Jump to content
ABF

[Communiqué] Accès au principalat pour les bibliothécaires et attachés de conservation

Recommended Posts

ABF

L’ABF interpelle le Conseil supérieur de la Fonction publique territoriale concernant l’accès au principalat pour les bibliothécaires et attachés de conservation.

Voir l'article complet

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

Le problème est cela touche toute la pyramide de la filière pas uniquement les adjoints et les assistants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivierH
Le 21/02/2019 à 10:40, ABF a dit :

L’ABF interpelle le Conseil supérieur de la Fonction publique territoriale concernant l’accès au principalat pour les bibliothécaires et attachés de conservation.

Voir l'article complet

 

Ah, je me demandais si cette question intéressait quelqu'un d'autre que moi. Merci à l'ABF pour ce communiqué, en espérant que les textes sortent rapidement, maintenant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ἕκτωρ
Posted (edited)
Citation

 

Le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale vient de se pencher sur des projets de décrets permettant de mettre en œuvre de nouvelles possibilités d'avancement de grade au profit des agents de catégorie A de la filière culturelle.

De nouvelles possibilités d'évolutions de carrière seront bientôt offertes aux cadres territoriaux de la filière culturelle. Dans le cadre du plan de revalorisation des parcours professionnels, dit "PPCR", un décret du 6 avril 2017 a créé un grade de bibliothécaire principal dans le cadre d’emplois des bibliothécaires territoriaux. De plus, un grade d'attaché principal de conservation du patrimoine a été introduit dans le cadre d’emplois des attachés territoriaux de conservation du patrimoine. Ces nouveaux grades sont accessibles soit par l'avancement au choix, soit par la réussite à un examen professionnel ouvert aux agents sous certaines conditions.
Mais, deux ans après la fixation de ces principes, les agents concernés attendent toujours les mesures d'application. Ils peuvent à présent se rassurer un peu : les projets de décrets fixant les épreuves et les modalités d’organisation par les centres de gestion des examens professionnels permettant la sélection des agents qui accéderont aux nouveaux grades ont été soumis ce 17 avril au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT). Qu'ils soient attachés territoriaux de conservation du patrimoine ou bibliothécaires territoriaux, les candidats aux examens devront constituer un dossier présentant notamment leur parcours professionnel. Cette épreuve d'admissibilité (coefficient 1) sera complétée par une épreuve d’admission (coefficient 2) consistant en un entretien d’une durée de 35 minutes avec le jury. Selon le communiqué du CSFPT, "l’ensemble des membres" de l'instance "a fait part de la nécessité d’avancer vite" pour que les décrets soient publiés. Après cette remarque, les textes ont obtenu un avis assez largement favorable.

 

 

Source : https://www.banquedesterritoires.fr/cadres-de-la-filiere-culturelle-des-ameliorations-de-carriere-enfin-en-vue et ici : https://www.csfpt.org/communiques-presse/communique-de-presse-du-csfpt-du-17-avril-2019

Edited by Ἕκτωρ

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivierH

Tiens, le rapport du jury concernant l'accession au grade de bibliothécaire hors classe (fonction publique d'Etat) est paru :

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2019/76/8/examen_prof_bibliothecaire_hors_classe_1081768.pdf

 

Je ne suis pas concerné, mais deux remarques cependant :

- Je ne vois pas bien en quoi c'est différent d'un concours, puisque seuls 20 postes étaient disponibles. Peut-on expliquer la subtilité ? Soit un taux de réussite de 10% et un seuil d'admission à 19,25 (!), la moitié des promouvables en France s'étant présentés.

- Un rapport de jury qui contient la mention "l''arrêté stipule" et qui est par ailleurs est une longue leçon de maintien sur la syntaxe et l'expression, est-ce bien sérieux ? (Seul le contrat stipule, 1 mois en fac de droit permet de l'apprendre à ses dépends).

 

J'espère que cela se passera mieux pour l'examen territorial.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ἕκτωρ

Un concours permet d'accéder à un corps en fonction d'un niveau requis (ou d'une ancienneté pour les concours internes).

Un examen professionnel permet de changer de grade au sein d'un corps sous réserve de respecter certains critères liés à l'ancienneté.

Ce sont donc deux choses bien distinctes. Le taux de sélectivité n'a rien à voir, même s'il est ici extrêmement faible.

Au passage, 1.8 % des présents ont été reçus à l'externe et 3.9 % à l'interne en 2018. Il y a donc bien une différence avec les 10 % de l'examen professionnel.

 

Concernant le verbe stipuler, il a un usage en droit et un usage courant. L'emploi de ce verbe ici est tout à fait correct (au passage, on peut reprocher beaucoup de choses aux inspecteurs généraux des bibliothèques mais certainement pas ne pas savoir écrire !).

 

La remarque sur la syntaxe et l'expression fait 5,5 lignes soit un paragraphe sur un rapport entier. Il est donc faux de parler de "longue leçon".

 

Je trouve ce rapport précieux :

- pour l'écrit, il rappelle, pour chaque partie, quels sont les attendus et les erreurs de toutes sortes qui ont été faites

- pour l'oral, il indique la posture attendue, les écueils à éviter au niveau de la présentation et les réflexes à avoir au niveau de l'entretien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

La barre était située très haut, volontairement. Là où je trouve qu'il y a un vrai problème c'est les conseils donnés dans la constitution du dossier RAEP

1) Ne pas citer les stages courts de deux ou trois jours. Sauf qu'ils constituent la majorité Des formations legales CNFPT (1 stage tous les 5 ans minimum).

Ou choisir celles qui font véritablement sens dans l’acquisition de compétences professionnelles et le parcours des candidats. Dans certains cas, la pertinence, le sens même des formations suivies, en lien avec l’évolution des responsabilités exercées ou les projets évoqués, n’apparaissaient pas clairement.

Cette histoire de CHOIX de stages qui FONT SENS avec les parcours/missions est une hypocrisie. Il suffit de regarder les choix de stages proposés en filière culturelle cadres A pour se faire une idée des choix en question. Personnellement je me suis vu refuser par le CNFPT des stages informatiques sous prétexte qu'ils étaient prioritairement réservés aux administratifs de categorie C !

2) De nombreux candidats ont confondu tâches et compétences : il est rappelé que les compétences sont réputées acquises pour la carrière entière, il n’est donc pas nécessaire de répéter les mêmes compétences à chaque poste occupé. Cette formule est une ânerie totale. J'en suis à ma 5° structure. A chaque poste j'ai du remettre en question une partie de mes compétences  acquises et en acquérir d'autres, adaptées à des tâches nouvelles, d'autant plus que j'ai vécu la transition manuel/informatique et l'ouverture des bibliothèques au tout-public. Cela ne m'étonne pas que sur la tranche 1953/1958 il n'y ait aucun reçu.

3)Il est vivement recommandé de joindre un organigramme de l’établissement dans lequel les candidats sont affectés : celui-ci doit donner encore plus de lisibilité au contexte professionnel des candidats. On ne parle pas de parcours ni de mobilité mais de contexte comme s'il s'agissait d'une situation figée.

 

Par contre je suis d'accord avec la formule Les fautes de syntaxe ou d’orthographe, une absence de maîtrise de style rendant la lecture ou la compréhension difficiles ne peuvent, au niveau d’un examen de cadre de catégorie A, être acceptées.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ἕκτωρ

Encore une fois, il convient de bien recontextualiser les choses et d'être au fait de l'art et de la manière dont sont faits les matrices de dossiers RAEP.

 

1) Les stages que font les bibliothécaires d'état et les bibliothécaires territoriaux n'ont rien à voir. Les bibliothécaires d'état ne fréquentent pas le CNFPT pour se former mais les CRFCB et l'ENSSIB qui ont des offres de stage très différentes. Ce que veut dire le rapport, c'est qu'un bibliothécaire qui a été auparavant BIBAS et/ou magasinier n'a aucun intérêt à mentionner les stages "petites réparations" et "initiation au pavé ISBD". Rien de plus.

 

2) Non, la phrase n'est pas une ânerie. Dans tous les concours internes et examens professionnels, cette phrase ressort. Pourquoi ? Parce que deux colonnes se côtoient : activités exercées et compétences acquises. Lorsque l'on occupe des fonctions identiques dans des structures différentes, du type accueil, formation, acquisitions ... les compétences que l'on avait dans un poste sont déjà présentes lorsque l'on prend le nouveau (même si le SIGB n'est pas le même, même si les étudiants formés ne sont pas les mêmes).

 

3) Oui, la situation est figée à un instant T. Le candidat qui renvoie son dossier fait partie d'un établissement et il a une place au sein de son établissement. Joindre un organigramme et surligneur où on se trouve permet aux jurys, en une seconde, de comprendre le niveau de responsabilité exercé. 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...