. En même temps, c'est vrai qu'il s'agit d'une fonction dévolue au maire.

"Il appartient à la municipalité de constituer le ou les bureaux de vote nécessaires à la tenue du scrutin. Il s’agit d’une « fonction dévolue par la loi » au sens de l’article L. 2121-5 du code général des collectivités territoriales."

www.maires49.asso.fr/amf49/biblio/ouvrages/guidePBV2015.pdf‎

Donc, il va falloir faire des demandes au maire pour savoir comment il compte organiser l'espace, et comment il compte l'isoler pour éviter que des enfants trop curieux ne s'y introduisent pour jouer. Si cet espace reste ouvert sur les collections, le risque existe.

Le/la bibliothécaire n'a pas toutes les réponses. Ni les possibilités en mobilier du service technique.

En plus, il va falloir penser que ça va être à répétition.

Déployer un rideau sur une crémaillière résoudrait une partie des problèmes, on n'a pas toujours des grilles d'exposition libres sur ces périodes.

  Bernard


 

 


 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A Anzin nous serons bureau de vote pour la 2e année. Nous sommes fermés le dimanche, et c'est pour ça que le maire a choisi la médiathèque pour remplacer un bureau de vote qui n'était plus praticable. Le bureau de vote n'occupe que le rez-de-chaussée qui est un hall d'accueil et d'exposition. L'accès à l'étage et aux collections est fermé par des barrières pour éviter que les électeurs dévient du parcours. Par contre nous avons une présentation de documents (sur les élections en ce moment justement, voir photo) qui sera retirée la veille de chaque scrutin.

 

par contre je doute qu'il soit possible de laisser votre bibliothèque ouverte, trop de risque qu'un recours soit déposé.

 

IMG_2341.JPG

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Prendre l'exacte mesure des chose, même par voie de presse le 7 mars, est un travail d'entomologiste:

http://www.livreshebdo.fr/article/la-mediatheque-marguerite-duras-ne-veut-pas-servir-de-bureau-de-vote

 

On y remarquera trois détails :

1) Cette bibliothèque a déja servi de bureau de vote le dimanche, en 2012 et 2015.

2) la lutte pour la fermeture des deux prochains dimanches d'élections (car il s'agit bien de fermer au public et non de déplacer le bureau de vote ou de le rendre viable, est menée par le syndicat CGT Culture Dac. (Eh oui, sur Paris on a un syndicat culturel !)

3) Une malencontreuse photo d'archives placée en tête d'article nous montre une Manifestation contre l'ouverture le dimanche devant la bibliothèque Marguerite-Duras, Paris 20e, en juin 2014. D'après les archives, elle etait ouverte le dimanche depuis septembre 2010.

 

Autrement dit, et ce n'est que mon avis, les arguments sur la neutralité, le pluralisme etc...par ailleurs réels, constitutionnels et tout et tout, et très bon chic bon genre actuellement, mais qui n'avaient apparemment pas (faudrait chercher....) fait bouger un poil du cul de syndicaliste aux régionales de 2015, ne serviraient ils pas tout bonnement à faire rebondir une vieille querelle sur l'ouverture du dimanche, qui ne satisfait pas tout le monde ?

 

Un tour sur le blog syndical en question est très éclairant la-dessus : http://daccgtculture.over-blog.com/tag/bibliotheques/, il s'agit d'intégrer un maximum de bibliothèques parisiennes dans une lutte idéologique beaucoup plus large contre la Mairie de Paris dans sa politique générale d'ouverture des dimanches.

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je pense que nous on aurait tellement aimé profiter des élections pour ouvrir ces dimanches là à Anzin et que la mairie n'a pas voulu ! Le monde est mal fait !

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...