Aller au contenu

Utilisation des cartes enfants gratuites par les adultes


GILLOT
 Share

Messages recommandés

bonjour

nous avons des abonnements enfants avec une carte gratuite, des abonnements adultes avec une carte payante

et forcément, les adultes ne s'inscrivent pas et empruntent sur les cartes de leurs enfants qui sont gratuites

il n'y a pas de blocage sauf sur les DVD

Nous avons fait des statistiques qui sont édifiantes, le nombre de prêts adultes sur des cartes enfants est énorme

Ce qui pose un problème d'équité et fausse complètement les statistiques

La solution serait la gratuité, mais ce n'est pas à l'ordre du jour. Nos tarifs sont cependant très raisonnables.

Nous souhaitons donc bloquer le prêt de documents adultes sur les cartes enfants.

J'aimerais avoir un retour de vos expériences en la matière, notamment sur les tranches d'âge à définir (enfant/ado/adulte? qui peut emprunter quoi?)

merci d'avance pour votre collaboration

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chez nous le système est différent et en même temps un peu semblable (gratuité enfants et adulte payant) : l'adulte référent doit s'inscrire en premier et on lui délivre une carte payante (même si on sait qu'il ne l'utilisera pas ou peu) et ensuite, tous les membres de la famille (enfants mais aussi mari, grand-mère etc...c'est assez large, certains inscrivent même le bébé qui n'a que quelques mois) peuvent être inscrits gratuitement et ont leur carte individuelle. On appelle ça une "inscription familiale" mais avec des cartes individuelles. Il nous est interdit d'inscrire un enfant sans que l'un de ses parents soit inscrit. D'un côté sur le plan statistique on se retrouve avec des inscrits souvent non actifs (le parent), mais pour les prêts la situation s'est nettement assainie et les stats sont utilisables. La carte est à 12.50 euros, ce qui n'est pas excessif si on considère que quasiment toute la famille peut ensuite être inscrite gratuitement.

 

Par ailleurs le prêt est de 12 documents par carte, donc n'incite pas à "tricher" comme tu le soulignes.

 

Certes des personnes âges seules par exemple, ont trouvé la pilule un peu dure à avaler, mais c'est passé.

 

Pour les catégories de documents empruntables cela ne change pas grand chose. ce sont les documents qui sont catégorisés, et c'est donc sur ces catégorisations qui posent peut-être problème, qu'il faut s'interroger, pas sur les lecteurs. Dans de très rares cas, quand l'enfant n'a pas l'âge requis pour emprunter un document catégorisé (12 ou 15 ans par exemple), il arrive qu'on le mette sur la carte de l'adulte. Pour les ouvrages interdits aux moins de 18 ans par contre, il y a blocage. Ce qui veut dire que le parent doit se déplacer et emprunter l'ouvrage directement. Et sur sa carte.

 

Nous tenons compte aussi de l'évolution de la société dans nos catégorisations. Une bande dessinée autrefois interdite aux moins de 15 ans, passe parfois en accessibilité a partir de 12 ans.

 

En gros 98% des documents sont empruntables à partir de 12 ans ou moins. La catégorie "15 ans" est en fait en train de doucement disparaitre.

 

Autrefois on avait trouvé la solution, pour les bd par exemple, de demander à l'adulte référent une autorisation sur papier libre (j'autorise mon fils, ma fille à emprunter des documents etc....), ce qui permettait de se couvrir. Mais c'était paperassier et surtout cela créait des injustices, certains parents étant plus "liberaux" (ou je m'en foutistes) que d'autres. On a donc préféré revoir nos catégories au niveau des fonds.

 

En fait c'est quoi un "document adulte", si on excepte les interdits aux moins de 18 ans pour des raisons légales ? Difficile à déterminer en termes de contenu. Recemment un gamin de 10 ans a emprunté l'Histoire du Kalashnikov, qui , topographiquement se trouvait en "secteur documentaire" adulte. Pas de problème, c'est un livre sur l'histoire d'une arme, avec de très belles photos, je l'ai simplement prévenu que le texte lui semblerait difficile à comprendre, mais seules les photos l’intéressaient. A contrario j'ai des adultes qui empruntent des Boule et Bill ou des Harry Potter, situés en "secteur jeunesse". Statistiquement c'est problématique aussi, si on accorde de l'importance à ce type de statistique.

 

Donc, avant de "bloquer le prêt", s'interroger sur la répartition sectorielle qu'on a réalisée sur le fonds, et sa pertinence réelle. Pourquoi interdire à une gamine de 13 ans d'emprunter un roman de type Steel ou Bourdin, situé en secteur "romans adultes" ?. Bloquer c'est aussi annuler les passerelles qui permettent à un jeune, type pré-ado, de sortir du "fonds jeunesse" pour aller voir ailleurs, quitte à être déçu mais au moins il aura essayé et finira par passer de l'autre côté.

 

Des secteurs oui, pour de simples raisons de lisibilité/visibilité, mais avec des passerelles, sinon toute une catégorie d'âge sera condamnée à rester de l'autre côté de la rivière en attendant "d'avoir l'âge".

 

Et elle n'attendra pas. Elle désertera nos rivages....

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

De notre côté, tout est entièrement gratuit et il n'y a pas de restriction de prêt selon l'âge, hormis les DVD où nous respectons les interdictions (dont la valeur est assez arbitraire mais c'est un autre débat). On a alors différents comportements soutenus par divers arguments :

Une famille prend une carte par membre (ce que nous encourageons) "parce que c'est gratuit"

Un adulte prend une carte pour tout la famille "parce que c'est suffisant", "parce que ça permet de contrôler ce qu'ils prennent"

L'enfant a une carte par que l'adulte "n'en a pas besoin"

C'est très variable et difficilement quantifiable.

Parallèlement, tout est gratuit sauf le remplacement de la carte en cas de perte ou détérioration. Nous la facturons alors 5€. Dans cette situation, les usagers rechignent souvent à payer. Cela nous permet d'insister pour qu'il recherche un peu mieux (9 fois sur 10 ils retrouvent leur carte). Ce qui est intéressant dans tout ça c'est le rapport à l'argent, voir le rapport argent/bibliothèque. Après tout, qui rechigne à payer le cinéma à chaque film, la piscine à chaque entrée, etc? mais 5€ pour remplacer une carte perdue, certains nous en font un drame géopolitique !... Ou a l'inverse des parents prennent dans le tirelire du rejeton pour payer la carte qu'il a perdu : "ça lui apprendra à faire attention à ses affaires".

 

Du point de vue des statistiques, comme tout le monde peut emprunter n'importe quel document, les corrélations "âge de l’emprunter / public cible du document" sont très brouillées. La gratuité de la carte a peut-être l’avantage de facilité l’inscription de chaque membre d’une famille (ou tout au moins 1 parent) et que chacun utilise sa carte. Mais j’ai quelques réserves car les prêts se faisant aux automates de prêt, les cartes se croisent et s’échangent dans la famille. Les usagers pratiquent facilement le « remplissage de carte » surtout quand un parent passe les prêts.

 

Bonne continuation,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, Manumericus a dit :

 Les usagers pratiquent facilement le « remplissage de carte » surtout quand un parent passe les prêts.

 

Effectivement, la centrale venant chez nous de passer aux automates, on constate, rien que sur septembre, une chute de la fréquentation quotidienne. En fait c'est uniquement dû au fait que ce sont les parents qui passent les documents des enfants en prêt/retour. Du coup, ça compte pour un fréquentant, alors que ce chiffre serait facilement doublé ou triplé si chaque carte était utilisée. D'ailleurs le chiffre des prêts n'a pas beaucoup varié. Néanmoins cela remet complètement en cause nos stats de fréquentation et rend leur comparaison impossible avec les périodes précédentes. Les prêts peuvent varier de 1 à 12 par fréquentant, donc c'est une donnée fluctuante et peu fiable, alors qu'1 fréquentant est 1 fréquentant.

Or ces stats sont particulièrement importantes pour déterminer la charge de travail des personnels sur chaque créneau horaire, ainsi par exemple que pour modifier, à la hausse ou à la baisse, les horaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans la BM où je suis (en tant qu'usagère), la carte est payante pour les adultes et gratuite pour les enfants, sur les cartes enfant on peut emprunter les livres du secteur jeunesse et les documentaires (même adultes). Pour les romans et bd adultes il faut passer sur une carte adulte.

De toute façon les stats sont faussées, si je prends mon exemple: 1 carte adulte et 1 carte enfant pour une famille de 2 adultes et 2 enfants, on mets régulièrement des albums jeunesse sur la carte adulte parce que pas assez de place sur la carte enfant et on emprunte moins de documents adultes. Nous sommes donc 4 fréquentants emprunteurs pour deux cartes, et d'après les stats mon mec aime bien les imagiers et les magazines de déco, et de temps en temps mon fils est un génie (il aurait lu "un été avec Proust") :lol:. Quand bien même on n'aurait pas eu d'enfant on aurait certainement payé qu'une seule inscription alors qu'on est deux derrière.

Ferris pour les affluences mieux vaut se baser sur le compteur d'entrées/sorties si vous en avez un, non?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, Pigranelle a dit :

Ferris pour les affluences mieux vaut se baser sur le compteur d'entrées/sorties si vous en avez un, non?

 

Oui sauf que le problème des compteurs de portes c'est qu'il compte indifférement les emprunteurs et les "séjourneurs", souvent non inscrits par ailleurs. Alors on doit en fin de journée défalquer du chiffre compteur les emprunteurs (qui est faussé, on l'a vu). Du coup on se retrouve avec une bib bourrée de "fréquentants" considérés comme sejourneurs et un mini chiffre de lecteurs actifs. 

Non, décidement pour les stats des actifs il y aura un avant et un après les automates...:bye:

 

Félicitations à ton mari pour les imagiers, il rentre en CP quand ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 26/09/2019 à 17:55, Ferris a dit :

Donc, avant de "bloquer le prêt", s'interroger sur la répartition sectorielle qu'on a réalisée sur le fonds, et sa pertinence réelle. Pourquoi interdire à une gamine de 13 ans d'emprunter un roman de type Steel ou Bourdin, situé en secteur "romans adultes" ?. Bloquer c'est aussi annuler les passerelles qui permettent à un jeune, type pré-ado, de sortir du "fonds jeunesse" pour aller voir ailleurs, quitte à être déçu mais au moins il aura essayé et finira par passer de l'autre côté.

 

Ayant passé mon stage à décloisonner les collections adultes et jeunesse, je suis on ne peut plus d'accord. En travaillant à cette tâche, mon principe fondamental a été qu'il fallait faciliter la circulation des adultes et des enfants.

Confidence: j'ai fait un pari fou. Je me suis dit que si on décloisonnait, si les adultes pouvaient facilement emprunter en jeunesse (et vice-versa), peut-être que les enfants, devenant ados, déserteront moins la bibliothèque, car elle ne sera pas sectionnée entre "pour les bébés" et "pour les vieux". Peut-être...

Alors interdire aux adultes d'emprunter en jeunesse, interdire aux enfants d'emprunter en adultes... Ca me parait une mauvaise idée.

 

Ça pose la question des documents litigieux : est-il opportun de laisser un enfant de huit ans emprunter Le Tombeau des lucioles? Je proposerais de mettre une étiquette "déconseillé au moins de 12 ans", et d'inscrire dans le règlement de la bibliothèque que les enfants sont sous la responsabilité de leurs parents. Pour être couvert en cas de parent désappointé et pénible. C'est aussi de la prévention bien sûr, éviter que des parents prennent un dessin animé pour leurs enfants en pensant bien faire... et qu'ils se retrouvent avec un lac de larmes dans la maison.:ahappy:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est d'autant plus facile que les DVD ont déjà ce type d'avertissements, ce qui n'est pas le cas pour les livres. Encore une BD on peut voir au catalogage s'il y a de la violence ou du sexe, plus difficile pour les romans... En même temps un enfant de 12 ans ne va pas spontanément aller vers des romans adultes...

Ça pose aussi une question éducative à savoir est-ce que la confrontation d'un enfant avec la violence ou le sexe dans la littérature et dans la littérature dessinée a un impact sur la violence et la sexualité  de l'enfant. Je ne sais pas s'il y a eu des études sur le sujet. Si un jour mon gosse commence à lire "Le grand cahier" d'Agota Kristoff parce que c'est court et qu'il y a des enfants sur la couverture, est-ce que je lui retire des mains ou est-ce que j'essaie de parler avec lui des scènes choquantes? En tout cas ça ne me viendrait pas à l'esprit de me plaindre au bibliothécaire qui lui aurait laissé emprunter le bouquin, mais c'est peut être parce que je suis bibliothécaire...

Modifié par Pigranelle
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'on va de plus en plus vers des signalétiques d'indication (niveau de complexité, de compréhension etc...) plutôt que vers des signalétiques d'interdiction. C'est en tous cas ce que je constate chez des collègues, surtout ceux qui décloisonnent physiquement voire dé-sectorisent. Cela suppose de bien connaître son fonds et d'être très explicite au niveau des autorisations parentales au moment de l'inscription.

La seule interdiction pure et simple est l'interdiction aux moins de 18 ans.

 

Et là il nous faut nous débrouiller avec la loi de 1949 (modifiée en 2011) les publications destinées à la jeunesse « ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse en raison de son caractère pornographique ou lorsqu'il est susceptible d'inciter à la discrimination ou à la haine contre une personne déterminée ou un groupe de personnes, aux atteintes à la dignité humaine, à l'usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants ou de substances psychotropes, à la violence ou à tous actes qualifiés de crimes ou de délits ou de nature à nuire à l'épanouissement physique, mental ou moral de l'enfance ou la jeunesse. Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse. »

 

Inutile de dire qu'il subsiste une bonne part d'interprétation subjective dans ce texte. Donc d'autocensure.C'est aussi un problème pour les editeurs.

 

Dire En même temps un enfant de 12 ans ne va pas spontanément aller vers des romans adultes...et suggérer qu'il pourrait être attiré vers Le Grand Cahier, n'est ni prouvé ni logique, sauf si l'on se situe dans un contexte de sectorisation correspondant à une interdiction. Car à ce moment ce n'est plus tel ou tel ouvrage qui est en cause, c'est le fait qu'il est situé dans le "secteur adulte" donc, implicitement "interdit" aux plus jeunes. Par ailleurs il est de plus en plus difficile de fixer les différences d'accessibilité (comprehension du texte etc...) pour des jeunes entre 12 et 15 ans par exemple, chaque enfant étant différent . Et bien sur exit la notion de passerelle qui est fondamentale.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 7 heures, Pigranelle a dit :

En tout cas ça ne me viendrait pas à l'esprit de me plaindre au bibliothécaire qui lui aurait laissé emprunter le bouquin, mais c'est peut être parce que je suis bibliothécaire...

 

Les parents agaçants existent. :frantics:
Quoique, c'est peut-être un mythe, comme le phœnix, tout le monde en a entendu parler mais personne ne les a vus.

 

Il y a 5 heures, Ferris a dit :

Je pense qu'on va de plus en plus vers des signalétiques d'indication (niveau de complexité, de compréhension etc...) plutôt que vers des signalétiques d'interdiction.

 

Ah, bien sûr, je parlais d'indication. Pas de raison "d'interdire" Le Tombeau des lucioles à un enfant de huit ans. Mais lui signaler qu'il risque de ne pas aimer, ça me semble préférable.
Comme en librairie, il y a parfois des rayons par niveau de lecture, "2 à 4 ans", "5 à 7 ans"... Mais si un enfant de cinq ans veut le beau livre documentaire avec des photos de tigres, même si c'est supposé être un livre pour adultes, qu'il le prenne. D'ailleurs, ce n'est pas là-dessus que je mettrais un "déconseillé aux moins de..."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Nous, les droits de prêts se basent sur les sections : la section jeunesse est de 0 à 13 ans, à partir de 14 ans on peut emprunter les documents adultes.

Donc les enfants ne peuvent pas emprunter de document adultes mais les adultes peuvent tout emprunter ...

La plupart du temps, ça roule, on est juste un peu embêtés quand un 6ème veut emprunter un Molière (et on lui modifie son quota juste le temps de l'enregistrement du prêt en général)

 

Ce serait trop simple, non ?

- La section musique et cinéma est ni adulte, ni jeune et dépend d'un abonnement payant (snif)

- 2 bibliothèques du réseau ont décidé de fusionner leurs documentaires en section Tous public

- seule 1 bibliothèque a décidé de faire pareil pour les BD

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 months later...
quatrième dimension

Bonjour.pour la fusion des documentaires,  est ce qu'il y a un âge de départ ? Nous avions fait cela mais en conservant au secteur jeunesse un fonds 3 à 7 ans environ.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour nous oui, jusqu'a 6/7 ans environ nous créons des bacs (important le mode feuilletage) pour ce que nous appelons les "albums documentaires". Cote unique AD. Tu y retrouves par exemple des collections comme "mes p'tits docs" chez Milan, ou les albums de Catherine Dolto chez Gallimard jeunesse, Giboulées etc...et pas mal d'approches sur les animaux. Un exemple : la collection mini-pattes chez Milan est en AD, mais la collection patte à patte est en documentaires. Mêmes animaux mais approche différente.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chez, nous, abonnement gratuit pour les enfants jusqu'à la fin des études, abonnement payant pour les adultes (15 euros).

Jusqu'à 14 ans, l'abonné ne peut emprunter qu'en sections Jeunesse et en Ludothèque. A partir de 14 ans, il peut emprunter partout.

Par le passé, même les enfants payaient et c'était la carte des parents qui servait partout. Le nombre d'abonnés n'est pour nous qu'une donnée "relative", à nuancer, l'emprunteur empruntant parfois pour plusieurs personnes de la famille. En passant à la gratuité de la jeunesse, on a multiplié les cartes au début puis certains parents sont revenus en arrière : ils ne voulaient pas "gérer" les 36 documents de leurs trois enfants en plus des leurs et ont donc limité les cartes ("mais pourquoi ma grande soeur a une carte e pas moiiiii !).

 

Côté adultes, nous avons des parents qui doivent utiliser la carte de leur(s) enfant(s) ou de leurs parents de plus de 65 ans qui paient moins cher... La gratuité totale réglerait certes la question de petits arrangements pour contourner les tarifications mais l'usage collectif de la carte par plusieurs membres de la famille demeurerait probablement par facilité d'utilisation pour les abonnés... De plus, la création de "familles" dans le SIGB avec des liens de carte incite à cette pratique de "collectiviser" la carte (- votre est pleine  ; - mettez sur celle de ma compagne).

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, CharlesB a dit :

Le nombre d'abonnés n'est pour nous qu'une donnée "relative", à nuancer, l'emprunteur empruntant parfois pour plusieurs personnes de la famille.

 

C'est encore plus net avec les automates (on est equipés depuis septembre) : l'adulte referent passe tout sur sa carte s'il le peut (il a droit à 12 documents) pour eviter les manipulations par les enfants. Du coup même les chiffres de fréquentation des "inscrits actifs"deviennent fantaisistes. Quant aux statistiques de prêt par genre de document/lecteurs, ça fait longtemps qu'on a abandonné cette pratique, comme tu l'expliques très bien.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...