Jump to content
Flambeau

Encadrement d'une personne autiste asperger : piste de management, retour d'expériences et outils

Recommended Posts

Flambeau

Bonjour à tous,

 

Je viens demander un peu d'aide concernant l'encadrement de personnes en situation de handicap.

J'encadre déjà une personne atteinte de déficience visuelle et cela se passe très bien. Je vais bientôt accueillir une personne atteinte d'autisme Asperger et je dois avouer que je ne sais pas comment bien préparer son arrivé.

Je me suis renseignée sur l'autisme, et de façon général, il est précisé que tout doit être cadré et très carré. Je suis allée sur des sites spécialisés, j'ai rencontrée des membres d'associations mais je suis toujours un peu noyée quant au "bon" management à mettre en place.

Est-ce que l'un ou l'une d'entre vous avez déjà encadré une personne autiste, un retour d'expérience ou des outils mis en place pour une bonne intégration me seraient surement d'un grand secours !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

Bonjour,

 

Si cette personne est reconnue travailleur handicapé, qu'elle a une orientation MDPH, elle est donc suivie et encadrée.

Logiquement la personne est suivie par un service d'assistance qui pourra vous aider.

Le médecin de prévention devra indiquer s'il y a des restrictions en terme de tâches, d'horaires...

 

Il n'y aura pas d'immersion, de période d'essai? En effet, pour l'avoir vécu, une période d'immersion est très importante car elle permet de voir si une personne pourra ou non s'intégrer et travailler.

 

Un bon encadrement selon moi est déjà de considérer la personne comme capable et donc de dire ce qui va et ne va pas, de considérer l'équipe dans son ensemble, tout le monde doit y trouver son compte.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle

Le mieux est encore de prendre rdv avec cette personne pour en discuter, asperger c'est large et toutes les personnes asperger n'ont pas les mêmes besoins. Si ça se trouve tu n'auras aucune adaptation à faire, juste prévenir éventuellement l'équipe que leur nouveau collègue risque d'avoir des réactions "bizarres" ou inappropriées, qu'il ne faut pas en avoir peur et ne pas s'en formaliser (par ex besoin d'isolation, difficulté à saisir le 2nd degré...). Éventuellement lui éviter les postes où tu es en relation directe avec le public... Et encore là aussi ça dépend de la personne, certains aspergers sont tout à fait capables de faire du SP.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle

Il y a une bonne bd sur le sujet : "la différence invisible" de Julie Dachez, et il y en a une autre qui est sortie récemment mais je ne l'ai pas lu et j'ai pas le titre en tête. Ça peut être une bonne chose pour tes collègues et toi de lire cette bd avant l'arrivée de la personne.

J'ai dans mon entourage proche une personne potentiellement asperger (en attente de diagnostic), concrètement (mais ça ne vaut pas forcément pour d'autres aspergers) j'ai l'impression qu'elle a une très grande capacité de travail, elle s'investit beaucoup dans ses projets professionnels, par contre elle s'épuise très vite dans les relations sociales (une réunion d'une demi-heure la fatigue davantage que 4h de travail intense à l'ordinateur). Elle est très mal à l'aise avec les non-dits et ne comprend pas les sous-entendus, donc il faut être clair avec elle, mais j'aurais tendance à dire que ça il faudrait le faire avec tout le monde (sauf que elle ça peut la mettre dans des états d'incompréhension qui font que son cerveau va mouliner toutes les explications possibles sans parvenir à s'arrêter sur la bonne et ça l'épuise).

Je trouve que déjà c'est quelque chose d'assez bien que tu sois au courant de la nature du handicap, ça va te permettre d'aborder le sujet avec la personne et vous pourrez discuter ensemble des adaptations nécessaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Franck Sanka

Bonjour,

 

Il pourrait être intéressant de prendre directement contact avec la Commission Accessibib, même si à première vue l'action semble plus orientée vers les publics en situation de handicap que vers les professionnels.

 

Par ailleurs, après discussion avec l'intéressé.e, une sensibilisation de l'équipe pourrait être profitable, peut-être avec l'appui du CRA (Centres Ressources Austisme) de votre région : http://www.autismes.fr/fr/carte-cra.html

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle

Si ça peut t'aider je peux te donner un exemple de ce qui risque de poser pb à une personne asperger:

Si tu lui passes un coup de fil depuis ton bureau pour lui dire "Est-ce que tu pourrais passer me voir dans mon bureau stp?" il y a de multiples sous-entendus :

  • tu t'attends à ce qu'elle vienne dans ton bureau dans le quart d'heure qui vient, ou tu t'attends à ce qu'elle te propose ses disponibilités pour te voir dans la journée
  • la raison de cette convocation n'est vraiment pas un pb important (le ton de ta voix était suffisamment détendu)
  • tu veux profiter de cette entrevue pour la mettre à l'aise en lui demandant comment ça se passe pour elle

Tous ces sous-entendus vont mettre la personne en situation de stress: elle ne comprend pas pourquoi tu la fait venir, dans combien de temps elle doit se présenter, combien de temps va durer l'entretien, quels sont les enjeux de cet entretien.

Donc typiquement dans cette situation il faudra essayer de faire l'effort de préciser "Est-ce que tu peux venir me voir d'ici un quart d'heure, j'en aurai pour 10 minutes, c'est pour parler de telle chose, et j'aimerais aussi en profiter pour te demander comment tu te sens après cette première semaine de travail".

Share this post


Link to post
Share on other sites
E.D
Le 07/01/2019 à 11:23, Pigranelle a dit :

Il y a une bonne bd sur le sujet : "la différence invisible" de Julie Dachez, et il y en a une autre qui est sortie récemment mais je ne l'ai pas lu et j'ai pas le titre en tête.

 

C'est "Ted, drôle de coco" d’Émilie Gleason ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pigranelle
Posted (edited)

Oui c'est ça merci! Tu l'as lue?

En plus le personnage travaille dans une bib apparamment! :ahappy:

Edited by Pigranelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Flambeau

Merci pour toutes vos réponses et pistes.

 

Un éducateur spécialisé est intervenu auprès de l'équipe pour expliquer ce qu'est l'autisme et les petites particularités que pouvait développer un autiste Asperger.

Notre nouveau collègue a intégré l'équipe la semaine dernière.

L'intégration se fait doucement. Nous avons déjà eu le droit à quelques moments un peu particulier et à des réponses "très créatives".

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

@Flambeau, merci pour le retour.

J'aimerai savoir dans quel cadre votre collègue a été embauché (titulaire, mise à disposition, prestation via un ESAT...), s'il est reconnu travailleur handicapé, si la médecine du travail a émis des restrictions...

Quelle est sa quotité de temps de travail?

 

Juste histoire de me faire une idée de l'implication que ça demande. 

 

Merci,

Share this post


Link to post
Share on other sites
Flambeau

@Louve

Il est en contrat PEC à 20h/semaine. Il travaille trois jours (7h, 7h et 6h) selon son choix.

Il nous a été envoyé par la mission locale. Il est également suivi, à la demande, par un éducateur spécialisé.

Je n'ai pas été informé de restrictions mais il voit la médecine du travail cette semaine.

Pour le moment je trouve que les indications qu'on a pu me donner sont très légères. Lors de son premier jour on m'a indiqué qu'il lui fallait un bureau à l'écart des autres (le batiment est neuf, on est en open space et il n'y a pas de salle séparée, les bureau sont dans la médiathèque)

Je trouve que ma collectivité s'est engagé sans se renseigner ni s'investir et ça me met mal à l'aise par rapport à lui. J'ai été inscrite "tuteur" sans que l'on me demande mon avis et ke ne vais pas pouvoir faire grand chose pour son bien-être au travail...

 

Niveau implication :

Concrètement je ne peux le laisser seul, il a suivi une personne qui sortait de la structure l'autre jour pendant que je répondais à un usager au téléphone et il s'est retrouvé "perdu" dehors. Il est resté devant la porte mais il était clairement désorienté. C'est difficile de pouvoir gérer une personne autiste quand on est en sous effectif et que l'on tourne sur différente structures... Il ne peux avoir aucun repère, ça change tout les jours.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

 @Flambeau

Tu confirmes ce que je suppose, un poste qui ne coûte pas grand chose à la collectivité sans que celle-ci n'ait pris le temps de voir avec toi l'impact que cela aurait sur l'organisation du travail.

Je souhaite que cela se passe vraiment bien pour tout le monde, n'hésite pas à demander l'aide de l'éduc spé et à signaler ce qui va et ce qui ne va pas. L'inclusion c'est aussi être honnête et dire quelles sont les limites, quelles sont les possibilités.

Les bibliothèques ne sont pas des lieux de silence avec une routine très inscrite, ça aussi, il faut le dire.

 

Bon courage,

Edited by Louve
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
E.D
Le 08/01/2019 à 18:28, Pigranelle a dit :

Oui c'est ça merci! Tu l'as lue?

Et non malheureusement. Je l'avais vue passer dans la médiathèque où je travaillais à l'époque mais je n'avais pas eu le temps de la lire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quatrième dimension

Bonjour,

 

Pour ma part j'ai eu 2 fois des stagiaires handicapés. Une fois un autiste et une autre fois un handicap leger mal determiné.

Je ne les ai eu que 15 jours chacun.

C'est beaucoup de préparation et de présence car ils sont en demande de faire des choses. Et quand on s'aperçoit par exemple qu'n avait préparé des étiquettes à coller et à plastifier et que le stagiaire n'est pas en mesure de décoller le morceau de filmolux ou ne peut pas coller les étiquettes droites, bon ben, c'est chiant, c'est vrai.

Je prenais avant beaucoup de stagiaire parce que Pole emploi les saoule pour en faire n'importe ou et il y a les 3eme, les secondes. Mais je dois dire que j'ai un peu  baissé les bras parce que on entends à tout va parler de vivre ensemble et quand il faut vraiment se mobiliser c'est la langue de bois. chez les collègues. Tout le monde est pour,  mais pas pour s'en occuper.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...